Humanités Classiques et humanités numériques

003En tant que discipline, les Humanités numériques sont difficilement définissables. Pourtant, celles-ci s’associent à une formation d’antiquisants et offrent de nouvelles perspectives d’analyses en milieu universitaire.
Avoir accès à des sources bibliographiques et travailler avec des outils efficaces sont devenus les exigences du travail de recherche qu’effectue l’étudiant durant son parcours. Bien que ceci demeure banal à bien des égards, ces usages de l’informatique dans les études dites « classiques » nous interrogent sur cette combinaison du Numérique avec les sciences humaines. Aussi, force est de constater qu’à présent la plupart des textes sur lesquels nous travaillons par l’intermédiaire de nos machines ont été préalablement transformé en données. Ainsi, de multiples langages se rencontrent et nous découvrons un univers pluridisciplinaire où la question du texte est omniprésente. D’anciennes traductions sont alors remises au goût du jour et bénéficient de cet engouement lié à l’ère du numérique. De même, ces innovations et la réunion de ces savoirs nous prêtent la vision d’une bibliothèque monumentale où il serait possible d’offrir de nouveaux moyens de communiquer avec un passé lointain. Comme le dirait Antoine Lavoisier, « rien ne se perd, tout se transforme » et le numérique devient l’opportunité d’une revalorisation de notre héritage classique.


6 réflexions au sujet de « Humanités Classiques et humanités numériques »

  1. C’est vrai qu’il est à tous égards stimulant de se dire que l’on est peut-être en train d’aider à bâtir une sorte de bibliothèque d’Alexandrie contemporaine.

    • Je ne trouve pas tellement que les Humanités Numériques rendent compte de la fameuse bibliothèque, puisqu’elle avait un rôle de centralisation et une prétention de pérennité que n’a pas la technologie sans cesse mouvante et ayant prétention à la diffusion massive.

  2. Je trouve la citation de Lavoisier brillante! Elle démontre exactement l’esprit d’évolution constante qui ne ferme les yeux aux idées novatrices.

  3. (Mais si une inondation se produit, c’est quand même la fin)

    Je trouve que le texte fait ressortir clairement l’idée que les disciplines classiques doivent être déplacées de leur piédestal de musée pour être traitées de la même façon que d’autres plus récentes, et ceux par l’intermédiaire d’une technologie vraiment contemporaine.

  4. L’avantage est que les textes ne brûleront pas cette fois-ci ! La citation de Lavoisier que tu utilises illustre bien cette évolution constante nécessaire à l’étude des Lettres Classiques qui resteraient sinon figées et barbantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *