Que les bêtes sont écologiques

800px-Sacrifice_pig_Tarporley_Painter_MANLe Président – Circé – Gryllos

LP : Ce que tu m’as dit, je crois, Circé, l’avoir compris et enregistré. Mais dis-moi, y a-t-il des sujets climatiques qu’il faudrait aborder lors de cette Cop 21 ?

Circé : Oui, ô Président bien-aimé, et en grand nombre, mais pourquoi cette question ?

LP : Je crois que les Français auraient une grande estime à mon égard – et voteraient plus volontiers pour moi, si je les tirais du péril climatique qui doit avoir lieu au XXIe siècle, et si je ne les vois pas vieillir dans une nature dégradée et sans développement durable.

Circé : Voilà un bonhomme qui croit être capable de s’attirer l’estime des Français et leurs votes à l’aide d’une conférence sur la nature !

Le Président : Accorde-moi donc cette faveur : celle de pouvoir parler avec un Français des revendications climatiques qu’il peut avoir, que j’appliquerai en conséquence, ou du moins, dont je ferai mine de débattre avec mon compagnon de l’écologie.

Circé : Eh bien soit ! Mais demande-lui d’abord s’ils y consentent – ce ne sera pas simple. Il faudra en effet que vous convainquiez ce cochon venu droit de Bretagne que les mesures que vous adopterez seront bénéfiques.

LP : Mais ce cochon, comment lui parlerai-je ? Quel est son nom ?

Circé : Rassure-toi, ô le plus ambitieux des hommes, car tu pourras communiquer sans problème avec lui, grâce à ta prédisposition d’homme politique actuel. Tu peux l’appeler Gryllos, si tu veux. Quant à moi, je vous laisse.

LP : Bonjour, monsieur Gryllos

Gryllos : Bonjour à vous aussi, monsieur le président. Que voulez-vous me demander ?

LP : Eh bien, en tant que président et intervenant par ma sagesse à la Cop 21, je me demandais s’il y avait quelque chose qui vous intéresserait à mettre en place dans les résolutions…

Gryllos : Cesse tout de suite ton discours, ô le plus méprisable des hommes. On te dit habile, expérimenté pour recueillir des voix… il n’en est rien ! Car tu penses t’attirer notre estime et acquérir de la notoriété par ta sagesse, quand tu ne fais que revendiquer des qualités que n’importe qui peut avoir, et que tu crois être premier à proposer ce genre de mesures, alors que les cochons les appliquent déjà.

LP : Cher Gryllos, tes paroles m’étonnent autant qu’elles me font rire : car que veux-tu dire, lorsque tu prétends que les cochons appliquent déjà ce que les hommes n’ont pas encore décidé ?

Gryllos : Laisse-moi donc parler, si tu es disposé à entendre mon discours. Commençons par ces qualités que vous appelez nouvelles, à savoir l’utilisation parcimonieuse des ressources par le développement durable. Sache donc que les cochons sont les premiers et les plus habiles dans ce domaine : car ne dit-on pas : « Tout est bon dans le cochon » ? Au contraire, existe-il un proverbe qui dise : « Tout est bon dans les hommes » ? Réponds-moi, ô président : suivant ce proverbe, est-ce l’homme ou le cochon qui est le plus respectueux de la nature et des ressources ?

LP : Je n’aurai pas à mentir : les cochons semblent être les plus économes des bêtes en ce qui concerne les ressources.
Gryllos : Nous dirons donc que la qualité des cochons l’emporte ici. Mais examinons, si tu le veux bien, une autre de leurs qualités. Les cochons produisent naturellement du lisier, qui rend la terre féconde. Sommes-nous d’accord sur ce point, que les cochons ne sont pas seulement utiles pour leur chair et leur graisse, mais aussi pour leurs déjections qui favorisent la croissance des plantes et des cultures ?

LP : J’en conviens ; mais quelle est cette qualité dont tu me parles ?

Gryllos : Alors, tu viens d’admettre que les bêtes que nous sommes sont plus nobles que les hommes tels que toi, car cette qualité est double, ô le plus avisé des hommes ; en effet les cochons produisent naturellement ce qui non seulement leur profite mais profite aussi aux hommes, ce qui fait d’eux des animaux beaux et bons, tandis que c’est l’utilisation excessive du lisier par les hommes qui a un impact néfaste sur les champs. Nous pourrons alors dire que les cochons font preuve à la fois d’autarcie, de générosité et de modération, tandis que les hommes se trouvent être dépendants, cupides et intempérants. Veux-tu, très cher président, te persuader de cette vérité ?

LP : J’avoue, ô Gryllos, que je ne sais plus quoi dire contre de tels propos.

Gryllos : Faudrait-il donc, ô président, nier qu’un homme comme toi ait pu être élu par le peuple français ?

 

 

Après avoir acquis le texte du Gryllos / Bruta (animalia) ratione uti de Plutarque sur internet et l’avoir inséré dans Voyant Tools, une évidence m’est sautée aux yeux : quelques données intéressantes mises à part, les résultats obtenus sur le site sont assez passablement inutiles pour la rédaction d’un pastiche.

http://beta.voyant-tools.org/?corpus=56d2b619e6cc9fe9629210f244f189e4&stopList=keywords-c6aaf7cd409086cdd43dbe76986f1d30&view=Cirrus

Les quelques constats que le traitement numérique et procédural du texte rendent possibles sont néanmoins les suivants :

– le texte est caractérisé par les balancements, les comparaisons, ainsi qu’une certaine simplicité, voire peut-être familiarité du style (différentes formes du verbe être, de tous les mots typiques du dialogue et de ses signes (les noms des protagonistes répétés au vocatif, les première et deuxième personne du singulier et pluriel dans toutes les formes possibles).

– l’auteur ne semble pas s’ennuyer de la redondance, comme il est normal en grec. On voit donc la répétition des objets du dialogue (d’un côté les θηρία, de l’autre des ἀνθρώπους).

– Le dialogue ayant lui-même une portée parodique et pastichant le genre du dialogue, on constate l’usage de mots soit, conceptuels, soit généralisants, soit abstraits : en tout cas, qui relèvent d’une recherche philosophique et théorique. (σωφροσύνης, ἀρετῆς, ἐπιθυμίαις, φύσιν, mot d’ailleurs employé dans le pastiche dans un tout autre sens que celui du dialogue original).

Il est également possible de remarquer ce qu’il n’y a pas : le dialogue, bien qu’il soit peut-être difficile de juger de ce genre de particularités vu sa brièveté (3400 mots en tout selon Voyant Tools), ne contient pas ou peu d’expressions répétées, ce qui indique de ce dialogue qu’il prend moins le parti d’une discussion patiente où les expressions sont reprises, voire martelées, comme elles peuvent l’être, par exemple, dans un dialogue de Platon.


Une réflexion au sujet de « Que les bêtes sont écologiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *