Nanterre des Drôles

 

Le campus entier est divisé en une grande multitude de domaines, l’un hébergeant les étudiants de droit, un autre les littéraires, un troisième une immense série de bâtiments consacrés à diverses disciplines que nous appelons « sciences humaines ». Il en est bien d’autres encore. La langue, la culture et les mœurs diffèrent entre ces secteurs. Une longue rivière d’asphalte, la Via, coule en suivant la forme du carré et relie ces lieux plutôt qu’elle ne les sépare.        
Parmi ces populations, la plus étrange est celle des STAPS, parce qu’ils sont tenus à l’écart des régions plus civilisées et que les enseignants qui se rendent rarement auprès d’eux ne leur apprennent rien qui puisse faire travailler leurs esprits. Ils sont aussi voisins du stade qui se situe de l’autre côté de la Route, dans lequel continuellement ils s’entrainent, préparant quotidiennement l’invasion qu’ils fomentent pour subjuguer l’université entière.       
                L’ensemble de cette terre occupée, comme il a été dit, par les étudiants, commence au Sud depuis la Gara Aereaera, fleuve d’acier et de béton, pour s’étirer jusqu’à la Sequana au Nord. A l’Est et à l’Ouest, le terrain suit les rives géométriques de la rivière grise. Le territoire des Sciences Humaines occupe la partie occidentale, tandis que les Droits et informaticiens ont leurs assises au Sud, voisins en cela des Lettres. L’île centrale est consacrée toute entière au loisir des promenades et à l’entretien du corps. La partie septentrionale, la plus sauvage, est dévolue aux STAPS et aux linguistes mais abrite aussi des lieux illustrissimes de savoir, la Bibliotheca Magna et la Domus Archeologicae Ethnographiaeque, fréquentés par des savants de tout le monde civilisé.

                Parmi les Magistri Litterae Formosae, Camilla Dionysiata était grande en sagesse et en audace. Celle-ci, sous le consulat quinquennal de Franciscus Fl. Batavia, poussa la division des Humanitati Classici, race noble et cultivée, à sortir de leurs frontières, ce qui fut aisé parce qu’elle leur fit croire qu’elle avait l’aval de l’Administratio. Elle les fit obeir d’autant plus facilement que, d’une part, on ne demande pas le choix aux élèves, et que d’autre part cette cohorte était accoutumée à être sans cesse ballotée de lieu en lieu : au Nord, au-delà du complexe sportif pour les studia linguarum, à l’Ouest pour le studium historiae artis, au Sud-Est pour tout le reste. A cause de cela, ils ne pouvaient jamais prendre racine en un lieu, chose pénible pour des gens paresseux. […]

Poussés par ces raisons et mus par l’autorité de Dionysiata, les Classici se mirent à rassembler le plus grand nombre de leurs ressources matérielles, dévalisant les distributeurs afin que dans leur périple, ils aient assez de subsistance. Pour mener à bien ces tâches, ils estimèrent que deux minutes suffiraient, la troisième fut choisie pour partir.  […]

                Les Droits –car le pathétique parodos s’avançait vers leurs possessions territoriales- virent les Classici qui s’avançaient par les torrents figés de la Via comme sur des radeaux.

[Après des négociations qui échouent parce que chacune des deux factions manifeste à l’autre son mépris de mœurs jugées arriérées ou frivoles, les hostilités sont déclenchées.]

Les groupes se formèrent en phalange et s’assaillirent. Les Classici, invoquant la Muse, firent aisément plier leurs ennemis <de rire>. Les Droits étaient dans une grande gêne pour donner la réplique en ce qu’ils n’arrivaient à prendre leurs adversaires au sérieux. Ces derniers, dans une vituperatio des plus cinglantes, les défirent. D’hilarité en déconvenue, blessés dans leur amour propre au point que leurs onéreuses doudounes ne pouvaient plus dissimuler la honte qu’ils avaient de leur médiocre rhétorique, les autochtones commencèrent à lâcher pied et préférèrent retourner à l’organisation de leur prochaine soirée étudiante.

Dans leur clémence, les augustes vainqueurs prirent possession des locaux qui leurs étaient échus, situés dans les hauteurs du quartier des juristes. De ce point stratégique, on pouvait observer par les lucarnes septentrionales l’intégralité des terres habitées, notamment de grandes prairies et le stade, sur une distance d’environ un mille.        
                Après cela, ils se reposèrent, tandis que les généraux adverses se mobilisaient.

Nanterre

L’extrême médiocrité de ce texte enfin mise à part, ce paragraphe apologétique me tiendra lieu de parabase. Vous aurez, j’espère, reconnu les Commentarii de bello galli d’un certain César, dansr un pastiche  plus ou moins heureux des paragraphes 1, 2, 3, 7, 25 du premier livre.
L’objectif initial était de reproduire grâce à des données statistiques exploitées au moyen du logiciel Voyant-Tools (http://beta.voyant-tools.org/) une réécriture savante d’un prosateur antique. Afin de pouvoir étudier le style de mon auteur, j’ai rentré dans le dit logiciel les deux premiers livres de l’œuvre trouvés sur Itinera Electronica, ce qui me donnait théoriquement un corpus d’une taille convenable pour en déduire des schémas (environ 8000 mots). L’un des outils premiers disponibles dans ce cadre-là se trouve être le nuage de mots, c’est-à-dire la production d’une image uniquement formée par un entrelacs compact de mots (d’où son nom) qui met en avant grâce à des tailles différentes les  occurrences lexicales.             A ce stade, plusieurs éléments m’apparaissent. D’abord un champ lexical très géographique, ethnique, mais aussi militaire. Rien de très nouveau sous le soleil pour une telle œuvre. Que l’auteur parle de lui-même à la troisième personne et qu’à cause de cela on trouve de son nom de nombreuses occurrences ne fut pas une découverte non plus (merci Astérix). Rien pour me rendre extatique, donc.
Un autre des outils du site est celui qui permet d’étudier les répétitions non plus par mots isolés, mais par expressions (ou phrases éventuellement) récurrentes. Mais les quelques assemblages de mots relevés n’étaient en fait absolument pas significatifs (3 occurrences pour 8000 mots). Même les mots les plus utilisés, en ayant écrémé d’office un bon nombre d’entre eux qui auraient parasité les statistiques, n’étaient pas tellement utiles à ce niveau. Que faire des 137 occurrences de ut ? Ses usages peuvent être multiples, et dans tous les cas il n’y a pas de style particulier dans l’usage courant de subordonnées. En dernier lieu, pour essayer de tirer d’autres informations, j’ai regardé rapidement l’outil « links », qui place un mot du texte dans un espace flottant, entouré de tous les mots qui le suivent ou le précèdent. On peut ainsi repérer au compte-goutte des chaînes syntaxiques (d’où le nom, oui oui, tout cela est limpide). Je m’en suis en fait très peu servi. Globalement même, les statistiques ne m’ont aidé qu’à dégrossir le travail du pastiche en résumant rapidement quelques notions clé.  Le style de César dans les tous premiers chapitres est plutôt sec, concis ; s’il se déploie plus largement par la suite, c’est toujours très descriptif.
Je suppose que la seule chose pire que d’écrire un mauvais pastiche, c’est d’écrire un pastiche qui ne sera pas reconnu. Or, je crois bien que si je m’étais ingénié à me baser sur des statistiques, faisant fi de l’effet final, c’est ce qui serait advenu. J’ai même considéré un instant transposer le champ lexical militaire en un autre sans aucun rapport qui rendrait tout récit absurde (celui de la pâtisserie par exemple.) en vue mettre en valeur l’inanité d’un texte tissé uniquement par des données chiffrées. Heureusement ou non pour vous, je ne l’ai pas fait. Las.
Quant au thème choisi, disons que c’est un conflit civilisationnel interne.