Le site Perseus du point de vue de l’étudiant

J’ai découvert le site Perseus Digital Library, une bibliothèque numérique développée par la Tufts University, lorsque j’ai commencé ma formation en grec et en latin. Mes connaissances de la morphologie étaient alors limitées, et mon utilisation du dictionnaire peu experte. Je trouvais ainsi un outil pour obtenir rapidement l’origine de la forme d’un mot que je ne parvenais pas à analyser. C’était également un bon concurrent au dictionnaire : à ma connaissance, Perseus est le seul site proposant une recherche dans le dictionnaire, par entrée de mot et non par parcours manuel : d’autres dictionnaires existent en ligne, mais il faut en parcourir les pages pour trouver le mot recherché.

Depuis lors, c’est l’utilisation la plus commune que j’en fais. Les outils « Greek Word Study Tool » et « Latin Word Study Tool » sont de véritables exclusivités. Dans ces langues où la morphologie est si variée et parfois si surprenante, les dictionnaires ne suffisent pas toujours aux étudiants débutants, ni même aux étudiants avancés, pour analyser correctement chaque mot d’un texte qui peut comporter des archaïsmes, des particularités de dialectes et des formes alternatives. Des formes qui nous paraissent très simples et que nous rattachons instinctivement à certains mots, sont parfois de faux amis et renvoient en réalité à d’autres mots : je pense, par exemple, à l’infinitif esse qui est certes l’infinitif du verbe sum, mais peut aussi être celui du verbe edo. Or, par une simple entrée de la forme en question dans une barre de recherche, nous avons accès à l’ensemble des possibilités qu’elle recouvre. S’affichent d’abord tous les mots auxquels peut renvoyer une même forme, puis, au sein de chacun des mots, les différentes formes possibles : pour templum par exemple, le nominatif, l’accusatif et le vocatif. Chaque mot est associé à son entrée dans un ou plusieurs dictionnaires, ainsi qu’à l’outil statistique du site. L’interface permet donc une valorisation certaine de toutes les ressources du site : par une recherche unique, on a accès à l’ensemble des informations que met à disposition Perseus au sujet d’un terme.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.08

L’outil statistique, auquel on peut accéder via « Word Study Tool » ou par une page indépendante, nous donne à la fois la fréquence d’un mot dans une œuvre et dans l’ensemble de la littérature. Ce sont les deux seuls formes sous lesquelles l’information est délivrée et, de ce point de vue, des paramètres de recherche plus développés manquent. On ne peut pas faire une recherche statistique dans un corpus comportant plusieurs œuvres, par exemple. D’autre part, il se produit, lorsque j’utilise cet outil, un phénomène que je ne comprends toujours pas. J’ai recherché le mot « tortor » dans l’outil statistique. Sur la page où s’affichent toutes les œuvres qui comportent ce mot, je lis 15 occurrences dans les Lettres à Lucilius. Mais lorsque je clique sur ce chiffre, que j’accède à une page où sont affichées toutes les occurrences par sections, seules 10 demeurent. Et cela se produit très fréquemment. Il semble que cet outil de recherche lexical au sein d’un corpus ne soit pas encore parfaitement efficace.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.33

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.43

L’outil de recherche dans le site Perseus me semble donc particulièrement efficace pour la recherche d’une forme lexicale, et pour accéder ensuite rapidement à son entrée dans le dictionnaire. Il n’est pas, d’ailleurs, la seule façon d’accéder à l’outil d’analyse d’un mot : on peut y accéder en un clic lors de la lecture d’un texte ancien proposé par le site. C’est là, semble-t-il, l’autre grand avantage du site Perseus : il fait une utilisation accomplie de l’hypertextualité. Chaque mot de chaque texte est marqué par une balise hypertexte qui renvoie à l’outil « Word Study Tool ». On peut donc lire un texte ancien et cliquer à tout moment sur les termes qui nous restent obscures. Pour un étudiant qui ne maîtrise pas parfaitement le vocabulaire ou la morphologie, la lecture que propose Perseus est à la fois plus simple que celle d’un texte normal, et plus instructive : il n’est pas nécessaire de faire des allers-retours avec la traduction, et se dévoiler ainsi le sens général d’une phrase.

Capture d’écran 2015-01-31 à 20.33.52

La lecture n’est, du reste, peut-être pas aussi agréable que sur le site PHI Latin Texts : les pages de lecture de Perseus sont encombrées de fenêtres-outils qui ne sont pas toujours très pertinentes. L’interface pourrait sur ce point gagner en simplicité : seules les éventuelles fenêtres proposant la traduction et le commentaire, celle permettant le repérage dans l’œuvre, sont véritablement utiles. Puisque nous avons accès à l’outil d’analyse lexicale en cliquant sur un mot, il n’est peut-être pas nécessaire d’en faire une fenêtre, où est analysée chaque forme.

Une fonction en particulier a attiré mon attention, bien qu’elle ne soit pas fondamentale. Lors de la lecture d’un texte, si l’on clique sur un mot, il nous est affiché le cas supposé, selon un système de vote. Très généralement, personne n’a voté. Mais cela évoque toutefois l’idée d’un système participatif. Si la participation est difficile à modérer et demande un certain effectif (ce dont les humanités manquent peut-être), Perseus dispose d’un système d’hypertextualité assez développé pour constituer une base intéressante pour un tel projet. On pourrait imaginer un système de commentaire où chacun viendrait nourrir le texte de ses recherches personnelles.

Ce qui fait enfin défaut au site, mais qui me paraît un défaut répandu, c’est l’absence d’apparat critique. Les textes sont tirés d’éditions d’Oxford du début du siècle qui ne correspondent pas toujours aux éditions contemporaines et gagneraient à présenter les divers conjectures.

Je me suis appliqué à montrer mon point de vue d’étudiant de master. Il peut avoir cela de valable que le site s’adresse particulièrement à ce type de profil. Pour un chercheur plus expérimenté, il me semble que l’utilisation ne pourra ni tenir tête à celle d’éditions critiques, ni fournir beaucoup des informations qu’on pourrait attendre de la machine.

Remarques succinctes à propos du site Perseus

Perseus est un projet très complet, contenant des ressources et matériaux abondants pour les études latine et grecque (entre autres études…), y compris des commentaires pour certaines œuvres. À l’ère du numérique, ce genre de site donne une plus grande visibilité et un meilleur accès aux œuvres classiques y dépérissant.
Cette visibilité demeure pourtant amoindrie à cause de la nature même du site. Bien que des sites partenaires soient affichés dans la marge, ils ne renvoient que vers des sites anglo-saxons et allemands, ce qui rend Perseus quasi-inexistant dans d’autres pays, comme si les sciences de l’Antiquité n’étaient l’apanage que d’un cercle restreint binational.

Les sources sont principalement livresques, tirées des œuvres originelles, qu’elles fussent elles-mêmes déjà numérisées, c’est-à-dire simplement copiées sur ce site à partir d’un autre site, ou du support papier. Les commentaires, récents et ayant connu l’informatique, viennent surtout de d’écrits déjà présents sur la toile.

capture_d_ecran_perseus_2

L’apparat du site est austère, froid, tel l’image qu’ont les lettres classiques actuellement. Si ce stoïcisme humble et simple, tiré sans doute des savoirs en rapport avec l’Antiquité vénérée par de tels projets, peut avoir son charme pour les connaisseurs qui ne s’arrêtent pas à ce genre de futilité, son allure manque cruellement de pédagogie. Sans vouloir y inclure couleurs, farfadets et licornes, le site gagnerait sans doute en esthétique à y inclure banderoles, arrière-plans et autres images et photographies de céramiques, de sculptures, de peintures… en accord, éventuellement, avec les sujets abordés par les textes que l’internaute a choisis.

Le public visé est un public averti, érudit. Connaître l’anglais est nécessaire pour un non-anglophone, et même pour ces derniers l’usage d’un tel site n’est jamais anodin. On ne s’y égare que rarement. Il faut donc avoir l’utilité de Perseus ou un réel intérêt personnel ou scientifique pour les sujets traités.

capture_d_ecran_perseus

Sa grande richesse rend ce site complexe à utiliser pour qui ne maîtrise pas suffisamment l’anglais, même s’il s’agit d’un anglais (volontairement?) simple. Il nécessite un temps d’adaptation, d’usage pour être pris habilement en main. Il est utile dès lors d’explorer tous les liens existants pour en connaître la fonction, ce qui peut s’avérer long voire décourageant. Toutefois, les plus déterminés comprendront toutes les possibilités qu’offre le site (recherche de références, titres, auteurs… choix des préférences pour l’Unicode ou la visibilité textuelle, répertoire découpé en plusieurs sous-répertoires pour des retours plus aisés, etc.).

Tels Itinera electronica et Hodoi elektronikai, j’ai pleinement l’utilité de tels sites qui permettent d’accéder gratuitement aux textes étudiés et à des commentaires relatifs. Toutefois, les sites mentionnés étant en français, offrant sensiblement les mêmes services et étant plus simples d’utilisation, je me porterai plus volontiers vers ceux-ci lorsque cela sera nécessaire. Le supplément que possède Perseus, ce sont des rubriques iconographique et archéologique, ce qui le rend plus complémentaire qu’indispensable…

Ce site n’apporte pas vraiment de nouvelles connaissances sur l’Antiquité mais se contente de compiler celles préexistantes et de les mettre à jour si besoin quand de nouvelles études ont été menées, apport toutefois non-négligeable puisque cela épargne de longues heures de recherche parfois vaines pour trouver une étude en rapport avec un thème donné et permet une diffusion des savoirs plus large et moins fastidieuse.