Les richesses du mythe d’Hippomène et Atalante.

    Les mythes gréco-romains nous sont parvenus, depuis l’Antiquité, tant par la voie littéraire que par la voie artistique. Une des sources qui a beaucoup inspiré les artistes est le poète latin du 1er siècle avant et après J.-C., Ovide. Au livre X de ses Métamorphoses, il reprend et développe notamment la légende d’Hippomène et Atalante.Cette légende raconte comment après un oracle, Atalante prend peur à l’idée de prendre un époux et défie ses concurrents de la battre à la course s’ils veulent l’épouser. Un jeune homme, Hippomène tombé amoureux de la belle jeune femme accepte le défi et demande de l’aide à Vénus. Au cours de la course, Vénus lui offre trois pommes d’or qu’il jette distrayant son adversaire, lui permettant de la devancer et de gagner la course et sa main.

Dans le cadre de l’étude du groupe statuaire Hippomène et Atalante crée par Guillaume Coustou et Pierre Lepautre, exposé dans un des exèdres du jardin des Tuileries et de sa mise en valeur, l’outil informatique permet grâce à divers logiciels, de rendre plus accessible le texte et les œuvres s’y rapportant.                                                                     Ici, la démarche n’était pas tellement une étude statistique des vers 560 à 739 du livre X des Métamorphoses d’Ovide consacré à la légende d’Hippomène et Atalante mais la recherche d’outils numériques permettant de mettre en avant l’héritage de ce mythe, largement représenté dans l’art depuis l’Antiquité.

Atalante et Hippomène, jardin des Tuileries

Dans le cadre d’une mise en valeur des œuvres reprenant l’Antique au jardin des Tuileries, une des priorités est de rendre l’oeuvre de Guillaume Coustou et de Pierre Lepautre accessible à un public non spécialiste. A cette fin on peut commencer par créer, grâce à l’encodage, une version augmentée du texte latin et surtout de sa traduction, notamment en mettant en valeur le passage qu’Ovide consacre à la course en elle-même (épisode central dans la représentation de Guillaume Coustou et Pierre Lepautre) en changeant sa typographie:

Toujours grâce à l’encodage, il est également possible d’apporter une explication aux personnages, qui ne sont pas toujours connus du grand public en passant la souris sur le nom de ces derniers, comme ici avec Adonis:

Explication de qui est Adonis en passant simplement la souris sur son nom dans le texte.

 

Une autre option qui est celle de l’alignement de texte s’avérait intéressante mais n’a finalement pas été gardée pour le projet final car la typographie rend le résultat assez peu utilisable. Cependant, il permet tout de même d’aligner le texte latin avec sa traduction et de surligner certains termes latins et leurs traductions pour les mettre en valeur:

Le site perseids.org donne la possibilité de créer des alignements de texte permettant de rapprocher le texte original de sa traduction.

 

Ce qui a finalement été retenu avec l’encodage du texte latin et français, est l’utilisation du site omeka permettant de créer des expositions virtuelles afin de montrer d’autres œuvres reprenant la légende d’Atalante et d’Hippomène, à différentes époques et à travers différentes formes d’art allant de la céramique à la sculpture en passant par la peinture.     A travers trois collections différentes correspondant à la céramique grecque, à la statuaire grecque et moderne et à la peinture moderne, l’exposition virtuelle permet à l’internaute de regarder la partie qui l’intéresse et d’avoir accès à de nouvelles ressources lui montrant l’importance de ce mythe dans l’art et les différentes interprétations possibles. Notamment, certaines oeuvres réalisées durant l’Antiquité comme le Lécythe d’Atalante ont été exécutées avant la naissance d’Ovide et montrent donc que le mythe existait déjà et était déjà influent, notamment le personnage d’Atalante qui n’était pas représentée qu’avec Hippomène:

La première collection présentée est celle montrant Atalante représentée sur une céramique grecque antique.

Les deux autres collections donnent accès à des sculptures dont une antique représentant également Atalante et à des peintures modernes.

La page d’accueil de l’exposition donne également la possibilité d’avoir accès directement aux images sans passer par les collections notamment grâce à des rubriques montrant les derniers éléments rajoutés ou mis en avant:

Page d’accueil de l’exposition après avoir rentré toutes les données et images sur omeka.

De manière plus générale, le site d’omeka permet de donner toutes les informations et détails nécessaires à la compréhension d’une oeuvre à la manière d’une notice et d’avoir accès à l’oeuvre en cliquant sur l’image en bas de page:

L’exposition est disponible à travers ce lien: http://hippomeneetatalante.omeka.net/

    Cette étude portant sur la mise en valeur du groupe statuaire Hippomène et Atalante présent au jardin des Tuileries permet de montrer que de nos jours, l’outil numérique est devenu un outil non négligeable dans les études portant sur l’Antiquité. Grâce à de nombreuses bases de données et logiciels, il est possible de créer de nombreuses ressources afin de rendre un texte ou un ensemble d’oeuvre accessible à un large public, lui apportant ou consolidant ses connaissances sur l’Antiquité au travers des mythes et de leurs représentations littéraires et artistiques.

« L’analyse textuelle: à la croisée des mondes »

Le logiciel Rstudio paraissait d’abord s’appliquer aux mordus d’informatique et de programmation mais il a dérivé jusqu’à nous, antiquisants, qui jusqu’à l’année dernière se tenaient bien loin du langage « barbare » informatique.                                                             En réalité, même si nous ne maîtrisons pas tous les tenants et les aboutissants de ce logiciel de programmation utilisé pour le traitement des données et pour l’analyse textuelle, sa compréhension et sa mise en pratique permettent déjà de faire avancer la recherche sur les textes anciens.

Après avoir essayé plusieurs modules proposés pour ce corpus et celui de Démosthène, mon choix s’est orienté vers les textes de Cicéron et vers la distribution des mots dans l’ensemble du corpus.

La maîtrise des codes de programmation de Rstudio se révèle être un grand gagne temps pour un chercheur travaillant sur un texte précis ou sur un ensemble de texte, qu’il soit ancien ou moderne. Le logiciel donne avec assez de simplicité le type de document, le nombre de texte, de caractères et propose diverses analyses textuelles …                       C’est en voyant ces résultats et l’exemple de la représentation par une courbe des dix mots les plus utilisés, que j’ai eu l’envie (soudaine) de me rendre compte avec plus d’efficacité de la répartition de certains mots dans l’ensemble du corpus.                         Ces résultats sont d’abord obtenus en précisant dans la programmation les mots dont l’on souhaite étudier la répartition. Un des termes que j’ai choisi est « plebs »:

code-plebs

Une fois le code appliqué, le logiciel montre le résultat sous forme d’un graphique:

plebs

L’intérêt de ce travail sur Rstudio est que les graphiques diffèrent selon les résultats mais ces derniers peuvent vite devenir assez illisibles quand il y’a beaucoup de récurrence des mots étudiés:

homines

Ce module est donc intéressant et très utile mais les résultats sont assez aléatoires. Certains graphiques sont très chargés alors que d’autres ne donnent pas de résultats (erreur de codage?) et demandent certainement de se pencher plus sérieusement sur le codage et sa complexité.                                                                                                         Heureusement pour nous, s’il peut s’avérer assez frustrant de travailler sur un graphique tel que celui qui représente la distribution de « homines » dans le corpus, d’autres logiciels de programmation comme la ligne de commande complètent utilement cette première approche de l’analyse textuelle et s’avèrent être plus claire au premier coup d’oeil:

grep-ciceron-homines Utilisation de la commande grep -c appliquée au corpus de Cicéron.                                                                                             La ligne de commande nous donne directement le nombre d’occurrence de « homines » dans chaque texte sous forme de liste.

Cet outil moderne qu’est l’ordinateur, même s’il demande beaucoup de patience avant de le maîtriser, est donc très prometteur tant pour les mordus d’informatiques que pour nous, antiquisants étudiants ou chercheurs. L’analyse des textes anciens grâce à ces logiciels va pouvoir être toujours plus poussée.

Dans l’intimité de nos machines

Le début de semestre de ce master 2 nous fait entrer un peu plus dans l’intimité de notre machine et de son fonctionnement.
Grâce à la ligne de commande, un nouvel accès à l’ordinateur s’offre à nous après avoir réalisé un certain nombre d’essais, et de trouver la bonne commande, notamment pour accéder aux bons fichiers. De manière générale, ce logiciel, une fois maîtrisé, semble pouvoir donner rapidement accès aux différents fichiers de notre ordinateur, pouvant nous faire gagner du temps.

Appliquée à notre dropxbox et au dossier du corpus sur Démosthène, la ligne de commande permet d’avoir un nouvel accès au texte, notamment quantitatif à travers les commandes -wc et -grep.
La commande -wc est moins complexe que la commande -grep et permet de calculer le nombre de mot, de caractère … dans le corpus choisi:

commande-wc

La commande -grep est plus intéressant car elle permet d’avoir des informations beaucoup plus poussées sur le texte. Cette commande, permet notamment de savoir avec exactitude l’occurrence des mots dans le texte. En associant certaines fonctionnalités à cette commande, on peut aller encore plus loin dans l’étude du texte.
Par exemple, en associant un mot du corpus grec de Démosthène à la commande -grep, ici « ἐστιν », on peut voir plusieurs usages du verbe. En changeant un peu la commande, on peut savoir avec précision le nombre d’occurrence du mot choisi dans le corpus ou le texte et permettre des analyses plus poussées que des analyses simplement textuelles:

commande-grep Les commodités de la langue grecque entraînent quelques difficultés techniques pour rendre certaines lettres visibles sur le logiciel.

Cette commande et la ligne de commande en général offrent donc de nombreux outils que l’on découvre en explorant ses différentes utilités et possibilités.

Après s’être un peu expérimenté sur ce corpus et sur le corpus latin, que l’on peut comparer à celui-ci grâce aux outils de la ligne de commande, il pourrait être intéressant de comparer deux écrivains latins et grecs ayant le même style d’écriture comme des historiens tels que Thucydide et Tite-Live afin de voir leurs similitudes ou leurs différences.

Voyage en Guyane à la manière d’Hérodote

Mais voilà ce que je connais du célèbre centre spatial à Kourou en Guyane, trente-six ans après le décollage de la première fusée Ariane I. A la suite de l’indépendance de l’Algérie et de l’abandon par la France du pas de tir d’Hammaguir, Georges Pompidou décide en 1964 de construire un centre spatial à Kourou, en Guyane. La Guyane est connu pour être à l’abri des séismes et des cyclones et le patrimoine rêvé de Kourou en fait un lieu essentiel pour y abriter le centre spatial européen. Sur cette terre prometteuse, le nouveau temple pour l’étude du spatial est construit à partir 1965 et devient opérationnel à partir de 1968. Selon mes sources, près de ce temple du savoir sont dressées des bases de lancement pour les fusées, notamment celles du programme Ariane, qui permettent à des chanceux d’assister à un lancement une fois par mois.

Les responsables ajoutent qu’à compter de 2009, la base accueille également les fusées russes Soyouz et les lanceurs légers italiens Vega. Au cœur de la nature guyanaise verdoyante, deux sites d’observation du décollage des fusées portent le nom des célèbres dieux grecs Vénus et Jupiter.
Mais cela suffit avec Kourou et son centre spatial.

20150820_223828[1]                                                                    Trace laissée par Ariane juste après son décollage en août 2015.

On n’a moins de connaissances vis-à-vis des pays voisins dont nous voulons parler. Pour ma part, je n’y suis jamais allée. Les guyanais m’ont dit qu’ils sont voisins frontaliers des brésiliens et surinamais. Quoi qu’il en soit, nous nous attacherons à ce que l’on connaît avec exactitude et nous en parlerons avec précision.
En arrivant à l’aéroport nommé Félix Éboué, on est d’abord surpris par la forte chaleur, assez peu présente dans la métropole. Quand on a passé Cayenne, la « capitale » de la Guyane française, on rencontre d’abord des villes principales comme Macouria dans laquelle des espèces animales se côtoient dans le zoo. Les premiers que l’on découvre sont les célèbres créatures rampantes d’Amazonie. Plus on avance, plus on rencontre des espèces variées et tropicales.
En s’éloignant de ces grandes villes et de la base spatiale européenne et en s’aventurant plus loin dans les terres, un tout nouveau décors se dresse. Quand on s’approche du long fleuve Saint-Laurent du Maroni, on rencontre un nouveau mode de vie. Le long du fleuve se côtoient des tribus indiennes et des villages qui vivent dans une certaine forme d’autarcie, notamment grâce à la pêche partagée. Certains villages, pour se ravitailler doivent traverser le fleuve en pirogue, un voyage qui peut durer plusieurs jours pour apporter aux villages les denrées essentielles.
Après le port de Rémire-Montjoly, au large des côtes maritimes se dresse l’îlet la Mère ou selon d’autres, « îlet aux singes ». Les premiers que l’on rencontre dans le temps sont les bagnards envoyés en Guyane. Par la suite, cette îlet est devenu un point d’observation important pour une espèce à part, les singes, entre mangrove et mer.

Autant que nous pouvons le savoir [NDT : κατ᾽ ὅσον ἡμεῖς ἴδμεν], la diversité des lieux et du mélange culturel qui fait se côtoyer autant des français, que des indiens, des chinois, des brésiliens ou des surinamais ainsi que cette situation particulière d’un département français de l’autre côté de l’Atlantique, sur le continent américain, fait de la Guyane un territoire à part. Les grandes villes s’opposent aux villages qui bordent le fleuve de l’autre côté du territoire.

Billet 3

Pour créer mon article, je me suis inspirée du Livre IV des Enquêtes d’Hérodote, sur le célèbre site Perseus. Du chapitres 15 au chapitre 18, il décrit le pays des Scythes, ce qui m’a servit de base. Je ne me suis pas inspirée des faits racontés mais plutôt de la manière d’écrire de l’auteur. Dans l’écriture même d’Hérodote, on peut voir qu’il accorde une grande importance à justifier ce qu’il dit : »Ἀλλ᾽ ὅσον μὲν ἡμεῖς ἀτρεκέως ἐπὶ μακρότατον οἷοι τε ἐγενόμεθα ἀκοῇ ἐξικέσθαι, πᾶν εἰρήσεται. » (« Quoi qu’il en soit, nous avons porté nos recherches le plus loin qu’il nous a été possible, et nous allons dire tout ce que nous avons appris de plus certain par les récits qu’on nous a faits.).                       En tant qu’historien et aussi géographe dans cet extrait, Hérodote utilise de nombreux verbes de parole: ils disent … et de nombreux termes géographiques: plus en avant, après le fleuve… Le passage est structuré par une idée d’évolution dans l’espace.

Grâce à Voyant Tools, on peut noter certaines caractéristiques de l’écriture d’Hérodote. L’auteur qui se veut historien fait une description géographique précise avec des indicateurs de lieux qui sont très présents. Avec voyant Tools, grâce à la rubrique  on peut voir que ces indications passent principalement par l’utilisation des prépositions: » Ἀπὸ » apparaît quatre fois en deux paragraphes. Sa description est très spatiale, on part d’un endroit, pour aller plus loin dans les terres, les termes « au milieu », « plus loin », « au large » sont employés.                                                                                                               En tant qu’historien, Hérodote donne beaucoup d’informations qu’il articule par de nombreuses phrases et propositions, ce qui explique la fréquence importante des connecteurs comme « καὶ » qui apparaît dix-neuf fois dans ces chapitres, et « δὲ » qui est visible vingt-cinq fois grâce à la rubrique « words in the entire corpus » et le schéma « word trends ». La courbe est une bonne illustration pour se rendre compte de l’importance ou non des occurrences des mots choisis.                                                                                 De plus, une autre caractéristique des sources d’Hérodote est visible grâce à Voyant Tools. En effet, des sources de l’historien sont orales, comme le montre la présence à plusieurs reprises du verbe « λέγουσι ».

Billet 3Occurrence de « δὲ »

Argumentaire autour du site Perseus Digital Library

Perseus Digital Library

Perseus est un site de traduction des textes latins et grecs. Très utile grâce à son mot à mot, il est cependant en anglais.
On peut accéder au texte soit,en anglais soit en latin/grec. Au-dessus, une barre d’outil permet d’accéder au texte complet chapitre par chapitre. Dès que l’on clique sur un mot latin ou grec, sa traduction et ses différentes formes nous sont proposées. La traduction est pratique et complète.
1

Les sources de ce site sont surtout les œuvres originales des différents auteurs. Les données sont parfois déjà numérisées sur d’autres sites. La plupart des liens présents sur le site renvoient à des sites anglophones ce qui peut poser des difficultés d’accès à l’information.

L’esthétique du site est assez impersonnelle. Le fond du site est blanc, les couleurs sont principalement des couleurs grises, noires ou bleues pour les nombreux liens disponibles. Cela donne un aspect sobre et peu accueillant. L’écran est souvent surchargé d’information : l’organisation centrale du texte se fait en colonne, il y en a deux autours du texte ce qui nécessite un temps adaptation lorsqu’on rentre sur le site et rend l’information moins accessible au premier coup d’œil. D’un autre côté, cette organisation éveille la curiosité de celui qui utilise ce site.
2

Le public visé doit être averti. En effet, un minimum de maîtrise de la langue anglaise est nécessaire puisque le site est anglophone. De plus, ce site qui propose des traductions s’adresse principalement aux élèves de lycée, aux étudiants et antiquisants qui étudient les langues anciennes. Il s’apparente à des sites comme itinera electronica qui propose des traductions en mot à mot des textes anciens.
Pour moi, en tant qu’étudiante en humanités classiques, ce site est utile pour avoir accès à des aides comme la traduction ou les différents formes des mots latins ou grec. Une rubrique « Art and Archaeology » et « exhibits » apportent des connaissances supplémentaires sur la culture antique.

3

Découverte des humanités numériques

billet 1

Lorsque j’ai pris connaissance de l’intitulé du master « humanités classiques et numériques », j’ai d’abord était surprise puis intéressée. En effet, de nos jours la portée numérique devient de plus en plus importante même dans l’étude des humanités classiques et permet de nouvelles études. Si le livre est une ressource importante dans la tradition des textes qui nous sont parvenus, le numérique à la capacité de compiler ces ressources, les rendre accessible à un plus grand nombre de personne. C’est une nouvelle façon de lire et de travailler puisque nous pouvons rester derrière notre ordinateur au lieu d’aller consulter les ouvrages en bibliothèque. Dans notre génération qui grandit avec l’informatique et le numérique, il est nécessaire de maîtriser les outils de traitement de textes, de publications, ce que peut nous apporter ce cours.