Considérations sur le TLG

Le Thesaurus Lingua Graecae constitue un inventaire de l’héritage grec, de Homère à la chute de Constantinople. Ce corpus, d’une taille gargantuesque depuis sa création dans les années 70, comptait en 2009 cent millions de mots, mille œuvres, quatre mille auteurs ou corpus. Je ne referai pas l’histoire du TLG qui a déjà été explicité dans un article de l’année passé :

http://classnum.hypotheses.org/163

Je le définirai seulement comme le premier ainsi que le plus grand projet de documentation qui a modifié, dans un sens positif, l’étude savante des textes afin de la rendre plus complexe, experte et créative. Cette base de données qu’est le TLG constitue aujourd’hui un « trésor » irremplaçable, de par sa taille ainsi que de par son utilité, soutenue par l’utilisation de l’anglais et de l’Unicode, comme pour l’ensemble des bases de données, qui illustre bien la vocation universalisant de ce projet.

Je n’ajouterai que quelques remarques aux propos de mon prédécesseur :
La page d’accueil du site est d’une propreté et d’un soin clinique : les couleurs utilisées sont attrayantes, ayant un avantage considérable sur la fadeur du Perseus Project. Le site est clair et pédagogique.Malgré le fait que j’ai toujours favorisé l’utilisation du Perseus Project, je n’ai eu aucun mal à manier ce site. La page d’accueil propose notamment l’utilisation de « quick links » qui relatent l’histoire du TLG et expliquent ses outils comme le Canon. L’une des forces du TLG consiste en l’utilisation de lien permettant de renvoyer au LSJ ( The Online Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon ) et au LBG ( Lexicon zur byzantinischen Gräzität ), ce qui nécessite tout de même de pouvoir manier l’anglais et peut être l’allemand afin de ne pas être pénalisé par notre francophonie, ce qui restreint le public du TLG. En plus de son côté pratique, la page d’accueil du TLG innove dans la considération du grec ancien en choisissant chaque jour d’y ajouter « le mot du jour » : cela peut paraître guignolesque pour certain mais je trouve que cette petite touche d’originalité ré-humanise le grec en le sortant de son statut de langue poussiéreuse. En ce qui concerne l’ensemble du site, il est très facile de le manier après avoir pris le temps de se perdre dans la multitude des filtres proposés. Le Perseus Project m’a semblé plus simple d’usage mais je me dois d’admettre que la précision des recherches possibles offertes par le TLG en fait un outil précieux et incomparable pour les antiquisants.
TLG_accueil

Le TLG est un « trésor » pour la recherche : nous pouvons constituer un corpus grâce au canon et aux filtres qu’il propose ( auteur, sexe de l’auteur, genre de l’auteur, genre du texte… ), ce qui permet de stimuler l’esprit de recherche et de trouver la pépite d’or dans un texte rare répertorié dans cette base de données. Ce catalogue numérique est ainsi d’une très grande utilité. La grande gamme de texte et d’auteurs nous permet de pouvoir trouver le texte qui nous faut dans l’index intégral du corpus, comme cela est mon cas pour la recherche d’une homélie de Jean Chrysostome, un texte qui ne figure pas dans le Perseus Project – je rejoins cependant mon camarade sur le problème lié à la copie du texte avec la numérotation qui s’insinue. C’est donc un outil indispensable pour avoir accès à des textes qui ne font pas partie des « classiques » tels qu’Euripide et Platon.
tlg_links

Le site, qui n’est pas qu’un simple corpus figé d’une bibliothèque de poche, propose ainsi de nombreux filtres permettant d’affiner sa recherche ainsi que de faciliter la consultation. À ces filtres, que mon camarade a déjà étudié, s’ajoute des extensions vers le Greek-English Lexicon ( avec des milliers de mots liés à ces entrées ) ainsi qu’au lexique du Perseus Project. Ces recherches permettent de préciser l’utilisation de mot « rare », ce qui transforme le champ de la recherche philologique en la rendant plus dynamique.
tlg_canon

L’un des principaux manques de ce projet est l’absence d’apparat critique qui est le socle de la recherche philologique. Ensuite, le TLG ne propose qu’une seule édition par texte (ce qui peut être problématique au vue de substitutions / variations qui peuvent exister entre une version et une autre provenant de manuscrits différents), et celle-ci est dépouillée de toute la tradition de la transmission, c’est-à-dire, sans apparat critique, ni notes, ni présentation. Le TLG nous procure donc une quantité inhumaine de texte, cela en nous mettant dans la peau d’un érudits alexandrins qui travaille sur des texte encore vierge de toute interprétation.
Ensuite, la politique de diffusion du TLG impose une restriction aux seuls membres et institutions abonnés, un nombre qui dépassait à peine les 2000 abonnés au second semestre de 2010. Cette politique de diffusion est foncièrement différente de celle du Perseus Project qui lui est ouvert à tous lecteur qui s’aventurerait dans ces pages et qui rassemble le plus de données possibles ( traditions, commentaires, grammaires, dictionnaires, correspondance des sources…).

Cette entreprise pourrait ainsi être une représentation d’un rêve humaniste du fait de son accumulation de la tradition helléniste. Cette base de données est un lieu de mémoire qui transforme la pratique quotidienne des étudiants et chercheurs. Bien que révolutionnaire à son origine par l’édition numérique d’un corpus gargantuesque, ce modèle doit être mis en comparaison avec des versions imprimées du texte afin de rendre compte de la meilleure façon possible du texte. À mon sens , le principal manque du TLG est donc son absence de positionnement dans l’histoire de son corpus.


4 réflexions au sujet de « Considérations sur le TLG »

  1. Toujours attachée à ce bel objet qu’est le livre, je t’avoue que j’aurais la même tendance à comparer et évaluer mes sources en l’associant au texte numérique. Ce qui, peut-être, constitue une invitation subjective – de la part du site – à entreprendre nous-mêmes notre démarche critique vis-à-vis de nos sources… ou éventuellement ne pas prendre de parti -quand on bénéficie de la visibilité comme TLG – et ainsi éviter d’imposer des normes… Bel horizon de probabilités

    • Je comprends ton point de vue en ce qui concerne l’apparat critique mais il me semble essentiel à présent de pouvoir disposer d’une sorte de « zone de confort » autour de l’appréciation du texte originel. En cela j’entends une référence aux manuscrits et à leurs diversités: le TLG nous propose un texte unique, ce qui est très pratique je ne m’en cache pas, mais il existe des différences de mots ou d’interprétations de mots entre ceux-ci dont il n’est pas fait référence. Je suis moi-même en train de faire l’expérience de la recherche (fastidieuse) du texte le plus fiable, et qui n’est pas le texte proposé par le TLG.

  2. L’organisation du site semble plus lisible que Perseus, la mise en page est en effet plus attractive. Pour nous, étudiants en humanités classiques, le nombre incalculable de texte en accès libres est une ressource indispensable puisqu’il en plus de ses ressources, il renvoie à d’autres sites utiles.

  3. Je ne savais pas que le dictionnaire pouvait renvoyer à un lexique plus propre byzantin et suis heureux de l’apprendre! Quant au mot du jour je trouve aussi le concept délicieusement contemporain. Au final cependant, comme les autres projets parallèles, le TLG est effectivement plus complémentaire qu’auto-suffisant par rapport aux éditions critiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *