« L’analyse textuelle: à la croisée des mondes »

Le logiciel Rstudio paraissait d’abord s’appliquer aux mordus d’informatique et de programmation mais il a dérivé jusqu’à nous, antiquisants, qui jusqu’à l’année dernière se tenaient bien loin du langage « barbare » informatique.                                                             En réalité, même si nous ne maîtrisons pas tous les tenants et les aboutissants de ce logiciel de programmation utilisé pour le traitement des données et pour l’analyse textuelle, sa compréhension et sa mise en pratique permettent déjà de faire avancer la recherche sur les textes anciens.

Après avoir essayé plusieurs modules proposés pour ce corpus et celui de Démosthène, mon choix s’est orienté vers les textes de Cicéron et vers la distribution des mots dans l’ensemble du corpus.

La maîtrise des codes de programmation de Rstudio se révèle être un grand gagne temps pour un chercheur travaillant sur un texte précis ou sur un ensemble de texte, qu’il soit ancien ou moderne. Le logiciel donne avec assez de simplicité le type de document, le nombre de texte, de caractères et propose diverses analyses textuelles …                       C’est en voyant ces résultats et l’exemple de la représentation par une courbe des dix mots les plus utilisés, que j’ai eu l’envie (soudaine) de me rendre compte avec plus d’efficacité de la répartition de certains mots dans l’ensemble du corpus.                         Ces résultats sont d’abord obtenus en précisant dans la programmation les mots dont l’on souhaite étudier la répartition. Un des termes que j’ai choisi est « plebs »:

code-plebs

Une fois le code appliqué, le logiciel montre le résultat sous forme d’un graphique:

plebs

L’intérêt de ce travail sur Rstudio est que les graphiques diffèrent selon les résultats mais ces derniers peuvent vite devenir assez illisibles quand il y’a beaucoup de récurrence des mots étudiés:

homines

Ce module est donc intéressant et très utile mais les résultats sont assez aléatoires. Certains graphiques sont très chargés alors que d’autres ne donnent pas de résultats (erreur de codage?) et demandent certainement de se pencher plus sérieusement sur le codage et sa complexité.                                                                                                         Heureusement pour nous, s’il peut s’avérer assez frustrant de travailler sur un graphique tel que celui qui représente la distribution de « homines » dans le corpus, d’autres logiciels de programmation comme la ligne de commande complètent utilement cette première approche de l’analyse textuelle et s’avèrent être plus claire au premier coup d’oeil:

grep-ciceron-homines Utilisation de la commande grep -c appliquée au corpus de Cicéron.                                                                                             La ligne de commande nous donne directement le nombre d’occurrence de « homines » dans chaque texte sous forme de liste.

Cet outil moderne qu’est l’ordinateur, même s’il demande beaucoup de patience avant de le maîtriser, est donc très prometteur tant pour les mordus d’informatiques que pour nous, antiquisants étudiants ou chercheurs. L’analyse des textes anciens grâce à ces logiciels va pouvoir être toujours plus poussée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *