Humanités Ibériques

640px-0_Sénèque_-_Musée_du_Prado_-_Cat._144_-_(2)

Mon cas est un peu particulier : quoique étudiant de ce master, je n’assiste pas effectivement aux cours dont il est composé, étant en Erasmus à Madrid dans un master intitulé « Philologie classique ». Néanmoins il me faut tant bien que mal conserver un lien avec les enseignements que les autres étudiants suivent en France, en particulier ceux que ma formation espagnole ne traite pas, à savoir la partie « numérique ». J’ai en outre accumulé un peu de retard, puisque je n’ai pris contact avec Aurélien Berra que la semaine dernière.

C’est donc d’un point de vue externe, et in medias res, que j’aborde les humanités numériques. Ne sachant pas vraiment par où commencer, je me suis essayé aux différents sites récoltés de-ci de-là dans le dossier partagé sur Dropbox. J’utilisais déjà Perseus que je connais bien, mais j’ai fait la découverte du TLG et d’autres bases de données de textes classiques. J’ai été notamment intrigué par l’outil « Concordance » du site PHI Latin Texts, par lequel j’ai pu observer des morceaux de vers récurrents contenant le mot « ratio » dans le De Natura Rerum de Lucrèce. Dans l’optique d’un travail sur ce dernier, où l’analyse du vocabulaire et du contexte au milieu duquel il apparaît seront particulièrement pertinents, cet outil me sera certainement bien utile.

Cette première entrée en matière me semble du reste assez floue et incertaine. De même qu’un commentaire de texte qui, sans saisir les enjeux spécifiques, demeurerait général et comme applicable aux autres textes d’un même auteur ou d’une même école, ma perception de ces outils, superficielle, me les présente indifférenciés et comme équivalents les uns aux autres. Je ne parviens pas non plus à en faire une utilisation assez experte ni précise pour qu’elle me soit véritablement utile. Il me faut, par exemple, composer une première bibliographie de mon sujet de master. Mais faute de savoir comment affiner ma recherche, le nombre d’ouvrage que me propose le site WorldCat, lorsque j’entre comme mot-clé l’auteur sur lequel porte mon travail, Lucrèce, est bien trop important pour que la recherche me soit instructive.

C’est donc un peu perdu, mais avec enthousiasme, que j’aborde les humanités numériques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *