Économique

stock-photo-17454778-dad-about-the-house

Un jour donc, je vis Ischomachus assis sous le portique de Jupiter libérateur et il me parût de loisir. Je m’avançais près de lui et m’asseyant à ses côtés :  « pourquoi donc Ischomachus, lui dis-je, es-tu assis ici à ne rien faire ? Tu sembles tellement occupé et ne perds que peu de temps sur l’agora d’ordinaire. Au nom des dieux, que fais-tu ?  Car tu ne vis pas comme un sédentaire renfermé chez toi. »

Ischomachus, se mettant alors à sourire :« je ne reste jamais à la maison Socrate, car ma femme est parfaitement en état de diriger les affaires du ménage. »

– Je serais ravi de savoir si tu as instruit ta femme dans les leçons de l’économie d’une maison ou bien si son père et sa mère l’ont instruite de ses devoirs.

– Eh comment aurais-je pu l’instruire ? Elle entra à quinze ans chez moi ; elle avait vécu tout en se dérobant à toute forme de surveillance, demandant et ordonnant tout. Pouvais-je souhaiter plus qu’une femme telle qu’elle ?

– Et sur les autres points, Ischomachus, lui dis-je, sont-ce tes leçons qui ont rendu ta femme capable des soins qui la regardent ?

– Non, par Jupiter, dit Ischomachus, mais j’ai offert un sacrifice et prié le ciel de m’accorder le don de bien instruire à ma femme et à elle de bien apprendre ce qui pourrait assurer notre bonheur commun, mais cela ne donnant guère de résultats.

– Ta femme, lui répondis-je, sacrifiait avec toi et adressait au ciel de semblables prières ?

– Non, dis Ischomachus, même elle promettait, à la face des dieux, de rester la même qu’elle est maintenant; je voyais bien qu’elle ne serait pas docile à mes leçons.

– Au nom des dieux, Ischomachus, essayes-tu donc de lui apprendre des leçons ? Raconte-le moi.

– Quand elle se fut familiarisée avec moi et que l’intimité l’eut encore plus enhardie à converser librement, je lui demanda à peu près ces choses : comprends tu, femme, pourquoi je t’ai prise ? Ce n’est pas qu’il nous fût difficile de partager un lit avec quelque autre. Mais après avoir réfléchi, moi pour moi, et toi pour toi, nous nous sommes choisis, comme le parti le plus convenable. Nos enfants, si les dieux nous en donne, nous aviserons ensemble à les élever au mieux. Mais dès maintenant notre maison nous est commune ; il ne s’agit plus donc de compter lequel de nous deux à offert le plus que l’autre, mais de bien agir pour l’accroître. Il nous faut donc gérer, l’un l’autre, au mieux le bien commun. »
A ces mots ma femme me répondit : « tu pourrais donc m’aider dans les travaux que l’on doit accomplir dans une maison. Tu es bien capable de rendre notre maison accueillante ?

– Oui, femme, par Jupiter ! Lui dis-je, mais en quoi, moi,  puis-je t’aider en l’accroissement de la beauté de la maison ?

– Par Jupiter ! Les dieux ne m’ont pas créée afin que j’occupe les plus viles fonctions. Selon toi, la divinité approprie à la nature de la femme les travaux et les soins de l’intérieur, et celle de l’homme pour les travaux et les soins extérieurs. Car la divinité à donner une plus forte complexion à l’homme qui peut donc en supporter davantage. Pouvant donc supporter davantage par le soin que tu as reçu de la nature, tu peux, toi aussi, prendre part dans les travaux de l’intérieur, étant d’une nature à me fatiguer plus rapidement que la tienne. Rester à l’intérieur n’est pas plus honteux pour un homme si tu accomplis tes devoirs à l’extérieur. Il sera plus doux, en effet, lorsque tu seras devenu plus parfait que moi. » Tel est, si j’ai bonne mémoire, mon premier entretien avec ma femme.

– Eh bien ! repris-je, voilà qui montre toute l’âme virile de ta femme.
– Ce n’est pas tout, répondit-il ; je veux te raconter avec quelle résolution généreuse elle profita de mes avis. Un jour, je la vis couverte de poudre, afin de rendre sa peau plus blanche qu’elle n’était, avec du rouge. Elle revêtit des chaussures élevées, afin d’en rajouter à sa taille. Je lui dis  « femme, me jugerais-tu plus digne de sentiments aimables si j’exhibais en société mes parures et mes richesses ? Me jugerais-tu plus digne de tendresse si je m’efforçais de t’apporter un corps soigné, hydraté et doux, fortifié par la gymnastique, avec un teint d’incarnat sous les yeux, préférerais-tu que je te fasse illusion ? »
Elle alors reprenant aussitôt : « Certes je ne souhaiterais pas voir du vermillon sur tes joues. Mais pour ce qui est du reste, n’y vois-tu pas quelques avantages et non de la tromperie ? Certes les dieux ont fait l’homme pour qu’il plaise à l’homme, mais cela vaut-il donc de laisser son corps se détériorer ?

–  Au nom des dieux, repris-je, que répondis-tu ?

– Socrate, que pouvais-je faire de mieux que de satisfaire à ses attendes ? »

economique_xenephon

Afin d’obtenir le texte Οἰκονομικός de Xénophon, je me suis rendue sur le site du TLG dans lequel j’ai pu récupérer les passages de ce texte qui m’intéressais, c’est-à-dire les passages traitant de Ischomachus parlant de sa femme et de la bonne manière de faire prospérer ses biens. J’ai ensuite, à l’aide de la fonction copier/coller, dévoiler le texte sur Voyant Tools, un site qui permet de mettre en image les données quantitatives d’un texte, c’est-à-dire à combien de fois par exemple le mot « μοι » est-il utilisé dans cet échantillon. Grâce à ce site, nous pouvons voir donc quels mots l’auteur utilisent le plus souvent, dans quelles phrases ainsi que dans quelle partie du texte ( le texte est découpé de manière équilibré sur Voyant Tools, selon le nombre de séparation que l’on veut donner au texte, ce qui ne se réfère pas à la séparation originelle du texte ; ce graphique est certes pratique mais il reste à mon sens l’outil qui m’a été le moins utile).
Dans mon extrait de Οἰκονομικός donc, il est à noter que les mots qui reviennent le plus souvent sont « δεῖ », « ἔφη », « γύναι », « θεὸς », « μοι » ( parmi d’autres). Ces mots nous informent donc sur le genre qu’emprunte Xénophon, le dialogue : la présence constance du verbe « ἔφη » démontre bel et bien que nous sommes dans le cadre d’un échange. Le verbe « δεῖ » montre que nous sommes dans un texte qui propose de suivre un mode de conduite que l’on nous propose alors que le nom « γύναι » met en relief le sujet des extraits choisis. Enfin, la présence constante de « θεὸς » révèle le style de Xénophon qui utilise souvent des interjections.
Dans le but de rendre les résultats satisfaisants, j’ai soumis au site un texte de plus de quatre mille mots, parmi lesquels il m’informe que plus de mille cinq cent mots sont uniques dans le texte. Après m’avoir donné ces indications, un tableau me montre la liste des occurrences les plus rencontrées dans ce texte, ainsi que le nombre de fois qu’elles apparaissent. En cliquant sur un mot, en plus d’apparaître surligné en jaune dans le texte collé qui se trouve au centre de la page internet, nous pouvons analyser la quantité de son emploi dans le fameux graphique puis retrouver les phrases dans lesquelles il apparaît, ce qui permet de pouvoir voir le contexte d’emploi du mot ainsi que les mots qui lui sont associés (cette fonction est très utile quand il s’agit d’un dialogue, un des participant peut en effet reprendre ce que son interlocuteur a dit avant lui en reprenant la même tournure de phrase). Ces outils sont donc d’une grande utilité afin de pouvoir étudier les variantes ainsi que les redondances du texte d’un auteur.
Le choix de Xénophon pour ce pastiche vient du fait que l’on se rend très bien compte dans cette exemple du rôle que doit avoir la femme dans la tenue de sa maison et offre un témoignage important permettant de mettre en comparaison la modification opérer de nos jours à ce sujet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *