Voyage au milieu du monde des mots

Cyril Aliotti

Billet sur ce qu’on a voulu faire, comment on l’a fait et problèmes rencontrés

Pour mon projet, j’ai voulu relever les mots les plus présents le De Rerum Natura Livre 1 (De la nature des choses) de Lucrèce  que j’ai comparé avec les mots les plus présents dans d’autres œuvres notamment de tranquilitate animi (de la tranquillité de l’âme) de Sénèque, De Academica (Les Académiques et De Republica (De la République) Livre I de Cicéron.

J’ai pour cela utilisé deux outils principaux : le site internet www.thelatinlibrary.com et https://voyant-tools.org . J’ai également utilisé dans une moindre mesure http://www.perseus.tufts.edu/hopper/ ainsi que http://hyperbase.unice.fr/hyperbase/, ce dernier outil me permettant de relever précisément les mots les plus présents alors que sur voyant tools, je devais rechercher moi-même le mot parmi des mots de même racine ou pouvant lui ressembler.

J’ai eu beaucoup de difficultés au début pour utiliser certaines ressources notamment hyperbase et dans une moindre mesure voyant tools non pas pour révéler le texte mais pour trouver les mots clés en commun avec les autres œuvres philosophiques. J’ai mis beaucoup de temps à me décider pour ce projet car il y avait beaucoup de possibilités de projets et d’outils à maîtriser. Une fois que j’ai choisi quels outils utiliser, il m’a fallu trouver les œuvres en lien avec mon mémoire (La vision de l’homme et de son environnement chez Lucrèce et les épicuriens) et tous les mots en communs entre les œuvres en question.

J’ai fini par trouver comme mots communs : Rerum, vita, res, natura et corpus. Natura et rerum sont beaucoup présents dans les quatre œuvres et corpus n’est très présent  que dans le De Rerum Natura I de Lucrèce. Vita est très peu présent dans les quatre œuvres voir absent chez Lucrèce. Res est très présent chez Lucrèce, assez présent dans le De Republica I de Cicéron et un peu moins présent dans les deux autres œuvres.

 

Pastiche sur le Gorgias de Platon

Après s’être donné la réplique sur la rhétorique dans l’Antiquité, Socrate et Gorgias constatent le temps qui a passé et discutent sur l’évolution de la transmission des savoirs.
SOCRATE : Je vois Gorgias que tu as une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Comment cela Socrate ?
SOCRATE : Il me semble que tu n’as aucun support papier.
GORGIAS : Eh bien ou est le problème ? Demande-le-moi et je te répondrai.
SOCRATE : Non il n’y a pas de problème, mais il me semble que c’est une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Pourquoi cela Socrate ?
SOCRATE : Parce-que, Gorgias, on peut prouver l’authenticité ou la fausseté d’une œuvre papier ce qui n’est pas le cas d’une œuvre numérique.
GORGIAS : Socrate, cela permet de pouvoir transporter une œuvre partout avec soi, de la faire partager et ainsi de diffuser le savoir à des foules nombreuses.
SOCRATE Sans doute, mais ne crains-tu pas à ce moment-là la fausseté de l’œuvre ?
GORGIAS : Pourquoi Socrate ?
SOCRATE : Car si une œuvre peut-être partagée avec tout le monde et que sa véracité ne peut-être prouvée, alors c’est une connaissance fausse et corrompue qui est diffusée.
GORGIAS : Mais Socrate, l’important pour un maximum de gens est de pouvoir lire le plus d’œuvres possibles. S’ils les interprètent mal, ce n’est pas le rhéteur qui est en faute mais je crois t’avoir déjà dit ça.
SOCRATE : Sans doute Gorgias, mais une simple erreur reproduite en beaucoup d’exemplaires peut avoir des conséquences fâcheuses. Souviens-toi de la donation de Constantin rédigée entre 315 et 317 justifiant le pouvoir du pape sur l’Occident et qui était fausse, eh bien c’est ainsi que pendant treize siècles, les papes successifs ont obtenu un pouvoir illégitime politique et territorial. Voilà ce que peux avoir comme conséquence de reproduire en grand quantité une connaissance fausse. La lecture n’est pas suffisante, l’analyse est également nécessaire.
GORGIAS : Mais Socrate, l’analyse est quelque chose de personnel tout comme la capacité de rhéteur. Chacun peut avoir sa propre interprétation d’un fait en particulier.
SOCRATE : Certes Gorgias mais encore faut-il que ce fait ait été vérifié et soit réel.
GORGIAS : Bien sûr Socrate, mais de même que c’est à l’élève et non au rhéteur de faire la recherche sur la véracité de la chose en question, une tablette a pour seule fonction de transmettre l’information. A l’utilisateur de vérifier sa véracité.
SOCRATE : Mais donc si le lecteur n’est pas en capacité de savoir si il s’est trompé, il peut transmettre des choses fausses à tous ceux qui comme lui n’ont pas de capacités d’analyse suffisante ?
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Et ce dans tous les domaines ?
GORGIAS : Non pas tous mais tous ceux qu’ils peuvent transmettre
SOCRATE : Mais Gorgias, penses-tu aux conséquences que cela peut avoir sur la société, voir même sur le kosmos ?
GORGIAS : Aucune pour le rhéteur Socrate car, comme je te l’ai dit, il n’est pas responsable des erreurs de ses élèves.
SOCRATE : Il faut donc avoir la quasi-certitude que ce que l’on transmet est fondé en raison
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Donc le rhéteur n’est capable que de théorie et c’est aux élèves de bien appliquer la pratique ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Ils sont donc seuls responsables de leurs actes
GORGIAS : Oui
SOCRATE : C’est donc à eux de vérifier la véracité des propos qu’ils soient écrits sur papier ou non ou oraux ?
GORGIAS : Oui et à eux seuls
SOCRATE : Celui-ci qui transmet des choses vraies ou fausses a donc un certain pouvoir ?
GORGIAS : C’est ça Socrate
SOCRATE : Et ce dans beaucoup de domaines
GORGIAS : Oui (rep p 20)
SOCRATE : Prenons maintenant un exemple pratique : si je te demande de me fabriquer une tablette, sauras-tu me convaincre que tu sais la fabriquer ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Et me la fabriquer ?
GORGIAS : Non
SOCRATE : Tu as donc simplement cherché à me convaincre ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Donc depuis notre précédent débat sur la nature de la rhétorique, tu n’as pas changé d’avis ?
GORGIAS : Non, je maintiens que le rhéteur n’est pas responsable des injustices commises contrairement à l’élève qui les commet. C’est donc à ce dernier de réfléchir à la théorie avant de passer à la pratique durant toute sa vie.
SOCRATE : Voilà une question qui implique la question de la responsabilité individuelle et qui serait très long à aborder.

Indications sur les outils d’analyse et la composition
Mes principaux outils d’analyse concernent la forme du dialogue, son déroulement, les thèmes abordés et la façon de parler des personnages. De manière globale, Socrate questionne et Gorgias répond, sauf quand il s’agit de définir son art.
Concernant la forme du dialogue et son déroulement, il a parfois une forme démonstrative et parfois une forme de questions-réponses, qui a été reproduite dans mon pastiche. Globalement Socrate parle davantage que Gorgias, ce que j’ai reproduit avec un peu moins d’intensité dans mon dialogue. Les réponses à l’exception du début sont généralement concises et brèves. J’ai essayé de reprendre le thème de la rhétorique mais en l’appliquant cette fois à la transmission des savoirs via non pas le support oral mais via le support écrit qu’il soit papier ou électronique (tablette). La tablette étant à la fois traditionnelle (argile et roche dans l’Antiquité) et moderne (électronique à l’époque contemporaine). L’objet tablette est donc un pont entre tradition et modernité même si la matière qui le constitue change. J’ai analysé la déviation de la rhétorique vers les autres thèmes du dialogue (justice de Polos, force de la nature et opposition entre le droit politique et le droit naturel, celles-ci étant incarnées par Calliclès, et par conséquent politique, bien, mal…) comme c’est le cas dans le dialogue. Le dialogue alterne parfois le répliques longues de Socrate et courtes de Gorgias, parfois des questions courtes et des réponses courtes, parfois des questions longues et des réponses longues. Ces thèmes peuvent également être déclinés dans le cadre du thème de la transition du livre écrit au livre numérique à travers l’impact de la diffusion d’informations dans des somaines très variés.
A travers Voyant Tools, on s’aperçoit que « Gorgias », « Socrate », « rhétorique » et les prépositions « que », « et », « de », et « pas », reviennent souvent afin de structurer le dialogue et lui donner son caractère démonstratif et persuasif. Dans mon texte, Gorgias reprend les thèmes de Calliclès et Polos et les introduit de manière très progressive tout comme dans l’œuvre originale. C’est à partir de la transition de l’écriture papier à l’écriture électronique que j’ai pu aborder les thèmes du bien, du mal (Calliclès) et de la justice (Polos), et cela uniquement à travers le personnage de Gorgias. Cela correspond bien à l’œuvre car c’est à partir de la question de la rhétorique chez Gorgias que les autres personnages déroulent leurs sujets respectifs.
Mon texte se termine comme la première partie du dialogue (celle entre Socrate et Gorgias (« Eh bien vois-tu » à « question à fond ») et reste donc très ouvert et pourrait être poursuivi en appliquant les conséquences de la rhétorique sur tous les domaines de la philosophie (politique, arts, sciences…). En effet le thème de la diffusion de l’information, quel que soit son support peut, tout comme la rhétorique, impacter beaucoup de domaines à l’exception des domaines très personnels comme la religion si celle-ci reste individuelle.

Commentaires sur le site PHI Classical Latin Texts

Grâce à ce projet on peut accéder à des œuvres de différents auteurs latins en intégral, le tout gratuitement ce qui peut être utile pour rechercher un extrait de texte en particulier

Toutefois on ne peut accéder qu’à la version en latin et donc on ne peut pas lire les œuvres en bilingues. Il faut donc avoir à la base une bonne connaissance de la langue. On ne
trouve que les textes des auteurs, sans biographie et bibliographie associée

Concernant la conception le site est plutôt bien structuré avec un accès direct aux auteurs. Le design est plutôt joli avec les textes écrits sur fond bleu, l’auteur en bleu et les titres en majuscule

Le public visé est un public de latinistes professionnels donc plutôt un public de lycéens, étudiants, professeurs, linguistes ou autres spécialistes du latin

Le site est très facile d’usage car on peut à partir de n’importe quel auteur accéder à toutes ses œuvres.

Ce site peut m’être très utile pour mon mémoire car j’y ai accès à beaucoup d’auteurs latins et à leurs œuvres en intégral.

Il peut servir de manière générale pour tout projet ou matière portant sur l’antiquité (arts antiques, archéologie, histoire ancienne…), surtout si l’on maîtrise bien le latin ce qui permet de bien connaître sur quoi portent les textes.

Au vu de l’aspect des textes qui évoque le papyrus, il peut servir sans un mémoire portant sur l’évolution des textes ou sur la méthode d’écriture ou tout autre sujet abordant de manière direct ou non l’Antiquité

Il apporte des connaissances sur les différents domaines de l’Antiquité selon les auteurs comme la politique, l’éducation, la justice, la morale et la rhétorique dans le cas de Cicéron comme le montre l’extrait de texte ci-dessus.

Ce texte peut également servir à faire un lien entre certaines institutions de l’Antiquité et des instituions modernes.

Impressions sur le Master « Humanités Classiques et Numériques »

Bonjour, je m’appelle Cyril Aliotti et je suis actuellement en Master « Humanités Classiques et numériques » à Nanterre après une Licence « Humanités parcours général » dans cette même université.

Je trouve ce Master plutôt original car il concilie les études classiques avec les outils du XXIème siècle. Je trouve le cours « Humanités numériques » assez intéressant car il permet d’aborder les techniques de rédaction dans le cadre des technologies du XXIème siècle. D’autres cours comme « édition de textes anciens » ou « tradition des humanités » aborde la même problématique sur le plan théorique et indirectement pratique. Il associe l’informatique via le cours “Humanités Numériques” à un cursus littéraire traditionnel. Les textes anciens peuvent ainsi être lus sur internet soit en intégral via PDF par exemple soit sous forme d’extraits.

On assiste ainsi à un renouvellement des études classiques par l’émergence d’un nouveau support: les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). L’écrit peut ainsi être plus facilement conservé car le support électronique ne jaunit pas et ne s’effrite pas contrairement au support papier.