Une bouteille à la mer

Chers et chères camarades de classe pour le moment virtuel-le-s, c’est à vous que j’adresse ce message envoyé dans la bouteille qu’est ce blog dans la mer du web.
De l’autre côté de l’Atlantique, je suis pourtant bien inscrit avec vous, dans le même master, et déjà, je ressens les bienfaits du numérique, car sans cette merveilleuse invention qu’est l’Internet, je ne pourrais assister, à vos côtés virtuels, au séminaire de Monsieur Berra, certes dans un autre espace-temps (en général l’espace temps de mon doux foyer, avec un apéro de fin de journée – sans vouloir vous narguer! ), mais – peut-être – avec le même enthousiasme!
Le numérique pour moi est, dans le cadre des humanités, d’abord un outil incomparable, qui change considérablement notre façon d’aborder nos domaines d’études. En effet, ce qui n’était atteignable jadis qu’en une vie de travail acharné et sans répit est aujourd’hui rendu fort simple par un tas de fonctionnalités de traitement et d’analyse de données – la comparaison de l’usage de termes précis entre deux auteurs par exemple, ou relever les citations et les influences dans un texte précis, exercices ardus s’il en était quand il fallait éplucher des centaines et des centaines de pages, rendus aujourd’hui simplissimes par la fonctionnalité la plus basique du TLG en ligne – ce qui permet au chercheur ou à la chercheuse d’ouvrir son champ d’étude, de prendre en compte des considérations plus globales et en général, d’élargir tout bonnement les réflexions et notre manière d’appréhender le passé. Cela en plus de faciliter énormément les communications, ce blog en étant un merveilleux exemple, dont je profite pleinement par ailleurs. En permettant les communications entre tou-te-s les spécialistes du monde dans tous les domaines qui soient, cela, une fois de plus, pousse le chercheur ou la chercheuse d’aujourd’hui à ne pas se cantonner dans son domaine, dans son coin de bibliothèque, mais bien au contraire de s’ouvrir à tout ce qui se fait en matière d’études du passé, mais également de notre société contemporaine, et c’est une chance à saisir pour cultiver la Curiosité – avec un grand C.
En somme, je considère l’avènement du numérique, surtout dans nos domaines, comme une poussée vers un changement de paradigme auquel nous nous devons, en tant qu’enfants de ce siècle, de participer.
Je vous lève donc mon verre (c’est l’apéro pour moi, je vous disais) chers et chères camarades, au plaisir de travailler avec vous par le merveilleux biais du numérique 😉

spa

Il était une fois les Humanités Numériques

Il est vrai que l’on associe rarement le terme « humanités » à celui de « numérique», mais comme on dit : les opposés s’attirent ! Nous voici donc dans le cours qui matérialise leur union, les humanités numériques. En quoi cela consiste-t-il ? Je me suis longuement posé la question.

Sortant de la licence Humanités classiques, arts et patrimoine qui était consacrée à toutes les matières dites d’humanités (histoire, langues anciennes, langues vivantes, histoire de l’art), la question du numérique me semblait bien loin. Mais voici que ce Master s’offre à moi et me laisse délibérément penser qu’aujourd’hui le numérique est partout. Nous allons ainsi apprendre à manipuler des outils informatiques, à gérer des donnés et à donner vie à un site, tout cela en gardant en ligne de mire notre passion numéro un : l’Antiquité. Intéressant, mais à quoi cela sert-il ? À montrer que l’Antiquité est encore présente dans bien des domaines et qu’il faut avant tout transmettre des informations correctes la concernant. En apprenant à utiliser les nouvelles technologies, nous pourrons diffuser ces connaissances de manière efficace et deviendrons par la même occasion les témoins directs du mariage des humanités et du numérique, pour le meilleur et pour l’avenir.wp_20161007_15_15_15_pro2

Humanités numéri…quoi ?

Je m’appelle Mariane Ros-Guézet et je suis en Master d’humanités classiques et d’humanités numériques. Quand je présente l’intitulé de mes études à ceux qui me le demandent, leur première réaction est l’incompréhension : « Comment ça ? Qu’est-ce que c’est, des « humanités classiques et numériques » ? ». Au début, je disais que c’était plus qu’un traditionnel master de lettres classiques parce qu’il y avait des « humanités numériques ». Sauf que je ne savais pas moi-même ce que c’était, alors je disais que je faisais de l’informatique. Là, l’incompréhension devenait de l’étonnement : « Mais les lettres classiques et l’informatique, ça ne va pas du tout ensemble ! ».

Et bien, en fait, si ! Il faut se détacher de l’idée qu’un chercheur en lettres classiques est forcément un vieux grigou qui s’enferme 24h sur 24h dans une bibliothèque et qui utilise encore les pigeons voyageurs pour communiquer. Bien avant d’assister à mon premier séminaire d’humanités numériques, j’étais déjà enthousiaste à l’idée de casser cette image et de devenir une antiquisante 2.0. Maintenant que je comprends enfin ce que c’est, je le suis d’autant plus et je peux enfin l’expliquer autour de moi, voire convaincre des sceptiques. Je ne peux plus dire que je fais de « l’informatique », ce qui a une connotation très spécialisée de science dure, mais que j’adapte ma formation d’antiquisante au numérique. Un chercheur en lettres classiques aujourd’hui n’a pas seulement les textes originaux et leurs éditions à portée de main mais il a aussi Internet et les livres dématéralisés, c’est-à-dire numériques. Nos moyens de recherche sont infinis lorsque nous savons apprivoiser les outils numériques et c’est exactement ce que nous proposent les « humanités numériques ».

Au lieu de s’enfermer dans le passé en pensant que c’est le sort de tout antiquisant, il faut s’ouvrir au présent et façonner le futur. Alors, quand quelqu’un m’interrogera sur mon intitulé de master, je lui répondrai :

« ensemble, nous créons aujourd’hui l’Antiquité de demain ».

passage-de-tablettes

Numériquement vôtre

Une fois licencié de l’université,

Le parcours continue dans les humanités.

Déjà trois ans ici, pourquoi pas deux de plus ?

Côtoyons les vieux livres et autres papyrus.

Attendez, que dites-vous, des cours de numérique ?

Voilà qui promet d’être des plus épique !

Deux époques se rencontrent, se mêlent et se subliment,

En un cours digital tout à fait légitime.

Gérer un carnet et un site, voilà notre devoir

Le résultat, je l’espère, saura être notoire.

Le numérique est à présent l’avenir du passé.

Exegimus monumentum perennius aere.

images

Doutes métaphysiques et numériques

J’ai pris la voie des sages et des classiques pour ralentir le temps, suivre le chemin de ceux qui savaient s’en saisir pour m’en saisir à mon tour, dans une fuite en arrière, vers ceux dont les tablettes n’étaient pas tactiles. J’ai pris la voie des classiques pour échapper au mal du siècle et voici que mon siècle me rattrape, sous la forme hybride de ce Master Humanités Classiques et Humanités Numériques. « Lire des livres sur un écran ? Moi ? Jamais !! », peut-on régulièrement m’entendre dire, invoquant l’odeur de l’objet, le plaisir de tourner la page (la page en papier), et celui de voir le marque-page progresser dans le livre au fur et à mesure de la lecture.ralentir-le-temps

Alors oui, j’ai sciemment choisi ce Master, mais je crois que j’avais malgré tout un peu éludé la partie numérique, son langage codé et son monde parallèle, auquel je ne comprends pour l’instant pas grand chose. J’ai toujours entendu dire que le numérique peut effrayer ceux qui appartiennent aux générations précédentes et qui ne sont pas habitués à ces outils, et, en bonne utilisatrice de Word, je ne voyais pas très bien le côté effrayant (quoique j’aie souvent le sentiment d’être tombée dans la mauvaise génération). C’est maintenant chose faite, entre pads, forums, markdown et autres trésors de l’informatique ! Mais, le vent de panique passé, j’ai bien l’intention de m’accrocher, car c’est avec curiosité et intérêt que j’aborde ces Humanités Numériques.

Quand le Numérique côtoie l’Antiquité

Le Master Humanités classiques et Numériques, c’est d’abord une contradiction pure et simple. Qui aurait pensé lier le numérique à la période classique de notre histoire? On imagine avec difficulté comment relier les deux, cela semble absurde. Et pourtant …

On attribue souvent à l’Antiquité les origines d’une part importante de ce qui fonde nos sociétés alors pourquoi ne pas aller plus loin? Après tout, les anciens écrivaient bien sur des tablettes de cire ; l’ordinateur ne pourrait-il pas s’en inspirer?

De surcroit, nous vivons aujourd’hui dans une ère où tout (ou presque) passe par le numérique. Il n’y a alors aucune raison pour faire des enseignements classiques une exception. Surtout si cela peut rendre la matière plus accessible. Dans une époque où l’on veut tout, tout de suite, où on a un accès instantané à d’énormes bases de données, ça permet de se rapprocher de cultures, de textes, de traditions éloignées. Ca permet de donner un accès constant à une période non négligeable de l’Histoire, de ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Pour moi, choisir le master Humanités classiques et numériques, c’est faire le choix de ne pas choisir entre un passé qui nous définit et un futur que l’on écrit. C’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche. C’est choisir de transmettre à échelle mondiale les recherches d’un petit nombre.

1540-0

Humanités numériques

humanites-numeriquesNumérique. Un mot qui me rebute et m’intrigue. Dans une société de plus en plus tournée vers les nouvelles technologies je désespère du désintérêt porté aux livres, surtout chez la jeune génération. Aussi j’ai toujours été heureuse de me casser le dos en restant plusieurs heures penchée sur mon Gaffiot ou mon Bailly plutôt que de m’abîmer les yeux devant un ordinateur. Et voilà qu’on m’impose d’abandonner stylo et papier au profit de celui-ci pour un cours intitulé Humanités numériques.

Trahie par mon master d’Humanités Classiques ? Non. Je n’avais tout simplement pas songé au moment de mon inscription au nom complet du diplôme. Que puis-je donc attendre d’une matière qui n’avait auparavant pas suscitée mon attention ? Pas grand-chose, si ce n’est que j’ai tout de même l’espoir de parvenir un jour à mieux comprendre les supports et outils que nous utilisons chaque mardi en salle 420.

Le miracle se produira-t-il ? Affaire à suivre…

Notre odyssée

Cette année, notre projet du second semestre repose sur deux collaborations. En partenariat avec le master « Création et édition numérique » (université Paris VIII, Vincennes Saint-Denis) et dans le cadre de l’IDEFI CreaTIC, nous concevons une édition numérique augmentée de l’Odyssée. Dans le même temps, nous participons au programme Sunoikisis Digital Classics (université de Leipzig, chaire Humboldt de Digital Humanities), consortium international qui réunit actuellement vingt-deux institutions de treize pays dans le but d’élaborer en commun et de proposer aux étudiants une initiation aux humanités numériques appliquées à l’étude de l’Antiquité.

Si la forme finale de notre exposition virtuelle sur l’Odyssée sera définie chemin faisant, notre point de départ est le thème de la séduction. Notre groupe est plus particulièrement responsable de la « curation » du corpus. Il s’agit ainsi de sélectionner des passages dans le texte original, de les aligner avec des traductions françaises, d’encoder les entités nommées et spécialement les noms de lieux – la cartographie est une dimension essentielle du projet – et de compiler les documents textuels, visuels ou multimédias qui nous paraissent pertinents.

Pour collecter et communiquer les métadonnées, nous utilisons une base de données Omeka, tandis que nous partageons les tâches et les fichiers au moyen de Trello et de DropBox. La partie textuelle enrichie sera au format XML TEI. Nous utiliserons également d’autres outils ou méthodes proposés par les membres de SunoikisisDC.

Bientôt plus d’informations sur ce carnet…

Ulysse_mosaique

Nanterre des Drôles

 

Le campus entier est divisé en une grande multitude de domaines, l’un hébergeant les étudiants de droit, un autre les littéraires, un troisième une immense série de bâtiments consacrés à diverses disciplines que nous appelons « sciences humaines ». Il en est bien d’autres encore. La langue, la culture et les mœurs diffèrent entre ces secteurs. Une longue rivière d’asphalte, la Via, coule en suivant la forme du carré et relie ces lieux plutôt qu’elle ne les sépare.        
Parmi ces populations, la plus étrange est celle des STAPS, parce qu’ils sont tenus à l’écart des régions plus civilisées et que les enseignants qui se rendent rarement auprès d’eux ne leur apprennent rien qui puisse faire travailler leurs esprits. Ils sont aussi voisins du stade qui se situe de l’autre côté de la Route, dans lequel continuellement ils s’entrainent, préparant quotidiennement l’invasion qu’ils fomentent pour subjuguer l’université entière.       
                L’ensemble de cette terre occupée, comme il a été dit, par les étudiants, commence au Sud depuis la Gara Aereaera, fleuve d’acier et de béton, pour s’étirer jusqu’à la Sequana au Nord. A l’Est et à l’Ouest, le terrain suit les rives géométriques de la rivière grise. Le territoire des Sciences Humaines occupe la partie occidentale, tandis que les Droits et informaticiens ont leurs assises au Sud, voisins en cela des Lettres. L’île centrale est consacrée toute entière au loisir des promenades et à l’entretien du corps. La partie septentrionale, la plus sauvage, est dévolue aux STAPS et aux linguistes mais abrite aussi des lieux illustrissimes de savoir, la Bibliotheca Magna et la Domus Archeologicae Ethnographiaeque, fréquentés par des savants de tout le monde civilisé.

                Parmi les Magistri Litterae Formosae, Camilla Dionysiata était grande en sagesse et en audace. Celle-ci, sous le consulat quinquennal de Franciscus Fl. Batavia, poussa la division des Humanitati Classici, race noble et cultivée, à sortir de leurs frontières, ce qui fut aisé parce qu’elle leur fit croire qu’elle avait l’aval de l’Administratio. Elle les fit obeir d’autant plus facilement que, d’une part, on ne demande pas le choix aux élèves, et que d’autre part cette cohorte était accoutumée à être sans cesse ballotée de lieu en lieu : au Nord, au-delà du complexe sportif pour les studia linguarum, à l’Ouest pour le studium historiae artis, au Sud-Est pour tout le reste. A cause de cela, ils ne pouvaient jamais prendre racine en un lieu, chose pénible pour des gens paresseux. […]

Poussés par ces raisons et mus par l’autorité de Dionysiata, les Classici se mirent à rassembler le plus grand nombre de leurs ressources matérielles, dévalisant les distributeurs afin que dans leur périple, ils aient assez de subsistance. Pour mener à bien ces tâches, ils estimèrent que deux minutes suffiraient, la troisième fut choisie pour partir.  […]

                Les Droits –car le pathétique parodos s’avançait vers leurs possessions territoriales- virent les Classici qui s’avançaient par les torrents figés de la Via comme sur des radeaux.

[Après des négociations qui échouent parce que chacune des deux factions manifeste à l’autre son mépris de mœurs jugées arriérées ou frivoles, les hostilités sont déclenchées.]

Les groupes se formèrent en phalange et s’assaillirent. Les Classici, invoquant la Muse, firent aisément plier leurs ennemis <de rire>. Les Droits étaient dans une grande gêne pour donner la réplique en ce qu’ils n’arrivaient à prendre leurs adversaires au sérieux. Ces derniers, dans une vituperatio des plus cinglantes, les défirent. D’hilarité en déconvenue, blessés dans leur amour propre au point que leurs onéreuses doudounes ne pouvaient plus dissimuler la honte qu’ils avaient de leur médiocre rhétorique, les autochtones commencèrent à lâcher pied et préférèrent retourner à l’organisation de leur prochaine soirée étudiante.

Dans leur clémence, les augustes vainqueurs prirent possession des locaux qui leurs étaient échus, situés dans les hauteurs du quartier des juristes. De ce point stratégique, on pouvait observer par les lucarnes septentrionales l’intégralité des terres habitées, notamment de grandes prairies et le stade, sur une distance d’environ un mille.        
                Après cela, ils se reposèrent, tandis que les généraux adverses se mobilisaient.

Nanterre

L’extrême médiocrité de ce texte enfin mise à part, ce paragraphe apologétique me tiendra lieu de parabase. Vous aurez, j’espère, reconnu les Commentarii de bello galli d’un certain César, dansr un pastiche  plus ou moins heureux des paragraphes 1, 2, 3, 7, 25 du premier livre.
L’objectif initial était de reproduire grâce à des données statistiques exploitées au moyen du logiciel Voyant-Tools (http://beta.voyant-tools.org/) une réécriture savante d’un prosateur antique. Afin de pouvoir étudier le style de mon auteur, j’ai rentré dans le dit logiciel les deux premiers livres de l’œuvre trouvés sur Itinera Electronica, ce qui me donnait théoriquement un corpus d’une taille convenable pour en déduire des schémas (environ 8000 mots). L’un des outils premiers disponibles dans ce cadre-là se trouve être le nuage de mots, c’est-à-dire la production d’une image uniquement formée par un entrelacs compact de mots (d’où son nom) qui met en avant grâce à des tailles différentes les  occurrences lexicales.             A ce stade, plusieurs éléments m’apparaissent. D’abord un champ lexical très géographique, ethnique, mais aussi militaire. Rien de très nouveau sous le soleil pour une telle œuvre. Que l’auteur parle de lui-même à la troisième personne et qu’à cause de cela on trouve de son nom de nombreuses occurrences ne fut pas une découverte non plus (merci Astérix). Rien pour me rendre extatique, donc.
Un autre des outils du site est celui qui permet d’étudier les répétitions non plus par mots isolés, mais par expressions (ou phrases éventuellement) récurrentes. Mais les quelques assemblages de mots relevés n’étaient en fait absolument pas significatifs (3 occurrences pour 8000 mots). Même les mots les plus utilisés, en ayant écrémé d’office un bon nombre d’entre eux qui auraient parasité les statistiques, n’étaient pas tellement utiles à ce niveau. Que faire des 137 occurrences de ut ? Ses usages peuvent être multiples, et dans tous les cas il n’y a pas de style particulier dans l’usage courant de subordonnées. En dernier lieu, pour essayer de tirer d’autres informations, j’ai regardé rapidement l’outil « links », qui place un mot du texte dans un espace flottant, entouré de tous les mots qui le suivent ou le précèdent. On peut ainsi repérer au compte-goutte des chaînes syntaxiques (d’où le nom, oui oui, tout cela est limpide). Je m’en suis en fait très peu servi. Globalement même, les statistiques ne m’ont aidé qu’à dégrossir le travail du pastiche en résumant rapidement quelques notions clé.  Le style de César dans les tous premiers chapitres est plutôt sec, concis ; s’il se déploie plus largement par la suite, c’est toujours très descriptif.
Je suppose que la seule chose pire que d’écrire un mauvais pastiche, c’est d’écrire un pastiche qui ne sera pas reconnu. Or, je crois bien que si je m’étais ingénié à me baser sur des statistiques, faisant fi de l’effet final, c’est ce qui serait advenu. J’ai même considéré un instant transposer le champ lexical militaire en un autre sans aucun rapport qui rendrait tout récit absurde (celui de la pâtisserie par exemple.) en vue mettre en valeur l’inanité d’un texte tissé uniquement par des données chiffrées. Heureusement ou non pour vous, je ne l’ai pas fait. Las.
Quant au thème choisi, disons que c’est un conflit civilisationnel interne.

Les embarras du marché de Noël, ou la diététique de la Choucroute

Les embarras du marché de Noël

Mon ami qui part me remplit d’amertume,
mais il fait bien d’aller au village vide de Willer-sur-Thur.
C’est au pied des Vosges un petit hameau, et il n’y a rien vraiment
qui ne soit plus agréable en la saison
que la forêt au doux parfum d’humus et de sapin.
Je préfère pour moi la plaine campagne, les champs en friche.
Car est-il patelin si paumé, trou si désolé,
qui ne vaille encore mieux qu’une ville où toujours
brillent et scintillent les guirlandes et paillettes,
ville aux rues bondées, où le marché de Noël croule sous la foule,
Et où les marchands de marrons chauds,
vendent en hurlant leur viles châtaignes et cacahuètes?

Avec sa pauvre petite valise ridicule, une seule valise !
il s’arrête sous la verrière de la gare.
Non loin de là, sur la place,
un énième marché de Noël envahit l’espace,
et les chaînes de bonbons et babioles made in china à la criée
louent à prix d’or les chalets kitsch couverts de fausse neige,
ayant chassé de ces lieux les petits artisans et artistes oubliés.
Ah! La ville serait bien plus charmante,
Si d’un vrai marché encore elle s’animait,
Et si partout le mercantilisme forcené,
Ne profanait le folklore local et passionné?

Alors il dit: « Puisque dans cette ville,
l’art est sans pain, le talent chose absurde
et puisque que mon plaisir, au milieu de cette vénalité obscène,
décroîtra chaque jour, face à la cathédrale, au pied de ses tours,
à l’ombre de sa flèche, j’ai résolu de me retirer loin du scandale,
de la Grand’Roue que sur la place du Chateau ils installent,
là où Gutenberg autrefois mit au point son invention, qui a jamais changea la face du monde, mais pas celle de la bêtise humaine…

Partons! Que puis-je faire ici? Quand le vin chaud est mauvais,
je le crache et le boycott.
Strasbourgeois, je ne puis voir sans haine Strasbourg pleine de churros!
Cette lie étrangère qui n’est rien dans le flot du made in China,
mais qui souille nos marchés!
Depuis longtemps déjà frémis dans la friture,
cette pâte crénelée, ces bâtonnets à tremper dans le chocolat fondu,
cette luxure exotique, ce mets diabolique.
Accourez aux churros, ô vous qu’enflamme et tente
un fumet barbare et ses parfums enivrants.
Nous pouvons flatter, nous! Le churros seul persuade!
Où manger une choucroute quand, partout où je regarde,
Je ne vois que churros, bonbons, pizzeria et chinoiseries!

Rien n’est sacré pour eux!
Ni l’auguste choucroute, ni ses garnitures,
ni le lard, ni les wädele, ni les épices, ni le riesling!
Ils boiraient même encore la sainte bière!
Lorsqu’une nappe est trouée ou tachée, on crie haro sur le baudet!
Au marché de Noël, l’effort est plus dur qu’autre part.
Là tout est cher: un emplacement pour vendre, une gaufre pour se repaître,
Le moindre demi de Kro dans la Taverne Française
Une assiette en carton souille aujourd’hui tes mains,
Mais il ne souillait pas les tiennes, vieux Strasbourgeois, lorsqu’autrefois,
Dans un « Topf » de Soufflenheim, tu faisais mijoter ta choucroute
Garnie du dimanche, diététique frugale!
Ici le faste écrase, tout est vénal au marché de Noël!

Si tu veux t’arracher au marché, austère riverain,
Pars loin de Broglie, de la cathédrale, de la gare,
fuis le Carré d’Or et la rue des Juifs.
Car la goinfrerie, dans ces lieux, enfante le trépas!
Fiévreux, gavé de gaufre nutella-chantilly-banane-chocolat,
où trouver, pour s’asseoir, un café, une terrasse tranquille?
C’est le touriste tout seul qui s’amuse en cette ville!
Dans les étroites allées du marché, l’encombrement touristique,
Les chinois parmi les japonais, les russes déjà imbibés,
Les allemands de Glühwein assoiffés,
la masse tout entière piétine l’infortuné
qui, manque de bol, a fait tomber son porte-clé,
ce flot vivant qui roule et nous écrase tous.
On me frappe au coude, on me pousse contre un poteau,
je me cogne la tête au toit d’un chalet,
Je tombe dans la fange, et supplice nouveau,
L’énorme chaussure d’un américain me massacre le pied.

Que de périls encore! Ce n’est rien qu’on t’assomme,
Mais lorsque le soir, le marché ferme,
errent encore les gens ivres, les touristes désoeuvrés,
Les bars vomissent leurs flots de bière, et déversent dans Strasbourg,
Leur lot de chansons de Noël paillardement revisitées.
C’est le coeur trop plein que je m’épanche!
Adieu, souviens-toi d’un ami, si parfois, quittant Strasbourg,
Tu vas profiter de l’air rustique de la campagne alentours.
Je me retire, cher ami, pour joindre ma colère à ton âpre satire. »

Mes outils de travail:

Pour écrire ce pastiche de de la troisième Satire de Juvénal, « les Embarras de Rome », j’ai tout d’abord utilisé la traduction disponible en ligne sur le site de Philippe Remacle, traduction de Jules Lacroix. L’oeuvre originale étant en vers, et la traduction utilisée en alexandrins, j’ai décidé d’écrire en vers libre, me laissant plutôt porter par le rythme du texte et des mots que par une métrique précise ou une rime rigoureuse.
Grâce à l’outil statistique Voyant Tools, j’ai pu faire une rapide analyse lexicographique du texte latin. Le texte latin analysé provient de la Bibliotheca Augustana Latina.

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal


On s’aperçoit vite que la langue de Juvénal est très expressive. La fréquence des pronoms exclamatifs et interrogatifs en témoigne. De manière générale, les indéfinis dominent dans la satire, pour donner au texte son adresse impersonnelle et générale: le nuage de mots met en relief « aliquid », « nihil », « nemo ». Au vu du sujet de mon propre pastiche, j’ai choisi d’ignorer la fréquence du mot « domus »: la satire porte en partie sur la vie domestique des Romains. Je m’intéressai plutôt aux questions de voirie et d’encombrement de l’espace public pendant les périodes de fête à Strasbourg (et de manière plus accessoire, à la diététique de la gastronomie alsacienne).
La satire se caractérise aussi ici par la forte présence de la deuxième personne: sur le plan de l’énonciation, cette satire est intéressante, car elle se présente comme un discours énoncé par un ami du satiriste. La première personne de l’auteur devient le deuxième personne, tandis que la troisième personne, « un ami », devient la première personne.
En revanche, l’outil statistique a pour faiblesse principale de ne pas prendre en compte les déclinaisons des mots qu’il analyse. Le mots Roma et Romanus apparaissent 9 fois dans le corpus, soit autant que le quid central sur le nuage de mots, mais on ne le voit pas, car ses occurrences sont comptées séparément pour chaque forme. Il faut donc faire un petit travail de recherche dans le corpus pour voir de près ce qu’il en est vraiment. Petit travail rapide quand il s’agit d’étudier un mot, qui devient vite très fastidieux lorsqu’il faut traiter un champ lexical entier. Aussi digeste et léger qu’une choucroute.
Bon appétit!

Bon appétit!

Que les bêtes sont écologiques

800px-Sacrifice_pig_Tarporley_Painter_MANLe Président – Circé – Gryllos

LP : Ce que tu m’as dit, je crois, Circé, l’avoir compris et enregistré. Mais dis-moi, y a-t-il des sujets climatiques qu’il faudrait aborder lors de cette Cop 21 ?

Circé : Oui, ô Président bien-aimé, et en grand nombre, mais pourquoi cette question ?

LP : Je crois que les Français auraient une grande estime à mon égard – et voteraient plus volontiers pour moi, si je les tirais du péril climatique qui doit avoir lieu au XXIe siècle, et si je ne les vois pas vieillir dans une nature dégradée et sans développement durable.

Circé : Voilà un bonhomme qui croit être capable de s’attirer l’estime des Français et leurs votes à l’aide d’une conférence sur la nature !

Le Président : Accorde-moi donc cette faveur : celle de pouvoir parler avec un Français des revendications climatiques qu’il peut avoir, que j’appliquerai en conséquence, ou du moins, dont je ferai mine de débattre avec mon compagnon de l’écologie.

Circé : Eh bien soit ! Mais demande-lui d’abord s’ils y consentent – ce ne sera pas simple. Il faudra en effet que vous convainquiez ce cochon venu droit de Bretagne que les mesures que vous adopterez seront bénéfiques.

LP : Mais ce cochon, comment lui parlerai-je ? Quel est son nom ?

Circé : Rassure-toi, ô le plus ambitieux des hommes, car tu pourras communiquer sans problème avec lui, grâce à ta prédisposition d’homme politique actuel. Tu peux l’appeler Gryllos, si tu veux. Quant à moi, je vous laisse.

LP : Bonjour, monsieur Gryllos

Gryllos : Bonjour à vous aussi, monsieur le président. Que voulez-vous me demander ?

LP : Eh bien, en tant que président et intervenant par ma sagesse à la Cop 21, je me demandais s’il y avait quelque chose qui vous intéresserait à mettre en place dans les résolutions…

Gryllos : Cesse tout de suite ton discours, ô le plus méprisable des hommes. On te dit habile, expérimenté pour recueillir des voix… il n’en est rien ! Car tu penses t’attirer notre estime et acquérir de la notoriété par ta sagesse, quand tu ne fais que revendiquer des qualités que n’importe qui peut avoir, et que tu crois être premier à proposer ce genre de mesures, alors que les cochons les appliquent déjà.

LP : Cher Gryllos, tes paroles m’étonnent autant qu’elles me font rire : car que veux-tu dire, lorsque tu prétends que les cochons appliquent déjà ce que les hommes n’ont pas encore décidé ?

Gryllos : Laisse-moi donc parler, si tu es disposé à entendre mon discours. Commençons par ces qualités que vous appelez nouvelles, à savoir l’utilisation parcimonieuse des ressources par le développement durable. Sache donc que les cochons sont les premiers et les plus habiles dans ce domaine : car ne dit-on pas : « Tout est bon dans le cochon » ? Au contraire, existe-il un proverbe qui dise : « Tout est bon dans les hommes » ? Réponds-moi, ô président : suivant ce proverbe, est-ce l’homme ou le cochon qui est le plus respectueux de la nature et des ressources ?

LP : Je n’aurai pas à mentir : les cochons semblent être les plus économes des bêtes en ce qui concerne les ressources.
Gryllos : Nous dirons donc que la qualité des cochons l’emporte ici. Mais examinons, si tu le veux bien, une autre de leurs qualités. Les cochons produisent naturellement du lisier, qui rend la terre féconde. Sommes-nous d’accord sur ce point, que les cochons ne sont pas seulement utiles pour leur chair et leur graisse, mais aussi pour leurs déjections qui favorisent la croissance des plantes et des cultures ?

LP : J’en conviens ; mais quelle est cette qualité dont tu me parles ?

Gryllos : Alors, tu viens d’admettre que les bêtes que nous sommes sont plus nobles que les hommes tels que toi, car cette qualité est double, ô le plus avisé des hommes ; en effet les cochons produisent naturellement ce qui non seulement leur profite mais profite aussi aux hommes, ce qui fait d’eux des animaux beaux et bons, tandis que c’est l’utilisation excessive du lisier par les hommes qui a un impact néfaste sur les champs. Nous pourrons alors dire que les cochons font preuve à la fois d’autarcie, de générosité et de modération, tandis que les hommes se trouvent être dépendants, cupides et intempérants. Veux-tu, très cher président, te persuader de cette vérité ?

LP : J’avoue, ô Gryllos, que je ne sais plus quoi dire contre de tels propos.

Gryllos : Faudrait-il donc, ô président, nier qu’un homme comme toi ait pu être élu par le peuple français ?

 

 

Après avoir acquis le texte du Gryllos / Bruta (animalia) ratione uti de Plutarque sur internet et l’avoir inséré dans Voyant Tools, une évidence m’est sautée aux yeux : quelques données intéressantes mises à part, les résultats obtenus sur le site sont assez passablement inutiles pour la rédaction d’un pastiche.

http://beta.voyant-tools.org/?corpus=56d2b619e6cc9fe9629210f244f189e4&stopList=keywords-c6aaf7cd409086cdd43dbe76986f1d30&view=Cirrus

Les quelques constats que le traitement numérique et procédural du texte rendent possibles sont néanmoins les suivants :

– le texte est caractérisé par les balancements, les comparaisons, ainsi qu’une certaine simplicité, voire peut-être familiarité du style (différentes formes du verbe être, de tous les mots typiques du dialogue et de ses signes (les noms des protagonistes répétés au vocatif, les première et deuxième personne du singulier et pluriel dans toutes les formes possibles).

– l’auteur ne semble pas s’ennuyer de la redondance, comme il est normal en grec. On voit donc la répétition des objets du dialogue (d’un côté les θηρία, de l’autre des ἀνθρώπους).

– Le dialogue ayant lui-même une portée parodique et pastichant le genre du dialogue, on constate l’usage de mots soit, conceptuels, soit généralisants, soit abstraits : en tout cas, qui relèvent d’une recherche philosophique et théorique. (σωφροσύνης, ἀρετῆς, ἐπιθυμίαις, φύσιν, mot d’ailleurs employé dans le pastiche dans un tout autre sens que celui du dialogue original).

Il est également possible de remarquer ce qu’il n’y a pas : le dialogue, bien qu’il soit peut-être difficile de juger de ce genre de particularités vu sa brièveté (3400 mots en tout selon Voyant Tools), ne contient pas ou peu d’expressions répétées, ce qui indique de ce dialogue qu’il prend moins le parti d’une discussion patiente où les expressions sont reprises, voire martelées, comme elles peuvent l’être, par exemple, dans un dialogue de Platon.

Pastiche sur le Gorgias de Platon

Après s’être donné la réplique sur la rhétorique dans l’Antiquité, Socrate et Gorgias constatent le temps qui a passé et discutent sur l’évolution de la transmission des savoirs.
SOCRATE : Je vois Gorgias que tu as une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Comment cela Socrate ?
SOCRATE : Il me semble que tu n’as aucun support papier.
GORGIAS : Eh bien ou est le problème ? Demande-le-moi et je te répondrai.
SOCRATE : Non il n’y a pas de problème, mais il me semble que c’est une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Pourquoi cela Socrate ?
SOCRATE : Parce-que, Gorgias, on peut prouver l’authenticité ou la fausseté d’une œuvre papier ce qui n’est pas le cas d’une œuvre numérique.
GORGIAS : Socrate, cela permet de pouvoir transporter une œuvre partout avec soi, de la faire partager et ainsi de diffuser le savoir à des foules nombreuses.
SOCRATE Sans doute, mais ne crains-tu pas à ce moment-là la fausseté de l’œuvre ?
GORGIAS : Pourquoi Socrate ?
SOCRATE : Car si une œuvre peut-être partagée avec tout le monde et que sa véracité ne peut-être prouvée, alors c’est une connaissance fausse et corrompue qui est diffusée.
GORGIAS : Mais Socrate, l’important pour un maximum de gens est de pouvoir lire le plus d’œuvres possibles. S’ils les interprètent mal, ce n’est pas le rhéteur qui est en faute mais je crois t’avoir déjà dit ça.
SOCRATE : Sans doute Gorgias, mais une simple erreur reproduite en beaucoup d’exemplaires peut avoir des conséquences fâcheuses. Souviens-toi de la donation de Constantin rédigée entre 315 et 317 justifiant le pouvoir du pape sur l’Occident et qui était fausse, eh bien c’est ainsi que pendant treize siècles, les papes successifs ont obtenu un pouvoir illégitime politique et territorial. Voilà ce que peux avoir comme conséquence de reproduire en grand quantité une connaissance fausse. La lecture n’est pas suffisante, l’analyse est également nécessaire.
GORGIAS : Mais Socrate, l’analyse est quelque chose de personnel tout comme la capacité de rhéteur. Chacun peut avoir sa propre interprétation d’un fait en particulier.
SOCRATE : Certes Gorgias mais encore faut-il que ce fait ait été vérifié et soit réel.
GORGIAS : Bien sûr Socrate, mais de même que c’est à l’élève et non au rhéteur de faire la recherche sur la véracité de la chose en question, une tablette a pour seule fonction de transmettre l’information. A l’utilisateur de vérifier sa véracité.
SOCRATE : Mais donc si le lecteur n’est pas en capacité de savoir si il s’est trompé, il peut transmettre des choses fausses à tous ceux qui comme lui n’ont pas de capacités d’analyse suffisante ?
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Et ce dans tous les domaines ?
GORGIAS : Non pas tous mais tous ceux qu’ils peuvent transmettre
SOCRATE : Mais Gorgias, penses-tu aux conséquences que cela peut avoir sur la société, voir même sur le kosmos ?
GORGIAS : Aucune pour le rhéteur Socrate car, comme je te l’ai dit, il n’est pas responsable des erreurs de ses élèves.
SOCRATE : Il faut donc avoir la quasi-certitude que ce que l’on transmet est fondé en raison
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Donc le rhéteur n’est capable que de théorie et c’est aux élèves de bien appliquer la pratique ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Ils sont donc seuls responsables de leurs actes
GORGIAS : Oui
SOCRATE : C’est donc à eux de vérifier la véracité des propos qu’ils soient écrits sur papier ou non ou oraux ?
GORGIAS : Oui et à eux seuls
SOCRATE : Celui-ci qui transmet des choses vraies ou fausses a donc un certain pouvoir ?
GORGIAS : C’est ça Socrate
SOCRATE : Et ce dans beaucoup de domaines
GORGIAS : Oui (rep p 20)
SOCRATE : Prenons maintenant un exemple pratique : si je te demande de me fabriquer une tablette, sauras-tu me convaincre que tu sais la fabriquer ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Et me la fabriquer ?
GORGIAS : Non
SOCRATE : Tu as donc simplement cherché à me convaincre ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Donc depuis notre précédent débat sur la nature de la rhétorique, tu n’as pas changé d’avis ?
GORGIAS : Non, je maintiens que le rhéteur n’est pas responsable des injustices commises contrairement à l’élève qui les commet. C’est donc à ce dernier de réfléchir à la théorie avant de passer à la pratique durant toute sa vie.
SOCRATE : Voilà une question qui implique la question de la responsabilité individuelle et qui serait très long à aborder.

Indications sur les outils d’analyse et la composition
Mes principaux outils d’analyse concernent la forme du dialogue, son déroulement, les thèmes abordés et la façon de parler des personnages. De manière globale, Socrate questionne et Gorgias répond, sauf quand il s’agit de définir son art.
Concernant la forme du dialogue et son déroulement, il a parfois une forme démonstrative et parfois une forme de questions-réponses, qui a été reproduite dans mon pastiche. Globalement Socrate parle davantage que Gorgias, ce que j’ai reproduit avec un peu moins d’intensité dans mon dialogue. Les réponses à l’exception du début sont généralement concises et brèves. J’ai essayé de reprendre le thème de la rhétorique mais en l’appliquant cette fois à la transmission des savoirs via non pas le support oral mais via le support écrit qu’il soit papier ou électronique (tablette). La tablette étant à la fois traditionnelle (argile et roche dans l’Antiquité) et moderne (électronique à l’époque contemporaine). L’objet tablette est donc un pont entre tradition et modernité même si la matière qui le constitue change. J’ai analysé la déviation de la rhétorique vers les autres thèmes du dialogue (justice de Polos, force de la nature et opposition entre le droit politique et le droit naturel, celles-ci étant incarnées par Calliclès, et par conséquent politique, bien, mal…) comme c’est le cas dans le dialogue. Le dialogue alterne parfois le répliques longues de Socrate et courtes de Gorgias, parfois des questions courtes et des réponses courtes, parfois des questions longues et des réponses longues. Ces thèmes peuvent également être déclinés dans le cadre du thème de la transition du livre écrit au livre numérique à travers l’impact de la diffusion d’informations dans des somaines très variés.
A travers Voyant Tools, on s’aperçoit que « Gorgias », « Socrate », « rhétorique » et les prépositions « que », « et », « de », et « pas », reviennent souvent afin de structurer le dialogue et lui donner son caractère démonstratif et persuasif. Dans mon texte, Gorgias reprend les thèmes de Calliclès et Polos et les introduit de manière très progressive tout comme dans l’œuvre originale. C’est à partir de la transition de l’écriture papier à l’écriture électronique que j’ai pu aborder les thèmes du bien, du mal (Calliclès) et de la justice (Polos), et cela uniquement à travers le personnage de Gorgias. Cela correspond bien à l’œuvre car c’est à partir de la question de la rhétorique chez Gorgias que les autres personnages déroulent leurs sujets respectifs.
Mon texte se termine comme la première partie du dialogue (celle entre Socrate et Gorgias (« Eh bien vois-tu » à « question à fond ») et reste donc très ouvert et pourrait être poursuivi en appliquant les conséquences de la rhétorique sur tous les domaines de la philosophie (politique, arts, sciences…). En effet le thème de la diffusion de l’information, quel que soit son support peut, tout comme la rhétorique, impacter beaucoup de domaines à l’exception des domaines très personnels comme la religion si celle-ci reste individuelle.

Économique

stock-photo-17454778-dad-about-the-house

Un jour donc, je vis Ischomachus assis sous le portique de Jupiter libérateur et il me parût de loisir. Je m’avançais près de lui et m’asseyant à ses côtés :  « pourquoi donc Ischomachus, lui dis-je, es-tu assis ici à ne rien faire ? Tu sembles tellement occupé et ne perds que peu de temps sur l’agora d’ordinaire. Au nom des dieux, que fais-tu ?  Car tu ne vis pas comme un sédentaire renfermé chez toi. »

Ischomachus, se mettant alors à sourire :« je ne reste jamais à la maison Socrate, car ma femme est parfaitement en état de diriger les affaires du ménage. »

– Je serais ravi de savoir si tu as instruit ta femme dans les leçons de l’économie d’une maison ou bien si son père et sa mère l’ont instruite de ses devoirs.

– Eh comment aurais-je pu l’instruire ? Elle entra à quinze ans chez moi ; elle avait vécu tout en se dérobant à toute forme de surveillance, demandant et ordonnant tout. Pouvais-je souhaiter plus qu’une femme telle qu’elle ?

– Et sur les autres points, Ischomachus, lui dis-je, sont-ce tes leçons qui ont rendu ta femme capable des soins qui la regardent ?

– Non, par Jupiter, dit Ischomachus, mais j’ai offert un sacrifice et prié le ciel de m’accorder le don de bien instruire à ma femme et à elle de bien apprendre ce qui pourrait assurer notre bonheur commun, mais cela ne donnant guère de résultats.

– Ta femme, lui répondis-je, sacrifiait avec toi et adressait au ciel de semblables prières ?

– Non, dis Ischomachus, même elle promettait, à la face des dieux, de rester la même qu’elle est maintenant; je voyais bien qu’elle ne serait pas docile à mes leçons.

– Au nom des dieux, Ischomachus, essayes-tu donc de lui apprendre des leçons ? Raconte-le moi.

– Quand elle se fut familiarisée avec moi et que l’intimité l’eut encore plus enhardie à converser librement, je lui demanda à peu près ces choses : comprends tu, femme, pourquoi je t’ai prise ? Ce n’est pas qu’il nous fût difficile de partager un lit avec quelque autre. Mais après avoir réfléchi, moi pour moi, et toi pour toi, nous nous sommes choisis, comme le parti le plus convenable. Nos enfants, si les dieux nous en donne, nous aviserons ensemble à les élever au mieux. Mais dès maintenant notre maison nous est commune ; il ne s’agit plus donc de compter lequel de nous deux à offert le plus que l’autre, mais de bien agir pour l’accroître. Il nous faut donc gérer, l’un l’autre, au mieux le bien commun. »
A ces mots ma femme me répondit : « tu pourrais donc m’aider dans les travaux que l’on doit accomplir dans une maison. Tu es bien capable de rendre notre maison accueillante ?

– Oui, femme, par Jupiter ! Lui dis-je, mais en quoi, moi,  puis-je t’aider en l’accroissement de la beauté de la maison ?

– Par Jupiter ! Les dieux ne m’ont pas créée afin que j’occupe les plus viles fonctions. Selon toi, la divinité approprie à la nature de la femme les travaux et les soins de l’intérieur, et celle de l’homme pour les travaux et les soins extérieurs. Car la divinité à donner une plus forte complexion à l’homme qui peut donc en supporter davantage. Pouvant donc supporter davantage par le soin que tu as reçu de la nature, tu peux, toi aussi, prendre part dans les travaux de l’intérieur, étant d’une nature à me fatiguer plus rapidement que la tienne. Rester à l’intérieur n’est pas plus honteux pour un homme si tu accomplis tes devoirs à l’extérieur. Il sera plus doux, en effet, lorsque tu seras devenu plus parfait que moi. » Tel est, si j’ai bonne mémoire, mon premier entretien avec ma femme.

– Eh bien ! repris-je, voilà qui montre toute l’âme virile de ta femme.
– Ce n’est pas tout, répondit-il ; je veux te raconter avec quelle résolution généreuse elle profita de mes avis. Un jour, je la vis couverte de poudre, afin de rendre sa peau plus blanche qu’elle n’était, avec du rouge. Elle revêtit des chaussures élevées, afin d’en rajouter à sa taille. Je lui dis  « femme, me jugerais-tu plus digne de sentiments aimables si j’exhibais en société mes parures et mes richesses ? Me jugerais-tu plus digne de tendresse si je m’efforçais de t’apporter un corps soigné, hydraté et doux, fortifié par la gymnastique, avec un teint d’incarnat sous les yeux, préférerais-tu que je te fasse illusion ? »
Elle alors reprenant aussitôt : « Certes je ne souhaiterais pas voir du vermillon sur tes joues. Mais pour ce qui est du reste, n’y vois-tu pas quelques avantages et non de la tromperie ? Certes les dieux ont fait l’homme pour qu’il plaise à l’homme, mais cela vaut-il donc de laisser son corps se détériorer ?

–  Au nom des dieux, repris-je, que répondis-tu ?

– Socrate, que pouvais-je faire de mieux que de satisfaire à ses attendes ? »

economique_xenephon

Afin d’obtenir le texte Οἰκονομικός de Xénophon, je me suis rendue sur le site du TLG dans lequel j’ai pu récupérer les passages de ce texte qui m’intéressais, c’est-à-dire les passages traitant de Ischomachus parlant de sa femme et de la bonne manière de faire prospérer ses biens. J’ai ensuite, à l’aide de la fonction copier/coller, dévoiler le texte sur Voyant Tools, un site qui permet de mettre en image les données quantitatives d’un texte, c’est-à-dire à combien de fois par exemple le mot « μοι » est-il utilisé dans cet échantillon. Grâce à ce site, nous pouvons voir donc quels mots l’auteur utilisent le plus souvent, dans quelles phrases ainsi que dans quelle partie du texte ( le texte est découpé de manière équilibré sur Voyant Tools, selon le nombre de séparation que l’on veut donner au texte, ce qui ne se réfère pas à la séparation originelle du texte ; ce graphique est certes pratique mais il reste à mon sens l’outil qui m’a été le moins utile).
Dans mon extrait de Οἰκονομικός donc, il est à noter que les mots qui reviennent le plus souvent sont « δεῖ », « ἔφη », « γύναι », « θεὸς », « μοι » ( parmi d’autres). Ces mots nous informent donc sur le genre qu’emprunte Xénophon, le dialogue : la présence constance du verbe « ἔφη » démontre bel et bien que nous sommes dans le cadre d’un échange. Le verbe « δεῖ » montre que nous sommes dans un texte qui propose de suivre un mode de conduite que l’on nous propose alors que le nom « γύναι » met en relief le sujet des extraits choisis. Enfin, la présence constante de « θεὸς » révèle le style de Xénophon qui utilise souvent des interjections.
Dans le but de rendre les résultats satisfaisants, j’ai soumis au site un texte de plus de quatre mille mots, parmi lesquels il m’informe que plus de mille cinq cent mots sont uniques dans le texte. Après m’avoir donné ces indications, un tableau me montre la liste des occurrences les plus rencontrées dans ce texte, ainsi que le nombre de fois qu’elles apparaissent. En cliquant sur un mot, en plus d’apparaître surligné en jaune dans le texte collé qui se trouve au centre de la page internet, nous pouvons analyser la quantité de son emploi dans le fameux graphique puis retrouver les phrases dans lesquelles il apparaît, ce qui permet de pouvoir voir le contexte d’emploi du mot ainsi que les mots qui lui sont associés (cette fonction est très utile quand il s’agit d’un dialogue, un des participant peut en effet reprendre ce que son interlocuteur a dit avant lui en reprenant la même tournure de phrase). Ces outils sont donc d’une grande utilité afin de pouvoir étudier les variantes ainsi que les redondances du texte d’un auteur.
Le choix de Xénophon pour ce pastiche vient du fait que l’on se rend très bien compte dans cette exemple du rôle que doit avoir la femme dans la tenue de sa maison et offre un témoignage important permettant de mettre en comparaison la modification opérer de nos jours à ce sujet.

SACRA POPULARIA

 


14578509728_585c2e083c_b
* On me dit que Lutetia est devenue la cité chérie de Vénus ; César et ses armées ayant livré bataille le long du fleuve de la nymphe Sequana, auraient dédié ces terres à la déesse en remerciement de sa bienveillance lors de sa conquête des Gaules; Aujourd’hui, sur les hauteurs de son oppidum, là-bas le Pantheum, temple qui n’accueillerait aucune divinité; Au crépuscule, les premiers arrivants luttent pour atteindre cette architecture puis se dirigent dans ce qu’ils nomment le vicus latinus; Les parisii sont très actifs le soir, dit-on, car le couché du soleil annonce la célébration des banquets et l’éveil des aèdes qui, certains le pensent, seraient des créatures nocturnes; Du reste, les aèdes sont vénérés des juvenes; Tous sortent donc de leur inertie et se mêlent dans ces rues de débauches une fois le soleil éteint;

* On se rassemble, tous à la fois, dans les temples ou dans les rues, comme s’ils obéissaient aux ordres de Bacchus; Les danses et les cris forment des cortèges redoutables et, dans l’élan de leur frénésie, imitent les politiciens et les chefs de guerre du temps jadis; Certains iraient même jusqu’à penser que la nouvelle lune intensifie le désordre au sein de ces assemblées qui se mesurent aux dieux et provoquent leurs ennemis à leurs frontières; On pense généralement pour cela que les parisii sont des peuples très fiers et que les chars des armées sont tirés d’une même ficelle par la déesse Orgueil ;

* Les tuniques et étoffes de ces peuplades couvrent, du reste, l’entièreté de leur corps et ne semblent être attachées par aucune épingle ni agrafe; À certaines occasions, les femmes se couvrent d’un simple tissu et déposent sur leur corps des parfums forts qui font la fierté de  Lutetia;

* On dit qu’is ont pour coutume de s’enivrer dans un premier temps à l’aide d’une boisson très connue des germains autrefois, à base d’orge ou de froment, à laquelle la fermentation donne au liquide les mêmes effets que le vin; Mais il est dit aussi qu’ils consacrent leurs nuits aux rites de l’ivresse et remplissent les coupes de vin sans jamais préalablement les couper avec l’eau dans les cratères; Durant la nuit, ces peuples voyagent de banquet en banquets et défilent impudiquement , se réunissent en petit groupe et sautillent sur des autels surélevés;

* Sur les pulpitorum, peu après, on y est tenu d’embrasser au moins une fois un membre du sexe opposé et certains, dit-on, embrasseraient leur amis en narguant l’éraste indésirable; Aussi, les érastes tentent de se mêler aux cohues juvéniles en amenant les jeunes hommes ou femmes à se fourvoyer; Mais ils sont la risée des banquets et se hissent souvent des mêlées, humiliés;

* Quand les amis et l’argent viennent à manquer, ces groupes se réunissent dans un triclinium d’un ami voisin, ce que l’on appèlerait la coutume des « Afterii »; De même, les plus éveillés sortent les olla et les sartagines en vue d’un repas de fortune: Au matin, les dies festi laisse place à nouveau à aux dies profesti;

* Les Magistri ne se mélangeant pas au populum, ils préfèrent se réunir dans des caves dédiées à la divinité qui nous ait encore peu connue : Divus Mercantilius; d’autres prétendent qu’il s’agit également de banquets qui donnent lieu aux cérémonies adressés aux maquerelle et aux parieurs;

* La richesse de l’oppidum n’est ni l’abondance de bétail, ni de forêt ni la propreté de leurs rues qui infestent lors des nuits de chaleur; Toutefois, ils construiraient, aimeraient comme s’ils portaient fièrement les flèches de Vénus en pleine poitrine, se flattant du chaos de leur âme; Les femmes et les hommes seraient affranchis des lois du foyer domestique; De même, leurs habillements seraient l’expression de leur frivolité, de leur goût de la démesure et les peuples seraient libres de goûter aux plaisirs de la décadence en protégés affectionnés de Vénus;

AnnaK

> Pour obtenir un texte de référence, je me suis rendue sur le site de la Bibliotheca Augustana grâce à laquelle j’ai pu accéder à l’œuvre complète de Publius Cornélius Tacite : De Germanorum origine ac moribus. Ainsi, j’ai pu sélectionner l’ensemble des textes qui m’intéressait et transférer le contenu sur Voyant Tools. Ce site m’ayant permis d’observer l’ensemble des données quantitatives liées à l’emploi et répétition de mots dans l’ouvrage. Aussi, on se rend compte que pour Tacite, les répétitions apparaissent avec: « germaniae », « arma », « eadem », « olim » en premières positions puis de « germanorum », « tamquam », « pars », « nomen »,  » ceterea  » en notant les déclinaisons de  » gens « . Le registre dit historiographique de l’œuvre de Tacite nous amène à observer que sa composition se construit d’un ensemble important d’éléments syntaxique répétitifs; Pour cela je me suis appuyer à rendre un contenu exploitant ces mêmes emploies. Voyant Tools est un site qui met au point des outils d’analyse capables de quantifier les données d’un texte en ligne en offrant une nouvelle approche vis-à-vis du texte numérique. Voyant Tools a pu recevoir un très grand nombre de données et a pu donner un très grand nombre de référencements. Cette analyse de texte se présente sous la forme d’un nuage de mots dont l’étude s’appuie sur une quantification précise et dont la hiérarchie est visuellement compréhensible: le texte concernant les mœurs des Germains fait observer l’utilisation de 11 241 mots dont 1 034 sont cités qu’une seule fois. On résume ainsi la fréquence de l’emploi des mots. Ce qui, au regard des traductions, peut paraitre très intéressant afin d’y visualiser les variantes. L’apparence du texte donne à voir les répétions, ici, et des expressions figées. Cette analyse pourrait avoir plus de portée si nous avions à quantifier les données issus de l’ensemble des textes numériques d’un auteur. Ce qui donne à constater que l’intérêt d’une telle opération se situe dans l’établissement d’une carte d’identité d’un texte. À savoir ce qui le compose, le distingue et ce qui lui permet d’être affilié à un auteur. 

sacra popularia: festivité qui réunie le peuple entier

Voyage en Guyane à la manière d’Hérodote

Mais voilà ce que je connais du célèbre centre spatial à Kourou en Guyane, trente-six ans après le décollage de la première fusée Ariane I. A la suite de l’indépendance de l’Algérie et de l’abandon par la France du pas de tir d’Hammaguir, Georges Pompidou décide en 1964 de construire un centre spatial à Kourou, en Guyane. La Guyane est connu pour être à l’abri des séismes et des cyclones et le patrimoine rêvé de Kourou en fait un lieu essentiel pour y abriter le centre spatial européen. Sur cette terre prometteuse, le nouveau temple pour l’étude du spatial est construit à partir 1965 et devient opérationnel à partir de 1968. Selon mes sources, près de ce temple du savoir sont dressées des bases de lancement pour les fusées, notamment celles du programme Ariane, qui permettent à des chanceux d’assister à un lancement une fois par mois.

Les responsables ajoutent qu’à compter de 2009, la base accueille également les fusées russes Soyouz et les lanceurs légers italiens Vega. Au cœur de la nature guyanaise verdoyante, deux sites d’observation du décollage des fusées portent le nom des célèbres dieux grecs Vénus et Jupiter.
Mais cela suffit avec Kourou et son centre spatial.

20150820_223828[1]                                                                    Trace laissée par Ariane juste après son décollage en août 2015.

On n’a moins de connaissances vis-à-vis des pays voisins dont nous voulons parler. Pour ma part, je n’y suis jamais allée. Les guyanais m’ont dit qu’ils sont voisins frontaliers des brésiliens et surinamais. Quoi qu’il en soit, nous nous attacherons à ce que l’on connaît avec exactitude et nous en parlerons avec précision.
En arrivant à l’aéroport nommé Félix Éboué, on est d’abord surpris par la forte chaleur, assez peu présente dans la métropole. Quand on a passé Cayenne, la « capitale » de la Guyane française, on rencontre d’abord des villes principales comme Macouria dans laquelle des espèces animales se côtoient dans le zoo. Les premiers que l’on découvre sont les célèbres créatures rampantes d’Amazonie. Plus on avance, plus on rencontre des espèces variées et tropicales.
En s’éloignant de ces grandes villes et de la base spatiale européenne et en s’aventurant plus loin dans les terres, un tout nouveau décors se dresse. Quand on s’approche du long fleuve Saint-Laurent du Maroni, on rencontre un nouveau mode de vie. Le long du fleuve se côtoient des tribus indiennes et des villages qui vivent dans une certaine forme d’autarcie, notamment grâce à la pêche partagée. Certains villages, pour se ravitailler doivent traverser le fleuve en pirogue, un voyage qui peut durer plusieurs jours pour apporter aux villages les denrées essentielles.
Après le port de Rémire-Montjoly, au large des côtes maritimes se dresse l’îlet la Mère ou selon d’autres, « îlet aux singes ». Les premiers que l’on rencontre dans le temps sont les bagnards envoyés en Guyane. Par la suite, cette îlet est devenu un point d’observation important pour une espèce à part, les singes, entre mangrove et mer.

Autant que nous pouvons le savoir [NDT : κατ᾽ ὅσον ἡμεῖς ἴδμεν], la diversité des lieux et du mélange culturel qui fait se côtoyer autant des français, que des indiens, des chinois, des brésiliens ou des surinamais ainsi que cette situation particulière d’un département français de l’autre côté de l’Atlantique, sur le continent américain, fait de la Guyane un territoire à part. Les grandes villes s’opposent aux villages qui bordent le fleuve de l’autre côté du territoire.

Billet 3

Pour créer mon article, je me suis inspirée du Livre IV des Enquêtes d’Hérodote, sur le célèbre site Perseus. Du chapitres 15 au chapitre 18, il décrit le pays des Scythes, ce qui m’a servit de base. Je ne me suis pas inspirée des faits racontés mais plutôt de la manière d’écrire de l’auteur. Dans l’écriture même d’Hérodote, on peut voir qu’il accorde une grande importance à justifier ce qu’il dit : »Ἀλλ᾽ ὅσον μὲν ἡμεῖς ἀτρεκέως ἐπὶ μακρότατον οἷοι τε ἐγενόμεθα ἀκοῇ ἐξικέσθαι, πᾶν εἰρήσεται. » (« Quoi qu’il en soit, nous avons porté nos recherches le plus loin qu’il nous a été possible, et nous allons dire tout ce que nous avons appris de plus certain par les récits qu’on nous a faits.).                       En tant qu’historien et aussi géographe dans cet extrait, Hérodote utilise de nombreux verbes de parole: ils disent … et de nombreux termes géographiques: plus en avant, après le fleuve… Le passage est structuré par une idée d’évolution dans l’espace.

Grâce à Voyant Tools, on peut noter certaines caractéristiques de l’écriture d’Hérodote. L’auteur qui se veut historien fait une description géographique précise avec des indicateurs de lieux qui sont très présents. Avec voyant Tools, grâce à la rubrique  on peut voir que ces indications passent principalement par l’utilisation des prépositions: » Ἀπὸ » apparaît quatre fois en deux paragraphes. Sa description est très spatiale, on part d’un endroit, pour aller plus loin dans les terres, les termes « au milieu », « plus loin », « au large » sont employés.                                                                                                               En tant qu’historien, Hérodote donne beaucoup d’informations qu’il articule par de nombreuses phrases et propositions, ce qui explique la fréquence importante des connecteurs comme « καὶ » qui apparaît dix-neuf fois dans ces chapitres, et « δὲ » qui est visible vingt-cinq fois grâce à la rubrique « words in the entire corpus » et le schéma « word trends ». La courbe est une bonne illustration pour se rendre compte de l’importance ou non des occurrences des mots choisis.                                                                                 De plus, une autre caractéristique des sources d’Hérodote est visible grâce à Voyant Tools. En effet, des sources de l’historien sont orales, comme le montre la présence à plusieurs reprises du verbe « λέγουσι ».

Billet 3Occurrence de « δὲ »