Brève présentation de mon projet d’étude et de mes attentes

Platon et Aristote : genèse de la tension entre utopie et pragmatisme

 » Platon et Aristote « , l’école d’Athènes, vers 1510, Raphaël, musées du Vatican

Bonjour à toi, cher lecteur.

     Après trois ans de classes préparatoires aux grandes écoles au lycée La Bruyère de Versailles et une année à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati, j’étudie cette année en première année de master « humanités classiques et humanités numérique  » dans le dessin d’approfondir ma maîtrise des langues grecque et latine, de développer d’autres compétences me permettant d’appréhender ces disciplines et de me tourner progressivement vers la préparation de l’agrégation. Je développe un intérêt particulier pour l’histoire, la philosophie, l’éducation et la pédagogie. À côtés de mes études universitaires, je suis membre actif de l’association  » Légion VIII Augusta  » (association d’archéologie expérimentale et de médiation culturelle s’intéressant à la notion d’ « Antiquité vivante », notamment autour de la pratique de la reconstitution historique), que je serai peut-être amené à diriger en qualité de président dans les années à venir.

En ce qui concerne mes attente vis-à-vis de ce cours d’humanités numériques et afin d’être le plus sincère possible, Je préciserai seulement que, profane fort peu initié aux doctrines et arcanes de la science informatique, je m’en remets totalement à mon Professeur, Aurélien Berra, pour m’enseigner à comprendre cet univers méconnu, regorgeant d’outils qui, j’en suis sûr, me conduiront à mieux appréhender la recherche scientifique et à me donner de nouvelles idées en matière de pédagogie, notamment par la mise en page et l’édition de textes, d’images.

 

 

 

 

Des canards dans la caverne

Je suis étudiante à Nanterre depuis déjà quelques années et actuellement inscrite en première année de Master Humanités classiques et humanités numériques à distance. Je suis une rescapée d’une autre époque puisque j’ai connu à Nanterre les cours à distance sous forme de polycopiés. Désormais, les humanités se sont mises au numérique et je regarde les cours en vidéo.

Dans mon écran, je vois un écran dans lequel il y a un autre écran. Il se passe là-dedans un cours d’Humanités numériques. J’ai l’impression d’être au fond d’un amphi. Loin devant, il y a des gens tout petits que je ne connais pas et que je vois tout le temps de dos. Tout cela me rappelle l’allégorie de la caverne, qui nous a été transmise par Platon. Comble de la chose, une voix provenant d’une silhouette noire explique que ce que je vois n’est qu’une sorte de réalité virtuelle conçue uniquement à partir de 0 et de 1! Le numérique rapproche, certes, mais tout de même… l’Antiquité ne nous paraît-elle pas encore plus lointaine? Combien d’écrans y a-t-il entre elle et nous?

Quand l’ordinateur de l’enseignant se met en veille, d’autres silhouettes défilent pendant de longues minutes. Je vois alors passer de très belles planches représentant des plantes très variées, des insectes, différentes espèces de trilobites, des méduses de toutes les couleurs, des oursins, des coraux, des poulpes et de nombreux autres organismes dont la nature m’échappe. Comme dans la République, j’entends l’écho d’une voix, mais je sais qu’elle n’appartient pas aux ombres qui passent devant moi puisqu’elle parle des formats de fichier, du problème des boîtes noires et du HTML. Partant à la recherche de l’identité des organismes inconnus, je ne l’écoute plus qu’à moitié.

Il s’avère que les planches sont tirées des Formes artistiques de la Nature, ouvrage publié par le biologiste allemand Ernst Haeckel au tournant des XIXe et XXe siècles, et que mes organismes inconnus sont des cirripèdes (on en apprend des choses dans ce cours…). Ce sont des animaux marins appartenant aux crustacés, et auxquels est associée, entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne, une histoire abracadabrante d’arbre à canards. Cette théorie – très surprenante pour nous – trouve son origine dans la forme particulière de certains cirripèdes (les anatifes par exemple), qui sont munis de coquilles à double valve (faisant penser à un bec), qui s’accrochent aux rochers à l’aide d’un long pédoncule (faisant penser à la branche d’un arbuste) et desquels sortent de longs poils (pouvant faire penser à un plumage). Une confusion autour de ces observations a fait croire pendant plusieurs siècles à l’origine végétale de certaines espèces de canards. Dans une version de cette théorie, les canards éclosent des fruits de l’arbre lorsqu’ils sont mûrs. Dans une autre, les feuilles de l’arbre s’en détachent et se transforment en poissons ou en canards selon qu’elles tombent dans la mer ou sur la terre. Ces arbres ont été représentés par Claude Duret dans son Histoire admirable des plantes et herbes en 1605 (source : gallica.bnf.fr /BnF).

Hypothèse intéressante. Pourquoi pas, après tout? Je plaisante, en fait je n’arrête pas d’en rire. C’est bien d’une caverne qu’est sorti un pareil mythe !

Humanités numériques : est-ce possible?

Je m’appelle Fanny LAURET et cette année j’ai choisi de faire un Master d’Humanités classiques et numériques.

L’intitulé de ce cours d’humanités numériques m’a longtemps laissé perplexe, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre car pour moi classique et numérique ce sont tout de même des mots contradictoires. Alors la question qui me turlupinait était de savoir comment ce cours allait bien pouvoir concilier ces deux notions (mystère et boule de gomme). De plus la technologie et moi … hum … je galère déjà à installer des programmes sur mon ordinateur alors quand on a commencé à me parler de Markdown je me suis dis :  « mais où suis-je tombée? On est censé traduire des textes vieux comme le monde ici » ! Entre les outils informatiques que nous devons utiliser cette année et la complexité du langage informatique, comment dire que j’ai un peu paniqué. Il est vrai que je n’aurai jamais pensé devoir utiliser mon ordi dans une formation de Lettres Classiques. Mais bon, on apprend à tout âge. Ce cours me permettra peut-être de combattre mes vieux démons. Dans tous les cas je suis enthousiaste pour la suite. Je me rends compte qu’associer les humanités classiques au numérique n’est pas une chose si improbable, au contraire. C’est une façon d’améliorer les humanités classiques avec les moyens que nous disposons aujourd’hui : le numérique.

Tintin à la découverte des humanités numériques

 

mon voyage -courant- avec les Ηumanités Numériques

L’an dernier j’ ai trouvé moi-même plusieurs fois dans une position incommode à laquelle je faudra chercher les mots exacts pour expliquer le sujet de mon master.  C’ est évident la fait que Humanités Numériques est un terme qui se semble un peu bizarre. Est-qu’ il s’ agit d’ une nouvelle science? Est-qu’ il se devient de la domaine de la Informatique et qu’est-ce que sa corrélation avec les Humanités en générale?

Toutefois je trouvais la courage et j’ essayais d’ en expliquer et, afin, après longtemps, souvent les mots m’ ont donne une réponse agréable. La traduction par l’ anglais m’ aidé beaucoup parce que la phrase « Digital Humanities » s’ écoute plus claire aux nos oreilles. J’ai compris que l’ adjectif décrit le format nouveau qu’ on va approcher le noμ: en outre, les humanités, plus spécifiquement la science autour les etudes classiques, sera rapprocher et repenser en utilisant des méthodes numériques. Mais je ne savais pas encore qu’est-ce je ferais dans mon Master exactement.

Maintenant afin je suis en Nanterre Université en assistant le cours Humanités Numériques et ma recherche jusqu’ aujourd’hui m’ a conduit à repenser ma réponse. Notre définition sur le sujet ne doit pas être ni pratique ni très théorétique. Il ne signifie pas qu’ il faut on produit quelque révolution numérique pour changer la manière à laquelle on approche les textes antiques, mais il s’ agit d’une passage différente pour revoir l’ antiquité et sûrement l’ informatique nous offre des éléments nécessaires pour le faire.

Je me considère des différents moyens dont mes histoires préférés ont été rancontés . Je me souviens des performances spectaculaires et des films modernes dont ils s’ inhérent. Je pense que Humanités Numériques me donnera des façons nouvelles pour les revoir.

Orphée et euripidice

Que signifie le terme humanités numériques?

Pour moi, pas du tout une connaisseuse, au début, il semble être une façon d’aider et améliorer les champs de la recherche des Humanités Classiques. C’est un instrument utile pour faire les textes/extraits, classifiés, pour leur observé, le fait d’analyser, l’interprétariat, en un rien de temps en le comparant aux méthodes précédentes. Sauf cela, en perfectionnant un domaine, un domaine qui semble être obsolète et presque abandonné, le domaine des Humanités Classiques, prouve qu’il y a beaucoup encore pour découvrir dans les champs nous avons cru que nous avons terminé avec eux. L’utilisation de l’ordinateur, est devenue une habitude quotidienne pour la plupart du monde. Cependant, combien obtenons-nous vraiment, pour connaître bien au sujet de la science des informatiques, une science  “programmatique ”et rationalisant ? Combien dans l’informatique sont nous ? En parlant de moi, même si je n’avais jamais essayé d’encoder ou créer un site, ou utiliser même un programme pour faciliter mon travail, je me sens très intrigué pour commencer à m’exercer, en commençant même avec des petits pas à chaque fois, parce que c’est non seulement un différend domaine; c’est une différente façon de s’approcher du monde et je veux découvrir autant d’aspects que je peux!

Le doute interroge, la certitude désespère.

   Avete, je suis Betty Latouche et j’ai 24 ans. Cette année je suis assistante de français en Autriche à Vienne et je me suis inscrite à distance dans ce master pour essayer d’enrichir mes études. Il y a deux ans que je n’ai plus côtoyer les lettres classiques, une certaine appréhension me saisit quand les vidéos s’enchaînent. Je dois avouer que ce cours me déconcerte car étant peu douée en informatique, j’ai l’impression d’évoluer dans des sables mouvants. J’espère néanmoins que je trouverai un chemin sûr et que tout ce que nous apprendrons, nous sera profitable pour le reste de nos études et aussi dans notre quotidien.


Le doute, DINET Martine, 2016

MASTER CLASS-HIC 2018

A l’occasion du Master class-Hic 2018 qui se tient actuellement sur le campus de l’université Paris Nanterre, Humanités Classiques et Humanités Numériques se sont prêtées au jeu du questionnaire (adapté) de Proust lors de la séance de présentation.

Humanités Numériques et Humanités Classiques

Le principal trait de mon caractère.

Humanités Classiques (H.C.): la philanthropie.

Humanités Numériques (H.N.): la générosité.

La qualité que je préfère.

H.C.: l’érudition.

H.N.: le partage.

Ce que j’apprécie le plus chez mon interlocuteur.

H.C.: son universalité.

H.N.: son patrimoine.

Mon principal défaut.

H.C.: j’ai la mémoire défaillante! Mes souvenirs sont malheureusement fragmentaires.

H.N.: je suis hypermnésique, je me souviens de tout et j’ai du mal à garder un secret.

Mon occupation préférée.

H.C.: transmettre.

H.N.: tisser des liens.

Mon rêve de bonheur.

H.C.: être « in », dans le coup.

H.N.: la transparence.

Quel serait mon plus grand malheur?

H.C.: perdre le peu qu’il me reste.

H.N.: un Beug Bang!

Ce que je voudrais être.

H.C.: le vent; pour rentrer dans tous les foyers.

H.N.: un livre en papier numérique pour le plaisir de mouiller son index et tourner les pages.

Le pays où je désirerais vivre.

H.C.: au  pays des Clouds.

H.N.: je citerai Proust,

Celui où certaines choses que je voudrais se réaliseraient comme par un enchantement.

 

La couleur que je préfère.

H.C.: je suis davantage en nuances qu’en couleurs.

H.N.: le bleu de la Méditerranée.

Ma devise.

H.C.: Hasta siempre!

H.N.: Je reprendrai les mots d’Amadou Hampâté Bâ lors de son discours qu’il a prononcé à l’UNESCO en 1960,

Un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.

 

 

Présentation de Tsilla Meyer

Macte animo, sic itur ad astra !

Je m’appelle Tsilla Meyer. J’aime les langues, souhaite me battre pour les causes féministe et queer, et j’ai pour l’instant vingt ans. Je suis en général optimiste, et j’aimerais faire un jour de ce monde un lieu plus juste ; praeterea antiquas linguas loquendas esse puto, ut facilius discantur intelleganturque, ac cum pulcherrimae sunt. De fait, j’essaierai de promouvoir leur usage également !

Concernant ce séminaire, je suis assez curieuse. Cela peut paraître naïf, mais j’ai été impressionnée de voir à quoi ressemble le code source d’une page : j’avais déjà fait cette manipulation par le passé, mais je n’y avais jamais prêté attention. Je ne m’attendais pas à voir des conseils dans le code HTML du brouillon ! Reconnaître des éléments, essayer de comprendre le sens de ce qui est écrit… je sens que je vais de mieux en mieux comprendre internet. Son fonctionnement et ses enjeux. Et cela est fondamental, pour quiconque vit au XXIe siècle.
J’espère que tout deviendra plus clair pour moi avec le temps.

Il était une fois les Humanités Numériques

Il est vrai que l’on associe rarement le terme « humanités » à celui de « numérique», mais comme on dit : les opposés s’attirent ! Nous voici donc dans le cours qui matérialise leur union, les humanités numériques. En quoi cela consiste-t-il ? Je me suis longuement posé la question.

Sortant de la licence Humanités classiques, arts et patrimoine qui était consacrée à toutes les matières dites d’humanités (histoire, langues anciennes, langues vivantes, histoire de l’art), la question du numérique me semblait bien loin. Mais voici que ce Master s’offre à moi et me laisse délibérément penser qu’aujourd’hui le numérique est partout. Nous allons ainsi apprendre à manipuler des outils informatiques, à gérer des donnés et à donner vie à un site, tout cela en gardant en ligne de mire notre passion numéro un : l’Antiquité. Intéressant, mais à quoi cela sert-il ? À montrer que l’Antiquité est encore présente dans bien des domaines et qu’il faut avant tout transmettre des informations correctes la concernant. En apprenant à utiliser les nouvelles technologies, nous pourrons diffuser ces connaissances de manière efficace et deviendrons par la même occasion les témoins directs du mariage des humanités et du numérique, pour le meilleur et pour l’avenir.wp_20161007_15_15_15_pro2

Humanités numéri…quoi ?

