La Comté, ou Pourquoi en faire tout un fromage ?

I. La Comté, située dans la grande région d’Eriador au nord-ouest de la Terre du Milieu, recouvre une large surface de forme plus ou moins circulaire qui correspondrait environ à 18.000 milles carrés. Le pays se répartit de part et d’autre de la Grande Route de l’Est, entre le fleuve Brandevin qui forme sa frontière orientale, et les collines des Hauts Reculés qui composent sa bordure occidentale. Ses frontières australe et septentrionale ne sont guère connues, mais des landes, des marais ou de basses collines forestières formeraient les limites des terres cultivées et exploitées. La Comté est un pays fertile, couvert de champs, de forêts, de fermes et de petits villages, et parcouru de nombreux cours d’eau. La région est composée de quatre quartiers principaux, mais aussi à l’est du Pays de Bouc et à l’ouest, comme son nom l’indique, de la Marche de l’Ouest. Le Pays de Bree, situé à quarante milles à l’est, abrite une communauté originale d’hommes et de hobbits regroupés au sein de quelques villages.

II. Quant aux habitants de la Comté, tout me porte à croire qu’ils ne reçoivent pas beaucoup d’étrangers chez eux, préférant la quiétude de leur foyer et l’opulence de leur garde-manger. Plus petits qu’un nain et le dessus des pieds recouvert d’un poil soyeux, les hobbits sont presque inconnus au-delà de leurs frontières. J’ose me ranger à l’avis de ceux qui pensent que jamais le sang des hobbits ne fut altéré par des alliances entre races, soit qu’ils ne s’en soucièrent guère, soit qu’ils fussent trop petits pour les Grandes Gens. Si l’on veut trouver trace du dernier exploit hobbit recensé par les hommes, il nous faut remonter au célèbre Bandobras « Fiertaureau » Touc qui a combattu les gobelins lors de la bataille des Champs Verts et qui était l’un des rares hobbits de taille à monter un cheval. Qui cherche trace des hobbits dans les chroniques des Grandes Gens doit s’armer de patience : les mentions des semi hommes sont en effet très peu nombreuses et tardives, bien que les hobbits soient une branche dérivée des hommes. Il est probable qu’à l’instar des elfes et des Grandes Gens, les hobbits sont apparus au début du Premier Age, loin à l’est, et qu’ils ont autrefois progressivement migré vers l’ouest.

III. Avant l’exode vers l’ouest, les hobbits sont déjà divisés en trois branches aux caractéristiques bien distinctes. Bruns de peau et de petite stature (80 cm maximum), les Pieds Velus sont de loin les plus nombreux parmi les hobbits. Ils préfèrent arpenter les hautes terres et les collines, et privilégient les smials comme habitations. Dans les temps anciens, ils ont eu des contacts avec les nains et sont les premiers de leur race à arriver en Eriador, région de la Comté. Les Forts sont plus grands et plus massifs que les premiers. Ils peuvent généralement mesurer jusqu’à un mètre de hauteur. Leurs mains et leurs pieds sont plus larges que la moyenne et il leur arrive même d’avoir un duvet de barbe sur le menton. Ils préfèrent habiter des terrains plats près des rivières et savent très souvent nager, à la différence des autres hobbits qui manifestent une certaine peur de l’eau. Les Pâles représentent la branche la moins peuplée. Ce sont les plus grands, leur taille pouvant régulièrement atteindre les un mètre vingt, mais ils sont de constitution plus fragile que les Forts. Ils apprécient de vivre dans les forêts et pratiquent volontiers la chasse. De nature aventureuse, ils ont bien souvent occupé le poste de chef, bien qu’étant généralement minoritaires. La création de la Comté, qui regroupe sur une même terre les trois ethnies, a tendance à atténuer ces différences en facilitant les mariages entre les trois branches.

IV. Chez les hobbits, les coutumes revêtent une importance particulière, à tel point qu’elles sont ce qui se rapproche le plus d’une religion. Ils sont paresseux, n’aiment pas travailler et leurs passe-temps favoris sont la nourriture et la fête. Pourtant, l’ordonnancement de leur territoire est soumis à des institutions dignes du Gondor. En premier lieu, on distingue le Thain, première figure d’autorité qui apparaît à la suite de la disparition des rois. La fonction finit par passer entre les mains du chef de la famille des Touc, famille hobbit au prestige sans égal. A la fois autorité politique, en tant que maître de l’Assemblée des hobbits, et militaire, en tant que capitaine de la Hobbiterie sous les armes, la Thanerie n’est cependant réellement utile qu’en cas de conflit. La figure la plus officielle de la Comté est le Maire, qui demeure à Grand’ Cave. Elu pour un mandat de sept ans lors de la Foire Libre des Hauts Blancs, son rôle principal est de présider aux événements officiels, c’est-à-dire essentiellement aux banquets organisés lors des innombrables et interminables fêtes hobbites.

V. La société est exclusivement agraire et en quasi-autarcie, même si le pays est traversé par la Grande Route de l’Est fréquentée par les elfes et les nains. L’économie de la Comté est majoritairement tournée vers l’agriculture et la nourriture en général. Pour garnir les tables des six repas quotidiens, le pays dispose de nombreux hectares de champs de blé et de meuniers qui alimentent les boulangeries. Le seul artisanat sous-représenté est la cordonnerie puisque les hobbits ne portent pas de chaussures au quotidien.

VI. Mais la plus grande découverte des hobbits reste probablement l’herbe à pipe, cultivé pour la première fois dans le Quartier Sud durant le Troisième Age. C’est assurément grâce à la position de carrefour qu’occupe la ville de Bree que l’habitude de fumer s’est propagée chez les nains, les rôdeurs et même les magiciens. L’art des ronds de fumée est très prisé chez les hobbits, qui apprécient tout particulièrement de fumer après un bon repas. Il existe pour ce faire de nombreux types de pipes en Terre du Milieu, allant des grandes pipes à long tuyau aux petites pipes en bois de voyage.

VII. Le hobbit paraît à première vue bien inoffensif, mais il ne faut pas s’y tromper car il est capable de grandes prouesses et peut faire preuve d’un courage insoupçonné. Si un voyageur égaré s’en vient frapper à leur porte la nuit, le hobbit se fera une joie de lui venir en aide. Mais tout acte malveillant à son égard se verrait sévèrement réprimé. Il est donc tout indiqué pour quiconque veut faire affaire avec eux de s’armer de bonté et de patience.

lee-hobbit_01   Illustration d’Alan Lee

Ce texte est une tentative (j’insiste bien sur ce mot…) de pastiche du traité de l’historien Tacite De Origine et Situ Germanorum, aussi connu sous le nom de La Germanie en français. Composé d’un peu plus de 5500 mots, ce court traité n’en est pas moins très structuré avec 46 chapitres communément répartis en deux temps principaux : une description générale du pays et du peuple germain, et une partie plus spécifique sur les différentes tribus germaniques. Avec l’aide de Voyant Tools, j’ai pu tant bien que mal analyser les termes et expressions utilisées dans l’ensemble du texte, et il s’avère que le ratio est très faible. Le premier terme intéressant ayant le plus d’occurrences n’apparaît en tout et pour tout que seize fois. Autrement dit, le vocabulaire utilisé ici par Tacite n’est pas spécifique, et aucune expression ne revient régulièrement. Tacite se définit alors, tout du moins dans ce texte, plus sur la forme que sur le fond.

Le traité étant assez court, j’ai décidé non pas de pasticher une ou deux parties spécifiques, mais d’adopter une vue d’ensemble afin de brosser un portrait des idées principales développées par Tacite. Du reste, c’est bien la structure du traité dans son ensemble qui est, comme je l’ai dit, intéressante. Les grandes parties du texte original se suivent comme tel : dans une première partie la description du pays et l’origine des Germains, et les coutumes et institutions ; dans une seconde plusieurs sous-parties sur les différentes tribus germaniques. Au regard de mon sujet, j’ai décidé d’inverser la sous-partie sur les coutumes et les institutions avec la partie sur les différentes tribus, la première étant plus riche.

Néanmoins, si Tacite n’adopte pas dans son traité de tournures de phrases qui lui soient propres, j’ai repris le style de certaines expressions de début de paragraphe ou de début de phrase qui me paraissaient notables et qui permettent de mettre en valeur la structure de chaque paragraphe. Pourtant, la raison de ce manque d’identité propre semble de l’auteur dans ce traité me semble normale et la raison évidente. La moyenne de mots par chapitre est de 120, autant dire très peu. De plus, les chapitres de la première partie sont indépendants et traités comme des questions séparées, ne laissant pas beaucoup de place pour des connecteurs ou même la présence d’expressions récurrentes. Par conséquent, vous ne retrouverez pas ici le style à proprement parler de Tacite, mais bien la structure du traité, tant par ses thèmes avec une reprise des idées internes aux parties et aux paragraphes développées dans La Germanie, que par sa forme avec de courts paragraphes sur une question en particulier.

PHI Classical Latin Texts

Le site PHI Classical Latin Texts se présente comme une véritable bibliothèque en ligne. Dépouillée de tout élément superflu, elle ramène le visiteur aux bases de la recherche bibliographique. A côté d’une certaine liberté laissée grâce à la possibilité de faire une recherche par mot-clé ou par concordance, le cœur du site se situe dans la liste d’auteurs classés par ordre alphabétique.

1

Cette dernière se veut facile d’accès et lisible (noms les plus couramment utilisés des auteurs en gras) mais également à portée internationale de par la conservation des noms latins. Une fois l’auteur choisi, tous les textes recensés se présentent sous forme de liste et leur contenu est justifié par la présentation de l’édition dont ils sont tirés.

2

Simple et efficace, le site se veut une bibliothèque en ligne de textes latins qui ne se risque pas à présenter une traduction.

Numériquement vôtre

Une fois licencié de l’université,

Le parcours continue dans les humanités.

Déjà trois ans ici, pourquoi pas deux de plus ?

Côtoyons les vieux livres et autres papyrus.

Attendez, que dites-vous, des cours de numérique ?

Voilà qui promet d’être des plus épique !

Deux époques se rencontrent, se mêlent et se subliment,

En un cours digital tout à fait légitime.

Gérer un carnet et un site, voilà notre devoir

Le résultat, je l’espère, saura être notoire.

Le numérique est à présent l’avenir du passé.

Exegimus monumentum perennius aere.

images