Martyrs 2.0 : vers l’au-delà numérique.

Pour ce dernier semestre d’Humanités Numériques, chacun a dû se détacher de la rassurante paroi ostréicole commune et prendre le large dans le cadre du projet personnel en lien avec le mémoire. C’est ce fameux projet qu’il s’agit de décrire ici, et surtout sa mise en application grâce aux outils de traitement de données vus en cours.

                Ma recherche n’ayant pas de portée grammaticale ou linguistique et comportant seulement une part mesurée de littérature, avec, somme toute, assez peu de textes à aborder en profondeur, les éléments de traitement systématiques de données, par les statistiques notamment, ne me paraissaient pas pertinents pour mes objectifs.

                En revanche, dans le cadre de mon travail sur l’élaboration, la transmission et les variations d’un récit dans le cadre d’un culte de saints (la Passio et Vita du Ve s. des martyrs de Rome Chrysanthe et Daria), j’ai trouvé pertinent d’établir une base de données codée et balisée pour mettre en évidence le phénomène de variation ou, dans le cadre de sources non narratives, les complément d’informations sur les éléments archéologiques d’alors. Le but était de visualiser nettement quels récits, grâce à la fidélité ou non par rapport aux jalons narratifs et aux détails, avaient eu accès à une « copie » de la Passio Chrysanthi et Dariae. Cela devait permettre de visualiser l’expansion géographique et chronologique de ce récit et par conséquent mettre en valeur une des modalités de transmission du culte de ces martyrs. C’est une forme de dégrossissage de mon enquête, en somme, qui me servira notamment pour la première partie de mon mémoire.

                Mon corpus n’a pas une quantité de composants invraisemblable (dix dans le cadre de cet exercice) et les ressources écrites sont pour la plupart brèves, voire très brèves.

La première étape du travail avant de baliser le texte en XML a donc été de rassembler les différentes ressources, pas toutes numérisées, voire pas en ligne du tout. J’ai retapé certains textes courts, soit qu’ils se fussent trouvés dans des livres, soit dans des éditions accessibles en ligne. Pour d’autres, notamment la Passio d’environ 5000 mots, j’ai eu recours à l’océrisation (néologisme francisé venant d’OCR : Optical Character Recognition) qui permet de convertir une image de texte en format texte. La qualité des éditions numérisées de la Patrologia Latina ou des Monumenta Germaniae Historiae n’étant pas vraiment optimale au vu de nos éditions contemporaines, il m’a fallu corriger de nombreuses fautes de transcription des lettres (confusion des t, h, b, ae et ac…) et il doit encore en rester.

Une fois les principaux textes de mon corpus assemblés, le balisage pouvait commencer. Après quelques déboires parce que je n’avais prévu ni le bon format ni le bon logiciel de traitement de texte, il m’a fallu marquer un par un tous les éléments pertinents à mettre en vis-à-vis, à partir de la Passio pour la plupart des marquages (c’est-à-dire que ce texte a un échantillon de presque toutes les balises) mais pas seulement, notamment en ce qui concernait l’inventio des corps. Le plus gros travail à fournir ici est en fait celui de conceptualisation des catégories, avec en tête la lisibilité finale et la facilité à traiter les informations préalablement marquées. Il m’a fallu pour cela refondre certaines catégories en utilisant plus largement le système d’attributs. Une certaine aide m’a été apportée pour restructurer la syntaxe XML des paragraphes.

L’appétissant texte brut (détail, 2017) 

                A ce stade, tout le corpus ayant été balisé, il fallait donc trouver un moyen de lire les données. Pour faire apparaître les données corrélées aux marqueurs XML, le logiciel BaseX s’est montré approprié. Une fois le fichier chargé, on peut se contenter de rentrer le nom d’une balise ou la sélectionner dans une liste pour la faire apparaître. Mais à ce moment là…

Qui? Quoi? D’où?

Plusieurs soucis de lisibilité. D’abord, la mise en page est plus sommaire que sommaire, mais surtout, aucune donnée des headers n’est disponible pour savoir de quels textes il s’agit : certaines informations essentielles manquent. Même moi qui ai marqué toutes ces balises, j’aurais difficilement pu dire de quels textes venaient les passages sélectionnés. Il fallait donc que les headers apparaissent en plus de chaque contenu à proprement parler ; mais pour cela, il était nécessaire de pactiser plus avant avec la machine en se servant d’une invite de commande. (Si vous avez lu mes précédentes expériences sur ce blog, vous saurez à quoi vous en tenir quand je suis confronté à des invites de commande.)

En fait, je mets fin au suspense, notre gentille professeur de Numériques m’a directement indiqué les commandes et ça a marché. Voilà donc le genre de choses qu’il fallait rentrer dans l’invite.

Le code requis pour cibler les balises de façon plus spécifique.

A ce stade, la question finale était simplement, pour une meilleure exploitation, d’exporter le résultat en html, car autrement il n’est pas fort lisible. La présentation laisse encore beaucoup à désirer mais les mots et les groupes d’information sont séparés et l’on sait de quelle thème il s’agit.

Pas assez de budget pour un design plus recherché hélas.

Il s’agit maintenant de vous convaincre de l’utilité de ces manipulations. Ici, l’exemple est en fait assez médiocre car le peu d’éléments à comparer rend moins éclatant la praticité d’un tel traitement balistique. Pour autant, le chercheur déjà avisé sur le sujet (moi, en l’occurrence) peut tirer déjà un certain nombre de remarques grâce à ce parallèle explicite. Ici, il est clair que la réécriture a été faite, pour ce passage, dans le sens de l’étoffement : le thème de l’éducation classique a paru beaucoup plus important au second auteur pour caractériser le saint. On peut présumer, en mettant ce résultat avec d’autres obtenus facilement grâce au balisage que la dimension didactique et édifiante du récit intervenait dans un contexte (l’Angleterre à la fin du VIe s.) où la question de la continuité avec Rome était un enjeu très concret dans l’appréhension de l’éducation et de l’articulation entre culture chrétienne, culture classique païenne, culture anglo-saxonne. Chrysanthe représente évidemment le puer senex; la Passio source adopte un rapport ambivalent vis-à-vis de l’éducation classique: ici, le thème est réapproprié pour montrer au contraire comment celle-ci n’empêche pas l’âme, parfaitement cultivée, de se tourner vers les choses spirituelles supérieures et réaffirme donc la continuation entre culture païenne et culture chrétienne.

Je pense que ce projet n’est évidemment pas encore tout à fait abouti, car il faut comprendre en profondeur le sujet pour véritablement le mettre à profit. Cela n’empêche pas pour autant le chercheur de s’en servir pour son travail. Opus Continuandum

« R, pardonne-moi, je ne sais pas ce que je fais »

Cet exercice de fin de semestre se sera avéré être quelque chose de … Aucun mot juste ne me vient à l’esprit. Voyons-en plutôt  les fruits dans la suite de ce compte-rendu.

Consigne simple s’il en est: trouver, à partir du corpus cicéronien ou démosthénien fourni, une petite problématique analytique pour se familiariser avec des commandes de traitement de données diverses. En raison de ma méfiance envers les problèmes typographiques liés aux caractères grecs, j’ai sans trop tergiverser choisi de me limiter à Cicéron. Après quelques plus longues réflexions en revanche, j’ai trouvé bon de m’intéresser aux thèmes d’amitié et d’hostilité dans l’oeuvre de l’orateur romain.

Avant de me jeter sur mon clavier et d’entreprendre la chose, il fallait concevoir ce que l’on comptait obtenir. A partir de trois racines latines (ou deux, si l’on veut) : amic-, inimic-, et host-, je devais trouver le moyen d’obtenir le nombre d’occurrences de chacune, c’est-à-dire de toutes les formes construites sur cette racine en prenant en compte les flexions : jusque là, Word pouvait être tout aussi utile. Evidemment, la sélection des termes mêmes nécessiterait un développement qui n’a pas sa place ici.

Après cela, observer la répartition de ces termes dans le corpus cicéronien, par œuvres et dans l’ensemble du corpus mis bout à bout. Cela peut en effet servir pour comprendre les intérêts rhétoriques de la distribution lexicale (dans un discours précis ou une suite de discours) ou l’importance d’un thème à un moment donné de l’histoire romaine.

En dernier lieu et à un niveau de précision plus intéressant, les corrélations de termes entre eux. Interagissent-ils directement dans les discours?

Ce stade passé il s’agissait de coder.

Les préliminaires accomplis (installation et chargement des outils de travail, préparation du matériau en supprimant les chiffres et la ponctuation), les choses sérieuses devaient vraiment commencer. Ce qui commence ici en revanche, c’est l’anti-tutoriel qu’est cet article.

"La base" (sic)

« La base » (sic)

A partir du fichier « Text_mining » que nous avions étudié en classe et qui comprend des exemples de plusieurs manipulations dans le domaine qui nous intéresse, j’ai copié certains tronçons de codes en prenant ce qui m’intéressait. Il n’y avait en somme que deux ou trois chunks (ce terme est plus appétissant que tronçon) : un pour générer une matrice à partir du corpus, d’autres pour observer la répartition de mes termes dans la base, et enfin un dernier pour voir les corrélations entre les mots.

Après une première analyse rapide, il apparaissait que :
– amic* : avec 1595 occurrences équivalait à environ 0,0089 du corpus total
inimic* : avec 693 occurrences équivalait à  environ 0,0038 du corpus total
host* : avec 629 occurrences équivalait à 0,0035 du corpus total

Certaines manipulations étaient destinées à supprimer les données les moins abondantes (une fois les Stop Words enlevés en prime) pour alléger les graphiques. Ici, vu la quantité des termes qui nous intéressent, inutile de s’y livrer. Pourtant, je me suis aperçu assez tardivement que j’avais intégré à mon code cette fonction. Et que j’avais donc effacé mes résultats qui correspondaient à des occurrences inférieures au seuil fixé.

Pour la suite, c’est-à-dire la distribution de chacun des termes dans le corpus, le résultat est mitigé en faveur du négatif. Une erreur glissée quelque part et que je n’ai pas le temps de régler dans les délais m’a adressé une fin de non recevoir. Voici néanmoins les bêtes.

erreur

Enfin, mes résultats de corrélation qui sont nuls, et j’ignore à peu près pourquoi puisque la commande fonctionne (#celebratesmallsuccesses)

Je dois être fautif évidemment, mais en attendant...

Je dois être fautif évidemment, mais en attendant…

En conclusion de cet anti-tutoriel, il me resterait, hormis à corriger tout ce qui est défectueux, à trouver des commandes précises pour analyser toutes les déclinaisons et les mots qui leur sont le plus souvent associés. En l’état des choses en tout cas… Mes pensées vont à mon professeur à qui j’adresse les plus aimables excuses pour mon échec et souhaite mes meilleurs vœux ! Pax hominibus bonae voluntatis.

Un retour pas trop glorieux [Les lignes de commande et plus si affinités]

Pour cette nouvelle année, notre parcours nous mène toujours plus avant sur la voie de la connaissance des arcanes numériques (mais ici, plutôt informatiques). J’aurais voulu ouvrir avec quelque chose de plus littéraire, plus souple : disons, en un mot, plus vivant. Mais ce ne sera pas le cas. Je vais parler de mon expérience avec l’invite de commande Windows et sa version légèrement différente Git Bash.

Ceci n’est pas une véritable première expérience puisque nous avions déjà pris beaucoup de plaisir l’année dernière à transformer nos fichiers markdown en fichiers à extension diverses et variées grâce à l’invite de commande. Mais il est vrai qu’autrement nous n’avions pas fait grand chose. D’ailleurs, en dépit du temps passé à intégrer le tutoriel, vous vous rendrez assez vite compte que je n’ai toujours pas fait grand chose.
Après avoir eu quelques déboires pour accéder à un dossier parce que son nom comportait un espace (les joies de l’informatique), j’ai finalement pu tester de petites commandes permettant de lister, comptabiliser et par extension traiter des informations textuelles à partir de ce dantesque écran noir.

Avec en prime une mise en abîme délicieuse.

Avec en prime une mise en abîme délicieuse.

Il y a vraiment quelque chose de très expérimental à tenter des manipulations qui semblent absconses et qui peuvent potentiellement, à écouter notre professeur tuteur primus inter pares, effacer la mémoire de notre disque dur sans rémission possible.

Mon acclimatation aux outils wc et grep appliqués au corpus cicéronien n’a pas donné de résultats particulièrement nobles. J’ai pu obtenir le nombre de mots et de lignes du fichier « cicero_05.txt » (respectivement 102067 et 12549, puisque vous mourez d’envie de le savoir) grâce à quelques emplois de wc. Grep est peut-être plus ludique puisqu’il permet de rentrer plus avant dans le fichier. Avec quelques commandes de base, on peut saisir les occurrences de mots (attention pour les langues anciennes à isoler le radical et le faire suivre de l’astérisque) et donc observer leurs emplois, les comparer, comparer deux termes et leur contexte d’utilisation. Certaines nuances dans les commandes permettent d’afficher les occurrences pertinentes en toutes lettres tandis que d’autres les réduisent à un compte numérique facilement traitable.

Exemple : dans le fichier cicero_05.txt, les occurrences de frater, fratri et de meretrix, meretricis (frat* et meretri*)

La première capture permet de voir deux pavés où l’on peut repérer les emplois en contexte mais qui ne sont pas forcément adaptés pour comptabiliser rapidement les données.

Les résultats de la recherche mis à la suite.

Les résultats de la recherche mis à la suite.

La seconde propose quelque chose de plus fonctionnel mais qui pourrait être faussée pour peu que le radical inclue d’autres mots que l’on ne veut pas faire figurer dans notre liste (ex : fraternitas)

Et une comptabilisation plus épurée!

Et une comptabilisation plus épurée!

La conclusion temporaire de cette modeste recherche est que déjà du temps de Cicéron, si l’on s’en fie à des données purement quantitatives, l’adage Bros defore Hoes était de mise. A creuser dans un futur sujet de thèse.

Plaisanteries à part, il serait intéressant, en dépit de mon traitement du seul corpus latin dans l’exemple qui précède, de comparer grâce à ces outils les deux corpus disponibles (Cicéron et Démosthène) entre eux. Il serait intéressant de trouver le moyen d’isoler des structures syntaxiques et/ou thématiques parallèles entre les deux grands orateurs, étude plus ardue à faire sans moyens numériques. Cela poserait aussi le problème de la langue et de l’alphabet, autant d’obstacles stimulants?

 

Nanterre des Drôles

 

Le campus entier est divisé en une grande multitude de domaines, l’un hébergeant les étudiants de droit, un autre les littéraires, un troisième une immense série de bâtiments consacrés à diverses disciplines que nous appelons « sciences humaines ». Il en est bien d’autres encore. La langue, la culture et les mœurs diffèrent entre ces secteurs. Une longue rivière d’asphalte, la Via, coule en suivant la forme du carré et relie ces lieux plutôt qu’elle ne les sépare.        
Parmi ces populations, la plus étrange est celle des STAPS, parce qu’ils sont tenus à l’écart des régions plus civilisées et que les enseignants qui se rendent rarement auprès d’eux ne leur apprennent rien qui puisse faire travailler leurs esprits. Ils sont aussi voisins du stade qui se situe de l’autre côté de la Route, dans lequel continuellement ils s’entrainent, préparant quotidiennement l’invasion qu’ils fomentent pour subjuguer l’université entière.       
                L’ensemble de cette terre occupée, comme il a été dit, par les étudiants, commence au Sud depuis la Gara Aereaera, fleuve d’acier et de béton, pour s’étirer jusqu’à la Sequana au Nord. A l’Est et à l’Ouest, le terrain suit les rives géométriques de la rivière grise. Le territoire des Sciences Humaines occupe la partie occidentale, tandis que les Droits et informaticiens ont leurs assises au Sud, voisins en cela des Lettres. L’île centrale est consacrée toute entière au loisir des promenades et à l’entretien du corps. La partie septentrionale, la plus sauvage, est dévolue aux STAPS et aux linguistes mais abrite aussi des lieux illustrissimes de savoir, la Bibliotheca Magna et la Domus Archeologicae Ethnographiaeque, fréquentés par des savants de tout le monde civilisé.

                Parmi les Magistri Litterae Formosae, Camilla Dionysiata était grande en sagesse et en audace. Celle-ci, sous le consulat quinquennal de Franciscus Fl. Batavia, poussa la division des Humanitati Classici, race noble et cultivée, à sortir de leurs frontières, ce qui fut aisé parce qu’elle leur fit croire qu’elle avait l’aval de l’Administratio. Elle les fit obeir d’autant plus facilement que, d’une part, on ne demande pas le choix aux élèves, et que d’autre part cette cohorte était accoutumée à être sans cesse ballotée de lieu en lieu : au Nord, au-delà du complexe sportif pour les studia linguarum, à l’Ouest pour le studium historiae artis, au Sud-Est pour tout le reste. A cause de cela, ils ne pouvaient jamais prendre racine en un lieu, chose pénible pour des gens paresseux. […]

Poussés par ces raisons et mus par l’autorité de Dionysiata, les Classici se mirent à rassembler le plus grand nombre de leurs ressources matérielles, dévalisant les distributeurs afin que dans leur périple, ils aient assez de subsistance. Pour mener à bien ces tâches, ils estimèrent que deux minutes suffiraient, la troisième fut choisie pour partir.  […]

                Les Droits –car le pathétique parodos s’avançait vers leurs possessions territoriales- virent les Classici qui s’avançaient par les torrents figés de la Via comme sur des radeaux.

[Après des négociations qui échouent parce que chacune des deux factions manifeste à l’autre son mépris de mœurs jugées arriérées ou frivoles, les hostilités sont déclenchées.]

Les groupes se formèrent en phalange et s’assaillirent. Les Classici, invoquant la Muse, firent aisément plier leurs ennemis <de rire>. Les Droits étaient dans une grande gêne pour donner la réplique en ce qu’ils n’arrivaient à prendre leurs adversaires au sérieux. Ces derniers, dans une vituperatio des plus cinglantes, les défirent. D’hilarité en déconvenue, blessés dans leur amour propre au point que leurs onéreuses doudounes ne pouvaient plus dissimuler la honte qu’ils avaient de leur médiocre rhétorique, les autochtones commencèrent à lâcher pied et préférèrent retourner à l’organisation de leur prochaine soirée étudiante.

Dans leur clémence, les augustes vainqueurs prirent possession des locaux qui leurs étaient échus, situés dans les hauteurs du quartier des juristes. De ce point stratégique, on pouvait observer par les lucarnes septentrionales l’intégralité des terres habitées, notamment de grandes prairies et le stade, sur une distance d’environ un mille.        
                Après cela, ils se reposèrent, tandis que les généraux adverses se mobilisaient.

Nanterre

L’extrême médiocrité de ce texte enfin mise à part, ce paragraphe apologétique me tiendra lieu de parabase. Vous aurez, j’espère, reconnu les Commentarii de bello galli d’un certain César, dansr un pastiche  plus ou moins heureux des paragraphes 1, 2, 3, 7, 25 du premier livre.
L’objectif initial était de reproduire grâce à des données statistiques exploitées au moyen du logiciel Voyant-Tools (http://beta.voyant-tools.org/) une réécriture savante d’un prosateur antique. Afin de pouvoir étudier le style de mon auteur, j’ai rentré dans le dit logiciel les deux premiers livres de l’œuvre trouvés sur Itinera Electronica, ce qui me donnait théoriquement un corpus d’une taille convenable pour en déduire des schémas (environ 8000 mots). L’un des outils premiers disponibles dans ce cadre-là se trouve être le nuage de mots, c’est-à-dire la production d’une image uniquement formée par un entrelacs compact de mots (d’où son nom) qui met en avant grâce à des tailles différentes les  occurrences lexicales.             A ce stade, plusieurs éléments m’apparaissent. D’abord un champ lexical très géographique, ethnique, mais aussi militaire. Rien de très nouveau sous le soleil pour une telle œuvre. Que l’auteur parle de lui-même à la troisième personne et qu’à cause de cela on trouve de son nom de nombreuses occurrences ne fut pas une découverte non plus (merci Astérix). Rien pour me rendre extatique, donc.
Un autre des outils du site est celui qui permet d’étudier les répétitions non plus par mots isolés, mais par expressions (ou phrases éventuellement) récurrentes. Mais les quelques assemblages de mots relevés n’étaient en fait absolument pas significatifs (3 occurrences pour 8000 mots). Même les mots les plus utilisés, en ayant écrémé d’office un bon nombre d’entre eux qui auraient parasité les statistiques, n’étaient pas tellement utiles à ce niveau. Que faire des 137 occurrences de ut ? Ses usages peuvent être multiples, et dans tous les cas il n’y a pas de style particulier dans l’usage courant de subordonnées. En dernier lieu, pour essayer de tirer d’autres informations, j’ai regardé rapidement l’outil « links », qui place un mot du texte dans un espace flottant, entouré de tous les mots qui le suivent ou le précèdent. On peut ainsi repérer au compte-goutte des chaînes syntaxiques (d’où le nom, oui oui, tout cela est limpide). Je m’en suis en fait très peu servi. Globalement même, les statistiques ne m’ont aidé qu’à dégrossir le travail du pastiche en résumant rapidement quelques notions clé.  Le style de César dans les tous premiers chapitres est plutôt sec, concis ; s’il se déploie plus largement par la suite, c’est toujours très descriptif.
Je suppose que la seule chose pire que d’écrire un mauvais pastiche, c’est d’écrire un pastiche qui ne sera pas reconnu. Or, je crois bien que si je m’étais ingénié à me baser sur des statistiques, faisant fi de l’effet final, c’est ce qui serait advenu. J’ai même considéré un instant transposer le champ lexical militaire en un autre sans aucun rapport qui rendrait tout récit absurde (celui de la pâtisserie par exemple.) en vue mettre en valeur l’inanité d’un texte tissé uniquement par des données chiffrées. Heureusement ou non pour vous, je ne l’ai pas fait. Las.
Quant au thème choisi, disons que c’est un conflit civilisationnel interne.

Perseus, un site pétrifiant?

Que Nul ne nie : la première accointance que nous eûmes de ce site date de nos débuts de classicistes brillants, quand notre regrettable déficience nous forçait à l’aller consulter pour terminer en temps et en heure nos versions de Sénèque ou Homère. A un niveau légèrement plus élevé –mais une maîtrise toujours des plus médiocres, hélas-, la Perseus Digital Library reste encore pour nous un outil des plus appréciés.

Ce projet, comme son nom l’indique, consiste à mettre à disposition une bibliothèque numérique (pourquoi associée à Persée ? Je n’en sais rien, il semble être un protecteur de prédilection pour la recherche si on se réfère au site français de  Sciences humaines et sociales du même nom : http://www.persee.fr/ ). Il envisage de donner un accès entièrement libre à des textes de culture antique classique, socle majeur de la culture de l’humanité, mais aussi à des textes d’autres époques –notamment une importante ressource en ce qui concerne le XIXeme siècle américain, des textes Renaissance, quelques morceaux d’arabe et d’italien- et à un fonds d’archéologie antique (avec images de vases, lieux, gemmes provenant de collections de divers lieux…). Une ambition à la fois riche, louable et gargantuesque, initiée dès la fin des années 80, c’est-à-dire très innovante quand on sait l’importance de la numérisation de nos jours, un quart de siècle après.

Des statistiques, parce que vous aimez ça.

Des statistiques, parce que vous aimez ça.

On pourra chanter la gloire philanthrope d’un projet qui présente un grand nombre d’avantages. Tout d’abord, la variété des sources, qui ne se confinent non seulement pas à une seule langue ancienne, mais qui ne se limitent même pas à des sources textuelles : c’est un véritable esprit humaniste qui est mis en avant. L’accès est gratuit et intégralement ouvert, au contraire de certaines autres entreprises du genre. Au-delà de la simple mise en ligne de données, le projet Perseus essaie de faire progresser la réflexion sur les digital humanities, avec un blog associé qui propose entre autres des comptes-rendus sur le sujet. De nombreuses autres choses seraient à mentionner sur les avantages et faiblesses, mais je tâcherai de les diffuser au gré de cet article en traitant de points spécifiques.
Parce que l’accès au site est libre, cela signifie que les éléments mis à disposition sont libres de droit. Ce qui est très convenable pour des étudiants de lycée ou de Licence, mais qui peut être problématique lorsqu’il s’agit de faire des travaux de recherches pointus ; les traductions sont parfois dans des styles un peu désuets, mais les considérant indicatives plus qu’absolues, j’aurais tendance à trouver cela bien pour dissuader les élèves de les copier bêtement (ou serais-je devenu aigri ?). Oh, et puisque nulle part je ne fais figurer l’information mais que le nom même du projet le laisse deviner, la Perseus Digital Library est en anglais. C’est dans cette langue qu’il vous faudra attendre vos traductions. Est-ce une limite pour autant ? C’est après tout –au dam de mon cœur- la langue universelle de notre époque. Rajouter d’autres langues ne semble pas être une priorité et c’est compréhensible vu l’ampleur de ce qui reste à accomplir.

Que quelqu'un renvoie le designer de ce site.

Que quelqu’un renvoie le designer de ce site.

Ma sensibilité esthétique me pousserait sans doute à jeter un anathème sur le design du site, cependant. Toute cette présentation sent les années 90. Un peu de glamour et de modernité ne lui ferait pas de mal, rajouterait de l’attrait et de l’interactivité pour le projet. Par ailleurs, hormis ma subjectivité dévergondée pour laquelle je m’excuse, il me semble que l’utilisateur du site est saturé d’informations à cause de cette présentation : j’avoue ne pas avoir eu le loisir en mes années de pratique de m’appesantir sur toutes les petites notes grises ou bleues qui sont sans cesse déployées en petit tourbillon autour du texte élu. Je crois qu’il faudrait les limiter à des rubriques que l’on pourrait masquer. Malgré tout, il est vrai qu’elles sont tout à fait précieuses pour citer, cataloguer les références présentes sur une page, se repérer dans l’œuvre, mais toutes, simultanément, non.
Forcément, le site ayant une prétention universelle, il se doit de présenter des informations qui pourraient servir aussi bien à d’ingénus lycéens, à des badauds curieux (on peut toujours espérer) qu’à des philologues rapaces et critiques qui voudront toutes les sacro-saintes informations nécessaires à un travail universitaire.
Même si le site a beaucoup de fonctionnalités et de projets connexes dans lesquels il serait aisé de se perdre un peu, il me semble que les éléments de recherche basiques ne sont pas trop ardus à maîtriser. Concédons cependant qu’on peut effectivement hésiter sur la forme du nom d’auteur ou d’œuvre à rentrer : Grec ? Latin ? Anglais ? J’avoue avoir déjà peiné pour trouver certains textes, et là ce n’est plus une question de maîtrise de la langue mais simplement de convention qu’on connait ou non.

Un petit exemple de fragment textuel.

Un petit exemple de fragment textuel.

En ce qui concerne l’utilité pratique du site pour étudiant en classiques, c’est une bibliothèque de consultation extrêmement pratique – j’aurais quelque répugnance à l’utiliser pour lire longuement cependant en raison de la présentation-. Un autre point, tout à fait exquis, que j’ai tu jusque-là est la fonction qui permet, en cliquant sur un mot du texte, d’accéder à sa définition et à l’analyse de sa forme (« Latin/Greek Study Tool ») : c’est véritablement un atout de choix pour étudier un mot dans un contexte et sens précis sans avoir à rechercher dans un dictionnaire papier ou en ligne présentant une cinquantaine d’entrées sans même renseigner sur la forme qui vous intéresse. Cela permet de gagner du temps, mais aussi de comprendre concrètement une grammaire ou une conjugaison parfois décontenançante. Aussi, les (parfois nombreuses) autres occurrences possibles pour une même forme sont répertoriées et classées par pertinence en fonction d’un système de vote.

Espérons que la démocratie aura des relents d'aristocratie... Et vous pouvez également sélectionner une entrée de dictionnaire

Espérons que la démocratie aura des relents d’aristocratie… Et vous pouvez également sélectionner une entrée de dictionnaire

Comme l’avait fait remarquer dans Pablo Zucker dans son billet du 31 janvier 2015 (http://classnum.hypotheses.org/210), ce concept participatif est très réjouissant dans des disciplines qui semblent aussi figées et je crois qu’il est très emblématique de l’esprit des humanités numériques : partager, participer. Cet outil lexical a néanmoins des limites, certaines entrées sont extrêmement allusives ou renvoient pour le grec à du latin, ou ne sont pas pertinentes, mais c’est tout de même plutôt rare.
Parce que Perseus se veut un vecteur de connectivité entre les connaissances de vastes domaines, il renvoie à d’autres sites qui pourraient le compléter :

Perseus_2

Il est vrai que, pour conclure sur cette mignonne présentation, la Digital Library peine à dépasser, dans les faits, le stade de bibliothèque, c’est-à-dire un lieu fort utile de consultations d’ouvrage mais qui stocke la connaissance plutôt qu’il ne la transcende. En revanche, à côté de ces bases de données existent toute une reflexion et organisation qui vise à promouvoir les humanités numériques ; le rêve de ce site, peut-être naïf, serait que des étudiants ou des professeurs, d’eux-mêmes ajoutent notes et commentaires pour compléter les versions désuètes proposées ou simplement pour fournir un angle d’approche à un texte. Cela lui donnerait une dimension critique interactive véritable qui doterait le projet d’un lustre spécial, au-delà de la simple compilation de connaissances qui n’innove pas vraiment dans la recherche sur l’Antiquité.

Des Chiffres et des Lettres (et puis d’autres choses, aussi)

 Longtemps, je me suis couché de bonne heure. En Licence du moins. Désormais, dans cette nouvelle formation de Master, tous les repères autrefois si nets se font troubles, les cours commencent tard, les heures de sommeil se font aléatoires, bref, rien ne va plus. Ainsi peut-on, en sus de ce cataclysme infligé à notre horloge biologique et  pour augmenter encore le chaos de la situation, coordonner ces deux termes de Classique et de Numérique en cette impudente Université de Nanterre. Il n’y a plus de saisons.

                Une bonne et réglementaire éducation française m’inviterait à définir les deux termes clés du sujet pour temporiser et remplir de très enrichissantes pages. J’ai fort peu envie de partir de ce côté-là, aussi ne le ferai-je pas. Je suppose aussi que je pourrais devant cette provocante association titulaire, m’insurger tel un réactionnaire. Mais mon amour pour les disciplines classiques ne m’empêche pas de reconnaître que parfois, il se dégage de celles-ci des vapeurs d’un élitisme si décati que je doute alors que d’imaginaires mites en eussent voulu.

                La vérité, pour dresser mon ressenti –puisque c’est de cela qu’il s’agit -, c’est qu’effectivement, l’intitulé de ce Master et ce que nous y ferons concrètement, présente deux aspects qui ne sont pas automatique associés dans mon esprit. Ainsi, le terme classique y respire un parfum doré délicieux, fortifié par les siècles ou les millénaires ; il évoque une force assurée et puissante qui recoupe  à la fois les civilisations antiques ayant significativement modulé l’humanité, et des savoirs, des témoignages, des explorations –même ennuyeuses ou candides- de l’univers et de l’homme. Ses accents charmants tiennent de ce que la culture classique est à la fois naïve comme un enfant, sévère comme un aïeul, cinglante et posée, malicieuse et morale, belle tout simplement dans sa complexité. Sa fragrance tient du désuet et du familier. Elle a nourri les penseurs et alimenté ou influencé d’innombrables créations, enfanté d’âge en âge de nouveaux classicismes, d’autres merveilles, en usant inégalée des puissances mystérieuses du Verbe et de l’Art.

                Et à côté de cela, le Numérique. Jeune. Chiffré. Monochrome au meilleur des cas, aux couleurs criardes  autrement –oh, ces pages de langage HTML ! Horresco referens -. Je perçois tout à fait son potentiel, que cela ne me soit pas imputé ; il est partout désormais. Mais devoir user d’un médium inesthétique et mathématique, être obligé de passer par d’ingrates coulisses qui exposent toute leur machinerie, apprendre à fixer ensemble des boulons… J’aurais envie  de tout maitriser en un instant pour voir les mécanismes en action et ne plus avoir à me pencher sur des rouages dépourvus de charme.  Une fois cette connaissance acquise, j’augmenterai encore mon répertoire d’outils à créer et magnifier le Beau du Classique. Aspirer la force vitale du cadet pour revivifier d’un sang neuf l’ainé éternel. Le deuxième terme de l’intitulé sera l’esclave du premier.

Voilà voilà. Tout cela pour dire que je ne suis pas passionné du Numérique, mais que c’est un mal pour un bien. L’illustration de cet article témoigne de ma bonne foi et résume mon humble opinion.

D'après le tableau de LAGRENEE, 1768, huile sur toile, Musée du Louvre :La lampe de Numerica met en lumière la splendeur de Classicus

D’après le tableau de LAGRENEE, 1768, huile sur toile, Musée du Louvre : La lampe de Numerica met en lumière la splendeur de Classicus