Quelques remarques à saut et à gambade sur le TLG

Le Thesaurus Linguae Graecae est un outil d’une utilité considérable pour qui désire travailler sur la littérature grecque. L’histoire du projet est longue, et importante dans l’évolution des humanités numériques. Le projet est né en 1972 à l’Université de Californie. Il s’agissait de créer une base de données informatiques qui rassemblerait l’ensemble de la littérature grecque antique depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople. David Packard a élaboré, autour de ce projet de TLG, le système Ibycus pour travailler avec les textes, ainsi que le code Beta pour afficher et lire les caractères polytoniques du grec ancien. C’est autour de ces technologies que s’est développé le TLG, d’abord disponible sur CD-Rom. Aujourd’hui, toutefois, le TLG est accessible en ligne, et les textes grecs en Unicode, ce qui facilite grandement l’utilisation des données.

Le corpus immense couvert par le TLG n’est cependant disponible qu’à quelques *happy few* ; en effet, l’accès est payant, et par conséquent est d’abord destiné aux chercheurs ou étudiants, grâce aux bibliothèques institutionnelles. Le projet est donc principalement destiné aux recherches savantes sur l’Antiquité, et non à une diffusion globale des savoirs.

L’intérêt du projet est multiple. En effet, il est possible d’effectuer des recherches dans l’ensemble du canon littéraire, que ce soit par auteur, par titre d’oeuvre ou par publication, et ainsi de trouver facilement un texte qui peut être utile au travail en cours. Lorsque l’on travaille sur un texte, il est très facile d’en voir la structure et d’atteindre le passage que l’on cherche.

Capture d'écran 2014-12-07 13.43.26

Une autre possibilité offerte par la base de données, qui est extrêmement utile, est la recherche lexicale à travers le corpus. Je me suis personnellement beaucoup servi de cette fonction, pour mes travaux en mythologie, mais également en linguistique. En effet, il est possible de définir de nombreux paramètres de la recherche : non seulement le mot que l’on recherche, mais également le corpus que nous voulons étudier (un auteur particulier, une oeuvre précise…). On peut également étudier la proximité entre deux ou trois termes.

Capture d'écran 2014-12-07 13.02.54

Les analyses permises par le TLG sur la littérature grecque sont ainsi précises et facilitent la recension des formes. Et s’inscrire sur le site offre en outre la possibilité d’enregistrer les recherches, afin d’y revenir plus tard.

Capture d'écran 2014-12-07 14.25.04

Enfin, la lemmatisation introduite récemment ajoute encore des possibilités d’analyse. Il faut encore ajouter que lorsqu’on consulte un texte, chaque mot contient un lien qui renvoie à une entrée dans le dictionnaire de grec de Liddell-Scott-Jones.

Capture d'écran 2014-12-07 14.13.44

Toutefois, quelques critiques sont à apporter à ce projet. Les textes numérisés proviennent d’éditions en général anciennes, libres de droit, qui ne correspondent pas tout à fait à l’état actuel des recherches. Pour ne prendre qu’un exemple qui me concerne, le texte des *Argonautiques orphiques* est celui de l’édition des Belles Lettres de 1930 ; une autre a été faite en 1987, qui revient à plusieurs reprises sur le texte de l’édition de 1930. Un autre inconvénient du site est l’absence d’apparat critique, puisqu’il ne donne qu’une forme du texte établi. Enfin, si l’on a besoin du texte pour un travail personnel, qu’il faut donc le copier, les références de paragraphes ou de numéros de vers en font partie.

C’est donc un projet absolument fondamental que nous avons avec le Thesaurus Linguae Graecae, mais il pourrait profiter des évolutions de l’édition critique en ligne, avec notamment le langage XML, pour qu’il soit encore plus intéressant de travailler avec cet outil.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *