Quand le Numérique côtoie l’Antiquité

Le Master Humanités classiques et Numériques, c’est d’abord une contradiction pure et simple. Qui aurait pensé lier le numérique à la période classique de notre histoire? On imagine avec difficulté comment relier les deux, cela semble absurde. Et pourtant …

On attribue souvent à l’Antiquité les origines d’une part importante de ce qui fonde nos sociétés alors pourquoi ne pas aller plus loin? Après tout, les anciens écrivaient bien sur des tablettes de cire ; l’ordinateur ne pourrait-il pas s’en inspirer?

De surcroit, nous vivons aujourd’hui dans une ère où tout (ou presque) passe par le numérique. Il n’y a alors aucune raison pour faire des enseignements classiques une exception. Surtout si cela peut rendre la matière plus accessible. Dans une époque où l’on veut tout, tout de suite, où on a un accès instantané à d’énormes bases de données, ça permet de se rapprocher de cultures, de textes, de traditions éloignées. Ca permet de donner un accès constant à une période non négligeable de l’Histoire, de ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Pour moi, choisir le master Humanités classiques et numériques, c’est faire le choix de ne pas choisir entre un passé qui nous définit et un futur que l’on écrit. C’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche. C’est choisir de transmettre à échelle mondiale les recherches d’un petit nombre.

1540-0


4 réflexions au sujet de « Quand le Numérique côtoie l’Antiquité »

  1. Pourquoi en effet éviter l’inévitable et repousser ce qui nous a déjà touchés ? L’omniprésence du numérique a rendu caduque notre hésitation face à son utilisation. Et pourtant, même si l’antiquité subsiste et se développe aujourd’hui par le biais du numérique, il ne faut pas oublier, je te rejoins sur ce point, que le numérique lui-même s’inspire de l’antiquité. Comme on dit, nous n’avons rien inventé ! 🙂

  2. Bonjour Esther !
    C’est vrai que le numérique permet de lier et partager des connaissances à une sphère bien plus grande, à avoir accès à des informations. Les humanités classiques et numériques sont un très belle initiative pour combiner ces deux mondes : l’antique et les nouvelles technologies. Et comme tu le dis (avec une très belle phrase d’ailleurs!) choisir ce master « c’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche »

  3. Je suis entièrement d’accord avec ton billet Esther! Même si une infime part de moi aimerait bien résister à cette invasion totale du numérique, (et peut-être pensais-je trouver ce village d’irréductibles Gaulois dans un master d’humanités classiques), ces cours de numérique nous apprennent certainement a justement utiliser les nouvelles technologies et toutes les ressources qu’elles nous donnent, de manière efficace. Les nouvelles technologies (dans leur éternelle jeunesse) nous permettent d’être efficace, mais peuvent aussi faire perdre beaucoup de temps à qui ne sait pas les utiliser, voire nous amener à nous fourvoyer… A nous de prendre de la hauteur!

  4. Franchement, je ne sais pas quoi rajouter d’autre à ton billet, c’est exactement le fond de ma pensée. Le passé, le présent et le futur devraient être en communication à chaque instant et se rejoindre constamment pour s’améliorer. Leur divorce serait une aberration, prônons plutôt leur mariage ! Espérons que ce soit pour le meilleur et non pour le pire ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *