Voyage au bout de la langue grecque thésaurisée.

La première caractéristique du TLG, qui peut apparaître comme une limite de cet outil, est extérieure au site lui-même : on ne peut accéder au contenu vraiment intéressant du TLG qu’en entrant via une connexion au serveur de Paris X. Il faut montrer patte blanche, donc, pour avoir droit à l’entièreté de la littérature grecque, ce qui, d’emblée, montre bien que ce site est d’abord et avant tout pensé pour un usage universitaire. J’ignore d’ailleurs quels en sont l’usage et le tarif pour quelqu’un qui, dépourvu d’identifiant universitaire, n’est ni étudiant ni professeur et qui parle mal anglais.

On remarque que le design du site est très épuré, voire simpliste. Un bandeau de présentation, une barre de recherche à gauche, un corps de page simple qui permet de faire les recherches. Celles-ci ne semblent être commencées qu’à partir du nom de l’auteur – ce qui ralentit grandement le processus quand on travaille sur une seule oeuvre d’un auteur prolifique comme Plutarque, sur lequel je fais mon mémoire.

billet2

Les sources textuelles sont notées et souvent relativement récentes, empruntées aux éditions Teubner notamment (c’est le cas pour Bruta ratione uti de Plutarque, dont le texte est pris sur l’édition Teubner de 1954). Le Tlg, par son souci de fiabilité textuelle et de fournir les ressources textuelles les plus nombreuses, s’avère d’une importance capitale au sein des études antiques. On pourra regretter, en revanche, l’impossibilité, à moins que je me trompe, de pouvoir acquérir facilement le texte souhaité de manière procédurale, en le téléchargeant par exemple.


3 réflexions au sujet de « Voyage au bout de la langue grecque thésaurisée. »

  1. Article assez synthétique, tu rends bien compte des divers aspects du TLG… ses limites, sa visée universitaire

  2. Il ne s’agit donc encore une fois que de base de données textuelles sans traduction?Car si je ne m’abuse Teubner n’en propose pas.
    A l’issue de cette lecture, je n’ai cependant pas bien compris ce à quoi servait le TLG, en admettant bien sûr que je ne le sache pas déjà (le mystère plane)

  3. Je trouve que le site garde un design non simpliste mais minimal et sobre ce qui d’une part me semble être plus approprié à ce type de site, et d’une autre qui à l’avantage d’être assez agréable à l’œil sans pour autant nous bombarder de banderoles et de smileys multicolores.
    Je suis d’accord avec toi sur la difficulté de trouver un texte précis dans un corpus important, le site se fond plus dans la catégorie de la bibliothèque que dans la catégorie de la base de données.
    En ce qui concerne les sources textuelles, l’absence de commentaires autour du texte fait que, à mes yeux, l’utilité du TLG réside dans la trouvaille (plus ou moins facilement) du texte précieux, à condition d’avoir vérifié auparavant la qualité de l’édition dont est issu le texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *