Quand Flavius-Josèphe rencontre une grande Dame…

Flavius-Josèphe arrive en vue d’une ville inconnue qui l’émerveille par sa grandeur. Son regard est particulièrement attiré par un monument à l’aspect singulier…

La cité tout autour était aussi étendue et profonde que le monument en son centre était haut et pointu. Le roi qui avait érigé cette grande merveille avait sûrement été le plus riche et le plus ambitieux des monarques. Autant la cité que son monument étaient disproportionnés, on ne voyait la fin ni de l’une ni de l’autre. Il eût été aisé de se perdre si ce grand édifice en plein cœur de la cité ne servait de phare aux voyageurs égarés. Il suffisait de le suivre des yeux pour se retrouver en face de lui, comme attiré par quelque force divine.

Ce grand et haut monument que l’on pourrait nommer tour n’était entouré d’aucun bâtiment mais d’un vaste champ d’herbe verte et de sentiers blancs aux lignes géométriques. Le monarque de cette cité avait dû exigé un écrin de verdure digne de cette tour singulière. Afin de donner toute sa prestance à cet édifice, la vaste place verdoyante portait le nom du dieu romain de la guerre, équivalent du Arès grec, et semblait vouloir se mesurer au champ du même nom que l’on trouvait dans la magnifique cité de Rome. Les dimensions de cet espace étaient aussi disproportionnées que la tour et la cité. Sa largeur était certainement de quatre cent coudées et sa longueur, de trois fois plus. Tous les sentiers blancs de cet immense champ menaient tous au nord-ouest, au pied de la grandiose tour.

Ce monument semblait encore plus gigantesque de près. Il tenait sur quatre pieds carrés de cinquante coudées de largeur et de longueur et de cent coudées de hauteur. Ceux-ci soutenaient une base ouverte en son centre qui permettait d’admirer l’allure profilée du reste de la tour qui s’affinait au fur et à mesure qu’elle montait vers le ciel. L’architecte de cet incroyable édifice avait certainement dû faire preuve de vanité en pensant qu’il eût pu ainsi atteindre le royaume de Dieu tant il était impossible d’apercevoir la flèche de cette tour. Sa hauteur était certainement de plus de six cent coudées. Le plus singulier n’était pas tant les dimensions extraordinaires de cette tour que son aspect. Elle n’était pas construite en pierre mais en fer. Elle n’était certainement pas destinée à être habitée puisqu’il était possible de voir à travers elle. En effet, la charpente de ce monument était si fine qu’elle ne pouvait tenir debout que par la grâce divine.

Son aspect intérieur ne différait en rien de son apparence extérieure. Toute la tour était habilement ouvragée par un entrelacs de fer droit ou courbé qui servait à la fois de décoration et de support. Les escaliers, les murs et les sols étaient du même ouvrage. La construction de cette tour avait dû nécessiter cent ans pour parvenir à un telle magnificence.

Une salle en son sommet, difficile à atteindre pour un simple mortel, rendait hommage à l’architecte et au mécène de ce splendide monument. On y trouvait leurs statues dans des postures peu héroïques mais avec des finesses de trait et de couleur si parfaites qu’on eût dit faire face aux hommes eux-mêmes. Afin de laisser sa trace dans l’histoire et dans le temps, le grand architecte avait donné son nom à sa superbe création. La renommée de cet homme et de sa tour dépassait même les limites de la cité et s’était étendue au-delà des frontières du pays. Des pèlerins du monde entier venaient admirer cette grande Dame de Fer aussi haute qu’une montagne.

J’ai choisi de décrire la Tour Eiffel à la manière de Flavius-Josèphe dans le livre V du Bellum Judaicum (la Guerre des Juifs) lorsqu’il décrit les tours de Jérusalem.

Tout d’abord, j’ai importé l’ensemble du livre V dans l’outil Voyant Tools pour pouvoir observer les mouvements du texte. Ce corpus contient pas moins de 17353 mots, ce qui est énorme. Les mots les plus fréquents sont : καὶ (845); δὲ (423); τῶν (376); τὸ (336); τοῦ (264), c’est-à-dire rien de pertinent à part de me dire que mon texte est un récit, ce que je savais déjà. J’utilise alors le cirrus, c’est-à-dire le nuage de mots, où j’insère des stopwords grecs pour éviter de retrouver les mots de la liste ci-dessus. Seule la vue à 500 mots me permet d’observer quelque chose d’intéressant : je trouve les mots « remparts », « romains », « cité », « juifs », ce qui correspond vaguement au sujet du livre mais sans plus. Je fais ensuite une recherche par syntagmes (groupes de mots) : je trouve toujours les mêmes expressions avec le même vocabulaire (ville, remparts, juifs).

Il est clair que le corpus que j’ai choisi est beaucoup trop grand et me donne des données beaucoup trops vagues pour être exploitées. Je prends alors un extrait plus petit qui correspond à ce que je veux faire, c’est-à-dire une description : les paragraphes 136 à 227 comprennent la description de la ville de Jérusalem, ses enceintes, ses tours, le palais d’Hérode et le Temple à l’extérieur et à l’intérieur. Ce corpus est beaucoup plus abordable car Voyant Tools ne voit plus que 2881 mots. Les mots les plus fréquents sont toujours les mêmes : καὶ (140); δὲ (92); τὸ (86); μὲν (53); τοῦ (48). Je mets à nouveau des stopwords dans le cirrus et là, miracle ! Je trouve enfin du vocabulaire pertinent pour mon travail : tous les verbes sont à l’imparfait et les plus fréquents sont les auxiliaires être et avoir, ce qui est logique pour une description ; on trouve l’expression « être nommé », « être appelé » ; beaucoup de nombres souvent par dizaine (30, 40, 20, etc.) ; beaucoup d’adverbes et de prépositions de lieu ; des termes de comparaison (comme, semblable à) ; des mots très récurrents comme roi, coudées (38 occurrences), hauteur (27 occurrences). La recherche par syntagme corroborent ces faits : « toute la hauteur », « d’argent et d’or », « vingt-cinq coudées », « largeur et longueur », « la même longueur », « quarante coudées », « la grandeur était de », « le roi », etc.

J’essaie une nouvelle fois avec un corpus encore plus petit : les paragraphes 136 à 175 qui correspondent seulement à la description des tours de Jérusalem. Il n’y a plus que 618 mots, ce qui n’est vraiment pas beaucoup. Je trouve exactement les mêmes syntagmes et les mêmes mots que précédemment. Seule particularité : le terme de « tour » ressort énormément, ce qui est évident, mais également les jugements de valeur (beau, ancien, etc.).

Tout cela est bien beau mais reste très superficiel à mon goût. Le vocabulaire et les expressions que j’ai trouvé me parlent et sont pertinentes parce que j’ai déjà lu ce corpus et sais où trouver les informations qui m’intéressent. Je reviens donc au texte grec et à sa traduction en français des paragraphes 136 à 175 pour m’imprégner davantage du style de Flavius-Josèphe et observer une sorte de schéma. Ses descriptions sont souvent binaires : il commence par décrire factuellement les tours puis donne un jugement de valeur, parle de l’esthétique, fait une remarque sur sa dénomination, propose une anecdote ou fait référence au roi qui les a construites. On remarque l’utilisation prononcée des superlatifs lorsque Flavius-Josèphe profère un jugement. Sa description évolue, passant du général au particulier, du macro au micro, de l’extérieur à l’intérieur. Il fait également quelques fois référence aux points cardinaux (est, ouest, nord, sud) pour situer ce qu’il décrit.

Project Gutenberg

Quand on tombe sur la page d’accueil du site Project Gutenberg, on peut dire que la présentation est assez simple, voire rudimentaire. Le site se présente sur deux colonnes : une petite colonne à gauche avec un fond beige où on peut accèder au moteur de recherche des livres, au bouton de donation et aux différentes langues proposées (le portugais, l’allemand et le français) ; une grande colonne de la taille d’une page avec un fond blanc où on trouve les derniers livres enregistrés, un mot de bienvenue, les conditions d’utilisation, des informations et des liens vers d’autres sites internet. Tout en haute à droite de la page d’accueil se trouve une barre de recherche.

capturepg1

Quand on appuie sur le lien « book search », le site redirige vers une autre page, étrangement en français, tout aussi simple que la première. Sur la bannière beige tout en haut, de gauche à droite, on voit le logo de Project Gutenberg (un G blanc dans un carré rouge), le nombre d’ebooks libres à télécharger, les derniers livres, les conditions d’utilisation, la possibilité de faire un don, la version mobile de la page puis tout à droite, le bouton de donation et une barre de recherche. Pour ce qui est du milieu de la page, un simple fond blanc et trois colonnes avec un mot de bienvenue et trois liens pour accéder aux livres en fonction de leur popularité, de leur date d’ajout ou de manière aléatoire.

capturepg2

Si on cherche un livre au hasard, on tombe sur le même type de présentation que précédemment. Une simple page blanche avec une liste de livres sur quatre colonnes : soit on trouve seulement le titre et l’auteur, soit on trouve également une photo de couverture. Les livres sont majoritairement en anglais mais il est possible d’en trouver en français, en espagnol, etc. Il suffit de cliquer pour choisir son livre, écrit ou audio : un symbole de livre ou de haut-parleur à gauche du titre indique sa nature.

capturepg3

Prenons deux exemples différents : A Son of the Sun de Jack London comme livre écrit et The History of the Peloponnesian War de Thucydide comme livre audio.

Pour le premier cas, la page présente la couverture du livre à gauche et un tableau à droite où sont listés les ebooks. On peut télécharger le livre sous plusieurs formats : soit le lire en ligne en HTML, soit le télécharger en EPUB, PDF, Kindle, voire en texte brut UTF-8. En bas à gauche, il est possible de scanner le QR code du livre. Dernière chose mais pas des moindres, on peut cliquer sur l’onglet Bibrec pour avoir toutes les données bibliographiques (auteur, titre, sujet, etc.).

capturepg4 capturepg5

Pour le deuxième cas, on retrouve la même présentation que pour un livre écrit sauf qu’on peut télécharger différents formats audio : Audio Book Index, Ogg Vorbis Audio, ITunes, MP3, Speex, etc. On trouve également l’onglet Bibrec et les données bibliographiques.

capturepg6

Malgré sa mise en forme rudimentaire, ce site s’inscrit dans la modernité. Il offre plusieurs formats usuels comme le livre Kindle ou l’audiobook Itunes. Il est également en « responsive design », c’est-à-dire qu’il peut s’adapter aussi bien aux écrans d’ordinateur qu’aux tablettes et aux mobiles.

Le site mobile reste très simple. Il arbore des tons de bleu et on ne trouve plus que la barre de recherche en haut et les trois catégories de recherche sous forme de longues barres tactiles (les livres les plus populaires, les dernières publications et les livres au hasard). On trouve par la suite exactement la même mise en forme jusqu’à cliquer sur le titre qui nous intéresse. Sur la page du livre, on voit d’abord la bibliographie puis les liens de téléchargement. A mon avis, la version mobile est bien plus intuitive que la version originale du site.

capturepg7 capturepg8 capturepg9

Ce que l’on pourrait reprocher à ce site, ce sont les incohérences lorsque l’on passe du site anglophone au site francophone. Les boutons ne sont plus du tout au même endroit, les traductions ne correspondent pas au texte original et il est très difficile de continuer à naviguer en français sur le site. En effet, les pages traduites semblent aléatoires et il suffit de cliquer sur un nouveau lien pour retomber dans la version anglaise. Enfin, il est clair que la site anglophone est plus intéressant à utiliser rien qu’en regardant sa date de mise à jour : le 21 septembre 2016, tandis que la version française n’a pas eu de modification depuis le 14 octobre 2011 !

capturepg10

En définitive, Project Gutenberg, une fois l’aridité de sa mise en page dépassée, offre une large palette de livres écrits et audios sous un très grand nombre de formats. Son « responsive design » est particulièrement intuitif et agréable à utiliser.

 

Humanités numéri…quoi ?

Je m’appelle Mariane Ros-Guézet et je suis en Master d’humanités classiques et d’humanités numériques. Quand je présente l’intitulé de mes études à ceux qui me le demandent, leur première réaction est l’incompréhension : « Comment ça ? Qu’est-ce que c’est, des « humanités classiques et numériques » ? ». Au début, je disais que c’était plus qu’un traditionnel master de lettres classiques parce qu’il y avait des « humanités numériques ». Sauf que je ne savais pas moi-même ce que c’était, alors je disais que je faisais de l’informatique. Là, l’incompréhension devenait de l’étonnement : « Mais les lettres classiques et l’informatique, ça ne va pas du tout ensemble ! ».

Et bien, en fait, si ! Il faut se détacher de l’idée qu’un chercheur en lettres classiques est forcément un vieux grigou qui s’enferme 24h sur 24h dans une bibliothèque et qui utilise encore les pigeons voyageurs pour communiquer. Bien avant d’assister à mon premier séminaire d’humanités numériques, j’étais déjà enthousiaste à l’idée de casser cette image et de devenir une antiquisante 2.0. Maintenant que je comprends enfin ce que c’est, je le suis d’autant plus et je peux enfin l’expliquer autour de moi, voire convaincre des sceptiques. Je ne peux plus dire que je fais de « l’informatique », ce qui a une connotation très spécialisée de science dure, mais que j’adapte ma formation d’antiquisante au numérique. Un chercheur en lettres classiques aujourd’hui n’a pas seulement les textes originaux et leurs éditions à portée de main mais il a aussi Internet et les livres dématéralisés, c’est-à-dire numériques. Nos moyens de recherche sont infinis lorsque nous savons apprivoiser les outils numériques et c’est exactement ce que nous proposent les « humanités numériques ».

Au lieu de s’enfermer dans le passé en pensant que c’est le sort de tout antiquisant, il faut s’ouvrir au présent et façonner le futur. Alors, quand quelqu’un m’interrogera sur mon intitulé de master, je lui répondrai :

« ensemble, nous créons aujourd’hui l’Antiquité de demain ».

passage-de-tablettes