Le site Perseus du point de vue de l’étudiant

J’ai découvert le site Perseus Digital Library, une bibliothèque numérique développée par la Tufts University, lorsque j’ai commencé ma formation en grec et en latin. Mes connaissances de la morphologie étaient alors limitées, et mon utilisation du dictionnaire peu experte. Je trouvais ainsi un outil pour obtenir rapidement l’origine de la forme d’un mot que je ne parvenais pas à analyser. C’était également un bon concurrent au dictionnaire : à ma connaissance, Perseus est le seul site proposant une recherche dans le dictionnaire, par entrée de mot et non par parcours manuel : d’autres dictionnaires existent en ligne, mais il faut en parcourir les pages pour trouver le mot recherché.

Depuis lors, c’est l’utilisation la plus commune que j’en fais. Les outils « Greek Word Study Tool » et « Latin Word Study Tool » sont de véritables exclusivités. Dans ces langues où la morphologie est si variée et parfois si surprenante, les dictionnaires ne suffisent pas toujours aux étudiants débutants, ni même aux étudiants avancés, pour analyser correctement chaque mot d’un texte qui peut comporter des archaïsmes, des particularités de dialectes et des formes alternatives. Des formes qui nous paraissent très simples et que nous rattachons instinctivement à certains mots, sont parfois de faux amis et renvoient en réalité à d’autres mots : je pense, par exemple, à l’infinitif esse qui est certes l’infinitif du verbe sum, mais peut aussi être celui du verbe edo. Or, par une simple entrée de la forme en question dans une barre de recherche, nous avons accès à l’ensemble des possibilités qu’elle recouvre. S’affichent d’abord tous les mots auxquels peut renvoyer une même forme, puis, au sein de chacun des mots, les différentes formes possibles : pour templum par exemple, le nominatif, l’accusatif et le vocatif. Chaque mot est associé à son entrée dans un ou plusieurs dictionnaires, ainsi qu’à l’outil statistique du site. L’interface permet donc une valorisation certaine de toutes les ressources du site : par une recherche unique, on a accès à l’ensemble des informations que met à disposition Perseus au sujet d’un terme.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.08

L’outil statistique, auquel on peut accéder via « Word Study Tool » ou par une page indépendante, nous donne à la fois la fréquence d’un mot dans une œuvre et dans l’ensemble de la littérature. Ce sont les deux seuls formes sous lesquelles l’information est délivrée et, de ce point de vue, des paramètres de recherche plus développés manquent. On ne peut pas faire une recherche statistique dans un corpus comportant plusieurs œuvres, par exemple. D’autre part, il se produit, lorsque j’utilise cet outil, un phénomène que je ne comprends toujours pas. J’ai recherché le mot « tortor » dans l’outil statistique. Sur la page où s’affichent toutes les œuvres qui comportent ce mot, je lis 15 occurrences dans les Lettres à Lucilius. Mais lorsque je clique sur ce chiffre, que j’accède à une page où sont affichées toutes les occurrences par sections, seules 10 demeurent. Et cela se produit très fréquemment. Il semble que cet outil de recherche lexical au sein d’un corpus ne soit pas encore parfaitement efficace.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.33

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.43

L’outil de recherche dans le site Perseus me semble donc particulièrement efficace pour la recherche d’une forme lexicale, et pour accéder ensuite rapidement à son entrée dans le dictionnaire. Il n’est pas, d’ailleurs, la seule façon d’accéder à l’outil d’analyse d’un mot : on peut y accéder en un clic lors de la lecture d’un texte ancien proposé par le site. C’est là, semble-t-il, l’autre grand avantage du site Perseus : il fait une utilisation accomplie de l’hypertextualité. Chaque mot de chaque texte est marqué par une balise hypertexte qui renvoie à l’outil « Word Study Tool ». On peut donc lire un texte ancien et cliquer à tout moment sur les termes qui nous restent obscures. Pour un étudiant qui ne maîtrise pas parfaitement le vocabulaire ou la morphologie, la lecture que propose Perseus est à la fois plus simple que celle d’un texte normal, et plus instructive : il n’est pas nécessaire de faire des allers-retours avec la traduction, et se dévoiler ainsi le sens général d’une phrase.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.52

La lecture n’est, du reste, peut-être pas aussi agréable que sur le site PHI Latin Texts : les pages de lecture de Perseus sont encombrées de fenêtres-outils qui ne sont pas toujours très pertinentes. L’interface pourrait sur ce point gagner en simplicité : seules les éventuelles fenêtres proposant la traduction et le commentaire, celle permettant le repérage dans l’œuvre, sont véritablement utiles. Puisque nous avons accès à l’outil d’analyse lexicale en cliquant sur un mot, il n’est peut-être pas nécessaire d’en faire une fenêtre, où est analysée chaque forme.

Une fonction en particulier a attiré mon attention, bien qu’elle ne soit pas fondamentale. Lors de la lecture d’un texte, si l’on clique sur un mot, il nous est affiché le cas supposé, selon un système de vote. Très généralement, personne n’a voté. Mais cela évoque toutefois l’idée d’un système participatif. Si la participation est difficile à modérer et demande un certain effectif (ce dont les humanités manquent peut-être), Perseus dispose d’un système d’hypertextualité assez développé pour constituer une base intéressante pour un tel projet. On pourrait imaginer un système de commentaire où chacun viendrait nourrir le texte de ses recherches personnelles.

Ce qui fait enfin défaut au site, mais qui me paraît un défaut répandu, c’est l’absence d’apparat critique. Les textes sont tirés d’éditions d’Oxford du début du siècle qui ne correspondent pas toujours aux éditions contemporaines et gagneraient à présenter les divers conjectures.

Je me suis appliqué à montrer mon point de vue d’étudiant de master. Il peut avoir cela de valable que le site s’adresse particulièrement à ce type de profil. Pour un chercheur plus expérimenté, il me semble que l’utilisation ne pourra ni tenir tête à celle d’éditions critiques, ni fournir beaucoup des informations qu’on pourrait attendre de la machine.

Terra incognita

Billet_2_ZUCKER_image

Je m’appelle Pablo Zucker, j’ai 23 ans, un baccalauréat scientifique et une licence d’Humanités classiques de l’université Paris Ouest. Mon parcours est un peu particulier, puisque je n’ai suivi effectivement que les cours de 3ème année ; les deux premières années de licence, je les ai passées en classe préparatoire au lycée Paul Valéry.

Je ne suis pas certain, à ce stade, d’avoir vocation à être chercheur. Si j’ai choisi de m’inscrire en master d’Humanités classiques, Humanités numériques, c’est avant tout dans la perspective de l’agrégation. L’éducation m’intéresse au premier chef, non la recherche.

Cependant, on ne peut nier que l’un et l’autre soient liés. Une carrière professorale à l’université ne peut se dérouler sans un travail de recherche en parallèle. Or je n’écarte pas la possibilité d’enseigner à l’université, quoique mon regard soit plutôt tourné actuellement vers le collège et le lycée. C’est la raison pour laquelle je me plie volontiers à l’exercice du mémoire : ce sera pour moi l’initiation à une méthode universitaire, l’opportunité de développer mes qualités d’initiative individuelle, d’organisation autonome, et l’occasion d’approfondir ma connaissance d’un auteur et de ses modèles.

J’ai choisi, cette année, de travailler sur le poète-philosophe Lucrèce. Je voulais d’abord m’aventurer en terre inconnue : or, ce qui m’était le plus inconnu c’était le discours scientifique de la nature. Je ne pouvais comprendre l’utilité de le lire aujourd’hui, tout invalidé qu’il était par la science moderne. Mais en parallèle, ce mystère relevait l’intérêt d’un tel champs de la littérature, au statut incertain, dont la réception des contemporains ne pouvait sous aucun aspect être assimilée à la nôtre : c’était pour eux une authentique source de connaissance, c’est pour nous un document historique, une étude sur des objets devenant à son tour objet d’étude, ou tout au mieux une fantaisie, un conte. Du point de vue de son enseignement sur la nature, il était parfaitement inutile. Or, c’est précisément cet inutile, je crois, qui m’importait. Car aujourd’hui, ce qui caractérise la connaissance de la nature, c’est l’utile. Nous ne savons plus déployer une connaissance de la nature autrement qu’asservie à une fonction précise. L’enjeu de l’utilité est à tel point présent dans la connaissance de la nature, que seule une catégorie d’homme ose désormais s’aventurer dans l’expression de la moindre parole : les spécialistes. Pour l’individu i, hors de question de se risquer à produire une parole qui pourrait se révéler inefficace, inapte aux grands systèmes qui règnent en maître sur le domaine. Je croyais donc certainement pouvoir débusquer ce qui rendait alors possible un tel discours, à la fois les instruments de connaissance et l’intérêt qu’il pouvait susciter chez les contemporains, autrement dit l’utilité d’un discours inutile, d’un discours sans fonction pratique immédiate, sans valeur ajoutée. Peut-être qu’en m’y aventurant, j’y trouverais une sorte d’argument contre notre conception contemporaine, une bonne raison pour réhabiliter le débat public sur la nature, ou du moins former un tel souhait. Outre sa qualité de discours sur la nature, c’était un poème. Et c’est probablement sous l’influence de cette bâtardise, de cette singularité très surprenante ( pour des yeux à nous contemporains, bien sûr ), que je me suis définitivement fixé sur Lucrèce. Sans vraiment savoir pourquoi, j’étais très intrigué par les relations qu’entretenaient science et poésie, philosophie et poésie, ou plus largement connaissance et poésie.

Humanités Ibériques

640px-0_Sénèque_-_Musée_du_Prado_-_Cat._144_-_(2)

Mon cas est un peu particulier : quoique étudiant de ce master, je n’assiste pas effectivement aux cours dont il est composé, étant en Erasmus à Madrid dans un master intitulé « Philologie classique ». Néanmoins il me faut tant bien que mal conserver un lien avec les enseignements que les autres étudiants suivent en France, en particulier ceux que ma formation espagnole ne traite pas, à savoir la partie « numérique ». J’ai en outre accumulé un peu de retard, puisque je n’ai pris contact avec Aurélien Berra que la semaine dernière.

C’est donc d’un point de vue externe, et in medias res, que j’aborde les humanités numériques. Ne sachant pas vraiment par où commencer, je me suis essayé aux différents sites récoltés de-ci de-là dans le dossier partagé sur Dropbox. J’utilisais déjà Perseus que je connais bien, mais j’ai fait la découverte du TLG et d’autres bases de données de textes classiques. J’ai été notamment intrigué par l’outil « Concordance » du site PHI Latin Texts, par lequel j’ai pu observer des morceaux de vers récurrents contenant le mot « ratio » dans le De Natura Rerum de Lucrèce. Dans l’optique d’un travail sur ce dernier, où l’analyse du vocabulaire et du contexte au milieu duquel il apparaît seront particulièrement pertinents, cet outil me sera certainement bien utile.

Cette première entrée en matière me semble du reste assez floue et incertaine. De même qu’un commentaire de texte qui, sans saisir les enjeux spécifiques, demeurerait général et comme applicable aux autres textes d’un même auteur ou d’une même école, ma perception de ces outils, superficielle, me les présente indifférenciés et comme équivalents les uns aux autres. Je ne parviens pas non plus à en faire une utilisation assez experte ni précise pour qu’elle me soit véritablement utile. Il me faut, par exemple, composer une première bibliographie de mon sujet de master. Mais faute de savoir comment affiner ma recherche, le nombre d’ouvrage que me propose le site WorldCat, lorsque j’entre comme mot-clé l’auteur sur lequel porte mon travail, Lucrèce, est bien trop important pour que la recherche me soit instructive.

C’est donc un peu perdu, mais avec enthousiasme, que j’aborde les humanités numériques.