La Geekette et son amie, la flemme

La ligne de commande est loin d’être une découverte pour moi: Geekette entourée de Geeks à longueur de journée, travaillant plus volontiers sur des systèmes d’exploitation Unix, profondément exaspérée par le "Blue Screen of Death" de Windows (BSOD pour les intimes) et la mise en forme automatico-aléatoire des logiciels Microsoft Office, connaître les bases du fonctionnement d’un ordinateur, et avoir quelques notions de programmation avec Python relèvent pour moi plus du kit de survie que du luxe d’helléniste à la mode.

Les commandes wc et grep m’étaient cependant inconnues jusque là, tout autant que le petit caractère très pratique qui permet d’exporter les résultats obtenus en les rangeant tout de suite dans le bon dossier, le tout avec une efficacité sobre et drastique. On s’aperçoit vite de la puissance d’un petit outil comme celui-ci. Compter les mots, certes. Chercher un mot et ses occurrences, bien. Lemmatiser sommairement, pas idéal mais c’est mieux que rien, ou que de tout faire "à la main", en pauvre petit gratte-papier dans sa bibliothèque, tout seul à son bureau pendant les tristes soirées d’hiver, sans même un chocolat chaud parce que ça pourrait abîmer les livres si jamais on en renversait accidentellement.

Le résultat de mon initiation n’est pas bien intéressant:

Un tuto suivi tellement bêtement que j'ai recopié le nom de fichier sans personnaliser la mention "YEAR-MONTH-DAY"

Un tuto suivi tellement bêtement que j’ai recopié le nom de fichier sans personnaliser la mention « YEAR-MONTH-DAY »

J’ai tenté de reproduire cela sur un corpus de Cicéron. 75 textes: compter le nombre de lignes, de mots, et de caractères dans chaque texte a pris moins de 2 secondes. Chercher les occurences de "roman*": moins de 2 secondes.
Cicéron au rapport, et rapport bien archivé. Et supprimé proprement, parce que ce n'était qu'un essai, après tout.

Cicéron au rapport, et rapport bien archivé. Et supprimé proprement, parce que ce n’était qu’un essai, après tout.

Bon, ça va vite, d’accord. Mais à quoi ces commandes peuvent-elles bien servir? À rien si on les prend séparément. Mais si l’on demande à l’ordinateur de compter les occurrences de plusieurs mots, dans un corpus important, en tenant vaguement compte de la lemmatisation, et de nous produire un beau tableau triant les résultats par auteur, par oeuvre et éventuellement par forme? Et si l’on demande à l’ordinateur d’analyser sommairement le contexte, de nous trouver des mots qui reviennent fréquemment ensemble, de faire des comparaisons au sein du corpus et avec d’autres corpus? Et ce sont les quelques usages qui me viennent à l’esprit dans l’immédiat mais bien d’autres sont envisageables, pourvu qu’on sache quoi demander à l’ordinateur et comment.

La puissance de calcul d’un ordinateur est bien supérieure à la nôtre: il peut accomplir les tâches qu’on ne veut pas faire soi-même. Il faut seulement comprendre son fonctionnement: il ne fait qu’accomplir de petites tâches très précises. Le cerveau humain tend à négliger les étapes intermédiaires: il associe automatiquement les petites tâches simples en une seule grosse activité complexe. Pour peu qu’on prenne la peine de décomposer le processus, et de l’exprimer dans un langage que la machine comprend (prendre le temps de coder, donc), la machine peut très bien effectuer une tâche complexe à notre place. Oui, c’est de la flemme.

Évidemment, me direz-vous, l’ordinateur ne produira toujours au final qu’une série de chiffres (et encore, on peut lui en demander plus). Mais au moins, comme le chercheur n’aura pas à perdre son temps à les produire lui-même, il aura bien plus de temps pour faire la partie "intéressante" de son travail: l’interprétation de ces données numériques et textuelles, bref, la recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *