L’arrivée de Cybèle à Rome : analyse d’un trajet mythique

Épisode légendaire entourant le culte de Cybèle, l’arrivée de la déesse à Rome a inspiré de nombreux auteurs, historiens en majorité. Véritable enjeu politique dans le contexte de la seconde guerre punique et fondement d’un nouveau culte oriental s’installant à Rome, cet épisode subit un traitement différent selon les auteurs; quand Ovide relate ce récit, c’est dans un contexte de grandes pompes, célébrant la Mère au cœur d’un récit miraculeux. Au contraire, le récit fait de cet épisode par Diodore de Sicile célèbre un personnage au milieu d’un contexte troublé trouvant son origine et son thème principal dans la lutte entre Rome et Carthage. C’est cette ambivalence qui existe dans ce récit qui sera traité dans ce billet à travers deux points de recherche : les acteurs principaux de cette arrivée et l’utilisation du domaine géographique pour guider le lecteur dans ce voyage.

Dans un souci de clarté, six passages feront l’objet de cette enquête. Ces auteurs, ayant vécu dans leur ensemble entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C., sont ceux qui nous transmettent les récits les plus détaillés que connaît ce récit, comptant 426 mots en moyenne.

Corpus de référence

La première partie de ce billet s’intéressera à la présence de deux protagonistes majeurs dans ce récit, Scipion Nasica et Claudia Quinta. Le logiciel BaseX, qui est un système de gestion de fichiers XML, permet de d’étudier la place ainsi que le nombre d’occurrences renvoyant à un de ces acteurs.

           Cybèle          Claudia      Scipion                Autre   TOTAL
Appien 6 6 6 5 23
Diodore de Sicile 3 1 13 10 27
Julien 11 10 0 10 31
Ovide 18 13 2 23 56
Silius Italicus 8 5 6 9 28
Tite-Live 6 2 5 11 24

Pour le cas de Claudia Quinta, retrouver sa trace est assez mal-aisé, la raison principale étant que certains auteurs la nomment uniquement Claudia. Or cette recherche, qui permet de trouver 137 mentions d’une Claudia dans le LLT-A, est à prendre avec des pincettes, la plupart des noms se référant au nom Claudia renvoient à la célèbre famille des Claudii. Ce problème issu de la filiation majestueuse de cette intervenante se retrouve avec Diodore de Sicile qui n’utilise pas le nom de Claudia mais celui de Valeria pour nommer la femme meilleure d’entre toutes qui accueillera la déesse. Et le même souci d’ordre sémantique se présente, Valeria pouvant qualifier, et qualifiant dans sa globalité, la famille des Valerii, elle aussi illustre. À ce souci de distinction entre personne précise et nom se rapportant à la gens ou à un autre membre homonyme se rajoute celui de l’identification de cette jeune femme. En effet, Diodore de Sicile est le seul (dans le corpus proposé du moins, une analyse détaillée de chaque occurrence du nom de Valeria qui apparaît à 67 reprises dans le TLG pourrait mettre en avant d’autres auteurs reprenant ou ayant déjà transmis cette version) à qualifier la jeune femme accueillant la déesse autrement que par le nom Claudia. S’agit-il d’une confusion entre deux noms de familles illustres ou existe-t-il une seconde version dans laquelle c’est une certaine Valeria qui accueille la déesse ? Le personnage de Valeria étant seulement nommé dans le récit de Diodore de Sicile, il ne semble pas nécessaire de s’attacher à cette variation, un argument majeur étant qu’aucun autre texte n’a révélé une autre nomination pour Claudia à partir de recherches lemmatisées sur le TLG.

Cette difficulté passée, l’analyse s’opérera par le biais du logiciel BaseX qui permet d’étudier un texte, préalablement balisé, sous diverses formes (statistiques, graphiques). Ce que nous pouvons retenir de l’étude de ces textes est la structure narrative systématique concernant la mention de Claudia Quinta et de Scipion Nasica. Dans la majorité de ces textes, la figure de Claudia Quinta apparaît dans la dernière partie du récit, lors de l’arrivée de la déesse. Cette position n’est pas surprenante, étant donné que le nom de Claudia Quinta est, selon la structure narrative, solidaire du nom de la déesse lors de son arrivée à Rome (bien entendu, la mention de Cybèle est diffuse dans l’ensemble des textes). Pour ce qui est de Scipion Nasica, la position de sa nomination peut éclairer quant au genre du texte. Ainsi, nous ne pouvons que constater sa place dominante dans le récit de Diodore de Sicile, domination qui s’explique par le genre même et le sujet du texte. Principalement intéressé par le conflit romano-carthaginois, Diodore utilise la figure de Scipion Nasica (usant par la même occasion de sa gens dans un souci de créer une harmonisation et de liaison de son récit historique) comme fil conducteur de cet épisode. De ce fait, à l’opposé d’Ovide ou de Julien qui laisse peu voire aucune place à la présence de ce jeune Scipion et qui présentent un récit accès sur la figure de Cybèle et sur la dimension mythico-théologique de son arrivée, Diodore inscrit son exposé dans le cadre historique, dans son appellation la plus pragmatique qu’il soit. Ce souci de réalité historique s’observe notamment par la faible présence de la déesse, mentionnée peu de fois et présente que lors de la première partie du récit, faisant de cet épisode une anecdote dans l’histoire que nous livre Diodore. Pour contrebalancer ce constat, nous pouvons mettre ce récit en parallèle avec deux récits proches l’un de l’autre, tant sur la forme du récit que sur le fond, le récit fait par Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux historiens observent la même structure d’apparition narrative, Claudia Quinta apparaissant à la fin et Scipion Nasica au début. Ces récits prennent part dans un ensemble se rapportant au récit fait de la seconde guerre Punique; à la différence de Diodore donc, Silius Italicus et Tite-Live infiltrent au cœur de leurs récits historiques une part de récit mythique. La figure de Cybèle reprenant plus de poids dans le récit, le récit de cet arrivée est davantage développé et laisse plus de place à la figure, inexistante mis à part une unique mention chez Diodore, de Claudia Quinta. Dans ce cadre, la figure de Scipion Nasica n’est plus utilisée dans une optique historique et généalogique vis-à-vis des personnages illustres issus de sa gens mais se confond avec une atmosphère mythique mettant davantage l’accent sur son rôle quant à l’acquisition ou la réception de la déesse, ce qui fluctue selon les récits.

La présence de la déesse Cybèle dans le récit de Silius Italicus

Une seconde analyse concernant l’utilisation de la géographie permet de mettre l’accent sur des thèmes secondaires, voire un thème principal qui traite de l’épisode de l’arrivée de Cybèle comme une anecdote. Toujours à l’aide du logiciel BaseX, nous pouvons étudier l’apparition des points géographiques tout au long de l’extrait afin de pouvoir étudier cet épisode polymorphe. Ainsi, nous pouvons voir deux grandes tendances ressortir.

L’auteur le plus précis quant à ce voyage est sans aucun doute Ovide. Son récit, jalonné par des références mythologiques, se veut utiliser le trajet mythique de la Mère afin de qualifier des lieux non par leurs noms mais par le mythe et les personnages mythiques qui s’y rapportent. Pédagogique donc, la carte ovidienne est la seule qui attache une importance toute particulière à la progression spatiale de la déesse au cours de son épopée. Ce récit nomme les noms de lieu dans une logique d’évolution géographique, ne se cantonnant pas uniquement à un renvoi à Rome ou entre la Phrygie et Rome afin de relater ce récit. L’étude du texte ovidien, dans une liste exhaustive des noms de lieux (ainsi que des noms mythiques permettant de localiser un lieu grâce à un épisode précis) permet de rendre compte du nombre de lieux cités qui se retrouve aux alentour du milieu de texte. Deux autres parties denses, au début et à la fin du récit, permet de mettre en évidence l’accent mis sur Rome, qui est l’élément géographique majeur selon toute nos attentes, en début et en fin de récit.

Étude géographique du récit ovidien

Carte du récit ovidien obtenue sur le site Recogito

Deux auteurs reprennent cette structure, de manière beaucoup plus synthétique. Appien et l’Empereur Julien (dit l’Apostat) concentrent le récit sur un parallélisme géographique entre Rome et la Phrygie (l’Orient en général). Cet intérêt, pouvant permettre d’associer ces récits comme héritiers à celui d’Ovide, est aussi à mettre en parallèle avec la vie de ces auteurs: Appien, alexandrin, et Julien, César, sont attachés à la tradition orientale de cet Empire, ce qui pourrait expliquer, en partie, ce traitement « complet » dans sa synthèse de la géographie de ce voyage.

Un second ensemble de textes rend compte d’une géographie axée sur Rome et sur l’Afrique, plus précisément sur Carthage. Ce point est central dans le récit de Diodore de Sicile qui traite cette arrivée divine de façon anecdotique comparée à la seconde guerre Punique qui apparaît comme élément central. Cette appréciation des conflits entre Rome et Carthage (ou l' »Afrique » plus généralement) permet de classer ces textes dans une catégorie historisante. Diodore de Sicile en est l’exemple parfait : ne citant la Phrygie qu’une unique fois, une tendance forte se dégage par l’utilisation systématique d’un point de vue mettant en avant le conflit romano-carthaginois. Deux autres auteurs, historiens, traitent de l’Afrique en général et de cette guerre Punique: Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux auteurs, à la différence de Diodore de Sicile, élargissent leurs horizons. Rome reste centrale, la côte africaine importante, mais le récit historique de ces deux auteurs laisse ici place à cette arrivée mythique, citant la Phrygie et, dans le cas de Silius Italicus, référant à quelque points précis du passage du navire transportant la déesse. Cet intérêt pour cet épisode est, comme il a été montré précédemment, plus marqué pour ne pas être qu’une anecdote.

Dans le cadre d’une étude de ce genre il reste nécessaire d’étudier le genre même de ces récits. Cette étude, faite à travers l’étude des verbes présents dans ces épisodes, permet de classer ces textes. Les verbes utilisés, afin de raconter ce voyage, sont semblables dans tous ces textes, avec une prédominance des verbes accipio-is-ere-cepi-ceptum et λαμβάνω, toujours dans des temps du « passé »,  ainsi que d’autres verbes mettant en avant le mouvement comme veneo-is-ire-ii. Les textes ne présentent pas de différences très importantes sur ce point, une observation dont il est assez malaisé de tirer une conclusion étant donné qu’ils relatent un même récit, les mêmes mots viennent à être utilisés, dans la même logique narrative commune à tous. Mais des textes se démarquent notamment par la mention de la parole: « dixit » apparaît chez Ovide ou « φασί » chez Julien. Ces auteurs, à l’instar des « historiens », ancrent leurs récits non dans le récit d’un fait historique mais dans le cadre d’un récit raconté, par Erato chez Ovide.

Cette brève étude de ces récits permet de rendre compte de la diversité que présente un épisode unique sous l’œil de différents auteurs. La position « spatiale » des mots permet de mettre l’accent sur des dissonances, certes faibles, mais permettant de supposer une filiation entre ces différents textes. Ainsi, le texte de Julien semble s’inscrire dans la lignée ovidienne alors que le récit de Silius Italicus emprunte les mêmes codes que le texte livien.


2 réflexions au sujet de « L’arrivée de Cybèle à Rome : analyse d’un trajet mythique »

  1. Ping : Repérés sur la toile des carnets /3 | Actualités des études anciennes

  2. Ping : Antiquité & Numérique / L’arrivée de Cybèle à Rome : analyse d’un trajet mythique – Arrête ton char

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *