La fourmilière des intelligences

« Humanités classiques et humanités numériques », drôle de titre pour un master, ai-je pensé d’abord. La partie classique, je voyais bien ce que c’était: lettres classiques à l’ancienne, du latin, du grec, des vieux livres jaunis qui sentent la poussière et le papier sec, des manuscrits avec un peu de chance, et surtout de la littérature ancienne, avec ce qu’elle apporte de connaissances sur l’histoire et la culture de ces civilisations disparues dont nous sommes les héritiers.
Et le numérique dans tout ça? Les Classiques, ces « dinosaures », auraient-ils décidé de se mettre à la modernité? Quelle hérésie!
Et pourquoi opposerait-on systématiquement le numérique, symbole par excellence du progrès contemporain, à l’archaïsme des antiquisants? A la réflexion, l’intitulé de ce master me semble d’abord un appel à reconsidérer ma définition de la discipline à laquelle je compte consacrer mes études. A 21 ans, je ne me sens pas un dinosaure, j’ai grandi avec ces « nouvelles » technologies. Ce sont des outils qui se sont développés et se développent encore, pourquoi les Classiques resteraient-ils à l’écart, quand leur champ de recherches pourrait s’en trouver transformé, renouvelé, élargi?
C’est à Victor Hugo que je pense en voyant l’intitulé du master:
« C’était pressentiment que la pensée humaine en changeant de forme allait changer de mode d’expression, que l’idée capitale de chaque génération ne s’écrirait plus avec la même matière et de la même façon, que le livre de pierre, si solide et si durable, allait faire place au livre de papier, plus solide et plus durable encore. (…)
L’invention de l’imprimerie est le plus grand événement de l’histoire. C’est la révolution mère. C’est le mode d’expression de l’humanité qui se renouvelle totalement, c’est la pensée humaine qui dépouille une forme et en revêt une autre, c’est le complet et définitif changement de peau de ce serpent symbolique qui, depuis Adam, représente l’intelligence.
Sous la forme imprimerie, la pensée est plus impérissable que jamais ; elle est volatile, insaisissable, indestructible. Elle se mêle à l’air. Du temps de l’architecture, elle se faisait montagne et s’emparait puissamment d’un siècle et d’un lieu. Maintenant elle se fait troupe d’oiseaux, s’éparpille aux quatre vents, et occupe à la fois tous les points de l’air et de l’espace. »
(Notre-Dame de Paris, livre V, chapitre II: Ceci tuera cela)
C’est ce que je ressens vis-à-vis du numérique en général. Une nouvelle mémoire, un nouveau mode d’expression de l’intelligence humaine, la disparition des filtres qui jusque là permettaient une sorte de sélection des données conservées. Sur le web, chaque mot, chaque image, et donc chaque pensée qui se cache derrière, est sauvegardé et conservé, et d’une manière ou d’une autre, accessible, indépendamment de la valeur de son contenu. J’y vois une nouvelle « fourmilière de l’intelligence », pour reprendre la formule hugolienne.
Pour moi, cela signifie avant tout l’opportunité d’avoir accès aux données, aux textes, aux travaux qui me permettront de mener mes recherches à bien, et de disposer des outils pour les exploiter. Plus largement, les humanités numériques sont pour moi la question posée de la place de ma discipline, les lettres classiques, dans la quantité immense (infinie peut-être?) de données immatérielles qui circulent, et de la valeur qu’on leur accorde toujours dans ce cratère qui mêle indistinctement toutes les informations, en gommant les hiérarchies traditionnelles.

UU_Library


6 réflexions au sujet de « La fourmilière des intelligences »

  1. Je partage tes impressions, il semble important de redonner de la consistance à cette mémoire que nous héritons en ouvrant les frontières des disciplines. Les dinosaures des lettres classiques survivront, je l’espère, à l’ère de la modernité technologique.

  2. Le passage d’Hugo a déjà été relevé dans tous les commentaires précédents mais je le redis: c’est un bon choix (quel beau texte!) qui illustre l’évolution de la technique humaine. De plus je pense aussi que l’outil informatique est devenu essentiel même dans notre domaine pour avoir accès à de nombreuses ressources.

  3. Intéressant, serait-ce l’avènement d’un quatrième âge de la civilisation, après les trois premiers dont Hugo parle dans la préface de Cromwell ?

  4. Cohérence parfaite du texte, ayant comme base l’élément d’opposition. La route des exemples « Dinosaures- Victor Hugo- humanités numériques » démontre d’une manière expressive l’évolution d’esprit.

  5. L’extrait emprunté à Victor Hugo est très révélateur de l’évolution constante et nécessaire d’un mode d’expression qui se couple avec harmonie à l’époque à laquelle il correspond.

  6. Le passage d’Hugo décrit effectivement à merveille le principe de révolution de moyens pour la pensée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *