Les embarras du marché de Noël, ou la diététique de la Choucroute

Les embarras du marché de Noël

Mon ami qui part me remplit d’amertume,
mais il fait bien d’aller au village vide de Willer-sur-Thur.
C’est au pied des Vosges un petit hameau, et il n’y a rien vraiment
qui ne soit plus agréable en la saison
que la forêt au doux parfum d’humus et de sapin.
Je préfère pour moi la plaine campagne, les champs en friche.
Car est-il patelin si paumé, trou si désolé,
qui ne vaille encore mieux qu’une ville où toujours
brillent et scintillent les guirlandes et paillettes,
ville aux rues bondées, où le marché de Noël croule sous la foule,
Et où les marchands de marrons chauds,
vendent en hurlant leur viles châtaignes et cacahuètes?

Avec sa pauvre petite valise ridicule, une seule valise !
il s’arrête sous la verrière de la gare.
Non loin de là, sur la place,
un énième marché de Noël envahit l’espace,
et les chaînes de bonbons et babioles made in china à la criée
louent à prix d’or les chalets kitsch couverts de fausse neige,
ayant chassé de ces lieux les petits artisans et artistes oubliés.
Ah! La ville serait bien plus charmante,
Si d’un vrai marché encore elle s’animait,
Et si partout le mercantilisme forcené,
Ne profanait le folklore local et passionné?

Alors il dit: « Puisque dans cette ville,
l’art est sans pain, le talent chose absurde
et puisque que mon plaisir, au milieu de cette vénalité obscène,
décroîtra chaque jour, face à la cathédrale, au pied de ses tours,
à l’ombre de sa flèche, j’ai résolu de me retirer loin du scandale,
de la Grand’Roue que sur la place du Chateau ils installent,
là où Gutenberg autrefois mit au point son invention, qui a jamais changea la face du monde, mais pas celle de la bêtise humaine…

Partons! Que puis-je faire ici? Quand le vin chaud est mauvais,
je le crache et le boycott.
Strasbourgeois, je ne puis voir sans haine Strasbourg pleine de churros!
Cette lie étrangère qui n’est rien dans le flot du made in China,
mais qui souille nos marchés!
Depuis longtemps déjà frémis dans la friture,
cette pâte crénelée, ces bâtonnets à tremper dans le chocolat fondu,
cette luxure exotique, ce mets diabolique.
Accourez aux churros, ô vous qu’enflamme et tente
un fumet barbare et ses parfums enivrants.
Nous pouvons flatter, nous! Le churros seul persuade!
Où manger une choucroute quand, partout où je regarde,
Je ne vois que churros, bonbons, pizzeria et chinoiseries!

Rien n’est sacré pour eux!
Ni l’auguste choucroute, ni ses garnitures,
ni le lard, ni les wädele, ni les épices, ni le riesling!
Ils boiraient même encore la sainte bière!
Lorsqu’une nappe est trouée ou tachée, on crie haro sur le baudet!
Au marché de Noël, l’effort est plus dur qu’autre part.
Là tout est cher: un emplacement pour vendre, une gaufre pour se repaître,
Le moindre demi de Kro dans la Taverne Française
Une assiette en carton souille aujourd’hui tes mains,
Mais il ne souillait pas les tiennes, vieux Strasbourgeois, lorsqu’autrefois,
Dans un « Topf » de Soufflenheim, tu faisais mijoter ta choucroute
Garnie du dimanche, diététique frugale!
Ici le faste écrase, tout est vénal au marché de Noël!

Si tu veux t’arracher au marché, austère riverain,
Pars loin de Broglie, de la cathédrale, de la gare,
fuis le Carré d’Or et la rue des Juifs.
Car la goinfrerie, dans ces lieux, enfante le trépas!
Fiévreux, gavé de gaufre nutella-chantilly-banane-chocolat,
où trouver, pour s’asseoir, un café, une terrasse tranquille?
C’est le touriste tout seul qui s’amuse en cette ville!
Dans les étroites allées du marché, l’encombrement touristique,
Les chinois parmi les japonais, les russes déjà imbibés,
Les allemands de Glühwein assoiffés,
la masse tout entière piétine l’infortuné
qui, manque de bol, a fait tomber son porte-clé,
ce flot vivant qui roule et nous écrase tous.
On me frappe au coude, on me pousse contre un poteau,
je me cogne la tête au toit d’un chalet,
Je tombe dans la fange, et supplice nouveau,
L’énorme chaussure d’un américain me massacre le pied.

Que de périls encore! Ce n’est rien qu’on t’assomme,
Mais lorsque le soir, le marché ferme,
errent encore les gens ivres, les touristes désoeuvrés,
Les bars vomissent leurs flots de bière, et déversent dans Strasbourg,
Leur lot de chansons de Noël paillardement revisitées.
C’est le coeur trop plein que je m’épanche!
Adieu, souviens-toi d’un ami, si parfois, quittant Strasbourg,
Tu vas profiter de l’air rustique de la campagne alentours.
Je me retire, cher ami, pour joindre ma colère à ton âpre satire. »

Mes outils de travail:

Pour écrire ce pastiche de de la troisième Satire de Juvénal, « les Embarras de Rome », j’ai tout d’abord utilisé la traduction disponible en ligne sur le site de Philippe Remacle, traduction de Jules Lacroix. L’oeuvre originale étant en vers, et la traduction utilisée en alexandrins, j’ai décidé d’écrire en vers libre, me laissant plutôt porter par le rythme du texte et des mots que par une métrique précise ou une rime rigoureuse.
Grâce à l’outil statistique Voyant Tools, j’ai pu faire une rapide analyse lexicographique du texte latin. Le texte latin analysé provient de la Bibliotheca Augustana Latina.

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal


On s’aperçoit vite que la langue de Juvénal est très expressive. La fréquence des pronoms exclamatifs et interrogatifs en témoigne. De manière générale, les indéfinis dominent dans la satire, pour donner au texte son adresse impersonnelle et générale: le nuage de mots met en relief « aliquid », « nihil », « nemo ». Au vu du sujet de mon propre pastiche, j’ai choisi d’ignorer la fréquence du mot « domus »: la satire porte en partie sur la vie domestique des Romains. Je m’intéressai plutôt aux questions de voirie et d’encombrement de l’espace public pendant les périodes de fête à Strasbourg (et de manière plus accessoire, à la diététique de la gastronomie alsacienne).
La satire se caractérise aussi ici par la forte présence de la deuxième personne: sur le plan de l’énonciation, cette satire est intéressante, car elle se présente comme un discours énoncé par un ami du satiriste. La première personne de l’auteur devient le deuxième personne, tandis que la troisième personne, « un ami », devient la première personne.
En revanche, l’outil statistique a pour faiblesse principale de ne pas prendre en compte les déclinaisons des mots qu’il analyse. Le mots Roma et Romanus apparaissent 9 fois dans le corpus, soit autant que le quid central sur le nuage de mots, mais on ne le voit pas, car ses occurrences sont comptées séparément pour chaque forme. Il faut donc faire un petit travail de recherche dans le corpus pour voir de près ce qu’il en est vraiment. Petit travail rapide quand il s’agit d’étudier un mot, qui devient vite très fastidieux lorsqu’il faut traiter un champ lexical entier. Aussi digeste et léger qu’une choucroute.
Bon appétit!

Bon appétit!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *