Martyrs 2.0 : vers l’au-delà numérique.

Pour ce dernier semestre d’Humanités Numériques, chacun a dû se détacher de la rassurante paroi ostréicole commune et prendre le large dans le cadre du projet personnel en lien avec le mémoire. C’est ce fameux projet qu’il s’agit de décrire ici, et surtout sa mise en application grâce aux outils de traitement de données vus en cours.

                Ma recherche n’ayant pas de portée grammaticale ou linguistique et comportant seulement une part mesurée de littérature, avec, somme toute, assez peu de textes à aborder en profondeur, les éléments de traitement systématiques de données, par les statistiques notamment, ne me paraissaient pas pertinents pour mes objectifs.

                En revanche, dans le cadre de mon travail sur l’élaboration, la transmission et les variations d’un récit dans le cadre d’un culte de saints (la Passio et Vita du Ve s. des martyrs de Rome Chrysanthe et Daria), j’ai trouvé pertinent d’établir une base de données codée et balisée pour mettre en évidence le phénomène de variation ou, dans le cadre de sources non narratives, les complément d’informations sur les éléments archéologiques d’alors. Le but était de visualiser nettement quels récits, grâce à la fidélité ou non par rapport aux jalons narratifs et aux détails, avaient eu accès à une « copie » de la Passio Chrysanthi et Dariae. Cela devait permettre de visualiser l’expansion géographique et chronologique de ce récit et par conséquent mettre en valeur une des modalités de transmission du culte de ces martyrs. C’est une forme de dégrossissage de mon enquête, en somme, qui me servira notamment pour la première partie de mon mémoire.

                Mon corpus n’a pas une quantité de composants invraisemblable (dix dans le cadre de cet exercice) et les ressources écrites sont pour la plupart brèves, voire très brèves.

La première étape du travail avant de baliser le texte en XML a donc été de rassembler les différentes ressources, pas toutes numérisées, voire pas en ligne du tout. J’ai retapé certains textes courts, soit qu’ils se fussent trouvés dans des livres, soit dans des éditions accessibles en ligne. Pour d’autres, notamment la Passio d’environ 5000 mots, j’ai eu recours à l’océrisation (néologisme francisé venant d’OCR : Optical Character Recognition) qui permet de convertir une image de texte en format texte. La qualité des éditions numérisées de la Patrologia Latina ou des Monumenta Germaniae Historiae n’étant pas vraiment optimale au vu de nos éditions contemporaines, il m’a fallu corriger de nombreuses fautes de transcription des lettres (confusion des t, h, b, ae et ac…) et il doit encore en rester.

Une fois les principaux textes de mon corpus assemblés, le balisage pouvait commencer. Après quelques déboires parce que je n’avais prévu ni le bon format ni le bon logiciel de traitement de texte, il m’a fallu marquer un par un tous les éléments pertinents à mettre en vis-à-vis, à partir de la Passio pour la plupart des marquages (c’est-à-dire que ce texte a un échantillon de presque toutes les balises) mais pas seulement, notamment en ce qui concernait l’inventio des corps. Le plus gros travail à fournir ici est en fait celui de conceptualisation des catégories, avec en tête la lisibilité finale et la facilité à traiter les informations préalablement marquées. Il m’a fallu pour cela refondre certaines catégories en utilisant plus largement le système d’attributs. Une certaine aide m’a été apportée pour restructurer la syntaxe XML des paragraphes.

L’appétissant texte brut (détail, 2017) 

                A ce stade, tout le corpus ayant été balisé, il fallait donc trouver un moyen de lire les données. Pour faire apparaître les données corrélées aux marqueurs XML, le logiciel BaseX s’est montré approprié. Une fois le fichier chargé, on peut se contenter de rentrer le nom d’une balise ou la sélectionner dans une liste pour la faire apparaître. Mais à ce moment là…

Qui? Quoi? D’où?

Plusieurs soucis de lisibilité. D’abord, la mise en page est plus sommaire que sommaire, mais surtout, aucune donnée des headers n’est disponible pour savoir de quels textes il s’agit : certaines informations essentielles manquent. Même moi qui ai marqué toutes ces balises, j’aurais difficilement pu dire de quels textes venaient les passages sélectionnés. Il fallait donc que les headers apparaissent en plus de chaque contenu à proprement parler ; mais pour cela, il était nécessaire de pactiser plus avant avec la machine en se servant d’une invite de commande. (Si vous avez lu mes précédentes expériences sur ce blog, vous saurez à quoi vous en tenir quand je suis confronté à des invites de commande.)

En fait, je mets fin au suspense, notre gentille professeur de Numériques m’a directement indiqué les commandes et ça a marché. Voilà donc le genre de choses qu’il fallait rentrer dans l’invite.

Le code requis pour cibler les balises de façon plus spécifique.

A ce stade, la question finale était simplement, pour une meilleure exploitation, d’exporter le résultat en html, car autrement il n’est pas fort lisible. La présentation laisse encore beaucoup à désirer mais les mots et les groupes d’information sont séparés et l’on sait de quelle thème il s’agit.

Pas assez de budget pour un design plus recherché hélas.

Il s’agit maintenant de vous convaincre de l’utilité de ces manipulations. Ici, l’exemple est en fait assez médiocre car le peu d’éléments à comparer rend moins éclatant la praticité d’un tel traitement balistique. Pour autant, le chercheur déjà avisé sur le sujet (moi, en l’occurrence) peut tirer déjà un certain nombre de remarques grâce à ce parallèle explicite. Ici, il est clair que la réécriture a été faite, pour ce passage, dans le sens de l’étoffement : le thème de l’éducation classique a paru beaucoup plus important au second auteur pour caractériser le saint. On peut présumer, en mettant ce résultat avec d’autres obtenus facilement grâce au balisage que la dimension didactique et édifiante du récit intervenait dans un contexte (l’Angleterre à la fin du VIe s.) où la question de la continuité avec Rome était un enjeu très concret dans l’appréhension de l’éducation et de l’articulation entre culture chrétienne, culture classique païenne, culture anglo-saxonne. Chrysanthe représente évidemment le puer senex; la Passio source adopte un rapport ambivalent vis-à-vis de l’éducation classique: ici, le thème est réapproprié pour montrer au contraire comment celle-ci n’empêche pas l’âme, parfaitement cultivée, de se tourner vers les choses spirituelles supérieures et réaffirme donc la continuation entre culture païenne et culture chrétienne.

Je pense que ce projet n’est évidemment pas encore tout à fait abouti, car il faut comprendre en profondeur le sujet pour véritablement le mettre à profit. Cela n’empêche pas pour autant le chercheur de s’en servir pour son travail. Opus Continuandum


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *