Project Gutenberg : impressions

project-gutenberg

Une idée de génie. Gutenberg a permit d’améliorer la diffusion des textes grâce à son invention. On peut dire que le site porte bien son nom puisqu’il propose un corpus important de livres électroniques à télécharger gratuitement. Ceux qui n’aiment pas marcher jusqu’à la bibliothèque apprécieront  d’en avoir une accessible via leur ordinateur.

Ce site c’est également la parfaite utilisation des outils numériques pour valoriser les supports textuels. En plus du très grand choix de textes il a le mérite d’être visuellement claire et facile d’utilisation.On a la possibilité de choisir parmi plusieurs langues et les différentes rubriques sont pertinentes.

project-gutenberg-2                 J’ai particulièrement apprécié le top 100 des livres/auteurs les plus téléchargés.

Cependant la grande majorité des textes est en anglais , détail à la fois positif et négatif dans la mesure où ils sont plus difficiles d’accès pour un public non anglophone.Cela offre tout de même l’opportunité de travailler avec le texte d’origine. Tout dépend du cadre dans lequel on souhaite utiliser le site,scolaire ou personnel.

Petit bémol pour les étudiants en lettres classiques, le corpus ne semble pas tourné vers les textes anciens ce qui en fait un outil délicat à utiliser si l’on veut travailler à partir de sources antiques. La grande majorité des ouvrages appartient à la littérature anglophone d’après ce que j’ai pu voir. On peut donc l’utiliser en tant qu’outil complémentaire mais pas principal.

 

PHI Latin Texts

PHI Latin Texts est une bibliothèque numérique en anglais qui regroupe un grand nombre d’auteurs latins, et donne accès à l’intégralité de leurs textes, y compris au moindre fragment. Après avoir accepter les conditions pour entrer dans le site, nous arrivons immédiatement à la liste des auteurs présents dans cette bibliothèque, et qui sont fort nombreux, sagement rangés par ordre alphabétique, et, pour une orientation la plus claire possible, l’élément du nom qui correspond à l’ordre alphabétique mis en valeur par la police en gras, afin qu’il n’y ait pas d’hésitation.phi

Le visuel est sobre, et doux, avenant, et surtout clair: la signalétique bleue nous indique, par habitude, que nous devons ou pouvons cliquer sur ces noms, et que nous accéderons à un autre contenu.
Mais que peut bien avoir écrit ce cher Annianus? Allons voir cela de plus près…

phi-2phi-3

 

 

 

 

Nous accédons donc à l’unique carmen d’Annianus, sans contextualisation ni précision sur l’auteur; le texte latin, uniquement le texte latin.
Et là est la limite de PHI: c’est une bibliothèque numérique de textes latins, et ce n’est rien d’autre. Ce site nous donne donc accès au texte dans son plus simple appareil, sans s’encombrer d’appareil de notes ou de commentaire, ni même de la moindre traduction. Et le texte peut parfois être très long, et se dérouler sans aide à la lecture, peu maniable. L’utilisation de PHI, dès lors, semble intéressante uniquement dans le but de trouver un extrait précis dans un texte, en sachant préalablement ce que l’on est venu chercher.

Cependant, PHI offre quelques outils de navigation au sein des textes et entre les textes, qui peuvent être intéressants dans le cadre d’une recherche précise. En effet, au-dessus du texte nous sont proposées les liens « Authors », « Word Search », « Concordance ».
« Authors » est donc le mode de recherche que nous avons utilisé jusque là. « Word Search » permet quant à lui d’entrer un mot, afin de faire une recherche par occurrence:phi4

 

 

L’on peut donc accéder directement à chaque extrait où il est question de saltatio par exemple, sous toutes ses formes grammaticales, chaque extrait étant par ailleurs clairement identifié dans les références.

Si l’on clique directement sur « Concordance », le même mot est recherché, sous une autre forme, laquelle permet de comparer la place du mot dans la phrase, et également d’accéder à chaque extrait, où le mot apparaît alors en rouge.
phi-5

 

 

 

 

 

Il me semble donc que ce site, PHI Classical Texts, aussi avenant soit-il dans sa présentation, est en réalité assez abrupt et hermétique pour qui n’est pas familier aux textes latins ou qui ne sait pas exactement ce qu’il recherche. C’est un outil très basique d’accès aux textes, qui peut être intéressant pour la navigation qu’il permet au sein des textes, mais la visée ne semble pas porter plus loin.

 

Project Gutenberg

Quand on tombe sur la page d’accueil du site Project Gutenberg, on peut dire que la présentation est assez simple, voire rudimentaire. Le site se présente sur deux colonnes : une petite colonne à gauche avec un fond beige où on peut accèder au moteur de recherche des livres, au bouton de donation et aux différentes langues proposées (le portugais, l’allemand et le français) ; une grande colonne de la taille d’une page avec un fond blanc où on trouve les derniers livres enregistrés, un mot de bienvenue, les conditions d’utilisation, des informations et des liens vers d’autres sites internet. Tout en haute à droite de la page d’accueil se trouve une barre de recherche.

capturepg1

Quand on appuie sur le lien « book search », le site redirige vers une autre page, étrangement en français, tout aussi simple que la première. Sur la bannière beige tout en haut, de gauche à droite, on voit le logo de Project Gutenberg (un G blanc dans un carré rouge), le nombre d’ebooks libres à télécharger, les derniers livres, les conditions d’utilisation, la possibilité de faire un don, la version mobile de la page puis tout à droite, le bouton de donation et une barre de recherche. Pour ce qui est du milieu de la page, un simple fond blanc et trois colonnes avec un mot de bienvenue et trois liens pour accéder aux livres en fonction de leur popularité, de leur date d’ajout ou de manière aléatoire.

capturepg2

Si on cherche un livre au hasard, on tombe sur le même type de présentation que précédemment. Une simple page blanche avec une liste de livres sur quatre colonnes : soit on trouve seulement le titre et l’auteur, soit on trouve également une photo de couverture. Les livres sont majoritairement en anglais mais il est possible d’en trouver en français, en espagnol, etc. Il suffit de cliquer pour choisir son livre, écrit ou audio : un symbole de livre ou de haut-parleur à gauche du titre indique sa nature.

capturepg3

Prenons deux exemples différents : A Son of the Sun de Jack London comme livre écrit et The History of the Peloponnesian War de Thucydide comme livre audio.

Pour le premier cas, la page présente la couverture du livre à gauche et un tableau à droite où sont listés les ebooks. On peut télécharger le livre sous plusieurs formats : soit le lire en ligne en HTML, soit le télécharger en EPUB, PDF, Kindle, voire en texte brut UTF-8. En bas à gauche, il est possible de scanner le QR code du livre. Dernière chose mais pas des moindres, on peut cliquer sur l’onglet Bibrec pour avoir toutes les données bibliographiques (auteur, titre, sujet, etc.).

capturepg4 capturepg5

Pour le deuxième cas, on retrouve la même présentation que pour un livre écrit sauf qu’on peut télécharger différents formats audio : Audio Book Index, Ogg Vorbis Audio, ITunes, MP3, Speex, etc. On trouve également l’onglet Bibrec et les données bibliographiques.

capturepg6

Malgré sa mise en forme rudimentaire, ce site s’inscrit dans la modernité. Il offre plusieurs formats usuels comme le livre Kindle ou l’audiobook Itunes. Il est également en « responsive design », c’est-à-dire qu’il peut s’adapter aussi bien aux écrans d’ordinateur qu’aux tablettes et aux mobiles.

Le site mobile reste très simple. Il arbore des tons de bleu et on ne trouve plus que la barre de recherche en haut et les trois catégories de recherche sous forme de longues barres tactiles (les livres les plus populaires, les dernières publications et les livres au hasard). On trouve par la suite exactement la même mise en forme jusqu’à cliquer sur le titre qui nous intéresse. Sur la page du livre, on voit d’abord la bibliographie puis les liens de téléchargement. A mon avis, la version mobile est bien plus intuitive que la version originale du site.

capturepg7 capturepg8 capturepg9

Ce que l’on pourrait reprocher à ce site, ce sont les incohérences lorsque l’on passe du site anglophone au site francophone. Les boutons ne sont plus du tout au même endroit, les traductions ne correspondent pas au texte original et il est très difficile de continuer à naviguer en français sur le site. En effet, les pages traduites semblent aléatoires et il suffit de cliquer sur un nouveau lien pour retomber dans la version anglaise. Enfin, il est clair que la site anglophone est plus intéressant à utiliser rien qu’en regardant sa date de mise à jour : le 21 septembre 2016, tandis que la version française n’a pas eu de modification depuis le 14 octobre 2011 !

capturepg10

En définitive, Project Gutenberg, une fois l’aridité de sa mise en page dépassée, offre une large palette de livres écrits et audios sous un très grand nombre de formats. Son « responsive design » est particulièrement intuitif et agréable à utiliser.

 

Phi classical Latin texts

Cette bibliothèque de texte latin est très simple d’utilisation : les textes sont ordonnés par auteur mais on peut aussi les trouver avec un mot clef (qui doit évidemment être en latin). Le site a une apparence très sobre, dépouillée de toute fantaisie mais qui s’avère efficace : autant aller à l’essentiel. Il donne également la possibilité d’effectuer des concordances entre les textes. Ainsi, pour la recherche d’un texte il est un excellent outil mais il n’apporte pas de précision sur celui-ci, ni de commentaire, il en donne seulement l’accès.capture1

PHI Classical Latin Texts

Le site PHI Classical Latin Texts se présente comme une véritable bibliothèque en ligne. Dépouillée de tout élément superflu, elle ramène le visiteur aux bases de la recherche bibliographique. A côté d’une certaine liberté laissée grâce à la possibilité de faire une recherche par mot-clé ou par concordance, le cœur du site se situe dans la liste d’auteurs classés par ordre alphabétique.

1

Cette dernière se veut facile d’accès et lisible (noms les plus couramment utilisés des auteurs en gras) mais également à portée internationale de par la conservation des noms latins. Une fois l’auteur choisi, tous les textes recensés se présentent sous forme de liste et leur contenu est justifié par la présentation de l’édition dont ils sont tirés.

2

Simple et efficace, le site se veut une bibliothèque en ligne de textes latins qui ne se risque pas à présenter une traduction.

Perseus Digital Library

Perseus est une bibliothèque numérique qui offre un accès à un large panel d’œuvres de la littérature classique.

home-page-perseus

C’est un site internet en anglais, langue couramment répandu, ce qui s’adresse donc à beaucoup plus de lecteurs. Cependant, puisque le site est intégralement en anglais, cela implique que l’utilisateur doit maîtriser la langue.

Le site en lui même n’est pas particulièrement beau au sens où le design, l’esthétique du site est assez classique. Les couleurs sont assez basique (du blanc au noir en passant par le gris) de même que l’écriture qui ne varie pas vraiment entre le nom du site et son contenu. Le nom du site ne se détache d’ailleurs que par sa place au dessus de la barre de navigation. Le logo est, quant à lui, plutôt discret et ne se détache pas foncièrement du reste. il est peut être trop petit et mal placé.

De surcroit, le site est peut être un peu trop opaque, c’est à dire qu’une page donne, à mon sens, beaucoup trop d’information. On ne sait plus où donner de la tête. En dehors de la barre de recherche qui est mise à part de façon plutôt visible en haut à droite, les plages sont tellement remplis de liens que certains disparaissent parfois dans la masse. La navigation sur le site est plutôt naturelle pour quelqu’un qui a déjà une expérience d’un tel site, mais pas forcément pour moi. J’apprécie que le site offre une aide à la navigation au sein du site mais il m’a tout de même fallu quelques minutes pour la voir.

Cependant, Perseus Digital Library bénéfice d’un atout majeur : ses références. Le catalogue de Perseus contient un nombre impressionnant d’auteurs. Mais n’est ce pthe-perseus-catalogas normal pour une bibliothèque en ligne? De plus, les textes et les références ne sont pas toutes en anglais, latin ou grec mais certaines (plus rares) en allemand, arabe ou italien.

A mon sens, le site de Perseus Digital Library est donc pratique au sens où il est utile mais ce n’est pas une bibliothèque dans laquelle on flânerait avec plaisir. Certes on peut y trouver ce que l’on cherche mais il est parfois un peu difficile de s’y retrouver parmi tous ces liens.

Numero, numeras, numerare…

Le numérique, qui reste encore pour moi, une notion vague et floue, est à la fois un objet de fascination et de répulsion.

J’admire (au sens latin du terme) les riches ressources que je peux trouver sur Internet, je reste -encore- médusée devant la facilité avec laquelle je peux trouver n’importe quel texte antique en deux clics de souris tandis que je me souviens des recherches frénétiques et laborieuses que je devais faire pour trouver un Budé, en bibliothèque, au tournant de ce siècle. Moi qui ai commencé mes études en 1998, je suis stupéfaite des changements qui ont eu lieu en si peu d’années !

Et pourtant, l’injonction actuelle à « passer au numérique », à « faire du numérique », à « former au numérique » me laisse perplexe voire même me raidit. Que se cache-t-il derrière cette frénésie collective à devoir tout faire par le « numérique », à glorifier le numérique ? La modernité semble passer par ce mot unique « numérique » auquel il est devenu impossible d’échapper.

J’envisage donc ces cours d’ « humanités numériques » comme un voyage initiatique dans un pays aux mœurs étranges, au langage que je vais devoir apprivoiser, aux idées et notions que j’ai hâte de cerner, de circonvenir, pour mieux les penser.

Avec beaucoup de difficultés, j’ai réussi à donner mes premières commandes à l’ordinateur. Et quel ne fut pas mon enthousiasme quand celui-ci obéissait ! Je sais donc naviguer dans les dossiers grâce à la ligne de commande. En revanche, je ne parviens pas à sortir du dossier dans lequel git est installé. J’ai donc dû copier les corpus de Cicéron et Démosthène à l’intérieur du dossier git. J’ai réussi à ouvrir un texte de Cicéron. Puis, j’ai utilisé la commande wc et je sais qu’il y a 5233 mots dans le texte 25 de Cicéron.

La commande grep me semble plus intéressante puisqu’elle permet de compter le nombre d’occurrences d’un même mot dans un texte. Dans le texte 1 de Cicéron, le terme « civitas » apparaît 8 fois. En revanche, même si l’ordinateur nous donne les quelques mots qui précèdent ou qui suivent l’apparition du mot, c’est à nous à retrouver dans le texte l’apparition du mot. Pour que cette recherche soit plus pertinente, il faudrait alors la coupler avec le nombre d’occurrence de « Roma ». J’ai donc demandé le nombre de fois que « rom » apparaît : le latin étant une langue flexionnelle, la terminaison du mot varie. Or, cette recherche n’a pas abouti car l’ordinateur a compté tous les mots dans lesquels les trois lettres « rom » apparaissaient comme « promisisset ». Et il n’a compté aucune occurrence du mot « Roma » car toutes celles-ci commençaient par une majuscule. D’après d’autres recherches, le mot « Romae » apparaît 16 fois et « Roma » 25 fois.

Il faut donc être précis dans les demandes que nous formulons et prendre en considération à la fois ce que retient l’ordinateur dans sa comptabilité et ce qu’il exclut, car ses critères ne sont pas forcément les nôtres.

Cette commande pourrait être utile pour étudier l’image que Cicéron veut donner de lui dans ses lettres. En étudiant la prédominance de certains termes à un moment T (avant son exil, pendant son exil, après son exil, par exemple), ou au contraire leur absence ou quasi absence, on pourrait analyser l’évolution de cette image.

Un retour pas trop glorieux [Les lignes de commande et plus si affinités]

Pour cette nouvelle année, notre parcours nous mène toujours plus avant sur la voie de la connaissance des arcanes numériques (mais ici, plutôt informatiques). J’aurais voulu ouvrir avec quelque chose de plus littéraire, plus souple : disons, en un mot, plus vivant. Mais ce ne sera pas le cas. Je vais parler de mon expérience avec l’invite de commande Windows et sa version légèrement différente Git Bash.

Ceci n’est pas une véritable première expérience puisque nous avions déjà pris beaucoup de plaisir l’année dernière à transformer nos fichiers markdown en fichiers à extension diverses et variées grâce à l’invite de commande. Mais il est vrai qu’autrement nous n’avions pas fait grand chose. D’ailleurs, en dépit du temps passé à intégrer le tutoriel, vous vous rendrez assez vite compte que je n’ai toujours pas fait grand chose.
Après avoir eu quelques déboires pour accéder à un dossier parce que son nom comportait un espace (les joies de l’informatique), j’ai finalement pu tester de petites commandes permettant de lister, comptabiliser et par extension traiter des informations textuelles à partir de ce dantesque écran noir.

Avec en prime une mise en abîme délicieuse.

Avec en prime une mise en abîme délicieuse.

Il y a vraiment quelque chose de très expérimental à tenter des manipulations qui semblent absconses et qui peuvent potentiellement, à écouter notre professeur tuteur primus inter pares, effacer la mémoire de notre disque dur sans rémission possible.

Mon acclimatation aux outils wc et grep appliqués au corpus cicéronien n’a pas donné de résultats particulièrement nobles. J’ai pu obtenir le nombre de mots et de lignes du fichier « cicero_05.txt » (respectivement 102067 et 12549, puisque vous mourez d’envie de le savoir) grâce à quelques emplois de wc. Grep est peut-être plus ludique puisqu’il permet de rentrer plus avant dans le fichier. Avec quelques commandes de base, on peut saisir les occurrences de mots (attention pour les langues anciennes à isoler le radical et le faire suivre de l’astérisque) et donc observer leurs emplois, les comparer, comparer deux termes et leur contexte d’utilisation. Certaines nuances dans les commandes permettent d’afficher les occurrences pertinentes en toutes lettres tandis que d’autres les réduisent à un compte numérique facilement traitable.

Exemple : dans le fichier cicero_05.txt, les occurrences de frater, fratri et de meretrix, meretricis (frat* et meretri*)

La première capture permet de voir deux pavés où l’on peut repérer les emplois en contexte mais qui ne sont pas forcément adaptés pour comptabiliser rapidement les données.

Les résultats de la recherche mis à la suite.

Les résultats de la recherche mis à la suite.

La seconde propose quelque chose de plus fonctionnel mais qui pourrait être faussée pour peu que le radical inclue d’autres mots que l’on ne veut pas faire figurer dans notre liste (ex : fraternitas)

Et une comptabilisation plus épurée!

Et une comptabilisation plus épurée!

La conclusion temporaire de cette modeste recherche est que déjà du temps de Cicéron, si l’on s’en fie à des données purement quantitatives, l’adage Bros defore Hoes était de mise. A creuser dans un futur sujet de thèse.

Plaisanteries à part, il serait intéressant, en dépit de mon traitement du seul corpus latin dans l’exemple qui précède, de comparer grâce à ces outils les deux corpus disponibles (Cicéron et Démosthène) entre eux. Il serait intéressant de trouver le moyen d’isoler des structures syntaxiques et/ou thématiques parallèles entre les deux grands orateurs, étude plus ardue à faire sans moyens numériques. Cela poserait aussi le problème de la langue et de l’alphabet, autant d’obstacles stimulants?

 

L’Eternel Retour : du texte aux données et des données au texte, de l’utilité de lire et compter

 L’utilisation de la ligne de commande est avant tout quelque chose de très grisant lorsque l’on réussit, et de très contrariant lorsqu’on échoue sans pouvoir en déterminer la cause. Il s’agit de se détacher plus avant de la prétendue commodité des normes de présentation des interfaces graphiques pour agir directement avec des commandes sommaires. Pour l’instant, ce que l’on peut effectuer est peu productif, il y a beaucoup à retenir d’un coup, et ne maîtrisant pas encore parfaitement les systèmes, la syntaxe, on a du mal encore à imaginer à quoi appliquer toutes ces combinaisons pour qu’elles produisent des résultats – qui seraient ces mêmes résultats que l’on aurait recherché avec l’interface ou bien des résultats plus surprenants et inespérés ?
Il semble néanmoins que les manipulations soient rapidement assimilables.

Nous avions déjà eu un aperçu des fonctionnalités des commandes word count et grep en utilisant Wordtool et Databasic. Prenons donc nos résultats avec la commande word count sur les corpus proposés à l’étude de Cicéron et Démosthène :

Commande wc -l wc -w wc -c
cicero.txt 149570 1204042 8220157
demosthenes.txt 0 296902 3774354
demosthenes_works.csv 65 166   2914
total   149635 1501110  11997425

Dans notre cas, on ne peut pas se contenter du distant reading (1), il faut encore passer par la lecture détaillée pour parvenir à une interprétation des données.
Pour un fichier texte, la commande permettant de connaitre le nombre de ligne est peu intéressante comparées à celle du nombre de mot, et inversement pour un tableur.
On voit encore mal comment se servir de la dernière colonne « Total » avec ce corpus.

Prenons maintenant les résultats obtenus avec la commande grep sur le fichier contenant le texte de Cicéron.Nous avons cherché populus dans notre texte. Nous ne présenterons qu’un extrait de notre résultat qui est trop conséquent :

« oculos vestros trucidetur; denique accusant ei quos populus
tamen dici possunt quam populus Romanus memoria
recepisset.’ Quo populus Romanus nihil vidit indignius
autem reliquas vobis populus Romanus imposuit; ego
L. Cassius ille quem populus Romanus verissimum et
creatus neque restitutus sed subactus oppressusque populus
disciplinae possidet in se, quem populus Romanus meliorem
omnino omnis improbitas, id quod populus Romanus iam … »

En obtenant avec le flag -c, le nombre de mot on peut arriver à un résultat intéressant, assorti de l’utilisation de la fonction de troncature wildcard pour les langues à flexion.
On voit encore une fois qu’il est nécessaire de passer par le close reading pour interpréter les données, ce qui n’est pas très confortable dans l’interface du terminal. On ne voit d’ailleurs pas très bien selon quels critères ont été ici utilisés pour sélectionner les portions de phrases.

En conclusion de ces petits exercices d’application où la technique et l’expérimentation prévalent sur l’idée, on envisage à peine la puissance des outils de computation. Pour collecter des données sur des corpus énormes dont nous avons déjà une idée de la manière dont nous voudrions les rendre significatives, la démarche sera sans doute plus productive. Nous pensons notamment à des corpus où le style est moins à envisager, comme dans le cas de productions sérielles par exemple. Nous envisageons de nous servir de ces commandes par la suite pour mettre en évidence les effets de série dans le corpus étudié pour notre mémoire (paroles de chanson, titres de chansons et d’albums et visuels – nous devrons à cette fin les renseigner) sur les usages sous-culturels (dans la culture metal extreme) du latin.

(1) Les notions de close et distant reading renvoient ici aux travaux de Franco Moretti, notamment dans Graphes, cartes, arbres (2008) et La Littérature au laboratoire (2016)

Une bouteille à la mer

Chers et chères camarades de classe pour le moment virtuel-le-s, c’est à vous que j’adresse ce message envoyé dans la bouteille qu’est ce blog dans la mer du web.
De l’autre côté de l’Atlantique, je suis pourtant bien inscrit avec vous, dans le même master, et déjà, je ressens les bienfaits du numérique, car sans cette merveilleuse invention qu’est l’Internet, je ne pourrais assister, à vos côtés virtuels, au séminaire de Monsieur Berra, certes dans un autre espace-temps (en général l’espace temps de mon doux foyer, avec un apéro de fin de journée – sans vouloir vous narguer! ), mais – peut-être – avec le même enthousiasme!
Le numérique pour moi est, dans le cadre des humanités, d’abord un outil incomparable, qui change considérablement notre façon d’aborder nos domaines d’études. En effet, ce qui n’était atteignable jadis qu’en une vie de travail acharné et sans répit est aujourd’hui rendu fort simple par un tas de fonctionnalités de traitement et d’analyse de données – la comparaison de l’usage de termes précis entre deux auteurs par exemple, ou relever les citations et les influences dans un texte précis, exercices ardus s’il en était quand il fallait éplucher des centaines et des centaines de pages, rendus aujourd’hui simplissimes par la fonctionnalité la plus basique du TLG en ligne – ce qui permet au chercheur ou à la chercheuse d’ouvrir son champ d’étude, de prendre en compte des considérations plus globales et en général, d’élargir tout bonnement les réflexions et notre manière d’appréhender le passé. Cela en plus de faciliter énormément les communications, ce blog en étant un merveilleux exemple, dont je profite pleinement par ailleurs. En permettant les communications entre tou-te-s les spécialistes du monde dans tous les domaines qui soient, cela, une fois de plus, pousse le chercheur ou la chercheuse d’aujourd’hui à ne pas se cantonner dans son domaine, dans son coin de bibliothèque, mais bien au contraire de s’ouvrir à tout ce qui se fait en matière d’études du passé, mais également de notre société contemporaine, et c’est une chance à saisir pour cultiver la Curiosité – avec un grand C.
En somme, je considère l’avènement du numérique, surtout dans nos domaines, comme une poussée vers un changement de paradigme auquel nous nous devons, en tant qu’enfants de ce siècle, de participer.
Je vous lève donc mon verre (c’est l’apéro pour moi, je vous disais) chers et chères camarades, au plaisir de travailler avec vous par le merveilleux biais du numérique 😉

spa

Il était une fois les Humanités Numériques

Il est vrai que l’on associe rarement le terme « humanités » à celui de « numérique», mais comme on dit : les opposés s’attirent ! Nous voici donc dans le cours qui matérialise leur union, les humanités numériques. En quoi cela consiste-t-il ? Je me suis longuement posé la question.

Sortant de la licence Humanités classiques, arts et patrimoine qui était consacrée à toutes les matières dites d’humanités (histoire, langues anciennes, langues vivantes, histoire de l’art), la question du numérique me semblait bien loin. Mais voici que ce Master s’offre à moi et me laisse délibérément penser qu’aujourd’hui le numérique est partout. Nous allons ainsi apprendre à manipuler des outils informatiques, à gérer des donnés et à donner vie à un site, tout cela en gardant en ligne de mire notre passion numéro un : l’Antiquité. Intéressant, mais à quoi cela sert-il ? À montrer que l’Antiquité est encore présente dans bien des domaines et qu’il faut avant tout transmettre des informations correctes la concernant. En apprenant à utiliser les nouvelles technologies, nous pourrons diffuser ces connaissances de manière efficace et deviendrons par la même occasion les témoins directs du mariage des humanités et du numérique, pour le meilleur et pour l’avenir.wp_20161007_15_15_15_pro2

Humanités numéri…quoi ?

Je m’appelle Mariane Ros-Guézet et je suis en Master d’humanités classiques et d’humanités numériques. Quand je présente l’intitulé de mes études à ceux qui me le demandent, leur première réaction est l’incompréhension : « Comment ça ? Qu’est-ce que c’est, des « humanités classiques et numériques » ? ». Au début, je disais que c’était plus qu’un traditionnel master de lettres classiques parce qu’il y avait des « humanités numériques ». Sauf que je ne savais pas moi-même ce que c’était, alors je disais que je faisais de l’informatique. Là, l’incompréhension devenait de l’étonnement : « Mais les lettres classiques et l’informatique, ça ne va pas du tout ensemble ! ».

Et bien, en fait, si ! Il faut se détacher de l’idée qu’un chercheur en lettres classiques est forcément un vieux grigou qui s’enferme 24h sur 24h dans une bibliothèque et qui utilise encore les pigeons voyageurs pour communiquer. Bien avant d’assister à mon premier séminaire d’humanités numériques, j’étais déjà enthousiaste à l’idée de casser cette image et de devenir une antiquisante 2.0. Maintenant que je comprends enfin ce que c’est, je le suis d’autant plus et je peux enfin l’expliquer autour de moi, voire convaincre des sceptiques. Je ne peux plus dire que je fais de « l’informatique », ce qui a une connotation très spécialisée de science dure, mais que j’adapte ma formation d’antiquisante au numérique. Un chercheur en lettres classiques aujourd’hui n’a pas seulement les textes originaux et leurs éditions à portée de main mais il a aussi Internet et les livres dématéralisés, c’est-à-dire numériques. Nos moyens de recherche sont infinis lorsque nous savons apprivoiser les outils numériques et c’est exactement ce que nous proposent les « humanités numériques ».

Au lieu de s’enfermer dans le passé en pensant que c’est le sort de tout antiquisant, il faut s’ouvrir au présent et façonner le futur. Alors, quand quelqu’un m’interrogera sur mon intitulé de master, je lui répondrai :

« ensemble, nous créons aujourd’hui l’Antiquité de demain ».

passage-de-tablettes

Numériquement vôtre

Une fois licencié de l’université,

Le parcours continue dans les humanités.

Déjà trois ans ici, pourquoi pas deux de plus ?

Côtoyons les vieux livres et autres papyrus.

Attendez, que dites-vous, des cours de numérique ?

Voilà qui promet d’être des plus épique !

Deux époques se rencontrent, se mêlent et se subliment,

En un cours digital tout à fait légitime.

Gérer un carnet et un site, voilà notre devoir

Le résultat, je l’espère, saura être notoire.

Le numérique est à présent l’avenir du passé.

Exegimus monumentum perennius aere.

images

Doutes métaphysiques et numériques

J’ai pris la voie des sages et des classiques pour ralentir le temps, suivre le chemin de ceux qui savaient s’en saisir pour m’en saisir à mon tour, dans une fuite en arrière, vers ceux dont les tablettes n’étaient pas tactiles. J’ai pris la voie des classiques pour échapper au mal du siècle et voici que mon siècle me rattrape, sous la forme hybride de ce Master Humanités Classiques et Humanités Numériques. « Lire des livres sur un écran ? Moi ? Jamais !! », peut-on régulièrement m’entendre dire, invoquant l’odeur de l’objet, le plaisir de tourner la page (la page en papier), et celui de voir le marque-page progresser dans le livre au fur et à mesure de la lecture.ralentir-le-temps

Alors oui, j’ai sciemment choisi ce Master, mais je crois que j’avais malgré tout un peu éludé la partie numérique, son langage codé et son monde parallèle, auquel je ne comprends pour l’instant pas grand chose. J’ai toujours entendu dire que le numérique peut effrayer ceux qui appartiennent aux générations précédentes et qui ne sont pas habitués à ces outils, et, en bonne utilisatrice de Word, je ne voyais pas très bien le côté effrayant (quoique j’aie souvent le sentiment d’être tombée dans la mauvaise génération). C’est maintenant chose faite, entre pads, forums, markdown et autres trésors de l’informatique ! Mais, le vent de panique passé, j’ai bien l’intention de m’accrocher, car c’est avec curiosité et intérêt que j’aborde ces Humanités Numériques.

Quand le Numérique côtoie l’Antiquité

Le Master Humanités classiques et Numériques, c’est d’abord une contradiction pure et simple. Qui aurait pensé lier le numérique à la période classique de notre histoire? On imagine avec difficulté comment relier les deux, cela semble absurde. Et pourtant …

On attribue souvent à l’Antiquité les origines d’une part importante de ce qui fonde nos sociétés alors pourquoi ne pas aller plus loin? Après tout, les anciens écrivaient bien sur des tablettes de cire ; l’ordinateur ne pourrait-il pas s’en inspirer?

De surcroit, nous vivons aujourd’hui dans une ère où tout (ou presque) passe par le numérique. Il n’y a alors aucune raison pour faire des enseignements classiques une exception. Surtout si cela peut rendre la matière plus accessible. Dans une époque où l’on veut tout, tout de suite, où on a un accès instantané à d’énormes bases de données, ça permet de se rapprocher de cultures, de textes, de traditions éloignées. Ca permet de donner un accès constant à une période non négligeable de l’Histoire, de ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Pour moi, choisir le master Humanités classiques et numériques, c’est faire le choix de ne pas choisir entre un passé qui nous définit et un futur que l’on écrit. C’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche. C’est choisir de transmettre à échelle mondiale les recherches d’un petit nombre.

1540-0