Numero, numeras, numerare…

Le numérique, qui reste encore pour moi, une notion vague et floue, est à la fois un objet de fascination et de répulsion.

J’admire (au sens latin du terme) les riches ressources que je peux trouver sur Internet, je reste -encore- médusée devant la facilité avec laquelle je peux trouver n’importe quel texte antique en deux clics de souris tandis que je me souviens des recherches frénétiques et laborieuses que je devais faire pour trouver un Budé, en bibliothèque, au tournant de ce siècle. Moi qui ai commencé mes études en 1998, je suis stupéfaite des changements qui ont eu lieu en si peu d’années !

Et pourtant, l’injonction actuelle à « passer au numérique », à « faire du numérique », à « former au numérique » me laisse perplexe voire même me raidit. Que se cache-t-il derrière cette frénésie collective à devoir tout faire par le « numérique », à glorifier le numérique ? La modernité semble passer par ce mot unique « numérique » auquel il est devenu impossible d’échapper.

J’envisage donc ces cours d’ « humanités numériques » comme un voyage initiatique dans un pays aux mœurs étranges, au langage que je vais devoir apprivoiser, aux idées et notions que j’ai hâte de cerner, de circonvenir, pour mieux les penser.

Avec beaucoup de difficultés, j’ai réussi à donner mes premières commandes à l’ordinateur. Et quel ne fut pas mon enthousiasme quand celui-ci obéissait ! Je sais donc naviguer dans les dossiers grâce à la ligne de commande. En revanche, je ne parviens pas à sortir du dossier dans lequel git est installé. J’ai donc dû copier les corpus de Cicéron et Démosthène à l’intérieur du dossier git. J’ai réussi à ouvrir un texte de Cicéron. Puis, j’ai utilisé la commande wc et je sais qu’il y a 5233 mots dans le texte 25 de Cicéron.

La commande grep me semble plus intéressante puisqu’elle permet de compter le nombre d’occurrences d’un même mot dans un texte. Dans le texte 1 de Cicéron, le terme « civitas » apparaît 8 fois. En revanche, même si l’ordinateur nous donne les quelques mots qui précèdent ou qui suivent l’apparition du mot, c’est à nous à retrouver dans le texte l’apparition du mot. Pour que cette recherche soit plus pertinente, il faudrait alors la coupler avec le nombre d’occurrence de « Roma ». J’ai donc demandé le nombre de fois que « rom » apparaît : le latin étant une langue flexionnelle, la terminaison du mot varie. Or, cette recherche n’a pas abouti car l’ordinateur a compté tous les mots dans lesquels les trois lettres « rom » apparaissaient comme « promisisset ». Et il n’a compté aucune occurrence du mot « Roma » car toutes celles-ci commençaient par une majuscule. D’après d’autres recherches, le mot « Romae » apparaît 16 fois et « Roma » 25 fois.

Il faut donc être précis dans les demandes que nous formulons et prendre en considération à la fois ce que retient l’ordinateur dans sa comptabilité et ce qu’il exclut, car ses critères ne sont pas forcément les nôtres.

Cette commande pourrait être utile pour étudier l’image que Cicéron veut donner de lui dans ses lettres. En étudiant la prédominance de certains termes à un moment T (avant son exil, pendant son exil, après son exil, par exemple), ou au contraire leur absence ou quasi absence, on pourrait analyser l’évolution de cette image.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *