Pastiche sur le Gorgias de Platon

Après s’être donné la réplique sur la rhétorique dans l’Antiquité, Socrate et Gorgias constatent le temps qui a passé et discutent sur l’évolution de la transmission des savoirs.
SOCRATE : Je vois Gorgias que tu as une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Comment cela Socrate ?
SOCRATE : Il me semble que tu n’as aucun support papier.
GORGIAS : Eh bien ou est le problème ? Demande-le-moi et je te répondrai.
SOCRATE : Non il n’y a pas de problème, mais il me semble que c’est une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Pourquoi cela Socrate ?
SOCRATE : Parce-que, Gorgias, on peut prouver l’authenticité ou la fausseté d’une œuvre papier ce qui n’est pas le cas d’une œuvre numérique.
GORGIAS : Socrate, cela permet de pouvoir transporter une œuvre partout avec soi, de la faire partager et ainsi de diffuser le savoir à des foules nombreuses.
SOCRATE Sans doute, mais ne crains-tu pas à ce moment-là la fausseté de l’œuvre ?
GORGIAS : Pourquoi Socrate ?
SOCRATE : Car si une œuvre peut-être partagée avec tout le monde et que sa véracité ne peut-être prouvée, alors c’est une connaissance fausse et corrompue qui est diffusée.
GORGIAS : Mais Socrate, l’important pour un maximum de gens est de pouvoir lire le plus d’œuvres possibles. S’ils les interprètent mal, ce n’est pas le rhéteur qui est en faute mais je crois t’avoir déjà dit ça.
SOCRATE : Sans doute Gorgias, mais une simple erreur reproduite en beaucoup d’exemplaires peut avoir des conséquences fâcheuses. Souviens-toi de la donation de Constantin rédigée entre 315 et 317 justifiant le pouvoir du pape sur l’Occident et qui était fausse, eh bien c’est ainsi que pendant treize siècles, les papes successifs ont obtenu un pouvoir illégitime politique et territorial. Voilà ce que peux avoir comme conséquence de reproduire en grand quantité une connaissance fausse. La lecture n’est pas suffisante, l’analyse est également nécessaire.
GORGIAS : Mais Socrate, l’analyse est quelque chose de personnel tout comme la capacité de rhéteur. Chacun peut avoir sa propre interprétation d’un fait en particulier.
SOCRATE : Certes Gorgias mais encore faut-il que ce fait ait été vérifié et soit réel.
GORGIAS : Bien sûr Socrate, mais de même que c’est à l’élève et non au rhéteur de faire la recherche sur la véracité de la chose en question, une tablette a pour seule fonction de transmettre l’information. A l’utilisateur de vérifier sa véracité.
SOCRATE : Mais donc si le lecteur n’est pas en capacité de savoir si il s’est trompé, il peut transmettre des choses fausses à tous ceux qui comme lui n’ont pas de capacités d’analyse suffisante ?
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Et ce dans tous les domaines ?
GORGIAS : Non pas tous mais tous ceux qu’ils peuvent transmettre
SOCRATE : Mais Gorgias, penses-tu aux conséquences que cela peut avoir sur la société, voir même sur le kosmos ?
GORGIAS : Aucune pour le rhéteur Socrate car, comme je te l’ai dit, il n’est pas responsable des erreurs de ses élèves.
SOCRATE : Il faut donc avoir la quasi-certitude que ce que l’on transmet est fondé en raison
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Donc le rhéteur n’est capable que de théorie et c’est aux élèves de bien appliquer la pratique ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Ils sont donc seuls responsables de leurs actes
GORGIAS : Oui
SOCRATE : C’est donc à eux de vérifier la véracité des propos qu’ils soient écrits sur papier ou non ou oraux ?
GORGIAS : Oui et à eux seuls
SOCRATE : Celui-ci qui transmet des choses vraies ou fausses a donc un certain pouvoir ?
GORGIAS : C’est ça Socrate
SOCRATE : Et ce dans beaucoup de domaines
GORGIAS : Oui (rep p 20)
SOCRATE : Prenons maintenant un exemple pratique : si je te demande de me fabriquer une tablette, sauras-tu me convaincre que tu sais la fabriquer ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Et me la fabriquer ?
GORGIAS : Non
SOCRATE : Tu as donc simplement cherché à me convaincre ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Donc depuis notre précédent débat sur la nature de la rhétorique, tu n’as pas changé d’avis ?
GORGIAS : Non, je maintiens que le rhéteur n’est pas responsable des injustices commises contrairement à l’élève qui les commet. C’est donc à ce dernier de réfléchir à la théorie avant de passer à la pratique durant toute sa vie.
SOCRATE : Voilà une question qui implique la question de la responsabilité individuelle et qui serait très long à aborder.

Indications sur les outils d’analyse et la composition
Mes principaux outils d’analyse concernent la forme du dialogue, son déroulement, les thèmes abordés et la façon de parler des personnages. De manière globale, Socrate questionne et Gorgias répond, sauf quand il s’agit de définir son art.
Concernant la forme du dialogue et son déroulement, il a parfois une forme démonstrative et parfois une forme de questions-réponses, qui a été reproduite dans mon pastiche. Globalement Socrate parle davantage que Gorgias, ce que j’ai reproduit avec un peu moins d’intensité dans mon dialogue. Les réponses à l’exception du début sont généralement concises et brèves. J’ai essayé de reprendre le thème de la rhétorique mais en l’appliquant cette fois à la transmission des savoirs via non pas le support oral mais via le support écrit qu’il soit papier ou électronique (tablette). La tablette étant à la fois traditionnelle (argile et roche dans l’Antiquité) et moderne (électronique à l’époque contemporaine). L’objet tablette est donc un pont entre tradition et modernité même si la matière qui le constitue change. J’ai analysé la déviation de la rhétorique vers les autres thèmes du dialogue (justice de Polos, force de la nature et opposition entre le droit politique et le droit naturel, celles-ci étant incarnées par Calliclès, et par conséquent politique, bien, mal…) comme c’est le cas dans le dialogue. Le dialogue alterne parfois le répliques longues de Socrate et courtes de Gorgias, parfois des questions courtes et des réponses courtes, parfois des questions longues et des réponses longues. Ces thèmes peuvent également être déclinés dans le cadre du thème de la transition du livre écrit au livre numérique à travers l’impact de la diffusion d’informations dans des somaines très variés.
A travers Voyant Tools, on s’aperçoit que « Gorgias », « Socrate », « rhétorique » et les prépositions « que », « et », « de », et « pas », reviennent souvent afin de structurer le dialogue et lui donner son caractère démonstratif et persuasif. Dans mon texte, Gorgias reprend les thèmes de Calliclès et Polos et les introduit de manière très progressive tout comme dans l’œuvre originale. C’est à partir de la transition de l’écriture papier à l’écriture électronique que j’ai pu aborder les thèmes du bien, du mal (Calliclès) et de la justice (Polos), et cela uniquement à travers le personnage de Gorgias. Cela correspond bien à l’œuvre car c’est à partir de la question de la rhétorique chez Gorgias que les autres personnages déroulent leurs sujets respectifs.
Mon texte se termine comme la première partie du dialogue (celle entre Socrate et Gorgias (« Eh bien vois-tu » à « question à fond ») et reste donc très ouvert et pourrait être poursuivi en appliquant les conséquences de la rhétorique sur tous les domaines de la philosophie (politique, arts, sciences…). En effet le thème de la diffusion de l’information, quel que soit son support peut, tout comme la rhétorique, impacter beaucoup de domaines à l’exception des domaines très personnels comme la religion si celle-ci reste individuelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *