Perseus, un site pétrifiant?

Que Nul ne nie : la première accointance que nous eûmes de ce site date de nos débuts de classicistes brillants, quand notre regrettable déficience nous forçait à l’aller consulter pour terminer en temps et en heure nos versions de Sénèque ou Homère. A un niveau légèrement plus élevé –mais une maîtrise toujours des plus médiocres, hélas-, la Perseus Digital Library reste encore pour nous un outil des plus appréciés.

Ce projet, comme son nom l’indique, consiste à mettre à disposition une bibliothèque numérique (pourquoi associée à Persée ? Je n’en sais rien, il semble être un protecteur de prédilection pour la recherche si on se réfère au site français de  Sciences humaines et sociales du même nom : http://www.persee.fr/ ). Il envisage de donner un accès entièrement libre à des textes de culture antique classique, socle majeur de la culture de l’humanité, mais aussi à des textes d’autres époques –notamment une importante ressource en ce qui concerne le XIXeme siècle américain, des textes Renaissance, quelques morceaux d’arabe et d’italien- et à un fonds d’archéologie antique (avec images de vases, lieux, gemmes provenant de collections de divers lieux…). Une ambition à la fois riche, louable et gargantuesque, initiée dès la fin des années 80, c’est-à-dire très innovante quand on sait l’importance de la numérisation de nos jours, un quart de siècle après.

Des statistiques, parce que vous aimez ça.

Des statistiques, parce que vous aimez ça.

On pourra chanter la gloire philanthrope d’un projet qui présente un grand nombre d’avantages. Tout d’abord, la variété des sources, qui ne se confinent non seulement pas à une seule langue ancienne, mais qui ne se limitent même pas à des sources textuelles : c’est un véritable esprit humaniste qui est mis en avant. L’accès est gratuit et intégralement ouvert, au contraire de certaines autres entreprises du genre. Au-delà de la simple mise en ligne de données, le projet Perseus essaie de faire progresser la réflexion sur les digital humanities, avec un blog associé qui propose entre autres des comptes-rendus sur le sujet. De nombreuses autres choses seraient à mentionner sur les avantages et faiblesses, mais je tâcherai de les diffuser au gré de cet article en traitant de points spécifiques.
Parce que l’accès au site est libre, cela signifie que les éléments mis à disposition sont libres de droit. Ce qui est très convenable pour des étudiants de lycée ou de Licence, mais qui peut être problématique lorsqu’il s’agit de faire des travaux de recherches pointus ; les traductions sont parfois dans des styles un peu désuets, mais les considérant indicatives plus qu’absolues, j’aurais tendance à trouver cela bien pour dissuader les élèves de les copier bêtement (ou serais-je devenu aigri ?). Oh, et puisque nulle part je ne fais figurer l’information mais que le nom même du projet le laisse deviner, la Perseus Digital Library est en anglais. C’est dans cette langue qu’il vous faudra attendre vos traductions. Est-ce une limite pour autant ? C’est après tout –au dam de mon cœur- la langue universelle de notre époque. Rajouter d’autres langues ne semble pas être une priorité et c’est compréhensible vu l’ampleur de ce qui reste à accomplir.

Que quelqu'un renvoie le designer de ce site.

Que quelqu’un renvoie le designer de ce site.

Ma sensibilité esthétique me pousserait sans doute à jeter un anathème sur le design du site, cependant. Toute cette présentation sent les années 90. Un peu de glamour et de modernité ne lui ferait pas de mal, rajouterait de l’attrait et de l’interactivité pour le projet. Par ailleurs, hormis ma subjectivité dévergondée pour laquelle je m’excuse, il me semble que l’utilisateur du site est saturé d’informations à cause de cette présentation : j’avoue ne pas avoir eu le loisir en mes années de pratique de m’appesantir sur toutes les petites notes grises ou bleues qui sont sans cesse déployées en petit tourbillon autour du texte élu. Je crois qu’il faudrait les limiter à des rubriques que l’on pourrait masquer. Malgré tout, il est vrai qu’elles sont tout à fait précieuses pour citer, cataloguer les références présentes sur une page, se repérer dans l’œuvre, mais toutes, simultanément, non.
Forcément, le site ayant une prétention universelle, il se doit de présenter des informations qui pourraient servir aussi bien à d’ingénus lycéens, à des badauds curieux (on peut toujours espérer) qu’à des philologues rapaces et critiques qui voudront toutes les sacro-saintes informations nécessaires à un travail universitaire.
Même si le site a beaucoup de fonctionnalités et de projets connexes dans lesquels il serait aisé de se perdre un peu, il me semble que les éléments de recherche basiques ne sont pas trop ardus à maîtriser. Concédons cependant qu’on peut effectivement hésiter sur la forme du nom d’auteur ou d’œuvre à rentrer : Grec ? Latin ? Anglais ? J’avoue avoir déjà peiné pour trouver certains textes, et là ce n’est plus une question de maîtrise de la langue mais simplement de convention qu’on connait ou non.

Un petit exemple de fragment textuel.

Un petit exemple de fragment textuel.

En ce qui concerne l’utilité pratique du site pour étudiant en classiques, c’est une bibliothèque de consultation extrêmement pratique – j’aurais quelque répugnance à l’utiliser pour lire longuement cependant en raison de la présentation-. Un autre point, tout à fait exquis, que j’ai tu jusque-là est la fonction qui permet, en cliquant sur un mot du texte, d’accéder à sa définition et à l’analyse de sa forme (« Latin/Greek Study Tool ») : c’est véritablement un atout de choix pour étudier un mot dans un contexte et sens précis sans avoir à rechercher dans un dictionnaire papier ou en ligne présentant une cinquantaine d’entrées sans même renseigner sur la forme qui vous intéresse. Cela permet de gagner du temps, mais aussi de comprendre concrètement une grammaire ou une conjugaison parfois décontenançante. Aussi, les (parfois nombreuses) autres occurrences possibles pour une même forme sont répertoriées et classées par pertinence en fonction d’un système de vote.

Espérons que la démocratie aura des relents d'aristocratie... Et vous pouvez également sélectionner une entrée de dictionnaire

Espérons que la démocratie aura des relents d’aristocratie… Et vous pouvez également sélectionner une entrée de dictionnaire

Comme l’avait fait remarquer dans Pablo Zucker dans son billet du 31 janvier 2015 (http://classnum.hypotheses.org/210), ce concept participatif est très réjouissant dans des disciplines qui semblent aussi figées et je crois qu’il est très emblématique de l’esprit des humanités numériques : partager, participer. Cet outil lexical a néanmoins des limites, certaines entrées sont extrêmement allusives ou renvoient pour le grec à du latin, ou ne sont pas pertinentes, mais c’est tout de même plutôt rare.
Parce que Perseus se veut un vecteur de connectivité entre les connaissances de vastes domaines, il renvoie à d’autres sites qui pourraient le compléter :

Perseus_2

Il est vrai que, pour conclure sur cette mignonne présentation, la Digital Library peine à dépasser, dans les faits, le stade de bibliothèque, c’est-à-dire un lieu fort utile de consultations d’ouvrage mais qui stocke la connaissance plutôt qu’il ne la transcende. En revanche, à côté de ces bases de données existent toute une reflexion et organisation qui vise à promouvoir les humanités numériques ; le rêve de ce site, peut-être naïf, serait que des étudiants ou des professeurs, d’eux-mêmes ajoutent notes et commentaires pour compléter les versions désuètes proposées ou simplement pour fournir un angle d’approche à un texte. Cela lui donnerait une dimension critique interactive véritable qui doterait le projet d’un lustre spécial, au-delà de la simple compilation de connaissances qui n’innove pas vraiment dans la recherche sur l’Antiquité.


5 réflexions au sujet de « Perseus, un site pétrifiant? »

  1. il s’agit d’un article très éclairant,qui me permit de mieux utiliser le site de Perseus. (Par parenthèse, le commentaire de παγχρύσεον était hilarant!)

  2. Aboutir à une collaboration scientifique me parait, en effet, être un projet possiblement bénéfique pour le site. Soyons partisans de la naïveté si cela peut faire avance la machine de quelques centimètres !

    • Monsieur Cibois, vous nous proposez ici la lecture d’un blog très exaltant, avec des articles complets et intéressants comme le sont leurs commentaires.

      • Votre site peut aussi nous être utile notamment pour votre regard moderne sur les textes antiques comme Sophocle et les symboles comme nike qui se fondent bien dans notre société moderne.
        C’est aussi un site intéressant pour la défense de l’enseignement des langues anciennes dans le secondaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *