Premières impressions

Ce qui m’a amenée à m’intéresser aux « digital humanities » pour la première fois fut un sujet de dissertation dont l’intitulé était : « Le transhumanisme est-il une contre-culture ? ».

Forcée d’admettre dans mon raisonnement que par de nombreux aspects la technocratie pousse à la technophobie, je me suis détournée de la vision ingénue héritée du XIXe d’une science « pure » et d’une séparation manichéenne des disciplines littéraires et scientifiques. Concluant à la réunion nécessaire pour notre futur humain – ce qui sous-entend ici non post humain – de la ποίησις, de la πρᾶξις et de la τέχνη, j’ai découvert le mouvement des digital humanities et la façon dont ses tenants se proposaient d’appliquer l’innovation technologique aux sciences humaines et sociales. Se proposant d’expérimenter et de partager en utilisant pleinement les capacités nouvelles offertes par le medium numérique, ils réintroduisent le progrès à échelle humaine. Comme l’avait dit d’abord Von Foerster, un des pères de la cybernétique,

« L’existence de science dites sociales indique le refus de permettre aux autres sciences d’être sociales. »

ce que complète judicieusement Edgard Morin, penseur de la transdisciplinarité

« … et de permettre aux sciences sociales d’être physiques ».

Beaucoup se récrient et proclament la fin de la culture traditionnelle avec l’avènement de la cyberculture. Mais cette transition autorise même le paradoxe des digital classics, c’est-à-dire qu’elle sortirait de leur tour d’ivoire les seuls maîtres d’un patrimoine jalousement gardé et inaccessible dans une société où méritocratie et élitisme sont maître-mots. Si l’on abolit la tension entre sciences et lettres, on abrogera peut être la tyrannie sociale entre high et low culture. L’enthousiasme des chercheurs et la vaste réflexion à mener encouragent tout un chacun à prendre part à ce grand pas pour l’humanité.

La culture est morte, vive la culture !

Human hand touching an android hand. Digital illustration.

Human hand touching an android hand. Digital illustration of the future Sistine Chapel.


4 réflexions au sujet de « Premières impressions »

  1. La technologie comme super-culture qui réunirait les disciplines et les hommes! Les « digital classics », d’une tour d’ivoire, se transformeraient en une super tour de Babel!

  2. La vision est peut-être trop idéaliste : quel est l’intérêt que suscite un changement de méthode dans les approches universitaires, tout révolutionnaire qu’il soit, si, partant, seuls la caste des universitaires, dont nous faisons évidemment partie, est la seule à en profiter ? Quel retournement radical tout cela provoque-t-il dans le quotidien d’un plongeur tamoul ou d’un balayeur malien ?

  3. Texte avec des citations justes qui posent une très important problématique pour les Humanités numériques. La combinaison de « high culture » des Humanités classiques et de « low cuture » des Humanités numériques est le défi de notre époque.

  4. Un angle de vue fort intéressant et bien nourri. Je me demande bien quelle force d’influence en est à l’origine… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *