Martin(tin) au pays des Suèves

Martin de Braga, évêque du VIe siècle après J-C dans le royaume suève (ancienne province de Galice), s’est illustré au Moyen-Âge par ses écrits destinés pour une grande partie à enseigner la morale chrétienne aux illettrés. Dans le premier paragraphe de son De correctione rusticorum, Martin de Braga annonce, dans cette lettre adressée à son coévêque Polémius, sans en préciser vraiment les caractéristiques, le style qu’il compte adopter dans sa présentation de la théologie chrétienne aux rustici :

Mais comme il faut leur présenter une connaissance même modeste de cette explication depuis le commencement du monde, comme pour qu’ils y goûtent, il fallut que j’effleure l’énorme forêt des temps et des faits passés, à l’aide d’un discours subtil composé en abrégé, et que j’assaisonne la nourriture destinée aux paysans avec un style paysan.

Cet extrait, inclus dans l’introduction de la lettre dont le corps est entièrement constitué d’un sermon-modèle, nous paraît en définir l’enjeu rhétorique principal. Notre hypothèse est en effet que le sermo rusticus innerve tout le De correctione, et en détermine un certain nombre de composantes ; en adoptant le « style paysan », Martin de Braga désire se « mettre au niveau des paysans » ; mais, loin de constituer un rejet total, un mépris envers eux – bien qu’on puisse y voir de façon légitime une forme d’arrogance de classe – il s’agit avant tout d’un mode d’expression, qui s’exprime à travers des figures précises. Martin, dans sa volonté d’achever la conversion des paysans, utilise les ficelles classiques de la rhétorique en mettant en oeuvre, à travers des figures particulières, les principes docere, placere, movere. La tendance globale est au grossissement à la fois des images, des raisonnements et des procédés littéraires. L’un d’eux est sa propension à répéter, comme sur le mode de la litanie, des formules et des expressions plus ou moins figées.

Si donc, les formules de Martin se répètent dans une volonté d’imprimer dans l’esprit de l’auditeur un système d’idées figées, qui se répètent au fil du texte, notre tâche consiste à saisir dans le texte les expressions reflétant ces procédés. Pour identifier cela, nous pouvons nous contenter, pour commencer, d’un outil simple tel que Voyant Tools, qui propose un programme de dénombrement des mots, mais surtout, ce qui nous intéresse ici, des syntagmes, dans un corpus donné.

Terme Total Longueur Tendance
id est 10 2 10
quid est aliud nisi cultura diaboli 5 6 5
sunt et 5 2 5
aut in 4 2 4
carnis resurrectionem et vitam aeternam 3 5 3
diem dominicum 3 2 3
est et 3 2 3
et fidem christi 3 3 3
filius dei 3 2 3
in fide christi 3 3 3
in ipso 3 2 3
in regno dei 3 3 3
mundi istius 3 2 3
non solum 3 2 3
post baptismum 3 2 3
pro deo 3 2 3
pro qua 3 2 3

Tableau des syntagmes les plus récurrents, obtenu à partir du fichier .xml généré par Voyant Tools

Malgré la simplicité de l’opération, nous pouvons tirer de ce tableau, dans lequel nous n’avons gardé que les expressions présentant au moins trois occurrences dans le texte, quelques commentaires sur le style rustique. Le syntagme qui se détache du lot est id est, « c’est-à-dire », qui dénote une volonté d’explication répétée à dix endroits du texte. Ce id est s’inscrit dans une portée didactique (le docere) d’initiation des rustici à la théologie chrétienne dont elle permet d’expliciter les enjeux, les figures, les dynamiques. Vient ensuite la proposition « quid est aliud nisi cultura diaboli », dont les cinq occurrences sont toutes présentes à un moment précis du texte (au paragraphe 16), où Martin de Braga, après avoir décrit le déroulement du baptême (paragraphe 15), met en balancement les pratiques superstitieuses communément observées par les gens et leur inadéquation avec le christianisme ; ce segment récurrent, qui est une proposition interrogative toujours placée à la fin des phrases, constitue une anaphore destinée à frapper l’auditoire et à mettre en lumière le caractère diabolique de ses pratiques culturelles héritées du paganisme. Suivent des expressions qui relèvent au contraire de la volonté d’expliquer les rites et la symbolique chrétiens : « carnis resurrectionem et vitam aeternam », « et fidem christi » et « diem dominicum ». Les trois, étant à l’accusatif, doivent faire l’objet de la conscience et du savoir des chrétiens. La première relève de l’espérance (spes) du chrétien par rapport au royaume de Dieu ; la seconde est objet du credo et a comme syntagme figurant les mêmes mots mais les présentant dans une perspective d’intentionnalité et de finalité « in fide christi » ; la troisième est l’objet d’un développement étiologique dans le corps du discours (au paragraphe 18). En dernier lieu, on peut citer les syntagmes destinés à situer le chrétien d’un point de vue temporel et spatial : « in regno dei » fait pendant à « mundi istius » ; avec « post baptismum », Martin insiste sur le pacte entre Dieu et le chrétien qui par le baptême s’est engagé à suivre la voie du Christ en tant que renoncement au paganisme.

Cet aperçu des expressions les plus récurrentes dans le de correctione rusticorum nous permet d’avoir une vision d’ensemble et très globale de certains thèmes de l’oeuvre, mais ne permet pas de conclure à une volonté de la part de Martin de répéter des formules figées et topiques de manière systématique. Il faudra étudier dans le détail les syntagmes qui se répètent pour arriver à des résultats plus concluants. En outre, les résultats à trois occurrences, s’ils témoignent d’une certaine répétitivité dans le texte, ne sauraient constituer une structure à part entière du texte.

Pour ce faire, nous devons entrer dans le détail de certaines expressions pour voir de quelle manière elles sont traitées. Notre premier exemple concerne tout simplement le mot « Dieu ». On a vu précédemment qu’il était présent dans des syntagmes récurrents (filius dei, pro deo, in regno dei) ; mais cela ne représente pas la majorité des occurrences du lemme deus dans le texte.

Capture d’écran des premiers résultats de la recherche « Deus, deum, dei, deo » sur LLT-A

La recherche globale nous indique que le lemme figure dans le texte 53 fois en tout. Pour ce qui est du détail, les recherches séparées nous signalent que le lemme est présent 15 fois au nominatif, 12 fois à l’accusatif, 19 au génitif, 16 au datif ou à l’ablatif ; si nous ne pouvons donc pas étudier chaque cas dans son contexte – ce qui n’aurait de toute manière pas d’intérêt, puisque Martin emploie le nom de Dieu dans des acceptions fort communes également. Il faut donc choisir encore plus précisément certains contextes où l’usage du nom de Dieu semble être caractéristique du sermo rusticus de Martin de Braga. On peut notamment citer les emplois où Dieu est explicitement présenté comme une instance créatrice. À cet égard, la recherche du terme « creator » peut nous permettre d’identifier les passages où Martin veut insister sur la dimension démiurgique de Dieu.

Gauche Terme Droite
diaboli exire et ad cultum creatoris sui reverti. Postquam docuit, voluit
praefulgentem, non dedit honorem deo creatori suo, sed similem se illi
eius malis inludi ut, obliviscentes creatorem suum, pro deo daemones adorarent
mundum implere, obliviscentes iterum homines creatorem

mundi deum, coeperunt, dimisso creatore

hominum propagatum est. Qui, obliti creatorem suum deum multa scelera facientes
videntes ignaros homines dimisso Deo creatore suo, per creaturas errare, coeperunt
creatorem mundi deum, coeperunt, dimisso creatore , colere creaturas. Alii adorabant solem

L’exemple de creator. Issu d’un .xml tiré de Voyant tools

Le terme « creator » apparaît sept fois dans le texte du De correctione. La présentation contextualisée de Voyant Tools nous permet de dénombrer quatre occurrences où le mot est en apposition à « deus », et deux autres où le mot « deus » est à proximité de « creator ». Mais on remarque surtout la répétition de certaines idées répétées : à trois reprises, le verbe « obliviscor » régit l’accusatif « creatorem », et les ablatifs creatore sont inclus dans des ablatifs absolus avec le verbe dimittere. Par ailleurs, à deux reprises, le terme creator est suivi de « creaturae », ce qui constitue un polyptote. Il faut ici en revenir à la vision de l’histoire telle qu’elle est développée au début du texte par Martin de Braga, qui met l’accent sur la succession des fautes commises par les créatures (le diable, Adam et Eve, puis les hommes à l’exception de Noé, etc.). Ainsi, le graphique ci-dessous montre que les occurrences sont toutes comprises dans la première moitié du De correctione.

Graphique généré par Voyant Tools, indiquant le nombre d’occurrences des formes de « creator » tout au long du texte

Dans le contexte du résumé de l’histoire biblique que se propose de faire Martin, qui constitue la première partie de son discours, la seconde insistant plutôt sur la description des rites chrétiens (découlant naturellement de l’histoire exposée dans la première partie) contre les pratiques païennes encore ancrées dans les mœurs, il met l’accent sur le péché, sans que le mot apparaisse dans ces moments du texte. Ainsi, d’un point de vue sémantique, il s’instille, en sous-entendu, un sens adversatif dans ces occurrences de creator : les créatures ont oublié ou abandonné Dieu, « bien qu’il fût leur créateur ». On remarque de surcroît que creator n’est jamais au nominatif : par les formes infléchies de creator, Martin insiste toujours sur la position de Dieu comme objet de l’adoration des créatures et sur la distance entre la façon dont Dieu le créateur devrait être honoré par ses créatures et la façon dont il est trahi en réalité par elles.

Dans la deuxième partie du texte, Martin insiste sur certaines pratiques rituelles de la religion catholique, dont fait partie le dimanche. Le paragraphe 18 est le lieu d’un développement concernant ses différents aspects : il en explique l’origine avant de souligner l’importance de ne pas travailler ce jour-là et de préciser quel en est l’esprit. On a vu précédemment que le syntagme « diem dominicum » faisait partie des expressions récurrentes du texte. Une recherche plus précise permet de cerner l’ensemble des occurrences de cette expression. La recherche littérale ayant déjà donné le résultat que l’on sait, nous avons été amenés à l’affiner au point d’utiliser sur LLT-A la fonction proximité, grâce à laquelle nous avons pu finir par trouver une recherche pertinente.

Capture d’écran de la recherche : (/5 diem dominicum), (/5 die dominico), dominicus

Les résultats étant peu nombreux, il est de nouveau possible de les analyser dans le détail. Nous retrouvons donc les trois occurrences de « diem dominicum » précédemment citées, ainsi qu’une autre expression : « diem resurrectionis eius, id est dominicum ». Il a déjà été question de « id est », qui est ici inséré à l’intérieur du syntagme, dans le contexte d’un rappel de la résurrection de Jésus, déjà racontée au paragraphe 13, et qui détermine le nom du jour. On peut donc mettre cette expression sur le même plan que les trois autres. La présentation en phrases du LLT-A nous permet également de nous rendre compte que ces accusatifs sont compléments d’objets directs des deux mêmes verbes, « colo » et « venero », qui sont synonymes. Pour ce qui est des deux formes à l’ablatif, elles apparaissent à chaque fois dans le cadre d’une précision relative à la façon dont il faut se comporter le jour du Seigneur. Le dies dominicus est donc tantôt utilisé comme cadre temporel de la morale chrétienne, tantôt comme objet en lui-même du culte chrétien, ce qui relève d’un même mouvement de sacralisation religieuse liée à la figure du Christ.

Pour conclure, nous pouvons ramener toutes ces considérations à la volonté qu’a Martin de Braga d’imprimer dans l’esprit des gens ses idées sur le culte, simplifiées de manière à les rendre plus facilement accessibles aux paysans. Il faut toutefois être prudent sur toute propension à voir là un mouvement univoque et unilatéral de rendre topiques des formules et des expressions et de simplifier totalement le discours, comme nous avons pu le concevoir en hypothèse de départ ; il faut au contraire s’attacher à voir que deux veines président au sermo rusticus martinien, à la fois une volonté d’encaisser, de fondre en de courtes formules frappantes des notions parfois assez complexes, et en même temps de contextualiser l’objet de son discours dans la signification précise du passage. L’exemple de l’emploi de creator nous a bien montré que Dieu est désigné comme tel au moment où il s’agit de souligner que les humains ou les anges déchus ont commis une faute envers Lui (soit un oubli, soit un abandon). De cela vient le fait que les contextes, même si les expressions ne sont pas exactement les mêmes, contiennent peu ou prou les mêmes mots (toujours pour l’exemple de creator, mais aussi de dies dominicus, toujours complément d’un verbe de vénération). Martin de Braga tend à associer les mots selon les mêmes idées relativement figées, mais qui s’expriment différemment à chaque fois selon le contexte du passage, selon la portée argumentative qu’il entend mettre en valeur : il s’emploie tantôt à faire un simple rappel, tantôt à souligner un élément nouveau, mais toujours dans la logique de sa démonstration reposant sur des idées précises. Plus que des formules figées, Martin met en place des associations souples de termes répétés plus ou moins systématiquement et faisant naître des articulations d’idées déterminées.

Le Git et le couvert

« Toute la vie des chercheurs pour lesquels règnent les humanités numériques s’annonce comme une immense accumulation de lignes de commandes. Tout ce qui était directement et manuscriptement étudié s’est éloigné dans une représentation numérique. »
L’usage de la ligne de commande implique de nouvelles panières d’appréhender et d’étudier nos sujets d’études ; non pas que la finalité soit différente, mais le rapport au texte et l’interaction même que nous avons avec celui-ci se déploient dans des modalités d’analyses inouïe ; il n’est évidemment plus question de le toucher dans sa matérialité, qu’elle soit livresque ou même numérique – après tout, un texte sur écran d’ordinateur reste un texte. Les outils utilisés ici permettent d’entretenir un rapport de recherche pure et éloignée sur le texte.


boitenoire

La console de Git Bash

Il s’agit en effet, avec l’aide de Git Bash, d’analyser un texte de Cicéron. Le dossier contenant le fichier texte une fois identifié comme répertoire, le texte en question peut être « lu » par le logiciel. Cette manipulation, ce qui peut paraître inutile d’être noté mais qui en réalité est révélateur de nos pratiques digitales normales, et toutes celles qui s’ensuivent sont faites au clavier – il était question de recherche éloignée.

Une fois donc le texte inséré, nous pouvons l’analyser à l’aide de deux commandes : wc et grep.

La commande wc permet de spécifier les unités linguistiques du texte en les dénombrant : elle affiche le nombre de lignes, mots et caractères qu’il contient (dans cet ordre). Il est possible d’afficher chacune de ces données séparément en utilisant une version adéquate et développée de la commande, comme le précisait déjà Camille Duplaa dans son propre billet.

Les lignes de commande suivantes :

$ wc cicero.txt
$ wc -l cicero.txt (lignes)
$ wc -w cicero.txt (mots)
$ wc -m cicero.txt (caractères)

… permettent ainsi d’afficher ces résultats :

console3

Il est clair que la finalité de cette commande se borne à un rôle purement indicatif et quantitatif.


La commande grep permet quant à elle de trouver un mot. Il s’agit, mutatis mutandis, de la fonction rechercher de l’unix.

Elle s’écrit de cette manière :

$ grep '[insérer le mot recherché]' cicero.txt

En voici un exemple, où la recherche portait sur le mot liberavit :

Libérée, délivrée

Libérée, délivrée

Pour comparer avec le logiciel de prise de note et de lecture qu’on utilise communément pour lire les fichiers .txt standards, voici une recherche sur le bloc-notes de base de Windows faite avec CTRL + F :

texteciecro2

On voit ici deux différences de taille. D’abord, la commande grep de l’unix permet d’afficher tous les résultats de la recherche, c’est-à-dire toutes les phrases où le mot recherché apparaît. Cette exhaustivité contraste avec la spécification du logiciel « par défaut » qui cible chaque occurrence du mot recherché. En revanche, et cela constitue une limite de la console noire, l’affichage par défaut des résultats, qui ciblent donc le mot entré dans la ligne de commande, ne rend pas compte des syntagmes complets dans lesquels le mot est linguistiquement placé (cf. la capture d’écran ci-dessus, avec par exemple les mots coupés). Toute recherche ayant pour but de replacer les mots dans leur contexte serait donc vouée à l’aléatoire de la recherche et de l’affichage des mots par la console : le but de la commande est uniquement de signaler et identifier les occurrences précises d’un mot. L’usage en serait donc réduit à des études fort restreintes portant sur des présences de mots précis dans des textes connus, ou bien, dans un cadre plus ludique et personnel, à des recherches qui permettraient de se rendre compte des obsessions langagière de certains auteurs (« fétichisme », « marchandise » etc.).

Que les bêtes sont écologiques

800px-Sacrifice_pig_Tarporley_Painter_MANLe Président – Circé – Gryllos

LP : Ce que tu m’as dit, je crois, Circé, l’avoir compris et enregistré. Mais dis-moi, y a-t-il des sujets climatiques qu’il faudrait aborder lors de cette Cop 21 ?

Circé : Oui, ô Président bien-aimé, et en grand nombre, mais pourquoi cette question ?

LP : Je crois que les Français auraient une grande estime à mon égard – et voteraient plus volontiers pour moi, si je les tirais du péril climatique qui doit avoir lieu au XXIe siècle, et si je ne les vois pas vieillir dans une nature dégradée et sans développement durable.

Circé : Voilà un bonhomme qui croit être capable de s’attirer l’estime des Français et leurs votes à l’aide d’une conférence sur la nature !

Le Président : Accorde-moi donc cette faveur : celle de pouvoir parler avec un Français des revendications climatiques qu’il peut avoir, que j’appliquerai en conséquence, ou du moins, dont je ferai mine de débattre avec mon compagnon de l’écologie.

Circé : Eh bien soit ! Mais demande-lui d’abord s’ils y consentent – ce ne sera pas simple. Il faudra en effet que vous convainquiez ce cochon venu droit de Bretagne que les mesures que vous adopterez seront bénéfiques.

LP : Mais ce cochon, comment lui parlerai-je ? Quel est son nom ?

Circé : Rassure-toi, ô le plus ambitieux des hommes, car tu pourras communiquer sans problème avec lui, grâce à ta prédisposition d’homme politique actuel. Tu peux l’appeler Gryllos, si tu veux. Quant à moi, je vous laisse.

LP : Bonjour, monsieur Gryllos

Gryllos : Bonjour à vous aussi, monsieur le président. Que voulez-vous me demander ?

LP : Eh bien, en tant que président et intervenant par ma sagesse à la Cop 21, je me demandais s’il y avait quelque chose qui vous intéresserait à mettre en place dans les résolutions…

Gryllos : Cesse tout de suite ton discours, ô le plus méprisable des hommes. On te dit habile, expérimenté pour recueillir des voix… il n’en est rien ! Car tu penses t’attirer notre estime et acquérir de la notoriété par ta sagesse, quand tu ne fais que revendiquer des qualités que n’importe qui peut avoir, et que tu crois être premier à proposer ce genre de mesures, alors que les cochons les appliquent déjà.

LP : Cher Gryllos, tes paroles m’étonnent autant qu’elles me font rire : car que veux-tu dire, lorsque tu prétends que les cochons appliquent déjà ce que les hommes n’ont pas encore décidé ?

Gryllos : Laisse-moi donc parler, si tu es disposé à entendre mon discours. Commençons par ces qualités que vous appelez nouvelles, à savoir l’utilisation parcimonieuse des ressources par le développement durable. Sache donc que les cochons sont les premiers et les plus habiles dans ce domaine : car ne dit-on pas : « Tout est bon dans le cochon » ? Au contraire, existe-il un proverbe qui dise : « Tout est bon dans les hommes » ? Réponds-moi, ô président : suivant ce proverbe, est-ce l’homme ou le cochon qui est le plus respectueux de la nature et des ressources ?

LP : Je n’aurai pas à mentir : les cochons semblent être les plus économes des bêtes en ce qui concerne les ressources.
Gryllos : Nous dirons donc que la qualité des cochons l’emporte ici. Mais examinons, si tu le veux bien, une autre de leurs qualités. Les cochons produisent naturellement du lisier, qui rend la terre féconde. Sommes-nous d’accord sur ce point, que les cochons ne sont pas seulement utiles pour leur chair et leur graisse, mais aussi pour leurs déjections qui favorisent la croissance des plantes et des cultures ?

LP : J’en conviens ; mais quelle est cette qualité dont tu me parles ?

Gryllos : Alors, tu viens d’admettre que les bêtes que nous sommes sont plus nobles que les hommes tels que toi, car cette qualité est double, ô le plus avisé des hommes ; en effet les cochons produisent naturellement ce qui non seulement leur profite mais profite aussi aux hommes, ce qui fait d’eux des animaux beaux et bons, tandis que c’est l’utilisation excessive du lisier par les hommes qui a un impact néfaste sur les champs. Nous pourrons alors dire que les cochons font preuve à la fois d’autarcie, de générosité et de modération, tandis que les hommes se trouvent être dépendants, cupides et intempérants. Veux-tu, très cher président, te persuader de cette vérité ?

LP : J’avoue, ô Gryllos, que je ne sais plus quoi dire contre de tels propos.

Gryllos : Faudrait-il donc, ô président, nier qu’un homme comme toi ait pu être élu par le peuple français ?

 

 

Après avoir acquis le texte du Gryllos / Bruta (animalia) ratione uti de Plutarque sur internet et l’avoir inséré dans Voyant Tools, une évidence m’est sautée aux yeux : quelques données intéressantes mises à part, les résultats obtenus sur le site sont assez passablement inutiles pour la rédaction d’un pastiche.

http://beta.voyant-tools.org/?corpus=56d2b619e6cc9fe9629210f244f189e4&stopList=keywords-c6aaf7cd409086cdd43dbe76986f1d30&view=Cirrus

Les quelques constats que le traitement numérique et procédural du texte rendent possibles sont néanmoins les suivants :

– le texte est caractérisé par les balancements, les comparaisons, ainsi qu’une certaine simplicité, voire peut-être familiarité du style (différentes formes du verbe être, de tous les mots typiques du dialogue et de ses signes (les noms des protagonistes répétés au vocatif, les première et deuxième personne du singulier et pluriel dans toutes les formes possibles).

– l’auteur ne semble pas s’ennuyer de la redondance, comme il est normal en grec. On voit donc la répétition des objets du dialogue (d’un côté les θηρία, de l’autre des ἀνθρώπους).

– Le dialogue ayant lui-même une portée parodique et pastichant le genre du dialogue, on constate l’usage de mots soit, conceptuels, soit généralisants, soit abstraits : en tout cas, qui relèvent d’une recherche philosophique et théorique. (σωφροσύνης, ἀρετῆς, ἐπιθυμίαις, φύσιν, mot d’ailleurs employé dans le pastiche dans un tout autre sens que celui du dialogue original).

Il est également possible de remarquer ce qu’il n’y a pas : le dialogue, bien qu’il soit peut-être difficile de juger de ce genre de particularités vu sa brièveté (3400 mots en tout selon Voyant Tools), ne contient pas ou peu d’expressions répétées, ce qui indique de ce dialogue qu’il prend moins le parti d’une discussion patiente où les expressions sont reprises, voire martelées, comme elles peuvent l’être, par exemple, dans un dialogue de Platon.

Voyage au bout de la langue grecque thésaurisée.

La première caractéristique du TLG, qui peut apparaître comme une limite de cet outil, est extérieure au site lui-même : on ne peut accéder au contenu vraiment intéressant du TLG qu’en entrant via une connexion au serveur de Paris X. Il faut montrer patte blanche, donc, pour avoir droit à l’entièreté de la littérature grecque, ce qui, d’emblée, montre bien que ce site est d’abord et avant tout pensé pour un usage universitaire. J’ignore d’ailleurs quels en sont l’usage et le tarif pour quelqu’un qui, dépourvu d’identifiant universitaire, n’est ni étudiant ni professeur et qui parle mal anglais.

On remarque que le design du site est très épuré, voire simpliste. Un bandeau de présentation, une barre de recherche à gauche, un corps de page simple qui permet de faire les recherches. Celles-ci ne semblent être commencées qu’à partir du nom de l’auteur – ce qui ralentit grandement le processus quand on travaille sur une seule oeuvre d’un auteur prolifique comme Plutarque, sur lequel je fais mon mémoire.

billet2

Les sources textuelles sont notées et souvent relativement récentes, empruntées aux éditions Teubner notamment (c’est le cas pour Bruta ratione uti de Plutarque, dont le texte est pris sur l’édition Teubner de 1954). Le Tlg, par son souci de fiabilité textuelle et de fournir les ressources textuelles les plus nombreuses, s’avère d’une importance capitale au sein des études antiques. On pourra regretter, en revanche, l’impossibilité, à moins que je me trompe, de pouvoir acquérir facilement le texte souhaité de manière procédurale, en le téléchargeant par exemple.

Attentes pour les humanités numériques

en-2000

Je suis circonspect face aux possibilités de cette discipline, en raison de mes propres lacunes en informatique. Je pense que son intérêt se dévoilera et se développera au fur et à mesure de l’avancement de nos projets à venir, dans la mesure où leur réalisation mettra en lumière notre propre avancement technique et réflexif dans un grand nombre de domaines, puisque cette discipline semble pouvoir nous faciliter grandement la tâche dans les autres matières du cursus. A nous d’entrevoir les possibilités qu’offre ce nouveau champ d’études transversales.

 

A quoi ça nous mènera, ce salmigondis-là ?… Je renâcle encore un peu. C’est que ça vous dévore son homme, les Humanités numériques ! Avec ses chaussettes, d’un coup qu’elles vous avalent, et tout rond ! Elles vous happent, et vous tombez dedans pour ne plus en sortir ! Et gare à se perdre dans « l’infinie, la diluante futilité des rites et des démarches ».