Un retour pas trop glorieux [Les lignes de commande et plus si affinités]

Pour cette nouvelle année, notre parcours nous mène toujours plus avant sur la voie de la connaissance des arcanes numériques (mais ici, plutôt informatiques). J’aurais voulu ouvrir avec quelque chose de plus littéraire, plus souple : disons, en un mot, plus vivant. Mais ce ne sera pas le cas. Je vais parler de mon expérience avec l’invite de commande Windows et sa version légèrement différente Git Bash.

Ceci n’est pas une véritable première expérience puisque nous avions déjà pris beaucoup de plaisir l’année dernière à transformer nos fichiers markdown en fichiers à extension diverses et variées grâce à l’invite de commande. Mais il est vrai qu’autrement nous n’avions pas fait grand chose. D’ailleurs, en dépit du temps passé à intégrer le tutoriel, vous vous rendrez assez vite compte que je n’ai toujours pas fait grand chose.
Après avoir eu quelques déboires pour accéder à un dossier parce que son nom comportait un espace (les joies de l’informatique), j’ai finalement pu tester de petites commandes permettant de lister, comptabiliser et par extension traiter des informations textuelles à partir de ce dantesque écran noir.

Avec en prime une mise en abîme délicieuse.

Avec en prime une mise en abîme délicieuse.

Il y a vraiment quelque chose de très expérimental à tenter des manipulations qui semblent absconses et qui peuvent potentiellement, à écouter notre professeur tuteur primus inter pares, effacer la mémoire de notre disque dur sans rémission possible.

Mon acclimatation aux outils wc et grep appliqués au corpus cicéronien n’a pas donné de résultats particulièrement nobles. J’ai pu obtenir le nombre de mots et de lignes du fichier « cicero_05.txt » (respectivement 102067 et 12549, puisque vous mourez d’envie de le savoir) grâce à quelques emplois de wc. Grep est peut-être plus ludique puisqu’il permet de rentrer plus avant dans le fichier. Avec quelques commandes de base, on peut saisir les occurrences de mots (attention pour les langues anciennes à isoler le radical et le faire suivre de l’astérisque) et donc observer leurs emplois, les comparer, comparer deux termes et leur contexte d’utilisation. Certaines nuances dans les commandes permettent d’afficher les occurrences pertinentes en toutes lettres tandis que d’autres les réduisent à un compte numérique facilement traitable.

Exemple : dans le fichier cicero_05.txt, les occurrences de frater, fratri et de meretrix, meretricis (frat* et meretri*)

La première capture permet de voir deux pavés où l’on peut repérer les emplois en contexte mais qui ne sont pas forcément adaptés pour comptabiliser rapidement les données.

Les résultats de la recherche mis à la suite.

Les résultats de la recherche mis à la suite.

La seconde propose quelque chose de plus fonctionnel mais qui pourrait être faussée pour peu que le radical inclue d’autres mots que l’on ne veut pas faire figurer dans notre liste (ex : fraternitas)

Et une comptabilisation plus épurée!

Et une comptabilisation plus épurée!

La conclusion temporaire de cette modeste recherche est que déjà du temps de Cicéron, si l’on s’en fie à des données purement quantitatives, l’adage Bros defore Hoes était de mise. A creuser dans un futur sujet de thèse.

Plaisanteries à part, il serait intéressant, en dépit de mon traitement du seul corpus latin dans l’exemple qui précède, de comparer grâce à ces outils les deux corpus disponibles (Cicéron et Démosthène) entre eux. Il serait intéressant de trouver le moyen d’isoler des structures syntaxiques et/ou thématiques parallèles entre les deux grands orateurs, étude plus ardue à faire sans moyens numériques. Cela poserait aussi le problème de la langue et de l’alphabet, autant d’obstacles stimulants?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *