In Amorem

 

Au nom des dieux immortels, jusqu’à quand encore, Amour, nous soumettras-tu à tes vols et à tes méfaits? En cherchant à nuire à quelques uns, c’est à l’âme elle-même de la République que tu t’attaques, c’est dans les fondements les plus solides de notre communauté que tu envoies tes flèches corruptrices. Je ne parle pas seulement de ton avidité dévorante, mais de ta volonté sans faille de mettre à mal toutes les lois, de ton affreuse obstination à détruire ceux qui te sont le plus dévoués et le plus soumis. Combien de fois as-tu dépouillé les plus pauvres d’entre nous pour ton propre intérêt, les condamnant à offrir des cadeaux hors de prix, réclamant des fleurs sans fin, des tableaux de maîtres, des bijoux en diamant ? Les lois derrière lesquelles tu t’abrites sont celles là même que tu cherches à corrompre insidieusement, jusqu’à la loi la plus importante qui soit, celle du mariage, transmise par nos ancêtres. Les dieux immortels ont fondé cette législation sacrée qui permet des taxes communes et un contrôle de la procréation. Aucun individu portant le nom de citoyen vénitien ne saurait remettre en cause son bien-fondé.

Et pourtant lui, Amour, se joue des lois sacrées, plus encore, cherche à les détruire sciemment. Tout le laisse insensible, rien ne l’émeut : ni les maris trépignant, ni les maîtresses éplorées se mouchant bruyamment, ni même cette digne assemblée des Amants Délaissés réunie pour le juger. Le chaos entre ses mains succède à l’harmonie, les enfants se retournent contre la loi de leurs ancêtres. Et nous, Amants Délaissés, que faisons-nous pour contrer cette maladie infectieuse et terrible qui s’étend et divise la République? Lorsqu’Amour s’en prend aux hommes les plus honnêtes, les plus probes, les plus valeureux, accepterez-vous qu’il s’en tire aussi facilement ? Non, l’heure est venue aujourd’hui de répondre de ta malhonnêteté, de tes méfaits, de ton insolence.

Je me lève aujourd’hui devant vous, messieurs les Amants Délaissés, pour contrer le danger qui se fait de plus en plus pressant pour la République en jugeant l’accusé avec toute la rigueur nécessaire. Je vais vous dire et vous exposer, en pleine lumière, ce que mon enquête m’a permis de découvrir, pour qu’un jour vous me remerciez de vous avoir sauvé de ses machinations malhonnêtes.

Des témoins sûrs m’ont rapporté qu’il y a quelques siècles à peine, ce piètre faux dieu semait la discorde dans la Méditerranée  en obligeant hommes et femmes à céder leur argent par la force ou la persuasion: pendant le règne d’une fameuse souveraine de Carthage, il s’est introduit subrepticement, lors d’un banquet, dans le but mesquin de détourner de façon anti-constitutionnelle plus de dix mille cesterces des coffres de l’Etat afin de réparer un bateau. Il a maquillé les comptes publics, laissé vide et nue la maison de la reine et, suprême attaque injurieuse, son traître complice a ensuite pris la fuite. Personne n’aurait pu tant attrister la ville tout entière, en faisant fi à ce point de toutes les législations sur l’abus de bien social et le détournement de fonds publics.

Il s’est ensuite déplacé dans les cours de France et d’Angleterre, et cherchant à acquérir toujours plus par le crime, il a ordonné et exigé de recevoir de l’argent et des biens pour les fins du plus futile divertissement, empêchant ses victimes récréantes et leurs héritiers de s’adonner aux joutes guerrières les plus sanglantes et sacrées. Quelques trente mille écus ont alors été dépensés pour toi. Pensais-tu réellement, lorsque tu agissais dans l’ombre, que tes petites menées nous resteraient inconnues ?

Mais la liste de tes larcins et de tes vols, je parle bien de vols, ne s’arrête pas la !

Lorsque tu étais accueilli et célébré en Normandie, c’est le pauvre Charles, médecin de profession, homme des plus sérieux et des plus valeureux, grand garant de nos mœurs, qui a été dépouillé par ta faute de plus cinquante Louis et d’un champ de blé de plusieurs hectares que son épouse a dépensés en chapeaux.

Plus récemment encore, tu as eu pour complice un citoyen français, qui tout en briguant le mandat suprême de président de la République, a osé entâcher le nom d’amant en profanant en son nom les lois de la République : il a donné à l’objet de sa flamme un emploi fictif. Diras-tu que tu a agi selon les règles et que tu as bien fait ?

Si je suis ici aujourd’hui, c’est par la volonté du peuple. Tout cela est vrai et je le sais de source sûre, malgré les tentatives d’Amour pour s’en prendre à moi et me faire taire, pas plus tard qu’avant-hier, utilisant parfois des méthodes douteuses et tendancieuses. J’ai résisté à ces épisodes fâcheux d’énamoration et me voilà prêt à témoigner contre lui en m’appuyant sur l’autorité de la loi. Vous savez désormais, Amants Délaissés, à présent que vous avez entendu à découvert la liste de ses crimes qui sont désormais patents, de quoi Amour est réellement capable. Moi, membre éminent de l’assemblée des Amants Délaissés, ayant fréquenté vos rangs à de multiples occasions, je vous le dit aujourd’hui : c’est à nous de nous dresser contre le péril de sa mise en liberté, en faisant appliquer les lois existantes et en en créant de nouvelles. En vertu de toutes les réglementations en vigueur sur la propriété privée, il vous faut aujourd’hui trancher en déclarant l’accusé coupable pour préserver l’autorité des lois et de la religion : il s’agit de rendre aux amants l’estime et la faveur du peuple vénitien.

Pour rédiger ce pastiche, j’ai utilisé plusieurs outils de Voyant Tools, après avoir selectionné le corpus des discours In Catilinam et In Verrem. D’abord, le cirrus et l’outil « liens » m’ont permis de mettre au jour les grands thèmes des discours et leur entrelacement général : l’argent et la cupidité (pecuniam, HS pour sesterce, cupiditate), sont associés au crime (« scelus », « crimen ») et renvoient à l’accusé. Le moment de l’énonciation dans sa dimension juridique est mis en valeur par les termes « nous », « entendre », « lois » (« rupiliam », « voconiam », « hieronicam ») et par les pronoms démonstratifs. Le champ lexical de la religion est présent, avec les « dieux immortels ». J’ai également remarqué l’alternance entre le « tu » et le « iste », entre première et troisième personne.

J’ai ensuite cherché des évolutions de fréquences de termes dans le corpus. Il s’est avéré que le mot « publica » revenait surtout au début et à la fin, de même que la première personne du singulier. « Salutem » est de plus en plus fréquent à la fin du discours. « Sceleris » et « periculis » se retoruvent plutôt au milieu.

Puis j’ai cherché des expressions grâce à l’outil « syntagme » : même dans un corpus relativement grand, les syntagme de plus de trois mots ne revenaient souvent que deux ou trois fois. Malgré tout, ils m’ont semblé assez significatif du style de Cicéron, notamment parce qu’ils étaient relatifs au contexte romain et parce qu’ils reprenaient des procédés de style remarqués par ailleurs, comme par exemple l’usage du rythme binaire. J’ai ainsi relevé :

« cum populo romano et in laude et in gratia »,

« dare coacti sunt »,

« hominis amplissimi » (qui ne fut intéressant qu’en découvrant en contexte que les mots « honestissimi » et « improbissimi » lui sont souvent associés, et une fois en rythme ternaire),

« recte factum esse defendes »,

« per summam injuriam »,

« populi romani nomen »,

« ab maioribus traditam »,

« negare non potes »…

Presqu’à chaque fois, il a été indispensable de remettre le syntagme en contexte pour comprendre sa signification et son usage. Ce sont les recherches en contexte qui m’ont permis à chaque fois de me poser de nouvelles questions.

Je me suis enfin penchée sur les corrélations entre les termes : elles m’ont permis de mettre au jour un certain nombre d’antithèses, notamment entre « omne » et « nihil », sociis » et « hostis », etc. J’ai découvert les différents verbes avec lesquels l’important « pecuniam » pouvait être employé : accipere, quaerere, abstulisse, etc. et j’ai également relevé son association intéressante avec « publicam ». En cherchant le terme « urbe », je l’ai trouvé lié à « patefacta », « inlustrata », « comperta » : si cela a été difficile à interpréter par rapport à « urbe » (trop peu d’occurrences), cela m’a permis d’associer ces mots-là entre eux. L’association d’ « injuria » et « imperavit » m’a également semblé interessante : l’orateur lie sans cesse la situation de pouvoir de l’accusé à la gravité de sa faute.

J’ai utilisé les outils en faisant des recherches par hasard, en allant « à la pêche », ou en vérifiant/infirmant des hypothèses de départ. Souvent, un aller et retour s’instaure entre les deux méthodes. Les hypothèses infirmées laissent souvent place à la découverte, dans le contexte proche, d’un nouvel élément que l’on ne cherchait pas mais qui s’avère interessant.

Un des problèmes auquel j’ai été confrontée est celui de la traduction : les expressions chères à Cicéron sont des expressions marquées contextuellement et propres à la langue latine, qui perdent de leur identité à la traduction alors que le pastiche voudrait garder toute leur expressivité : le pronom « iste » perd son aspect péjoratif en français, la locution « res publicae » perd de sa polysémie.

L’expériencedans son ensemble fut intéressante : passée la déception initiale de n’être pas surprise à première vue par ce que je découvrais, je suis entrée petit à petit dans le détail du texte et les choses deviennent alors plus instructives.

« Séduire et détruire! » L’acte savant.

La nuit est calme et l’atmosphère brillante, c’est presque Noël. L’année 1989 se finit, une nouvelle décennie se lève avec des nouvelles chances pour tous, surtout pour les hommes américains. Nous sommes dans un petit amphithéâtre, des paroles intenses occupent la salle, c’est évident qu’on attend  un personnage extraordinaire. Ross Jeffries se tient derrière les rideaux rouges, il fait ses exercices préférés de méditation pour se concentrer sur son but sacré; aujourd’hui il a apporté « la bible » pour ouvrir les yeux aux hommes hétérosexuels américains, le livre duquel tout procède, le livre qui constate la base pour tous les manières de la Séduction. Il porte dans ses mains l’Ars Amatoria d’Ovide. Saisi d’émotion, il se place lentement au centre de la scène tandis que ses spectateurs l’acclament. Pour aujourd’hui Ιl a préparé une présentation du début d’Ars Amatoria avec quelques conseils généraux, toujours annoncés par le Maître. Même s’il le désirait franchement, il ne lira pas la traduction du texte original parce qu’ il croit que cela en serait « trop » pour les oreilles des jeunes hommes hétérosexuels américains. Il a donc fait un pastiche, une imitation des quelques fragments. Le silence immédiat qui suit son entrée métamorphose la salle. Le temps ainsi que l’espace ont perdu leur normalité. Tout est prêt et Ross commence:

Ross

S’il est quelqu’un dans cette salle à qui l’art d’aimer soit seulement

un rêve, qu’il écoute mes paroles et instruit jusqu’à la fin, qu’il aime.

C’est l’art avec lequel les avions ont été faits,

 qui permet aux voitures de courir rapidement

qui permet aux boxers de se battre fortement :

c’est tout à fait normal,

L’Amour doit être gouverné par l’Art.

Moi, Ovide m’a donné comme le maître de notre siècle

Don Juan est celui qui me nommera !

L’amour n’est pas qu’un enfant imprudent avec des intentions incontrôlables,

Et je m’explique tout de suite afin que tout devienne faisable:

Ça veut dire  que ce n’est pas du tout facile,

 Le savoir précis pour contrôler les filles.

Mais malgré que je crie «  l’amour ce n’est pas juste une maladie ! »

Mais au contraire c’est une bataille pour les garçons qui ont le style

Croyez-moi, il n’était pas toujours comme ça.

Plus violemment l’Amour m’a transpercé,

Plus violemment il m’a embrasé, mieux je saurai me venger des blessures qu’il m’a faites.

Je n’irai pas prétendre faussement que le Dieu m’a inspiré ce traité;

Ce ne sont pas les pasteurs qui m’ont instruit ni les académiciens qui m’ont conduit.

Mais il est logique de demander qu’est la source de ma sagesse ?

L’expérience en effet est ce qui m’a amené ici.

Εcoutez, mes amis, et nul méfait d’amour ne vous arrivera.

Voici les étapes sacrées pour mettre en lumière notre projet:

Au début tu trouves l’objet ;

Ca veut dire « the girl »

La femme destinée à se dédier elle-même à toi qui est le soldat persistant qui pour la première fois

Affrontes des combats où tu es neuf.

Ensuite consacre tes efforts à tenir dans tes bras la jeune fille

Et après fais les durs travaux nécessaires pour conserver ton amour.

Il n’y a pas besoin d’être méfiants

mes chers amis, soyez confiants !

Je vous réassure  que tous les femmes peuvent être prises.

Il vous faut réfléchir  vous -mêmes, ce n’est pas une devinette.

Qu’est-ce qu’il se rend habituellement les femmes heureuses ?

Mais les promesses, ce sont elles qui toujours entraînent les femmes.

Et les dieux de la mythologie grecque sont de cela les témoins !

Jupiter, l’idole de chaque vrai homme au sommet

Ce dieu-modèle possédait vraiment l’Art d’aimer !

Et son comportement en incarne l’exemple meilleur.

C’est qu’il n’était pas honnête avec son épouse. 

Si vous êtes sages, suivez son exemple rassurant et efficace

Dites-vous toujours « au nom du dieu je te promets ma fidélité ! »

Et après jouez avec des jeunes filles qui sont à disponibilité

Amusez-vous ! Lorsque vous posséderez l’art d’aimer

Vous comprendrez qu’il n’y a pas besoin d’être timides

Les femmes, pour la plupart, sont une race perfide,

Allez ! Trompez des trompeuses

Et elles vont tomber dans les pièges qu’elles-mêmes ont dressés.

Je vous révélerai maintenant encore un outil adorable aux femmes

Et Je parle à propos des larmes !

Rassurez-vous alors que vos maîtresses voient vos joues baignées et salées

même si vous avez besoin d’eau et de mouchoirs.

Je suggère que vous vous présentiez surtout sensibles,

Observez l’ennemi et copiez ses méthodes

Écoutez mes paroles suivez-les jusqu’a la fin

Séduisez, détruisez et restez les dominants!

 

Ars Amatoria

Vers: 1-45

Dans le prologue, Ovide présente lui-même, son œuvre didactique et son bût ; il désire d’instruire l’amour aux jeunes parce qu’il constate qu’en effet l’amour est une manière, un artifice. Ayant suivi ses conseils, les hommes seront capables à séduire les filles et les garder pour toujours. Il présente donc le plan du manuel.

Vers : 630-670

Ovide afin de persuader les Romains d’avoir confiance à lui, prend les thèmes de la mythologie grecque ou d’élégie. Les aventures des dieux sont les exemples qui prouvent que les promesses fausses sont un moyen propre pour séduire les filles. Zeus lui-même est le modèle parfait avec son comportement manipulateur.

Ross Jeffries

Ross Jeffries est  l’un des fondateurs de la communauté de séduction Américaine. Ses articles publiés en ligne l’ont progressivement mené à créer un site Internet de référence sur la séduction, le première du genre.

Ars Amatoria, une illustation par Victor Reinganum, 1965

 

Ross Jeffries a servi de modèle au personnage caricatural joué par Tom Cruise dans le film « Magnolia ».

Commentaire sur le choix de traiter Ars Amatoria avec ce contexte particulier

En traitant l’ouvrage ancien de cette façon, je ne voulais pas imposer l’impression qu’il existe en effet une corrélation entre Ars Amatoria et la communauté américaine de Séduction. En apparence, Ovide donne une série des conseils aux amants pour réussir en amour mais il est évident aussi que l’ouvrage n’est pas si sérieux et Ovide reste affectivement détaché du contenu de son texte dans lequel la satire ou l’ironie sont très présents. En plus, il sera d’anachronisme si on traite le texte ancien selon les concepts de sexisme ou de la réification de la femme. N’est-il pas vain de vouloir apprendre à aimer comme si l’amour était une technique à acquérir ? C’est la question cachée sous les distiques élégiaques d’Ovide. Au contraire, il est évident aussi que la communauté de séduction est fondée sur le principe de la supériorité d’homme et elle s’adresse à ceux qu’ils ont l’impression qu’ils vont conserver leur dominance sur les femmes s’ils possèdent la connaissance suffisante. Cet épisode imaginaire décrit comment un manipulateur comme Ross Jeffries, amené par son regard court et sexiste, a utilisé l’ Ars Amatoria comme encore un utile destiné à servir son bût.

Voyant Tools

En utilisant le site Voyant Tools , j’ai choisi à examiner trois œuvres d’Ovide qui constituent la première période de son œuvre, c’est-à-dire la période dans laquelle il vivait à Rome comme un homme jeune et déterminant à imposer son style poétique très personnel et en exprimant  sa morale libre et controversée  pendant le temps d’Auguste. Les Héroïdes, l’Ars Amatoria et les Amores sont les ouvrages les plus « légères » d’Ovide où le thème d’amour joue un rôle essentiel. En exploitant des thèmes par la mythologie grecque et latine, Ovide consacra à une carrière de poète érotique et mondain. Le caractère de son écriture était très contemporain pendant une époque qui semblait en apparence “rafraîchissante”  mais elle était en réalité encore très conservatrice comme il le témoigne l’exile suivant d’Ovide. Le Voyant Tools m’a aidé à trouver de traits communs parmi ces trois œuvres en ce qui concerne le style avec lequel Ovide a choisi d’écrire ses premiers ouvrages. Premièrement, l’outil des « Phrases » m’a montré qu’Ovide a utilisé certaines phrases plusieurs fois dans le même œuvre. Cependant, J’ai choisi à répéter aussi la phrase qu’il écoute mes paroles et instruit jusqu’à la fin en le modifiant à la phrase Ecoutez mes paroles les suiviez à la fin. J’ai remarqué aussi que le poète utilisé beaucoup des phrases avec des pronoms personnels, l’outil « Cirrus » nous montre que deux par les mots les plus fréquents étaient « mea » et « tua ». L’usage des pronoms personnels renforce effectivement le style très directe d’Ovide, les expressions comme pro se/pro nobis/ quae mihi/ quae tibi montrent un désir de créer une intimité davantage entre lui et le lecteur. Il utilise évidemment beaucoup le pronom « mea », plus précisément il l’utilise 192 fois dans les 3 ouvrages, en créant beaucoup des corrélations comme mea est, mea vota ou mea verba. Il est évident donc qu’Ovide prend le personnage d’un “confesseur” dans son œuvre, il prétend qu’il commence à partir ses expériences personnelles pour parler à propos des concepts plutôt catholiques et mondiales-comme l’amour. Il est en plus évident son esprit didactique dans ces ouvrages ; l’outil de « Contexts » m’a indiqué 8 occurrences ou le mot «este » apparaît et les 5 concernent l’œuvre Ars Amatoria. L’usage d’impératif affirme l’attitude incitative du part d’Ovide qui caractérise en général son œuvre primordial. J’ai utilisé donc aussi beaucoup d’impératif et de subjonctif dans mon syntaxe pour souligner le style consultatif. L’outil de « Contexts » m’a indiqué aussi plusieurs syntagmes avec le schéma « opus est » qui se trouve également dans les trois œuvres. Un syntagme qui apparaît 3 fois avec cette phrase est le suivant ; nil + opus est et je l’ai copié dans la phrase Il n’y a pas besoin d’être méfiants. L’usage d’adverbe semper est ainsi apparente, un choix qui indique aussi le caractère mondiale de son œuvre. En examinant cet adverbe avec l’outil « Trends », j’ai vu que semper est plus fréquent dans Ars Amatoria par rapport aux Amores et Héroïdes alors j’ai utilisé beaucoup le mot toujours dans mon pastiche afin que j’imite le style absolu et mondial du poète.

Pastiche de Lysias : Epitaphios à l’occasion du jour du souvenir transgenre

Devoir d’humanités numériques : pastiche de Lysias.

Discours funéraire à l’occasion de la journée du souvenir transgenre.

Vous qui êtes présent·e·s pour ces funérailles réalisées pour les membres de notre communauté en ce 20 novembre, sachez que nous nous sommes réuni·e·s, en dépit des lois d’une cité qui n’a pas voulu nous reconnaître, pour porter la mémoire de celles et ceux qui sont morts, au sujet de qui je vais prononcer mon discours ; il n’est en effet aujourd’hui pas de terre, pas de mer, qui ne chante nos morts, car il n’est pas de cité, dans l’humanité toute entière, dont nous ne faisions partie. Nous étant rassemblé·e·s ici pour rendre leur souvenir immortel, nous portons non seulement à nos défunts des chandelles, et portons encore dans nos cœurs les vies trop vite abattues par un sort infâme et cruel.

Je vais d’abord rappeler les luttes soutenues par le passés par nos ancêtres, par celles et ceux qui nous ont précédés, en en portant le souvenir dans mes paroles : elles méritent en effet d’être rappelées à tout être humain, que ce soit par le chant ou dans les discours réalisés pour les personnes de bon cœur, dans les hommages que nous rendons en de telles occasions, ou dans les leçons que les vies des morts apportent aux vivants, pour qu’un immonde oubli ne recouvre pas les corps de ceux qui sont morts du fait de la haine d’autrui.

La première journée du souvenir transgenre eu lieu naguère, le 20 novembre 1998, suite au meurtre de Rita Hester l’année d’auparavant ; habitant au Massachusetts, assassinée dans la ville d’Alliston, son meurtre a poussé notre communauté à se révolter contre l’injustice et la haine que nous subissons : réclamant le respect de son nom et de sa personne, ceux qui nous précédèrent se battirent pour que son malheur soit reconnu comme tel, et pour qu’aucun des nôtres n’ait à périr dans l’obscurité, son meurtre effacé par un monde qui ne veut pas nous reconnaître et qui ne se soucie pas des dangers que nous encourons.

Depuis ce jour, nos célébrations se sont maintenues en se répétant année après année, et les assassinats également, et il est évident, ô membres de l’assemblée, à voir les nombreux noms de nos morts, que cette violence n’a aujourd’hui pas pris fin, et qu’il nous faut d’une part, dans notre vie entière, nous souvenir de ces noms, et que d’autre part, les honorant en tant que victimes de l’injustice, nous dénoncions le malheur à cause duquel nous sommes présents. Car c’est pour cette raison que nous sommes tous ici en cette nuit, ei quelqu’un disait que le sort de notre communauté s’est amélioré, je lui dirais d’une part que, parmi les nôtres, deux cents trente-huit personnes ont trouvé une mort visible, et, d’autre part que beaucoup d’autres morts restent pour nous inconnus, parce que la transphobie est invisible en notre époque, et que ce crime n’est pas toujours reconnu par les lois des cités.

En effet, le malheur de ceux qui sont mort n’est pas la seule affaire de ceux qui partagent leur sang, mais est notre malheur commun, et il nous faut, dans notre vie entière, nous souvenir de nos morts et, les honorant en tant que victimes de l’injustice, ne plus permettre de nous faire oublier ; et ce n’est pas avec la seule connaissance privée de ces noms et de ces morts que nous y parviendrons : il est évident, membres de l’Assemblée, qu’il faut, par des chants publics et par des discours immortels, rendre nos vies visibles et montrer leur valeur à ceux qui voudraient les rejeter dans un ignoble oubli, en cachant nos morts, dans l’espoir que leur crime reste encore impuni des lois humaines.

[Suivrait une lecture des noms des victimes que je ne peux rendre ici ; la liste est là :https://tdor.info/].

C’est pour toutes ces raisons, et pour toutes ces vies, que nous joignons nos gémissements comme le veulent l’usage et la vertu, et je vous remercie, adelphes, d’avoir assisté aux funérailles symboliques de ceux de notre communauté qui sont morts en cette année ; en étant présent, vous êtes venus au secours de leur souvenir, parce que vous savez qu’il est important de ne pas accepter l’injustice et de respecter nos disparus.

*****

Explication de mon travail :

Attentes avant de commencer à écrire le pastiche :

Lysias est un orateur athénien, qui écrivait en s’adressant à un public. Il s’agit de l’élément constant de ses textes, alors que la situation dontil parle peut changer.

Mon but est de trouver des syntagmes récurrents, qui pourraient me donner une idées de tournures que je pourrai réemployer plus tard quand je voudrai faire du thème grec. Le problème d’un tel but est cependant qu’il focalise toute l’attention sur un élément que l’on pourrait bien considérer comme accessoire, quand l’on veut imiter le style d’un auteur ; l’on connaît davantage Proust pour l’ampleur de ses phrases, Hemingway pour leur simplicité poussée à l’extrême, que pour leur propension à utiliser tel ou tel terme du vocabulaire.

Il pourrait donc être plus pertinent de voir avec Voyant Tools la cadence des phrases et leur ampleur, la fréquence d’utilisation de participes par rapport aux verbes conjugués, les temps et les modes privilégiés. Mes cours de version grecque avec madame Le Meur m’ont cependant montré que Lysias utilisait beaucoup de participes, mais il ne s’agit pas d’une donnée statistique, seulement d’un ressenti personnel fait sur un nombre de texte, qui est malheureusement trop faible.

Pour voir la prévalence de génitifs absolus, on ne dispose sans doute pas vraiment de solution, à moins de regarder les mots qui suivent des τῶν, ce qui en laisserait de côté. Je ne vois pas comment faire pour voir quels sont les temps, les modes utilisés. On peut, au moins, voir le nombre de mots par phrase, mais je ne crois pas qu’il y ait de moyen de voir la ponctuation.

Analyse de Voyant Tool

J’ai mis dans une fenêtre l’Epitaphios de Lysias, qui se rapproche thématiquement le plus de ce que je veux écrire, et dans une autre l’ensemble de son corpus.

Sur l’Epitaphios :
Moyenne des mots par phrase : 1017.8

Les phrases de Lysias apparaissent démesurément amples à ne prendre que cet exemple ; pour faire une comparaison en utilisant les corpus déjà chargés dans Voyant Tools, Love and Friendship de Jane Austen a environ 25,8 mots par phrase ; sans doute faut-il y voir une différence entre les langues (grec ancien/anglais) et le type d’énoncé (discours/roman), mais il semblerait qu’il faille privilégier les phrases amples.

Mots les plus fréquents : αὑτῶν (33); αὐτῶν (18); αὐτοῖς (17); εἶναι (15); τούτων (15); ἀρετὴν (13); αὐτοὺς (13); ἐνθάδε (12); ἑαυτῶν (12); πόλιν (12); αὐτοὶ (11); ἐλευθερίας (11);

L’utilisation de pronoms anaphoriques semble assez constante. S’il n’y avait pas de séparation entre les cas, nous aurions, pour le non réfléchi au pluriel (et sans compter les féminins nominatif, accusatif et datif pluriel, ni les neutres nominatifs accusatifs pluriels), et seulement avec cet échantillon incomplet, 59 occurrences. Αὑτῶν et ἑαυτῶν sont sémantiquement identiques, et il faut compter 45 « ἑαυτῶν » de ce fait. Il aurait pu être intéressant de noter cette prévalence de la forme sans epsilon si nous écrivions en grec ancien, mais ce n’est pas le cas.

Cette prévalence semble écrasante, et je me demande à quel point on peut l’utiliser ; peut-être en utilisant un grand nombre de pronoms personnels plutôt que des synonymes. Il s’agit d’un indice de style, qui nous est peut-être plus utile que l’utilisation de certains termes de vocabulaires que je ne pourrais pas réutiliser du fait d’un changement de thème. (Bon, après, il y a trois types d’αὐτός, qui sont tous mis ensemble : il faudrait les analyser un par un éventuellement).

Il serait intéressant de voir quelle est leur place dans le texte : sont-ils martelés en anaphores à un moment précis, ou sont-ils répartis tout au long du discours ? (Visiblement, il y a un moment de pic vers la fin pour αὑτῶν, mais plutôt bien répartis)

Concernant les syntagmes, il faut faire avec les occurrences de δέ avant un mot, qui faussent en apparence le jeu. On peut sans doute se servir de ces informations en voyant quels sont les mots qui ont tendance à commencer des propositions ; cliquer sur de, voir les mots qui suivent pourrait faire également l’affaire.

Après vérification, les δέ sont souvent suivis d’un article : je ne vois pas trop qu’en faire dans un pastiche français qui ne les utilise pas pour passer d’une phrase à l’autre.

Moyenne des mots par phrase :
Décroissante : 25 – δήμου καταλύσεως… (2025.0); 24 – Πρὸς τὴν εἰσαγγελίαν… (1442.0); 08 – κατηγορία πρὸς τοὺς… (1044.0); Α᾿ρεοπαγιτικὸς περὶ τοῦ… (1018.0); 02 – Ἐπιτάφιος τοῖς Κοριν… (1017.8); περὶ τραύματος ἐκ προνοία… (960.0); 12 – κατὰ Ερατοσθένους… (811.5); 27 – κατὰ Ε᾿πικράτους… (758.0); 26 – περὶ τῆς Εὐάνδρου… (695.0); 18 – περὶ τῆς δημεύσεως… (677.0); 29 – κατὰ Φιλοκράτους… (667.0); 21 – ἀπολογία δωροδοκίας… (650.0); 14 – κατὰ Ἀλκιβιάδου… (607.3); 15 – κατὰ Ἀλκιβιάδου… (605.0); 34 – περὶ τοῦ μὴ καταλῦσα… (563.0); 11 – κατὰ θεομν́ηστου, Β (553.0); πρὸς Σίμωνα ἀπολογία (546.8); 30 – κατὰ Νικομάχουγραμμα… (472.3); 28 – κατὰ Ἐργοκλέους… (457.0); 33 – Ολυμπιακός (433.0); 20 – ὑπὲρ Πολυστράτου (384.2); 22 – κατὰ τῶν σιτοπωλῶν (376.0); κατ᾽ Ἀνδοκίδου ἀσεβείας (374.0); 31 – κατὰ Φίλωνος δοκιμασ… (365.8); 01 – ὑπὲρ τοῦ Ἐρατοσθένου… (345.7) …
Croissante : 23 – κατὰ Παγκλέωνος… (130.5); 17 – περὶ τῶν Ἐράτωνος… (148.8); 10 – κατὰ θεομνήστου, Α (187.5); 19 – ὑπὲρ τῶν Ἀριστοφάνου… (208.5); 13 – κατὰ Ἀγοράτου ἐνδείξ… (212.4); 16 – ἐν βουλῇ Μαντιθέῳ… (231.2); ὑπὲρ Καλλίου ἱεροσυλίας… (282.0); 32 – κατὰ Διογείτονος (284.2); 09 – ὑπὲρ τοῦ στρατιωτοῦ (294.3); 01 – ὑπὲρ τοῦ Ἐρατοσθένου… (345.7); 31 – κατὰ Φίλωνος δοκιμασ… (365.8); κατ᾽ Ἀνδοκίδου ἀσεβείας (374.0); 22 – κατὰ τῶν σιτοπωλῶν (376.0); 20 – ὑπὲρ Πολυστράτου (384.2); 33 – Ολυμπιακός (433.0); 28 – κατὰ Ἐργοκλέους… (457.0); 30 – κατὰ Νικομάχουγραμμα… (472.3)

A voir ces données, il nous faut reconsidérer ce que l’on pensait sur le 1017,8 mots par phrase de l’Epitaphios : il ne s’agit pas d’un hapax, mais Lysias a également produit des discours bien moins amples. Il est nécessaire d’essayer de ne pas faire trop de phrases courtes quand on l’imite, mais je ne pense pas qu’il soit nécessaire que mon discours consiste en seulement cinq phrases de 1000 mots chacune.

Mots les plus fréquents : εἶναι (284); ὑμᾶς (272); τούτων (243); ἄνδρες (238); ὑμῖν (223); μοι (184); αὐτῶν (182); δικασταί (170); ὑμῶν (169); αὐτὸν (160); ταῦτα (159); ὧν (151); ἦν (146); τούτου (138); τοίνυν (132); ἐπειδὴ (131); νῦν (128); αὐτοὺς (127); αὐτῷ (127); ὑμεῖς (125); αὐτοῖς (124); αὐτοῦ (113); πόλιν (111); πόλει (102); πόλεως (98)…

Mots distinctifs (par rapport au reste du corpus) : 02 – Ἐπιτάφιος τοῖς Κοριν…: βαρβάρων (10), ἑλλάδος (10), ἀρετὴν (13), ἀσίας (7), ψυχαῖς (6), ἀρετήν (6), αὑτῶν (33), ἕλληνας (7), γενόμενοι (7), ἑαυτῶν (12), ἐνθάδε (12), ἀρετῆς (7), μόνοι (6), μαχόμενοι (6), ἀνδρῶν (9), τήνδε (5), κειμένων (5), ἀρετῇ (5), μνήμην (4), εὐρυσθέως (4), εὐρυσθέα (4), ἐναντίων (4), δουλείαν (4), ἀλλοτρίαν (4), ἐλευθερίας (11)…

Encore un moyen de relativiser les données obtenues avec l’Epitaphios (d’où la nécessité d’avoir le corpus le plus large possible). On peut se servir du second de deux manières : pour la stylistique, en faisant en sorte de ne pas trop privilégier certains mots (nos 45 αὑτῶν+ ἑαυτῶν), pour la thématique, en faisant en sorte de relever ceux qui restent pertinents ; je ne peux pas trop utiliser les concepts de vertu, de combat, mais μνήμην est un terme important, et ψυχαῖς pourrait éventuellement l’être.

Dans les mots les plus fréquents qui me semblent intéressants, je note εἶναι dont l’infinitif me fait penser à des propositions infinitives, les quatre formes du pronom personnel vous, andres que j’ai vu par ailleurs souvent accompagné de dikastai, des mots à coloration sémantique plutôt vide (reprises anaphoriques sans doute) ; l’implication dans le discours de l’orateur semble possible (184 μοι), et le terme de la cité semble récurrent (ce qui ne m’aide pas). Enfin, Lysias semble affectionner les propositions relatives (151 ὧν) (quelque chose à dire sur epeidh, nun, toinun ? Je devrais les reprendre)

Dans les syntagmes, on retrouve beaucoup d’occurrences de ô andres dikastai, que l’on ne peut pas tout à fait rendre tels quels, mais qu’il faut rendre d’une autre manières. Les nombreux composés de umeis y vont, ainsi que des expressions comme tô plêthei tô umeterô

En apanti tô biô (3), en ekeinh th nukti (2), en ekeinô tô chronô (7) pourraient servir ; structure « en ekein* » à reprendre en tout cas.

On retrouve douze expressions qui commencent par un dia + article ; dia tên sumphoran, tên phusin… si occurrences d’un ean tis (2 ean men tis, 2 ean tis eiph, 2 ean tis phê, 10 ean dis et beaucoup, beaucoup d’autres ean) : on peut utiliser des structures hypothétiques et indéfinies. (+ de ei men tis); il y a également un nombre conséquent d’egô. Egô gar 4, egô de 15, egô men 9, egô oimai 2… 11 moi dokei…6 fois tên autên gnômên, 2 fois talêthê mnêusai kai… 2 fois taut’ estin alêthê… 2 fois umas eidenai oti, mais je pense que cette tournure a son importance d’un point de vu rhétorique… 6 dei au moins (deux dei gar, 2 dei hmas, 2 dei umas), deux dêlon oti, deux dikaion einai, mais on a également pas mal de dikên. 8 (variations comptées) de nun de… peri autôn revient souviens (12 en non réfléchi), peri emou 10 fois mais il doit s’agir de discours judiciaires. Peri tôn : 33 fois.

Les occurrences de polis pourraient être réutilisés dans le mot communauté, au vu du changement de contexte qui fait passer de la communauté athénienne à celle transgenre, qui ne se limite pas à une seule cité.

Ce qui m’étonne, après avoir regardé les termes et les syntagmes, c’est la très forte prévalence du vous sur le nous. Cependant, si l’on se réfère plus particulièrement à l’épitaphios, on trouve six termes basés sur la racine du « nous » et aucun sur celle du « vous » : il faut y voir la différence entre un contexte de discours judiciaire et celle d’un discours visant à unir la cité dans la reconnaissance de ceux qui sont morts pour elle. Le grec étant une langue qui ne requiert pas de pronom personnel sujet avant un verbe, il faut également prendre cela en compte – mais je ne crois pas que Voyant Tools permette de classer les verbes par personne.

Une focalisation sur les mots qui suivent des men et des de successifs aurait sans doute pu être utile, mais je ne sais pas comment faire cela ; une lecture du début de l’épitaphios (ὑμνοῦντας μὲν ἐν ταῖς ᾠδαῖς, λέγοντας δ᾽ ἐν ταῖς τῶν ἀγαθῶν γνώμαις, τιμῶντας δ᾽ ἐν τοῖς καιροῖς τοῖς τοιούτοις,
παιδεύοντας δ᾽ ἐν τοῖς τῶν τεθνεώτων ἔργοις τοὺς ζῶντας. ) a cependant inspiré d’assez près un passage de ce texte. La connaissance de ce balancement a également influencé mon style d’écriture.

Ce qu’il faut dire sur la journée du souvenir transgenre : sensibiliser au fait que la transphobie n’est pas reconnue, porter le souvenir de nos morts, sensibiliser à la transphobie que nous devons subir et qui coûte des vies.

  • Rappeler au début le meurtre de Rita Hester en 1998, le 28 novembre éventuellement, qui a lancé cette tradition (premier TDOR : 20/11/1999). Il faut visiblement lire les noms de chacun des morts, mais cela n’irait malheureusement pas avec le but de l’exercice, d’autant plus que cet us n’est pas athénien.
  • Se souvenir de ce qui est arrivé par le passé (les ancêtres éventuellement), pour ne pas permettre que cela recommence.
  •  Se souvenir de tout·e·s celleux qui sont morts dû à la transphobie, car les médias ont tendance à ne pas en parler (ou à le faire en oubliant de mentionner la transphobie, parfois en utilisant leur morinom (nom assigné à la naissance) et en les mégenrant.
  • Affirmer que les vies transgenres ont de la valeur.
  • La visibilité est ce qui nous permet de faire changer les choses (donc, des δήλον pourraient être une bonne idée)
  •  Remercier celleux qui sont venus à la fin.

Réflexions après la réalisation de ce pastiche.

Ce pastiche a été écrit d’après ce que j’ai vu dans Voyant Tools, d’après une lecture de l’epitaphios et d’après des recommandations lues sur le site du jour du souvenir transgenre https://tdor.info/. Cependant, j’ai l’impression que c’est plutôt une connaissance de la phrase grecque qui m’a guidée dans cet exercice : les phrases sont amples pour du français (84,1 mots par phrases) parce que j’ai vu sur Voyant Tools qu’elles devaient l’être, j’ai pris quelques expressions directement dans l’epitaphios, mais il est difficile de produire un pastiche en suivant de près des données sur le vocabulaire données par Voyant Tools, ou sur des syntagmes, d’autant plus que le contexte change : comment parler de la vertu de personnes tuées pour ce qu’elles sont, et qui ont eu une mort tragique à laquelle elles ne s’attendaient pas ? Comment parler de liberté ? Certaines thématiques, comme l’injustice, la visibilité, les lois et la mémoire devaient en revanche être utilisées, et je les ai restituées du mieux que je le voulais.

J’ai essayé de faire des génitifs absolus, des propositions infinitives, des μήνδέ… et des « δήλον ἔστι » par ce que j’ai vu de nombreux μήν et δέ, que les très nombreux εἶναι m’ont suggéré des propositions infinitives. Lorsque j’écrivais, j’avais un peu peur de trop en faire et de rendre la phrase trop grecque en apparence ; si l’on me donnait un texte de Lysias, je ne le traduirais certes pas de cette manière. Mais comment faire autrement avec un tel exercice ?

Fluctuat nec mergitur

Sénèque, à son cher Lucilius, ses plus sincères salutations.

[1] Combien honnêtes, mon très cher Lucilius, ces pensées que tu me partages ! Comme ton esprit, fruit d’une recherche attentive et minutieuse de la vérité, fait état d’une inconditionnelle constance ! Comme la vertu apparaît dans tous ses éclats, éclairée par les lumières de la raison ! C’est en ces termes que je te louerais, Lucilius, meilleur des hommes, si tu ne te laissais corrompre par les tentations de la gloire et de Fortune.

[2] « Soyez des hommes ! disent-ils. Révoltez-vous !  Cette nouvelle loi agraire ne fait qu’accroître les inégalités entre les citoyens et diminuer le pouvoir du peuple ! En effet, notre Empereur Le Très Grand n’a même pas consulté la droite opinion de nos pères conscrits ! » et guidés par la raison, il leur est bon d’ajouter « Une seule voie s’ouvre pour les justes : la grève ! N’allez pas à l’université ! Occupez-en les marches ! Les péristyles ! Les bancs ! Que les colonnes, recouvertes de peintures, affichent notre message et notre mécontentement ! » Ainsi, c’est en ces mots que fréquemment des étudiants de l’Universitatis Lutetiae Decimae[1], alors que tu viens à peine de descendre de ton char, t’interpellent avec un zèle manifeste en distribuant nombre de tablettes de cire pleines d’âcres paroles. Sinon, si par hasard les temps se montrent plus cléments, se plaisent-ils régulièrement à se réunir pour se préparer à résister à la prochaine conjuration impériale, et ne manquent pas de faire irruption dans les salles de classe pour exhorter les étudiants à les rejoindre.

[3] Quant à toi, mon cher Lucilius, toi qui désirais te repaître des litteras ingenuas[2] afin de devenir grand poète, toi qui brûles de mener une vie heureuse dans la droiture et la vertu, tu ne sais plus où donner de la tête. « Tout cela, me dis-tu, sème le doute dans mon esprit. Les temps sont durs ; autant de l’intérieur que de l’extérieur, l’empire est menacé. Quand je fais face à l’ardeur et à la conviction de ces jeunes, je deviens aussitôt conquis. Voici enfin venu l’occasion de me mettre à l’épreuve, de me battre pour la justice ! Pourquoi devrais-je continuer à perdre mon temps avec ces études inutiles, ce culte des lettres, des Muses et de la poésie, propre uniquement à délecter les âmes sensibles et à les détourner des véritables combats ? Tout le monde s’occupe des droits et de son propre patrimoine. N’est-ce pas là ce qui est digne d’être cultivé par l’homme de bien ? Si tout le monde agissait ainsi, la société des hommes ne serait-elle pas meilleure ? »

[4] Par Hercule ! Ce voyage à Lutèce et ce séjour en province ne te réussissent guère. Eh quoi ? Si la plupart des hommes naissaient en connaissant le juste et le bon, ou même, s’ils l’apprenaient par eux-mêmes, alors notre monde serait semblable à celui des dieux, parfait et confondu avec la félicité, et il n’y aurait ici-bas nulle place pour la philosophie ! Mais puisque malheureusement il n’en est pas ainsi, il est nécessaire que la plupart ignore ce qu’est le bien et que, ne sachant comment il faut agir, en agissant, ils agissent mal ! Et si toi, cher Lucilius, tu sais ce qu’est le bien et ce qu’il faut faire, quelle raison y a-t-il pour que tu te laisses convaincre par le nombre ? [5] Il ne convient pas à un soldat pas encore équipé ou équipé seulement d’un couteau d’aller en première ligne, ni à un gladiateur qui ne s’est pas encore entraîné de descendre dans l’arène. Si j’étais dans la région, je te récupérerais tout de suite chez moi. Mais puisque je ne le suis pas, je t’exhorte, moi, à rentrer chez toi, à inviter des précepteurs de confiance ou bien à échanger avec eux par lettres, et à solliciter la compagnie de tes amis.

[6] « Mais Sénèque, répondrais-tu, tu trahis là ta secte ! Ne sont-ce pas les stoïciens qui font de l’action le principe de leur philosophie ? Pourquoi donc me conseilles-tu la retraite ? » Je ne peux que consentir ; l’action est le fondement de nos décrets. Mais il y a pire que de ne pas agir ; il y a mal agir, puisqu’en agissant mal, on ne nuit pas seulement à soi-même, mais aussi à autrui. Ainsi, de même que le soldat et le gladiateur s’équipent des armes adéquates et s’entraînent avant d’aller au combat, de même l’homme de bien doit apprendre ce qu’est le bien avant d’agir. Et tu cherches ce qu’il est ? Vivre selon la nature. Tu demandes ce qu’elle est ? Ce qui nous est propre et est en notre pouvoir, siège de la liberté : notre esprit, et nos pensées. Ainsi, tu voudrais renoncer au culte des belles lettres ? Certes, comme pour tout ce qui est, ce sont la cause et la finalité qui déterminent la conformité à la vertu : il y a – par Hercule ! –  autant de différence entre un avare désirant l’argent pour lui-même et afin de l’utiliser pour baigner dans les plaisirs et un homme préférant les richesses pour les distribuer et faire preuve de générosité qu’entre un ancien khâgneux boutonneux cultivant les lettres pour rester assis toute la journée en bibliothèque universitaire[3] et fuir la société et un honnête citoyen qui s’en sert pour rechercher la vertu à travers ses parties. Crois-tu en effet qu’il est moins utile pour la société que ces étudiants révoltés, celui qui recherche et enseigne ce qu’est la nature, le courage, la bravoure, la paix, la compassion, l’altruisme, l’humanité, les dieux ? Continue donc à étudier sur cette voie qui te sied, pourvu que la vertu soit la torche qui te permette de réviser la nuit avant tes partiels.

[7] « Mais alors, dis-tu, d’où ces étudiants tirent-il cette ferveur ? ». La plupart des hommes, ignorant tout de leur nature, ne peuvent pas s’aimer, puisqu’ils ne savent pas ce qu’ils sont. Ainsi veulent-ils être vus pour fuir cette errance intérieure. Et plus ils attirent le regard des autres, plus ils les voient approuver les invectives, plus ils pensent agir droitement, et plus ils redoublent ainsi d’énergie ; l’orgueil ne fait qu’accroître cette errance, mais l’enfonce encore plus dans l’âme, et s’il la rend moins manifeste, il n’en renforce pas moins son emprise. Crois-tu vraiment, mon cher, que chacun sache, puisque la politique n’est pas l’affaire d’un groupe particulier, mais l’affaire de tous, ce qui convient le mieux et ce qui est juste pour plus de soixante-millions de Gallo-romains ? Et comme les Gallo-romains font partie de l’Empire européen, qu’il sache également ce qui est bon pour celui-ci ? Et comme les décisions de l’Empire européen influencent la vie du monde connu, crois-tu qu’il sache ce qui est bien pour celui-ci ? Heureux serait l’empire, si chacun savait déjà ce qui était bien pour lui-même !

[8] Mais puisque je dois m’acquitter de ma dette quotidienne en te prescrivant à chaque lettre une sentence digne d’être retenue, voici qu’aujourd’hui j’ai entendu maître Yoda dire à Luke dans l’Empire contre-attaque : « Do or do not. There is no try. » Tu veux t’engager pour la société ? Engage-toi pour toi. Réfléchis-y à deux fois, mais quand tu auras décidé, donne-toi corps et âme. Vale.

[1] Universitatis Lutetiae Decimae  GALL. 1968. 05 ; Univ. Lut. X PIGRIT. 123. 4 ; Universitatis In Legatorum Atque Fabrorum Patriae Custodiendae Operam Dantium Castris Nanterriae Collocatis Inque Decimo Ad Occasum Solis Vergente Lutetiae Vico Sitae  STUD. 666, 999.

[2] litteras ingenuas STUD. 666, 999 ; belles-lettres GALL. 1968.05

[3] Bibliothèque universitaire GALL. 1968. 05 ; B.U PIGRIT. 123. 4 

 

 

Malheureusement, l’effet de surprise ne pouvait surgir de mon projet, reposant sur un échange épistolaire : le nom de l’auteur et du destinataire sont déjà éloquents. J’ai donc essayé de lier mon intérêt pour la philosophie morale, politique et éducative avec une expérience que j’ai vécu sur le campus de Nanterre, assistant à la mobilisation d’étudiants militant pour des questions sociales, en me demandant ce que Sénèque aurait-pu en dire. Si je me suis servi, pour la forme et le contenu, des lettres à Lucilius, je me suis également inspiré du De Otio.

Pour la réalisation de ce pastiche, et suivant la consigne, je me suis appuyé sur les analyses de Voyant tool (https://voyant-tools.org/). Après avoir obtenu le corpus intégral des Epistulae Morales ad Lucilium à partir de The Latin Library  (http://www.thelatinlibrary.com/), je l’ai donc inséré dans le programme statistique : avec 121,227 mots, j’étais sûr d’avoir de la matière à interpréter ! J’ai commencé par activer la liste des stopwords et, suite au conseil du Professeur Berra, par l’accroître des mots les plus fréquents que je jugeais inutiles pour mon propos (ex : nihil, alia, ista, quemadmodum, habet, potest …). En effet, c’étaient les concepts philosophiques que je recherchais avant tout. Voici ceux qui apparaissent le plus fréquemment dans le corpus : bonum (x390), animo (x148), animus (x145), vita (x129), natura (x123), virtus (x119). Pour les syntagmes, j’ai commencé par chercher ceux concernant le destinataire : « Lucili virorum optime » (x2) et « Lucili carissime » (x7) ; un abus de ces expressions pouvait peut-être créer un petit effet comique, surtout au premier paragraphe. Ensuite, j’ai également sélectionné ceux se rapportant aux reprises par Sénèque des questions de Lucilius : « quaeris quae sit » (x2), « quaeris quid sit » (x3), « quaeris quod sit » (x3). Pour l’argument du pastiche, je fis une découverte intéressante ; si je savais que le terme « natura » revêt d’une importance capitale dans la philosophie stoïcienne et ne cesse d’apparaître dans le corpus, je ne pensais pas qu’il y aurait autant de syntagmes : « secundum naturam est » (x9), « secundum naturam esse » (x2), « secundum naturam suam (x2), « secundum naturam sunt » (x3). Enfin, grâce à l’outil correlations, j’ai remarqué que veritas et virtus étaient fréquemment corrélés, avec un indice de 0,89 ; cela m’a donné de l’inspiration pour mon premier paragraphe.

Ainsi, si je dois avouer que j’étais plutôt sceptique à l’idée d’utiliser un outil de statistiques comme Voyant tool, j’ai été heureux d’avoir pu finalement en tirer de nombreuses idées tout au long de l’utilisation de ses principaux outils. Un exercice des plus agréables ! Dixi.

Luke et Yoda, dans "Star Wars V : l'Empire contre-attaque"

« Age quod agis. » Luke et Yoda, dans « Star Wars V : l’Empire contre-attaque »

Faut-il brûler l’arbre à canard ?

ou
Comment la république fut (encore une fois) sauvée par Cicéron.
et
Comment Rome résista (encore une fois) à une invasion barbare (de canards).


Un des derniers spécimens connus d’arbre à canard, dessiné par John Gerard (1597) – Des anatifes, organismes actuels de bord de mer apparentés à l’arbre à canard.


PRO ARBORE

M. Tullius Cicero

Première traduction française

Version 1 – 11/12/2017


Il est particulièrement émouvant de publier ici pour la première fois ce texte de Cicéron, totalement inédit au XXIe siècle. En effet, il ne s’agit pas simplement d’un discours de plus: son contenu est essentiel pour ses implications dans le domaine de la littérature classique, de l’histoire, mais aussi de la botanique et de l’agriculture puisqu’il repousse de plus d’un millénaire la première attestation écrite de l’existence de l’arbre à canard, une espèce rare et méconnue car injustement ravalée au rang de fantasme issu de l’imaginaire médiéval. Ce texte intéressera donc tout particulièrement les botanistes, mais également tous les scientifiques travaillant sur la théorie de l’évolution et la sélection naturelle. La grande variété des domaines touchés par cette découverte justifie encore davantage le choix d’une édition ouverte et disponible sur ce blog, et non cantonnée à des canaux très spécifiques et souvent confidentiels.


 

[I] Juges, laissez-moi vous exposer les faits de cette affaire. Dans votre sagesse, vous savez vous-mêmes combien est délicate la tâche de présenter une accusation et les positions des parties adverses sans donner à l’une plus qu’à l’autre trop d’autorité ou de crédit. Je pense néanmoins pouvoir la définir ainsi avec une grande clarté, pour que tous la comprennent: C. Cupidus Cresus, récemment désigné édile par les comices, a fait importer à très grands frais de l’extrême nord des Insulae Britannicae un spécimen rarissime d’arbre à canard qu’il a planté dans la cour de sa luxueuse demeure du mont Palatin1. Cet arbre est sensé, dit-il, produire en place de fruits des canards, phénomène exceptionnel justifiant le traitement de cette affaire devant une si illustre assemblée: en effet, cet arbre, planté depuis plus d’un an, n’a toujours pas produit le moindre canard. Après avoir longtemps subi les moqueries de citoyens dubitatifs, attendant patiemment sa revanche, se réjouissant d’avance en imaginant leurs visages et leurs yeux éblouis, Cresus a fini par douter et par se rallier à leur avis : désormais convaincu d’avoir été trompé sur la marchandise qu’il a payée fort cher et supportant difficilement ce coup terrible porté à sa prétention, il se retourne contre son vendeur, M. Mercatus Merx, empruntant la voie de l’accusation qui nous a conduit à ce procès2.

M’est-il jamais arrivé de défendre plus noble cause ? J’en doute. Voici en apparence la noblesse, le rang, le talent, le mérite d’un citoyen revêtu d’un pouvoir légal, élevé dans la sagesse par un père vertueux puis aux honneurs par le peuple tout entier, floués de manière honteuse par une tromperie ridicule. Est-ce ainsi que le peuple romain traite ses magistrats ? La justice et les lois ne sont-elles plus respectées ? Cependant, défendre devant vous la cause de Cresus reviendrait à oublier la réputation de Mercatus, dont le patron est un de nos citoyens les plus illustres, dont l’oncle a été consul, et dont les intérêts me sont chers. Je sais que vous n’ignorez rien du service que m’a rendu ce dernier, le [lacune de longueur indéterminée]3. Mais vous n’ignorez pas non plus que, si Merx possède une position enviable et de grandes ressources, il est arrivé à sa situation par ses propres efforts, constamment maintenus pendant de longues années d’un dur labeur, ni que sa conduite, toujours conforme à celle attendue d’un citoyen vertueux, lui vaut beaucoup d’amis véritables. Nombre d’entre nous lui sont par ailleurs redevables de ses efforts répétés pour satisfaire nos exigences les plus diverses. Cependant, ce n’est pas sur de simples sollicitations que je choisis mes causes ; ce ne sont pas seulement les prières, les heureux bienfaits et la générosité qui m’ont été accordés qui motivent mes actions : c’est celui dont la douleur me paraît la plus juste qui influence mon cœur et mérite mon intercession. Je n’aurais donc pu suivre Cresus et soutenir son propos que si je n’avais eu des raisons de profondément douter des fondements de la grave accusation qu’il porte contre Mercatus, accusation qu’un homme ayant pour devoir de s’opposer à l’injustice ne peut laisser sans réponse. À cela s’ajoute, comme vous allez bientôt le comprendre, la douloureuse situation dans laquelle je me trouve de devoir une nouvelle fois faire preuve de mon infatigable dévouement envers l’état.

[II] Faisons place au premier accusé. Quel est donc cet arbre dont il est question ? Vous savez l’importance que j’attache à établir clairement les faits. Laissez-moi donc le décrire, pour vous qui ne l’avez jamais vu. C’est un arbre relativement petit, portant des branches très courtes, luisantes, de couleur noire, qui se terminent chacune par un énorme bourgeon blanc, brillant et dur comme un coquillage. C. Cupidus Cresus l’a fait planter dans son jardin, à côté d’un bassin artificiel qu’il a soigneusement aménagé à la même occasion et rempli de poissons multicolores. Au centre de ce bassin se trouve une fontaine à têtes d’éléphants, magnifiquement décorée d’or et d’ivoire, d’où l’eau jailli par toutes les trompes, avec, tout autour du bassin, en accord avec la magnificence de ce lieu, des pierres arrondies empilées et savamment disposées autour d’une débauche d’ornements et de plantes extravagantes qui forment un ensemble d’un goût que je n’oserais qualifier de douteux puisque beaucoup paraissent l’apprécier.

Et l’autre accusé ? Cresus avance un argument simple : s’il ne pousse pas de canards sur son arbre à canard, c’est parce qu’il a été trompé. Ce soupçon, désormais partagé par un grand nombre d’entre vous, a grossi avec le temps, se transformant en une conviction profonde avant de devenir la vérité absolue qui nous rassemble aujourd’hui autour de cette simple question : que nous reste-t-il à faire maintenant de cet arbre inutile? Le découper et en faire du bois de chauffage ? Faut-il brûler l’arbre à canard? Est-ce-là sa vraie valeur? En réalité, les raisons pour lesquelles un arbre peut ne pas porter pas de fruits sont si nombreuses que cette réponse pourrait bien tout d’un coup en devenir ridicule. En effet, juges, en homme sage, mû par la réflexion et la sagesse, déployant le sérieux que demandent les circonstances et adoptant la démarche d’une enquête rigoureuse, j’ai envisagé un à un tous les moyens d’expliquer ce fait et j’ai alors pris la mesure des très nombreuses possibilités qu’un homme distingué par son esprit aurait dû examiner et prévoir avant moi et, surtout, avant d’envisager de ternir l’éclat imposant de la vie honorable d’un autre citoyen. Tout d’abord, il est possible que l’arbre ne se soit pas acclimaté, puisqu’il ne pousse pas naturellement en Italie, et cela de la même façon que les oliviers ne paraissent pas supporter les conditions de ces îles lointaines. Merx a entendu dire que les arbres à canard poussent en bord de mer. Mais un bassin orné d’une fontaine n‘a rien à voir avec un plan d’eau naturel. Je vous le demande donc : la mer baigne-t-elle le Palatin ? Et la poussière de la ville, ressemble-t-elle au vent de la côte ? Peut-être les canetons sont–ils trop stressés par le bruit pour se développer ou pour éclore. Peut-être, encore, cet arbre étrange ne donne-t-il pas de fruits tous les ans. Peut-être lui faut-il la présence d’un arbre mâle si c’est une souche femelle. Peut-être est-il trop jeune, puisqu’il est si petit. Met-il de longues années à se développer ? Va-t-il encore grandir ? J’ai demandé : accusateur et accusé n’en savent rien. Ah! Cresus, t’es-tu vraiment renseigné sur la façon de s’occuper de ton arbre ? Il ne me semble pas. Voyez toutes les négligences qu’il a commises ! Je ne vois donc derrière sa plainte aucune prudence, mais seulement des lamentations frivoles et peu dignes d’attention, comme celles des femmes. Ce n’est donc pas l’arbre qu’il faut brûler, mais cette accusation hasardeuse, cette audace effrayante d’un citoyen qui espérait trouver ici, dans cette enceinte où vous siégez, quelques consolations à son infortune méritée4.

[III] Ta méfiance, Crésus, s’est développée, dis-tu, par la façon dont Mercatus se serait enrichi par toute sorte de commerce douteux. Mais peux-tu seulement donner un exemple d’un tel commerce? Avez-vous des témoins qui puissent témoigner contre lui, même par complaisance ou par crainte ?  Aucun ne s’est présenté. Je ne peux donc hésiter à condamner dans les termes les plus sévères cette deuxième affirmation. Rappelons-nous que Mercatus a fourni à de nombreux sénateurs plusieurs objets d’art rarissimes envers lesquels ceux-ci ont toujours exprimé la plus entière satisfaction. Rappelons-nous qu’il a lui-même fourni ton immense fontaine chryséléphantine à têtes d’éléphants, importée spécialement pour toi de Lydie et en tout point conforme à tes attentes. Pourquoi douter maintenant, sans qu’aucune raison ne puisse étayer ce doute ? Mercatus n’a-t-il aucune raison d’espérer encore d’autres commandes et de chercher à s’attacher ta reconnaissance? Pourquoi donc cette accusation ? Voilà en vérité un procédé malhonnête et indigne, contraire à l’esprit de la loi, et derrière lequel ne se cache que le ressentiment mal fondé d’un individu perfide, qui refuse de s’accommoder des circonstances douloureuses dans lesquelles le placent les inconstances de la fortune.

Voudrais-tu plutôt, Cresus, mettre en doute le montant de la transaction ? Un million de sesterces : une somme considérable, certes, mais sans commune mesure avec la valeur d’un arbre unique5. Et le commerce ne consiste-t-il pas à revendre plus cher ce que l’on s’est procuré difficilement? N’as-tu pas, Cresus, élargi toi-même ton patrimoine de la même façon ? Ah ! Qu’une telle accusation est cruelle ! Nul ne voudrait croire qu’il accuse un homme moins coupable que lui, un homme qui, non pas qu’il n’ait pas d’intérêt pécuniaire, mais qui ne fait pas de gain honteux, qui a toujours échappé même aux vains bruits et n’a jamais porté atteinte aux lois de la morale publique. Ne confondons donc pas la bonne cause avec la mauvaise.

Cresus ajoute qu’il a dû faire face à des dépenses supplémentaires imprévues, puisqu’il a dû faire garder son arbre nuit et jour à cause de la curiosité que celui-ci suscitait. Il réclame donc également à Mercatus le remboursement de cet argent. Mais pourquoi faire porter sur un autre la responsabilité de ses propres décisions ? Pourquoi avoir fait surveiller cet arbre aussi longtemps ? Et par autant d’esclaves ? Rendez-vous compte ! Faire garder un arbre sur lequel il ne pousse aucun fruit comme s’il y poussait des pommes d’or ! Grands dieux ! Quelle absurdité ! Quelle absence de réflexion! Et il veut être remboursé de ses dépenses! Ô temps ! Ô mœurs6! Ô homme impie ! N’ai-je donc tant plaidé que pour ces inepties ? Ce n’est pas une erreur, comme le diraient certains, mais de l’entêtement, la conséquence de l’ambition aveugle qui poursuit celui qui tombe dans la démesure. C’est le pitoyable résultat de certaines influences qui fragilisent la république en troublant les âmes de magistrats en réalité peu dignes de représenter le peuple romain. Leurs vaines espérances trompées, ils ne se soumettent pas à la fatalité mais se précipitent auprès des juges, certains de les convaincre de l’injustice de leur sort. Et ainsi, au lieu, dans cette épreuve, de garder sa dignité, faisant face avec honneur à la douleur de son échec, affrontant ses erreurs et le triste résultat qui en découle, voici qu’il préfère affronter les moqueries de tous en amenant l’affaire sur la place publique par ce procès. Il est persuadé de pouvoir gagner sa cause, au risque d’ébruiter l’affaire dans la ville toute entière et de récolter davantage encore de sarcasmes. Il est, en somme, en somme prêt à perdre tout reste d’honneur dans le seul but de récupérer de l’argent.

[IV] Cependant, Romains, pour vraiment comprendre cette affaire, il faut revenir à ses origines. En effet, demandez-vous un instant quelles sont les raisons qui se cachent derrière les actions de Cresus. Tout se réduit, je pense, à cette question : pourquoi dépenser autant d’argent pour acheter un arbre à canard ? Un arbre sans fleur, sans feuille ? Un arbre extraordinaire, certes, mais une entreprise complexe à tous les points de vue. Voulait-il seulement décorer son jardin? Quant à moi, je n’en doute pas, il voulait s’attirer la faveur du peuple en vue des prochaines élections. Ce peuple romain n’a-t-il pas l’oreille dure, mais l’œil vif et perçant7? L’éblouir, détourner les suffrages de la raison vers la versatilité des émotions, susciter l’adhésion sans directement corrompre, ramassant ainsi à la pelle les fruits d’un arbre dont tout Rome parlerait. Une foule d’admirateurs se presserait à son domicile pour y admirer ce prodige, et parmi eux les sénateurs et les magistrats les plus importants, dont il pourrait s’assurer les faveurs. Devant l’affluence, on refuserait du monde, on trierait selon des critères inavouables les heureux élus qui l’accompagneraient ensuite au forum et qui reviendraient ensuite régulièrement pour suivre le développement de l’arbre. Peut-être Cresus a-t-il imaginé offrir une dégustation spéciale des premiers canards ? Peut-être y aurait-il convié les consuls? Du canard en terrine ? Ou une soupe, peut-être? Dans son argenterie ? Avec un vin de Chios ? Ou un grand repas public ? Peut-être encore voulait-il en offrir quelques spécimens vivants, pour obtenir en retour un service encore plus grand ? Ou reproduire cet arbre et en planter sur toutes les collines de la ville ? Le peuple, avide de nouveauté, fasciné par l’étrange, manipulé par cette vision, n’aurait que le nom de Cresus sur les lèvres. Rome toute entière célèbrerait son bienfaiteur ! Et, moi-même je crains de le dire, peut-être sa renommée s’étendrait-elle au-delà de la capitale du monde et ferait-elle de lui un homme important sur toute la terre8. Laissez-moi soulever tout de suite, Romains, les dangers d’une pareille ambition,9 cette ambition que vous voyez ici à l’œuvre, brûlant le cœur de cet homme, sa vertu et son honneur plus rapidement que le feu ne pourrait brûler l’arbre à canard et le consumer entièrement jusqu’au dernier bourgeon.

Car ce n’est pas ainsi que s’acquiert la gloire. Ignore-t-il que seule la vertu ouvre la voie de la carrière des honneurs ? Les magistratures, honneurs suprêmes conférés par le peuple, sont hélas convoitées par tous les ambitieux. Mais la célébrité n’est pas l’élévation. L’emporter par le mérite seul, voilà une ambition digne d’un homme! Défendre sa patrie, voilà ce qui caractérise un grand homme! C’est en assurant le salut de la république que l’on reste dans la mémoire des hommes. Cresus, es-tu digne de parvenir à ces honneurs ? Que pourrais-tu faire mieux qu’un autre ? Par quel exploit t’es-tu signalé ? Quelle grande cause as-tu défendue ? De quelle expérience militaire peux-tu t’enorgueillir ? Quel talent as-tu que la république puisse convoiter ?

[V] Vous le savez, cet arbre n’a pas produit l’effet escompté. Il paraît même se porter plus mal qu’à son arrivée : ses branches, autrefois bien dressées, pendent désormais lamentablement, touchant presque le sol, comme s’il ressentait le poids de sa culpabilité. Cet arbre, sur lequel ont été répandus des mensonges injurieux, qui a subi des déclarations violentes contre sa personne, pourquoi devrait-il aussi porter le deuil des espérances déçues ? Pourquoi devrait-il crouler sous le poids des inquiétudes cruelles et des regrets de son indigne propriétaire, alors que nul reproche ne peut lui être adressé ? Crouler sous le poids des railleries qui, après avoir commencé, se sont amplifiées jusqu’à porter atteinte à ta crédibilité, Cresus, compromettant tes chances d’accéder à la préture ? Comment te sortir la tête haute d’une pareille situation ? Tout simplement en faisant de tes manquements le délit d’autrui, et de ce délit un crime. Que pourrait-il faire d’autre, je vous le demande ? Faire renvoyer son arbre jusque-là d’où il vient ? Continuer à l’admirer comme si de rien n’était? Faire comme s’il y poussait des canards ? Emmailloter les pierres de son bassin pour nous les faire avaler à la place? Quel bienfait pourrait bien produire un arbre acquis par une nécessité qui n’a rien d’honorable ? Mais non, préfère-t-il penser, je ne suis coupable en aucune mesure, j’ai été trompé ! Quel doux soulagement pour une conscience troublée ! Et si personne n’a jamais entendu parler d’arbre à canard, se dit-il soudain, peut-être est-ce simplement que cet arbre n’existe pas. Cette pensée n’est-elle pas réconfortante ? Mais maintenant, je vous le demande, n’est-il pas un peu tard pour se poser cette question ?

Laissez-moi par ailleurs immédiatement lever ce doute. Rien ne peut contredire l’évidence qu’un arbre de cette forme, tel que je vous l’ai décrit, qu’aucun de nous n’a jamais vu, est un arbre de grande valeur dont le prix payé est justifié. Quelle raison pourrait-il y avoir de mettre en doute les dires de Merx, en absence de témoignage contradictoire ? Nous savons bien qu’il existe des choses et des êtres dont nous n’avions jamais entendu parler avant que la connaissance de leur existence parvienne jusqu’à nous : les éléphants des Carthaginois que nos ancêtres ont vu arriver et dont les têtes ornent aujourd’hui la fontaine de l’accusateur, les animaux étranges qui peuplent l’Égypte, les plantes extraordinaires que les armées d’Alexandre ont découvertes en Inde. Comment donc oser contester la volonté toute-puissante des dieux, source créatrice sans égale? J’abandonnerai cependant ce moyen de défense, car il y a plus grave : le cas traité ici dépasse la simple exécution rigoureuse de la loi.

[VI] Cresus, voulais-tu t’acheter Rome en lui offrant un arbre à canard ? Espérais-tu remporter l’élection de la même façon qu’Athéna a remporté la sienne, en offrant à Athènes l’olivier? Voulais-tu imiter les dieux ? Homme insensé ! Dans ta folle prétention, peut-être les as-tu offensés ! Peut-être menaces-tu la pax deorum et la cité tout entière ! Ha ! C’est là ma vraie crainte ! Peut-être les dieux ont-ils voulu que cet arbre ne porte pas de fruits ! Allez-vous faire un procès aux dieux ? Ne faudrait-il pas, au contraire, se réjouir que cet arbre ne donne pas de fruits ? Se réjouir que la vindicte des dieux ne nous ait pas frappé plus durement, pour punir l’avidité et l’arrogance de ce personnage ? Ne faudrait-il pas plutôt remercier la providence de nous avoir livré cet avertissement ? Alors, me demandez-vous à nouveau : faut-il donc brûler cet arbre à canard ? Mais c’est Rome toute entière qui brûle ! Sur elle s’abattront calamités publiques et privées en punition de son impiété ! Au contraire, Romains, que cet arbre soit préservé et devienne le symbole vivant de notre soumission aux lois divines. Que la république ne brûle pas, mais qu’elle produise comme fruits des magistrats de la plus intègre équité, de la plus grande franchise, courageux, et distingués par leurs services.

Juges, les dieux se sont prononcés. Je vois tournés vers moi des visages inquiets qui m’implorent. Rendez un service à votre patrie en rendant leur dignité aux accusés. Au nom des dieux, je vous en supplie, préservez d’une ruine totale cette ville dont l’accusateur compromet l’existence. Assurez le salut commun face à cet homme qui marche contre sa patrie. Préservez l’Italie des ravages et de la dévastation auxquels elle est destinée. Aujourd’hui, la république vous implore de respecter le droit, la vérité, l’équité, mais avant tout la religion. Plaise aux dieux que votre jugement les apaise : que les accusés soient, sous leurs yeux et devant toute cette assemblée, acquittés de l’injuste accusation qui a été portée contre eux. Que la gloire et la majesté de notre empire soient préservées, que Mercatus puisse redresser la tête avec fierté, et l’arbre redresser ses branches vers le ciel.10


  • (1) Rappelons que l’existence de l’arbre à canard est attestée au XIIe siècle par le témoignage de l’ecclésiastique gallois Giraud de Barri, qui s’inquiète d’ailleurs de la consommation par le clergé irlandais de ces canards végétaux pendant le carême. D’après les témoignages, il s’agit d’une population d’arbres insulaire très fragile, localisée le long de quelques rares côtes dans le nord des Îles britanniques (Irlande et Écosse). L’espèce n’est plus attestée après le XVIIe siècle.

  • (2) Il est malaisé de donne une date à cette plaidoirie, puisque Cicéron ne mentionne aucun événement de nature politique ou personnelle qui permette de la situer dans le temps. Le seul élément dont nous disposons est la mention de la qualité d’édile de Cresus, dont le nom est par ailleurs inconnu des Fastes (certes incomplets) et du reste de la littérature. Peut-être s’agit-il d’un proche parent du riche évergète C. C[- – -] qui dédie à Cérès une statue de canard incrustée d’or dans le sanctuaire d’Éleusis entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle ap. J.-C. (CIL XXL 1111f).

  • (3) Sans doute faut-il restituer ici « le fils de l’oncle du cousin du frère de ma femme, homme intègre et irréprochable, issu d’une famille noble et ancienne, rempli de mérites, digne d’éloges, homme sage, citoyen qui l’emporte sur tous, tellement digne de l’estime publique, auquel me lie une profonde, sincère et indéfectible amitié depuis très très longtemps».

  • (4) On peut s’étonner que Pline l’Ancien n’ait pas au moins mentionné l’existence de l’arbre à canard dans sa monumentale Histoire Naturelle. Cette absence est d’ailleurs un des arguments avancés par les tenants d’un pastiche tardif, qui mettent en avant les nombreuses descriptions d’animaux fantastiques ou légendaires qui émaillent le récit de Pline et rendent l’absence de l’arbre à canard encore plus frappante. Rappelons cependant que, si Pline a servi en Germanie et séjourné en Gaule, il ne possède aucune connaissance directe ou indirecte de la faune et de la flore de l’extrême nord de la Grande-Bretagne. Cette absence suggère évidemment que l’arbre dont il est question dans le texte de Cicéron fut à Rome un spécimen unique qui n’a pas vécu suffisamment longtemps pour laisser une trace dans les écrits contemporains. On peut dès lors supporter l’hypothèse de Cicéron d’une inadaptation de l’arbre à son nouveau terroir.

  • (5) Somme effectivement très importante. On estime par exemple la fortune de Cicéron à 13 millions de sesterces, mais celle de Crassus, l’homme le plus riche de son temps, à 200 millions. D’un point de vue historique, ce document apporte des informations essentielles sur la structure des réseaux commerciaux à la fin de la République. Il atteste ainsi du dynamisme des échanges à grande distance entre le nord de l’Europe et la Méditerranée. Il témoigne également une fois de plus de l’attrait de la classe dominante pour les biens exotiques, ainsi que de la capacité d’achat que tirent les plus riches sénateurs des revenus de leurs terres et – et peut-être même surtout – des activités commerciales conduites par divers membres de leur maisonnée en dépit de la législation en vigueur.

  • (6) Cette expression est déjà connue dans plusieurs autres textes de Cicéron (In Verrem 2.4.55, In Catilinam 1.2.1, De Domo Sua 137.3 et Pro Rege Deiotaro 31.1). D’autres expressions de ce texte sont régulièrement employées par Cicéron dans ses discours, parmi elles enim judices, huic imperio, (pr)o di immortales!, orbis terrae, dies noctesque, salus rei publicae, post hominem memoriam, quod ad me attinet, ut omnes intellegant, in iudicum venire, fortissimum virum.

  • (7) Cf. Pro Plancio 66.2.

  • (8) Voilà une nouvelle hypothèse à prendre en compte parmi les raisons qui ont pu pousser Jules César à tenter de débarquer en Bretagne.

  • (9) Faut-il voir ici une référence à la conjuration de Catilina, pendant le consulat de Cicéron (63 av. J.-C.)? Il s’agirait alors d’une information cruciale pour la datation et l’interprétation historique de ce document. Par ailleurs, on opère souvent une distinction entre les plaidoiries prononcées par Cicéron avant et après son consulat. Cette distinction vient-elle seulement de la nature des causes défendues ? Ou peut-on en trouver la trace dans le lexique ou dans la structure du texte ? Des analyses numériques plus poussées permettront peut-être de répondre un jour à cette question et de proposer une date pour le Pro arbore.

  • (10) Bien que certains experts penchent pour un pastiche tardif, l’attribution de ce nouveau manuscrit à Cicéron ne fait que peu de doute. Les méthodes d’analyses scientifiques les plus rigoureuses montrent en effet une très bonne concordance entre ce texte et celui des nombreux discours déjà connus de Cicéron. Ainsi, l’analyse de ce texte dans Voyant tool montre que le vocabulaire employé dans ce discours correspond bien à celui des textes déjà connus: apparaissent le plus souvent les noms des personnes impliquées dans l’affaire (ici Cresus et Mercatus), les termes qui sont liés à l’affaire (ici arbre, canard, fruits), des mots se rapportant au domaine judiciaire (habituellement causa, judicium, ius, consilium, testis, sententia, lex), d’autres termes usuels (pecunia, homo, fama, injuria, vis, tempus, vita), des termes se rapportant au contexte romain (roma, praetor, civitas, familia, gens, possessio, populus) et à la plaidoirie (inquit, dicere, facere, defendere, ratio).

    Nuage de mots produit par Voyant Tool à partir du texte du Pro arbore.

    On y retrouve dans ce texte des thèmes importants pour Cicéron, tels que la défense de la loi, de la patrie, l’honneur et la vertu, ainsi qu’une certaine conscience de son importance. Cependant, ces éléments lexicaux ne suffisent pas seuls à définir les discours de Cicéron, qui se distinguent aussi bien par la tournure de leurs phrases que par leur organisation générale. Il est dommage que Voyant Tool ne permette pas d’étudier précisément l’alternance des différentes parties du discours. En effet, Cicéron s’adresse à un auditoire qui est présent, employant le style direct et interpellant les parties et l’auditoire. Il s’adapte à la cause qu’il défend, travaille son argumentation, et le plaidoyer se tourne finalement vers la défense de principes ou de valeurs fondamentales (ici l’honneur et la religion).

La Comté, ou Pourquoi en faire tout un fromage ?

I. La Comté, située dans la grande région d’Eriador au nord-ouest de la Terre du Milieu, recouvre une large surface de forme plus ou moins circulaire qui correspondrait environ à 18.000 milles carrés. Le pays se répartit de part et d’autre de la Grande Route de l’Est, entre le fleuve Brandevin qui forme sa frontière orientale, et les collines des Hauts Reculés qui composent sa bordure occidentale. Ses frontières australe et septentrionale ne sont guère connues, mais des landes, des marais ou de basses collines forestières formeraient les limites des terres cultivées et exploitées. La Comté est un pays fertile, couvert de champs, de forêts, de fermes et de petits villages, et parcouru de nombreux cours d’eau. La région est composée de quatre quartiers principaux, mais aussi à l’est du Pays de Bouc et à l’ouest, comme son nom l’indique, de la Marche de l’Ouest. Le Pays de Bree, situé à quarante milles à l’est, abrite une communauté originale d’hommes et de hobbits regroupés au sein de quelques villages.

II. Quant aux habitants de la Comté, tout me porte à croire qu’ils ne reçoivent pas beaucoup d’étrangers chez eux, préférant la quiétude de leur foyer et l’opulence de leur garde-manger. Plus petits qu’un nain et le dessus des pieds recouvert d’un poil soyeux, les hobbits sont presque inconnus au-delà de leurs frontières. J’ose me ranger à l’avis de ceux qui pensent que jamais le sang des hobbits ne fut altéré par des alliances entre races, soit qu’ils ne s’en soucièrent guère, soit qu’ils fussent trop petits pour les Grandes Gens. Si l’on veut trouver trace du dernier exploit hobbit recensé par les hommes, il nous faut remonter au célèbre Bandobras « Fiertaureau » Touc qui a combattu les gobelins lors de la bataille des Champs Verts et qui était l’un des rares hobbits de taille à monter un cheval. Qui cherche trace des hobbits dans les chroniques des Grandes Gens doit s’armer de patience : les mentions des semi hommes sont en effet très peu nombreuses et tardives, bien que les hobbits soient une branche dérivée des hommes. Il est probable qu’à l’instar des elfes et des Grandes Gens, les hobbits sont apparus au début du Premier Age, loin à l’est, et qu’ils ont autrefois progressivement migré vers l’ouest.

III. Avant l’exode vers l’ouest, les hobbits sont déjà divisés en trois branches aux caractéristiques bien distinctes. Bruns de peau et de petite stature (80 cm maximum), les Pieds Velus sont de loin les plus nombreux parmi les hobbits. Ils préfèrent arpenter les hautes terres et les collines, et privilégient les smials comme habitations. Dans les temps anciens, ils ont eu des contacts avec les nains et sont les premiers de leur race à arriver en Eriador, région de la Comté. Les Forts sont plus grands et plus massifs que les premiers. Ils peuvent généralement mesurer jusqu’à un mètre de hauteur. Leurs mains et leurs pieds sont plus larges que la moyenne et il leur arrive même d’avoir un duvet de barbe sur le menton. Ils préfèrent habiter des terrains plats près des rivières et savent très souvent nager, à la différence des autres hobbits qui manifestent une certaine peur de l’eau. Les Pâles représentent la branche la moins peuplée. Ce sont les plus grands, leur taille pouvant régulièrement atteindre les un mètre vingt, mais ils sont de constitution plus fragile que les Forts. Ils apprécient de vivre dans les forêts et pratiquent volontiers la chasse. De nature aventureuse, ils ont bien souvent occupé le poste de chef, bien qu’étant généralement minoritaires. La création de la Comté, qui regroupe sur une même terre les trois ethnies, a tendance à atténuer ces différences en facilitant les mariages entre les trois branches.

IV. Chez les hobbits, les coutumes revêtent une importance particulière, à tel point qu’elles sont ce qui se rapproche le plus d’une religion. Ils sont paresseux, n’aiment pas travailler et leurs passe-temps favoris sont la nourriture et la fête. Pourtant, l’ordonnancement de leur territoire est soumis à des institutions dignes du Gondor. En premier lieu, on distingue le Thain, première figure d’autorité qui apparaît à la suite de la disparition des rois. La fonction finit par passer entre les mains du chef de la famille des Touc, famille hobbit au prestige sans égal. A la fois autorité politique, en tant que maître de l’Assemblée des hobbits, et militaire, en tant que capitaine de la Hobbiterie sous les armes, la Thanerie n’est cependant réellement utile qu’en cas de conflit. La figure la plus officielle de la Comté est le Maire, qui demeure à Grand’ Cave. Elu pour un mandat de sept ans lors de la Foire Libre des Hauts Blancs, son rôle principal est de présider aux événements officiels, c’est-à-dire essentiellement aux banquets organisés lors des innombrables et interminables fêtes hobbites.

V. La société est exclusivement agraire et en quasi-autarcie, même si le pays est traversé par la Grande Route de l’Est fréquentée par les elfes et les nains. L’économie de la Comté est majoritairement tournée vers l’agriculture et la nourriture en général. Pour garnir les tables des six repas quotidiens, le pays dispose de nombreux hectares de champs de blé et de meuniers qui alimentent les boulangeries. Le seul artisanat sous-représenté est la cordonnerie puisque les hobbits ne portent pas de chaussures au quotidien.

VI. Mais la plus grande découverte des hobbits reste probablement l’herbe à pipe, cultivé pour la première fois dans le Quartier Sud durant le Troisième Age. C’est assurément grâce à la position de carrefour qu’occupe la ville de Bree que l’habitude de fumer s’est propagée chez les nains, les rôdeurs et même les magiciens. L’art des ronds de fumée est très prisé chez les hobbits, qui apprécient tout particulièrement de fumer après un bon repas. Il existe pour ce faire de nombreux types de pipes en Terre du Milieu, allant des grandes pipes à long tuyau aux petites pipes en bois de voyage.

VII. Le hobbit paraît à première vue bien inoffensif, mais il ne faut pas s’y tromper car il est capable de grandes prouesses et peut faire preuve d’un courage insoupçonné. Si un voyageur égaré s’en vient frapper à leur porte la nuit, le hobbit se fera une joie de lui venir en aide. Mais tout acte malveillant à son égard se verrait sévèrement réprimé. Il est donc tout indiqué pour quiconque veut faire affaire avec eux de s’armer de bonté et de patience.

lee-hobbit_01   Illustration d’Alan Lee

Ce texte est une tentative (j’insiste bien sur ce mot…) de pastiche du traité de l’historien Tacite De Origine et Situ Germanorum, aussi connu sous le nom de La Germanie en français. Composé d’un peu plus de 5500 mots, ce court traité n’en est pas moins très structuré avec 46 chapitres communément répartis en deux temps principaux : une description générale du pays et du peuple germain, et une partie plus spécifique sur les différentes tribus germaniques. Avec l’aide de Voyant Tools, j’ai pu tant bien que mal analyser les termes et expressions utilisées dans l’ensemble du texte, et il s’avère que le ratio est très faible. Le premier terme intéressant ayant le plus d’occurrences n’apparaît en tout et pour tout que seize fois. Autrement dit, le vocabulaire utilisé ici par Tacite n’est pas spécifique, et aucune expression ne revient régulièrement. Tacite se définit alors, tout du moins dans ce texte, plus sur la forme que sur le fond.

Le traité étant assez court, j’ai décidé non pas de pasticher une ou deux parties spécifiques, mais d’adopter une vue d’ensemble afin de brosser un portrait des idées principales développées par Tacite. Du reste, c’est bien la structure du traité dans son ensemble qui est, comme je l’ai dit, intéressante. Les grandes parties du texte original se suivent comme tel : dans une première partie la description du pays et l’origine des Germains, et les coutumes et institutions ; dans une seconde plusieurs sous-parties sur les différentes tribus germaniques. Au regard de mon sujet, j’ai décidé d’inverser la sous-partie sur les coutumes et les institutions avec la partie sur les différentes tribus, la première étant plus riche.

Néanmoins, si Tacite n’adopte pas dans son traité de tournures de phrases qui lui soient propres, j’ai repris le style de certaines expressions de début de paragraphe ou de début de phrase qui me paraissaient notables et qui permettent de mettre en valeur la structure de chaque paragraphe. Pourtant, la raison de ce manque d’identité propre semble de l’auteur dans ce traité me semble normale et la raison évidente. La moyenne de mots par chapitre est de 120, autant dire très peu. De plus, les chapitres de la première partie sont indépendants et traités comme des questions séparées, ne laissant pas beaucoup de place pour des connecteurs ou même la présence d’expressions récurrentes. Par conséquent, vous ne retrouverez pas ici le style à proprement parler de Tacite, mais bien la structure du traité, tant par ses thèmes avec une reprise des idées internes aux parties et aux paragraphes développées dans La Germanie, que par sa forme avec de courts paragraphes sur une question en particulier.

De l’invasion des Droits et l’errance des Classiques

 En ce premier semestre de l’année 2016-2017, sous la présidence de Jean-François Balaudé , les Hellénistes et les Latinistes, peuples classiques, fuirent la Bibliothèque Universitaire en grand nombre, non loin de l’endroit où se trouve le bâtiment L.

La cause de cette émigration était que les Droits depuis plusieurs mois les parasitaient, leur volaient leur place en salle de Langues et Littérature, et les empêchaient d’étudier tranquillement.

La nation des Droits est de beaucoup la plus puissante et la plus belliqueuse de tout le campus de Nanterre.

On dit qu’ils forment cent promotions, de chacune desquelles ils font sortir chaque année mille diplômés qui portent la guerre au dehors. Ceux qui restent dans la fac continuent les cours pour eux-mêmes et pour les absents, et, à leur tour, ils sont diplômés l’année suivante, tandis qu’une nouvelle génération fait sa rentrée.

Ainsi,ni les places de la salle de Droit et Science politique ni celle de Langues et Littérature ne sont disponibles.

Ils n’ont que peu d’heure de cours, passent le plus clair de leur temps à lire le Code pénal, et se sont inscrits dans cette filière faute d’idée au sujet des études à entreprendre.

Ce genre de vie et d’étude, leur emploi du temps et la liberté dont ils jouissent (car n’étant dès leur première année de licence habitués à aucune version, à aucun exercice de linguistique, ils ignorent tout de l’humilité que requiert un tel travail ), en font des individus hautains, incapables de comprendre l’importance des études classiques et se croyant détenteurs de la vérité universelle par leur connaissance de la loi.

Ils se sont aussi accoutumés à l’importance de leur nombre et à ne fréquenter que leur congénères, aussi lorsqu’ils rencontrent un Helléniste ou un Latiniste en salle de travail ce dernier fait l’objet de regards interloqués et moqueurs.

 Les Hellénistes et les Latinistes résistèrent pendant nombre de semaines aux attaques des Droits: à la fin cependant, chassés de leur espace de travail, et après avoir erré des jours entiers à travers plusieurs bâtiments de l’université, ils arrivèrent près de la MAE, dans une contrée habitées par les Doctorants, lesquels possédaient, dans un bâtiment excentré du campus ,des tables, des chaises et des livres.

Effrayés à l’arrivée d’une telle multitude, les Doctorants s’opposèrent à l’installation des Classiques en promulguant la loi suivante: nul individu de ce peuple ne possédant le grade de master n’aurait accès à l’espace de travail.

Le reste des Classiques , après avoir tout essayé, ne pouvant passer ni de vive force, ni à la dérobée, à cause des gardes posés par les Doctorants qui vérifiaient le contenu des sacs ainsi que la carte étudiante durent repartir errer à la recherche d’une place libre pour finir de traduire leur texte d’Homère ou de Cicéron…

J’ai choisi ce thème afin d’évoquer une situation à laquelle plusieurs d’entre nous , et quand je dis nous je parle des classiques ( licence et master confondus), sont confrontés depuis septembre 2016 à savoir: l’occupation de notre lieu de travail à la BU , l’espace Langue et Littératures, par les étudiants en droit.

Il n’est en effet actuellement plus possible de trouver une place disponible ,sauf en de rares occasions, pour travailler, les étudiants en droit occupant 90% de cette salle ,l’espace lettres classiques y compris !

Et quand bien même les plus bornés d’entre nous se résoudraient à poser leur Bailly ou leur Gaffiot dans un autre endroit de la BU ils seraient toujours confrontés au manque de place du fait de l’occupation des salles par les étudiants des autres filières .

Et si , par un suprême besoin d’étudier , ils se résoudraient à s’installer dans un autre lieu du campus, le Millénium constituant le lieu idéal du fait de sa localisation peut éloignée du bâtiment L, ils se rendraient vite compte que la plupart des tables sont occupées par des étudiants en droit.

Constatant ainsi la persistance du problème au cours des mois j’ai jugé intéressant de rapprocher cette situation avec celle des invasions germaniques telles que décrites dans la Guerre des Gaules de César.

Il intéressant en effet d’étudier les conséquences engendrées par le déplacement et l’ installation d’un groupe A sur le territoire d’un groupe B.

J’ai donc sélectionné et travaillé à partir de deux passages du livre IV de la Guerre des Gaules ayant pour sujet la fuite des Usipètes et les Tencthères de leur territoire , conséquence de l’invasions des Suèves, et leur installation en territoire Ménape.

Pour certains passages j’ai simplement remplacé quelques mots afin de créer une rupture de style tandis que pour d’autres j’ai réécris des segments de phrase afin d’enrichir mon texte.

Quand Flavius-Josèphe rencontre une grande Dame…

Flavius-Josèphe arrive en vue d’une ville inconnue qui l’émerveille par sa grandeur. Son regard est particulièrement attiré par un monument à l’aspect singulier…

La cité tout autour était aussi étendue et profonde que le monument en son centre était haut et pointu. Le roi qui avait érigé cette grande merveille avait sûrement été le plus riche et le plus ambitieux des monarques. Autant la cité que son monument étaient disproportionnés, on ne voyait la fin ni de l’une ni de l’autre. Il eût été aisé de se perdre si ce grand édifice en plein cœur de la cité ne servait de phare aux voyageurs égarés. Il suffisait de le suivre des yeux pour se retrouver en face de lui, comme attiré par quelque force divine.

Ce grand et haut monument que l’on pourrait nommer tour n’était entouré d’aucun bâtiment mais d’un vaste champ d’herbe verte et de sentiers blancs aux lignes géométriques. Le monarque de cette cité avait dû exigé un écrin de verdure digne de cette tour singulière. Afin de donner toute sa prestance à cet édifice, la vaste place verdoyante portait le nom du dieu romain de la guerre, équivalent du Arès grec, et semblait vouloir se mesurer au champ du même nom que l’on trouvait dans la magnifique cité de Rome. Les dimensions de cet espace étaient aussi disproportionnées que la tour et la cité. Sa largeur était certainement de quatre cent coudées et sa longueur, de trois fois plus. Tous les sentiers blancs de cet immense champ menaient tous au nord-ouest, au pied de la grandiose tour.

Ce monument semblait encore plus gigantesque de près. Il tenait sur quatre pieds carrés de cinquante coudées de largeur et de longueur et de cent coudées de hauteur. Ceux-ci soutenaient une base ouverte en son centre qui permettait d’admirer l’allure profilée du reste de la tour qui s’affinait au fur et à mesure qu’elle montait vers le ciel. L’architecte de cet incroyable édifice avait certainement dû faire preuve de vanité en pensant qu’il eût pu ainsi atteindre le royaume de Dieu tant il était impossible d’apercevoir la flèche de cette tour. Sa hauteur était certainement de plus de six cent coudées. Le plus singulier n’était pas tant les dimensions extraordinaires de cette tour que son aspect. Elle n’était pas construite en pierre mais en fer. Elle n’était certainement pas destinée à être habitée puisqu’il était possible de voir à travers elle. En effet, la charpente de ce monument était si fine qu’elle ne pouvait tenir debout que par la grâce divine.

Son aspect intérieur ne différait en rien de son apparence extérieure. Toute la tour était habilement ouvragée par un entrelacs de fer droit ou courbé qui servait à la fois de décoration et de support. Les escaliers, les murs et les sols étaient du même ouvrage. La construction de cette tour avait dû nécessiter cent ans pour parvenir à un telle magnificence.

Une salle en son sommet, difficile à atteindre pour un simple mortel, rendait hommage à l’architecte et au mécène de ce splendide monument. On y trouvait leurs statues dans des postures peu héroïques mais avec des finesses de trait et de couleur si parfaites qu’on eût dit faire face aux hommes eux-mêmes. Afin de laisser sa trace dans l’histoire et dans le temps, le grand architecte avait donné son nom à sa superbe création. La renommée de cet homme et de sa tour dépassait même les limites de la cité et s’était étendue au-delà des frontières du pays. Des pèlerins du monde entier venaient admirer cette grande Dame de Fer aussi haute qu’une montagne.

J’ai choisi de décrire la Tour Eiffel à la manière de Flavius-Josèphe dans le livre V du Bellum Judaicum (la Guerre des Juifs) lorsqu’il décrit les tours de Jérusalem.

Tout d’abord, j’ai importé l’ensemble du livre V dans l’outil Voyant Tools pour pouvoir observer les mouvements du texte. Ce corpus contient pas moins de 17353 mots, ce qui est énorme. Les mots les plus fréquents sont : καὶ (845); δὲ (423); τῶν (376); τὸ (336); τοῦ (264), c’est-à-dire rien de pertinent à part de me dire que mon texte est un récit, ce que je savais déjà. J’utilise alors le cirrus, c’est-à-dire le nuage de mots, où j’insère des stopwords grecs pour éviter de retrouver les mots de la liste ci-dessus. Seule la vue à 500 mots me permet d’observer quelque chose d’intéressant : je trouve les mots « remparts », « romains », « cité », « juifs », ce qui correspond vaguement au sujet du livre mais sans plus. Je fais ensuite une recherche par syntagmes (groupes de mots) : je trouve toujours les mêmes expressions avec le même vocabulaire (ville, remparts, juifs).

Il est clair que le corpus que j’ai choisi est beaucoup trop grand et me donne des données beaucoup trops vagues pour être exploitées. Je prends alors un extrait plus petit qui correspond à ce que je veux faire, c’est-à-dire une description : les paragraphes 136 à 227 comprennent la description de la ville de Jérusalem, ses enceintes, ses tours, le palais d’Hérode et le Temple à l’extérieur et à l’intérieur. Ce corpus est beaucoup plus abordable car Voyant Tools ne voit plus que 2881 mots. Les mots les plus fréquents sont toujours les mêmes : καὶ (140); δὲ (92); τὸ (86); μὲν (53); τοῦ (48). Je mets à nouveau des stopwords dans le cirrus et là, miracle ! Je trouve enfin du vocabulaire pertinent pour mon travail : tous les verbes sont à l’imparfait et les plus fréquents sont les auxiliaires être et avoir, ce qui est logique pour une description ; on trouve l’expression « être nommé », « être appelé » ; beaucoup de nombres souvent par dizaine (30, 40, 20, etc.) ; beaucoup d’adverbes et de prépositions de lieu ; des termes de comparaison (comme, semblable à) ; des mots très récurrents comme roi, coudées (38 occurrences), hauteur (27 occurrences). La recherche par syntagme corroborent ces faits : « toute la hauteur », « d’argent et d’or », « vingt-cinq coudées », « largeur et longueur », « la même longueur », « quarante coudées », « la grandeur était de », « le roi », etc.

J’essaie une nouvelle fois avec un corpus encore plus petit : les paragraphes 136 à 175 qui correspondent seulement à la description des tours de Jérusalem. Il n’y a plus que 618 mots, ce qui n’est vraiment pas beaucoup. Je trouve exactement les mêmes syntagmes et les mêmes mots que précédemment. Seule particularité : le terme de « tour » ressort énormément, ce qui est évident, mais également les jugements de valeur (beau, ancien, etc.).

Tout cela est bien beau mais reste très superficiel à mon goût. Le vocabulaire et les expressions que j’ai trouvé me parlent et sont pertinentes parce que j’ai déjà lu ce corpus et sais où trouver les informations qui m’intéressent. Je reviens donc au texte grec et à sa traduction en français des paragraphes 136 à 175 pour m’imprégner davantage du style de Flavius-Josèphe et observer une sorte de schéma. Ses descriptions sont souvent binaires : il commence par décrire factuellement les tours puis donne un jugement de valeur, parle de l’esthétique, fait une remarque sur sa dénomination, propose une anecdote ou fait référence au roi qui les a construites. On remarque l’utilisation prononcée des superlatifs lorsque Flavius-Josèphe profère un jugement. Sa description évolue, passant du général au particulier, du macro au micro, de l’extérieur à l’intérieur. Il fait également quelques fois référence aux points cardinaux (est, ouest, nord, sud) pour situer ce qu’il décrit.

Le berger de l’Université par Virgile.

La rosée tout 983742juste dissipée sur les feuilles de fougères ondulées, et le manteau neigeux fondu depuis peu, le berger de Nanterre fit les premiers pas en dehors de la ferme. Son fidèle chien le suivait sur ce chemin paisible, ombragé par les arbres aux bourgeons verdoyants, marchant sur les fleurs parsemées sur l’étendue d’herbe. Regarde, berger, voit ton troupeau qui te suit timidement. Les braves brebis ouvrent la marche, protégeant leurs petits, fruit de la dernière saison. Seul face à eux se dresse le bâtiment de Droit, de sa forme angulaire si sinistre et impressionnante pour ces petits de quelques semaines. Son troupeau ne passe pas inaperçu, la populations toute entière suit d’un regard bienveillant cette procession qui annonce l’arrivée du printemps. Les petits les plus téméraires se laisseront approcher par ces passants qui les photographieront pour garder en mémoire le souvenir de cette douceur de vivre. Leur pelage si blanc et duveteux tentera certain de le toucher, mais cette imprudence leur coûtera peut-être un coup de tête d’une de ces mères protectrices. Le chemin continue, le chien signale d’un cris familier que le troupeau doit s’arrêter sur ce petit terrain d’herbe. Le berger, assis sur l’un des bancs de bois de l’université, s’adonnera à l’une de ses chansons, la fredonnant pour ainsi voir le temps s’écouler lentement autour de lui. Regardant la population des lieux ; tout ces jeunes hommes et jeunes femmes en formation, se cherchant et se croisant. Certains s’assiéront à même le sol pour manger leur maigre repas composé de pain garni et de jus de fruits divers. Le soleil réchauffera l’air pour le rendre plus doux, invitant ainsi à la paresse et au bon temps. Ces étudiants fleurissent d’heure en heure sur l’herbe pour ensuite la recouvrir dans sa quasi totalité. Un air de musique raisonnera alors ; un jeune homme influencé par Apollon montrera son talent aux belles dames qui le regardent timidement, rougissantes tel des boutons de roses. La plus belle d’entre elles faisait tournoyer une mèche de cheveux blond autour de son doigts gracieux, son regard brûlait tel un rayon de soleil, son teint était plus blanc que la neige et sa grâce était semblable à celle d’un cygne. Lorsqu’elle se levait pour se joindre à son amour, sa démarche faisait d’elle une merveilleuse nymphe. Au-delà de cette légèreté, le berger pouvait voir le désespoir envahir un groupe d’étudiants, se rendant à leur examen de rhétoriques, leur visage pâle et leur regard fuyant. La dureté de la vie est parfois visible dans peu de choses. Le chien fit le signalement que la marche allait reprendre sur les chemins paisibles de l’université. Sur leur passage, il croisa quelques vestiges des autres habitants des lieux comme divers papiers et mégots qui s’étaient échoués au sol. Les bêtes firent attention de ne pas en mettre dans leur bouche. Les petits imitèrent les grands et continuaient leur chemin sans y porter la moindre attention. Ils arrivèrent alors devant la grande tour de couleur orangée, jonchée de fenêtres où se situait devant elle une grande place où s’effectuait des rassemblements. La bibliothèque était pour l’université ce qu’un phare peut être à la mer. Elle guidait par sa hauteur les habitants des lieux. Elle accueillait au sein de ses murs les âmes perdues entre deux leçons. Elle nourrissait leur connaissance et leur offrait chaleur et réconfort en dégageant cette odeur de manuscrits anciens. Les ovins n’avaient évidement pas accès à ce lieu mais le berger ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à l’intérieur de cette enceinte. Pas après pas, il s’éloigna de cette montagne qui attirait tous les étudiants. Enfin sur son chemin, il rencontra son ami Alexis qui habite le village voisin.

« Voit comme la saison commence bien, l’herbe est tendre et les fleurs sont riches, les pommiers forment leurs fruits et les oiseaux chantent leurs douces mélodies dans les campagnes et les forêts. Amène ton troupeau dans le parc non loin d’ici, tu verras à quel point la nature est merveilleuse et féconde. »

Le troupeau prit donc le chemin du parc en traversant la ville. Cette première procession épuisa les agneaux qui ralentissaient à la fin du troupeau. Le chien les hâtait pour ne pas qu’il se produise un malheur. Les sabots des bêtes claquaient sur le sol dur et noir, l’herbe leur manquait, mais au bout du chemin était la récompense car l’entrée du parc se faisait voir. L’herbe était ici à perte de vue, entourant un grand lac bordé de fins roseaux. Les agneaux suivaient leur mère à l’ombre des boulots et platanes. Les chênes accueillaient des écureuils, maîtres de ces lieux. Le berger alla au bord de l’eau et crut reconnaître dans les pétales roses d’une fleur la couleur des lèvres de sa tendre Amaryllis dont le son de la voix raisonnait alors dans le souffle de sa chanson. Il fredonnait à nouveau un air joyeux dont les hautes tours de la Défenses étaient témoins. A la fin de la ronde du soleil, il était toujours là, assis au bord du lac paisible, parcourut par quelques volatiles. Les roseaux et les fourrés leur servaient de nid pour protéger leur progéniture des dangers de la nuit tombante. Les brebis s’étaient rassemblées, les agneaux étaient réunis au centre de l’épais troupeau. Quant au chien, il s’était assoupi par la fatigue que le voyage lui avait procuré. Tout était calme est paisible en cette fin de journée de printemps, mais le retour devait être amorcé pour être à l’étable avant la tombée de la nuit. Sur le chemin boisé, on croisa quelques abeilles, merveilles de la nature, qui terminaient leur dure journée de travail et rentraient dans leur foyer collectif. L’ombre des tours au loin devenait menaçante dans l’assombrissement du jour, mais la ferme était proche et les agneaux devenaient impatients de retrouver leur maison. Le cher Alexis croisa encore son chemin, le berger lui dit alors :

« Tu avais raison, mon bel ami, quel belle endroit que ce parc verdoyant. Ah ! Que mes agneaux étaient heureux de gambader dans ces fleurs. Cet endroit est meilleur pour mon troupeau que celui où je le mène chaque matin »

« Hélas mon pauvre berger, ta tâche est bien belle ! Même si tes bêtes ne sont pas au plus bel endroit, elles ont le mérite de diffuser du bonheur à ceux qui les croisent. Tes rêves veulent te mener plus loin, si tu le pouvais tu irais tous les jours à ce parc si riche, mais tu priverais toute cette population de ces si beaux moutons. Soit généreux avec les autres, la nature le sera avec toi».

Le ciel s’assombrit alors, les derniers étudiants rejoignaient d’un pas pressé leur transport. Le berger restait là, à contempler une dernière fois la beauté d’une journée éphémère, et à écouter le bruit du vent.

Une journée du berger de Nanterre à la façon de Virgile dans Les Bucoliques.

Pour créer ce billet j’ai tout d’abord commencé par choisir l’auteur : Virgile étant dans la bibliothèque juste à coté de mon bureau, j’ai tendu le bras pour attraper ce fameux titre : Les Bucoliques. Pas besoin de le relire, je l’avais déjà étudié plusieurs fois. Son style me plaît beaucoup donc j’avais trouvé mon auteur !

J’ai ensuite cherché le texte en latin sur Phi Latin Text. Je l’ai ensuite copier/collé dans Voyant Tools et j’ai étudié les mots qui ressortaient le plus. Les thèmes pastoraux étant au cœur des Bucoliques , j’ai décidé d’y rester fidèle en choisissant comme thème le berger de Nanterre. L’histoire étant totalement fictive, je me suis basée sur l’itinéraire qu’il emprunte avec son troupeau à l’intérieur de la fac mais aussi dans la ville de Nanterre où on peut l’apercevoir dans le parc de Nanterre Préfecture.

capturevirgile

Les caractéristiques que j’ai principalement prises en compte sont le rapport avec la nature (végétation, arbres, fleurs, phénomènes climatiques) mais aussi le rapport avec la musique que j’ai incorporé avec les chansons du berger. L’amour est aussi présent à travers les étudiants sur l’herbe : le beau jeune homme digne d’Apollon et la jeune fille dont la beauté se rapporte à une nymphe, mais aussi avec le berger lui même et son Amaryllis. La beauté est présente à travers ces personnages car chez Virgile les personnages ont tous une beauté extraordinaire. De plus j’ai récupéré des prénom du texte original comme Alexis et Amaryllis.

Nanterre des Drôles

 

Le campus entier est divisé en une grande multitude de domaines, l’un hébergeant les étudiants de droit, un autre les littéraires, un troisième une immense série de bâtiments consacrés à diverses disciplines que nous appelons « sciences humaines ». Il en est bien d’autres encore. La langue, la culture et les mœurs diffèrent entre ces secteurs. Une longue rivière d’asphalte, la Via, coule en suivant la forme du carré et relie ces lieux plutôt qu’elle ne les sépare.        
Parmi ces populations, la plus étrange est celle des STAPS, parce qu’ils sont tenus à l’écart des régions plus civilisées et que les enseignants qui se rendent rarement auprès d’eux ne leur apprennent rien qui puisse faire travailler leurs esprits. Ils sont aussi voisins du stade qui se situe de l’autre côté de la Route, dans lequel continuellement ils s’entrainent, préparant quotidiennement l’invasion qu’ils fomentent pour subjuguer l’université entière.       
                L’ensemble de cette terre occupée, comme il a été dit, par les étudiants, commence au Sud depuis la Gara Aereaera, fleuve d’acier et de béton, pour s’étirer jusqu’à la Sequana au Nord. A l’Est et à l’Ouest, le terrain suit les rives géométriques de la rivière grise. Le territoire des Sciences Humaines occupe la partie occidentale, tandis que les Droits et informaticiens ont leurs assises au Sud, voisins en cela des Lettres. L’île centrale est consacrée toute entière au loisir des promenades et à l’entretien du corps. La partie septentrionale, la plus sauvage, est dévolue aux STAPS et aux linguistes mais abrite aussi des lieux illustrissimes de savoir, la Bibliotheca Magna et la Domus Archeologicae Ethnographiaeque, fréquentés par des savants de tout le monde civilisé.

                Parmi les Magistri Litterae Formosae, Camilla Dionysiata était grande en sagesse et en audace. Celle-ci, sous le consulat quinquennal de Franciscus Fl. Batavia, poussa la division des Humanitati Classici, race noble et cultivée, à sortir de leurs frontières, ce qui fut aisé parce qu’elle leur fit croire qu’elle avait l’aval de l’Administratio. Elle les fit obeir d’autant plus facilement que, d’une part, on ne demande pas le choix aux élèves, et que d’autre part cette cohorte était accoutumée à être sans cesse ballotée de lieu en lieu : au Nord, au-delà du complexe sportif pour les studia linguarum, à l’Ouest pour le studium historiae artis, au Sud-Est pour tout le reste. A cause de cela, ils ne pouvaient jamais prendre racine en un lieu, chose pénible pour des gens paresseux. […]

Poussés par ces raisons et mus par l’autorité de Dionysiata, les Classici se mirent à rassembler le plus grand nombre de leurs ressources matérielles, dévalisant les distributeurs afin que dans leur périple, ils aient assez de subsistance. Pour mener à bien ces tâches, ils estimèrent que deux minutes suffiraient, la troisième fut choisie pour partir.  […]

                Les Droits –car le pathétique parodos s’avançait vers leurs possessions territoriales- virent les Classici qui s’avançaient par les torrents figés de la Via comme sur des radeaux.

[Après des négociations qui échouent parce que chacune des deux factions manifeste à l’autre son mépris de mœurs jugées arriérées ou frivoles, les hostilités sont déclenchées.]

Les groupes se formèrent en phalange et s’assaillirent. Les Classici, invoquant la Muse, firent aisément plier leurs ennemis <de rire>. Les Droits étaient dans une grande gêne pour donner la réplique en ce qu’ils n’arrivaient à prendre leurs adversaires au sérieux. Ces derniers, dans une vituperatio des plus cinglantes, les défirent. D’hilarité en déconvenue, blessés dans leur amour propre au point que leurs onéreuses doudounes ne pouvaient plus dissimuler la honte qu’ils avaient de leur médiocre rhétorique, les autochtones commencèrent à lâcher pied et préférèrent retourner à l’organisation de leur prochaine soirée étudiante.

Dans leur clémence, les augustes vainqueurs prirent possession des locaux qui leurs étaient échus, situés dans les hauteurs du quartier des juristes. De ce point stratégique, on pouvait observer par les lucarnes septentrionales l’intégralité des terres habitées, notamment de grandes prairies et le stade, sur une distance d’environ un mille.        
                Après cela, ils se reposèrent, tandis que les généraux adverses se mobilisaient.

Nanterre

L’extrême médiocrité de ce texte enfin mise à part, ce paragraphe apologétique me tiendra lieu de parabase. Vous aurez, j’espère, reconnu les Commentarii de bello galli d’un certain César, dansr un pastiche  plus ou moins heureux des paragraphes 1, 2, 3, 7, 25 du premier livre.
L’objectif initial était de reproduire grâce à des données statistiques exploitées au moyen du logiciel Voyant-Tools (http://beta.voyant-tools.org/) une réécriture savante d’un prosateur antique. Afin de pouvoir étudier le style de mon auteur, j’ai rentré dans le dit logiciel les deux premiers livres de l’œuvre trouvés sur Itinera Electronica, ce qui me donnait théoriquement un corpus d’une taille convenable pour en déduire des schémas (environ 8000 mots). L’un des outils premiers disponibles dans ce cadre-là se trouve être le nuage de mots, c’est-à-dire la production d’une image uniquement formée par un entrelacs compact de mots (d’où son nom) qui met en avant grâce à des tailles différentes les  occurrences lexicales.             A ce stade, plusieurs éléments m’apparaissent. D’abord un champ lexical très géographique, ethnique, mais aussi militaire. Rien de très nouveau sous le soleil pour une telle œuvre. Que l’auteur parle de lui-même à la troisième personne et qu’à cause de cela on trouve de son nom de nombreuses occurrences ne fut pas une découverte non plus (merci Astérix). Rien pour me rendre extatique, donc.
Un autre des outils du site est celui qui permet d’étudier les répétitions non plus par mots isolés, mais par expressions (ou phrases éventuellement) récurrentes. Mais les quelques assemblages de mots relevés n’étaient en fait absolument pas significatifs (3 occurrences pour 8000 mots). Même les mots les plus utilisés, en ayant écrémé d’office un bon nombre d’entre eux qui auraient parasité les statistiques, n’étaient pas tellement utiles à ce niveau. Que faire des 137 occurrences de ut ? Ses usages peuvent être multiples, et dans tous les cas il n’y a pas de style particulier dans l’usage courant de subordonnées. En dernier lieu, pour essayer de tirer d’autres informations, j’ai regardé rapidement l’outil « links », qui place un mot du texte dans un espace flottant, entouré de tous les mots qui le suivent ou le précèdent. On peut ainsi repérer au compte-goutte des chaînes syntaxiques (d’où le nom, oui oui, tout cela est limpide). Je m’en suis en fait très peu servi. Globalement même, les statistiques ne m’ont aidé qu’à dégrossir le travail du pastiche en résumant rapidement quelques notions clé.  Le style de César dans les tous premiers chapitres est plutôt sec, concis ; s’il se déploie plus largement par la suite, c’est toujours très descriptif.
Je suppose que la seule chose pire que d’écrire un mauvais pastiche, c’est d’écrire un pastiche qui ne sera pas reconnu. Or, je crois bien que si je m’étais ingénié à me baser sur des statistiques, faisant fi de l’effet final, c’est ce qui serait advenu. J’ai même considéré un instant transposer le champ lexical militaire en un autre sans aucun rapport qui rendrait tout récit absurde (celui de la pâtisserie par exemple.) en vue mettre en valeur l’inanité d’un texte tissé uniquement par des données chiffrées. Heureusement ou non pour vous, je ne l’ai pas fait. Las.
Quant au thème choisi, disons que c’est un conflit civilisationnel interne.

Les embarras du marché de Noël, ou la diététique de la Choucroute

Les embarras du marché de Noël

Mon ami qui part me remplit d’amertume,
mais il fait bien d’aller au village vide de Willer-sur-Thur.
C’est au pied des Vosges un petit hameau, et il n’y a rien vraiment
qui ne soit plus agréable en la saison
que la forêt au doux parfum d’humus et de sapin.
Je préfère pour moi la plaine campagne, les champs en friche.
Car est-il patelin si paumé, trou si désolé,
qui ne vaille encore mieux qu’une ville où toujours
brillent et scintillent les guirlandes et paillettes,
ville aux rues bondées, où le marché de Noël croule sous la foule,
Et où les marchands de marrons chauds,
vendent en hurlant leur viles châtaignes et cacahuètes?

Avec sa pauvre petite valise ridicule, une seule valise !
il s’arrête sous la verrière de la gare.
Non loin de là, sur la place,
un énième marché de Noël envahit l’espace,
et les chaînes de bonbons et babioles made in china à la criée
louent à prix d’or les chalets kitsch couverts de fausse neige,
ayant chassé de ces lieux les petits artisans et artistes oubliés.
Ah! La ville serait bien plus charmante,
Si d’un vrai marché encore elle s’animait,
Et si partout le mercantilisme forcené,
Ne profanait le folklore local et passionné?

Alors il dit: « Puisque dans cette ville,
l’art est sans pain, le talent chose absurde
et puisque que mon plaisir, au milieu de cette vénalité obscène,
décroîtra chaque jour, face à la cathédrale, au pied de ses tours,
à l’ombre de sa flèche, j’ai résolu de me retirer loin du scandale,
de la Grand’Roue que sur la place du Chateau ils installent,
là où Gutenberg autrefois mit au point son invention, qui a jamais changea la face du monde, mais pas celle de la bêtise humaine…

Partons! Que puis-je faire ici? Quand le vin chaud est mauvais,
je le crache et le boycott.
Strasbourgeois, je ne puis voir sans haine Strasbourg pleine de churros!
Cette lie étrangère qui n’est rien dans le flot du made in China,
mais qui souille nos marchés!
Depuis longtemps déjà frémis dans la friture,
cette pâte crénelée, ces bâtonnets à tremper dans le chocolat fondu,
cette luxure exotique, ce mets diabolique.
Accourez aux churros, ô vous qu’enflamme et tente
un fumet barbare et ses parfums enivrants.
Nous pouvons flatter, nous! Le churros seul persuade!
Où manger une choucroute quand, partout où je regarde,
Je ne vois que churros, bonbons, pizzeria et chinoiseries!

Rien n’est sacré pour eux!
Ni l’auguste choucroute, ni ses garnitures,
ni le lard, ni les wädele, ni les épices, ni le riesling!
Ils boiraient même encore la sainte bière!
Lorsqu’une nappe est trouée ou tachée, on crie haro sur le baudet!
Au marché de Noël, l’effort est plus dur qu’autre part.
Là tout est cher: un emplacement pour vendre, une gaufre pour se repaître,
Le moindre demi de Kro dans la Taverne Française
Une assiette en carton souille aujourd’hui tes mains,
Mais il ne souillait pas les tiennes, vieux Strasbourgeois, lorsqu’autrefois,
Dans un « Topf » de Soufflenheim, tu faisais mijoter ta choucroute
Garnie du dimanche, diététique frugale!
Ici le faste écrase, tout est vénal au marché de Noël!

Si tu veux t’arracher au marché, austère riverain,
Pars loin de Broglie, de la cathédrale, de la gare,
fuis le Carré d’Or et la rue des Juifs.
Car la goinfrerie, dans ces lieux, enfante le trépas!
Fiévreux, gavé de gaufre nutella-chantilly-banane-chocolat,
où trouver, pour s’asseoir, un café, une terrasse tranquille?
C’est le touriste tout seul qui s’amuse en cette ville!
Dans les étroites allées du marché, l’encombrement touristique,
Les chinois parmi les japonais, les russes déjà imbibés,
Les allemands de Glühwein assoiffés,
la masse tout entière piétine l’infortuné
qui, manque de bol, a fait tomber son porte-clé,
ce flot vivant qui roule et nous écrase tous.
On me frappe au coude, on me pousse contre un poteau,
je me cogne la tête au toit d’un chalet,
Je tombe dans la fange, et supplice nouveau,
L’énorme chaussure d’un américain me massacre le pied.

Que de périls encore! Ce n’est rien qu’on t’assomme,
Mais lorsque le soir, le marché ferme,
errent encore les gens ivres, les touristes désoeuvrés,
Les bars vomissent leurs flots de bière, et déversent dans Strasbourg,
Leur lot de chansons de Noël paillardement revisitées.
C’est le coeur trop plein que je m’épanche!
Adieu, souviens-toi d’un ami, si parfois, quittant Strasbourg,
Tu vas profiter de l’air rustique de la campagne alentours.
Je me retire, cher ami, pour joindre ma colère à ton âpre satire. »

Mes outils de travail:

Pour écrire ce pastiche de de la troisième Satire de Juvénal, « les Embarras de Rome », j’ai tout d’abord utilisé la traduction disponible en ligne sur le site de Philippe Remacle, traduction de Jules Lacroix. L’oeuvre originale étant en vers, et la traduction utilisée en alexandrins, j’ai décidé d’écrire en vers libre, me laissant plutôt porter par le rythme du texte et des mots que par une métrique précise ou une rime rigoureuse.
Grâce à l’outil statistique Voyant Tools, j’ai pu faire une rapide analyse lexicographique du texte latin. Le texte latin analysé provient de la Bibliotheca Augustana Latina.

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal

Analyse par Voyant Tools de la Satire III de Juvénal


On s’aperçoit vite que la langue de Juvénal est très expressive. La fréquence des pronoms exclamatifs et interrogatifs en témoigne. De manière générale, les indéfinis dominent dans la satire, pour donner au texte son adresse impersonnelle et générale: le nuage de mots met en relief « aliquid », « nihil », « nemo ». Au vu du sujet de mon propre pastiche, j’ai choisi d’ignorer la fréquence du mot « domus »: la satire porte en partie sur la vie domestique des Romains. Je m’intéressai plutôt aux questions de voirie et d’encombrement de l’espace public pendant les périodes de fête à Strasbourg (et de manière plus accessoire, à la diététique de la gastronomie alsacienne).
La satire se caractérise aussi ici par la forte présence de la deuxième personne: sur le plan de l’énonciation, cette satire est intéressante, car elle se présente comme un discours énoncé par un ami du satiriste. La première personne de l’auteur devient le deuxième personne, tandis que la troisième personne, « un ami », devient la première personne.
En revanche, l’outil statistique a pour faiblesse principale de ne pas prendre en compte les déclinaisons des mots qu’il analyse. Le mots Roma et Romanus apparaissent 9 fois dans le corpus, soit autant que le quid central sur le nuage de mots, mais on ne le voit pas, car ses occurrences sont comptées séparément pour chaque forme. Il faut donc faire un petit travail de recherche dans le corpus pour voir de près ce qu’il en est vraiment. Petit travail rapide quand il s’agit d’étudier un mot, qui devient vite très fastidieux lorsqu’il faut traiter un champ lexical entier. Aussi digeste et léger qu’une choucroute.
Bon appétit!

Bon appétit!

Que les bêtes sont écologiques

800px-Sacrifice_pig_Tarporley_Painter_MANLe Président – Circé – Gryllos

LP : Ce que tu m’as dit, je crois, Circé, l’avoir compris et enregistré. Mais dis-moi, y a-t-il des sujets climatiques qu’il faudrait aborder lors de cette Cop 21 ?

Circé : Oui, ô Président bien-aimé, et en grand nombre, mais pourquoi cette question ?

LP : Je crois que les Français auraient une grande estime à mon égard – et voteraient plus volontiers pour moi, si je les tirais du péril climatique qui doit avoir lieu au XXIe siècle, et si je ne les vois pas vieillir dans une nature dégradée et sans développement durable.

Circé : Voilà un bonhomme qui croit être capable de s’attirer l’estime des Français et leurs votes à l’aide d’une conférence sur la nature !

Le Président : Accorde-moi donc cette faveur : celle de pouvoir parler avec un Français des revendications climatiques qu’il peut avoir, que j’appliquerai en conséquence, ou du moins, dont je ferai mine de débattre avec mon compagnon de l’écologie.

Circé : Eh bien soit ! Mais demande-lui d’abord s’ils y consentent – ce ne sera pas simple. Il faudra en effet que vous convainquiez ce cochon venu droit de Bretagne que les mesures que vous adopterez seront bénéfiques.

LP : Mais ce cochon, comment lui parlerai-je ? Quel est son nom ?

Circé : Rassure-toi, ô le plus ambitieux des hommes, car tu pourras communiquer sans problème avec lui, grâce à ta prédisposition d’homme politique actuel. Tu peux l’appeler Gryllos, si tu veux. Quant à moi, je vous laisse.

LP : Bonjour, monsieur Gryllos

Gryllos : Bonjour à vous aussi, monsieur le président. Que voulez-vous me demander ?

LP : Eh bien, en tant que président et intervenant par ma sagesse à la Cop 21, je me demandais s’il y avait quelque chose qui vous intéresserait à mettre en place dans les résolutions…

Gryllos : Cesse tout de suite ton discours, ô le plus méprisable des hommes. On te dit habile, expérimenté pour recueillir des voix… il n’en est rien ! Car tu penses t’attirer notre estime et acquérir de la notoriété par ta sagesse, quand tu ne fais que revendiquer des qualités que n’importe qui peut avoir, et que tu crois être premier à proposer ce genre de mesures, alors que les cochons les appliquent déjà.

LP : Cher Gryllos, tes paroles m’étonnent autant qu’elles me font rire : car que veux-tu dire, lorsque tu prétends que les cochons appliquent déjà ce que les hommes n’ont pas encore décidé ?

Gryllos : Laisse-moi donc parler, si tu es disposé à entendre mon discours. Commençons par ces qualités que vous appelez nouvelles, à savoir l’utilisation parcimonieuse des ressources par le développement durable. Sache donc que les cochons sont les premiers et les plus habiles dans ce domaine : car ne dit-on pas : « Tout est bon dans le cochon » ? Au contraire, existe-il un proverbe qui dise : « Tout est bon dans les hommes » ? Réponds-moi, ô président : suivant ce proverbe, est-ce l’homme ou le cochon qui est le plus respectueux de la nature et des ressources ?

LP : Je n’aurai pas à mentir : les cochons semblent être les plus économes des bêtes en ce qui concerne les ressources.
Gryllos : Nous dirons donc que la qualité des cochons l’emporte ici. Mais examinons, si tu le veux bien, une autre de leurs qualités. Les cochons produisent naturellement du lisier, qui rend la terre féconde. Sommes-nous d’accord sur ce point, que les cochons ne sont pas seulement utiles pour leur chair et leur graisse, mais aussi pour leurs déjections qui favorisent la croissance des plantes et des cultures ?

LP : J’en conviens ; mais quelle est cette qualité dont tu me parles ?

Gryllos : Alors, tu viens d’admettre que les bêtes que nous sommes sont plus nobles que les hommes tels que toi, car cette qualité est double, ô le plus avisé des hommes ; en effet les cochons produisent naturellement ce qui non seulement leur profite mais profite aussi aux hommes, ce qui fait d’eux des animaux beaux et bons, tandis que c’est l’utilisation excessive du lisier par les hommes qui a un impact néfaste sur les champs. Nous pourrons alors dire que les cochons font preuve à la fois d’autarcie, de générosité et de modération, tandis que les hommes se trouvent être dépendants, cupides et intempérants. Veux-tu, très cher président, te persuader de cette vérité ?

LP : J’avoue, ô Gryllos, que je ne sais plus quoi dire contre de tels propos.

Gryllos : Faudrait-il donc, ô président, nier qu’un homme comme toi ait pu être élu par le peuple français ?

 

 

Après avoir acquis le texte du Gryllos / Bruta (animalia) ratione uti de Plutarque sur internet et l’avoir inséré dans Voyant Tools, une évidence m’est sautée aux yeux : quelques données intéressantes mises à part, les résultats obtenus sur le site sont assez passablement inutiles pour la rédaction d’un pastiche.

http://beta.voyant-tools.org/?corpus=56d2b619e6cc9fe9629210f244f189e4&stopList=keywords-c6aaf7cd409086cdd43dbe76986f1d30&view=Cirrus

Les quelques constats que le traitement numérique et procédural du texte rendent possibles sont néanmoins les suivants :

– le texte est caractérisé par les balancements, les comparaisons, ainsi qu’une certaine simplicité, voire peut-être familiarité du style (différentes formes du verbe être, de tous les mots typiques du dialogue et de ses signes (les noms des protagonistes répétés au vocatif, les première et deuxième personne du singulier et pluriel dans toutes les formes possibles).

– l’auteur ne semble pas s’ennuyer de la redondance, comme il est normal en grec. On voit donc la répétition des objets du dialogue (d’un côté les θηρία, de l’autre des ἀνθρώπους).

– Le dialogue ayant lui-même une portée parodique et pastichant le genre du dialogue, on constate l’usage de mots soit, conceptuels, soit généralisants, soit abstraits : en tout cas, qui relèvent d’une recherche philosophique et théorique. (σωφροσύνης, ἀρετῆς, ἐπιθυμίαις, φύσιν, mot d’ailleurs employé dans le pastiche dans un tout autre sens que celui du dialogue original).

Il est également possible de remarquer ce qu’il n’y a pas : le dialogue, bien qu’il soit peut-être difficile de juger de ce genre de particularités vu sa brièveté (3400 mots en tout selon Voyant Tools), ne contient pas ou peu d’expressions répétées, ce qui indique de ce dialogue qu’il prend moins le parti d’une discussion patiente où les expressions sont reprises, voire martelées, comme elles peuvent l’être, par exemple, dans un dialogue de Platon.

Pastiche sur le Gorgias de Platon

Après s’être donné la réplique sur la rhétorique dans l’Antiquité, Socrate et Gorgias constatent le temps qui a passé et discutent sur l’évolution de la transmission des savoirs.
SOCRATE : Je vois Gorgias que tu as une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Comment cela Socrate ?
SOCRATE : Il me semble que tu n’as aucun support papier.
GORGIAS : Eh bien ou est le problème ? Demande-le-moi et je te répondrai.
SOCRATE : Non il n’y a pas de problème, mais il me semble que c’est une manière bien étrange de lire.
GORGIAS : Pourquoi cela Socrate ?
SOCRATE : Parce-que, Gorgias, on peut prouver l’authenticité ou la fausseté d’une œuvre papier ce qui n’est pas le cas d’une œuvre numérique.
GORGIAS : Socrate, cela permet de pouvoir transporter une œuvre partout avec soi, de la faire partager et ainsi de diffuser le savoir à des foules nombreuses.
SOCRATE Sans doute, mais ne crains-tu pas à ce moment-là la fausseté de l’œuvre ?
GORGIAS : Pourquoi Socrate ?
SOCRATE : Car si une œuvre peut-être partagée avec tout le monde et que sa véracité ne peut-être prouvée, alors c’est une connaissance fausse et corrompue qui est diffusée.
GORGIAS : Mais Socrate, l’important pour un maximum de gens est de pouvoir lire le plus d’œuvres possibles. S’ils les interprètent mal, ce n’est pas le rhéteur qui est en faute mais je crois t’avoir déjà dit ça.
SOCRATE : Sans doute Gorgias, mais une simple erreur reproduite en beaucoup d’exemplaires peut avoir des conséquences fâcheuses. Souviens-toi de la donation de Constantin rédigée entre 315 et 317 justifiant le pouvoir du pape sur l’Occident et qui était fausse, eh bien c’est ainsi que pendant treize siècles, les papes successifs ont obtenu un pouvoir illégitime politique et territorial. Voilà ce que peux avoir comme conséquence de reproduire en grand quantité une connaissance fausse. La lecture n’est pas suffisante, l’analyse est également nécessaire.
GORGIAS : Mais Socrate, l’analyse est quelque chose de personnel tout comme la capacité de rhéteur. Chacun peut avoir sa propre interprétation d’un fait en particulier.
SOCRATE : Certes Gorgias mais encore faut-il que ce fait ait été vérifié et soit réel.
GORGIAS : Bien sûr Socrate, mais de même que c’est à l’élève et non au rhéteur de faire la recherche sur la véracité de la chose en question, une tablette a pour seule fonction de transmettre l’information. A l’utilisateur de vérifier sa véracité.
SOCRATE : Mais donc si le lecteur n’est pas en capacité de savoir si il s’est trompé, il peut transmettre des choses fausses à tous ceux qui comme lui n’ont pas de capacités d’analyse suffisante ?
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Et ce dans tous les domaines ?
GORGIAS : Non pas tous mais tous ceux qu’ils peuvent transmettre
SOCRATE : Mais Gorgias, penses-tu aux conséquences que cela peut avoir sur la société, voir même sur le kosmos ?
GORGIAS : Aucune pour le rhéteur Socrate car, comme je te l’ai dit, il n’est pas responsable des erreurs de ses élèves.
SOCRATE : Il faut donc avoir la quasi-certitude que ce que l’on transmet est fondé en raison
GORGIAS : Certes
SOCRATE : Donc le rhéteur n’est capable que de théorie et c’est aux élèves de bien appliquer la pratique ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Ils sont donc seuls responsables de leurs actes
GORGIAS : Oui
SOCRATE : C’est donc à eux de vérifier la véracité des propos qu’ils soient écrits sur papier ou non ou oraux ?
GORGIAS : Oui et à eux seuls
SOCRATE : Celui-ci qui transmet des choses vraies ou fausses a donc un certain pouvoir ?
GORGIAS : C’est ça Socrate
SOCRATE : Et ce dans beaucoup de domaines
GORGIAS : Oui (rep p 20)
SOCRATE : Prenons maintenant un exemple pratique : si je te demande de me fabriquer une tablette, sauras-tu me convaincre que tu sais la fabriquer ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Et me la fabriquer ?
GORGIAS : Non
SOCRATE : Tu as donc simplement cherché à me convaincre ?
GORGIAS : Oui
SOCRATE : Donc depuis notre précédent débat sur la nature de la rhétorique, tu n’as pas changé d’avis ?
GORGIAS : Non, je maintiens que le rhéteur n’est pas responsable des injustices commises contrairement à l’élève qui les commet. C’est donc à ce dernier de réfléchir à la théorie avant de passer à la pratique durant toute sa vie.
SOCRATE : Voilà une question qui implique la question de la responsabilité individuelle et qui serait très long à aborder.

Indications sur les outils d’analyse et la composition
Mes principaux outils d’analyse concernent la forme du dialogue, son déroulement, les thèmes abordés et la façon de parler des personnages. De manière globale, Socrate questionne et Gorgias répond, sauf quand il s’agit de définir son art.
Concernant la forme du dialogue et son déroulement, il a parfois une forme démonstrative et parfois une forme de questions-réponses, qui a été reproduite dans mon pastiche. Globalement Socrate parle davantage que Gorgias, ce que j’ai reproduit avec un peu moins d’intensité dans mon dialogue. Les réponses à l’exception du début sont généralement concises et brèves. J’ai essayé de reprendre le thème de la rhétorique mais en l’appliquant cette fois à la transmission des savoirs via non pas le support oral mais via le support écrit qu’il soit papier ou électronique (tablette). La tablette étant à la fois traditionnelle (argile et roche dans l’Antiquité) et moderne (électronique à l’époque contemporaine). L’objet tablette est donc un pont entre tradition et modernité même si la matière qui le constitue change. J’ai analysé la déviation de la rhétorique vers les autres thèmes du dialogue (justice de Polos, force de la nature et opposition entre le droit politique et le droit naturel, celles-ci étant incarnées par Calliclès, et par conséquent politique, bien, mal…) comme c’est le cas dans le dialogue. Le dialogue alterne parfois le répliques longues de Socrate et courtes de Gorgias, parfois des questions courtes et des réponses courtes, parfois des questions longues et des réponses longues. Ces thèmes peuvent également être déclinés dans le cadre du thème de la transition du livre écrit au livre numérique à travers l’impact de la diffusion d’informations dans des somaines très variés.
A travers Voyant Tools, on s’aperçoit que « Gorgias », « Socrate », « rhétorique » et les prépositions « que », « et », « de », et « pas », reviennent souvent afin de structurer le dialogue et lui donner son caractère démonstratif et persuasif. Dans mon texte, Gorgias reprend les thèmes de Calliclès et Polos et les introduit de manière très progressive tout comme dans l’œuvre originale. C’est à partir de la transition de l’écriture papier à l’écriture électronique que j’ai pu aborder les thèmes du bien, du mal (Calliclès) et de la justice (Polos), et cela uniquement à travers le personnage de Gorgias. Cela correspond bien à l’œuvre car c’est à partir de la question de la rhétorique chez Gorgias que les autres personnages déroulent leurs sujets respectifs.
Mon texte se termine comme la première partie du dialogue (celle entre Socrate et Gorgias (« Eh bien vois-tu » à « question à fond ») et reste donc très ouvert et pourrait être poursuivi en appliquant les conséquences de la rhétorique sur tous les domaines de la philosophie (politique, arts, sciences…). En effet le thème de la diffusion de l’information, quel que soit son support peut, tout comme la rhétorique, impacter beaucoup de domaines à l’exception des domaines très personnels comme la religion si celle-ci reste individuelle.

Économique

stock-photo-17454778-dad-about-the-house

Un jour donc, je vis Ischomachus assis sous le portique de Jupiter libérateur et il me parût de loisir. Je m’avançais près de lui et m’asseyant à ses côtés :  « pourquoi donc Ischomachus, lui dis-je, es-tu assis ici à ne rien faire ? Tu sembles tellement occupé et ne perds que peu de temps sur l’agora d’ordinaire. Au nom des dieux, que fais-tu ?  Car tu ne vis pas comme un sédentaire renfermé chez toi. »

Ischomachus, se mettant alors à sourire :« je ne reste jamais à la maison Socrate, car ma femme est parfaitement en état de diriger les affaires du ménage. »

– Je serais ravi de savoir si tu as instruit ta femme dans les leçons de l’économie d’une maison ou bien si son père et sa mère l’ont instruite de ses devoirs.

– Eh comment aurais-je pu l’instruire ? Elle entra à quinze ans chez moi ; elle avait vécu tout en se dérobant à toute forme de surveillance, demandant et ordonnant tout. Pouvais-je souhaiter plus qu’une femme telle qu’elle ?

– Et sur les autres points, Ischomachus, lui dis-je, sont-ce tes leçons qui ont rendu ta femme capable des soins qui la regardent ?

– Non, par Jupiter, dit Ischomachus, mais j’ai offert un sacrifice et prié le ciel de m’accorder le don de bien instruire à ma femme et à elle de bien apprendre ce qui pourrait assurer notre bonheur commun, mais cela ne donnant guère de résultats.

– Ta femme, lui répondis-je, sacrifiait avec toi et adressait au ciel de semblables prières ?

– Non, dis Ischomachus, même elle promettait, à la face des dieux, de rester la même qu’elle est maintenant; je voyais bien qu’elle ne serait pas docile à mes leçons.

– Au nom des dieux, Ischomachus, essayes-tu donc de lui apprendre des leçons ? Raconte-le moi.

– Quand elle se fut familiarisée avec moi et que l’intimité l’eut encore plus enhardie à converser librement, je lui demanda à peu près ces choses : comprends tu, femme, pourquoi je t’ai prise ? Ce n’est pas qu’il nous fût difficile de partager un lit avec quelque autre. Mais après avoir réfléchi, moi pour moi, et toi pour toi, nous nous sommes choisis, comme le parti le plus convenable. Nos enfants, si les dieux nous en donne, nous aviserons ensemble à les élever au mieux. Mais dès maintenant notre maison nous est commune ; il ne s’agit plus donc de compter lequel de nous deux à offert le plus que l’autre, mais de bien agir pour l’accroître. Il nous faut donc gérer, l’un l’autre, au mieux le bien commun. »
A ces mots ma femme me répondit : « tu pourrais donc m’aider dans les travaux que l’on doit accomplir dans une maison. Tu es bien capable de rendre notre maison accueillante ?

– Oui, femme, par Jupiter ! Lui dis-je, mais en quoi, moi,  puis-je t’aider en l’accroissement de la beauté de la maison ?

– Par Jupiter ! Les dieux ne m’ont pas créée afin que j’occupe les plus viles fonctions. Selon toi, la divinité approprie à la nature de la femme les travaux et les soins de l’intérieur, et celle de l’homme pour les travaux et les soins extérieurs. Car la divinité à donner une plus forte complexion à l’homme qui peut donc en supporter davantage. Pouvant donc supporter davantage par le soin que tu as reçu de la nature, tu peux, toi aussi, prendre part dans les travaux de l’intérieur, étant d’une nature à me fatiguer plus rapidement que la tienne. Rester à l’intérieur n’est pas plus honteux pour un homme si tu accomplis tes devoirs à l’extérieur. Il sera plus doux, en effet, lorsque tu seras devenu plus parfait que moi. » Tel est, si j’ai bonne mémoire, mon premier entretien avec ma femme.

– Eh bien ! repris-je, voilà qui montre toute l’âme virile de ta femme.
– Ce n’est pas tout, répondit-il ; je veux te raconter avec quelle résolution généreuse elle profita de mes avis. Un jour, je la vis couverte de poudre, afin de rendre sa peau plus blanche qu’elle n’était, avec du rouge. Elle revêtit des chaussures élevées, afin d’en rajouter à sa taille. Je lui dis  « femme, me jugerais-tu plus digne de sentiments aimables si j’exhibais en société mes parures et mes richesses ? Me jugerais-tu plus digne de tendresse si je m’efforçais de t’apporter un corps soigné, hydraté et doux, fortifié par la gymnastique, avec un teint d’incarnat sous les yeux, préférerais-tu que je te fasse illusion ? »
Elle alors reprenant aussitôt : « Certes je ne souhaiterais pas voir du vermillon sur tes joues. Mais pour ce qui est du reste, n’y vois-tu pas quelques avantages et non de la tromperie ? Certes les dieux ont fait l’homme pour qu’il plaise à l’homme, mais cela vaut-il donc de laisser son corps se détériorer ?

–  Au nom des dieux, repris-je, que répondis-tu ?

– Socrate, que pouvais-je faire de mieux que de satisfaire à ses attendes ? »

economique_xenephon

Afin d’obtenir le texte Οἰκονομικός de Xénophon, je me suis rendue sur le site du TLG dans lequel j’ai pu récupérer les passages de ce texte qui m’intéressais, c’est-à-dire les passages traitant de Ischomachus parlant de sa femme et de la bonne manière de faire prospérer ses biens. J’ai ensuite, à l’aide de la fonction copier/coller, dévoiler le texte sur Voyant Tools, un site qui permet de mettre en image les données quantitatives d’un texte, c’est-à-dire à combien de fois par exemple le mot « μοι » est-il utilisé dans cet échantillon. Grâce à ce site, nous pouvons voir donc quels mots l’auteur utilisent le plus souvent, dans quelles phrases ainsi que dans quelle partie du texte ( le texte est découpé de manière équilibré sur Voyant Tools, selon le nombre de séparation que l’on veut donner au texte, ce qui ne se réfère pas à la séparation originelle du texte ; ce graphique est certes pratique mais il reste à mon sens l’outil qui m’a été le moins utile).
Dans mon extrait de Οἰκονομικός donc, il est à noter que les mots qui reviennent le plus souvent sont « δεῖ », « ἔφη », « γύναι », « θεὸς », « μοι » ( parmi d’autres). Ces mots nous informent donc sur le genre qu’emprunte Xénophon, le dialogue : la présence constance du verbe « ἔφη » démontre bel et bien que nous sommes dans le cadre d’un échange. Le verbe « δεῖ » montre que nous sommes dans un texte qui propose de suivre un mode de conduite que l’on nous propose alors que le nom « γύναι » met en relief le sujet des extraits choisis. Enfin, la présence constante de « θεὸς » révèle le style de Xénophon qui utilise souvent des interjections.
Dans le but de rendre les résultats satisfaisants, j’ai soumis au site un texte de plus de quatre mille mots, parmi lesquels il m’informe que plus de mille cinq cent mots sont uniques dans le texte. Après m’avoir donné ces indications, un tableau me montre la liste des occurrences les plus rencontrées dans ce texte, ainsi que le nombre de fois qu’elles apparaissent. En cliquant sur un mot, en plus d’apparaître surligné en jaune dans le texte collé qui se trouve au centre de la page internet, nous pouvons analyser la quantité de son emploi dans le fameux graphique puis retrouver les phrases dans lesquelles il apparaît, ce qui permet de pouvoir voir le contexte d’emploi du mot ainsi que les mots qui lui sont associés (cette fonction est très utile quand il s’agit d’un dialogue, un des participant peut en effet reprendre ce que son interlocuteur a dit avant lui en reprenant la même tournure de phrase). Ces outils sont donc d’une grande utilité afin de pouvoir étudier les variantes ainsi que les redondances du texte d’un auteur.
Le choix de Xénophon pour ce pastiche vient du fait que l’on se rend très bien compte dans cette exemple du rôle que doit avoir la femme dans la tenue de sa maison et offre un témoignage important permettant de mettre en comparaison la modification opérer de nos jours à ce sujet.

SACRA POPULARIA

 


14578509728_585c2e083c_b
* On me dit que Lutetia est devenue la cité chérie de Vénus ; César et ses armées ayant livré bataille le long du fleuve de la nymphe Sequana, auraient dédié ces terres à la déesse en remerciement de sa bienveillance lors de sa conquête des Gaules; Aujourd’hui, sur les hauteurs de son oppidum, là-bas le Pantheum, temple qui n’accueillerait aucune divinité; Au crépuscule, les premiers arrivants luttent pour atteindre cette architecture puis se dirigent dans ce qu’ils nomment le vicus latinus; Les parisii sont très actifs le soir, dit-on, car le couché du soleil annonce la célébration des banquets et l’éveil des aèdes qui, certains le pensent, seraient des créatures nocturnes; Du reste, les aèdes sont vénérés des juvenes; Tous sortent donc de leur inertie et se mêlent dans ces rues de débauches une fois le soleil éteint;

* On se rassemble, tous à la fois, dans les temples ou dans les rues, comme s’ils obéissaient aux ordres de Bacchus; Les danses et les cris forment des cortèges redoutables et, dans l’élan de leur frénésie, imitent les politiciens et les chefs de guerre du temps jadis; Certains iraient même jusqu’à penser que la nouvelle lune intensifie le désordre au sein de ces assemblées qui se mesurent aux dieux et provoquent leurs ennemis à leurs frontières; On pense généralement pour cela que les parisii sont des peuples très fiers et que les chars des armées sont tirés d’une même ficelle par la déesse Orgueil ;

* Les tuniques et étoffes de ces peuplades couvrent, du reste, l’entièreté de leur corps et ne semblent être attachées par aucune épingle ni agrafe; À certaines occasions, les femmes se couvrent d’un simple tissu et déposent sur leur corps des parfums forts qui font la fierté de  Lutetia;

* On dit qu’is ont pour coutume de s’enivrer dans un premier temps à l’aide d’une boisson très connue des germains autrefois, à base d’orge ou de froment, à laquelle la fermentation donne au liquide les mêmes effets que le vin; Mais il est dit aussi qu’ils consacrent leurs nuits aux rites de l’ivresse et remplissent les coupes de vin sans jamais préalablement les couper avec l’eau dans les cratères; Durant la nuit, ces peuples voyagent de banquet en banquets et défilent impudiquement , se réunissent en petit groupe et sautillent sur des autels surélevés;

* Sur les pulpitorum, peu après, on y est tenu d’embrasser au moins une fois un membre du sexe opposé et certains, dit-on, embrasseraient leur amis en narguant l’éraste indésirable; Aussi, les érastes tentent de se mêler aux cohues juvéniles en amenant les jeunes hommes ou femmes à se fourvoyer; Mais ils sont la risée des banquets et se hissent souvent des mêlées, humiliés;

* Quand les amis et l’argent viennent à manquer, ces groupes se réunissent dans un triclinium d’un ami voisin, ce que l’on appèlerait la coutume des « Afterii »; De même, les plus éveillés sortent les olla et les sartagines en vue d’un repas de fortune: Au matin, les dies festi laisse place à nouveau à aux dies profesti;

* Les Magistri ne se mélangeant pas au populum, ils préfèrent se réunir dans des caves dédiées à la divinité qui nous ait encore peu connue : Divus Mercantilius; d’autres prétendent qu’il s’agit également de banquets qui donnent lieu aux cérémonies adressés aux maquerelle et aux parieurs;

* La richesse de l’oppidum n’est ni l’abondance de bétail, ni de forêt ni la propreté de leurs rues qui infestent lors des nuits de chaleur; Toutefois, ils construiraient, aimeraient comme s’ils portaient fièrement les flèches de Vénus en pleine poitrine, se flattant du chaos de leur âme; Les femmes et les hommes seraient affranchis des lois du foyer domestique; De même, leurs habillements seraient l’expression de leur frivolité, de leur goût de la démesure et les peuples seraient libres de goûter aux plaisirs de la décadence en protégés affectionnés de Vénus;

AnnaK

> Pour obtenir un texte de référence, je me suis rendue sur le site de la Bibliotheca Augustana grâce à laquelle j’ai pu accéder à l’œuvre complète de Publius Cornélius Tacite : De Germanorum origine ac moribus. Ainsi, j’ai pu sélectionner l’ensemble des textes qui m’intéressait et transférer le contenu sur Voyant Tools. Ce site m’ayant permis d’observer l’ensemble des données quantitatives liées à l’emploi et répétition de mots dans l’ouvrage. Aussi, on se rend compte que pour Tacite, les répétitions apparaissent avec: « germaniae », « arma », « eadem », « olim » en premières positions puis de « germanorum », « tamquam », « pars », « nomen »,  » ceterea  » en notant les déclinaisons de  » gens « . Le registre dit historiographique de l’œuvre de Tacite nous amène à observer que sa composition se construit d’un ensemble important d’éléments syntaxique répétitifs; Pour cela je me suis appuyer à rendre un contenu exploitant ces mêmes emploies. Voyant Tools est un site qui met au point des outils d’analyse capables de quantifier les données d’un texte en ligne en offrant une nouvelle approche vis-à-vis du texte numérique. Voyant Tools a pu recevoir un très grand nombre de données et a pu donner un très grand nombre de référencements. Cette analyse de texte se présente sous la forme d’un nuage de mots dont l’étude s’appuie sur une quantification précise et dont la hiérarchie est visuellement compréhensible: le texte concernant les mœurs des Germains fait observer l’utilisation de 11 241 mots dont 1 034 sont cités qu’une seule fois. On résume ainsi la fréquence de l’emploi des mots. Ce qui, au regard des traductions, peut paraitre très intéressant afin d’y visualiser les variantes. L’apparence du texte donne à voir les répétions, ici, et des expressions figées. Cette analyse pourrait avoir plus de portée si nous avions à quantifier les données issus de l’ensemble des textes numériques d’un auteur. Ce qui donne à constater que l’intérêt d’une telle opération se situe dans l’établissement d’une carte d’identité d’un texte. À savoir ce qui le compose, le distingue et ce qui lui permet d’être affilié à un auteur. 

sacra popularia: festivité qui réunie le peuple entier