L’arrivée de Cybèle à Rome : analyse d’un trajet mythique

Épisode légendaire entourant le culte de Cybèle, l’arrivée de la déesse à Rome a inspiré de nombreux auteurs, historiens en majorité. Véritable enjeu politique dans le contexte de la seconde guerre punique et fondement d’un nouveau culte oriental s’installant à Rome, cet épisode subit un traitement différent selon les auteurs; quand Ovide relate ce récit, c’est dans un contexte de grandes pompes, célébrant la Mère au cœur d’un récit miraculeux. Au contraire, le récit fait de cet épisode par Diodore de Sicile célèbre un personnage au milieu d’un contexte troublé trouvant son origine et son thème principal dans la lutte entre Rome et Carthage. C’est cette ambivalence qui existe dans ce récit qui sera traité dans ce billet à travers deux points de recherche : les acteurs principaux de cette arrivée et l’utilisation du domaine géographique pour guider le lecteur dans ce voyage.

Dans un souci de clarté, six passages feront l’objet de cette enquête. Ces auteurs, ayant vécu dans leur ensemble entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C., sont ceux qui nous transmettent les récits les plus détaillés que connaît ce récit, comptant 426 mots en moyenne.

Corpus de référence

La première partie de ce billet s’intéressera à la présence de deux protagonistes majeurs dans ce récit, Scipion Nasica et Claudia Quinta. Le logiciel BaseX, qui est un système de gestion de fichiers XML, permet d’étudier la place ainsi que le nombre d’occurrences renvoyant à un de ces acteurs.

           Cybèle          Claudia      Scipion                Autre   TOTAL
Appien 6 6 6 5 23
Diodore de Sicile 3 1 13 10 27
Julien 11 10 0 10 31
Ovide 18 13 2 23 56
Silius Italicus 8 5 6 9 28
Tite-Live 6 2 5 11 24

Pour le cas de Claudia Quinta, retrouver sa trace est assez malaisé, la raison principale étant que certains auteurs la nomment uniquement Claudia. Or cette recherche, qui permet de trouver 137 mentions d’une Claudia dans le LLT-A, est à prendre avec des pincettes, la plupart des noms se référant au nom Claudia renvoient à la célèbre famille des Claudii. Ce problème issu de la filiation majestueuse de cette intervenante se retrouve avec Diodore de Sicile qui n’utilise pas le nom de Claudia mais celui de Valeria pour nommer la femme meilleure d’entre toutes qui accueillera la déesse. Et le même souci d’ordre sémantique se présente, Valeria pouvant qualifier, et qualifiant dans sa globalité, la famille des Valerii, elle aussi illustre. À ce souci de distinction entre personne précise et nom se rapportant à la gens ou à un autre membre homonyme se rajoute celui de l’identification de cette jeune femme. En effet, Diodore de Sicile est le seul (dans le corpus proposé du moins, une analyse détaillée de chaque occurrence du nom de Valeria qui apparaît à 67 reprises dans le TLG pourrait mettre en avant d’autres auteurs reprenant ou ayant déjà transmis cette version) à qualifier la jeune femme accueillant la déesse autrement que par le nom Claudia. S’agit-il d’une confusion entre deux noms de familles illustres ou existe-t-il une seconde version dans laquelle c’est une certaine Valeria qui accueille la déesse ? Le personnage de Valeria étant seulement nommé dans le récit de Diodore de Sicile, il ne semble pas nécessaire de s’attacher à cette variation, un argument majeur étant qu’aucun autre texte n’a révélé une autre nomination pour Claudia à partir de recherches lemmatisées sur le TLG.

Cette difficulté passée, l’analyse s’opérera par le biais du logiciel BaseX qui permet d’étudier un texte, préalablement balisé, sous diverses formes (statistiques, graphiques). Ce que nous pouvons retenir de l’étude de ces textes est la structure narrative systématique concernant la mention de Claudia Quinta et de Scipion Nasica. Dans la majorité de ces textes, la figure de Claudia Quinta apparaît dans la dernière partie du récit, lors de l’arrivée de la déesse. Cette position n’est pas surprenante, étant donné que le nom de Claudia Quinta est, selon la structure narrative, solidaire du nom de la déesse lors de son arrivée à Rome (bien entendu, la mention de Cybèle est diffuse dans l’ensemble des textes). Pour ce qui est de Scipion Nasica, la position de sa nomination peut éclairer quant au genre du texte. Ainsi, nous ne pouvons que constater sa place dominante dans le récit de Diodore de Sicile, domination qui s’explique par le genre même et le sujet du texte. Principalement intéressé par le conflit romano-carthaginois, Diodore utilise la figure de Scipion Nasica (usant par la même occasion de sa gens dans un souci de créer une harmonisation et de liaison de son récit historique) comme fil conducteur de cet épisode. De ce fait, à l’opposé d’Ovide ou de Julien qui laisse peu voire aucune place à la présence de ce jeune Scipion et qui présentent un récit axé sur la figure de Cybèle et sur la dimension mythico-théologique de son arrivée, Diodore inscrit son exposé dans le cadre historique, dans son appellation la plus pragmatique qu’il soit. Ce souci de réalité historique s’observe notamment par la faible présence de la déesse, mentionnée peu de fois et présente que lors de la première partie du récit, faisant de cet épisode une anecdote dans l’histoire que nous livre Diodore. Pour contrebalancer ce constat, nous pouvons mettre ce récit en parallèle avec deux récits proches l’un de l’autre, tant sur la forme du récit que sur le fond, le récit fait par Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux historiens observent la même structure d’apparition narrative, Claudia Quinta apparaissant à la fin et Scipion Nasica au début. Ces récits prennent part dans un ensemble se rapportant au récit fait de la seconde guerre Punique; à la différence de Diodore donc, Silius Italicus et Tite-Live infiltrent au cœur de leurs récits historiques une part de récit mythique. La figure de Cybèle reprenant plus de poids dans le récit, le récit de cette arrivée est davantage développé et laisse plus de place à la figure, inexistante mis à part une unique mention chez Diodore, de Claudia Quinta. Dans ce cadre, la figure de Scipion Nasica n’est plus utilisée dans une optique historique et généalogique vis-à-vis des personnages illustres issus de sa gens mais se confond avec une atmosphère mythique mettant davantage l’accent sur son rôle quant à l’acquisition ou la réception de la déesse, ce qui fluctue selon les récits.

La présence de la déesse Cybèle dans le récit de Silius Italicus

Une seconde analyse concernant l’utilisation de la géographie permet de mettre l’accent sur des thèmes secondaires, voire un thème principal qui traite de l’épisode de l’arrivée de Cybèle comme une anecdote. Toujours à l’aide du logiciel BaseX, nous pouvons étudier l’apparition des points géographiques tout au long de l’extrait afin de pouvoir étudier cet épisode polymorphe. Ainsi, nous pouvons voir deux grandes tendances ressortir.

L’auteur le plus précis quant à ce voyage est sans aucun doute Ovide. Son récit, jalonné par des références mythologiques, se veut utiliser le trajet mythique de la Mère afin de qualifier des lieux non par leurs noms mais par le mythe et les personnages mythiques qui s’y rapportent. Pédagogique donc, la carte ovidienne est la seule qui attache une importance toute particulière à la progression spatiale de la déesse au cours de son épopée. Ce récit nomme les noms de lieu dans une logique d’évolution géographique, ne se cantonnant pas uniquement à un renvoi à Rome ou entre la Phrygie et Rome afin de relater ce récit. L’étude du texte ovidien, dans une liste exhaustive des noms de lieux (ainsi que des noms mythiques permettant de localiser un lieu grâce à un épisode précis) permet de rendre compte du nombre de lieux cités qui se retrouvent aux alentour du milieu de texte. Deux autres parties denses, au début et à la fin du récit, permet de mettre en évidence l’accent mis sur Rome, qui est l’élément géographique majeur selon toute nos attentes, en début et en fin de récit.

Étude géographique du récit ovidien

Carte du récit ovidien obtenue sur le site Recogito

Deux auteurs reprennent cette structure, de manière beaucoup plus synthétique. Appien et l’Empereur Julien (dit l’Apostat) concentrent le récit sur un parallélisme géographique entre Rome et la Phrygie (l’Orient en général). Cet intérêt, pouvant permettre d’associer ces récits comme héritiers à celui d’Ovide, est aussi à mettre en parallèle avec la vie de ces auteurs: Appien, alexandrin, et Julien, César, sont attachés à la tradition orientale de cet Empire, ce qui pourrait expliquer, en partie, ce traitement « complet » dans sa synthèse de la géographie de ce voyage.

Un second ensemble de textes rend compte d’une géographie axée sur Rome et sur l’Afrique, plus précisément sur Carthage. Ce point est central dans le récit de Diodore de Sicile qui traite cette arrivée divine de façon anecdotique comparée à la seconde guerre Punique qui apparaît comme élément central. Cette appréciation des conflits entre Rome et Carthage (ou l' »Afrique » plus généralement) permet de classer ces textes dans une catégorie historisante. Diodore de Sicile en est l’exemple parfait : ne citant la Phrygie qu’une unique fois, une tendance forte se dégage par l’utilisation systématique d’un point de vue mettant en avant le conflit romano-carthaginois. Deux autres auteurs, historiens, traitent de l’Afrique en général et de cette guerre Punique: Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux auteurs, à la différence de Diodore de Sicile, élargissent leurs horizons. Rome reste centrale, la côte africaine importante, mais le récit historique de ces deux auteurs laisse ici place à cette arrivée mythique, citant la Phrygie et, dans le cas de Silius Italicus, référant à quelques points précis du passage du navire transportant la déesse. Cet intérêt pour cet épisode est, comme il a été montré précédemment, plus marqué pour ne pas être qu’une anecdote.

Dans le cadre d’une étude de ce genre il reste nécessaire d’étudier le genre même de ces récits. Cette étude, faite à travers l’étude des verbes présents dans ces épisodes, permet de classer ces textes. Les verbes utilisés, afin de raconter ce voyage, sont semblables dans tous ces textes, avec une prédominance des verbes accipio-is-ere-cepi-ceptum et λαμβάνω, toujours dans des temps du « passé »,  ainsi que d’autres verbes mettant en avant le mouvement comme veneo-is-ire-ii. Les textes ne présentent pas de différences très importantes sur ce point, une observation dont il est assez malaisé de tirer une conclusion étant donné qu’ils relatent un même récit, les mêmes mots viennent à être utilisés, dans la même logique narrative commune à tous. Mais des textes se démarquent notamment par la mention de la parole: « dixit » apparaît chez Ovide ou « φασί » chez Julien. Ces auteurs, à l’instar des « historiens », ancrent leurs récits non dans le récit d’un fait historique mais dans le cadre d’un récit raconté, par Erato chez Ovide.

Cette brève étude de ces récits permet de rendre compte de la diversité que présente un épisode unique sous l’œil de différents auteurs. La position « spatiale » des mots permet de mettre l’accent sur des dissonances, certes faibles, mais permettant de supposer une filiation entre ces différents textes. Ainsi, le texte de Julien semble s’inscrire dans la lignée ovidienne alors que le récit de Silius Italicus emprunte les mêmes codes que le texte livien.

Cogito, [R]go sum

Une formule anachronique pour un domaine d’étude intemporel. La question de recherche que j’ai tenté de mener avec RStudio consiste en une étude autour de la racine -cog- dans le cadre du corpus cicéronien qu’était le notre.

RStudio, quèsaco?

RStudio est un logiciel qui fonctionne avec le langage de programmation R, utilisé pour le traitement de données et l’analyse statistique. Ma question de recherche, à savoir la fréquence d’utilisation de la racine -cog- et les corrélations autour de ces mots, nécessite l’utilisation d’outils de racinisation – la commande stem a été l’outil le plus fiable pour cette recherche. Cette commande de stemming permet de trouver une version tronqué du mot qui est commune à toutes les variantes morphologiques de la racine. Les stemmers sont notamment très utilisés dans le cadre de l’internet car ceux-ci permettent un traitement plus rapide de l’information. Cette commande a été utilisée dans une première analyse de traitement des données du corpus; ainsi, « stopwords », espace, majuscules, ponctuation ont été retirés afin de pouvoir traiter les données avec plus de précision. Le stemming a ainsi permis d’enlever les « terminaisons » au sens large ainsi que les préfixes.

Quelques résultats plus ou moins satisfaisants.

En ce qui concerne la recherche d’occurrences liées à la racine étudiée, les commandes (dont la commande grep pour la recherche d’occurrences faute de mieux) donnent dix-sept résultats. Et à côté des formes attendues du verbe latin cognoscere, cogitat, excogitare…. apparaît cogar, forme futur passif de cogo, is,ere. Des résultats hétérogènes pouvant donc être facilement traités à l’unité mais qui ne permettent pas de tirer de grandes réflexions générales dans ce corpus un peu trop léger peut-être pour ce type de recherche.

La seconde étape permet de rechercher les occurrences reliées à cette racine dans un périmètre plus ou moins restreint, ajuster ici pour trouver une vingtaine d’occurrences.

capture-du-2016-12-14-17-38-56

Ces résultats sont davantage intéressants car ils permettent de pouvoir analyser la structure de la pensée cicéronienne par la corrélation qu’il fait des mots de cette racine avec d’autres mots : ainsi pouvons nous constater l’apparition de corporibus et pulmones, ou de caeleti et terra, pulchriorem et sapiensque… ces outils, utilisés à partir de corpus plus importants, permettent ainsi une recherche moins hasardeuse et plus rapide des termes qu’une recherche par mot dans Word, offrant un certain recul autour du texte (même si le retour au texte reste essentiel pour ce type d’étude).

Mais quelques petites frustrations.

Ces résultats sont certes assez satisfaisants à mon niveau de connaissance du logiciel mais restent malheureusement assez flous. Un problème majeur est celui du traitement de la langue latine; en effet, des bibliothèques comme wordnet s’avèrent être des outils intéressants, pour la lemmatisation notamment, mais n’incorporent pas de dictionnaire latin permettant de traiter ces données (il faut donc créer des variables afin de traiter cette information, ce qui est assez fastidieux). Le logiciel RStudio, ainsi que le TXM (ou projet textométrie) qui possède une extension pour l’analyse en langue latine, a développé des outils puissants pour l’analyse de corpus importants, notamment par la bibliothèque koRpus qui offre des outils d’analyses textuelles poussées. Malheureusement, la machine a elle aussi ses humeurs et ne m’a pas permis, pour le moment, d’exploiter ces outils qui promettent des résultats très significatifs.

La machine philologique ou la naissance du super-chercheur 2.0

Un terminal de commande? Pourquoi faire?

Un cadre noir, une suite de caractères aux coloris criards et une série de commande plus ou moins maniable : bienvenue dans votre terminal de commande, lieu magique qui vous permettra de découvrir les tréfonds de votre machine – du moins si vous avez pris la bonne habitude d’organiser votre espace personnel sans donner noms fantaisistes et non normés à vos fichiers. Un lieu des plus impersonnels donc pour rentrer au cœur de l’intimité de nos machines et de nos fichiers…

N’étant encore qu’au stade de l’initiation, certaines commandes paraissent plus simples d’accès que d’autres. Mais cela n’est qu’illusion ! Car en soi, le terminal de commande, si le temps de la découverte des commandes et de leurs utilisations diverses et variées, est un outil accessible à tous et qui peut faciliter la vie – ou du moins qui peut faciliter la vie virtuelle. Il peut même s’avérer être une source de joie intense si les opérations commandées se révèlent être un succès – ou à l’opposé être source d’un désespoir et d’une incompréhension profonde quand la mauvaise saisie du nom d’un fichier / la syntaxe hasardeuse / l’utilisation d’une commande fantôme empêche l’accès au sain Graal de la connaissance absolue de nos textes. Quiconque veut s’attaquer à la ligne de commande doit remettre en question les plus infirmes parties de sa demande, au risque de tempester contre la machine qui tente de nous aider malgré tout (la commande help peut devenir une alliée fidèle dans cette quête initiatique).

Explorons donc notre corpus cicéronien à l’aide de deux commandes : wc et grep.

Deux commandes qui étaient alors injustement anonymes dans mes études. La première, wc, permet de compter les mots – comme son acronyme de word count le montre si bien. Ainsi, pour connaître le nombre de mots, de lignes et d’octets que contient notre corpus, il ne faut taper que cette simple commande:

$ wc cicero.txt

Cette commande seule n’est intéressante que d’un point de vue quantitatif pour l’étude du corpus car elle permet de donner une vue d’ensemble du contenu quantitatif de chaque texte du corpus. Mais celle-ci peut se coupler de différentes fonctions:

  • wc -l qui permet de compter le nombre de lignes,
  • wc -c qui permet de compter le nombre de bytes,
  • wc -w permet elle de compter le nombre de mots et
  • wc -m de compter le nombre de caractères

Cette énumération assez indigeste de commandes permet tout simplement de se rendre compte de l’utilité statistique de celles-ci qui permettent de comparer des corpus en quelques secondes à peine. Cela reste néanmoins une entrée basique dans l’étude du corpus car cette commande et ses dérivées ne permettent pas d’étudier le texte en lui-même et nécessitent donc d’être couplées à d’autres outils.

billet_1_1

Petite étude de la commande wc qui décortique quantitativement notre corpus.

La seconde commande est la commande grep qui permet de faire une recherche de caractères dans un fichier ou corpus donné:

$ grep '***' cicero.txt

Cette commande permet donc de faire un début de lemmatisation et de stemming, mais tout cela reste sommaire et sert davantage de vue d’ensemble que d’outils permettant de traiter un texte d’un point de vue philologique. En tapant cette commande, il nous est possible d’accéder aux lignes où se trouvent les occurrences de notre mot, ce qui peut être un gain de temps considérable dans l’étude d’un tel corpus. Pour des recherches plus précises, des variantes de grep existent (mais cela ne rentre pas dans notre propos).

billet_1_3

La commande grep qui nous rend un grand service en nous disant où trouver notre mot.

Une aide précieuse pour le chercheur 2.0.

Ces commandes, encore trop imprécises, donnent néanmoins une idée des recherches que l’on peut effectuer avec des commandes plus précises, notamment dans le cadre de la lemmatisation, ce qui permettrait de rendre vraiment possible l’étude philologique par le biais de commandes telles que celles-ci dans des corpus aussi important, pour une autopsie de plus en plus sensible et rapide.

Économique

stock-photo-17454778-dad-about-the-house

Un jour donc, je vis Ischomachus assis sous le portique de Jupiter libérateur et il me parût de loisir. Je m’avançais près de lui et m’asseyant à ses côtés :  « pourquoi donc Ischomachus, lui dis-je, es-tu assis ici à ne rien faire ? Tu sembles tellement occupé et ne perds que peu de temps sur l’agora d’ordinaire. Au nom des dieux, que fais-tu ?  Car tu ne vis pas comme un sédentaire renfermé chez toi. »

Ischomachus, se mettant alors à sourire :« je ne reste jamais à la maison Socrate, car ma femme est parfaitement en état de diriger les affaires du ménage. »

– Je serais ravi de savoir si tu as instruit ta femme dans les leçons de l’économie d’une maison ou bien si son père et sa mère l’ont instruite de ses devoirs.

– Eh comment aurais-je pu l’instruire ? Elle entra à quinze ans chez moi ; elle avait vécu tout en se dérobant à toute forme de surveillance, demandant et ordonnant tout. Pouvais-je souhaiter plus qu’une femme telle qu’elle ?

– Et sur les autres points, Ischomachus, lui dis-je, sont-ce tes leçons qui ont rendu ta femme capable des soins qui la regardent ?

– Non, par Jupiter, dit Ischomachus, mais j’ai offert un sacrifice et prié le ciel de m’accorder le don de bien instruire à ma femme et à elle de bien apprendre ce qui pourrait assurer notre bonheur commun, mais cela ne donnant guère de résultats.

– Ta femme, lui répondis-je, sacrifiait avec toi et adressait au ciel de semblables prières ?

– Non, dis Ischomachus, même elle promettait, à la face des dieux, de rester la même qu’elle est maintenant; je voyais bien qu’elle ne serait pas docile à mes leçons.

– Au nom des dieux, Ischomachus, essayes-tu donc de lui apprendre des leçons ? Raconte-le moi.

– Quand elle se fut familiarisée avec moi et que l’intimité l’eut encore plus enhardie à converser librement, je lui demanda à peu près ces choses : comprends tu, femme, pourquoi je t’ai prise ? Ce n’est pas qu’il nous fût difficile de partager un lit avec quelque autre. Mais après avoir réfléchi, moi pour moi, et toi pour toi, nous nous sommes choisis, comme le parti le plus convenable. Nos enfants, si les dieux nous en donne, nous aviserons ensemble à les élever au mieux. Mais dès maintenant notre maison nous est commune ; il ne s’agit plus donc de compter lequel de nous deux à offert le plus que l’autre, mais de bien agir pour l’accroître. Il nous faut donc gérer, l’un l’autre, au mieux le bien commun. »
A ces mots ma femme me répondit : « tu pourrais donc m’aider dans les travaux que l’on doit accomplir dans une maison. Tu es bien capable de rendre notre maison accueillante ?

– Oui, femme, par Jupiter ! Lui dis-je, mais en quoi, moi,  puis-je t’aider en l’accroissement de la beauté de la maison ?

– Par Jupiter ! Les dieux ne m’ont pas créée afin que j’occupe les plus viles fonctions. Selon toi, la divinité approprie à la nature de la femme les travaux et les soins de l’intérieur, et celle de l’homme pour les travaux et les soins extérieurs. Car la divinité à donner une plus forte complexion à l’homme qui peut donc en supporter davantage. Pouvant donc supporter davantage par le soin que tu as reçu de la nature, tu peux, toi aussi, prendre part dans les travaux de l’intérieur, étant d’une nature à me fatiguer plus rapidement que la tienne. Rester à l’intérieur n’est pas plus honteux pour un homme si tu accomplis tes devoirs à l’extérieur. Il sera plus doux, en effet, lorsque tu seras devenu plus parfait que moi. » Tel est, si j’ai bonne mémoire, mon premier entretien avec ma femme.

– Eh bien ! repris-je, voilà qui montre toute l’âme virile de ta femme.
– Ce n’est pas tout, répondit-il ; je veux te raconter avec quelle résolution généreuse elle profita de mes avis. Un jour, je la vis couverte de poudre, afin de rendre sa peau plus blanche qu’elle n’était, avec du rouge. Elle revêtit des chaussures élevées, afin d’en rajouter à sa taille. Je lui dis  « femme, me jugerais-tu plus digne de sentiments aimables si j’exhibais en société mes parures et mes richesses ? Me jugerais-tu plus digne de tendresse si je m’efforçais de t’apporter un corps soigné, hydraté et doux, fortifié par la gymnastique, avec un teint d’incarnat sous les yeux, préférerais-tu que je te fasse illusion ? »
Elle alors reprenant aussitôt : « Certes je ne souhaiterais pas voir du vermillon sur tes joues. Mais pour ce qui est du reste, n’y vois-tu pas quelques avantages et non de la tromperie ? Certes les dieux ont fait l’homme pour qu’il plaise à l’homme, mais cela vaut-il donc de laisser son corps se détériorer ?

–  Au nom des dieux, repris-je, que répondis-tu ?

– Socrate, que pouvais-je faire de mieux que de satisfaire à ses attendes ? »

economique_xenephon

Afin d’obtenir le texte Οἰκονομικός de Xénophon, je me suis rendue sur le site du TLG dans lequel j’ai pu récupérer les passages de ce texte qui m’intéressais, c’est-à-dire les passages traitant de Ischomachus parlant de sa femme et de la bonne manière de faire prospérer ses biens. J’ai ensuite, à l’aide de la fonction copier/coller, dévoiler le texte sur Voyant Tools, un site qui permet de mettre en image les données quantitatives d’un texte, c’est-à-dire à combien de fois par exemple le mot « μοι » est-il utilisé dans cet échantillon. Grâce à ce site, nous pouvons voir donc quels mots l’auteur utilisent le plus souvent, dans quelles phrases ainsi que dans quelle partie du texte ( le texte est découpé de manière équilibré sur Voyant Tools, selon le nombre de séparation que l’on veut donner au texte, ce qui ne se réfère pas à la séparation originelle du texte ; ce graphique est certes pratique mais il reste à mon sens l’outil qui m’a été le moins utile).
Dans mon extrait de Οἰκονομικός donc, il est à noter que les mots qui reviennent le plus souvent sont « δεῖ », « ἔφη », « γύναι », « θεὸς », « μοι » ( parmi d’autres). Ces mots nous informent donc sur le genre qu’emprunte Xénophon, le dialogue : la présence constance du verbe « ἔφη » démontre bel et bien que nous sommes dans le cadre d’un échange. Le verbe « δεῖ » montre que nous sommes dans un texte qui propose de suivre un mode de conduite que l’on nous propose alors que le nom « γύναι » met en relief le sujet des extraits choisis. Enfin, la présence constante de « θεὸς » révèle le style de Xénophon qui utilise souvent des interjections.
Dans le but de rendre les résultats satisfaisants, j’ai soumis au site un texte de plus de quatre mille mots, parmi lesquels il m’informe que plus de mille cinq cent mots sont uniques dans le texte. Après m’avoir donné ces indications, un tableau me montre la liste des occurrences les plus rencontrées dans ce texte, ainsi que le nombre de fois qu’elles apparaissent. En cliquant sur un mot, en plus d’apparaître surligné en jaune dans le texte collé qui se trouve au centre de la page internet, nous pouvons analyser la quantité de son emploi dans le fameux graphique puis retrouver les phrases dans lesquelles il apparaît, ce qui permet de pouvoir voir le contexte d’emploi du mot ainsi que les mots qui lui sont associés (cette fonction est très utile quand il s’agit d’un dialogue, un des participant peut en effet reprendre ce que son interlocuteur a dit avant lui en reprenant la même tournure de phrase). Ces outils sont donc d’une grande utilité afin de pouvoir étudier les variantes ainsi que les redondances du texte d’un auteur.
Le choix de Xénophon pour ce pastiche vient du fait que l’on se rend très bien compte dans cette exemple du rôle que doit avoir la femme dans la tenue de sa maison et offre un témoignage important permettant de mettre en comparaison la modification opérer de nos jours à ce sujet.

Considérations sur le TLG

Le Thesaurus Lingua Graecae constitue un inventaire de l’héritage grec, de Homère à la chute de Constantinople. Ce corpus, d’une taille gargantuesque depuis sa création dans les années 70, comptait en 2009 cent millions de mots, mille œuvres, quatre mille auteurs ou corpus. Je ne referai pas l’histoire du TLG qui a déjà été explicité dans un article de l’année passé :

http://classnum.hypotheses.org/163

Je le définirai seulement comme le premier ainsi que le plus grand projet de documentation qui a modifié, dans un sens positif, l’étude savante des textes afin de la rendre plus complexe, experte et créative. Cette base de données qu’est le TLG constitue aujourd’hui un « trésor » irremplaçable, de par sa taille ainsi que de par son utilité, soutenue par l’utilisation de l’anglais et de l’Unicode, comme pour l’ensemble des bases de données, qui illustre bien la vocation universalisant de ce projet.

Je n’ajouterai que quelques remarques aux propos de mon prédécesseur :
La page d’accueil du site est d’une propreté et d’un soin clinique : les couleurs utilisées sont attrayantes, ayant un avantage considérable sur la fadeur du Perseus Project. Le site est clair et pédagogique.Malgré le fait que j’ai toujours favorisé l’utilisation du Perseus Project, je n’ai eu aucun mal à manier ce site. La page d’accueil propose notamment l’utilisation de « quick links » qui relatent l’histoire du TLG et expliquent ses outils comme le Canon. L’une des forces du TLG consiste en l’utilisation de lien permettant de renvoyer au LSJ ( The Online Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon ) et au LBG ( Lexicon zur byzantinischen Gräzität ), ce qui nécessite tout de même de pouvoir manier l’anglais et peut être l’allemand afin de ne pas être pénalisé par notre francophonie, ce qui restreint le public du TLG. En plus de son côté pratique, la page d’accueil du TLG innove dans la considération du grec ancien en choisissant chaque jour d’y ajouter « le mot du jour » : cela peut paraître guignolesque pour certain mais je trouve que cette petite touche d’originalité ré-humanise le grec en le sortant de son statut de langue poussiéreuse. En ce qui concerne l’ensemble du site, il est très facile de le manier après avoir pris le temps de se perdre dans la multitude des filtres proposés. Le Perseus Project m’a semblé plus simple d’usage mais je me dois d’admettre que la précision des recherches possibles offertes par le TLG en fait un outil précieux et incomparable pour les antiquisants.
TLG_accueil

Le TLG est un « trésor » pour la recherche : nous pouvons constituer un corpus grâce au canon et aux filtres qu’il propose ( auteur, sexe de l’auteur, genre de l’auteur, genre du texte… ), ce qui permet de stimuler l’esprit de recherche et de trouver la pépite d’or dans un texte rare répertorié dans cette base de données. Ce catalogue numérique est ainsi d’une très grande utilité. La grande gamme de texte et d’auteurs nous permet de pouvoir trouver le texte qui nous faut dans l’index intégral du corpus, comme cela est mon cas pour la recherche d’une homélie de Jean Chrysostome, un texte qui ne figure pas dans le Perseus Project – je rejoins cependant mon camarade sur le problème lié à la copie du texte avec la numérotation qui s’insinue. C’est donc un outil indispensable pour avoir accès à des textes qui ne font pas partie des « classiques » tels qu’Euripide et Platon.
tlg_links

Le site, qui n’est pas qu’un simple corpus figé d’une bibliothèque de poche, propose ainsi de nombreux filtres permettant d’affiner sa recherche ainsi que de faciliter la consultation. À ces filtres, que mon camarade a déjà étudié, s’ajoute des extensions vers le Greek-English Lexicon ( avec des milliers de mots liés à ces entrées ) ainsi qu’au lexique du Perseus Project. Ces recherches permettent de préciser l’utilisation de mot « rare », ce qui transforme le champ de la recherche philologique en la rendant plus dynamique.
tlg_canon

L’un des principaux manques de ce projet est l’absence d’apparat critique qui est le socle de la recherche philologique. Ensuite, le TLG ne propose qu’une seule édition par texte (ce qui peut être problématique au vue de substitutions / variations qui peuvent exister entre une version et une autre provenant de manuscrits différents), et celle-ci est dépouillée de toute la tradition de la transmission, c’est-à-dire, sans apparat critique, ni notes, ni présentation. Le TLG nous procure donc une quantité inhumaine de texte, cela en nous mettant dans la peau d’un érudits alexandrins qui travaille sur des texte encore vierge de toute interprétation.
Ensuite, la politique de diffusion du TLG impose une restriction aux seuls membres et institutions abonnés, un nombre qui dépassait à peine les 2000 abonnés au second semestre de 2010. Cette politique de diffusion est foncièrement différente de celle du Perseus Project qui lui est ouvert à tous lecteur qui s’aventurerait dans ces pages et qui rassemble le plus de données possibles ( traditions, commentaires, grammaires, dictionnaires, correspondance des sources…).

Cette entreprise pourrait ainsi être une représentation d’un rêve humaniste du fait de son accumulation de la tradition helléniste. Cette base de données est un lieu de mémoire qui transforme la pratique quotidienne des étudiants et chercheurs. Bien que révolutionnaire à son origine par l’édition numérique d’un corpus gargantuesque, ce modèle doit être mis en comparaison avec des versions imprimées du texte afin de rendre compte de la meilleure façon possible du texte. À mon sens , le principal manque du TLG est donc son absence de positionnement dans l’histoire de son corpus.

Coucher des mots sur le clavier?

 manuscrit byzantin

Le Master Humanités Classiques et Humanités Numériques propose une approche virtuelle des lettres anciennes. Alors que quelques décennies en arrière les étudiants se rassemblaient dans des bibliothèques boisées et studieuses afin de pouvoir se consacrer à l’étude d’un texte, il suffit à l’étudiant moderne d’allumer son ordinateur pour accéder à une multitude de textes et d’études consacrées à ceux-ci. En cela, l’étude des lettres classiques s’est transformée dans son essence, sacrifiant pour certains la culture antique aux doigts des informaticiens en herbe que nous sommes en pleine période de déclin de l’apprentissage des langues anciennes, pour d’autres dans l’optique de moderniser ce même apprentissage et d’apporter un nouveau souffle au domaine de la recherche qui s’en trouve fortifié.

Le texte numérisé peut ainsi être lu de toutes heures dans , les transports en communs et les salons accueillant ces lecteurs
baroudeurs. En ce sens, l’internet a certes favorisé la démocratisation de la culture mais entraîne une perte dans l’étude de cette discipline : à mesure où les textes sont de plus en plus disponible par le biais de la virtualité, l’utilisation des matériaux premiers tels que le livre perd de sa superbe, conduisant à réduire la relation affective qui existe entre le texte et son lecteur et à transformer la beauté de cette discipline boudée. La philologie, au fil du temps, pourra certes apporter des résultats impressionnants – par les humanités numériques qui éclairent la culture antique de ses outils surhumains et qui constituent une discipline amenée à se développer et à s’affirmer par le besoin d’acquérir de nouveaux objets de connaissance permettant de stimuler la recherche – mais au détriment de la relation affective qui peut exister entre le texte et son lecteur.

J’aborde les humanités numériques avec une pointe de perplexité du fait de la froideur que m’inspire l’univers virtuel : préférer la machine gorgée de logiciels plus ou moins complexes que je ne maîtrise pas à mon niveau aux matériaux « traditionnels », la relation purement pratique à une approche sentimentale de l’objet, m’est incompréhensible. L’étude de cette nouvelle approche des lettres classiques confirmera mon ressenti ou au contraire le démentira.