Des Chiffres et des Lettres (et puis d’autres choses, aussi)

 Longtemps, je me suis couché de bonne heure. En Licence du moins. Désormais, dans cette nouvelle formation de Master, tous les repères autrefois si nets se font troubles, les cours commencent tard, les heures de sommeil se font aléatoires, bref, rien ne va plus. Ainsi peut-on, en sus de ce cataclysme infligé à notre horloge biologique et  pour augmenter encore le chaos de la situation, coordonner ces deux termes de Classique et de Numérique en cette impudente Université de Nanterre. Il n’y a plus de saisons.

                Une bonne et réglementaire éducation française m’inviterait à définir les deux termes clés du sujet pour temporiser et remplir de très enrichissantes pages. J’ai fort peu envie de partir de ce côté-là, aussi ne le ferai-je pas. Je suppose aussi que je pourrais devant cette provocante association titulaire, m’insurger tel un réactionnaire. Mais mon amour pour les disciplines classiques ne m’empêche pas de reconnaître que parfois, il se dégage de celles-ci des vapeurs d’un élitisme si décati que je doute alors que d’imaginaires mites en eussent voulu.

                La vérité, pour dresser mon ressenti –puisque c’est de cela qu’il s’agit -, c’est qu’effectivement, l’intitulé de ce Master et ce que nous y ferons concrètement, présente deux aspects qui ne sont pas automatique associés dans mon esprit. Ainsi, le terme classique y respire un parfum doré délicieux, fortifié par les siècles ou les millénaires ; il évoque une force assurée et puissante qui recoupe  à la fois les civilisations antiques ayant significativement modulé l’humanité, et des savoirs, des témoignages, des explorations –même ennuyeuses ou candides- de l’univers et de l’homme. Ses accents charmants tiennent de ce que la culture classique est à la fois naïve comme un enfant, sévère comme un aïeul, cinglante et posée, malicieuse et morale, belle tout simplement dans sa complexité. Sa fragrance tient du désuet et du familier. Elle a nourri les penseurs et alimenté ou influencé d’innombrables créations, enfanté d’âge en âge de nouveaux classicismes, d’autres merveilles, en usant inégalée des puissances mystérieuses du Verbe et de l’Art.

                Et à côté de cela, le Numérique. Jeune. Chiffré. Monochrome au meilleur des cas, aux couleurs criardes  autrement –oh, ces pages de langage HTML ! Horresco referens -. Je perçois tout à fait son potentiel, que cela ne me soit pas imputé ; il est partout désormais. Mais devoir user d’un médium inesthétique et mathématique, être obligé de passer par d’ingrates coulisses qui exposent toute leur machinerie, apprendre à fixer ensemble des boulons… J’aurais envie  de tout maitriser en un instant pour voir les mécanismes en action et ne plus avoir à me pencher sur des rouages dépourvus de charme.  Une fois cette connaissance acquise, j’augmenterai encore mon répertoire d’outils à créer et magnifier le Beau du Classique. Aspirer la force vitale du cadet pour revivifier d’un sang neuf l’ainé éternel. Le deuxième terme de l’intitulé sera l’esclave du premier.

Voilà voilà. Tout cela pour dire que je ne suis pas passionné du Numérique, mais que c’est un mal pour un bien. L’illustration de cet article témoigne de ma bonne foi et résume mon humble opinion.

D'après le tableau de LAGRENEE, 1768, huile sur toile, Musée du Louvre :La lampe de Numerica met en lumière la splendeur de Classicus

D’après le tableau de LAGRENEE, 1768, huile sur toile, Musée du Louvre : La lampe de Numerica met en lumière la splendeur de Classicus


9 réflexions au sujet de « Des Chiffres et des Lettres (et puis d’autres choses, aussi) »

  1. Que c’est agréable de te lire cher Antoine! Tu me rappelles ce pauvre Michel de ce Paris du XXe siècle peint par Jules Verne. Le beau vaincra et je reconnais qu’il existe une hiérarchie d’ordre « esthétique » et presque « morale » entre les lettres classiques et le numérique…

  2. Que de poésie dans cette description qui reflète l’état d’âme que beaucoup d’entre nous ont certainement eu en découvrant cette matière.

  3. « Ah le joli début ! /Qu’il a le tour galant ! /Lui seul des vers aisés possède le talent ! »

  4. Voici une illustration bien éclairante ! Mais je ne pense pas que l’on doive forcément confronter la beauté des Lettres Classiques à une éventuelle sécheresse des Humanités Numériques. Les Humanités Numériques servent de médium aux Lettres Classiques mais produisent plus l’image d’une discipline aidant l’autre qu’une discipline esclave de l’autre.
    Des nains sur l’épaule des géants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *