Le berger de l’Université par Virgile.

La rosée tout 983742juste dissipée sur les feuilles de fougères ondulées, et le manteau neigeux fondu depuis peu, le berger de Nanterre fit les premiers pas en dehors de la ferme. Son fidèle chien le suivait sur ce chemin paisible, ombragé par les arbres aux bourgeons verdoyants, marchant sur les fleurs parsemées sur l’étendue d’herbe. Regarde, berger, voit ton troupeau qui te suit timidement. Les braves brebis ouvrent la marche, protégeant leurs petits, fruit de la dernière saison. Seul face à eux se dresse le bâtiment de Droit, de sa forme angulaire si sinistre et impressionnante pour ces petits de quelques semaines. Son troupeau ne passe pas inaperçu, la populations toute entière suit d’un regard bienveillant cette procession qui annonce l’arrivée du printemps. Les petits les plus téméraires se laisseront approcher par ces passants qui les photographieront pour garder en mémoire le souvenir de cette douceur de vivre. Leur pelage si blanc et duveteux tentera certain de le toucher, mais cette imprudence leur coûtera peut-être un coup de tête d’une de ces mères protectrices. Le chemin continue, le chien signale d’un cris familier que le troupeau doit s’arrêter sur ce petit terrain d’herbe. Le berger, assis sur l’un des bancs de bois de l’université, s’adonnera à l’une de ses chansons, la fredonnant pour ainsi voir le temps s’écouler lentement autour de lui. Regardant la population des lieux ; tout ces jeunes hommes et jeunes femmes en formation, se cherchant et se croisant. Certains s’assiéront à même le sol pour manger leur maigre repas composé de pain garni et de jus de fruits divers. Le soleil réchauffera l’air pour le rendre plus doux, invitant ainsi à la paresse et au bon temps. Ces étudiants fleurissent d’heure en heure sur l’herbe pour ensuite la recouvrir dans sa quasi totalité. Un air de musique raisonnera alors ; un jeune homme influencé par Apollon montrera son talent aux belles dames qui le regardent timidement, rougissantes tel des boutons de roses. La plus belle d’entre elles faisait tournoyer une mèche de cheveux blond autour de son doigts gracieux, son regard brûlait tel un rayon de soleil, son teint était plus blanc que la neige et sa grâce était semblable à celle d’un cygne. Lorsqu’elle se levait pour se joindre à son amour, sa démarche faisait d’elle une merveilleuse nymphe. Au-delà de cette légèreté, le berger pouvait voir le désespoir envahir un groupe d’étudiants, se rendant à leur examen de rhétoriques, leur visage pâle et leur regard fuyant. La dureté de la vie est parfois visible dans peu de choses. Le chien fit le signalement que la marche allait reprendre sur les chemins paisibles de l’université. Sur leur passage, il croisa quelques vestiges des autres habitants des lieux comme divers papiers et mégots qui s’étaient échoués au sol. Les bêtes firent attention de ne pas en mettre dans leur bouche. Les petits imitèrent les grands et continuaient leur chemin sans y porter la moindre attention. Ils arrivèrent alors devant la grande tour de couleur orangée, jonchée de fenêtres où se situait devant elle une grande place où s’effectuait des rassemblements. La bibliothèque était pour l’université ce qu’un phare peut être à la mer. Elle guidait par sa hauteur les habitants des lieux. Elle accueillait au sein de ses murs les âmes perdues entre deux leçons. Elle nourrissait leur connaissance et leur offrait chaleur et réconfort en dégageant cette odeur de manuscrits anciens. Les ovins n’avaient évidement pas accès à ce lieu mais le berger ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à l’intérieur de cette enceinte. Pas après pas, il s’éloigna de cette montagne qui attirait tous les étudiants. Enfin sur son chemin, il rencontra son ami Alexis qui habite le village voisin.

« Voit comme la saison commence bien, l’herbe est tendre et les fleurs sont riches, les pommiers forment leurs fruits et les oiseaux chantent leurs douces mélodies dans les campagnes et les forêts. Amène ton troupeau dans le parc non loin d’ici, tu verras à quel point la nature est merveilleuse et féconde. »

Le troupeau prit donc le chemin du parc en traversant la ville. Cette première procession épuisa les agneaux qui ralentissaient à la fin du troupeau. Le chien les hâtait pour ne pas qu’il se produise un malheur. Les sabots des bêtes claquaient sur le sol dur et noir, l’herbe leur manquait, mais au bout du chemin était la récompense car l’entrée du parc se faisait voir. L’herbe était ici à perte de vue, entourant un grand lac bordé de fins roseaux. Les agneaux suivaient leur mère à l’ombre des boulots et platanes. Les chênes accueillaient des écureuils, maîtres de ces lieux. Le berger alla au bord de l’eau et crut reconnaître dans les pétales roses d’une fleur la couleur des lèvres de sa tendre Amaryllis dont le son de la voix raisonnait alors dans le souffle de sa chanson. Il fredonnait à nouveau un air joyeux dont les hautes tours de la Défenses étaient témoins. A la fin de la ronde du soleil, il était toujours là, assis au bord du lac paisible, parcourut par quelques volatiles. Les roseaux et les fourrés leur servaient de nid pour protéger leur progéniture des dangers de la nuit tombante. Les brebis s’étaient rassemblées, les agneaux étaient réunis au centre de l’épais troupeau. Quant au chien, il s’était assoupi par la fatigue que le voyage lui avait procuré. Tout était calme est paisible en cette fin de journée de printemps, mais le retour devait être amorcé pour être à l’étable avant la tombée de la nuit. Sur le chemin boisé, on croisa quelques abeilles, merveilles de la nature, qui terminaient leur dure journée de travail et rentraient dans leur foyer collectif. L’ombre des tours au loin devenait menaçante dans l’assombrissement du jour, mais la ferme était proche et les agneaux devenaient impatients de retrouver leur maison. Le cher Alexis croisa encore son chemin, le berger lui dit alors :

« Tu avais raison, mon bel ami, quel belle endroit que ce parc verdoyant. Ah ! Que mes agneaux étaient heureux de gambader dans ces fleurs. Cet endroit est meilleur pour mon troupeau que celui où je le mène chaque matin »

« Hélas mon pauvre berger, ta tâche est bien belle ! Même si tes bêtes ne sont pas au plus bel endroit, elles ont le mérite de diffuser du bonheur à ceux qui les croisent. Tes rêves veulent te mener plus loin, si tu le pouvais tu irais tous les jours à ce parc si riche, mais tu priverais toute cette population de ces si beaux moutons. Soit généreux avec les autres, la nature le sera avec toi».

Le ciel s’assombrit alors, les derniers étudiants rejoignaient d’un pas pressé leur transport. Le berger restait là, à contempler une dernière fois la beauté d’une journée éphémère, et à écouter le bruit du vent.

Une journée du berger de Nanterre à la façon de Virgile dans Les Bucoliques.

Pour créer ce billet j’ai tout d’abord commencé par choisir l’auteur : Virgile étant dans la bibliothèque juste à coté de mon bureau, j’ai tendu le bras pour attraper ce fameux titre : Les Bucoliques. Pas besoin de le relire, je l’avais déjà étudié plusieurs fois. Son style me plaît beaucoup donc j’avais trouvé mon auteur !

J’ai ensuite cherché le texte en latin sur Phi Latin Text. Je l’ai ensuite copier/collé dans Voyant Tools et j’ai étudié les mots qui ressortaient le plus. Les thèmes pastoraux étant au cœur des Bucoliques , j’ai décidé d’y rester fidèle en choisissant comme thème le berger de Nanterre. L’histoire étant totalement fictive, je me suis basée sur l’itinéraire qu’il emprunte avec son troupeau à l’intérieur de la fac mais aussi dans la ville de Nanterre où on peut l’apercevoir dans le parc de Nanterre Préfecture.

capturevirgile

Les caractéristiques que j’ai principalement prises en compte sont le rapport avec la nature (végétation, arbres, fleurs, phénomènes climatiques) mais aussi le rapport avec la musique que j’ai incorporé avec les chansons du berger. L’amour est aussi présent à travers les étudiants sur l’herbe : le beau jeune homme digne d’Apollon et la jeune fille dont la beauté se rapporte à une nymphe, mais aussi avec le berger lui même et son Amaryllis. La beauté est présente à travers ces personnages car chez Virgile les personnages ont tous une beauté extraordinaire. De plus j’ai récupéré des prénom du texte original comme Alexis et Amaryllis.

Phi classical Latin texts

Cette bibliothèque de texte latin est très simple d’utilisation : les textes sont ordonnés par auteur mais on peut aussi les trouver avec un mot clef (qui doit évidemment être en latin). Le site a une apparence très sobre, dépouillée de toute fantaisie mais qui s’avère efficace : autant aller à l’essentiel. Il donne également la possibilité d’effectuer des concordances entre les textes. Ainsi, pour la recherche d’un texte il est un excellent outil mais il n’apporte pas de précision sur celui-ci, ni de commentaire, il en donne seulement l’accès.capture1

Il était une fois les Humanités Numériques

Il est vrai que l’on associe rarement le terme « humanités » à celui de « numérique», mais comme on dit : les opposés s’attirent ! Nous voici donc dans le cours qui matérialise leur union, les humanités numériques. En quoi cela consiste-t-il ? Je me suis longuement posé la question.

Sortant de la licence Humanités classiques, arts et patrimoine qui était consacrée à toutes les matières dites d’humanités (histoire, langues anciennes, langues vivantes, histoire de l’art), la question du numérique me semblait bien loin. Mais voici que ce Master s’offre à moi et me laisse délibérément penser qu’aujourd’hui le numérique est partout. Nous allons ainsi apprendre à manipuler des outils informatiques, à gérer des donnés et à donner vie à un site, tout cela en gardant en ligne de mire notre passion numéro un : l’Antiquité. Intéressant, mais à quoi cela sert-il ? À montrer que l’Antiquité est encore présente dans bien des domaines et qu’il faut avant tout transmettre des informations correctes la concernant. En apprenant à utiliser les nouvelles technologies, nous pourrons diffuser ces connaissances de manière efficace et deviendrons par la même occasion les témoins directs du mariage des humanités et du numérique, pour le meilleur et pour l’avenir.wp_20161007_15_15_15_pro2