Commentaires sur la bibliothèque  » PHI latin classical texts « 

J’ai choisi de commenter cette bibliothèque car, étant encore fort peu familiarisé à l’usage de tels outils qui peuvent parfois se montrer encore bien complexes, c’est justement la simplicité de celle-ci qui m’a intéressé.

Tout d’abord, il est nécessaire de remarquer que l’on trouve uniquement des textes latins écrits avant le IIIe siècle av. J-C, en plus de quelques textes datés de l’antiquité tardive. Ceci constitue, à mon avis, la différence principale avec la bibliothèque  » Projet Gutenberg « , qui propose des ouvrages de la littérature mondiale parmi lesquels on trouve peu de textes en latin et grec, mais surtout des traductions, et  » Perseus « , qui se concentre sur les textes écrits en langue latine, grecque, et arabe.

La page d’accueil est on ne peut plus simple, et très explicite : voici qu’est proposée la liste de tous les auteurs latins dont on propose les œuvres, un ouvrage, un simple fragment. Après un rapide « ctrl f » pour trouver l’auteur que l’on souhaite lire et un petit clic sur son nom, voilà que le texte se présente en colonne, dans sa lettre latine originelle, sans traduction, noir sur une fenêtre bleu-claire elle-même au centre d’un arrière fond rose. Cette esthétique crée une atmosphère chaleureuse, avec tout ce que ces couleurs peuvent nous évoquer, comme si elle cherchait à créer un espace de familiarité entre l’auteur, la lettre, et son lecteur.

En effet, l’absence de traduction ainsi que l’impossibilité de cliquer sur un mot-lien qui nous renverrait à une traduction (comme sur la bibliothèque  » Perseus « ) obligent le lecteur à être patient, à questionner le texte. Néanmoins, pour profiter pleinement de cette expérience intellectuelle, il est nécessaire de déjà bien maîtriser la grammaire latine et d’avoir assimilé un nombre conséquent de mots afin de pouvoir lire le texte sans grandes entraves.

Pour un travail de recherche ou de statistique portant sur un terme spécifique, les rubriques  » Word search  » et  » Concordance  » permettent facilement et rapidement de trouver les occurrences dudit terme. Exemple : en inscrivant  » [SenPhil] officium  » dans la barre de recherche, je vais trouver un grand nombre de passages extraits des œuvres de Sénèque le philosophe au sein desquels apparaît le terme  » officium « .

Project Gutenberg- la charme(?) discret des ebooks

http://www.gutenberg.org/

Comme le projet il-même le souligne dans la première phrase de sa présentation « Gutenberg: about« , il s’agit du premier fournisseur des livres libres électroniques, les ebooks. Son but n’est pas si ambitieux ou compliqué, le projet était créé pour « encourager la création et la distribution des ebooks ».
En explorant le site, je pourrais dis que son but est achevé au premier niveau. Le projet n’adresse pas aux personnes individuelles ni aux institutions académiques, comme le Thesaurus Linguae Graecae, il n’a pas en générale un « public visé ». Je dirais que son destinateur est quelqu’un qui cherche à enrichir son bibliothèque en Kindle, et, complètement par hasard parce que les dernières semaines j’essaie à utiliser le Kindle- moyen à lire, ça marche pour moi.
à propos l’ergonomie du site dont je pense c’est la première chose qu’on observe, elle me semblait premièrement satisfaire, parce que le site est très facile a l’utiliser. Le moteur de recherche est haut et à gauche et tous les informations autour le projet sont regroupés dans la page d’accueil. Le design est simple et classique avec des couleurs basiques (rouge, noir et leurs nuances). Il s’agit pas d’un site qui semble intéressant en fait, même si qu’il mentionne instantanément ses offres,  c’est a dire les 55.000 eBooks. La cause est qu’ il manque la capacité d’ attirer les passants en ligne.

La chose la plus décevante s’arrive quand on commence notre recherche. Les livres ne sont pas organisés d’une manière spécifique et t’ as de plus en plus l’impression que tu es entrée dans une librairie qui d’un part te donne l’accès aux milliards des livres mais, d’autre part il ne possède pas des étagères proprement mets. Quand tu cliques par instance l’option search, tu trouves seulement trois prochains options;

En suivant, les sous-catégories sont organisés dans l’ordre alphabétique et leur contenu n’est si clair. Un exemple qui s’adresse à nous plus spécifiquement est la catégorie des « Classics » qu’ inclut seulement de la littérature latin tandis qu’ au même temps il y a une autre catégorie disponible sous le nom « Classical Antiquity » dont il y a des ebooks grecs anciens et latins. C’est évident la fait qu’on ne puisse pas à dépendre notre recherche académique ou philologique sur le Projet Gutenberg qui manque l’abilité à nous orienter efficacement.

Mais quand on trouve enfin le livre souhaitable, nous sommes satisfaires par les formats avec lesquels on puisse telecharger ou lire les ebooks. Οutre le HTML qui permet la lecture en ligne et le très utile texte brut qui permet sa modification potentielle, on trouve les formats nécessaires pour lire les ebooks,  l’extension .epub avec laquelle on lit les ebooks (quelques programmes qui permettent la lecture sont le B&N nook et le Cobo e-reader ) et l’extension .mobi pour la lecture en Kindle.

le site nous permet aussi d’envoyer immédiatement le texte à notre compte au Dropbox, GoogleDrive et onedrive

Ma conclusion sur le projet Gutenberg est ce que le titre suggère; la conception et le design du site est si simple et négligé et du coup n’ entraîne pas l’exploration du monde des ebooks, mais définitivement il aide les utilisateurs de Kindle à améliorer leur collection.

 

Le PHI projet

Le PHI latin

Ce site, avec le suffixe « org », est un site d’’accès ouvert, gratuite et libre pour tous, sans aucune restriction; PHI est un des projets d’une institution (The Packard Humanities Institution) orienté vers l’archéologie, la musique, la préservation filmique et l’archivage. Il contient, comme un canon,(Canon of Latin Authors) tous les textes latin qui ont dates vers 200 av. J.-C. ;ce sont de textes latins, chrétiens, médiévaux, néolatin, tous ensemble; tous en texte brute, ça veut dire, sans introduction, traduction, bibliographie ni apparat critique. C’est la différence la plus majeure du PHI à des autres bibliothèques numériques (i.e. Perseus). Autrement dit, c’est un site électronique qui soutient notre recherche mais ne peut pas fournir des références bibliographiques, donc pour élaborer une recherche academique on doit travailler dans plusieurs sites en même temps; c’est pas une application tout autonome.

Homepage

Le homepage est représenté sous une forme décorative simplifiée; le nom de l’institution apparait au premier vu. Juste dessous, le utilisateur doit, afin d’accéder le site, cliquer sur  » Click here if you agree to this License  » , pour accepter la seul restriction à propos de traitement de données, ne les pas exploiter; leur utilisation doit être strictement vers l’amélioration de la recherche scientifique, par étudiantes ou académiques. Il n’y a pas l’option de changement du langage de la préface, la langue principale et unique, ce sont les anglais. Au bas de la page, la, c’est lieu un lien hypertexte, qui nous destine à notre mail-box pour faire des questions/ remarques et après les envoyer à la mail-box d’insitute.

Homepage de PHI

Formats

Il y a une liste à dérouler:

chaque titre correspond à une rubrique.

Author

La recherche par auteurs, est la première possibilité que ce cite nous donne. Les noms des auteurs sont rédigés par l’ordre alphabétique.
Recherche par Auteur
En cliquant sur chaque nom, l’internaute est redirigé à l’œuvre en question.
Oeuvre d'auteur
Le texte peut être prévue dans Unicode soit Betacode et le rechercher peut copier/coller/exporter n’ importe quelle partie il veut, vu que les textes n’ont pas une forme restrictive (PDF, docx) ; ils sont formés dans texte brut. Εn tout cas, on doit toujours se rappeler que sur la page d’accueil, nous avons dèja accepté d’ utiliser le matériel offert par le site dans une maniére très certaine, du coup on devrait pas l’exploiter.

La recherche par mots, le « Word Search », ou par séquence des mots, donne dix résultats par page, en forme de trois lignes, parmi du texte ; la ligne précédente, la ligne qui contient le mot qu’on train de chercher en gras, en la ligne après.Il apparait aussi une icône d’un petit diagramme à côté de la barre de recherche, qui montre la fréquence (par pourcentage) d’occurrencede ce mot dans l’œuvre d’auteur.

Recherche par Mots

Concordance

La recherche par concordance, le « Concordance », donne les mêmes résultats que la recherche par mots, mais ici les résultats sont cent cinq par page et en forme de tableau. L’organisation est faite par pertinence par rapport à notre recherche. Chaque mot-recherché, est placé au milieu de la page, en couleur rouge. On peut cliquer sur le nom d’auteur et afficher tout l’extrait,et en utilisant la barre, juste au-dessous du nom, on peut naviguer entre des autres livres du même œuvre.

Recherche par Concordance

Usages/ About

La rubrique « About » est, en pratique, les outils proposés, aussi que plusieurs informations sur la construction de ce web-page.Là, on trouve la différence, méthologique, qui joue un rôle initiale sur la recherche ; le programme ne cherche pas pour chaque mot individuellement, il essaie de trouver la même séquence de lettres !
En plus, il y a une liste qu’indique l’utilisation propre des symboles à propos de la recherche par « Word » (#, &, ~,|), pour éliminer la recherche sur des mots qui contient la séquence de lettres qu’on a tapé, comme suffixe, préfixe, ou en seul, comme un mot entière.C’est aussi efficace, d’utiliser des abréviations pour définir dans quel œuvre, quel auteur ou quelle collection on veut s’explorer.En ce qui concerne la recherche par
« Concordance », dans la rubrique « About », on trouve aussi des conseils sur l’utilisation de clic dans la barre de la recherche à propos de éliminer et préciser notre recherche.

Rubrique About

Outils proposés pour la recherche par Mots

Outils proposés pour la recherche par Concordance

Remarques diverses sur Project Gutenberg

L’utilisation de ce site est assez basique et on s’y repère facilement. Lorsque nous arrivons sur la page, elle est automatiquement chargée en anglais mais nous avons cependant la possibilité de choisir différentes langues dans un menu à gauche. Dans celui-ci se trouve une barre de recherche qui permet de chercher un livre en particulier, ce qui peut s’avérer pratique. Il est possible à la fois de télécharger les livres disponibles dans la bibliothèque, de les lire en ligne mais également d’écouter des documents audio ou de voir des illustrations lorsque cela est possible. Ces deux dernières fonctionnalités sont intéressantes dans le sens où elles égayent la lecture de celui qui consulte ou télécharge les livres. 

On peut également remarquer la diversité des formats pour ces livres qui permet ainsi de s’adapter à plusieurs supports tel qu’un téléphone ou bien des systèmes d’exploitation différents mais également donner le choix de lire instantanément ou bien de télécharger. D’ailleurs selon les condition d’utilisation, certains des téléchargements sont gratuits et libres de droit car anciens aux Etats-Unis. Cependant ces mêmes livres ne sont pas forcément libres de droit dans un autre pays. Pour utiliser un livre en ligne il faut alors se renseigner sur les droits d’auteur dans son pays . 

Le site est simple et bien organisé, on peut trouver les informations qui nous intéressent facilement et rapidement. De même les téléchargements sont simples et accessibles à tous.

 

À la pêche aux canards dans PHI Latin Texts

Dans leur Histoire illustrée universelle de l’imaginaire (1996), Antonino Anzaldi et Masimo Izzi font remonter le premier témoignage écrit sur l’arbre à canards à la fin du XIIe siècle et à la Topographia Hiberniae de Giraud de Barri. Cet ecclésiastique gallois accompagna  Jean sans Terre dans une expédition en Irlande, lors de laquelle il aurait vu par lui-même de nombreux canards ‘générés par les troncs de sapin rejetés par la mer’. Ce témoignage a connu une grande postérité, y compris dans des ouvrages très sérieux comme l’Herbier du célèbre botaniste anglais John Gerard (1597). Dans le cadre d’une recherche sur les origines et l’évolution de l’arbre à canards, on pourrait vouloir vérifier dans les corpus de textes antiques s’il existe une origine plus ancienne à cette idée.

L’arbre à canards, illustration tirée du célèbre Herbier du botaniste anglais John Gerard (1597).

Un site comme PHI permet d’effectuer une recherche de séquences de lettres ou de mots dans l’essentiel de la littérature latine écrite avant 200 ap. J.-C., ce qui représente un peu plus de 350 auteurs et textes anonymes, auxquels s’ajoutent quelques textes ultérieurs. Le site a été créé par une association californienne, le Packard Humanities Institute, pour remplacer sa base de données qui existait auparavant sur CD-ROM.

Une série d’opérateurs logiques permet de définir la recherche. Il est ainsi possible de rechercher des canards, des arbres, des canards et des arbres. Une fonction permet même de rechercher des canards se trouvant textuellement proches d’arbres, c’est-à-dire dans un rayon de 100 caractères. La recherche peut être restreinte à certains auteurs ou à certaines œuvres. Ses résultats s’affichent sous la forme d’une liste comportant, sous le nom de l’auteur et de l’oeuvre, le passage dans lequel apparaît l’objet de la recherche. Un clic sur ce passage permet d’afficher le texte entier.

Affichage des résultats de la recherche dans leur contexte (à gauche) et dans le texte intégral (à droite).

Il s’avère ainsi que, si certains canards jouissent d’une existence paisible, barbotant tranquillement (Ovide) ou volant dans le ciel (Pline), d’autres ne connaissent que leur élevage (Varron) et finissent mangés (Martial), bien que parfois très savamment cuisinés (Caelius Apicius). Les canards servent également de médicaments puisqu’ils permettent d’apaiser les douleurs intestinales par leur simple vue (Columelle) ou par contact cutané (Scribonius Largus), tandis que leur sang arrête les hémorragies craniennes (Pline) et que leur fiel soigne les contusions des yeux (Pline). Aucun ne paraît en revanche avoir poussé sur un arbre. Ces observations sont confirmées par l’analyse des passages dans Voyant Tool: le nuage de mots obtenu montre sous une autre forme qu’il est beaucoup question de cuisine et de remèdes, mais qu’il n’y a pas l’ombre d’un arbre à l’horizon.

Nuage de mots généré par Voyant Tool à partir de la recherche du mot ‘canard’ dans PHI.

Pour conclure réellement à une origine plus précoce de l’histoire de l’arbre à canards, il faudrait bien sûr vérifier la proximité lexicale d’autres types de végétaux avec celle d’autres types de volatiles. Il est néanmoins probable que l’arbre à canard soit une espèce endémique dont le territoire, situé bien au-delà du limes, n’ait été que trop peu connu par les auteurs latins…

À part explorer davantage le fruit d’une des nombreuses distractions qu’offre Internet pendant les cours à distance, cette recherche a permis d’essayer les fonctionnalités de recherche simple et de recherche combinée proposées par PHI. Ce type de recherche est vraiment l’objectif du site, qui est pour le reste très sobre. Les éditions utilisées datent de la première moitié du XXe siècle, et seul le texte latin, sans aucune note ni commentaire, est disponible.

Etude du fonctionnement du projet Gutenberg.

J’ai choisi d’étudier la façon de faire du projet Gutenberg.

Sur les livres en eux-même

(informations obtenues à partir de La Légende des Siècles et d’un livre sur l’art de faire du papier)
* Il s’agit d’éditions d’éditions, et non de textes seuls, comme nous pouvons le voir grâce
1. Aux préfaces
2. Aux notes – a) et b) ne seraient pas présents avec le texte seul.
3. Aux pages indiquées sur le côté dans certaines éditions.
Sur les pages, je peux dire d’un côté qu’il ne parait pas si logique de conserver cette notation quand on se sépare du support papier.
Après tout, nous ne sommes plus limités par la donnée technique de la longueur de page.
Cependant, il s’agit d’un excellent point de repère, que ne saurait pas battre une option « marque page », pour trouver un point précis d’un texte.
(Notons qu’il y a une option marque-page expérimentale, ce qui devrait être fort utile pour retrouver un passage précis)
(Après, on aura tous fait en classe l’expérience de la difficulté de trouver le même passage dans des éditions différentes)
* Toutes les éditions ne sont pas égales devant le numérique.
En effet, alors que le livre sur l’art de faire du papier avait des pages sur le côté,
des liens internes pour aller à un chapitre, et des liens vers les notes…
…la Légende des Siècles n’avait rien de tout ça. Et pas même de notations pour le nombre de vers.
J’ai vu un troisième livre à l’instant, qui a le bon goût de mettre un index avec des liens vers les occurrences de certains mots !
* La présentation du site me semble assez bien pour ce qui est de la lecture des livres :
1. On peut les lire en ligne, utiliser alors un lien http…
2. On peut également les télécharger, et ce en plusieurs formats. (epub, kindle, avec ou sans image, texte brut)
=> Utilisation prévue visiblement pour utilisation sur liseuse.
3. On peut également les mettre sur google drive, le nuage et la dropbox. Très pratique pour partager.
4. Les données bibliographiques dans Bibrec à côté de Télécharger me semblent très utiles également.
* Enfin, la numérisation est très propre. Le texte est retapé, les images bien insérées.
=> C’est très satisfaisant de ce côté-là, et ça m’a donné une meilleure idée de ce que peut être une bonne édition numérisée.

Sur la façon de chercher les livres :

Il y a quatre moyens de chercher un livre :
1. Les livres les plus populaires
2. Les dernières publications sur le site
3. Des livres choisis au hasards
4. La barre de recherche.
Parlons rapidement des trois premières fonctions, qui ne nous intéressent pas trop en tant que chercheurs.
Il s’agit d’options assez normales, pour trouver des livres si on n’a pas d’idée précise.
Sans doute une fonction récréative plus qu’autre chose en somme.
Notons qu’on peut alors trier dans l’ordre alphabétique également et que les résultats s’affichent par 25. Permet de ne pas être débordé.
La barre de recherche est plus intéressante.
Il y a une petite aide à droite, qui nous indique les commandes à rentrer ;
a.’nom de l’auteur’ classe les livres par auteur par exemple. On peut trier par :
1. auteur (donner le nom typique en anglais : Homer, pas Homerus, Homère, Ὅμηρος)
2. titre
3. sujet (nous n’avons pas de liste des sujets, et entrer « .s didactic m’a donné… *Anna Karenina* en finnois en troisième suggestion. Je ne crois pas qu’on puisse s’y fier)
4. langue (ce qui est déjà plus utilisable)
5. numéro d’ebook ?
6. catégorie (une liste des catégories est disponible sur <http://www.gutenberg.org/wiki/Category:Bookshelf>, mais je ne vois pas exactement de tags sur les livres en eux-mêmes)
Cette barre de recherche me semble insuffisante.
Certes, elle permet d’accéder plus vite à ce qu’on veut quand on connaît les commandes, mais pourquoi ne pas rajouter une option « recherche avancée » avec des catégories à remplir ?
Enfin, où trouver une liste de sujets ? Pourquoi ne trouvé-je pas de « tags » visibles sur les livres correspondant au sujet, à la catégorie ?
Notons cependant qu’il est possible de trier par ordre alphabétique, date de publication, et popularité une fois la recherche effectuée. Pratique.

Conclusion

J’ai l’impression que cette bibliothèque n’a pas exactement été créée pour la recherche,
surtout à voir des options comme « popularité, aléatoire » et l’absence d’un système de recherche avancé.
Après, je me réjouis de l’existence d’un endroit où trouver autant de livres.
Désolée en tout cas, il doit y avoir un peu plus de cinq remarques.

commentaires sur PHI Classical Latin Texts

Le site de la bibliothèque virtuelle phi latin texts me semble particulièrement clair et simple à utiliser.
C’est probablement dû au fait qu’il propose moins de possibilités que d’autres bibliothèques: il n’y a pas d’accès à des oeuvres autre que textuelles (contrairement à Perseus project qui propose des accès à des sculptures, etc). Il n’y a pas non plus de traductions des textes ou de liens vers des éditions multiples. L’édition utilisée est indiquée.

On peut utiliser les textes dans le cadre de recherches personnelles uniquement, ce que précise le site à son entrée: la législation du « fair use » y est adoptée (seuls de courts extraits peuvent être cités). On ne peut pas télécharger les textes mais seulement les lire.

La bibliothèque permet d’accéder à des textes grâce à une liste alphabétique d’auteurs. Elle permet également de faire une recherche par mots. Celle-ci peut être restreinte à un ou plusieurs auteurs et à une ou plusieurs oeuvres de l’auteur (grâce à un filtre mis entre crochets). Contrairement au Thesaurus Linguae Grecae, il n’y a pas de lexique associé. Il est également possible de faire une recherche par concordance: dans ce cas, les contextes d’apparition du mot (mots précédents et suivants) sont indiqués.

La recherche dans les textes latins s’effectue par groupe de lettres, ce qui permet de trouver toutes les occurrences du mot même décliné. On peut ainsi également rechercher des répétitions sonores ou des familles de mots.

Les textes indiquent l’édition de référence lorsque l’on passe la souris sur le lien. Les textes sont accessibles en unicode et en betacode.

 

Remarques sur PHI Latin Texts

Ce site offre une interface d’utilisation très épurée de par la sobriété de la mise en page et le nombre réduit des onglets proposés (4 en tout). Après avoir accepté le fait d’utiliser les ressources pour son propre travail, on accède à la page d’accueil.Elle contient une liste des auteurs accessibles ou de textes d’anonymes principalement de l’antiquité classique et quelques uns tardifs. En sélectionnant une entrée, on accède au texte avec toujours sa provenance: le nom de la personne qui a établi le texte, l’année de parution etc. Les éditions sont en général anciennes car libres de droit.

capture d’écran du site

L’accès à ces textes s’accompagnent de deux fonctionnalités de recherche très intéressantes pour la constitution d’un corpus. La première, Word search, permet de lister touts les occurrences d’un groupe de lettres, très utiles quand il s’agit de chercher un mot dans sous ses formes différentes de la déclinaison ou encore dans une dérivation. Un outil à côté de la barre de recherche précise les signes à insérer pour circonscrire sa recherche à un auteur précis et/ou une oeuvre. Les résultats obtenus sont dans leur contexte ce qui permet à l’accès direct à la source. L’onglet Concordance reprend le principe de Word search en s’attachant cette fois-ci à une forme de mot précise inaltérable. La simplicité d’accès est aussi matérialisée par la présence d’une adresse mail à laquelle sont joignables les administrateurs du site qui

appreciate your comments, suggestions, and inquiries

Pour ce qui est du partage du texte, les administrateurs n’ont pas fait le choix d’utiliser un format qui permet son appropriation car on peut pas avoir accès au texte source et ainsi le modifier. Cette façon d’éditer est donc plus pour la consultation que pour la recherche et on le voit aussi à l’absence d’une vrai interaction avec le texte.

On y cherche certes des syntagmes mais les mots n’appellent pas de références ou citations d’auteurs. L’apparat critique y est absent.

PHI Latin Texts

capture123 billet 2PHI Latin Texts est un site uniquement concernant les auteurs latins de l’antiquité romaine.Les auteurs sont classes dans un ordre alphabétique.Au début de la page il est écrit en anglais:

Classical Latin Texts

A Resource Prepared by

The Packard Humanities Institute

Alors du premier abord on s’entend a un travail beaucoup plus accessible a un public anglophone puisque les textes sont écrits en anglais.Asseyons de traduire ce qui est dit dans la première page en français,cela nous donnera ceci:

Latin classique Textes

Une ressource prépare par

Le Packard Humanities Institute

L’auteur du site donne des directives concernant l’utilisation du site.Il dit qu’il est<<d’accord pour utiliser ce site Web uniquement pour l’étude personnelle et pas de faire des copies,sauf pour un usage personnel>>.Alors l’utilisateur de ce site est tenu d’observer des règles du droit d’auteur.Mais ce qui est plus frappant encore est que l’utilisateur du site peut envoyer des questions et commentaires a Le Packard Humanities Institute.Dans la page suivante la recherche est établie selon un ordre:

Authors  Words Search  Concordance  About

Dans la partie Authors,les auteurs sont dans un ordre alphabétique.
Cliquons par exemple sur un auteur comme Lucius Accius pour en savoir d’avantage sur lui.De premier abord nous pouvons dire que Lucius Accius est un poète qui a fait des recherche sur les Carmina,Praetextae et Tragoediae.

Voyons de prés la partie Word Search et faisons une recherche sur le mot Carmina.Si nous cliquons sur le mot Carmina nous nous rendons compte qu’il y a une liste des auteurs latins travaillant sur ce mot.C’est l’exemple de Gaius Lucilius,de Gnaeus Naevius,de Gaius Julius Caesar,etc.

Sur la partie Concordance nous avons une liste du mot Carmina qui revient dans une oeuvre mais selon son contexte dans l’oeuvre.Chaque auteur classe le mot dans son contexte.

Dans la dernière partie About nous apprenons que ce site contient essentiellement tous les textes littéraires latins écrits avant l’an 200,ainsi que certains textes choisi dans l’antiquité plus tard.Ces textes étaient auparavant disponibles sur CD-ROM du Packard Humanities Institute 5,3.Une fois que nous cliquons sur About the Latin Search nous apprenons de nouvelles choses concernant ce site.La recherche latine est complètement differante de la plupart des moteurs de recherche sur le Web.Une mot latin peut faire l’objet d’une très grande étude. Cliquons sur About Concordance,nous voyons que la concordance latine utilise la même syntaxe que la recherche de mot,mais présente les résultats dans un tableau trie par contexte.La Concordance affiche un maximum de 500 matchs pour une recherche donnée,chose colossale pour une recherche de mot.

Ce site PHI Textes Latins est efficace pour une recherche sur des auteurs latins.Mais il est beaucoup plus accessible aux chercheurs anglophones.

Project Gutenberg : impressions

project-gutenberg

Une idée de génie. Gutenberg a permit d’améliorer la diffusion des textes grâce à son invention. On peut dire que le site porte bien son nom puisqu’il propose un corpus important de livres électroniques à télécharger gratuitement. Ceux qui n’aiment pas marcher jusqu’à la bibliothèque apprécieront  d’en avoir une accessible via leur ordinateur.

Ce site c’est également la parfaite utilisation des outils numériques pour valoriser les supports textuels. En plus du très grand choix de textes il a le mérite d’être visuellement claire et facile d’utilisation.On a la possibilité de choisir parmi plusieurs langues et les différentes rubriques sont pertinentes.

project-gutenberg-2                 J’ai particulièrement apprécié le top 100 des livres/auteurs les plus téléchargés.

Cependant la grande majorité des textes est en anglais , détail à la fois positif et négatif dans la mesure où ils sont plus difficiles d’accès pour un public non anglophone.Cela offre tout de même l’opportunité de travailler avec le texte d’origine. Tout dépend du cadre dans lequel on souhaite utiliser le site,scolaire ou personnel.

Petit bémol pour les étudiants en lettres classiques, le corpus ne semble pas tourné vers les textes anciens ce qui en fait un outil délicat à utiliser si l’on veut travailler à partir de sources antiques. La grande majorité des ouvrages appartient à la littérature anglophone d’après ce que j’ai pu voir. On peut donc l’utiliser en tant qu’outil complémentaire mais pas principal.

 

PHI Latin Texts

PHI Latin Texts est une bibliothèque numérique en anglais qui regroupe un grand nombre d’auteurs latins, et donne accès à l’intégralité de leurs textes, y compris au moindre fragment. Après avoir accepter les conditions pour entrer dans le site, nous arrivons immédiatement à la liste des auteurs présents dans cette bibliothèque, et qui sont fort nombreux, sagement rangés par ordre alphabétique, et, pour une orientation la plus claire possible, l’élément du nom qui correspond à l’ordre alphabétique mis en valeur par la police en gras, afin qu’il n’y ait pas d’hésitation.phi

Le visuel est sobre, et doux, avenant, et surtout clair: la signalétique bleue nous indique, par habitude, que nous devons ou pouvons cliquer sur ces noms, et que nous accéderons à un autre contenu.
Mais que peut bien avoir écrit ce cher Annianus? Allons voir cela de plus près…

phi-2phi-3

 

 

 

 

Nous accédons donc à l’unique carmen d’Annianus, sans contextualisation ni précision sur l’auteur; le texte latin, uniquement le texte latin.
Et là est la limite de PHI: c’est une bibliothèque numérique de textes latins, et ce n’est rien d’autre. Ce site nous donne donc accès au texte dans son plus simple appareil, sans s’encombrer d’appareil de notes ou de commentaire, ni même de la moindre traduction. Et le texte peut parfois être très long, et se dérouler sans aide à la lecture, peu maniable. L’utilisation de PHI, dès lors, semble intéressante uniquement dans le but de trouver un extrait précis dans un texte, en sachant préalablement ce que l’on est venu chercher.

Cependant, PHI offre quelques outils de navigation au sein des textes et entre les textes, qui peuvent être intéressants dans le cadre d’une recherche précise. En effet, au-dessus du texte nous sont proposées les liens « Authors », « Word Search », « Concordance ».
« Authors » est donc le mode de recherche que nous avons utilisé jusque là. « Word Search » permet quant à lui d’entrer un mot, afin de faire une recherche par occurrence:phi4

 

 

L’on peut donc accéder directement à chaque extrait où il est question de saltatio par exemple, sous toutes ses formes grammaticales, chaque extrait étant par ailleurs clairement identifié dans les références.

Si l’on clique directement sur « Concordance », le même mot est recherché, sous une autre forme, laquelle permet de comparer la place du mot dans la phrase, et également d’accéder à chaque extrait, où le mot apparaît alors en rouge.
phi-5

 

 

 

 

 

Il me semble donc que ce site, PHI Classical Texts, aussi avenant soit-il dans sa présentation, est en réalité assez abrupt et hermétique pour qui n’est pas familier aux textes latins ou qui ne sait pas exactement ce qu’il recherche. C’est un outil très basique d’accès aux textes, qui peut être intéressant pour la navigation qu’il permet au sein des textes, mais la visée ne semble pas porter plus loin.

 

Project Gutenberg

Quand on tombe sur la page d’accueil du site Project Gutenberg, on peut dire que la présentation est assez simple, voire rudimentaire. Le site se présente sur deux colonnes : une petite colonne à gauche avec un fond beige où on peut accèder au moteur de recherche des livres, au bouton de donation et aux différentes langues proposées (le portugais, l’allemand et le français) ; une grande colonne de la taille d’une page avec un fond blanc où on trouve les derniers livres enregistrés, un mot de bienvenue, les conditions d’utilisation, des informations et des liens vers d’autres sites internet. Tout en haute à droite de la page d’accueil se trouve une barre de recherche.

capturepg1

Quand on appuie sur le lien « book search », le site redirige vers une autre page, étrangement en français, tout aussi simple que la première. Sur la bannière beige tout en haut, de gauche à droite, on voit le logo de Project Gutenberg (un G blanc dans un carré rouge), le nombre d’ebooks libres à télécharger, les derniers livres, les conditions d’utilisation, la possibilité de faire un don, la version mobile de la page puis tout à droite, le bouton de donation et une barre de recherche. Pour ce qui est du milieu de la page, un simple fond blanc et trois colonnes avec un mot de bienvenue et trois liens pour accéder aux livres en fonction de leur popularité, de leur date d’ajout ou de manière aléatoire.

capturepg2

Si on cherche un livre au hasard, on tombe sur le même type de présentation que précédemment. Une simple page blanche avec une liste de livres sur quatre colonnes : soit on trouve seulement le titre et l’auteur, soit on trouve également une photo de couverture. Les livres sont majoritairement en anglais mais il est possible d’en trouver en français, en espagnol, etc. Il suffit de cliquer pour choisir son livre, écrit ou audio : un symbole de livre ou de haut-parleur à gauche du titre indique sa nature.

capturepg3

Prenons deux exemples différents : A Son of the Sun de Jack London comme livre écrit et The History of the Peloponnesian War de Thucydide comme livre audio.

Pour le premier cas, la page présente la couverture du livre à gauche et un tableau à droite où sont listés les ebooks. On peut télécharger le livre sous plusieurs formats : soit le lire en ligne en HTML, soit le télécharger en EPUB, PDF, Kindle, voire en texte brut UTF-8. En bas à gauche, il est possible de scanner le QR code du livre. Dernière chose mais pas des moindres, on peut cliquer sur l’onglet Bibrec pour avoir toutes les données bibliographiques (auteur, titre, sujet, etc.).

capturepg4 capturepg5

Pour le deuxième cas, on retrouve la même présentation que pour un livre écrit sauf qu’on peut télécharger différents formats audio : Audio Book Index, Ogg Vorbis Audio, ITunes, MP3, Speex, etc. On trouve également l’onglet Bibrec et les données bibliographiques.

capturepg6

Malgré sa mise en forme rudimentaire, ce site s’inscrit dans la modernité. Il offre plusieurs formats usuels comme le livre Kindle ou l’audiobook Itunes. Il est également en « responsive design », c’est-à-dire qu’il peut s’adapter aussi bien aux écrans d’ordinateur qu’aux tablettes et aux mobiles.

Le site mobile reste très simple. Il arbore des tons de bleu et on ne trouve plus que la barre de recherche en haut et les trois catégories de recherche sous forme de longues barres tactiles (les livres les plus populaires, les dernières publications et les livres au hasard). On trouve par la suite exactement la même mise en forme jusqu’à cliquer sur le titre qui nous intéresse. Sur la page du livre, on voit d’abord la bibliographie puis les liens de téléchargement. A mon avis, la version mobile est bien plus intuitive que la version originale du site.

capturepg7 capturepg8 capturepg9

Ce que l’on pourrait reprocher à ce site, ce sont les incohérences lorsque l’on passe du site anglophone au site francophone. Les boutons ne sont plus du tout au même endroit, les traductions ne correspondent pas au texte original et il est très difficile de continuer à naviguer en français sur le site. En effet, les pages traduites semblent aléatoires et il suffit de cliquer sur un nouveau lien pour retomber dans la version anglaise. Enfin, il est clair que la site anglophone est plus intéressant à utiliser rien qu’en regardant sa date de mise à jour : le 21 septembre 2016, tandis que la version française n’a pas eu de modification depuis le 14 octobre 2011 !

capturepg10

En définitive, Project Gutenberg, une fois l’aridité de sa mise en page dépassée, offre une large palette de livres écrits et audios sous un très grand nombre de formats. Son « responsive design » est particulièrement intuitif et agréable à utiliser.

 

Phi classical Latin texts

Cette bibliothèque de texte latin est très simple d’utilisation : les textes sont ordonnés par auteur mais on peut aussi les trouver avec un mot clef (qui doit évidemment être en latin). Le site a une apparence très sobre, dépouillée de toute fantaisie mais qui s’avère efficace : autant aller à l’essentiel. Il donne également la possibilité d’effectuer des concordances entre les textes. Ainsi, pour la recherche d’un texte il est un excellent outil mais il n’apporte pas de précision sur celui-ci, ni de commentaire, il en donne seulement l’accès.capture1

PHI Classical Latin Texts

Le site PHI Classical Latin Texts se présente comme une véritable bibliothèque en ligne. Dépouillée de tout élément superflu, elle ramène le visiteur aux bases de la recherche bibliographique. A côté d’une certaine liberté laissée grâce à la possibilité de faire une recherche par mot-clé ou par concordance, le cœur du site se situe dans la liste d’auteurs classés par ordre alphabétique.

1

Cette dernière se veut facile d’accès et lisible (noms les plus couramment utilisés des auteurs en gras) mais également à portée internationale de par la conservation des noms latins. Une fois l’auteur choisi, tous les textes recensés se présentent sous forme de liste et leur contenu est justifié par la présentation de l’édition dont ils sont tirés.

2

Simple et efficace, le site se veut une bibliothèque en ligne de textes latins qui ne se risque pas à présenter une traduction.

Perseus Digital Library

Perseus est une bibliothèque numérique qui offre un accès à un large panel d’œuvres de la littérature classique.

home-page-perseus

C’est un site internet en anglais, langue couramment répandu, ce qui s’adresse donc à beaucoup plus de lecteurs. Cependant, puisque le site est intégralement en anglais, cela implique que l’utilisateur doit maîtriser la langue.

Le site en lui même n’est pas particulièrement beau au sens où le design, l’esthétique du site est assez classique. Les couleurs sont assez basique (du blanc au noir en passant par le gris) de même que l’écriture qui ne varie pas vraiment entre le nom du site et son contenu. Le nom du site ne se détache d’ailleurs que par sa place au dessus de la barre de navigation. Le logo est, quant à lui, plutôt discret et ne se détache pas foncièrement du reste. il est peut être trop petit et mal placé.

De surcroit, le site est peut être un peu trop opaque, c’est à dire qu’une page donne, à mon sens, beaucoup trop d’information. On ne sait plus où donner de la tête. En dehors de la barre de recherche qui est mise à part de façon plutôt visible en haut à droite, les plages sont tellement remplis de liens que certains disparaissent parfois dans la masse. La navigation sur le site est plutôt naturelle pour quelqu’un qui a déjà une expérience d’un tel site, mais pas forcément pour moi. J’apprécie que le site offre une aide à la navigation au sein du site mais il m’a tout de même fallu quelques minutes pour la voir.

Cependant, Perseus Digital Library bénéfice d’un atout majeur : ses références. Le catalogue de Perseus contient un nombre impressionnant d’auteurs. Mais n’est ce pthe-perseus-catalogas normal pour une bibliothèque en ligne? De plus, les textes et les références ne sont pas toutes en anglais, latin ou grec mais certaines (plus rares) en allemand, arabe ou italien.

A mon sens, le site de Perseus Digital Library est donc pratique au sens où il est utile mais ce n’est pas une bibliothèque dans laquelle on flânerait avec plaisir. Certes on peut y trouver ce que l’on cherche mais il est parfois un peu difficile de s’y retrouver parmi tous ces liens.