Projet personnel d’édition

Le second semestre de cette année, consacré à un projet personnel, a été l’occasion pour moi d’approfondir ma connaissance et ma pratique du langage XML à travers l’édition du corpus auquel est consacré mon mémoire de recherche.

Première chose à faire : apprendre à bien rédiger le Header !

Première chose à faire : apprendre à bien rédiger le Header !

Il s’agit des lamelles d’or dites « orphiques », des tablettes en or retrouvées sur divers sites funéraires de l’ensemble du monde grec, en particulier en Thessalie, Crète et Grande Grèce. J’ai donc préparé une édition de travail de cette quarantaine de textes très brefs, qui sont des documents archéologiques. C’est pourquoi les Guidelines d’EpiDoc, qui fournissent des balises spécifiques aux textes épigraphiques, m’ont été particulièrement utiles. J’ai pu ainsi indiquer différentes étapes dans la reconstruction des textes.

De l'inscription grecque au texte numérique... plus de lisibilité ?

De l’inscription grecque au texte numérique… plus de lisibilité ?

L’édition numérique s’avère un outil de travail particulièrement puissant et utile, qui permet d’analyser le texte différemment et de faciliter grandement les recherches à l’intérieur du texte. Il est possible de faire ressortir très rapidement certains aspects choisis du texte, avec notamment Boilerplate, outil de visualisation des textes en XML. Voyez plutôt la différence avec le XML brut: Capture du 2015-06-06 18:50:29

Maintenant que l’année s’achève, et qu’il est temps de faire le point sur ce que ces heures de travail devant mon ordinateur m’ont apporté, je peux dire que je suis d’autant plus convaincu de l’intérêt de la réflexion sur la place du numérique dans les humanités : s’il peut sembler ardu de maîtriser les outils et les langages, lorsqu’on commence à comprendre comment ils fonctionnent, des analyses précises et efficaces sont possibles. Tous ces moments d’angoisse et d’exaspération parce qu’une parenthèse placée au mauvais endroit m’auront beaucoup appris ! À force de patience, j’ai su apprivoiser – au moins un peu – mon ordinateur, et faire de nouvelles choses. Les pratiques et les réflexions abordées cette année m’accompagneront sans aucun doute dans la suite de mes recherches !

Pelagios : géolocaliser les textes antiques

Texte rédigé par les étudiants à l’issue du projet collaboratif (master 1, second semestre).

Dans le cadre de notre master « Humanités classiques et humanités numériques », nous nous sommes proposé de contribuer au projet Pelagios (Pelagios: Enable Linked Ancient Geodata In Open Systems). L’interdisciplinarité et le caractère contributif de cette base de données intelligente de lieux anciens en faisaient un objet idéal pour des étudiants en humanités numériques. Littéraires de formation, nous nous sommes immédiatement intéressés au traitement que Pelagios réservait aux textes littéraires : l’idée était de marquer les noms de lieux d’un texte de notre choix via l’outil Recogito. Cela devait nous permettre d’avoir une expérience concrète des problèmes que pouvait poser le balisage d’un texte littéraire, activité élémentaire et essentielle des humanités numériques. Au cours de notre balisage, puis de notre vérification, du De reditu suo de Rutilius Namatianus (voir la carte), nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas si simple, dans certains cas, de déterminer s’il s’agissait ou non d’un nom de lieu et, le cas échéant, s’il fallait le marquer. Les textes anciens ont cela de particulier qu’ils évoquent fréquemment des lieux mythologiques : un lieu mythologique est-il un lieu ? Faut-il marquer l’Olympe quand il s’agit du séjour des dieux ? Lorsqu’un lieu est désigné par le peuple qui l’occupe, des cas se présentent où l’on ne peut pas dire clairement si le narrateur désigne le pays ou s’il désigne le peuple. Baliser un texte s’est donc révélé être une activité passionnante, tout à fait philosophique, et ceux qui la disent fastidieuse ne sont sans aucun doute que des mauvaises langues.