Impressions sur le Master « Humanités Classiques et Numériques »

Bonjour, je m’appelle Cyril Aliotti et je suis actuellement en Master « Humanités Classiques et numériques » à Nanterre après une Licence « Humanités parcours général » dans cette même université.

Je trouve ce Master plutôt original car il concilie les études classiques avec les outils du XXIème siècle. Je trouve le cours « Humanités numériques » assez intéressant car il permet d’aborder les techniques de rédaction dans le cadre des technologies du XXIème siècle. D’autres cours comme « édition de textes anciens » ou « tradition des humanités » aborde la même problématique sur le plan théorique et indirectement pratique. Il associe l’informatique via le cours “Humanités Numériques” à un cursus littéraire traditionnel. Les textes anciens peuvent ainsi être lus sur internet soit en intégral via PDF par exemple soit sous forme d’extraits.

On assiste ainsi à un renouvellement des études classiques par l’émergence d’un nouveau support: les TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). L’écrit peut ainsi être plus facilement conservé car le support électronique ne jaunit pas et ne s’effrite pas contrairement au support papier.

Attentes pour les humanités numériques

en-2000

Je suis circonspect face aux possibilités de cette discipline, en raison de mes propres lacunes en informatique. Je pense que son intérêt se dévoilera et se développera au fur et à mesure de l’avancement de nos projets à venir, dans la mesure où leur réalisation mettra en lumière notre propre avancement technique et réflexif dans un grand nombre de domaines, puisque cette discipline semble pouvoir nous faciliter grandement la tâche dans les autres matières du cursus. A nous d’entrevoir les possibilités qu’offre ce nouveau champ d’études transversales.

 

A quoi ça nous mènera, ce salmigondis-là ?… Je renâcle encore un peu. C’est que ça vous dévore son homme, les Humanités numériques ! Avec ses chaussettes, d’un coup qu’elles vous avalent, et tout rond ! Elles vous happent, et vous tombez dedans pour ne plus en sortir ! Et gare à se perdre dans « l’infinie, la diluante futilité des rites et des démarches ».

Faire des Humanités numériques

Avec un master intitulé «Humanités classiques et Humanités numériques», l’université de Nanterre offre un cursus d’excellence qui permet aux étudiants et aux chercheurs la familiarisation avec les nouvelles technologies et l’informatique, et surtout avec leur application au domaine des Lettres Classiques. De cette façon, les personnes intéressées ont la possibilité de profiter des nouvelles possibilités d’accès aux connaissances, notamment grâce aux programmes de ‘‘Distance Learning’’ ou à la numérisation des textes anciens (Τheasaurus Linguae Greacae- TLG/ Theasaurus Linguae Latinae- TLL).
Par conséquent, parce qu’elles sont basées sur la pensée humaine qui évolue constamment, les humanités classiques et les humanités numériques partagent les mêmes idées fondamentales. Premièrement, toutes les deux sont toujours dans un mécanisme d’évolution et de renouvellement, mécanisme évident pour les nouvelles technologies qui ne l’était toutefois pas pour les lettres classiques jusqu’à aujourd’hui, parce que ces deux disciplines sont analysées par des points de vue différents et par des théories suivant les besoins contemporains.Le passé dans notre présent
Deuxièmement, selon ce renouvellement constant des Lettres Classiques, il y a plus que jamais le besoin de communication parmi la société scientifique. Dans ce cas-là, les humanités numériques peuvent offrir leurs propres outils pour le faire actuellement.
Finalement l’intitulé du Master révèle la relation sous-jacente entre les Humanités classiques et les Humanités numériques. Il s’agit de la même structure. La syntaxe et la terminologie des mots d’un côté et les mathématiques et les algorithmes de l’autre sont fondés sur la même manière de penser. Le chercheur d’aujourd’hui doit acquérir ces principes afin d’atteindre la société digitale de demain.

Des Chiffres et des Lettres (et puis d’autres choses, aussi)

 Longtemps, je me suis couché de bonne heure. En Licence du moins. Désormais, dans cette nouvelle formation de Master, tous les repères autrefois si nets se font troubles, les cours commencent tard, les heures de sommeil se font aléatoires, bref, rien ne va plus. Ainsi peut-on, en sus de ce cataclysme infligé à notre horloge biologique et  pour augmenter encore le chaos de la situation, coordonner ces deux termes de Classique et de Numérique en cette impudente Université de Nanterre. Il n’y a plus de saisons.

                Une bonne et réglementaire éducation française m’inviterait à définir les deux termes clés du sujet pour temporiser et remplir de très enrichissantes pages. J’ai fort peu envie de partir de ce côté-là, aussi ne le ferai-je pas. Je suppose aussi que je pourrais devant cette provocante association titulaire, m’insurger tel un réactionnaire. Mais mon amour pour les disciplines classiques ne m’empêche pas de reconnaître que parfois, il se dégage de celles-ci des vapeurs d’un élitisme si décati que je doute alors que d’imaginaires mites en eussent voulu.

                La vérité, pour dresser mon ressenti –puisque c’est de cela qu’il s’agit -, c’est qu’effectivement, l’intitulé de ce Master et ce que nous y ferons concrètement, présente deux aspects qui ne sont pas automatique associés dans mon esprit. Ainsi, le terme classique y respire un parfum doré délicieux, fortifié par les siècles ou les millénaires ; il évoque une force assurée et puissante qui recoupe  à la fois les civilisations antiques ayant significativement modulé l’humanité, et des savoirs, des témoignages, des explorations –même ennuyeuses ou candides- de l’univers et de l’homme. Ses accents charmants tiennent de ce que la culture classique est à la fois naïve comme un enfant, sévère comme un aïeul, cinglante et posée, malicieuse et morale, belle tout simplement dans sa complexité. Sa fragrance tient du désuet et du familier. Elle a nourri les penseurs et alimenté ou influencé d’innombrables créations, enfanté d’âge en âge de nouveaux classicismes, d’autres merveilles, en usant inégalée des puissances mystérieuses du Verbe et de l’Art.

                Et à côté de cela, le Numérique. Jeune. Chiffré. Monochrome au meilleur des cas, aux couleurs criardes  autrement –oh, ces pages de langage HTML ! Horresco referens -. Je perçois tout à fait son potentiel, que cela ne me soit pas imputé ; il est partout désormais. Mais devoir user d’un médium inesthétique et mathématique, être obligé de passer par d’ingrates coulisses qui exposent toute leur machinerie, apprendre à fixer ensemble des boulons… J’aurais envie  de tout maitriser en un instant pour voir les mécanismes en action et ne plus avoir à me pencher sur des rouages dépourvus de charme.  Une fois cette connaissance acquise, j’augmenterai encore mon répertoire d’outils à créer et magnifier le Beau du Classique. Aspirer la force vitale du cadet pour revivifier d’un sang neuf l’ainé éternel. Le deuxième terme de l’intitulé sera l’esclave du premier.

Voilà voilà. Tout cela pour dire que je ne suis pas passionné du Numérique, mais que c’est un mal pour un bien. L’illustration de cet article témoigne de ma bonne foi et résume mon humble opinion.

D'après le tableau de LAGRENEE, 1768, huile sur toile, Musée du Louvre :La lampe de Numerica met en lumière la splendeur de Classicus

D’après le tableau de LAGRENEE, 1768, huile sur toile, Musée du Louvre : La lampe de Numerica met en lumière la splendeur de Classicus

Coucher des mots sur le clavier?

 manuscrit byzantin

Le Master Humanités Classiques et Humanités Numériques propose une approche virtuelle des lettres anciennes. Alors que quelques décennies en arrière les étudiants se rassemblaient dans des bibliothèques boisées et studieuses afin de pouvoir se consacrer à l’étude d’un texte, il suffit à l’étudiant moderne d’allumer son ordinateur pour accéder à une multitude de textes et d’études consacrées à ceux-ci. En cela, l’étude des lettres classiques s’est transformée dans son essence, sacrifiant pour certains la culture antique aux doigts des informaticiens en herbe que nous sommes en pleine période de déclin de l’apprentissage des langues anciennes, pour d’autres dans l’optique de moderniser ce même apprentissage et d’apporter un nouveau souffle au domaine de la recherche qui s’en trouve fortifié.

Le texte numérisé peut ainsi être lu de toutes heures dans , les transports en communs et les salons accueillant ces lecteurs
baroudeurs. En ce sens, l’internet a certes favorisé la démocratisation de la culture mais entraîne une perte dans l’étude de cette discipline : à mesure où les textes sont de plus en plus disponible par le biais de la virtualité, l’utilisation des matériaux premiers tels que le livre perd de sa superbe, conduisant à réduire la relation affective qui existe entre le texte et son lecteur et à transformer la beauté de cette discipline boudée. La philologie, au fil du temps, pourra certes apporter des résultats impressionnants – par les humanités numériques qui éclairent la culture antique de ses outils surhumains et qui constituent une discipline amenée à se développer et à s’affirmer par le besoin d’acquérir de nouveaux objets de connaissance permettant de stimuler la recherche – mais au détriment de la relation affective qui peut exister entre le texte et son lecteur.

J’aborde les humanités numériques avec une pointe de perplexité du fait de la froideur que m’inspire l’univers virtuel : préférer la machine gorgée de logiciels plus ou moins complexes que je ne maîtrise pas à mon niveau aux matériaux « traditionnels », la relation purement pratique à une approche sentimentale de l’objet, m’est incompréhensible. L’étude de cette nouvelle approche des lettres classiques confirmera mon ressenti ou au contraire le démentira.

La fourmilière des intelligences

« Humanités classiques et humanités numériques », drôle de titre pour un master, ai-je pensé d’abord. La partie classique, je voyais bien ce que c’était: lettres classiques à l’ancienne, du latin, du grec, des vieux livres jaunis qui sentent la poussière et le papier sec, des manuscrits avec un peu de chance, et surtout de la littérature ancienne, avec ce qu’elle apporte de connaissances sur l’histoire et la culture de ces civilisations disparues dont nous sommes les héritiers.
Et le numérique dans tout ça? Les Classiques, ces « dinosaures », auraient-ils décidé de se mettre à la modernité? Quelle hérésie!
Et pourquoi opposerait-on systématiquement le numérique, symbole par excellence du progrès contemporain, à l’archaïsme des antiquisants? A la réflexion, l’intitulé de ce master me semble d’abord un appel à reconsidérer ma définition de la discipline à laquelle je compte consacrer mes études. A 21 ans, je ne me sens pas un dinosaure, j’ai grandi avec ces « nouvelles » technologies. Ce sont des outils qui se sont développés et se développent encore, pourquoi les Classiques resteraient-ils à l’écart, quand leur champ de recherches pourrait s’en trouver transformé, renouvelé, élargi?
C’est à Victor Hugo que je pense en voyant l’intitulé du master:
« C’était pressentiment que la pensée humaine en changeant de forme allait changer de mode d’expression, que l’idée capitale de chaque génération ne s’écrirait plus avec la même matière et de la même façon, que le livre de pierre, si solide et si durable, allait faire place au livre de papier, plus solide et plus durable encore. (…)
L’invention de l’imprimerie est le plus grand événement de l’histoire. C’est la révolution mère. C’est le mode d’expression de l’humanité qui se renouvelle totalement, c’est la pensée humaine qui dépouille une forme et en revêt une autre, c’est le complet et définitif changement de peau de ce serpent symbolique qui, depuis Adam, représente l’intelligence.
Sous la forme imprimerie, la pensée est plus impérissable que jamais ; elle est volatile, insaisissable, indestructible. Elle se mêle à l’air. Du temps de l’architecture, elle se faisait montagne et s’emparait puissamment d’un siècle et d’un lieu. Maintenant elle se fait troupe d’oiseaux, s’éparpille aux quatre vents, et occupe à la fois tous les points de l’air et de l’espace. »
(Notre-Dame de Paris, livre V, chapitre II: Ceci tuera cela)
C’est ce que je ressens vis-à-vis du numérique en général. Une nouvelle mémoire, un nouveau mode d’expression de l’intelligence humaine, la disparition des filtres qui jusque là permettaient une sorte de sélection des données conservées. Sur le web, chaque mot, chaque image, et donc chaque pensée qui se cache derrière, est sauvegardé et conservé, et d’une manière ou d’une autre, accessible, indépendamment de la valeur de son contenu. J’y vois une nouvelle « fourmilière de l’intelligence », pour reprendre la formule hugolienne.
Pour moi, cela signifie avant tout l’opportunité d’avoir accès aux données, aux textes, aux travaux qui me permettront de mener mes recherches à bien, et de disposer des outils pour les exploiter. Plus largement, les humanités numériques sont pour moi la question posée de la place de ma discipline, les lettres classiques, dans la quantité immense (infinie peut-être?) de données immatérielles qui circulent, et de la valeur qu’on leur accorde toujours dans ce cratère qui mêle indistinctement toutes les informations, en gommant les hiérarchies traditionnelles.

UU_Library

Humanités Classiques et humanités numériques

003En tant que discipline, les Humanités numériques sont difficilement définissables. Pourtant, celles-ci s’associent à une formation d’antiquisants et offrent de nouvelles perspectives d’analyses en milieu universitaire.
Avoir accès à des sources bibliographiques et travailler avec des outils efficaces sont devenus les exigences du travail de recherche qu’effectue l’étudiant durant son parcours. Bien que ceci demeure banal à bien des égards, ces usages de l’informatique dans les études dites « classiques » nous interrogent sur cette combinaison du Numérique avec les sciences humaines. Aussi, force est de constater qu’à présent la plupart des textes sur lesquels nous travaillons par l’intermédiaire de nos machines ont été préalablement transformé en données. Ainsi, de multiples langages se rencontrent et nous découvrons un univers pluridisciplinaire où la question du texte est omniprésente. D’anciennes traductions sont alors remises au goût du jour et bénéficient de cet engouement lié à l’ère du numérique. De même, ces innovations et la réunion de ces savoirs nous prêtent la vision d’une bibliothèque monumentale où il serait possible d’offrir de nouveaux moyens de communiquer avec un passé lointain. Comme le dirait Antoine Lavoisier, « rien ne se perd, tout se transforme » et le numérique devient l’opportunité d’une revalorisation de notre héritage classique.

Découverte des humanités numériques

billet 1

Lorsque j’ai pris connaissance de l’intitulé du master « humanités classiques et numériques », j’ai d’abord était surprise puis intéressée. En effet, de nos jours la portée numérique devient de plus en plus importante même dans l’étude des humanités classiques et permet de nouvelles études. Si le livre est une ressource importante dans la tradition des textes qui nous sont parvenus, le numérique à la capacité de compiler ces ressources, les rendre accessible à un plus grand nombre de personne. C’est une nouvelle façon de lire et de travailler puisque nous pouvons rester derrière notre ordinateur au lieu d’aller consulter les ouvrages en bibliothèque. Dans notre génération qui grandit avec l’informatique et le numérique, il est nécessaire de maîtriser les outils de traitement de textes, de publications, ce que peut nous apporter ce cours.

Premières impressions

Ce qui m’a amenée à m’intéresser aux « digital humanities » pour la première fois fut un sujet de dissertation dont l’intitulé était : « Le transhumanisme est-il une contre-culture ? ».

Forcée d’admettre dans mon raisonnement que par de nombreux aspects la technocratie pousse à la technophobie, je me suis détournée de la vision ingénue héritée du XIXe d’une science « pure » et d’une séparation manichéenne des disciplines littéraires et scientifiques. Concluant à la réunion nécessaire pour notre futur humain – ce qui sous-entend ici non post humain – de la ποίησις, de la πρᾶξις et de la τέχνη, j’ai découvert le mouvement des digital humanities et la façon dont ses tenants se proposaient d’appliquer l’innovation technologique aux sciences humaines et sociales. Se proposant d’expérimenter et de partager en utilisant pleinement les capacités nouvelles offertes par le medium numérique, ils réintroduisent le progrès à échelle humaine. Comme l’avait dit d’abord Von Foerster, un des pères de la cybernétique,

« L’existence de science dites sociales indique le refus de permettre aux autres sciences d’être sociales. »

ce que complète judicieusement Edgard Morin, penseur de la transdisciplinarité

« … et de permettre aux sciences sociales d’être physiques ».

Beaucoup se récrient et proclament la fin de la culture traditionnelle avec l’avènement de la cyberculture. Mais cette transition autorise même le paradoxe des digital classics, c’est-à-dire qu’elle sortirait de leur tour d’ivoire les seuls maîtres d’un patrimoine jalousement gardé et inaccessible dans une société où méritocratie et élitisme sont maître-mots. Si l’on abolit la tension entre sciences et lettres, on abrogera peut être la tyrannie sociale entre high et low culture. L’enthousiasme des chercheurs et la vaste réflexion à mener encouragent tout un chacun à prendre part à ce grand pas pour l’humanité.

La culture est morte, vive la culture !

Human hand touching an android hand. Digital illustration.

Human hand touching an android hand. Digital illustration of the future Sistine Chapel.