Une bouteille à la mer

Chers et chères camarades de classe pour le moment virtuel-le-s, c’est à vous que j’adresse ce message envoyé dans la bouteille qu’est ce blog dans la mer du web.
De l’autre côté de l’Atlantique, je suis pourtant bien inscrit avec vous, dans le même master, et déjà, je ressens les bienfaits du numérique, car sans cette merveilleuse invention qu’est l’Internet, je ne pourrais assister, à vos côtés virtuels, au séminaire de Monsieur Berra, certes dans un autre espace-temps (en général l’espace temps de mon doux foyer, avec un apéro de fin de journée – sans vouloir vous narguer! ), mais – peut-être – avec le même enthousiasme!
Le numérique pour moi est, dans le cadre des humanités, d’abord un outil incomparable, qui change considérablement notre façon d’aborder nos domaines d’études. En effet, ce qui n’était atteignable jadis qu’en une vie de travail acharné et sans répit est aujourd’hui rendu fort simple par un tas de fonctionnalités de traitement et d’analyse de données – la comparaison de l’usage de termes précis entre deux auteurs par exemple, ou relever les citations et les influences dans un texte précis, exercices ardus s’il en était quand il fallait éplucher des centaines et des centaines de pages, rendus aujourd’hui simplissimes par la fonctionnalité la plus basique du TLG en ligne – ce qui permet au chercheur ou à la chercheuse d’ouvrir son champ d’étude, de prendre en compte des considérations plus globales et en général, d’élargir tout bonnement les réflexions et notre manière d’appréhender le passé. Cela en plus de faciliter énormément les communications, ce blog en étant un merveilleux exemple, dont je profite pleinement par ailleurs. En permettant les communications entre tou-te-s les spécialistes du monde dans tous les domaines qui soient, cela, une fois de plus, pousse le chercheur ou la chercheuse d’aujourd’hui à ne pas se cantonner dans son domaine, dans son coin de bibliothèque, mais bien au contraire de s’ouvrir à tout ce qui se fait en matière d’études du passé, mais également de notre société contemporaine, et c’est une chance à saisir pour cultiver la Curiosité – avec un grand C.
En somme, je considère l’avènement du numérique, surtout dans nos domaines, comme une poussée vers un changement de paradigme auquel nous nous devons, en tant qu’enfants de ce siècle, de participer.
Je vous lève donc mon verre (c’est l’apéro pour moi, je vous disais) chers et chères camarades, au plaisir de travailler avec vous par le merveilleux biais du numérique 😉

spa