Commentaires sur la bibliothèque  » PHI latin classical texts « 

J’ai choisi de commenter cette bibliothèque car, étant encore fort peu familiarisé à l’usage de tels outils qui peuvent parfois se montrer encore bien complexes, c’est justement la simplicité de celle-ci qui m’a intéressé.

Tout d’abord, il est nécessaire de remarquer que l’on trouve uniquement des textes latins écrits avant le IIIe siècle av. J-C, en plus de quelques textes datés de l’antiquité tardive. Ceci constitue, à mon avis, la différence principale avec la bibliothèque  » Projet Gutenberg « , qui propose des ouvrages de la littérature mondiale parmi lesquels on trouve peu de textes en latin et grec, mais surtout des traductions, et  » Perseus « , qui se concentre sur les textes écrits en langue latine, grecque, et arabe.

La page d’accueil est on ne peut plus simple, et très explicite : voici qu’est proposée la liste de tous les auteurs latins dont on propose les œuvres, un ouvrage, un simple fragment. Après un rapide « ctrl f » pour trouver l’auteur que l’on souhaite lire et un petit clic sur son nom, voilà que le texte se présente en colonne, dans sa lettre latine originelle, sans traduction, noir sur une fenêtre bleu-claire elle-même au centre d’un arrière fond rose. Cette esthétique crée une atmosphère chaleureuse, avec tout ce que ces couleurs peuvent nous évoquer, comme si elle cherchait à créer un espace de familiarité entre l’auteur, la lettre, et son lecteur.

En effet, l’absence de traduction ainsi que l’impossibilité de cliquer sur un mot-lien qui nous renverrait à une traduction (comme sur la bibliothèque  » Perseus « ) obligent le lecteur à être patient, à questionner le texte. Néanmoins, pour profiter pleinement de cette expérience intellectuelle, il est nécessaire de déjà bien maîtriser la grammaire latine et d’avoir assimilé un nombre conséquent de mots afin de pouvoir lire le texte sans grandes entraves.

Pour un travail de recherche ou de statistique portant sur un terme spécifique, les rubriques  » Word search  » et  » Concordance  » permettent facilement et rapidement de trouver les occurrences dudit terme. Exemple : en inscrivant  » [SenPhil] officium  » dans la barre de recherche, je vais trouver un grand nombre de passages extraits des œuvres de Sénèque le philosophe au sein desquels apparaît le terme  » officium « .

Project Gutenberg- la charme(?) discret des ebooks

http://www.gutenberg.org/

Comme le projet il-même le souligne dans la première phrase de sa présentation « Gutenberg: about« , il s’agit du premier fournisseur des livres libres électroniques, les ebooks. Son but n’est pas si ambitieux ou compliqué, le projet était créé pour « encourager la création et la distribution des ebooks ».
En explorant le site, je pourrais dis que son but est achevé au premier niveau. Le projet n’adresse pas aux personnes individuelles ni aux institutions académiques, comme le Thesaurus Linguae Graecae, il n’a pas en générale un « public visé ». Je dirais que son destinateur est quelqu’un qui cherche à enrichir son bibliothèque en Kindle, et, complètement par hasard parce que les dernières semaines j’essaie à utiliser le Kindle- moyen à lire, ça marche pour moi.
à propos l’ergonomie du site dont je pense c’est la première chose qu’on observe, elle me semblait premièrement satisfaire, parce que le site est très facile a l’utiliser. Le moteur de recherche est haut et à gauche et tous les informations autour le projet sont regroupés dans la page d’accueil. Le design est simple et classique avec des couleurs basiques (rouge, noir et leurs nuances). Il s’agit pas d’un site qui semble intéressant en fait, même si qu’il mentionne instantanément ses offres,  c’est a dire les 55.000 eBooks. La cause est qu’ il manque la capacité d’ attirer les passants en ligne.

La chose la plus décevante s’arrive quand on commence notre recherche. Les livres ne sont pas organisés d’une manière spécifique et t’ as de plus en plus l’impression que tu es entrée dans une librairie qui d’un part te donne l’accès aux milliards des livres mais, d’autre part il ne possède pas des étagères proprement mets. Quand tu cliques par instance l’option search, tu trouves seulement trois prochains options;

En suivant, les sous-catégories sont organisés dans l’ordre alphabétique et leur contenu n’est si clair. Un exemple qui s’adresse à nous plus spécifiquement est la catégorie des « Classics » qu’ inclut seulement de la littérature latin tandis qu’ au même temps il y a une autre catégorie disponible sous le nom « Classical Antiquity » dont il y a des ebooks grecs anciens et latins. C’est évident la fait qu’on ne puisse pas à dépendre notre recherche académique ou philologique sur le Projet Gutenberg qui manque l’abilité à nous orienter efficacement.

Mais quand on trouve enfin le livre souhaitable, nous sommes satisfaires par les formats avec lesquels on puisse telecharger ou lire les ebooks. Οutre le HTML qui permet la lecture en ligne et le très utile texte brut qui permet sa modification potentielle, on trouve les formats nécessaires pour lire les ebooks,  l’extension .epub avec laquelle on lit les ebooks (quelques programmes qui permettent la lecture sont le B&N nook et le Cobo e-reader ) et l’extension .mobi pour la lecture en Kindle.

le site nous permet aussi d’envoyer immédiatement le texte à notre compte au Dropbox, GoogleDrive et onedrive

Ma conclusion sur le projet Gutenberg est ce que le titre suggère; la conception et le design du site est si simple et négligé et du coup n’ entraîne pas l’exploration du monde des ebooks, mais définitivement il aide les utilisateurs de Kindle à améliorer leur collection.

 

Le PHI projet

Le PHI latin

Ce site, avec le suffixe « org », est un site d’’accès ouvert, gratuite et libre pour tous, sans aucune restriction; PHI est un des projets d’une institution (The Packard Humanities Institution) orienté vers l’archéologie, la musique, la préservation filmique et l’archivage. Il contient, comme un canon,(Canon of Latin Authors) tous les textes latin qui ont dates vers 200 av. J.-C. ;ce sont de textes latins, chrétiens, médiévaux, néolatin, tous ensemble; tous en texte brute, ça veut dire, sans introduction, traduction, bibliographie ni apparat critique. C’est la différence la plus majeure du PHI à des autres bibliothèques numériques (i.e. Perseus). Autrement dit, c’est un site électronique qui soutient notre recherche mais ne peut pas fournir des références bibliographiques, donc pour élaborer une recherche academique on doit travailler dans plusieurs sites en même temps; c’est pas une application tout autonome.

Homepage

Le homepage est représenté sous une forme décorative simplifiée; le nom de l’institution apparait au premier vu. Juste dessous, le utilisateur doit, afin d’accéder le site, cliquer sur  » Click here if you agree to this License  » , pour accepter la seul restriction à propos de traitement de données, ne les pas exploiter; leur utilisation doit être strictement vers l’amélioration de la recherche scientifique, par étudiantes ou académiques. Il n’y a pas l’option de changement du langage de la préface, la langue principale et unique, ce sont les anglais. Au bas de la page, la, c’est lieu un lien hypertexte, qui nous destine à notre mail-box pour faire des questions/ remarques et après les envoyer à la mail-box d’insitute.

Homepage de PHI

Formats

Il y a une liste à dérouler:

chaque titre correspond à une rubrique.

Author

La recherche par auteurs, est la première possibilité que ce cite nous donne. Les noms des auteurs sont rédigés par l’ordre alphabétique.
Recherche par Auteur
En cliquant sur chaque nom, l’internaute est redirigé à l’œuvre en question.
Oeuvre d'auteur
Le texte peut être prévue dans Unicode soit Betacode et le rechercher peut copier/coller/exporter n’ importe quelle partie il veut, vu que les textes n’ont pas une forme restrictive (PDF, docx) ; ils sont formés dans texte brut. Εn tout cas, on doit toujours se rappeler que sur la page d’accueil, nous avons dèja accepté d’ utiliser le matériel offert par le site dans une maniére très certaine, du coup on devrait pas l’exploiter.

La recherche par mots, le « Word Search », ou par séquence des mots, donne dix résultats par page, en forme de trois lignes, parmi du texte ; la ligne précédente, la ligne qui contient le mot qu’on train de chercher en gras, en la ligne après.Il apparait aussi une icône d’un petit diagramme à côté de la barre de recherche, qui montre la fréquence (par pourcentage) d’occurrencede ce mot dans l’œuvre d’auteur.

Recherche par Mots

Concordance

La recherche par concordance, le « Concordance », donne les mêmes résultats que la recherche par mots, mais ici les résultats sont cent cinq par page et en forme de tableau. L’organisation est faite par pertinence par rapport à notre recherche. Chaque mot-recherché, est placé au milieu de la page, en couleur rouge. On peut cliquer sur le nom d’auteur et afficher tout l’extrait,et en utilisant la barre, juste au-dessous du nom, on peut naviguer entre des autres livres du même œuvre.

Recherche par Concordance

Usages/ About

La rubrique « About » est, en pratique, les outils proposés, aussi que plusieurs informations sur la construction de ce web-page.Là, on trouve la différence, méthologique, qui joue un rôle initiale sur la recherche ; le programme ne cherche pas pour chaque mot individuellement, il essaie de trouver la même séquence de lettres !
En plus, il y a une liste qu’indique l’utilisation propre des symboles à propos de la recherche par « Word » (#, &, ~,|), pour éliminer la recherche sur des mots qui contient la séquence de lettres qu’on a tapé, comme suffixe, préfixe, ou en seul, comme un mot entière.C’est aussi efficace, d’utiliser des abréviations pour définir dans quel œuvre, quel auteur ou quelle collection on veut s’explorer.En ce qui concerne la recherche par
« Concordance », dans la rubrique « About », on trouve aussi des conseils sur l’utilisation de clic dans la barre de la recherche à propos de éliminer et préciser notre recherche.

Rubrique About

Outils proposés pour la recherche par Mots

Outils proposés pour la recherche par Concordance

Remarques diverses sur Project Gutenberg

L’utilisation de ce site est assez basique et on s’y repère facilement. Lorsque nous arrivons sur la page, elle est automatiquement chargée en anglais mais nous avons cependant la possibilité de choisir différentes langues dans un menu à gauche. Dans celui-ci se trouve une barre de recherche qui permet de chercher un livre en particulier, ce qui peut s’avérer pratique. Il est possible à la fois de télécharger les livres disponibles dans la bibliothèque, de les lire en ligne mais également d’écouter des documents audio ou de voir des illustrations lorsque cela est possible. Ces deux dernières fonctionnalités sont intéressantes dans le sens où elles égayent la lecture de celui qui consulte ou télécharge les livres. 

On peut également remarquer la diversité des formats pour ces livres qui permet ainsi de s’adapter à plusieurs supports tel qu’un téléphone ou bien des systèmes d’exploitation différents mais également donner le choix de lire instantanément ou bien de télécharger. D’ailleurs selon les condition d’utilisation, certains des téléchargements sont gratuits et libres de droit car anciens aux Etats-Unis. Cependant ces mêmes livres ne sont pas forcément libres de droit dans un autre pays. Pour utiliser un livre en ligne il faut alors se renseigner sur les droits d’auteur dans son pays . 

Le site est simple et bien organisé, on peut trouver les informations qui nous intéressent facilement et rapidement. De même les téléchargements sont simples et accessibles à tous.

 

À la pêche aux canards dans PHI Latin Texts

Dans leur Histoire illustrée universelle de l’imaginaire (1996), Antonino Anzaldi et Masimo Izzi font remonter le premier témoignage écrit sur l’arbre à canards à la fin du XIIe siècle et à la Topographia Hiberniae de Giraud de Barri. Cet ecclésiastique gallois accompagna  Jean sans Terre dans une expédition en Irlande, lors de laquelle il aurait vu par lui-même de nombreux canards ‘générés par les troncs de sapin rejetés par la mer’. Ce témoignage a connu une grande postérité, y compris dans des ouvrages très sérieux comme l’Herbier du célèbre botaniste anglais John Gerard (1597). Dans le cadre d’une recherche sur les origines et l’évolution de l’arbre à canards, on pourrait vouloir vérifier dans les corpus de textes antiques s’il existe une origine plus ancienne à cette idée.

L’arbre à canards, illustration tirée du célèbre Herbier du botaniste anglais John Gerard (1597).

Un site comme PHI permet d’effectuer une recherche de séquences de lettres ou de mots dans l’essentiel de la littérature latine écrite avant 200 ap. J.-C., ce qui représente un peu plus de 350 auteurs et textes anonymes, auxquels s’ajoutent quelques textes ultérieurs. Le site a été créé par une association californienne, le Packard Humanities Institute, pour remplacer sa base de données qui existait auparavant sur CD-ROM.

Une série d’opérateurs logiques permet de définir la recherche. Il est ainsi possible de rechercher des canards, des arbres, des canards et des arbres. Une fonction permet même de rechercher des canards se trouvant textuellement proches d’arbres, c’est-à-dire dans un rayon de 100 caractères. La recherche peut être restreinte à certains auteurs ou à certaines œuvres. Ses résultats s’affichent sous la forme d’une liste comportant, sous le nom de l’auteur et de l’oeuvre, le passage dans lequel apparaît l’objet de la recherche. Un clic sur ce passage permet d’afficher le texte entier.

Affichage des résultats de la recherche dans leur contexte (à gauche) et dans le texte intégral (à droite).

Il s’avère ainsi que, si certains canards jouissent d’une existence paisible, barbotant tranquillement (Ovide) ou volant dans le ciel (Pline), d’autres ne connaissent que leur élevage (Varron) et finissent mangés (Martial), bien que parfois très savamment cuisinés (Caelius Apicius). Les canards servent également de médicaments puisqu’ils permettent d’apaiser les douleurs intestinales par leur simple vue (Columelle) ou par contact cutané (Scribonius Largus), tandis que leur sang arrête les hémorragies craniennes (Pline) et que leur fiel soigne les contusions des yeux (Pline). Aucun ne paraît en revanche avoir poussé sur un arbre. Ces observations sont confirmées par l’analyse des passages dans Voyant Tool: le nuage de mots obtenu montre sous une autre forme qu’il est beaucoup question de cuisine et de remèdes, mais qu’il n’y a pas l’ombre d’un arbre à l’horizon.

Nuage de mots généré par Voyant Tool à partir de la recherche du mot ‘canard’ dans PHI.

Pour conclure réellement à une origine plus précoce de l’histoire de l’arbre à canards, il faudrait bien sûr vérifier la proximité lexicale d’autres types de végétaux avec celle d’autres types de volatiles. Il est néanmoins probable que l’arbre à canard soit une espèce endémique dont le territoire, situé bien au-delà du limes, n’ait été que trop peu connu par les auteurs latins…

À part explorer davantage le fruit d’une des nombreuses distractions qu’offre Internet pendant les cours à distance, cette recherche a permis d’essayer les fonctionnalités de recherche simple et de recherche combinée proposées par PHI. Ce type de recherche est vraiment l’objectif du site, qui est pour le reste très sobre. Les éditions utilisées datent de la première moitié du XXe siècle, et seul le texte latin, sans aucune note ni commentaire, est disponible.

Etude du fonctionnement du projet Gutenberg.

J’ai choisi d’étudier la façon de faire du projet Gutenberg.

Sur les livres en eux-même
(informations obtenues à partir de *La Légende des Siècles* ( http://www.gutenberg.org/ebooks/12137 )  et d’un livre sur l’art de faire du papier)
* Il s’agit d’éditions d’éditions, et non de textes seuls, comme nous pouvons le voir grâce
1. Aux préfaces
2. Aux notes – a) et b) ne seraient pas présents avec le texte seul.
3. Aux pages indiquées sur le côté dans certaines éditions.
Sur les pages, je peux dire d’un côté qu’il ne parait pas si logique de conserver cette notation quand on se sépare du support papier.
Après tout, nous ne sommes plus limités par la donnée technique de la longueur de page.
Cependant, il s’agit d’un excellent point de repère, que ne saurait pas battre une option « marque page », pour trouver un point précis d’un texte.
(Notons qu’il y a une option marque-page expérimentale, ce qui devrait être fort utile pour *re*trouver un passage précis)
(Après, on aura tous fait en classe l’expérience de la difficulté de trouver le même passage dans des éditions différentes)
* Toutes les éditions ne sont pas égales devant le numérique.
En effet, alors que le livre sur l’art de faire du papier avait des pages sur le côté,
des liens internes pour aller à un chapitre, et des liens vers les notes…
…la *Légende des Siècles* n’avait rien de tout ça. Et pas même de notations pour le nombre de vers.
J’ai vu un troisième livre à l’instant, qui a le bon goût de mettre un index avec des liens vers les occurrences de certains mots !
* La présentation du site me semble assez bien pour ce qui est de la lecture des livres :
1. On peut les lire en ligne, utiliser alors un lien http…
2. On peut également les télécharger, et ce en plusieurs formats. (epub, kindle, avec ou sans image, texte brut)
=> Utilisation prévue visiblement pour utilisation sur liseuse.
3. On peut également les mettre sur google drive, le nuage et la dropbox. Très pratique pour partager.
4. Les données bibliographiques dans Bibrec à côté de Télécharger me semblent très utiles également ; fonctionnent
* Enfin, la numérisation est très propre. Le texte est retapé, les images bien insérées.
=> C’est très satisfaisant de ce côté-là, et ça m’a donné une meilleure idée de ce que peut être une bonne édition numérisée.

## Sur la façon de chercher les livres :
Il y a quatre moyens de chercher un livre :
1. Les livres les plus populaires
2. Les dernières publications sur le site
3. Des livres choisis au hasards
4. La barre de recherche.
Parlons rapidement des trois premières fonctions, qui ne nous intéressent pas trop en tant que chercheurs.
Il s’agit d’options assez normales, pour trouver des livres si on n’a pas d’idée précise.
Sans doute une fonction récréative plus qu’autre chose en somme.
Notons qu’on peut alors trier dans l’ordre alphabétique également et que les résultats s’affichent par 25. Permet de ne pas être débordé.
La barre de recherche est plus intéressante.
Il y a une petite aide à droite, qui nous indique les commandes à rentrer ;
a.’nom de l’auteur’ classe les livres par auteur par exemple. On peut trier par :
1. auteur (donner le nom typique en anglais : Homer, pas Homerus, Homère, Ὅμηρος)
2. titre
3. sujet (nous n’avons pas de liste des sujets, et entrer « .s didactic m’a donné… *Anna Karenina* en finnois en troisième suggestion. Je ne crois pas qu’on puisse s’y fier)
4. langue (ce qui est déjà plus utilisable)
5. numéro d’ebook ?
6. catégorie (une liste des catégories est disponible sur <http://www.gutenberg.org/wiki/Category:Bookshelf>, mais je ne vois pas exactement de tags sur les livres en eux-mêmes)
Cette barre de recherche me semble insuffisante.
Certes, elle permet d’accéder plus vite à ce qu’on veut quand on connait les commandes, mais pourquoi ne pas rajouter une option « recherche avancée » avec des catégories à remplir ?
Enfin, où trouver une liste de sujets ? Pourquoi ne trouvé-je pas de « tags » visibles sur les livres correspondant au sujet, à la catégorie ?
Notons cependant qu’il est possible de trier par ordre alphabétique, date de publication, et popularité une fois la recherche effectuée. Pratique.

## Conclusion
J’ai l’impression que cette bibliothèque n’a pas exactement été créée pour la recherche,
surtout à voir des options comme « popularité, aléatoire » et l’absence d’un système de recherche avancé.
Après, je me réjouis de l’existence d’un endroit où trouver autant de livres.
Désolée en tout cas, il doit y avoir un peu plus de cinq remarques.

commentaires sur PHI Classical Latin Texts

Le site de la bibliothèque virtuelle phi latin texts me semble particulièrement clair et simple à utiliser.
C’est probablement dû au fait qu’il propose moins de possibilités que d’autres bibliothèques: il n’y a pas d’accès à des oeuvres autre que textuelles (contrairement à Perseus project qui propose des accès à des sculptures, etc). Il n’y a pas non plus de traductions des textes ou de liens vers des éditions multiples. L’édition utilisée est indiquée.

On peut utiliser les textes dans le cadre de recherches personnelles uniquement, ce que précise le site à son entrée: la législation du « fair use » y est adoptée (seuls de courts extraits peuvent être cités). On ne peut pas télécharger les textes mais seulement les lire.

La bibliothèque permet d’accéder à des textes grâce à une liste alphabétique d’auteurs. Elle permet également de faire une recherche par mots. Celle-ci peut être restreinte à un ou plusieurs auteurs et à une ou plusieurs oeuvres de l’auteur (grâce à un filtre mis entre crochets). Contrairement au Thesaurus Linguae Grecae, il n’y a pas de lexique associé. Il est également possible de faire une recherche par concordance: dans ce cas, les contextes d’apparition du mot (mots précédents et suivants) sont indiqués.

La recherche dans les textes latins s’effectue par groupe de lettres, ce qui permet de trouver toutes les occurrences du mot même décliné. On peut ainsi également rechercher des répétitions sonores ou des familles de mots.

Les textes indiquent l’édition de référence lorsque l’on passe la souris sur le lien. Les textes sont accessibles en unicode et en betacode.

 

Remarques sur PHI Latin Texts

Ce site offre une interface d’utilisation très épurée de par la sobriété de la mise en page et le nombre réduit des onglets proposés (4 en tout). Après avoir accepté le fait d’utiliser les ressources pour son propre travail, on accède à la page d’accueil.Elle contient une liste des auteurs accessibles ou de textes d’anonymes principalement de l’antiquité classique et quelques uns tardifs. En sélectionnant une entrée, on accède au texte avec toujours sa provenance: le nom de la personne qui a établi le texte, l’année de parution etc. Les éditions sont en général anciennes car libres de droit.

capture d’écran du site

L’accès à ces textes s’accompagnent de deux fonctionnalités de recherche très intéressantes pour la constitution d’un corpus. La première, Word search, permet de lister touts les occurrences d’un groupe de lettres, très utiles quand il s’agit de chercher un mot dans sous ses formes différentes de la déclinaison ou encore dans une dérivation. Un outil à côté de la barre de recherche précise les signes à insérer pour circonscrire sa recherche à un auteur précis et/ou une oeuvre. Les résultats obtenus sont dans leur contexte ce qui permet à l’accès direct à la source. L’onglet Concordance reprend le principe de Word search en s’attachant cette fois-ci à une forme de mot précise inaltérable. La simplicité d’accès est aussi matérialisée par la présence d’une adresse mail à laquelle sont joignables les administrateurs du site qui

appreciate your comments, suggestions, and inquiries

Pour ce qui est du partage du texte, les administrateurs n’ont pas fait le choix d’utiliser un format qui permet son appropriation car on peut pas avoir accès au texte source et ainsi le modifier. Cette façon d’éditer est donc plus pour la consultation que pour la recherche et on le voit aussi à l’absence d’une vrai interaction avec le texte.

On y cherche certes des syntagmes mais les mots n’appellent pas de références ou citations d’auteurs. L’apparat critique y est absent.

Brève présentation de mon projet d’étude et de mes attentes

Platon et Aristote : genèse de la tension entre utopie et pragmatisme

 » Platon et Aristote « , l’école d’Athènes, vers 1510, Raphaël, musées du Vatican

Bonjour à toi, cher lecteur.

     Après trois ans de classes préparatoires aux grandes écoles au lycée La Bruyère de Versailles et une année à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati, j’étudie cette année en première année de master « humanités classiques et humanités numérique  » dans le dessin d’approfondir ma maîtrise des langues grecque et latine, de développer d’autres compétences me permettant d’appréhender ces disciplines et de me tourner progressivement vers la préparation de l’agrégation. Je développe un intérêt particulier pour l’histoire, la philosophie, l’éducation et la pédagogie. À côtés de mes études universitaires, je suis membre actif de l’association  » Légion VIII Augusta  » (association d’archéologie expérimentale et de médiation culturelle s’intéressant à la notion d’ « Antiquité vivante », notamment autour de la pratique de la reconstitution historique), que je serai peut-être amené à diriger en qualité de président dans les années à venir.

En ce qui concerne mes attente vis-à-vis de ce cours d’humanités numériques et afin d’être le plus sincère possible, Je préciserai seulement que, profane fort peu initié aux doctrines et arcanes de la science informatique, je m’en remets totalement à mon Professeur, Aurélien Berra, pour m’enseigner à comprendre cet univers méconnu, regorgeant d’outils qui, j’en suis sûr, me conduiront à mieux appréhender la recherche scientifique et à me donner de nouvelles idées en matière de pédagogie, notamment par la mise en page et l’édition de textes, d’images.

 

 

 

 

Des canards dans la caverne

Je suis étudiante à Nanterre depuis déjà quelques années et actuellement inscrite en première année de Master Humanités classiques et humanités numériques à distance. Je suis une rescapée d’une autre époque puisque j’ai connu à Nanterre les cours à distance sous forme de polycopiés. Désormais, les humanités se sont mises au numérique et je regarde les cours en vidéo.

Dans mon écran, je vois un écran dans lequel il y a un autre écran. Il se passe là-dedans un cours d’Humanités numériques. J’ai l’impression d’être au fond d’un amphi. Loin devant, il y a des gens tout petits que je ne connais pas et que je vois tout le temps de dos. Tout cela me rappelle l’allégorie de la caverne, qui nous a été transmise par Platon. Comble de la chose, une voix provenant d’une silhouette noire explique que ce que je vois n’est qu’une sorte de réalité virtuelle conçue uniquement à partir de 0 et de 1! Le numérique rapproche, certes, mais tout de même… l’Antiquité ne nous paraît-elle pas encore plus lointaine? Combien d’écrans y a-t-il entre elle et nous?

Quand l’ordinateur de l’enseignant se met en veille, d’autres silhouettes défilent pendant de longues minutes. Je vois alors passer de très belles planches représentant des plantes très variées, des insectes, différentes espèces de trilobites, des méduses de toutes les couleurs, des oursins, des coraux, des poulpes et de nombreux autres organismes dont la nature m’échappe. Comme dans la République, j’entends l’écho d’une voix, mais je sais qu’elle n’appartient pas aux ombres qui passent devant moi puisqu’elle parle des formats de fichier, du problème des boîtes noires et du HTML. Partant à la recherche de l’identité des organismes inconnus, je ne l’écoute plus qu’à moitié.

Il s’avère que les planches sont tirées des Formes artistiques de la Nature, ouvrage publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel au tournant des XIXe et XXe siècles, et que mes organismes inconnus sont des cirripèdes (on en apprend des choses dans ce cours…). Ce sont des animaux marins appartenant aux crustacés, et auxquels est associée, entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, une histoire abracadabrante d’arbre à canards. Cette théorie – très surprenante pour nous – trouve son origine dans la forme particulière de certains cirripèdes (les anatifes par exemple), qui sont munis de coquilles à double valve (faisant penser à un bec), qui s’accrochent aux rochers à l’aide d’un long pédoncule (faisant penser à la branche d’un arbuste) et desquels sortent de longs poils (pouvant faire penser à un plumage). Une confusion autour de ces observations a fait croire pendant plusieurs siècles à l’origine végétale de certaines espèces de canards. Dans une version de cette théorie, les canards éclosent des fruits de l’arbre lorsqu’ils sont mûrs. Dans une autre, les feuilles de l’arbre s’en détachent et se transforment en poissons ou en canards selon qu’elles tombent dans la mer ou sur la terre. Ces arbres ont été représentés par Claude Duret dans son Histoire admirable des plantes et herbes en 1605 (source : gallica.bnf.fr /BnF).

Hypothèse intéressante. Pourquoi pas, après tout? Je plaisante, en fait je n’arrête pas d’en rire. C’est bien d’une caverne qu’est sorti un pareil mythe !

Humanités numériques : est-ce possible?

Je m’appelle Fanny LAURET et cette année j’ai choisi de faire un Master d’Humanités classiques et numériques.

L’intitulé de ce cours d’humanités numériques m’a longtemps laissé perplexe, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre car pour moi classique et numérique ce sont tout de même des mots contradictoires. Alors la question qui me turlupinait était de savoir comment ce cours allait bien pouvoir concilier ces deux notions (mystère et boule de gomme). De plus la technologie et moi … hum … je galère déjà à installer des programmes sur mon ordinateur alors quand on a commencé à me parler de Markdown je me suis dis :  « mais où suis-je tombée? On est censé traduire des textes vieux comme le monde ici » ! Entre les outils informatiques que nous devons utiliser cette année et la complexité du langage informatique, comment dire que j’ai un peu paniqué. Il est vrai que je n’aurai jamais pensé devoir utiliser mon ordi dans une formation de Lettres Classiques. Mais bon, on apprend à tout âge. Ce cours me permettra peut-être de combattre mes vieux démons. Dans tous les cas je suis enthousiaste pour la suite. Je me rends compte qu’associer les humanités classiques au numérique n’est pas une chose si improbable, au contraire. C’est une façon d’améliorer les humanités classiques avec les moyens que nous disposons aujourd’hui : le numérique.

Tintin à la découverte des humanités numériques

 

mon voyage -courant- avec les Ηumanités Numériques

L’an dernier j’ ai trouvé moi-même plusieurs fois dans une position incommode à laquelle je faudra chercher les mots exacts pour expliquer le sujet de mon master.  C’ est évident la fait que Humanités Numériques est un terme qui se semble un peu bizarre. Est-qu’ il s’ agit d’ une nouvelle science? Est-qu’ il se devient de la domaine de la Informatique et qu’est-ce que sa corrélation avec les Humanités en générale?

Toutefois je trouvais la courage et j’ essayais d’ en expliquer et, afin, après longtemps, souvent les mots m’ ont donne une réponse agréable. La traduction par l’ anglais m’ aidé beaucoup parce que la phrase « Digital Humanities » s’ écoute plus claire aux nos oreilles. J’ai compris que l’ adjectif décrit le format nouveau qu’ on va approcher le noμ: en outre, les humanités, plus spécifiquement la science autour les etudes classiques, sera rapprocher et repenser en utilisant des méthodes numériques. Mais je ne savais pas encore qu’est-ce je ferais dans mon Master exactement.

Maintenant afin je suis en Nanterre Université en assistant le cours Humanités Numériques et ma recherche jusqu’ aujourd’hui m’ a conduit à repenser ma réponse. Notre définition sur le sujet ne doit pas être ni pratique ni très théorétique. Il ne signifie pas qu’ il faut on produit quelque révolution numérique pour changer la manière à laquelle on approche les textes antiques, mais il s’ agit d’une passage différente pour revoir l’ antiquité et sûrement l’ informatique nous offre des éléments nécessaires pour le faire.

Je me considère des différents moyens dont mes histoires préférés ont été rancontés . Je me souviens des performances spectaculaires et des films modernes dont ils s’ inhérent. Je pense que Humanités Numériques me donnera des façons nouvelles pour les revoir.

Orphée et euripidice

Que signifie le terme humanités numériques?

Pour moi, pas du tout une connaisseuse, au début, il semble être une façon d’aider et améliorer les champs de la recherche des Humanités Classiques. C’est un instrument utile pour faire les textes/extraits, classifiés, pour leur observé, le fait d’analyser, l’interprétariat, en un rien de temps en le comparant aux méthodes précédentes. Sauf cela, en perfectionnant un domaine, un domaine qui semble être obsolète et presque abandonné, le domaine des Humanités Classiques, prouve qu’il y a beaucoup encore pour découvrir dans les champs nous avons cru que nous avons terminé avec eux. L’utilisation de l’ordinateur, est devenue une habitude quotidienne pour la plupart du monde. Cependant, combien obtenons-nous vraiment, pour connaître bien au sujet de la science des informatiques, une science  “programmatique ”et rationalisant ? Combien dans l’informatique sont nous ? En parlant de moi, même si je n’avais jamais essayé d’encoder ou créer un site, ou utiliser même un programme pour faciliter mon travail, je me sens très intrigué pour commencer à m’exercer, en commençant même avec des petits pas à chaque fois, parce que c’est non seulement un différend domaine; c’est une différente façon de s’approcher du monde et je veux découvrir autant d’aspects que je peux!

Le doute interroge, la certitude désespère.

   Avete, je suis Betty Latouche et j’ai 24 ans. Cette année je suis assistante de français en Autriche à Vienne et je me suis inscrite à distance dans ce master pour essayer d’enrichir mes études. Il y a deux ans que je n’ai plus côtoyer les lettres classiques, une certaine appréhension me saisit quand les vidéos s’enchaînent. Je dois avouer que ce cours me déconcerte car étant peu douée en informatique, j’ai l’impression d’évoluer dans des sables mouvants. J’espère néanmoins que je trouverai un chemin sûr et que tout ce que nous apprendrons, nous sera profitable pour le reste de nos études et aussi dans notre quotidien.


Le doute, DINET Martine, 2016