Voyage au milieu du monde des mots

Cyril Aliotti

Billet sur ce qu’on a voulu faire, comment on l’a fait et problèmes rencontrés

Pour mon projet, j’ai voulu relever les mots les plus présents le De Rerum Natura Livre 1 (De la nature des choses) de Lucrèce  que j’ai comparé avec les mots les plus présents dans d’autres œuvres notamment de tranquilitate animi (de la tranquillité de l’âme) de Sénèque, De Academica (Les Académiques et De Republica (De la République) Livre I de Cicéron.

J’ai pour cela utilisé deux outils principaux : le site internet www.thelatinlibrary.com et https://voyant-tools.org . J’ai également utilisé dans une moindre mesure http://www.perseus.tufts.edu/hopper/ ainsi que http://hyperbase.unice.fr/hyperbase/, ce dernier outil me permettant de relever précisément les mots les plus présents alors que sur voyant tools, je devais rechercher moi-même le mot parmi des mots de même racine ou pouvant lui ressembler.

J’ai eu beaucoup de difficultés au début pour utiliser certaines ressources notamment hyperbase et dans une moindre mesure voyant tools non pas pour révéler le texte mais pour trouver les mots clés en commun avec les autres œuvres philosophiques. J’ai mis beaucoup de temps à me décider pour ce projet car il y avait beaucoup de possibilités de projets et d’outils à maîtriser. Une fois que j’ai choisi quels outils utiliser, il m’a fallu trouver les œuvres en lien avec mon mémoire (La vision de l’homme et de son environnement chez Lucrèce et les épicuriens) et tous les mots en communs entre les œuvres en question.

J’ai fini par trouver comme mots communs : Rerum, vita, res, natura et corpus. Natura et rerum sont beaucoup présents dans les quatre œuvres et corpus n’est très présent  que dans le De Rerum Natura I de Lucrèce. Vita est très peu présent dans les quatre œuvres voir absent chez Lucrèce. Res est très présent chez Lucrèce, assez présent dans le De Republica I de Cicéron et un peu moins présent dans les deux autres œuvres.

 

Martyrs 2.0 : vers l’au-delà numérique.

Pour ce dernier semestre d’Humanités Numériques, chacun a dû se détacher de la rassurante paroi ostréicole commune et prendre le large dans le cadre du projet personnel en lien avec le mémoire. C’est ce fameux projet qu’il s’agit de décrire ici, et surtout sa mise en application grâce aux outils de traitement de données vus en cours.

                Ma recherche n’ayant pas de portée grammaticale ou linguistique et comportant seulement une part mesurée de littérature, avec, somme toute, assez peu de textes à aborder en profondeur, les éléments de traitement systématiques de données, par les statistiques notamment, ne me paraissaient pas pertinents pour mes objectifs.

                En revanche, dans le cadre de mon travail sur l’élaboration, la transmission et les variations d’un récit dans le cadre d’un culte de saints (la Passio et Vita du Ve s. des martyrs de Rome Chrysanthe et Daria), j’ai trouvé pertinent d’établir une base de données codée et balisée pour mettre en évidence le phénomène de variation ou, dans le cadre de sources non narratives, les complément d’informations sur les éléments archéologiques d’alors. Le but était de visualiser nettement quels récits, grâce à la fidélité ou non par rapport aux jalons narratifs et aux détails, avaient eu accès à une « copie » de la Passio Chrysanthi et Dariae. Cela devait permettre de visualiser l’expansion géographique et chronologique de ce récit et par conséquent mettre en valeur une des modalités de transmission du culte de ces martyrs. C’est une forme de dégrossissage de mon enquête, en somme, qui me servira notamment pour la première partie de mon mémoire.

                Mon corpus n’a pas une quantité de composants invraisemblable (dix dans le cadre de cet exercice) et les ressources écrites sont pour la plupart brèves, voire très brèves.

La première étape du travail avant de baliser le texte en XML a donc été de rassembler les différentes ressources, pas toutes numérisées, voire pas en ligne du tout. J’ai retapé certains textes courts, soit qu’ils se fussent trouvés dans des livres, soit dans des éditions accessibles en ligne. Pour d’autres, notamment la Passio d’environ 5000 mots, j’ai eu recours à l’océrisation (néologisme francisé venant d’OCR : Optical Character Recognition) qui permet de convertir une image de texte en format texte. La qualité des éditions numérisées de la Patrologia Latina ou des Monumenta Germaniae Historiae n’étant pas vraiment optimale au vu de nos éditions contemporaines, il m’a fallu corriger de nombreuses fautes de transcription des lettres (confusion des t, h, b, ae et ac…) et il doit encore en rester.

Une fois les principaux textes de mon corpus assemblés, le balisage pouvait commencer. Après quelques déboires parce que je n’avais prévu ni le bon format ni le bon logiciel de traitement de texte, il m’a fallu marquer un par un tous les éléments pertinents à mettre en vis-à-vis, à partir de la Passio pour la plupart des marquages (c’est-à-dire que ce texte a un échantillon de presque toutes les balises) mais pas seulement, notamment en ce qui concernait l’inventio des corps. Le plus gros travail à fournir ici est en fait celui de conceptualisation des catégories, avec en tête la lisibilité finale et la facilité à traiter les informations préalablement marquées. Il m’a fallu pour cela refondre certaines catégories en utilisant plus largement le système d’attributs. Une certaine aide m’a été apportée pour restructurer la syntaxe XML des paragraphes.

L’appétissant texte brut (détail, 2017) 

                A ce stade, tout le corpus ayant été balisé, il fallait donc trouver un moyen de lire les données. Pour faire apparaître les données corrélées aux marqueurs XML, le logiciel BaseX s’est montré approprié. Une fois le fichier chargé, on peut se contenter de rentrer le nom d’une balise ou la sélectionner dans une liste pour la faire apparaître. Mais à ce moment là…

Qui? Quoi? D’où?

Plusieurs soucis de lisibilité. D’abord, la mise en page est plus sommaire que sommaire, mais surtout, aucune donnée des headers n’est disponible pour savoir de quels textes il s’agit : certaines informations essentielles manquent. Même moi qui ai marqué toutes ces balises, j’aurais difficilement pu dire de quels textes venaient les passages sélectionnés. Il fallait donc que les headers apparaissent en plus de chaque contenu à proprement parler ; mais pour cela, il était nécessaire de pactiser plus avant avec la machine en se servant d’une invite de commande. (Si vous avez lu mes précédentes expériences sur ce blog, vous saurez à quoi vous en tenir quand je suis confronté à des invites de commande.)

En fait, je mets fin au suspense, notre gentille professeur de Numériques m’a directement indiqué les commandes et ça a marché. Voilà donc le genre de choses qu’il fallait rentrer dans l’invite.

Le code requis pour cibler les balises de façon plus spécifique.

A ce stade, la question finale était simplement, pour une meilleure exploitation, d’exporter le résultat en html, car autrement il n’est pas fort lisible. La présentation laisse encore beaucoup à désirer mais les mots et les groupes d’information sont séparés et l’on sait de quelle thème il s’agit.

Pas assez de budget pour un design plus recherché hélas.

Il s’agit maintenant de vous convaincre de l’utilité de ces manipulations. Ici, l’exemple est en fait assez médiocre car le peu d’éléments à comparer rend moins éclatant la praticité d’un tel traitement balistique. Pour autant, le chercheur déjà avisé sur le sujet (moi, en l’occurrence) peut tirer déjà un certain nombre de remarques grâce à ce parallèle explicite. Ici, il est clair que la réécriture a été faite, pour ce passage, dans le sens de l’étoffement : le thème de l’éducation classique a paru beaucoup plus important au second auteur pour caractériser le saint. On peut présumer, en mettant ce résultat avec d’autres obtenus facilement grâce au balisage que la dimension didactique et édifiante du récit intervenait dans un contexte (l’Angleterre à la fin du VIe s.) où la question de la continuité avec Rome était un enjeu très concret dans l’appréhension de l’éducation et de l’articulation entre culture chrétienne, culture classique païenne, culture anglo-saxonne. Chrysanthe représente évidemment le puer senex; la Passio source adopte un rapport ambivalent vis-à-vis de l’éducation classique: ici, le thème est réapproprié pour montrer au contraire comment celle-ci n’empêche pas l’âme, parfaitement cultivée, de se tourner vers les choses spirituelles supérieures et réaffirme donc la continuation entre culture païenne et culture chrétienne.

Je pense que ce projet n’est évidemment pas encore tout à fait abouti, car il faut comprendre en profondeur le sujet pour véritablement le mettre à profit. Cela n’empêche pas pour autant le chercheur de s’en servir pour son travail. Opus Continuandum

Les richesses du mythe d’Hippomène et Atalante.

    Les mythes gréco-romains nous sont parvenus, depuis l’Antiquité, tant par la voie littéraire que par la voie artistique. Une des sources qui a beaucoup inspiré les artistes est le poète latin du 1er siècle avant et après J.-C., Ovide. Au livre X de ses Métamorphoses, il reprend et développe notamment la légende d’Hippomène et Atalante.Cette légende raconte comment après un oracle, Atalante prend peur à l’idée de prendre un époux et défie ses concurrents de la battre à la course s’ils veulent l’épouser. Un jeune homme, Hippomène tombé amoureux de la belle jeune femme accepte le défi et demande de l’aide à Vénus. Au cours de la course, Vénus lui offre trois pommes d’or qu’il jette distrayant son adversaire, lui permettant de la devancer et de gagner la course et sa main.

Dans le cadre de l’étude du groupe statuaire Hippomène et Atalante crée par Guillaume Coustou et Pierre Lepautre, exposé dans un des exèdres du jardin des Tuileries et de sa mise en valeur, l’outil informatique permet grâce à divers logiciels, de rendre plus accessible le texte et les œuvres s’y rapportant.                                                                     Ici, la démarche n’était pas tellement une étude statistique des vers 560 à 739 du livre X des Métamorphoses d’Ovide consacré à la légende d’Hippomène et Atalante mais la recherche d’outils numériques permettant de mettre en avant l’héritage de ce mythe, largement représenté dans l’art depuis l’Antiquité.

Atalante et Hippomène, jardin des Tuileries

Dans le cadre d’une mise en valeur des œuvres reprenant l’Antique au jardin des Tuileries, une des priorités est de rendre l’oeuvre de Guillaume Coustou et de Pierre Lepautre accessible à un public non spécialiste. A cette fin on peut commencer par créer, grâce à l’encodage, une version augmentée du texte latin et surtout de sa traduction, notamment en mettant en valeur le passage qu’Ovide consacre à la course en elle-même (épisode central dans la représentation de Guillaume Coustou et Pierre Lepautre) en changeant sa typographie:

Toujours grâce à l’encodage, il est également possible d’apporter une explication aux personnages, qui ne sont pas toujours connus du grand public en passant la souris sur le nom de ces derniers, comme ici avec Adonis:

Explication de qui est Adonis en passant simplement la souris sur son nom dans le texte.

 

Une autre option qui est celle de l’alignement de texte s’avérait intéressante mais n’a finalement pas été gardée pour le projet final car la typographie rend le résultat assez peu utilisable. Cependant, il permet tout de même d’aligner le texte latin avec sa traduction et de surligner certains termes latins et leurs traductions pour les mettre en valeur:

Le site perseids.org donne la possibilité de créer des alignements de texte permettant de rapprocher le texte original de sa traduction.

 

Ce qui a finalement été retenu avec l’encodage du texte latin et français, est l’utilisation du site omeka permettant de créer des expositions virtuelles afin de montrer d’autres œuvres reprenant la légende d’Atalante et d’Hippomène, à différentes époques et à travers différentes formes d’art allant de la céramique à la sculpture en passant par la peinture.     A travers trois collections différentes correspondant à la céramique grecque, à la statuaire grecque et moderne et à la peinture moderne, l’exposition virtuelle permet à l’internaute de regarder la partie qui l’intéresse et d’avoir accès à de nouvelles ressources lui montrant l’importance de ce mythe dans l’art et les différentes interprétations possibles. Notamment, certaines oeuvres réalisées durant l’Antiquité comme le Lécythe d’Atalante ont été exécutées avant la naissance d’Ovide et montrent donc que le mythe existait déjà et était déjà influent, notamment le personnage d’Atalante qui n’était pas représentée qu’avec Hippomène:

La première collection présentée est celle montrant Atalante représentée sur une céramique grecque antique.

Les deux autres collections donnent accès à des sculptures dont une antique représentant également Atalante et à des peintures modernes.

La page d’accueil de l’exposition donne également la possibilité d’avoir accès directement aux images sans passer par les collections notamment grâce à des rubriques montrant les derniers éléments rajoutés ou mis en avant:

Page d’accueil de l’exposition après avoir rentré toutes les données et images sur omeka.

De manière plus générale, le site d’omeka permet de donner toutes les informations et détails nécessaires à la compréhension d’une oeuvre à la manière d’une notice et d’avoir accès à l’oeuvre en cliquant sur l’image en bas de page:

L’exposition est disponible à travers ce lien: http://hippomeneetatalante.omeka.net/

    Cette étude portant sur la mise en valeur du groupe statuaire Hippomène et Atalante présent au jardin des Tuileries permet de montrer que de nos jours, l’outil numérique est devenu un outil non négligeable dans les études portant sur l’Antiquité. Grâce à de nombreuses bases de données et logiciels, il est possible de créer de nombreuses ressources afin de rendre un texte ou un ensemble d’oeuvre accessible à un large public, lui apportant ou consolidant ses connaissances sur l’Antiquité au travers des mythes et de leurs représentations littéraires et artistiques.

L’arrivée de Cybèle à Rome : analyse d’un trajet mythique

Épisode légendaire entourant le culte de Cybèle, l’arrivée de la déesse à Rome a inspiré de nombreux auteurs, historiens en majorité. Véritable enjeu politique dans le contexte de la seconde guerre punique et fondement d’un nouveau culte oriental s’installant à Rome, cet épisode subit un traitement différent selon les auteurs; quand Ovide relate ce récit, c’est dans un contexte de grandes pompes, célébrant la Mère au cœur d’un récit miraculeux. Au contraire, le récit fait de cet épisode par Diodore de Sicile célèbre un personnage au milieu d’un contexte troublé trouvant son origine et son thème principal dans la lutte entre Rome et Carthage. C’est cette ambivalence qui existe dans ce récit qui sera traité dans ce billet à travers deux points de recherche : les acteurs principaux de cette arrivée et l’utilisation du domaine géographique pour guider le lecteur dans ce voyage.

Dans un souci de clarté, six passages feront l’objet de cette enquête. Ces auteurs, ayant vécu dans leur ensemble entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C., sont ceux qui nous transmettent les récits les plus détaillés que connaît ce récit, comptant 426 mots en moyenne.

Corpus de référence

La première partie de ce billet s’intéressera à la présence de deux protagonistes majeurs dans ce récit, Scipion Nasica et Claudia Quinta. Le logiciel BaseX, qui est un système de gestion de fichiers XML, permet d’étudier la place ainsi que le nombre d’occurrences renvoyant à un de ces acteurs.

           Cybèle          Claudia      Scipion                Autre   TOTAL
Appien 6 6 6 5 23
Diodore de Sicile 3 1 13 10 27
Julien 11 10 0 10 31
Ovide 18 13 2 23 56
Silius Italicus 8 5 6 9 28
Tite-Live 6 2 5 11 24

Pour le cas de Claudia Quinta, retrouver sa trace est assez mal-aisé, la raison principale étant que certains auteurs la nomment uniquement Claudia. Or cette recherche, qui permet de trouver 137 mentions d’une Claudia dans le LLT-A, est à prendre avec des pincettes, la plupart des noms se référant au nom Claudia renvoient à la célèbre famille des Claudii. Ce problème issu de la filiation majestueuse de cette intervenante se retrouve avec Diodore de Sicile qui n’utilise pas le nom de Claudia mais celui de Valeria pour nommer la femme meilleure d’entre toutes qui accueillera la déesse. Et le même souci d’ordre sémantique se présente, Valeria pouvant qualifier, et qualifiant dans sa globalité, la famille des Valerii, elle aussi illustre. À ce souci de distinction entre personne précise et nom se rapportant à la gens ou à un autre membre homonyme se rajoute celui de l’identification de cette jeune femme. En effet, Diodore de Sicile est le seul (dans le corpus proposé du moins, une analyse détaillée de chaque occurrence du nom de Valeria qui apparaît à 67 reprises dans le TLG pourrait mettre en avant d’autres auteurs reprenant ou ayant déjà transmis cette version) à qualifier la jeune femme accueillant la déesse autrement que par le nom Claudia. S’agit-il d’une confusion entre deux noms de familles illustres ou existe-t-il une seconde version dans laquelle c’est une certaine Valeria qui accueille la déesse ? Le personnage de Valeria étant seulement nommé dans le récit de Diodore de Sicile, il ne semble pas nécessaire de s’attacher à cette variation, un argument majeur étant qu’aucun autre texte n’a révélé une autre nomination pour Claudia à partir de recherches lemmatisées sur le TLG.

Cette difficulté passée, l’analyse s’opérera par le biais du logiciel BaseX qui permet d’étudier un texte, préalablement balisé, sous diverses formes (statistiques, graphiques). Ce que nous pouvons retenir de l’étude de ces textes est la structure narrative systématique concernant la mention de Claudia Quinta et de Scipion Nasica. Dans la majorité de ces textes, la figure de Claudia Quinta apparaît dans la dernière partie du récit, lors de l’arrivée de la déesse. Cette position n’est pas surprenante, étant donné que le nom de Claudia Quinta est, selon la structure narrative, solidaire du nom de la déesse lors de son arrivée à Rome (bien entendu, la mention de Cybèle est diffuse dans l’ensemble des textes). Pour ce qui est de Scipion Nasica, la position de sa nomination peut éclairer quant au genre du texte. Ainsi, nous ne pouvons que constater sa place dominante dans le récit de Diodore de Sicile, domination qui s’explique par le genre même et le sujet du texte. Principalement intéressé par le conflit romano-carthaginois, Diodore utilise la figure de Scipion Nasica (usant par la même occasion de sa gens dans un souci de créer une harmonisation et de liaison de son récit historique) comme fil conducteur de cet épisode. De ce fait, à l’opposé d’Ovide ou de Julien qui laisse peu voire aucune place à la présence de ce jeune Scipion et qui présentent un récit axé sur la figure de Cybèle et sur la dimension mythico-théologique de son arrivée, Diodore inscrit son exposé dans le cadre historique, dans son appellation la plus pragmatique qu’il soit. Ce souci de réalité historique s’observe notamment par la faible présence de la déesse, mentionnée peu de fois et présente que lors de la première partie du récit, faisant de cet épisode une anecdote dans l’histoire que nous livre Diodore. Pour contrebalancer ce constat, nous pouvons mettre ce récit en parallèle avec deux récits proches l’un de l’autre, tant sur la forme du récit que sur le fond, le récit fait par Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux historiens observent la même structure d’apparition narrative, Claudia Quinta apparaissant à la fin et Scipion Nasica au début. Ces récits prennent part dans un ensemble se rapportant au récit fait de la seconde guerre Punique; à la différence de Diodore donc, Silius Italicus et Tite-Live infiltrent au cœur de leurs récits historiques une part de récit mythique. La figure de Cybèle reprenant plus de poids dans le récit, le récit de cette arrivée est davantage développé et laisse plus de place à la figure, inexistante mis à part une unique mention chez Diodore, de Claudia Quinta. Dans ce cadre, la figure de Scipion Nasica n’est plus utilisée dans une optique historique et généalogique vis-à-vis des personnages illustres issus de sa gens mais se confond avec une atmosphère mythique mettant davantage l’accent sur son rôle quant à l’acquisition ou la réception de la déesse, ce qui fluctue selon les récits.

La présence de la déesse Cybèle dans le récit de Silius Italicus

Une seconde analyse concernant l’utilisation de la géographie permet de mettre l’accent sur des thèmes secondaires, voire un thème principal qui traite de l’épisode de l’arrivée de Cybèle comme une anecdote. Toujours à l’aide du logiciel BaseX, nous pouvons étudier l’apparition des points géographiques tout au long de l’extrait afin de pouvoir étudier cet épisode polymorphe. Ainsi, nous pouvons voir deux grandes tendances ressortir.

L’auteur le plus précis quant à ce voyage est sans aucun doute Ovide. Son récit, jalonné par des références mythologiques, se veut utiliser le trajet mythique de la Mère afin de qualifier des lieux non par leurs noms mais par le mythe et les personnages mythiques qui s’y rapportent. Pédagogique donc, la carte ovidienne est la seule qui attache une importance toute particulière à la progression spatiale de la déesse au cours de son épopée. Ce récit nomme les noms de lieu dans une logique d’évolution géographique, ne se cantonnant pas uniquement à un renvoi à Rome ou entre la Phrygie et Rome afin de relater ce récit. L’étude du texte ovidien, dans une liste exhaustive des noms de lieux (ainsi que des noms mythiques permettant de localiser un lieu grâce à un épisode précis) permet de rendre compte du nombre de lieux cités qui se retrouvent aux alentour du milieu de texte. Deux autres parties denses, au début et à la fin du récit, permet de mettre en évidence l’accent mis sur Rome, qui est l’élément géographique majeur selon toute nos attentes, en début et en fin de récit.

Étude géographique du récit ovidien

Carte du récit ovidien obtenue sur le site Recogito

Deux auteurs reprennent cette structure, de manière beaucoup plus synthétique. Appien et l’Empereur Julien (dit l’Apostat) concentrent le récit sur un parallélisme géographique entre Rome et la Phrygie (l’Orient en général). Cet intérêt, pouvant permettre d’associer ces récits comme héritiers à celui d’Ovide, est aussi à mettre en parallèle avec la vie de ces auteurs: Appien, alexandrin, et Julien, César, sont attachés à la tradition orientale de cet Empire, ce qui pourrait expliquer, en partie, ce traitement « complet » dans sa synthèse de la géographie de ce voyage.

Un second ensemble de textes rend compte d’une géographie axée sur Rome et sur l’Afrique, plus précisément sur Carthage. Ce point est central dans le récit de Diodore de Sicile qui traite cette arrivée divine de façon anecdotique comparée à la seconde guerre Punique qui apparaît comme élément central. Cette appréciation des conflits entre Rome et Carthage (ou l' »Afrique » plus généralement) permet de classer ces textes dans une catégorie historisante. Diodore de Sicile en est l’exemple parfait : ne citant la Phrygie qu’une unique fois, une tendance forte se dégage par l’utilisation systématique d’un point de vue mettant en avant le conflit romano-carthaginois. Deux autres auteurs, historiens, traitent de l’Afrique en général et de cette guerre Punique: Silius Italicus et Tite-Live. Ces deux auteurs, à la différence de Diodore de Sicile, élargissent leurs horizons. Rome reste centrale, la côte africaine importante, mais le récit historique de ces deux auteurs laisse ici place à cette arrivée mythique, citant la Phrygie et, dans le cas de Silius Italicus, référant à quelque points précis du passage du navire transportant la déesse. Cet intérêt pour cet épisode est, comme il a été montré précédemment, plus marqué pour ne pas être qu’une anecdote.

Dans le cadre d’une étude de ce genre il reste nécessaire d’étudier le genre même de ces récits. Cette étude, faite à travers l’étude des verbes présents dans ces épisodes, permet de classer ces textes. Les verbes utilisés, afin de raconter ce voyage, sont semblables dans tous ces textes, avec une prédominance des verbes accipio-is-ere-cepi-ceptum et λαμβάνω, toujours dans des temps du « passé »,  ainsi que d’autres verbes mettant en avant le mouvement comme veneo-is-ire-ii. Les textes ne présentent pas de différences très importantes sur ce point, une observation dont il est assez malaisé de tirer une conclusion étant donné qu’ils relatent un même récit, les mêmes mots viennent à être utilisés, dans la même logique narrative commune à tous. Mais des textes se démarquent notamment par la mention de la parole: « dixit » apparaît chez Ovide ou « φασί » chez Julien. Ces auteurs, à l’instar des « historiens », ancrent leurs récits non dans le récit d’un fait historique mais dans le cadre d’un récit raconté, par Erato chez Ovide.

Cette brève étude de ces récits permet de rendre compte de la diversité que présente un épisode unique sous l’œil de différents auteurs. La position « spatiale » des mots permet de mettre l’accent sur des dissonances, certes faibles, mais permettant de supposer une filiation entre ces différents textes. Ainsi, le texte de Julien semble s’inscrire dans la lignée ovidienne alors que le récit de Silius Italicus emprunte les mêmes codes que le texte livien.