Coucher des mots sur le clavier?

 manuscrit byzantin

Le Master Humanités Classiques et Humanités Numériques propose une approche virtuelle des lettres anciennes. Alors que quelques décennies en arrière les étudiants se rassemblaient dans des bibliothèques boisées et studieuses afin de pouvoir se consacrer à l’étude d’un texte, il suffit à l’étudiant moderne d’allumer son ordinateur pour accéder à une multitude de textes et d’études consacrées à ceux-ci. En cela, l’étude des lettres classiques s’est transformée dans son essence, sacrifiant pour certains la culture antique aux doigts des informaticiens en herbe que nous sommes en pleine période de déclin de l’apprentissage des langues anciennes, pour d’autres dans l’optique de moderniser ce même apprentissage et d’apporter un nouveau souffle au domaine de la recherche qui s’en trouve fortifié.

Le texte numérisé peut ainsi être lu de toutes heures dans , les transports en communs et les salons accueillant ces lecteurs
baroudeurs. En ce sens, l’internet a certes favorisé la démocratisation de la culture mais entraîne une perte dans l’étude de cette discipline : à mesure où les textes sont de plus en plus disponible par le biais de la virtualité, l’utilisation des matériaux premiers tels que le livre perd de sa superbe, conduisant à réduire la relation affective qui existe entre le texte et son lecteur et à transformer la beauté de cette discipline boudée. La philologie, au fil du temps, pourra certes apporter des résultats impressionnants – par les humanités numériques qui éclairent la culture antique de ses outils surhumains et qui constituent une discipline amenée à se développer et à s’affirmer par le besoin d’acquérir de nouveaux objets de connaissance permettant de stimuler la recherche – mais au détriment de la relation affective qui peut exister entre le texte et son lecteur.

J’aborde les humanités numériques avec une pointe de perplexité du fait de la froideur que m’inspire l’univers virtuel : préférer la machine gorgée de logiciels plus ou moins complexes que je ne maîtrise pas à mon niveau aux matériaux « traditionnels », la relation purement pratique à une approche sentimentale de l’objet, m’est incompréhensible. L’étude de cette nouvelle approche des lettres classiques confirmera mon ressenti ou au contraire le démentira.


5 réflexions au sujet de « Coucher des mots sur le clavier? »

  1. Que de sentiments pour cet objet du quotidien, ce compagnon de trajet… je crois également que l’on va perdre dans la lecture ce charme lié à l’ouvrage lui-même. Je suis fascinée par les images, certes, j’apporte beaucoup d’attention à des illustrations de textes… et si l’humeur n’aide pas, je boude le texte quelques secondes de plus. Pour cela, j’aime feuilleter des catalogues, des oeuvres illustrées comme les fables de La Fontaine représentées par Chagall. Mais ce va-et-vient du regard et le temps que j’apporte à ma lecture imprime des sentiments sur chaque page. Ce sentiment, j’ai peur de le perdre avec l’arrivée du numérique.. mais l’affectif est-il vraiment au coeur de cette question du texte.. de cette lecture presque mécanique? Nous ne sommes pas des robots.. mais des étudiants nostalgiques des romans que l’on froissait au fond d’un sac de voyage…

  2. Il faut voir le côté positif: tu as accès à pleins de textes et tu vas pouvoir écrire en Grec grâce à l’Unicode ! L’amour des livres (anciens notamment) ne peut être remplacée par l’ordinateur

  3. Ne t’inquiète pas Camille, nous continuerons à nous « rassembler dans des bibliothèques boisées et studieuses afin de pouvoir se consacrer à l’étude d’un texte » comme tu le dis si bien ; cela ne nous empêchera pas de faciliter nos travaux par le truchement des moyens numériques.

  4. Qui a dit que le logiciel remplacera le livre? Avoir de nouveaux outils à disposition pour étudier des matériaux anciens ouvre avant tout de nouvelles perspectives, cela ne condamne pas pour autant les anciennes. Les « digital humanities » sont une nouvelle façon de faire des humanités, mais pas la seule.

  5. Je ne pense pas que l’amour pour les supports anciens et précieux soit jamais remplacé un jour, puisqu’il a une fin propre qui diffère de celle du travail de recherche et d’étude; peut-être que quelques générations avant, le changement aurait été majeur, mais nous avons je pense été habitué à manipuler d’un côté les objets littéraires traditionnels -pour le loisir ou la lecture simple- et travailler avec des outils purement pratiques de l’autre. Aussi il n’y a pas trop à s’inquiéter sur une scission brutale, puisqu’elle a déjà été faite progressivement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *