La Comté, ou Pourquoi en faire tout un fromage ?

I. La Comté, située dans la grande région d’Eriador au nord-ouest de la Terre du Milieu, recouvre une large surface de forme plus ou moins circulaire qui correspondrait environ à 18.000 milles carrés. Le pays se répartit de part et d’autre de la Grande Route de l’Est, entre le fleuve Brandevin qui forme sa frontière orientale, et les collines des Hauts Reculés qui composent sa bordure occidentale. Ses frontières australe et septentrionale ne sont guère connues, mais des landes, des marais ou de basses collines forestières formeraient les limites des terres cultivées et exploitées. La Comté est un pays fertile, couvert de champs, de forêts, de fermes et de petits villages, et parcouru de nombreux cours d’eau. La région est composée de quatre quartiers principaux, mais aussi à l’est du Pays de Bouc et à l’ouest, comme son nom l’indique, de la Marche de l’Ouest. Le Pays de Bree, situé à quarante milles à l’est, abrite une communauté originale d’hommes et de hobbits regroupés au sein de quelques villages.

II. Quant aux habitants de la Comté, tout me porte à croire qu’ils ne reçoivent pas beaucoup d’étrangers chez eux, préférant la quiétude de leur foyer et l’opulence de leur garde-manger. Plus petits qu’un nain et le dessus des pieds recouvert d’un poil soyeux, les hobbits sont presque inconnus au-delà de leurs frontières. J’ose me ranger à l’avis de ceux qui pensent que jamais le sang des hobbits ne fut altéré par des alliances entre races, soit qu’ils ne s’en soucièrent guère, soit qu’ils fussent trop petits pour les Grandes Gens. Si l’on veut trouver trace du dernier exploit hobbit recensé par les hommes, il nous faut remonter au célèbre Bandobras « Fiertaureau » Touc qui a combattu les gobelins lors de la bataille des Champs Verts et qui était l’un des rares hobbits de taille à monter un cheval. Qui cherche trace des hobbits dans les chroniques des Grandes Gens doit s’armer de patience : les mentions des semi hommes sont en effet très peu nombreuses et tardives, bien que les hobbits soient une branche dérivée des hommes. Il est probable qu’à l’instar des elfes et des Grandes Gens, les hobbits sont apparus au début du Premier Age, loin à l’est, et qu’ils ont autrefois progressivement migré vers l’ouest.

III. Avant l’exode vers l’ouest, les hobbits sont déjà divisés en trois branches aux caractéristiques bien distinctes. Bruns de peau et de petite stature (80 cm maximum), les Pieds Velus sont de loin les plus nombreux parmi les hobbits. Ils préfèrent arpenter les hautes terres et les collines, et privilégient les smials comme habitations. Dans les temps anciens, ils ont eu des contacts avec les nains et sont les premiers de leur race à arriver en Eriador, région de la Comté. Les Forts sont plus grands et plus massifs que les premiers. Ils peuvent généralement mesurer jusqu’à un mètre de hauteur. Leurs mains et leurs pieds sont plus larges que la moyenne et il leur arrive même d’avoir un duvet de barbe sur le menton. Ils préfèrent habiter des terrains plats près des rivières et savent très souvent nager, à la différence des autres hobbits qui manifestent une certaine peur de l’eau. Les Pâles représentent la branche la moins peuplée. Ce sont les plus grands, leur taille pouvant régulièrement atteindre les un mètre vingt, mais ils sont de constitution plus fragile que les Forts. Ils apprécient de vivre dans les forêts et pratiquent volontiers la chasse. De nature aventureuse, ils ont bien souvent occupé le poste de chef, bien qu’étant généralement minoritaires. La création de la Comté, qui regroupe sur une même terre les trois ethnies, a tendance à atténuer ces différences en facilitant les mariages entre les trois branches.

IV. Chez les hobbits, les coutumes revêtent une importance particulière, à tel point qu’elles sont ce qui se rapproche le plus d’une religion. Ils sont paresseux, n’aiment pas travailler et leurs passe-temps favoris sont la nourriture et la fête. Pourtant, l’ordonnancement de leur territoire est soumis à des institutions dignes du Gondor. En premier lieu, on distingue le Thain, première figure d’autorité qui apparaît à la suite de la disparition des rois. La fonction finit par passer entre les mains du chef de la famille des Touc, famille hobbit au prestige sans égal. A la fois autorité politique, en tant que maître de l’Assemblée des hobbits, et militaire, en tant que capitaine de la Hobbiterie sous les armes, la Thanerie n’est cependant réellement utile qu’en cas de conflit. La figure la plus officielle de la Comté est le Maire, qui demeure à Grand’ Cave. Elu pour un mandat de sept ans lors de la Foire Libre des Hauts Blancs, son rôle principal est de présider aux événements officiels, c’est-à-dire essentiellement aux banquets organisés lors des innombrables et interminables fêtes hobbites.

V. La société est exclusivement agraire et en quasi-autarcie, même si le pays est traversé par la Grande Route de l’Est fréquentée par les elfes et les nains. L’économie de la Comté est majoritairement tournée vers l’agriculture et la nourriture en général. Pour garnir les tables des six repas quotidiens, le pays dispose de nombreux hectares de champs de blé et de meuniers qui alimentent les boulangeries. Le seul artisanat sous-représenté est la cordonnerie puisque les hobbits ne portent pas de chaussures au quotidien.

VI. Mais la plus grande découverte des hobbits reste probablement l’herbe à pipe, cultivé pour la première fois dans le Quartier Sud durant le Troisième Age. C’est assurément grâce à la position de carrefour qu’occupe la ville de Bree que l’habitude de fumer s’est propagée chez les nains, les rôdeurs et même les magiciens. L’art des ronds de fumée est très prisé chez les hobbits, qui apprécient tout particulièrement de fumer après un bon repas. Il existe pour ce faire de nombreux types de pipes en Terre du Milieu, allant des grandes pipes à long tuyau aux petites pipes en bois de voyage.

VII. Le hobbit paraît à première vue bien inoffensif, mais il ne faut pas s’y tromper car il est capable de grandes prouesses et peut faire preuve d’un courage insoupçonné. Si un voyageur égaré s’en vient frapper à leur porte la nuit, le hobbit se fera une joie de lui venir en aide. Mais tout acte malveillant à son égard se verrait sévèrement réprimé. Il est donc tout indiqué pour quiconque veut faire affaire avec eux de s’armer de bonté et de patience.

lee-hobbit_01   Illustration d’Alan Lee

Ce texte est une tentative (j’insiste bien sur ce mot…) de pastiche du traité de l’historien Tacite De Origine et Situ Germanorum, aussi connu sous le nom de La Germanie en français. Composé d’un peu plus de 5500 mots, ce court traité n’en est pas moins très structuré avec 46 chapitres communément répartis en deux temps principaux : une description générale du pays et du peuple germain, et une partie plus spécifique sur les différentes tribus germaniques. Avec l’aide de Voyant Tools, j’ai pu tant bien que mal analyser les termes et expressions utilisées dans l’ensemble du texte, et il s’avère que le ratio est très faible. Le premier terme intéressant ayant le plus d’occurrences n’apparaît en tout et pour tout que seize fois. Autrement dit, le vocabulaire utilisé ici par Tacite n’est pas spécifique, et aucune expression ne revient régulièrement. Tacite se définit alors, tout du moins dans ce texte, plus sur la forme que sur le fond.

Le traité étant assez court, j’ai décidé non pas de pasticher une ou deux parties spécifiques, mais d’adopter une vue d’ensemble afin de brosser un portrait des idées principales développées par Tacite. Du reste, c’est bien la structure du traité dans son ensemble qui est, comme je l’ai dit, intéressante. Les grandes parties du texte original se suivent comme tel : dans une première partie la description du pays et l’origine des Germains, et les coutumes et institutions ; dans une seconde plusieurs sous-parties sur les différentes tribus germaniques. Au regard de mon sujet, j’ai décidé d’inverser la sous-partie sur les coutumes et les institutions avec la partie sur les différentes tribus, la première étant plus riche.

Néanmoins, si Tacite n’adopte pas dans son traité de tournures de phrases qui lui soient propres, j’ai repris le style de certaines expressions de début de paragraphe ou de début de phrase qui me paraissaient notables et qui permettent de mettre en valeur la structure de chaque paragraphe. Pourtant, la raison de ce manque d’identité propre semble de l’auteur dans ce traité me semble normale et la raison évidente. La moyenne de mots par chapitre est de 120, autant dire très peu. De plus, les chapitres de la première partie sont indépendants et traités comme des questions séparées, ne laissant pas beaucoup de place pour des connecteurs ou même la présence d’expressions récurrentes. Par conséquent, vous ne retrouverez pas ici le style à proprement parler de Tacite, mais bien la structure du traité, tant par ses thèmes avec une reprise des idées internes aux parties et aux paragraphes développées dans La Germanie, que par sa forme avec de courts paragraphes sur une question en particulier.

De l’invasion des Droits et l’errance des Classiques

 En ce premier semestre de l’année 2016-2017, sous la présidence de Jean-François Balaudé , les Hellénistes et les Latinistes, peuples classiques, fuirent la Bibliothèque Universitaire en grand nombre, non loin de l’endroit où se trouve le bâtiment L.

La cause de cette émigration était que les Droits depuis plusieurs mois les parasitaient, leur volaient leur place en salle de Langues et Littérature, et les empêchaient d’étudier tranquillement.

La nation des Droits est de beaucoup la plus puissante et la plus belliqueuse de tout le campus de Nanterre.

On dit qu’ils forment cent promotions, de chacune desquelles ils font sortir chaque année mille diplômés qui portent la guerre au dehors. Ceux qui restent dans la fac continuent les cours pour eux-mêmes et pour les absents, et, à leur tour, ils sont diplômés l’année suivante, tandis qu’une nouvelle génération fait sa rentrée.

Ainsi,ni les places de la salle de Droit et Science politique ni celle de Langues et Littérature ne sont disponibles.

Ils n’ont que peu d’heure de cours, passent le plus clair de leur temps à lire le Code pénal, et se sont inscrits dans cette filière faute d’idée au sujet des études à entreprendre.

Ce genre de vie et d’étude, leur emploi du temps et la liberté dont ils jouissent (car n’étant dès leur première année de licence habitués à aucune version, à aucun exercice de linguistique, ils ignorent tout de l’humilité que requiert un tel travail ), en font des individus hautains, incapables de comprendre l’importance des études classiques et se croyant détenteurs de la vérité universelle par leur connaissance de la loi.

Ils se sont aussi accoutumés à l’importance de leur nombre et à ne fréquenter que leur congénères, aussi lorsqu’ils rencontrent un Helléniste ou un Latiniste en salle de travail ce dernier fait l’objet de regards interloqués et moqueurs.

 Les Hellénistes et les Latinistes résistèrent pendant nombre de semaines aux attaques des Droits: à la fin cependant, chassés de leur espace de travail, et après avoir erré des jours entiers à travers plusieurs bâtiments de l’université, ils arrivèrent près de la MAE, dans une contrée habitées par les Doctorants, lesquels possédaient, dans un bâtiment excentré du campus ,des tables, des chaises et des livres.

Effrayés à l’arrivée d’une telle multitude, les Doctorants s’opposèrent à l’installation des Classiques en promulguant la loi suivante: nul individu de ce peuple ne possédant le grade de master n’aurait accès à l’espace de travail.

Le reste des Classiques , après avoir tout essayé, ne pouvant passer ni de vive force, ni à la dérobée, à cause des gardes posés par les Doctorants qui vérifiaient le contenu des sacs ainsi que la carte étudiante durent repartir errer à la recherche d’une place libre pour finir de traduire leur texte d’Homère ou de Cicéron…

J’ai choisi ce thème afin d’évoquer une situation à laquelle plusieurs d’entre nous , et quand je dis nous je parle des classiques ( licence et master confondus), sont confrontés depuis septembre 2016 à savoir: l’occupation de notre lieu de travail à la BU , l’espace Langue et Littératures, par les étudiants en droit.

Il n’est en effet actuellement plus possible de trouver une place disponible ,sauf en de rares occasions, pour travailler, les étudiants en droit occupant 90% de cette salle ,l’espace lettres classiques y compris !

Et quand bien même les plus bornés d’entre nous se résoudraient à poser leur Bailly ou leur Gaffiot dans un autre endroit de la BU ils seraient toujours confrontés au manque de place du fait de l’occupation des salles par les étudiants des autres filières .

Et si , par un suprême besoin d’étudier , ils se résoudraient à s’installer dans un autre lieu du campus, le Millénium constituant le lieu idéal du fait de sa localisation peut éloignée du bâtiment L, ils se rendraient vite compte que la plupart des tables sont occupées par des étudiants en droit.

Constatant ainsi la persistance du problème au cours des mois j’ai jugé intéressant de rapprocher cette situation avec celle des invasions germaniques telles que décrites dans la Guerre des Gaules de César.

Il intéressant en effet d’étudier les conséquences engendrées par le déplacement et l’ installation d’un groupe A sur le territoire d’un groupe B.

J’ai donc sélectionné et travaillé à partir de deux passages du livre IV de la Guerre des Gaules ayant pour sujet la fuite des Usipètes et les Tencthères de leur territoire , conséquence de l’invasions des Suèves, et leur installation en territoire Ménape.

Pour certains passages j’ai simplement remplacé quelques mots afin de créer une rupture de style tandis que pour d’autres j’ai réécris des segments de phrase afin d’enrichir mon texte.

Quand Flavius-Josèphe rencontre une grande Dame…

Flavius-Josèphe arrive en vue d’une ville inconnue qui l’émerveille par sa grandeur. Son regard est particulièrement attiré par un monument à l’aspect singulier…

La cité tout autour était aussi étendue et profonde que le monument en son centre était haut et pointu. Le roi qui avait érigé cette grande merveille avait sûrement été le plus riche et le plus ambitieux des monarques. Autant la cité que son monument étaient disproportionnés, on ne voyait la fin ni de l’une ni de l’autre. Il eût été aisé de se perdre si ce grand édifice en plein cœur de la cité ne servait de phare aux voyageurs égarés. Il suffisait de le suivre des yeux pour se retrouver en face de lui, comme attiré par quelque force divine.

Ce grand et haut monument que l’on pourrait nommer tour n’était entouré d’aucun bâtiment mais d’un vaste champ d’herbe verte et de sentiers blancs aux lignes géométriques. Le monarque de cette cité avait dû exigé un écrin de verdure digne de cette tour singulière. Afin de donner toute sa prestance à cet édifice, la vaste place verdoyante portait le nom du dieu romain de la guerre, équivalent du Arès grec, et semblait vouloir se mesurer au champ du même nom que l’on trouvait dans la magnifique cité de Rome. Les dimensions de cet espace étaient aussi disproportionnées que la tour et la cité. Sa largeur était certainement de quatre cent coudées et sa longueur, de trois fois plus. Tous les sentiers blancs de cet immense champ menaient tous au nord-ouest, au pied de la grandiose tour.

Ce monument semblait encore plus gigantesque de près. Il tenait sur quatre pieds carrés de cinquante coudées de largeur et de longueur et de cent coudées de hauteur. Ceux-ci soutenaient une base ouverte en son centre qui permettait d’admirer l’allure profilée du reste de la tour qui s’affinait au fur et à mesure qu’elle montait vers le ciel. L’architecte de cet incroyable édifice avait certainement dû faire preuve de vanité en pensant qu’il eût pu ainsi atteindre le royaume de Dieu tant il était impossible d’apercevoir la flèche de cette tour. Sa hauteur était certainement de plus de six cent coudées. Le plus singulier n’était pas tant les dimensions extraordinaires de cette tour que son aspect. Elle n’était pas construite en pierre mais en fer. Elle n’était certainement pas destinée à être habitée puisqu’il était possible de voir à travers elle. En effet, la charpente de ce monument était si fine qu’elle ne pouvait tenir debout que par la grâce divine.

Son aspect intérieur ne différait en rien de son apparence extérieure. Toute la tour était habilement ouvragée par un entrelacs de fer droit ou courbé qui servait à la fois de décoration et de support. Les escaliers, les murs et les sols étaient du même ouvrage. La construction de cette tour avait dû nécessiter cent ans pour parvenir à un telle magnificence.

Une salle en son sommet, difficile à atteindre pour un simple mortel, rendait hommage à l’architecte et au mécène de ce splendide monument. On y trouvait leurs statues dans des postures peu héroïques mais avec des finesses de trait et de couleur si parfaites qu’on eût dit faire face aux hommes eux-mêmes. Afin de laisser sa trace dans l’histoire et dans le temps, le grand architecte avait donné son nom à sa superbe création. La renommée de cet homme et de sa tour dépassait même les limites de la cité et s’était étendue au-delà des frontières du pays. Des pèlerins du monde entier venaient admirer cette grande Dame de Fer aussi haute qu’une montagne.

J’ai choisi de décrire la Tour Eiffel à la manière de Flavius-Josèphe dans le livre V du Bellum Judaicum (la Guerre des Juifs) lorsqu’il décrit les tours de Jérusalem.

Tout d’abord, j’ai importé l’ensemble du livre V dans l’outil Voyant Tools pour pouvoir observer les mouvements du texte. Ce corpus contient pas moins de 17353 mots, ce qui est énorme. Les mots les plus fréquents sont : καὶ (845); δὲ (423); τῶν (376); τὸ (336); τοῦ (264), c’est-à-dire rien de pertinent à part de me dire que mon texte est un récit, ce que je savais déjà. J’utilise alors le cirrus, c’est-à-dire le nuage de mots, où j’insère des stopwords grecs pour éviter de retrouver les mots de la liste ci-dessus. Seule la vue à 500 mots me permet d’observer quelque chose d’intéressant : je trouve les mots « remparts », « romains », « cité », « juifs », ce qui correspond vaguement au sujet du livre mais sans plus. Je fais ensuite une recherche par syntagmes (groupes de mots) : je trouve toujours les mêmes expressions avec le même vocabulaire (ville, remparts, juifs).

Il est clair que le corpus que j’ai choisi est beaucoup trop grand et me donne des données beaucoup trops vagues pour être exploitées. Je prends alors un extrait plus petit qui correspond à ce que je veux faire, c’est-à-dire une description : les paragraphes 136 à 227 comprennent la description de la ville de Jérusalem, ses enceintes, ses tours, le palais d’Hérode et le Temple à l’extérieur et à l’intérieur. Ce corpus est beaucoup plus abordable car Voyant Tools ne voit plus que 2881 mots. Les mots les plus fréquents sont toujours les mêmes : καὶ (140); δὲ (92); τὸ (86); μὲν (53); τοῦ (48). Je mets à nouveau des stopwords dans le cirrus et là, miracle ! Je trouve enfin du vocabulaire pertinent pour mon travail : tous les verbes sont à l’imparfait et les plus fréquents sont les auxiliaires être et avoir, ce qui est logique pour une description ; on trouve l’expression « être nommé », « être appelé » ; beaucoup de nombres souvent par dizaine (30, 40, 20, etc.) ; beaucoup d’adverbes et de prépositions de lieu ; des termes de comparaison (comme, semblable à) ; des mots très récurrents comme roi, coudées (38 occurrences), hauteur (27 occurrences). La recherche par syntagme corroborent ces faits : « toute la hauteur », « d’argent et d’or », « vingt-cinq coudées », « largeur et longueur », « la même longueur », « quarante coudées », « la grandeur était de », « le roi », etc.

J’essaie une nouvelle fois avec un corpus encore plus petit : les paragraphes 136 à 175 qui correspondent seulement à la description des tours de Jérusalem. Il n’y a plus que 618 mots, ce qui n’est vraiment pas beaucoup. Je trouve exactement les mêmes syntagmes et les mêmes mots que précédemment. Seule particularité : le terme de « tour » ressort énormément, ce qui est évident, mais également les jugements de valeur (beau, ancien, etc.).

Tout cela est bien beau mais reste très superficiel à mon goût. Le vocabulaire et les expressions que j’ai trouvé me parlent et sont pertinentes parce que j’ai déjà lu ce corpus et sais où trouver les informations qui m’intéressent. Je reviens donc au texte grec et à sa traduction en français des paragraphes 136 à 175 pour m’imprégner davantage du style de Flavius-Josèphe et observer une sorte de schéma. Ses descriptions sont souvent binaires : il commence par décrire factuellement les tours puis donne un jugement de valeur, parle de l’esthétique, fait une remarque sur sa dénomination, propose une anecdote ou fait référence au roi qui les a construites. On remarque l’utilisation prononcée des superlatifs lorsque Flavius-Josèphe profère un jugement. Sa description évolue, passant du général au particulier, du macro au micro, de l’extérieur à l’intérieur. Il fait également quelques fois référence aux points cardinaux (est, ouest, nord, sud) pour situer ce qu’il décrit.

Le berger de l’Université par Virgile.

La rosée tout 983742juste dissipée sur les feuilles de fougères ondulées, et le manteau neigeux fondu depuis peu, le berger de Nanterre fit les premiers pas en dehors de la ferme. Son fidèle chien le suivait sur ce chemin paisible, ombragé par les arbres aux bourgeons verdoyants, marchant sur les fleurs parsemées sur l’étendue d’herbe. Regarde, berger, voit ton troupeau qui te suit timidement. Les braves brebis ouvrent la marche, protégeant leurs petits, fruit de la dernière saison. Seul face à eux se dresse le bâtiment de Droit, de sa forme angulaire si sinistre et impressionnante pour ces petits de quelques semaines. Son troupeau ne passe pas inaperçu, la populations toute entière suit d’un regard bienveillant cette procession qui annonce l’arrivée du printemps. Les petits les plus téméraires se laisseront approcher par ces passants qui les photographieront pour garder en mémoire le souvenir de cette douceur de vivre. Leur pelage si blanc et duveteux tentera certain de le toucher, mais cette imprudence leur coûtera peut-être un coup de tête d’une de ces mères protectrices. Le chemin continue, le chien signale d’un cris familier que le troupeau doit s’arrêter sur ce petit terrain d’herbe. Le berger, assis sur l’un des bancs de bois de l’université, s’adonnera à l’une de ses chansons, la fredonnant pour ainsi voir le temps s’écouler lentement autour de lui. Regardant la population des lieux ; tout ces jeunes hommes et jeunes femmes en formation, se cherchant et se croisant. Certains s’assiéront à même le sol pour manger leur maigre repas composé de pain garni et de jus de fruits divers. Le soleil réchauffera l’air pour le rendre plus doux, invitant ainsi à la paresse et au bon temps. Ces étudiants fleurissent d’heure en heure sur l’herbe pour ensuite la recouvrir dans sa quasi totalité. Un air de musique raisonnera alors ; un jeune homme influencé par Apollon montrera son talent aux belles dames qui le regardent timidement, rougissantes tel des boutons de roses. La plus belle d’entre elles faisait tournoyer une mèche de cheveux blond autour de son doigts gracieux, son regard brûlait tel un rayon de soleil, son teint était plus blanc que la neige et sa grâce était semblable à celle d’un cygne. Lorsqu’elle se levait pour se joindre à son amour, sa démarche faisait d’elle une merveilleuse nymphe. Au-delà de cette légèreté, le berger pouvait voir le désespoir envahir un groupe d’étudiants, se rendant à leur examen de rhétoriques, leur visage pâle et leur regard fuyant. La dureté de la vie est parfois visible dans peu de choses. Le chien fit le signalement que la marche allait reprendre sur les chemins paisibles de l’université. Sur leur passage, il croisa quelques vestiges des autres habitants des lieux comme divers papiers et mégots qui s’étaient échoués au sol. Les bêtes firent attention de ne pas en mettre dans leur bouche. Les petits imitèrent les grands et continuaient leur chemin sans y porter la moindre attention. Ils arrivèrent alors devant la grande tour de couleur orangée, jonchée de fenêtres où se situait devant elle une grande place où s’effectuait des rassemblements. La bibliothèque était pour l’université ce qu’un phare peut être à la mer. Elle guidait par sa hauteur les habitants des lieux. Elle accueillait au sein de ses murs les âmes perdues entre deux leçons. Elle nourrissait leur connaissance et leur offrait chaleur et réconfort en dégageant cette odeur de manuscrits anciens. Les ovins n’avaient évidement pas accès à ce lieu mais le berger ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à l’intérieur de cette enceinte. Pas après pas, il s’éloigna de cette montagne qui attirait tous les étudiants. Enfin sur son chemin, il rencontra son ami Alexis qui habite le village voisin.

« Voit comme la saison commence bien, l’herbe est tendre et les fleurs sont riches, les pommiers forment leurs fruits et les oiseaux chantent leurs douces mélodies dans les campagnes et les forêts. Amène ton troupeau dans le parc non loin d’ici, tu verras à quel point la nature est merveilleuse et féconde. »

Le troupeau prit donc le chemin du parc en traversant la ville. Cette première procession épuisa les agneaux qui ralentissaient à la fin du troupeau. Le chien les hâtait pour ne pas qu’il se produise un malheur. Les sabots des bêtes claquaient sur le sol dur et noir, l’herbe leur manquait, mais au bout du chemin était la récompense car l’entrée du parc se faisait voir. L’herbe était ici à perte de vue, entourant un grand lac bordé de fins roseaux. Les agneaux suivaient leur mère à l’ombre des boulots et platanes. Les chênes accueillaient des écureuils, maîtres de ces lieux. Le berger alla au bord de l’eau et crut reconnaître dans les pétales roses d’une fleur la couleur des lèvres de sa tendre Amaryllis dont le son de la voix raisonnait alors dans le souffle de sa chanson. Il fredonnait à nouveau un air joyeux dont les hautes tours de la Défenses étaient témoins. A la fin de la ronde du soleil, il était toujours là, assis au bord du lac paisible, parcourut par quelques volatiles. Les roseaux et les fourrés leur servaient de nid pour protéger leur progéniture des dangers de la nuit tombante. Les brebis s’étaient rassemblées, les agneaux étaient réunis au centre de l’épais troupeau. Quant au chien, il s’était assoupi par la fatigue que le voyage lui avait procuré. Tout était calme est paisible en cette fin de journée de printemps, mais le retour devait être amorcé pour être à l’étable avant la tombée de la nuit. Sur le chemin boisé, on croisa quelques abeilles, merveilles de la nature, qui terminaient leur dure journée de travail et rentraient dans leur foyer collectif. L’ombre des tours au loin devenait menaçante dans l’assombrissement du jour, mais la ferme était proche et les agneaux devenaient impatients de retrouver leur maison. Le cher Alexis croisa encore son chemin, le berger lui dit alors :

« Tu avais raison, mon bel ami, quel belle endroit que ce parc verdoyant. Ah ! Que mes agneaux étaient heureux de gambader dans ces fleurs. Cet endroit est meilleur pour mon troupeau que celui où je le mène chaque matin »

« Hélas mon pauvre berger, ta tâche est bien belle ! Même si tes bêtes ne sont pas au plus bel endroit, elles ont le mérite de diffuser du bonheur à ceux qui les croisent. Tes rêves veulent te mener plus loin, si tu le pouvais tu irais tous les jours à ce parc si riche, mais tu priverais toute cette population de ces si beaux moutons. Soit généreux avec les autres, la nature le sera avec toi».

Le ciel s’assombrit alors, les derniers étudiants rejoignaient d’un pas pressé leur transport. Le berger restait là, à contempler une dernière fois la beauté d’une journée éphémère, et à écouter le bruit du vent.

Une journée du berger de Nanterre à la façon de Virgile dans Les Bucoliques.

Pour créer ce billet j’ai tout d’abord commencé par choisir l’auteur : Virgile étant dans la bibliothèque juste à coté de mon bureau, j’ai tendu le bras pour attraper ce fameux titre : Les Bucoliques. Pas besoin de le relire, je l’avais déjà étudié plusieurs fois. Son style me plaît beaucoup donc j’avais trouvé mon auteur !

J’ai ensuite cherché le texte en latin sur Phi Latin Text. Je l’ai ensuite copier/collé dans Voyant Tools et j’ai étudié les mots qui ressortaient le plus. Les thèmes pastoraux étant au cœur des Bucoliques , j’ai décidé d’y rester fidèle en choisissant comme thème le berger de Nanterre. L’histoire étant totalement fictive, je me suis basée sur l’itinéraire qu’il emprunte avec son troupeau à l’intérieur de la fac mais aussi dans la ville de Nanterre où on peut l’apercevoir dans le parc de Nanterre Préfecture.

capturevirgile

Les caractéristiques que j’ai principalement prises en compte sont le rapport avec la nature (végétation, arbres, fleurs, phénomènes climatiques) mais aussi le rapport avec la musique que j’ai incorporé avec les chansons du berger. L’amour est aussi présent à travers les étudiants sur l’herbe : le beau jeune homme digne d’Apollon et la jeune fille dont la beauté se rapporte à une nymphe, mais aussi avec le berger lui même et son Amaryllis. La beauté est présente à travers ces personnages car chez Virgile les personnages ont tous une beauté extraordinaire. De plus j’ai récupéré des prénom du texte original comme Alexis et Amaryllis.

Nanterre des Drôles

 

Le campus entier est divisé en une grande multitude de domaines, l’un hébergeant les étudiants de droit, un autre les littéraires, un troisième une immense série de bâtiments consacrés à diverses disciplines que nous appelons « sciences humaines ». Il en est bien d’autres encore. La langue, la culture et les mœurs diffèrent entre ces secteurs. Une longue rivière d’asphalte, la Via, coule en suivant la forme du carré et relie ces lieux plutôt qu’elle ne les sépare.        
Parmi ces populations, la plus étrange est celle des STAPS, parce qu’ils sont tenus à l’écart des régions plus civilisées et que les enseignants qui se rendent rarement auprès d’eux ne leur apprennent rien qui puisse faire travailler leurs esprits. Ils sont aussi voisins du stade qui se situe de l’autre côté de la Route, dans lequel continuellement ils s’entrainent, préparant quotidiennement l’invasion qu’ils fomentent pour subjuguer l’université entière.       
                L’ensemble de cette terre occupée, comme il a été dit, par les étudiants, commence au Sud depuis la Gara Aereaera, fleuve d’acier et de béton, pour s’étirer jusqu’à la Sequana au Nord. A l’Est et à l’Ouest, le terrain suit les rives géométriques de la rivière grise. Le territoire des Sciences Humaines occupe la partie occidentale, tandis que les Droits et informaticiens ont leurs assises au Sud, voisins en cela des Lettres. L’île centrale est consacrée toute entière au loisir des promenades et à l’entretien du corps. La partie septentrionale, la plus sauvage, est dévolue aux STAPS et aux linguistes mais abrite aussi des lieux illustrissimes de savoir, la Bibliotheca Magna et la Domus Archeologicae Ethnographiaeque, fréquentés par des savants de tout le monde civilisé.

                Parmi les Magistri Litterae Formosae, Camilla Dionysiata était grande en sagesse et en audace. Celle-ci, sous le consulat quinquennal de Franciscus Fl. Batavia, poussa la division des Humanitati Classici, race noble et cultivée, à sortir de leurs frontières, ce qui fut aisé parce qu’elle leur fit croire qu’elle avait l’aval de l’Administratio. Elle les fit obeir d’autant plus facilement que, d’une part, on ne demande pas le choix aux élèves, et que d’autre part cette cohorte était accoutumée à être sans cesse ballotée de lieu en lieu : au Nord, au-delà du complexe sportif pour les studia linguarum, à l’Ouest pour le studium historiae artis, au Sud-Est pour tout le reste. A cause de cela, ils ne pouvaient jamais prendre racine en un lieu, chose pénible pour des gens paresseux. […]

Poussés par ces raisons et mus par l’autorité de Dionysiata, les Classici se mirent à rassembler le plus grand nombre de leurs ressources matérielles, dévalisant les distributeurs afin que dans leur périple, ils aient assez de subsistance. Pour mener à bien ces tâches, ils estimèrent que deux minutes suffiraient, la troisième fut choisie pour partir.  […]

                Les Droits –car le pathétique parodos s’avançait vers leurs possessions territoriales- virent les Classici qui s’avançaient par les torrents figés de la Via comme sur des radeaux.

[Après des négociations qui échouent parce que chacune des deux factions manifeste à l’autre son mépris de mœurs jugées arriérées ou frivoles, les hostilités sont déclenchées.]

Les groupes se formèrent en phalange et s’assaillirent. Les Classici, invoquant la Muse, firent aisément plier leurs ennemis <de rire>. Les Droits étaient dans une grande gêne pour donner la réplique en ce qu’ils n’arrivaient à prendre leurs adversaires au sérieux. Ces derniers, dans une vituperatio des plus cinglantes, les défirent. D’hilarité en déconvenue, blessés dans leur amour propre au point que leurs onéreuses doudounes ne pouvaient plus dissimuler la honte qu’ils avaient de leur médiocre rhétorique, les autochtones commencèrent à lâcher pied et préférèrent retourner à l’organisation de leur prochaine soirée étudiante.

Dans leur clémence, les augustes vainqueurs prirent possession des locaux qui leurs étaient échus, situés dans les hauteurs du quartier des juristes. De ce point stratégique, on pouvait observer par les lucarnes septentrionales l’intégralité des terres habitées, notamment de grandes prairies et le stade, sur une distance d’environ un mille.        
                Après cela, ils se reposèrent, tandis que les généraux adverses se mobilisaient.

Nanterre

L’extrême médiocrité de ce texte enfin mise à part, ce paragraphe apologétique me tiendra lieu de parabase. Vous aurez, j’espère, reconnu les Commentarii de bello galli d’un certain César, dansr un pastiche  plus ou moins heureux des paragraphes 1, 2, 3, 7, 25 du premier livre.
L’objectif initial était de reproduire grâce à des données statistiques exploitées au moyen du logiciel Voyant-Tools (http://beta.voyant-tools.org/) une réécriture savante d’un prosateur antique. Afin de pouvoir étudier le style de mon auteur, j’ai rentré dans le dit logiciel les deux premiers livres de l’œuvre trouvés sur Itinera Electronica, ce qui me donnait théoriquement un corpus d’une taille convenable pour en déduire des schémas (environ 8000 mots). L’un des outils premiers disponibles dans ce cadre-là se trouve être le nuage de mots, c’est-à-dire la production d’une image uniquement formée par un entrelacs compact de mots (d’où son nom) qui met en avant grâce à des tailles différentes les  occurrences lexicales.             A ce stade, plusieurs éléments m’apparaissent. D’abord un champ lexical très géographique, ethnique, mais aussi militaire. Rien de très nouveau sous le soleil pour une telle œuvre. Que l’auteur parle de lui-même à la troisième personne et qu’à cause de cela on trouve de son nom de nombreuses occurrences ne fut pas une découverte non plus (merci Astérix). Rien pour me rendre extatique, donc.
Un autre des outils du site est celui qui permet d’étudier les répétitions non plus par mots isolés, mais par expressions (ou phrases éventuellement) récurrentes. Mais les quelques assemblages de mots relevés n’étaient en fait absolument pas significatifs (3 occurrences pour 8000 mots). Même les mots les plus utilisés, en ayant écrémé d’office un bon nombre d’entre eux qui auraient parasité les statistiques, n’étaient pas tellement utiles à ce niveau. Que faire des 137 occurrences de ut ? Ses usages peuvent être multiples, et dans tous les cas il n’y a pas de style particulier dans l’usage courant de subordonnées. En dernier lieu, pour essayer de tirer d’autres informations, j’ai regardé rapidement l’outil « links », qui place un mot du texte dans un espace flottant, entouré de tous les mots qui le suivent ou le précèdent. On peut ainsi repérer au compte-goutte des chaînes syntaxiques (d’où le nom, oui oui, tout cela est limpide). Je m’en suis en fait très peu servi. Globalement même, les statistiques ne m’ont aidé qu’à dégrossir le travail du pastiche en résumant rapidement quelques notions clé.  Le style de César dans les tous premiers chapitres est plutôt sec, concis ; s’il se déploie plus largement par la suite, c’est toujours très descriptif.
Je suppose que la seule chose pire que d’écrire un mauvais pastiche, c’est d’écrire un pastiche qui ne sera pas reconnu. Or, je crois bien que si je m’étais ingénié à me baser sur des statistiques, faisant fi de l’effet final, c’est ce qui serait advenu. J’ai même considéré un instant transposer le champ lexical militaire en un autre sans aucun rapport qui rendrait tout récit absurde (celui de la pâtisserie par exemple.) en vue mettre en valeur l’inanité d’un texte tissé uniquement par des données chiffrées. Heureusement ou non pour vous, je ne l’ai pas fait. Las.
Quant au thème choisi, disons que c’est un conflit civilisationnel interne.

Les embarras du marché de Noël, ou la diététique de la Choucroute

Les embarras du marché de Noël

Mon ami qui part me remplit d’amertume,
mais il fait bien d’aller au village vide de Willer-sur-Thur.
C’est au pied des Vosges un petit hameau, et il n’y a rien vraiment
qui ne soit plus agréable en la saison
que la forêt au doux parfum d’humus et de sapin.
Je préfère pour moi la plaine campagne, les champs en friche.
Car est-il patelin si paumé, trou si désolé,
qui ne vaille encore mieux qu’une ville où toujours
brillent et scintillent les guirlandes et paillettes,
ville aux rues bondées, où le marché de Noël croule sous la foule,
Et où les marchands de marrons chauds,
vendent en hurlant leur viles châtaignes et cacahuètes?

Avec sa pauvre petite valise ridicule, une seule valise !
il s’arrête sous la verrière de la gare.
Non loin de là, sur la place,
un énième marché de Noël envahit l’espace,
et les chaînes de bonbons et babioles made in china à la criée
louent à prix d’or les chalets kitsch couverts de fausse neige,
ayant chassé de ces lieux les petits artisans et artistes oubliés.
Ah! La ville serait bien plus charmante,
Si d’un vrai marché encore elle s’animait,
Et si partout le mercantilisme forcené,
Ne profanait le folklore local et passionné?

Alors il dit: « Puisque dans cette ville,
l’art est sans pain, le talent chose absurde
et puisque que mon plaisir, au milieu de cette vénalité obscène,
décroîtra chaque jour, face à la cathédrale, au pied de ses tours,
à l’ombre de sa flèche, j’ai résolu de me retirer loin du scandale,
de la Grand’Roue que sur la place du Chateau ils installent,
là où Gutenberg autrefois mit au point son invention, qui a jamais changea la face du monde, mais pas celle de la bêtise humaine…

Partons! Que puis-je faire ici? Quand le vin chaud est mauvais,
je le crache et le boycott.
Strasbourgeois, je ne puis voir sans haine Strasbourg pleine de churros!
Cette lie étrangère qui n’est rien dans le flot du made in China,
mais qui souille nos marchés!
Depuis longtemps déjà frémis dans la friture,
cette pâte crénelée, ces bâtonnets à tremper dans le chocolat fondu,
cette luxure exotique, ce mets diabolique.
Accourez aux churros, ô vous qu’enflamme et tente
un fumet barbare et ses parfums enivrants.
Nous pouvons flatter, nous! Le churros seul persuade!
Où manger une choucroute quand, partout où je regarde,
Je ne vois que churros, bonbons, pizzeria et chinoiseries!

Rien n’est sacré pour eux!
Ni l’auguste choucroute, ni ses garnitures,
ni le lard, ni les wädele, ni les épices, ni le riesling!
Ils boiraient même encore la sainte bière!
Lorsqu’une nappe est trouée ou tachée, on crie haro sur le baudet!
Au marché de Noël, l’effort est plus dur qu’autre part.
Là tout est cher: un emplacement pour vendre, une gaufre pour se repaître,
Le moindre demi de Kro dans la Taverne Française
Une assiette en carton souille aujourd’hui tes mains,
Mais il ne souillait pas les tiennes, vieux Strasbourgeois, lorsqu’autrefois,
Dans un « Topf » de Soufflenheim, tu faisais mijoter ta choucroute
Garnie du dimanche, diététique frugale!
Ici le faste écrase, tout est vénal au marché de Noël!

Si tu veux t’arracher au marché, austère riverain,
Pars loin de Broglie, de la cathédrale, de la gare,
fuis le Carré d’Or et la rue des Juifs.
Car la goinfrerie, dans ces lieux, enfante le trépas!
Fiévreux, gavé de gaufre nutella-chantilly-banane-chocolat,
où trouver, pour s’asseoir, un café, une terrasse tranquille?
C’est le touriste tout seul qui s’amuse en cette ville!
Dans les étroites allées du marché, l’encombrement touristique,
Les chinois parmi les japonais, les russes déjà imbibés,
Les allemands de Glühwein assoiffés,
la masse tout entière piétine l’infortuné
qui, manque de bol, a fait tomber son porte-clé,
ce flot vivant qui roule et nous écrase tous.
On me frappe au coude, on me pousse contre un poteau,
je me cogne la tête au toit d’un chalet,
Je tombe dans la fange, et supplice nouveau,
L’énorme chaussure d’un américain me massacre le pied.

Que de périls encore! Ce n’est rien qu’on t’assomme,
Mais lorsque le soir, le marché ferme,
errent encore les gens ivres, les touristes désoeuvrés,
Les bars vomissent leurs flots de bière, et déversent dans Strasbourg,
Leur lot de chansons de Noël paillardement revisitées.
C’est le coeur trop plein que je m’épanche!
Adieu, souviens-toi d’un ami, si parfois, quittant Strasbourg,
Tu vas profiter de l’air rustique de la campagne alentours.
Je me retire, cher ami, pour joindre ma colère à ton âpre satire. »

Mes outils de travail:

Pour écrire ce pastiche de de la troisième Satire de Juvénal, « les Embarras de Rome », j’ai tout d’abord utilisé la traduction disponible en ligne sur le site de Philippe Remacle, traduction de Jules Lacroix. L’oeuvre originale étant en vers, et la traduction utilisée en alexandrins, j’ai décidé d’écrire en vers libre, me laissant plutôt porter par le rythme du texte et des mots que par une métrique précise ou une rime rigoureuse.
Grâce à l’outil statistique Voyant Tools, j’ai pu faire une rapide analyse lexicographique du texte latin. Le texte latin analysé provient de la Bibliotheca Augustana Latina.

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal


On s’aperçoit vite que la langue de Juvénal est très expressive. La fréquence des pronoms exclamatifs et interrogatifs en témoigne. De manière générale, les indéfinis dominent dans la satire, pour donner au texte son adresse impersonnelle et générale: le nuage de mots met en relief « aliquid », « nihil », « nemo ». Au vu du sujet de mon propre pastiche, j’ai choisi d’ignorer la fréquence du mot « domus »: la satire porte en partie sur la vie domestique des Romains. Je m’intéressai plutôt aux questions de voirie et d’encombrement de l’espace public pendant les périodes de fête à Strasbourg (et de manière plus accessoire, à la diététique de la gastronomie alsacienne).
La satire se caractérise aussi ici par la forte présence de la deuxième personne: sur le plan de l’énonciation, cette satire est intéressante, car elle se présente comme un discours énoncé par un ami du satiriste. La première personne de l’auteur devient le deuxième personne, tandis que la troisième personne, « un ami », devient la première personne.
En revanche, l’outil statistique a pour faiblesse principale de ne pas prendre en compte les déclinaisons des mots qu’il analyse. Le mots Roma et Romanus apparaissent 9 fois dans le corpus, soit autant que le quid central sur le nuage de mots, mais on ne le voit pas, car ses occurrences sont comptées séparément pour chaque forme. Il faut donc faire un petit travail de recherche dans le corpus pour voir de près ce qu’il en est vraiment. Petit travail rapide quand il s’agit d’étudier un mot, qui devient vite très fastidieux lorsqu’il faut traiter un champ lexical entier. Aussi digeste et léger qu’une choucroute.
Bon appétit!

Bon appétit!

Que les bêtes sont écologiques

800px-Sacrifice_pig_Tarporley_Painter_MANLe Président – Circé – Gryllos

LP : Ce que tu m’as dit, je crois, Circé, l’avoir compris et enregistré. Mais dis-moi, y a-t-il des sujets climatiques qu’il faudrait aborder lors de cette Cop 21 ?

Circé : Oui, ô Président bien-aimé, et en grand nombre, mais pourquoi cette question ?

LP : Je crois que les Français auraient une grande estime à mon égard – et voteraient plus volontiers pour moi, si je les tirais du péril climatique qui doit avoir lieu au XXIe siècle, et si je ne les vois pas vieillir dans une nature dégradée et sans développement durable.

Circé : Voilà un bonhomme qui croit être capable de s’attirer l’estime des Français et leurs votes à l’aide d’une conférence sur la nature !

Le Président : Accorde-moi donc cette faveur : celle de pouvoir parler avec un Français des revendications climatiques qu’il peut avoir, que j’appliquerai en conséquence, ou du moins, dont je ferai mine de débattre avec mon compagnon de l’écologie.

Circé : Eh bien soit ! Mais demande-lui d’abord s’ils y consentent – ce ne sera pas simple. Il faudra en effet que vous convainquiez ce cochon venu droit de Bretagne que les mesures que vous adopterez seront bénéfiques.

LP : Mais ce cochon, comment lui parlerai-je ? Quel est son nom ?

Circé : Rassure-toi, ô le plus ambitieux des hommes, car tu pourras communiquer sans problème avec lui, grâce à ta prédisposition d’homme politique actuel. Tu peux l’appeler Gryllos, si tu veux. Quant à moi, je vous laisse.

LP : Bonjour, monsieur Gryllos

Gryllos : Bonjour à vous aussi, monsieur le président. Que voulez-vous me demander ?

LP : Eh bien, en tant que président et intervenant par ma sagesse à la Cop 21, je me demandais s’il y avait quelque chose qui vous intéresserait à mettre en place dans les résolutions…

Gryllos : Cesse tout de suite ton discours, ô le plus méprisable des hommes. On te dit habile, expérimenté pour recueillir des voix… il n’en est rien ! Car tu penses t’attirer notre estime et acquérir de la notoriété par ta sagesse, quand tu ne fais que revendiquer des qualités que n’importe qui peut avoir, et que tu crois être premier à proposer ce genre de mesures, alors que les cochons les appliquent déjà.

LP : Cher Gryllos, tes paroles m’étonnent autant qu’elles me font rire : car que veux-tu dire, lorsque tu prétends que les cochons appliquent déjà ce que les hommes n’ont pas encore décidé ?

Gryllos : Laisse-moi donc parler, si tu es disposé à entendre mon discours. Commençons par ces qualités que vous appelez nouvelles, à savoir l’utilisation parcimonieuse des ressources par le développement durable. Sache donc que les cochons sont les premiers et les plus habiles dans ce domaine : car ne dit-on pas : « Tout est bon dans le cochon » ? Au contraire, existe-il un proverbe qui dise : « Tout est bon dans les hommes » ? Réponds-moi, ô président : suivant ce proverbe, est-ce l’homme ou le cochon qui est le plus respectueux de la nature et des ressources ?

LP : Je n’aurai pas à mentir : les cochons semblent être les plus économes des bêtes en ce qui concerne les ressources.
Gryllos : Nous dirons donc que la qualité des cochons l’emporte ici. Mais examinons, si tu le veux bien, une autre de leurs qualités. Les cochons produisent naturellement du lisier, qui rend la terre féconde. Sommes-nous d’accord sur ce point, que les cochons ne sont pas seulement utiles pour leur chair et leur graisse, mais aussi pour leurs déjections qui favorisent la croissance des plantes et des cultures ?

LP : J’en conviens ; mais quelle est cette qualité dont tu me parles ?

Gryllos : Alors, tu viens d’admettre que les bêtes que nous sommes sont plus nobles que les hommes tels que toi, car cette qualité est double, ô le plus avisé des hommes ; en effet les cochons produisent naturellement ce qui non seulement leur profite mais profite aussi aux hommes, ce qui fait d’eux des animaux beaux et bons, tandis que c’est l’utilisation excessive du lisier par les hommes qui a un impact néfaste sur les champs. Nous pourrons alors dire que les cochons font preuve à la fois d’autarcie, de générosité et de modération, tandis que les hommes se trouvent être dépendants, cupides et intempérants. Veux-tu, très cher président, te persuader de cette vérité ?

LP : J’avoue, ô Gryllos, que je ne sais plus quoi dire contre de tels propos.

Gryllos : Faudrait-il donc, ô président, nier qu’un homme comme toi ait pu être élu par le peuple français ?

 

 

Après avoir acquis le texte du Gryllos / Bruta (animalia) ratione uti de Plutarque sur internet et l’avoir inséré dans Voyant Tools, une évidence m’est sautée aux yeux : quelques données intéressantes mises à part, les résultats obtenus sur le site sont assez passablement inutiles pour la rédaction d’un pastiche.

http://beta.voyant-tools.org/?corpus=56d2b619e6cc9fe9629210f244f189e4&stopList=keywords-c6aaf7cd409086cdd43dbe76986f1d30&view=Cirrus

Les quelques constats que le traitement numérique et procédural du texte rendent possibles sont néanmoins les suivants :

– le texte est caractérisé par les balancements, les comparaisons, ainsi qu’une certaine simplicité, voire peut-être familiarité du style (différentes formes du verbe être, de tous les mots typiques du dialogue et de ses signes (les noms des protagonistes répétés au vocatif, les première et deuxième personne du singulier et pluriel dans toutes les formes possibles).

– l’auteur ne semble pas s’ennuyer de la redondance, comme il est normal en grec. On voit donc la répétition des objets du dialogue (d’un côté les θηρία, de l’autre des ἀνθρώπους).

– Le dialogue ayant lui-même une portée parodique et pastichant le genre du dialogue, on constate l’usage de mots soit, conceptuels, soit généralisants, soit abstraits : en tout cas, qui relèvent d’une recherche philosophique et théorique. (σωφροσύνης, ἀρετῆς, ἐπιθυμίαις, φύσιν, mot d’ailleurs employé dans le pastiche dans un tout autre sens que celui du dialogue original).

Il est également possible de remarquer ce qu’il n’y a pas : le dialogue, bien qu’il soit peut-être difficile de juger de ce genre de particularités vu sa brièveté (3400 mots en tout selon Voyant Tools), ne contient pas ou peu d’expressions répétées, ce qui indique de ce dialogue qu’il prend moins le parti d’une discussion patiente où les expressions sont reprises, voire martelées, comme elles peuvent l’être, par exemple, dans un dialogue de Platon.

Pastiche sur le Gorgias de Platon

Après s’être donné la réplique sur la rhétorique dans l’Antiquité, Socrate et Gorgias constatent le temps qui a passé et discutent sur l’évolution de la transmission des savoirs.
SOCRATE : Je vois Gorgias que tu as une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Comment cela Socrate ?
SOCRATE : Il me semble que tu n’as aucun support papier.
GORGIAS : Eh bien ou est le problème ? Demande-le-moi et je te répondrai.
SOCRATE : Non il n’y a pas de problème, mais il me semble que c’est une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Pourquoi cela Socrate ?
SOCRATE : Parce-que, Gorgias, on peut prouver l’authenticité ou la fausseté d’une œuvre papier ce qui n’est pas le cas d’une œuvre numérique.
GORGIAS : Socrate, cela permet de pouvoir transporter une œuvre partout avec soi, de la faire partager et ainsi de diffuser le savoir à des foules nombreuses.
SOCRATE Sans doute, mais ne crains-tu pas à ce moment-là la fausseté de l’œuvre ?
GORGIAS : Pourquoi Socrate ?
SOCRATE : Car si une œuvre peut-être partagée avec tout le monde et que sa véracité ne peut-être prouvée, alors c’est une connaissance fausse et corrompue qui est diffusée.
GORGIAS : Mais Socrate, l’important pour un maximum de gens est de pouvoir lire le plus d’œuvres possibles. S’ils les interprètent mal, ce n’est pas le rhéteur qui est en faute mais je crois t’avoir déjà dit ça.
SOCRATE : Sans doute Gorgias, mais une simple erreur reproduite en beaucoup d’exemplaires peut avoir des conséquences fâcheuses. Souviens-toi de la donation de Constantin rédigée entre 315 et 317 justifiant le pouvoir du pape sur l’Occident et qui était fausse, eh bien c’est ainsi que pendant treize siècles, les papes successifs ont obtenu un pouvoir illégitime politique et territorial. Voilà ce que peux avoir comme conséquence de reproduire en grand quantité une connaissance fausse. La lecture n’est pas suffisante, l’analyse est également nécessaire.
GORGIAS : Mais Socrate, l’analyse est quelque chose de personnel tout comme la capacité de rhéteur. Chacun peut avoir sa propre interprétation d’un fait en particulier.
SOCRATE : Certes Gorgias mais encore faut-il que ce fait ait été vérifié et soit réel.
GORGIAS : Bien sûr Socrate, mais de même que c’est à l’élève et non au rhéteur de faire la recherche sur la véracité de la chose en question, une tablette a pour seule fonction de transmettre l’information. A l’utilisateur de vérifier sa véracité.
SOCRATE : Mais donc si le lecteur n’est pas en capacité de savoir si il s’est trompé, il peut transmettre des choses fausses à tous ceux qui comme lui n’ont pas de capacités d’analyse suffisante ?
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Et ce dans tous les domaines ?
GORGIAS : Non pas tous mais tous ceux qu’ils peuvent transmettre
SOCRATE : Mais Gorgias, penses-tu aux conséquences que cela peut avoir sur la société, voir même sur le kosmos ?
GORGIAS : Aucune pour le rhéteur Socrate car, comme je te l’ai dit, il n’est pas responsable des erreurs de ses élèves.
SOCRATE : Il faut donc avoir la quasi-certitude que ce que l’on transmet est fondé en raison
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Donc le rhéteur n’est capable que de théorie et c’est aux élèves de bien appliquer la pratique ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Ils sont donc seuls responsables de leurs actes
GORGIAS : Oui
SOCRATE : C’est donc à eux de vérifier la véracité des propos qu’ils soient écrits sur papier ou non ou oraux ?
GORGIAS : Oui et à eux seuls
SOCRATE : Celui-ci qui transmet des choses vraies ou fausses a donc un certain pouvoir ?
GORGIAS : C’est ça Socrate
SOCRATE : Et ce dans beaucoup de domaines
GORGIAS : Oui (rep p 20)
SOCRATE : Prenons maintenant un exemple pratique : si je te demande de me fabriquer une tablette, sauras-tu me convaincre que tu sais la fabriquer ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Et me la fabriquer ?
GORGIAS : Non
SOCRATE : Tu as donc simplement cherché à me convaincre ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Donc depuis notre précédent débat sur la nature de la rhétorique, tu n’as pas changé d’avis ?
GORGIAS : Non, je maintiens que le rhéteur n’est pas responsable des injustices commises contrairement à l’élève qui les commet. C’est donc à ce dernier de réfléchir à la théorie avant de passer à la pratique durant toute sa vie.
SOCRATE : Voilà une question qui implique la question de la responsabilité individuelle et qui serait très long à aborder.

Indications sur les outils d’analyse et la composition
Mes principaux outils d’analyse concernent la forme du dialogue, son déroulement, les thèmes abordés et la façon de parler des personnages. De manière globale, Socrate questionne et Gorgias répond, sauf quand il s’agit de définir son art.
Concernant la forme du dialogue et son déroulement, il a parfois une forme démonstrative et parfois une forme de questions-réponses, qui a été reproduite dans mon pastiche. Globalement Socrate parle davantage que Gorgias, ce que j’ai reproduit avec un peu moins d’intensité dans mon dialogue. Les réponses à l’exception du début sont généralement concises et brèves. J’ai essayé de reprendre le thème de la rhétorique mais en l’appliquant cette fois à la transmission des savoirs via non pas le support oral mais via le support écrit qu’il soit papier ou électronique (tablette). La tablette étant à la fois traditionnelle (argile et roche dans l’Antiquité) et moderne (électronique à l’époque contemporaine). L’objet tablette est donc un pont entre tradition et modernité même si la matière qui le constitue change. J’ai analysé la déviation de la rhétorique vers les autres thèmes du dialogue (justice de Polos, force de la nature et opposition entre le droit politique et le droit naturel, celles-ci étant incarnées par Calliclès, et par conséquent politique, bien, mal…) comme c’est le cas dans le dialogue. Le dialogue alterne parfois le répliques longues de Socrate et courtes de Gorgias, parfois des questions courtes et des réponses courtes, parfois des questions longues et des réponses longues. Ces thèmes peuvent également être déclinés dans le cadre du thème de la transition du livre écrit au livre numérique à travers l’impact de la diffusion d’informations dans des somaines très variés.
A travers Voyant Tools, on s’aperçoit que « Gorgias », « Socrate », « rhétorique » et les prépositions « que », « et », « de », et « pas », reviennent souvent afin de structurer le dialogue et lui donner son caractère démonstratif et persuasif. Dans mon texte, Gorgias reprend les thèmes de Calliclès et Polos et les introduit de manière très progressive tout comme dans l’œuvre originale. C’est à partir de la transition de l’écriture papier à l’écriture électronique que j’ai pu aborder les thèmes du bien, du mal (Calliclès) et de la justice (Polos), et cela uniquement à travers le personnage de Gorgias. Cela correspond bien à l’œuvre car c’est à partir de la question de la rhétorique chez Gorgias que les autres personnages déroulent leurs sujets respectifs.
Mon texte se termine comme la première partie du dialogue (celle entre Socrate et Gorgias (« Eh bien vois-tu » à « question à fond ») et reste donc très ouvert et pourrait être poursuivi en appliquant les conséquences de la rhétorique sur tous les domaines de la philosophie (politique, arts, sciences…). En effet le thème de la diffusion de l’information, quel que soit son support peut, tout comme la rhétorique, impacter beaucoup de domaines à l’exception des domaines très personnels comme la religion si celle-ci reste individuelle.

Économique

stock-photo-17454778-dad-about-the-house

Un jour donc, je vis Ischomachus assis sous le portique de Jupiter libérateur et il me parût de loisir. Je m’avançais près de lui et m’asseyant à ses côtés :  « pourquoi donc Ischomachus, lui dis-je, es-tu assis ici à ne rien faire ? Tu sembles tellement occupé et ne perds que peu de temps sur l’agora d’ordinaire. Au nom des dieux, que fais-tu ?  Car tu ne vis pas comme un sédentaire renfermé chez toi. »

Ischomachus, se mettant alors à sourire :« je ne reste jamais à la maison Socrate, car ma femme est parfaitement en état de diriger les affaires du ménage. »

– Je serais ravi de savoir si tu as instruit ta femme dans les leçons de l’économie d’une maison ou bien si son père et sa mère l’ont instruite de ses devoirs.

– Eh comment aurais-je pu l’instruire ? Elle entra à quinze ans chez moi ; elle avait vécu tout en se dérobant à toute forme de surveillance, demandant et ordonnant tout. Pouvais-je souhaiter plus qu’une femme telle qu’elle ?

– Et sur les autres points, Ischomachus, lui dis-je, sont-ce tes leçons qui ont rendu ta femme capable des soins qui la regardent ?

– Non, par Jupiter, dit Ischomachus, mais j’ai offert un sacrifice et prié le ciel de m’accorder le don de bien instruire à ma femme et à elle de bien apprendre ce qui pourrait assurer notre bonheur commun, mais cela ne donnant guère de résultats.

– Ta femme, lui répondis-je, sacrifiait avec toi et adressait au ciel de semblables prières ?

– Non, dis Ischomachus, même elle promettait, à la face des dieux, de rester la même qu’elle est maintenant; je voyais bien qu’elle ne serait pas docile à mes leçons.

– Au nom des dieux, Ischomachus, essayes-tu donc de lui apprendre des leçons ? Raconte-le moi.

– Quand elle se fut familiarisée avec moi et que l’intimité l’eut encore plus enhardie à converser librement, je lui demanda à peu près ces choses : comprends tu, femme, pourquoi je t’ai prise ? Ce n’est pas qu’il nous fût difficile de partager un lit avec quelque autre. Mais après avoir réfléchi, moi pour moi, et toi pour toi, nous nous sommes choisis, comme le parti le plus convenable. Nos enfants, si les dieux nous en donne, nous aviserons ensemble à les élever au mieux. Mais dès maintenant notre maison nous est commune ; il ne s’agit plus donc de compter lequel de nous deux à offert le plus que l’autre, mais de bien agir pour l’accroître. Il nous faut donc gérer, l’un l’autre, au mieux le bien commun. »
A ces mots ma femme me répondit : « tu pourrais donc m’aider dans les travaux que l’on doit accomplir dans une maison. Tu es bien capable de rendre notre maison accueillante ?

– Oui, femme, par Jupiter ! Lui dis-je, mais en quoi, moi,  puis-je t’aider en l’accroissement de la beauté de la maison ?

– Par Jupiter ! Les dieux ne m’ont pas créée afin que j’occupe les plus viles fonctions. Selon toi, la divinité approprie à la nature de la femme les travaux et les soins de l’intérieur, et celle de l’homme pour les travaux et les soins extérieurs. Car la divinité à donner une plus forte complexion à l’homme qui peut donc en supporter davantage. Pouvant donc supporter davantage par le soin que tu as reçu de la nature, tu peux, toi aussi, prendre part dans les travaux de l’intérieur, étant d’une nature à me fatiguer plus rapidement que la tienne. Rester à l’intérieur n’est pas plus honteux pour un homme si tu accomplis tes devoirs à l’extérieur. Il sera plus doux, en effet, lorsque tu seras devenu plus parfait que moi. » Tel est, si j’ai bonne mémoire, mon premier entretien avec ma femme.

– Eh bien ! repris-je, voilà qui montre toute l’âme virile de ta femme.
– Ce n’est pas tout, répondit-il ; je veux te raconter avec quelle résolution généreuse elle profita de mes avis. Un jour, je la vis couverte de poudre, afin de rendre sa peau plus blanche qu’elle n’était, avec du rouge. Elle revêtit des chaussures élevées, afin d’en rajouter à sa taille. Je lui dis  « femme, me jugerais-tu plus digne de sentiments aimables si j’exhibais en société mes parures et mes richesses ? Me jugerais-tu plus digne de tendresse si je m’efforçais de t’apporter un corps soigné, hydraté et doux, fortifié par la gymnastique, avec un teint d’incarnat sous les yeux, préférerais-tu que je te fasse illusion ? »
Elle alors reprenant aussitôt : « Certes je ne souhaiterais pas voir du vermillon sur tes joues. Mais pour ce qui est du reste, n’y vois-tu pas quelques avantages et non de la tromperie ? Certes les dieux ont fait l’homme pour qu’il plaise à l’homme, mais cela vaut-il donc de laisser son corps se détériorer ?

–  Au nom des dieux, repris-je, que répondis-tu ?

– Socrate, que pouvais-je faire de mieux que de satisfaire à ses attendes ? »

economique_xenephon

Afin d’obtenir le texte Οἰκονομικός de Xénophon, je me suis rendue sur le site du TLG dans lequel j’ai pu récupérer les passages de ce texte qui m’intéressais, c’est-à-dire les passages traitant de Ischomachus parlant de sa femme et de la bonne manière de faire prospérer ses biens. J’ai ensuite, à l’aide de la fonction copier/coller, dévoiler le texte sur Voyant Tools, un site qui permet de mettre en image les données quantitatives d’un texte, c’est-à-dire à combien de fois par exemple le mot « μοι » est-il utilisé dans cet échantillon. Grâce à ce site, nous pouvons voir donc quels mots l’auteur utilisent le plus souvent, dans quelles phrases ainsi que dans quelle partie du texte ( le texte est découpé de manière équilibré sur Voyant Tools, selon le nombre de séparation que l’on veut donner au texte, ce qui ne se réfère pas à la séparation originelle du texte ; ce graphique est certes pratique mais il reste à mon sens l’outil qui m’a été le moins utile).
Dans mon extrait de Οἰκονομικός donc, il est à noter que les mots qui reviennent le plus souvent sont « δεῖ », « ἔφη », « γύναι », « θεὸς », « μοι » ( parmi d’autres). Ces mots nous informent donc sur le genre qu’emprunte Xénophon, le dialogue : la présence constance du verbe « ἔφη » démontre bel et bien que nous sommes dans le cadre d’un échange. Le verbe « δεῖ » montre que nous sommes dans un texte qui propose de suivre un mode de conduite que l’on nous propose alors que le nom « γύναι » met en relief le sujet des extraits choisis. Enfin, la présence constante de « θεὸς » révèle le style de Xénophon qui utilise souvent des interjections.
Dans le but de rendre les résultats satisfaisants, j’ai soumis au site un texte de plus de quatre mille mots, parmi lesquels il m’informe que plus de mille cinq cent mots sont uniques dans le texte. Après m’avoir donné ces indications, un tableau me montre la liste des occurrences les plus rencontrées dans ce texte, ainsi que le nombre de fois qu’elles apparaissent. En cliquant sur un mot, en plus d’apparaître surligné en jaune dans le texte collé qui se trouve au centre de la page internet, nous pouvons analyser la quantité de son emploi dans le fameux graphique puis retrouver les phrases dans lesquelles il apparaît, ce qui permet de pouvoir voir le contexte d’emploi du mot ainsi que les mots qui lui sont associés (cette fonction est très utile quand il s’agit d’un dialogue, un des participant peut en effet reprendre ce que son interlocuteur a dit avant lui en reprenant la même tournure de phrase). Ces outils sont donc d’une grande utilité afin de pouvoir étudier les variantes ainsi que les redondances du texte d’un auteur.
Le choix de Xénophon pour ce pastiche vient du fait que l’on se rend très bien compte dans cette exemple du rôle que doit avoir la femme dans la tenue de sa maison et offre un témoignage important permettant de mettre en comparaison la modification opérer de nos jours à ce sujet.

SACRA POPULARIA

 


14578509728_585c2e083c_b
* On me dit que Lutetia est devenue la cité chérie de Vénus ; César et ses armées ayant livré bataille le long du fleuve de la nymphe Sequana, auraient dédié ces terres à la déesse en remerciement de sa bienveillance lors de sa conquête des Gaules; Aujourd’hui, sur les hauteurs de son oppidum, là-bas le Pantheum, temple qui n’accueillerait aucune divinité; Au crépuscule, les premiers arrivants luttent pour atteindre cette architecture puis se dirigent dans ce qu’ils nomment le vicus latinus; Les parisii sont très actifs le soir, dit-on, car le couché du soleil annonce la célébration des banquets et l’éveil des aèdes qui, certains le pensent, seraient des créatures nocturnes; Du reste, les aèdes sont vénérés des juvenes; Tous sortent donc de leur inertie et se mêlent dans ces rues de débauches une fois le soleil éteint;

* On se rassemble, tous à la fois, dans les temples ou dans les rues, comme s’ils obéissaient aux ordres de Bacchus; Les danses et les cris forment des cortèges redoutables et, dans l’élan de leur frénésie, imitent les politiciens et les chefs de guerre du temps jadis; Certains iraient même jusqu’à penser que la nouvelle lune intensifie le désordre au sein de ces assemblées qui se mesurent aux dieux et provoquent leurs ennemis à leurs frontières; On pense généralement pour cela que les parisii sont des peuples très fiers et que les chars des armées sont tirés d’une même ficelle par la déesse Orgueil ;

* Les tuniques et étoffes de ces peuplades couvrent, du reste, l’entièreté de leur corps et ne semblent être attachées par aucune épingle ni agrafe; À certaines occasions, les femmes se couvrent d’un simple tissu et déposent sur leur corps des parfums forts qui font la fierté de  Lutetia;

* On dit qu’is ont pour coutume de s’enivrer dans un premier temps à l’aide d’une boisson très connue des germains autrefois, à base d’orge ou de froment, à laquelle la fermentation donne au liquide les mêmes effets que le vin; Mais il est dit aussi qu’ils consacrent leurs nuits aux rites de l’ivresse et remplissent les coupes de vin sans jamais préalablement les couper avec l’eau dans les cratères; Durant la nuit, ces peuples voyagent de banquet en banquets et défilent impudiquement , se réunissent en petit groupe et sautillent sur des autels surélevés;

* Sur les pulpitorum, peu après, on y est tenu d’embrasser au moins une fois un membre du sexe opposé et certains, dit-on, embrasseraient leur amis en narguant l’éraste indésirable; Aussi, les érastes tentent de se mêler aux cohues juvéniles en amenant les jeunes hommes ou femmes à se fourvoyer; Mais ils sont la risée des banquets et se hissent souvent des mêlées, humiliés;

* Quand les amis et l’argent viennent à manquer, ces groupes se réunissent dans un triclinium d’un ami voisin, ce que l’on appèlerait la coutume des « Afterii »; De même, les plus éveillés sortent les olla et les sartagines en vue d’un repas de fortune: Au matin, les dies festi laisse place à nouveau à aux dies profesti;

* Les Magistri ne se mélangeant pas au populum, ils préfèrent se réunir dans des caves dédiées à la divinité qui nous ait encore peu connue : Divus Mercantilius; d’autres prétendent qu’il s’agit également de banquets qui donnent lieu aux cérémonies adressés aux maquerelle et aux parieurs;

* La richesse de l’oppidum n’est ni l’abondance de bétail, ni de forêt ni la propreté de leurs rues qui infestent lors des nuits de chaleur; Toutefois, ils construiraient, aimeraient comme s’ils portaient fièrement les flèches de Vénus en pleine poitrine, se flattant du chaos de leur âme; Les femmes et les hommes seraient affranchis des lois du foyer domestique; De même, leurs habillements seraient l’expression de leur frivolité, de leur goût de la démesure et les peuples seraient libres de goûter aux plaisirs de la décadence en protégés affectionnés de Vénus;

AnnaK

> Pour obtenir un texte de référence, je me suis rendue sur le site de la Bibliotheca Augustana grâce à laquelle j’ai pu accéder à l’œuvre complète de Publius Cornélius Tacite : De Germanorum origine ac moribus. Ainsi, j’ai pu sélectionner l’ensemble des textes qui m’intéressait et transférer le contenu sur Voyant Tools. Ce site m’ayant permis d’observer l’ensemble des données quantitatives liées à l’emploi et répétition de mots dans l’ouvrage. Aussi, on se rend compte que pour Tacite, les répétitions apparaissent avec: « germaniae », « arma », « eadem », « olim » en premières positions puis de « germanorum », « tamquam », « pars », « nomen »,  » ceterea  » en notant les déclinaisons de  » gens « . Le registre dit historiographique de l’œuvre de Tacite nous amène à observer que sa composition se construit d’un ensemble important d’éléments syntaxique répétitifs; Pour cela je me suis appuyer à rendre un contenu exploitant ces mêmes emploies. Voyant Tools est un site qui met au point des outils d’analyse capables de quantifier les données d’un texte en ligne en offrant une nouvelle approche vis-à-vis du texte numérique. Voyant Tools a pu recevoir un très grand nombre de données et a pu donner un très grand nombre de référencements. Cette analyse de texte se présente sous la forme d’un nuage de mots dont l’étude s’appuie sur une quantification précise et dont la hiérarchie est visuellement compréhensible: le texte concernant les mœurs des Germains fait observer l’utilisation de 11 241 mots dont 1 034 sont cités qu’une seule fois. On résume ainsi la fréquence de l’emploi des mots. Ce qui, au regard des traductions, peut paraitre très intéressant afin d’y visualiser les variantes. L’apparence du texte donne à voir les répétions, ici, et des expressions figées. Cette analyse pourrait avoir plus de portée si nous avions à quantifier les données issus de l’ensemble des textes numériques d’un auteur. Ce qui donne à constater que l’intérêt d’une telle opération se situe dans l’établissement d’une carte d’identité d’un texte. À savoir ce qui le compose, le distingue et ce qui lui permet d’être affilié à un auteur. 

sacra popularia: festivité qui réunie le peuple entier

Voyage en Guyane à la manière d’Hérodote

Mais voilà ce que je connais du célèbre centre spatial à Kourou en Guyane, trente-six ans après le décollage de la première fusée Ariane I. A la suite de l’indépendance de l’Algérie et de l’abandon par la France du pas de tir d’Hammaguir, Georges Pompidou décide en 1964 de construire un centre spatial à Kourou, en Guyane. La Guyane est connu pour être à l’abri des séismes et des cyclones et le patrimoine rêvé de Kourou en fait un lieu essentiel pour y abriter le centre spatial européen. Sur cette terre prometteuse, le nouveau temple pour l’étude du spatial est construit à partir 1965 et devient opérationnel à partir de 1968. Selon mes sources, près de ce temple du savoir sont dressées des bases de lancement pour les fusées, notamment celles du programme Ariane, qui permettent à des chanceux d’assister à un lancement une fois par mois.

Les responsables ajoutent qu’à compter de 2009, la base accueille également les fusées russes Soyouz et les lanceurs légers italiens Vega. Au cœur de la nature guyanaise verdoyante, deux sites d’observation du décollage des fusées portent le nom des célèbres dieux grecs Vénus et Jupiter.
Mais cela suffit avec Kourou et son centre spatial.

20150820_223828[1]                                                                    Trace laissée par Ariane juste après son décollage en août 2015.

On n’a moins de connaissances vis-à-vis des pays voisins dont nous voulons parler. Pour ma part, je n’y suis jamais allée. Les guyanais m’ont dit qu’ils sont voisins frontaliers des brésiliens et surinamais. Quoi qu’il en soit, nous nous attacherons à ce que l’on connaît avec exactitude et nous en parlerons avec précision.
En arrivant à l’aéroport nommé Félix Éboué, on est d’abord surpris par la forte chaleur, assez peu présente dans la métropole. Quand on a passé Cayenne, la « capitale » de la Guyane française, on rencontre d’abord des villes principales comme Macouria dans laquelle des espèces animales se côtoient dans le zoo. Les premiers que l’on découvre sont les célèbres créatures rampantes d’Amazonie. Plus on avance, plus on rencontre des espèces variées et tropicales.
En s’éloignant de ces grandes villes et de la base spatiale européenne et en s’aventurant plus loin dans les terres, un tout nouveau décors se dresse. Quand on s’approche du long fleuve Saint-Laurent du Maroni, on rencontre un nouveau mode de vie. Le long du fleuve se côtoient des tribus indiennes et des villages qui vivent dans une certaine forme d’autarcie, notamment grâce à la pêche partagée. Certains villages, pour se ravitailler doivent traverser le fleuve en pirogue, un voyage qui peut durer plusieurs jours pour apporter aux villages les denrées essentielles.
Après le port de Rémire-Montjoly, au large des côtes maritimes se dresse l’îlet la Mère ou selon d’autres, « îlet aux singes ». Les premiers que l’on rencontre dans le temps sont les bagnards envoyés en Guyane. Par la suite, cette îlet est devenu un point d’observation important pour une espèce à part, les singes, entre mangrove et mer.

Autant que nous pouvons le savoir [NDT : κατ᾽ ὅσον ἡμεῖς ἴδμεν], la diversité des lieux et du mélange culturel qui fait se côtoyer autant des français, que des indiens, des chinois, des brésiliens ou des surinamais ainsi que cette situation particulière d’un département français de l’autre côté de l’Atlantique, sur le continent américain, fait de la Guyane un territoire à part. Les grandes villes s’opposent aux villages qui bordent le fleuve de l’autre côté du territoire.

Billet 3

Pour créer mon article, je me suis inspirée du Livre IV des Enquêtes d’Hérodote, sur le célèbre site Perseus. Du chapitres 15 au chapitre 18, il décrit le pays des Scythes, ce qui m’a servit de base. Je ne me suis pas inspirée des faits racontés mais plutôt de la manière d’écrire de l’auteur. Dans l’écriture même d’Hérodote, on peut voir qu’il accorde une grande importance à justifier ce qu’il dit : »Ἀλλ᾽ ὅσον μὲν ἡμεῖς ἀτρεκέως ἐπὶ μακρότατον οἷοι τε ἐγενόμεθα ἀκοῇ ἐξικέσθαι, πᾶν εἰρήσεται. » (« Quoi qu’il en soit, nous avons porté nos recherches le plus loin qu’il nous a été possible, et nous allons dire tout ce que nous avons appris de plus certain par les récits qu’on nous a faits.).                       En tant qu’historien et aussi géographe dans cet extrait, Hérodote utilise de nombreux verbes de parole: ils disent … et de nombreux termes géographiques: plus en avant, après le fleuve… Le passage est structuré par une idée d’évolution dans l’espace.

Grâce à Voyant Tools, on peut noter certaines caractéristiques de l’écriture d’Hérodote. L’auteur qui se veut historien fait une description géographique précise avec des indicateurs de lieux qui sont très présents. Avec voyant Tools, grâce à la rubrique  on peut voir que ces indications passent principalement par l’utilisation des prépositions: » Ἀπὸ » apparaît quatre fois en deux paragraphes. Sa description est très spatiale, on part d’un endroit, pour aller plus loin dans les terres, les termes « au milieu », « plus loin », « au large » sont employés.                                                                                                               En tant qu’historien, Hérodote donne beaucoup d’informations qu’il articule par de nombreuses phrases et propositions, ce qui explique la fréquence importante des connecteurs comme « καὶ » qui apparaît dix-neuf fois dans ces chapitres, et « δὲ » qui est visible vingt-cinq fois grâce à la rubrique « words in the entire corpus » et le schéma « word trends ». La courbe est une bonne illustration pour se rendre compte de l’importance ou non des occurrences des mots choisis.                                                                                 De plus, une autre caractéristique des sources d’Hérodote est visible grâce à Voyant Tools. En effet, des sources de l’historien sont orales, comme le montre la présence à plusieurs reprises du verbe « λέγουσι ».

Billet 3Occurrence de « δὲ »

Un « Banquet » féminin du 21e siècle


Dans une chaude journée d’été, dans un petit bistro au centre de Paris, deux amies discutent concernant la nature de ἔρως au 21e siècle.

DIOTIMA- Il y a plus que 2500 ans dés le monde connaît le Banquet de Platon et ses enquêtes pour la beauté de l’Amour, Ἔρως κάλλους , mais je ne vois pas de beauté à notre jour. Qu’est-ce que tu penses pour ça, chère amie ?

EFFROSYNI- καλῶς γὰρ λέγεις, ma chérie. Nous nous sommes habitués à penser que beaucoup de nos comportements sexuels, de nos besoins physiques, et nous avons oublié le but de tout ça. Quelle est la notion d’un lit double sans les sentiment de l’amour. Mais, est-ce qu’on peut dire que la nature d’ Éros a modifié pendant les siècles ?

DIOTIMA- Pour répondre à ta question, il y a besoin d’ examiner quelle est la nature originale d’ Eros. Est-ce que c’est quelque chose kakon ou agathon, mal ou bonne ? Est-ce que c’est un dieu tout-puissant qui peut manipuler les personnes comme il veut, ou est-ce que c’est une chose morale, qui fait cas de nos sentiments quotidiens ?

EFFROSYNI- Je ne sais pas la réponse de cette question. Je comprends qu’on cherche de οὐσίαν de l’amour, mais je ne suis pas une ἐπαΐουσαν, une maitresse, dans ce domaine. Je pense qu’un homme des sciences va dire qu’il s’agit des composés chimique de cerveau, ou d’une besoin de la procréation. Peut- être, il n’ y a pas une principe stable, mais comme un grand sociologue de notre ère a dit, «les limites même du sexuel sont culturellement et socialement mouvantes. » Mais, je réfléchis si c’est possible, après tous ces siècles de progrès, de retourner dans l’étape précoce des instincts, avec bien sûr « un enroulement rhétorique ».

DIOTIMA- Αληθς λέγεις, ma chérie, mais quel genre de πάθος exerce une influence sur toi ? Oublies-tu les paroles de ton sociologue préféré que « construction culturelle, la sexualité humaine implique nécessairement la coordination d’une activité mentale, d’une interaction sociale et d’une activité corporelle, qui doivent toutes trois être apprises » ? Est-ce que tu m’entends ?

EFFROSYNI- Oui, je t’entends et je pense que tu as raison. Mais, pourquoi les relations humaines ont devenues tant compliquées ? Pourquoi, on habite dans un monde de liberté, sans le licence d’exprimer vraiment nos plaisirs- apolauseis– et nos désirs –idonai– ? Et selon les dessus, est-ce qu’on vit, à la fin, dans un monde érotiquement illusoire ?

DIOTIMA- C’est vrai, mais tu n’as pas encore compris ta faute à partir de ton chemin logique. Tu m’as introduit trois termes différents à l’ensemble et donc c’est évident l’existence de ta confusion. De ma partie, c’est la faute commune de notre génération. Ayant grandis dans une société avec des avantages illimités, nous avons perdu parmi les nombreuses opportunités de la chaque moment. Dans ses paroles par exemple, est-ce que tu n’as observé ta confusion entre les termes de l’amour, de la sexualité et des relations humaines ? Notre πλεονεξία, notre vouloir d’obtenir plus en plus des choses, est affectée aussi le domaine pure de l’amour. Mais, allons examiner cet argument…

Mes outils du travail

Pour réaliser ce pastiche, premièrement c’était nécessaire une édition du texte de Platon. Pour cette raison, j’ai utilisé le lien électronique de Wikipédia sur l’article de « Le Banquet de Platon ». Ayant étudié et analysé l’ensemble du texte, c’était facile de trouver les points principes pour réussir un propre résultat.

En ce qui concerne la thématique du pastiche, il s’agit d’une exercice appliquée par rapport mon projet titulaire « L’amour pédagogique dans Platon et Sappho ». Il concerne plus précieusement l’idée d’un dialogue socratique qui applique la pratique d’imitation (mimisis) dans un cadre féministe. Le sujet est une conversation par rapport l’amour à l’époque contemporaine entre une figure imaginaire (Effrosyni) et la prêtresse- prophétesse du Banquet de Platon, Diotima. C’est la personne, selon Socrate, qui lui apprend les secrets d’Amour comme une passion pour le bien et le réel. Le passage ci-dessus a été réalisé en utilisant la technique de la maïeutique socratique.

Afin de créer ce pastiche, j’ai utilisé aussi l’ application de Voyant Tools, grâce à laquelle, il y a aussi l’image avec les mots les plus fréquents qui s’apparentent au passage du Banquet, 201a-202d. Il s’agit d’un extrait des 448 mots au total, et des 261 mots uniques. Les trois mots les plus communs sont καὶ, qui montre une usage très variante de la conjonction de coordination, et εἶναι, qui montre un enquête ontologique. Plus spécifiquement, c’est logique que l’usage de ce mot se devient plus souvent au milieu. Et pour preuve, j’ ajoute le graphique suivant :

Le troisième mot est ἔφη qui, avec des autres verbes de parole, déclare l’origine dialogique du passage. Ayant comme base toutes ces principes, j’ai composé le dialogue du pastiche, qui combine les caractéristiques de la philologie classique et les théories contemporaines de la sociologie.

Sacreikon

Et Flambiosus se relevant, épanoui par cette question :

« Mes amis, dit-il, les français aussi sont des hommes et nous buvons tous le même vin, quoiqu’ils subissent un mauvais fatus. Cependant, moi président [NDT : le mot, effacé du manuscrit d’origine, est confirmé par les nombreux commentaires laissés par la tradition indirecte], ils gouteront rapidement l’eau de la normalitas.  En somme, je les exonère tous dans mon programme. Ma Regalita j’en fais mon héritière et je la recommande à tous mes amis. Et si je dis tout ça publiquement c’est pour que mon peuple m’aime maintenant comme si j’étais déjà mort [NDT : les diverses études concernant la popularité de Flambiosus hésitent à se prononcer sur le fait qu’il soit vraiment jamais mort]. »

Tous commencèrent à rendre grâce pour la bonté du maître, quand celui-ci, oubliant les choses légères, ordonna qu’on lui apporte un exemplaire de son programme et le lut en entier de la première à la dernière ligne à ses gens en pleurs. Nous n’avions pas sécher nos larmes que, soudain, au milieu d’une meute de chiens, surgit une litière à deux roues [NDT : c’est la seule mention chez les auteurs latins de ce moyen de transport, on le rapproche généralement du grec σχουτερ]. Je me dressais, épouvanté, et me tournais vers mon voisin pour l’interroger, quand je remarquais  le X de diamant serti dans une plaque d’or et d’argent [NDT : il semble que ce symbole occulte ait pu renvoyer à des pratiques de cultes à mystères, peut-être priapiques]. Tandis que les convives applaudissent et proclament « Vive Gaia ! », je grimace et lui voyant mon air perplexe :

« La maîtresse de Flambiosus, dit-il. Et hier, hier c’était quoi ? Que ton génie me pardonne, mehencule ! Aujourd’hui, à savoir pourquoi comment, elle est grimpée au septième ciel ! Tu croirais que c’est une étoile ! ».

La litière quittait bruyamment la pièce et déjà un nouveau défilé de porcs s’avançait au son des cors de chasse. Et regardant vers nous, les traits détendus, Flambiosus :

« Le porc est un loup pour l’homme, dit-il. C’est Alphonse Daudet S. K. qui a dit ça dans Les Latrines de mon moulin. C’est l’histoire de trois petites gosses qui sont harcelés par un porc. En somme, elles finissent vampires et lui se transforme en loup-garou [NDT : il semble que Flambiosus fasse ici l’amalgame entre plusieurs histoires, une citation de Plaute, « La chèvre de Mr Seguin » de Daudet, l’affaire DSK, le conte des trois petits cochons et peut-être Twilight].  J’ai lu tout ça dans Ὺικιπεδια, un livre dans ma bibliothèque grecque.  C’est dans ce livre aussi que j’ai lu qu’un étranger a dit comme quoi c’est mieux de boire rouge et frais : I have a drink ! »

*************************************************************************************************

J’ai choisi de réaliser un pastiche du Satyricon de Pétrone (nous ne discuterons pas ici de l’attribution à Pétrone de ce texte) car c’est un texte qui m’est familier pour l’avoir beaucoup étudié. En conséquence, l’outil Voyant Tools m’a aidé à observer et inclure des phénomènes que je connaissais déjà, sous une forme de distant reading comme défini par Franco Moretti. L’intérêt est de relever sur un très large extrait du texte (disons tout le « banquet de Trimalchion »), normalement puis en appliquant une liste de stop-words latine.

Version basique : http://voyant-tools.org/tool/Cirrus/?corpus=1448968839894.9111&docIndex=0&docId=d1448946052661.49fd5e7e-f79f-3b15-c437-f9ebf579abf7

Version raffinée : http://voyant-tools.org/tool/Cirrus/?corpus=1448968839894.9111&query=&stopList=1448969357560fa&docIndex=0&docId=d1448946052661.49fd5e7e-f79f-3b15-c437-f9ebf579abf7

On peut par la suite encore affiner la recherche, mais déjà on osberve :

  • la proéminence de Trimalchion et le retour sous différentes déclinaisons de ego dans la bouche de Trimalchion ;
  • la répartition de la narration entre plusieurs témoins oculaires – insistant sur l’importance de la vue et du spectacle, de la première personne du pluriel comme un public, du narrateur à la première personne ;
  • la juxtaposition par et des phrases et les constructions en quod;
  • la fréquence des adverbes rythmant les changements soudains ;
  • la fréquence des jurons et des expressions populaires (mehercule ou putas, credes)
  • l’introduction du discours par un ablatif absolu, ouvrez-les-guillemets … inquit qui dans une traduction littérale donne une formulation typiquement latine ;
  • la récurrence des thèmes comme la boisson, la nourriture… ;

J’ai tenté de rendre, en m’inspirant des traductions d’Olivier Sers pour l’édition bilingue des Belles Lettres, l’utilisation du subjonctif dans le latin vulgaire.

Les interférences entre culture populaire et culture classique ainsi que la présence de l’actualité sont transposées à notre époque. Les noms reprennent le principe de l’onomastique de Pétrone.

Fellini's Satyricon

Adaptation à l’écran du Satyricon par Federico Fellini – elle comporte déjà une actualisation des thèmes et une dimension politique