L’Eternel Retour : du texte aux données et des données au texte, de l’utilité de lire et compter

 L’utilisation de la ligne de commande est avant tout quelque chose de très grisant lorsque l’on réussit, et de très contrariant lorsqu’on échoue sans pouvoir en déterminer la cause. Il s’agit de se détacher plus avant de la prétendue commodité des normes de présentation des interfaces graphiques pour agir directement avec des commandes sommaires. Pour l’instant, ce que l’on peut effectuer est peu productif, il y a beaucoup à retenir d’un coup, et ne maîtrisant pas encore parfaitement les systèmes, la syntaxe, on a du mal encore à imaginer à quoi appliquer toutes ces combinaisons pour qu’elles produisent des résultats – qui seraient ces mêmes résultats que l’on aurait recherché avec l’interface ou bien des résultats plus surprenants et inespérés ?
Il semble néanmoins que les manipulations soient rapidement assimilables.

Nous avions déjà eu un aperçu des fonctionnalités des commandes word count et grep en utilisant Wordtool et Databasic. Prenons donc nos résultats avec la commande word count sur les corpus proposés à l’étude de Cicéron et Démosthène :

Commande wc -l wc -w wc -c
cicero.txt 149570 1204042 8220157
demosthenes.txt 0 296902 3774354
demosthenes_works.csv 65 166   2914
total   149635 1501110  11997425

Dans notre cas, on ne peut pas se contenter du distant reading (1), il faut encore passer par la lecture détaillée pour parvenir à une interprétation des données.
Pour un fichier texte, la commande permettant de connaitre le nombre de ligne est peu intéressante comparées à celle du nombre de mot, et inversement pour un tableur.
On voit encore mal comment se servir de la dernière colonne « Total » avec ce corpus.

Prenons maintenant les résultats obtenus avec la commande grep sur le fichier contenant le texte de Cicéron.Nous avons cherché populus dans notre texte. Nous ne présenterons qu’un extrait de notre résultat qui est trop conséquent :

« oculos vestros trucidetur; denique accusant ei quos populus
tamen dici possunt quam populus Romanus memoria
recepisset.’ Quo populus Romanus nihil vidit indignius
autem reliquas vobis populus Romanus imposuit; ego
L. Cassius ille quem populus Romanus verissimum et
creatus neque restitutus sed subactus oppressusque populus
disciplinae possidet in se, quem populus Romanus meliorem
omnino omnis improbitas, id quod populus Romanus iam … »

En obtenant avec le flag -c, le nombre de mot on peut arriver à un résultat intéressant, assorti de l’utilisation de la fonction de troncature wildcard pour les langues à flexion.
On voit encore une fois qu’il est nécessaire de passer par le close reading pour interpréter les données, ce qui n’est pas très confortable dans l’interface du terminal. On ne voit d’ailleurs pas très bien selon quels critères ont été ici utilisés pour sélectionner les portions de phrases.

En conclusion de ces petits exercices d’application où la technique et l’expérimentation prévalent sur l’idée, on envisage à peine la puissance des outils de computation. Pour collecter des données sur des corpus énormes dont nous avons déjà une idée de la manière dont nous voudrions les rendre significatives, la démarche sera sans doute plus productive. Nous pensons notamment à des corpus où le style est moins à envisager, comme dans le cas de productions sérielles par exemple. Nous envisageons de nous servir de ces commandes par la suite pour mettre en évidence les effets de série dans le corpus étudié pour notre mémoire (paroles de chanson, titres de chansons et d’albums et visuels – nous devrons à cette fin les renseigner) sur les usages sous-culturels (dans la culture metal extreme) du latin.

(1) Les notions de close et distant reading renvoient ici aux travaux de Franco Moretti, notamment dans Graphes, cartes, arbres (2008) et La Littérature au laboratoire (2016)

Sacreikon

Et Flambiosus se relevant, épanoui par cette question :

« Mes amis, dit-il, les français aussi sont des hommes et nous buvons tous le même vin, quoiqu’ils subissent un mauvais fatus. Cependant, moi président [NDT : le mot, effacé du manuscrit d’origine, est confirmé par les nombreux commentaires laissés par la tradition indirecte], ils gouteront rapidement l’eau de la normalitas.  En somme, je les exonère tous dans mon programme. Ma Regalita j’en fais mon héritière et je la recommande à tous mes amis. Et si je dis tout ça publiquement c’est pour que mon peuple m’aime maintenant comme si j’étais déjà mort [NDT : les diverses études concernant la popularité de Flambiosus hésitent à se prononcer sur le fait qu’il soit vraiment jamais mort]. »

Tous commencèrent à rendre grâce pour la bonté du maître, quand celui-ci, oubliant les choses légères, ordonna qu’on lui apporte un exemplaire de son programme et le lut en entier de la première à la dernière ligne à ses gens en pleurs. Nous n’avions pas sécher nos larmes que, soudain, au milieu d’une meute de chiens, surgit une litière à deux roues [NDT : c’est la seule mention chez les auteurs latins de ce moyen de transport, on le rapproche généralement du grec σχουτερ]. Je me dressais, épouvanté, et me tournais vers mon voisin pour l’interroger, quand je remarquais  le X de diamant serti dans une plaque d’or et d’argent [NDT : il semble que ce symbole occulte ait pu renvoyer à des pratiques de cultes à mystères, peut-être priapiques]. Tandis que les convives applaudissent et proclament « Vive Gaia ! », je grimace et lui voyant mon air perplexe :

« La maîtresse de Flambiosus, dit-il. Et hier, hier c’était quoi ? Que ton génie me pardonne, mehencule ! Aujourd’hui, à savoir pourquoi comment, elle est grimpée au septième ciel ! Tu croirais que c’est une étoile ! ».

La litière quittait bruyamment la pièce et déjà un nouveau défilé de porcs s’avançait au son des cors de chasse. Et regardant vers nous, les traits détendus, Flambiosus :

« Le porc est un loup pour l’homme, dit-il. C’est Alphonse Daudet S. K. qui a dit ça dans Les Latrines de mon moulin. C’est l’histoire de trois petites gosses qui sont harcelés par un porc. En somme, elles finissent vampires et lui se transforme en loup-garou [NDT : il semble que Flambiosus fasse ici l’amalgame entre plusieurs histoires, une citation de Plaute, « La chèvre de Mr Seguin » de Daudet, l’affaire DSK, le conte des trois petits cochons et peut-être Twilight].  J’ai lu tout ça dans Ὺικιπεδια, un livre dans ma bibliothèque grecque.  C’est dans ce livre aussi que j’ai lu qu’un étranger a dit comme quoi c’est mieux de boire rouge et frais : I have a drink ! »

*************************************************************************************************

J’ai choisi de réaliser un pastiche du Satyricon de Pétrone (nous ne discuterons pas ici de l’attribution à Pétrone de ce texte) car c’est un texte qui m’est familier pour l’avoir beaucoup étudié. En conséquence, l’outil Voyant Tools m’a aidé à observer et inclure des phénomènes que je connaissais déjà, sous une forme de distant reading comme défini par Franco Moretti. L’intérêt est de relever sur un très large extrait du texte (disons tout le « banquet de Trimalchion »), normalement puis en appliquant une liste de stop-words latine.

Version basique : http://voyant-tools.org/tool/Cirrus/?corpus=1448968839894.9111&docIndex=0&docId=d1448946052661.49fd5e7e-f79f-3b15-c437-f9ebf579abf7

Version raffinée : http://voyant-tools.org/tool/Cirrus/?corpus=1448968839894.9111&query=&stopList=1448969357560fa&docIndex=0&docId=d1448946052661.49fd5e7e-f79f-3b15-c437-f9ebf579abf7

On peut par la suite encore affiner la recherche, mais déjà on osberve :

  • la proéminence de Trimalchion et le retour sous différentes déclinaisons de ego dans la bouche de Trimalchion ;
  • la répartition de la narration entre plusieurs témoins oculaires – insistant sur l’importance de la vue et du spectacle, de la première personne du pluriel comme un public, du narrateur à la première personne ;
  • la juxtaposition par et des phrases et les constructions en quod;
  • la fréquence des adverbes rythmant les changements soudains ;
  • la fréquence des jurons et des expressions populaires (mehercule ou putas, credes)
  • l’introduction du discours par un ablatif absolu, ouvrez-les-guillemets … inquit qui dans une traduction littérale donne une formulation typiquement latine ;
  • la récurrence des thèmes comme la boisson, la nourriture… ;

J’ai tenté de rendre, en m’inspirant des traductions d’Olivier Sers pour l’édition bilingue des Belles Lettres, l’utilisation du subjonctif dans le latin vulgaire.

Les interférences entre culture populaire et culture classique ainsi que la présence de l’actualité sont transposées à notre époque. Les noms reprennent le principe de l’onomastique de Pétrone.

Fellini's Satyricon

Adaptation à l’écran du Satyricon par Federico Fellini – elle comporte déjà une actualisation des thèmes et une dimension politique

Le PHI Latin

Sans titre

Ce site, en anglais uniquement, met à disposition de l’internaute un corpus se voulant exhaustif de textes latins jusqu’au IIe s. et quelques uns de l’Antiquité tardive. Distribués au format html, l’agencement ne semble pas avoir été retravaillé depuis leur exportation du CD Rom du PHI. Le design du site est simple et épuré, l’arrière plan évoque le papyrus. Il n’y a que quatre rubriques. L’ergonomie du site permet un usage assez intuitif.

« This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity. These texts were previously available on The Packard Humanities Institute’s CD ROM 5.3. »

Ils sont proposés comme matériaux bruts et non enrichis, c’est-à-dire sans traduction, sans introduction et/ou biographie des auteurs, bibliographie, sans apparat critique, c’est-à-dire exposé de la tradition ou notes de commentaire, outils grammaticaux ou lexicaux.
Les commandes pour la copie, puisque les textes ne sont pas mis à disposition sous format pdf, sont actives sur la pleine page : on peut copier/coller, mais la mise en page sera chaotique en raison des numéros. C’est ce qui explique la précision des droits en préliminaire :

« I agree to use this web site only for personal study and not to make copies except for my personal use under “Fair Use” principles of Copyright law. »

Les outils proposés par le site sont présentés par de longues explications des modalités de recherches dans la rubrique « About ». Un petit abrégé, que l’on affiche en cliquant sur l’icône du petit engrenage à droite de la barre de recherche, renseigne l’utilisateur habitué.

La recherche la plus simple est celle par auteurs, « Authors », sur laquelle l’internaute est redirigé à l’entrée sur le site.

Liste des auteurs

Liste des auteurs

La rubrique « World Search » propose de chercher un mot ou une séquence dans le corpus entier de la littérature latine classique ou de restreindre la recherche à un auteur, à une ou des œuvres d’un auteur, grâce à des opérateurs booléens. Les résultats apparaissent par dix, sous formes de paragraphes de citations de deux phrases hiérarchisés, par ordre alphabétique des noms d’auteurs. Il est possible d’afficher un tableau de fréquence (le nombre d’occurrence et l’importance en pourcentage du mot dans l’œuvre) des mots recherchés en cliquant sur l’icône du petit diagramme à côté de la barre de recherche.

La rubrique « Concordance » propose les mêmes résultats sous la forme de tableaux de cinq cent résultats par page, organisés selon la pertinence de la recherche, en ajoutant les lettres par ordre alphabétique lorsqu’elle s’éloigne du résultat.

amorc

En conclusion, quoique les organisateurs du projet le destinent aux « scholars and institutions », la relative simplicité de l’affichage et de la fonction recherche n’en font pas un outil de travail indispensable pour le chercheur, à la mesure de Perseus ou du TLG.

Le PHI souhaite essentiellement proposer un corpus complet de « resource », de media (puisqu’ils ont également entamé des projets de répertorisation d’iconographie, de films…) d’accès au passé pour l’étude, mais ne fait pas le travail d’un éditeur scientifique ou critique.

D’autre part, le PHI soutient divers projets archéologiques. Vous pourrez trouver plus d’informations sur leur site officiel : http://www.packhum.org/.

Vous trouverez également un excellent article détaillé de Charlotte Labedan (publié le 9 décembre 2014) : http://classnum.hypotheses.org/148

Premières impressions

Ce qui m’a amenée à m’intéresser aux « digital humanities » pour la première fois fut un sujet de dissertation dont l’intitulé était : « Le transhumanisme est-il une contre-culture ? ».

Forcée d’admettre dans mon raisonnement que par de nombreux aspects la technocratie pousse à la technophobie, je me suis détournée de la vision ingénue héritée du XIXe d’une science « pure » et d’une séparation manichéenne des disciplines littéraires et scientifiques. Concluant à la réunion nécessaire pour notre futur humain – ce qui sous-entend ici non post humain – de la ποίησις, de la πρᾶξις et de la τέχνη, j’ai découvert le mouvement des digital humanities et la façon dont ses tenants se proposaient d’appliquer l’innovation technologique aux sciences humaines et sociales. Se proposant d’expérimenter et de partager en utilisant pleinement les capacités nouvelles offertes par le medium numérique, ils réintroduisent le progrès à échelle humaine. Comme l’avait dit d’abord Von Foerster, un des pères de la cybernétique,

« L’existence de science dites sociales indique le refus de permettre aux autres sciences d’être sociales. »

ce que complète judicieusement Edgard Morin, penseur de la transdisciplinarité

« … et de permettre aux sciences sociales d’être physiques ».

Beaucoup se récrient et proclament la fin de la culture traditionnelle avec l’avènement de la cyberculture. Mais cette transition autorise même le paradoxe des digital classics, c’est-à-dire qu’elle sortirait de leur tour d’ivoire les seuls maîtres d’un patrimoine jalousement gardé et inaccessible dans une société où méritocratie et élitisme sont maître-mots. Si l’on abolit la tension entre sciences et lettres, on abrogera peut être la tyrannie sociale entre high et low culture. L’enthousiasme des chercheurs et la vaste réflexion à mener encouragent tout un chacun à prendre part à ce grand pas pour l’humanité.

La culture est morte, vive la culture !

Human hand touching an android hand. Digital illustration.

Human hand touching an android hand. Digital illustration of the future Sistine Chapel.