Voyage en Guyane à la manière d’Hérodote

Mais voilà ce que je connais du célèbre centre spatial à Kourou en Guyane, trente-six ans après le décollage de la première fusée Ariane I. A la suite de l’indépendance de l’Algérie et de l’abandon par la France du pas de tir d’Hammaguir, Georges Pompidou décide en 1964 de construire un centre spatial à Kourou, en Guyane. La Guyane est connu pour être à l’abri des séismes et des cyclones et le patrimoine rêvé de Kourou en fait un lieu essentiel pour y abriter le centre spatial européen. Sur cette terre prometteuse, le nouveau temple pour l’étude du spatial est construit à partir 1965 et devient opérationnel à partir de 1968. Selon mes sources, près de ce temple du savoir sont dressées des bases de lancement pour les fusées, notamment celles du programme Ariane, qui permettent à des chanceux d’assister à un lancement une fois par mois.

Les responsables ajoutent qu’à compter de 2009, la base accueille également les fusées russes Soyouz et les lanceurs légers italiens Vega. Au cœur de la nature guyanaise verdoyante, deux sites d’observation du décollage des fusées portent le nom des célèbres dieux grecs Vénus et Jupiter.
Mais cela suffit avec Kourou et son centre spatial.

20150820_223828[1]                                                                    Trace laissée par Ariane juste après son décollage en août 2015.

On n’a moins de connaissances vis-à-vis des pays voisins dont nous voulons parler. Pour ma part, je n’y suis jamais allée. Les guyanais m’ont dit qu’ils sont voisins frontaliers des brésiliens et surinamais. Quoi qu’il en soit, nous nous attacherons à ce que l’on connaît avec exactitude et nous en parlerons avec précision.
En arrivant à l’aéroport nommé Félix Éboué, on est d’abord surpris par la forte chaleur, assez peu présente dans la métropole. Quand on a passé Cayenne, la « capitale » de la Guyane française, on rencontre d’abord des villes principales comme Macouria dans laquelle des espèces animales se côtoient dans le zoo. Les premiers que l’on découvre sont les célèbres créatures rampantes d’Amazonie. Plus on avance, plus on rencontre des espèces variées et tropicales.
En s’éloignant de ces grandes villes et de la base spatiale européenne et en s’aventurant plus loin dans les terres, un tout nouveau décors se dresse. Quand on s’approche du long fleuve Saint-Laurent du Maroni, on rencontre un nouveau mode de vie. Le long du fleuve se côtoient des tribus indiennes et des villages qui vivent dans une certaine forme d’autarcie, notamment grâce à la pêche partagée. Certains villages, pour se ravitailler doivent traverser le fleuve en pirogue, un voyage qui peut durer plusieurs jours pour apporter aux villages les denrées essentielles.
Après le port de Rémire-Montjoly, au large des côtes maritimes se dresse l’îlet la Mère ou selon d’autres, « îlet aux singes ». Les premiers que l’on rencontre dans le temps sont les bagnards envoyés en Guyane. Par la suite, cette îlet est devenu un point d’observation important pour une espèce à part, les singes, entre mangrove et mer.

Autant que nous pouvons le savoir [NDT : κατ᾽ ὅσον ἡμεῖς ἴδμεν], la diversité des lieux et du mélange culturel qui fait se côtoyer autant des français, que des indiens, des chinois, des brésiliens ou des surinamais ainsi que cette situation particulière d’un département français de l’autre côté de l’Atlantique, sur le continent américain, fait de la Guyane un territoire à part. Les grandes villes s’opposent aux villages qui bordent le fleuve de l’autre côté du territoire.

Billet 3

Pour créer mon article, je me suis inspirée du Livre IV des Enquêtes d’Hérodote, sur le célèbre site Perseus. Du chapitres 15 au chapitre 18, il décrit le pays des Scythes, ce qui m’a servit de base. Je ne me suis pas inspirée des faits racontés mais plutôt de la manière d’écrire de l’auteur. Dans l’écriture même d’Hérodote, on peut voir qu’il accorde une grande importance à justifier ce qu’il dit : »Ἀλλ᾽ ὅσον μὲν ἡμεῖς ἀτρεκέως ἐπὶ μακρότατον οἷοι τε ἐγενόμεθα ἀκοῇ ἐξικέσθαι, πᾶν εἰρήσεται. » (« Quoi qu’il en soit, nous avons porté nos recherches le plus loin qu’il nous a été possible, et nous allons dire tout ce que nous avons appris de plus certain par les récits qu’on nous a faits.).                       En tant qu’historien et aussi géographe dans cet extrait, Hérodote utilise de nombreux verbes de parole: ils disent … et de nombreux termes géographiques: plus en avant, après le fleuve… Le passage est structuré par une idée d’évolution dans l’espace.

Grâce à Voyant Tools, on peut noter certaines caractéristiques de l’écriture d’Hérodote. L’auteur qui se veut historien fait une description géographique précise avec des indicateurs de lieux qui sont très présents. Avec voyant Tools, grâce à la rubrique  on peut voir que ces indications passent principalement par l’utilisation des prépositions: » Ἀπὸ » apparaît quatre fois en deux paragraphes. Sa description est très spatiale, on part d’un endroit, pour aller plus loin dans les terres, les termes « au milieu », « plus loin », « au large » sont employés.                                                                                                               En tant qu’historien, Hérodote donne beaucoup d’informations qu’il articule par de nombreuses phrases et propositions, ce qui explique la fréquence importante des connecteurs comme « καὶ » qui apparaît dix-neuf fois dans ces chapitres, et « δὲ » qui est visible vingt-cinq fois grâce à la rubrique « words in the entire corpus » et le schéma « word trends ». La courbe est une bonne illustration pour se rendre compte de l’importance ou non des occurrences des mots choisis.                                                                                 De plus, une autre caractéristique des sources d’Hérodote est visible grâce à Voyant Tools. En effet, des sources de l’historien sont orales, comme le montre la présence à plusieurs reprises du verbe « λέγουσι ».

Billet 3Occurrence de « δὲ »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *