Premier billet

DSC04274

 

Mon état d’esprit en commençant le séminaire d’Humanités Classiques Humanités Numériques
L’idée d’un séminaire d’Humanités Numériques associant avec les Humanités Classiques me donne un grand plaisir. Je trouve très intéressante et passionnante la possibilité d’avoir connaissance des liens auxquels je peux trouver des informations pour mes travaux de recherche seulement avec l’usage de mon ordinateur.
C’est vrai que je ne connais pas assez beaucoup de chose en ce qui concerne l’ordinateur et l’Internet. C’est la raison pour laquelle je préfère aller aux bibliothèques et être en contact direct au texte. Néanmoins il faut connaitre la manière dont les ordinateurs et surtout l’Internet nous aide sur notre métier et nos travaux. Du fait que nous faisons partie d’une génération qui a grandi avec les ordinateurs et l’usage de l’Internet et étant donné que ce développement sera existé dans l’avenir, c’est essentiel de connaitre de plus en plus des façons d’utiliser l’Internet et ses moyens.

Premier billet

labedancharlotte_image_billet_1_un_blogueur_surpris_par_des_internautes

© 1939 – Columbia Pictures
Un universitaire surpris par des internautes

L’expression d’ « humanités numériques » m’a parue dès le premier abord étrange, et le restera sans doute un certain temps. Les disciplines des humanités ont été soigneusement définies et leur pratique méthodiquement bornées dans un arbre des savoirs, jusqu’à l’époque du développement du numérique, justement; malgré les chemins de traverse entre disciplines, de plus en plus nombreux, elles ont l’air de s’être perpétuées selon les mêmes méthodes de transmission et de manipulation des connaissances. On peut se demander si parler d’humanités numériques désigne seulement une transposition mécanique des savoirs, d’un support à un autre; il semble aujourd’hui évident que non, et je crois que l’objet du cours est aussi de nous le faire comprendre. C’est un autre domaine de recherche, qui mène à une pratique différente de ces disciplines, dont on a commencé à faire l’expérience, en tant qu’élève, mais souvent sans distance critique. Pour ma part, prendre ce recul n’est pas évident: je vois le côté pratique des outils qui sont à ma disposition, sans distinguer toujours en quoi cela modifie ma façon de travailler, les questions que je pose et les réponses que j’y apporte. Chose d’autant plus essentielle qu’ils sont incontournables: la recherche est toujours aussi numérique, j’imagine, encore faut-il savoir ce que cela veut dire, et ce que cela change pour ceux qui la font.

Au commencement…

...était le Verbe ?

…était le Verbe ?

S’intéresser à la fois à la culture antique et aux nouvelles technologies surprend, intrigue, choque parfois. Parmi les étudiants de lettres classiques, c’est quelque chose qui est loin de faire consensus. Les technologies numériques ont beau faire partie intégrante de notre vie quotidienne, puisque nous utilisons des ordinateurs, des portables, des tablettes pour des activités aussi diverses que nombreuses, et elles ont beau s’implanter de plus en plus dans le travail d’étudiant et de chercheur, j’ai l’impression que c’est souvent avec résignation qu’on les utilise, parce qu’il faut bien vivre dans son temps. Mais la réflexion qu’engagent les humanités numériques est accueillie avec scepticisme : nous serions des littéraires, et non des informaticiens, qu’avons-nous à faire de toutes ces choses-là ?

Sans dire que je suis un adepte des nouvelles technologies depuis le départ – ce qui serait absolument faux –, je dois bien avouer que je suis à l’heure actuelle passionné par les questions que soulève cette notion. M’étant initié lors de mon travail de recherche en M1 au Thesaurus Linguae Graecae, j’ai compris à quel point les nouvelles technologies d’information nous permettait d’effectuer un travail différent de celui qui s’effectuait auparavant : la masse de connaissances recueillies dans les bases de données permet des analyses quantitatives pour lesquelles le seul travail humain n’était pas possible. Il est inutile cependant de chercher à apposer des jugements de valeur sur les travaux qui se font à l’aide de ces nouveaux outils ; ils ne sont ni moins bons, ni meilleurs, ils offrent simplement la possibilité d’une nouvelle approche des mêmes objets, tout aussi intéressante.

Je fais partie d’une génération qui a grandi avec des ordinateurs, avec le développement de l’Internet. Peut-être pour cette raison, j’ai le sentiment de manquer de distance par rapport à ces outils, de m’en servir quotidiennement, sans savoir comment ils fonctionnent, sans savoir ce que je fais. Depuis quelques années, je réfléchis beaucoup à ces questions, et, grand amateur de livres en papier, je me demande souvent ce que change l’écran à notre perception du livre, du texte, de la littérature. Nous sommes sans doute dans une période de transition, et il est probable que nos façons de réfléchir dépendent des moyens que nous donnons à notre esprit. Réfléchir, faire de la science et de la recherche avec les technologies numériques, ce n’est assurément pas la même chose qu’en faire sans. De nouvelles possibilités de travailler, de communiquer, de partager nos travaux s’offrent à nous.

C’est avec un grand enthousiasme que j’aborde ce début d’année et ce séminaire d’Humanités numériques. Dans mes travaux de recherche personnels, je m’intéresse particulièrement aux rapports qu’entretiennent la sphère de l’oralité et celle de l’écrit, en me concentrant autour des pratiques rituelles magiques et de l’importance de la parole performative, à la fois dans l’Antiquité grecque et la culture finnoise. Je me rends bien compte que la valeur du texte n’est pas la même dans une société qui privilégie l’oral que dans une société où la culture est écrite, son sens n’est pas le même. Nous vivons avec l’écran une évolution probablement semblable, et je crois que ce séminaire d’Humanités numériques me permettra de mettre en lien de façon très fructueuse ma propre activité de recherche avec mon sujet de recherche.

Ecce numericus

image_pour_billet

L’étude des lettres classiques, toute poussiéreuse qu’elle soit, n’en dégage pas moins le charme que possèdent de vieux livres jaunis, odorants et rongés qu’on retrouverait dans un grenier baigné d’un mince mais précis rai de lumière en direction de ceux-ci. Son ancienne bibliothèque, qui ne défatigue pas à les ranger malgré tout harmonieusement après toutes ces années d’abandon voire de mépris par les résidents en-dessous, n’est rien d’autre que le poids noble et difficilement contestable de la tradition érudite, laquelle, à travers d’illustres noms inscrits sur les étagères voluminiques, a érigé cette étude au rang de connétable des lettres.

Cette bibliothèque demeure oubliée parce que les résidents inférieurs lui ont préféré des reliures noires, froides et plus adaptées aux modes « branchouilles » et « cool » de leur époque souvent très demandées quant à leur utilisation et leur maîtrise par les décideurs récents d’avenir un peu parvenus: les ordinateurs. Cette technologie, tel un aspirateur d’âmes, se contente d’emprisonner le contenu d’un corps livresque séculaire derrière son écran simulant la lumière et en adopte ainsi l’apparence qu’il tente de faire passer pour « moderne ». Ce diable vous regarde presque ironiquement tandis que vous le considérez comme facilitateur de tâches mais ne vous dira pas que sa maîtrise requiert des performances annexes et subalternes que le monde qu’il a créé a rendues indispensables en noyautant les milieux universitaires pour les légitimer par l’esprit.

Le voilà régnant sur les identités par l’immensité d’un réseau englobant facilement notre trop petite planète et sur les notions esthétiques de l’écriture manuelle par le bruit monotone de ses boutons où l’encre est factice et ne peut plus caresser le papier en des langueurs quasiment fétichistes. Le numérique s’est fait Monos et son regard a pardonné Babel d’avoir divisé sa langue et Adam et Eve d’avoir voulu goûter à la Connaissance en rendant à l’humanité son innocence décérébrée.