De l’invasion des Droits et l’errance des Classiques

 En ce premier semestre de l’année 2016-2017, sous la présidence de Jean-François Balaudé , les Hellénistes et les Latinistes, peuples classiques, fuirent la Bibliothèque Universitaire en grand nombre, non loin de l’endroit où se trouve le bâtiment L.

La cause de cette émigration était que les Droits depuis plusieurs mois les parasitaient, leur volaient leur place en salle de Langues et Littérature, et les empêchaient d’étudier tranquillement.

La nation des Droits est de beaucoup la plus puissante et la plus belliqueuse de tout le campus de Nanterre.

On dit qu’ils forment cent promotions, de chacune desquelles ils font sortir chaque année mille diplômés qui portent la guerre au dehors. Ceux qui restent dans la fac continuent les cours pour eux-mêmes et pour les absents, et, à leur tour, ils sont diplômés l’année suivante, tandis qu’une nouvelle génération fait sa rentrée.

Ainsi,ni les places de la salle de Droit et Science politique ni celle de Langues et Littérature ne sont disponibles.

Ils n’ont que peu d’heure de cours, passent le plus clair de leur temps à lire le Code pénal, et se sont inscrits dans cette filière faute d’idée au sujet des études à entreprendre.

Ce genre de vie et d’étude, leur emploi du temps et la liberté dont ils jouissent (car n’étant dès leur première année de licence habitués à aucune version, à aucun exercice de linguistique, ils ignorent tout de l’humilité que requiert un tel travail ), en font des individus hautains, incapables de comprendre l’importance des études classiques et se croyant détenteurs de la vérité universelle par leur connaissance de la loi.

Ils se sont aussi accoutumés à l’importance de leur nombre et à ne fréquenter que leur congénères, aussi lorsqu’ils rencontrent un Helléniste ou un Latiniste en salle de travail ce dernier fait l’objet de regards interloqués et moqueurs.

 Les Hellénistes et les Latinistes résistèrent pendant nombre de semaines aux attaques des Droits: à la fin cependant, chassés de leur espace de travail, et après avoir erré des jours entiers à travers plusieurs bâtiments de l’université, ils arrivèrent près de la MAE, dans une contrée habitées par les Doctorants, lesquels possédaient, dans un bâtiment excentré du campus ,des tables, des chaises et des livres.

Effrayés à l’arrivée d’une telle multitude, les Doctorants s’opposèrent à l’installation des Classiques en promulguant la loi suivante: nul individu de ce peuple ne possédant le grade de master n’aurait accès à l’espace de travail.

Le reste des Classiques , après avoir tout essayé, ne pouvant passer ni de vive force, ni à la dérobée, à cause des gardes posés par les Doctorants qui vérifiaient le contenu des sacs ainsi que la carte étudiante durent repartir errer à la recherche d’une place libre pour finir de traduire leur texte d’Homère ou de Cicéron…

J’ai choisi ce thème afin d’évoquer une situation à laquelle plusieurs d’entre nous , et quand je dis nous je parle des classiques ( licence et master confondus), sont confrontés depuis septembre 2016 à savoir: l’occupation de notre lieu de travail à la BU , l’espace Langue et Littératures, par les étudiants en droit.

Il n’est en effet actuellement plus possible de trouver une place disponible ,sauf en de rares occasions, pour travailler, les étudiants en droit occupant 90% de cette salle ,l’espace lettres classiques y compris !

Et quand bien même les plus bornés d’entre nous se résoudraient à poser leur Bailly ou leur Gaffiot dans un autre endroit de la BU ils seraient toujours confrontés au manque de place du fait de l’occupation des salles par les étudiants des autres filières .

Et si , par un suprême besoin d’étudier , ils se résoudraient à s’installer dans un autre lieu du campus, le Millénium constituant le lieu idéal du fait de sa localisation peut éloignée du bâtiment L, ils se rendraient vite compte que la plupart des tables sont occupées par des étudiants en droit.

Constatant ainsi la persistance du problème au cours des mois j’ai jugé intéressant de rapprocher cette situation avec celle des invasions germaniques telles que décrites dans la Guerre des Gaules de César.

Il intéressant en effet d’étudier les conséquences engendrées par le déplacement et l’ installation d’un groupe A sur le territoire d’un groupe B.

J’ai donc sélectionné et travaillé à partir de deux passages du livre IV de la Guerre des Gaules ayant pour sujet la fuite des Usipètes et les Tencthères de leur territoire , conséquence de l’invasions des Suèves, et leur installation en territoire Ménape.

Pour certains passages j’ai simplement remplacé quelques mots afin de créer une rupture de style tandis que pour d’autres j’ai réécris des segments de phrase afin d’enrichir mon texte.

Project Gutenberg : impressions

project-gutenberg

Une idée de génie. Gutenberg a permit d’améliorer la diffusion des textes grâce à son invention. On peut dire que le site porte bien son nom puisqu’il propose un corpus important de livres électroniques à télécharger gratuitement. Ceux qui n’aiment pas marcher jusqu’à la bibliothèque apprécieront  d’en avoir une accessible via leur ordinateur.

Ce site c’est également la parfaite utilisation des outils numériques pour valoriser les supports textuels. En plus du très grand choix de textes il a le mérite d’être visuellement claire et facile d’utilisation.On a la possibilité de choisir parmi plusieurs langues et les différentes rubriques sont pertinentes.

project-gutenberg-2                 J’ai particulièrement apprécié le top 100 des livres/auteurs les plus téléchargés.

Cependant la grande majorité des textes est en anglais , détail à la fois positif et négatif dans la mesure où ils sont plus difficiles d’accès pour un public non anglophone.Cela offre tout de même l’opportunité de travailler avec le texte d’origine. Tout dépend du cadre dans lequel on souhaite utiliser le site,scolaire ou personnel.

Petit bémol pour les étudiants en lettres classiques, le corpus ne semble pas tourné vers les textes anciens ce qui en fait un outil délicat à utiliser si l’on veut travailler à partir de sources antiques. La grande majorité des ouvrages appartient à la littérature anglophone d’après ce que j’ai pu voir. On peut donc l’utiliser en tant qu’outil complémentaire mais pas principal.

 

Humanités numériques

humanites-numeriquesNumérique. Un mot qui me rebute et m’intrigue. Dans une société de plus en plus tournée vers les nouvelles technologies je désespère du désintérêt porté aux livres, surtout chez la jeune génération. Aussi j’ai toujours été heureuse de me casser le dos en restant plusieurs heures penchée sur mon Gaffiot ou mon Bailly plutôt que de m’abîmer les yeux devant un ordinateur. Et voilà qu’on m’impose d’abandonner stylo et papier au profit de celui-ci pour un cours intitulé Humanités numériques.

Trahie par mon master d’Humanités Classiques ? Non. Je n’avais tout simplement pas songé au moment de mon inscription au nom complet du diplôme. Que puis-je donc attendre d’une matière qui n’avait auparavant pas suscitée mon attention ? Pas grand-chose, si ce n’est que j’ai tout de même l’espoir de parvenir un jour à mieux comprendre les supports et outils que nous utilisons chaque mardi en salle 420.

Le miracle se produira-t-il ? Affaire à suivre…