Je m’appelle Mariane Ros-Guézet et je suis en Master d’humanités classiques et d’humanités numériques. Quand je présente l’intitulé de mes études à ceux qui me le demandent, leur première réaction est l’incompréhension : « Comment ça ? Qu’est-ce que c’est, des « humanités classiques et numériques » ? ». Au début, je disais que c’était plus qu’un traditionnel master de lettres classiques parce qu’il y avait des « humanités numériques ». Sauf que je ne savais pas moi-même ce que c’était, alors je disais que je faisais de l’informatique. Là, l’incompréhension devenait de l’étonnement : « Mais les lettres classiques et l’informatique, ça ne va pas du tout ensemble ! ».

Et bien, en fait, si ! Il faut se détacher de l’idée qu’un chercheur en lettres classiques est forcément un vieux grigou qui s’enferme 24h sur 24h dans une bibliothèque et qui utilise encore les pigeons voyageurs pour communiquer. Bien avant d’assister à mon premier séminaire d’humanités numériques, j’étais déjà enthousiaste à l’idée de casser cette image et de devenir une antiquisante 2.0. Maintenant que je comprends enfin ce que c’est, je le suis d’autant plus et je peux enfin l’expliquer autour de moi, voire convaincre des sceptiques. Je ne peux plus dire que je fais de « l’informatique », ce qui a une connotation très spécialisée de science dure, mais que j’adapte ma formation d’antiquisante au numérique. Un chercheur en lettres classiques aujourd’hui n’a pas seulement les textes originaux et leurs éditions à portée de main mais il a aussi Internet et les livres dématéralisés, c’est-à-dire numériques. Nos moyens de recherche sont infinis lorsque nous savons apprivoiser les outils numériques et c’est exactement ce que nous proposent les « humanités numériques ».

Au lieu de s’enfermer dans le passé en pensant que c’est le sort de tout antiquisant, il faut s’ouvrir au présent et façonner le futur. Alors, quand quelqu’un m’interrogera sur mon intitulé de master, je lui répondrai :

« ensemble, nous créons aujourd’hui l’Antiquité de demain ».

passage-de-tablettes

Numériquement vôtre

Une fois licencié de l’université,

Le parcours continue dans les humanités.

Déjà trois ans ici, pourquoi pas deux de plus ?

Côtoyons les vieux livres et autres papyrus.

Attendez, que dites-vous, des cours de numérique ?

Voilà qui promet d’être des plus épique !

Deux époques se rencontrent, se mêlent et se subliment,

En un cours digital tout à fait légitime.

Gérer un carnet et un site, voilà notre devoir

Le résultat, je l’espère, saura être notoire.

Le numérique est à présent l’avenir du passé.

Exegimus monumentum perennius aere.

images

Doutes métaphysiques et numériques

J’ai pris la voie des sages et des classiques pour ralentir le temps, suivre le chemin de ceux qui savaient s’en saisir pour m’en saisir à mon tour, dans une fuite en arrière, vers ceux dont les tablettes n’étaient pas tactiles. J’ai pris la voie des classiques pour échapper au mal du siècle et voici que mon siècle me rattrape, sous la forme hybride de ce Master Humanités Classiques et Humanités Numériques. « Lire des livres sur un écran ? Moi ? Jamais !! », peut-on régulièrement m’entendre dire, invoquant l’odeur de l’objet, le plaisir de tourner la page (la page en papier), et celui de voir le marque-page progresser dans le livre au fur et à mesure de la lecture.ralentir-le-temps

Alors oui, j’ai sciemment choisi ce Master, mais je crois que j’avais malgré tout un peu éludé la partie numérique, son langage codé et son monde parallèle, auquel je ne comprends pour l’instant pas grand chose. J’ai toujours entendu dire que le numérique peut effrayer ceux qui appartiennent aux générations précédentes et qui ne sont pas habitués à ces outils, et, en bonne utilisatrice de Word, je ne voyais pas très bien le côté effrayant (quoique j’aie souvent le sentiment d’être tombée dans la mauvaise génération). C’est maintenant chose faite, entre pads, forums, markdown et autres trésors de l’informatique ! Mais, le vent de panique passé, j’ai bien l’intention de m’accrocher, car c’est avec curiosité et intérêt que j’aborde ces Humanités Numériques.

Quand le Numérique côtoie l’Antiquité

Le Master Humanités classiques et Numériques, c’est d’abord une contradiction pure et simple. Qui aurait pensé lier le numérique à la période classique de notre histoire? On imagine avec difficulté comment relier les deux, cela semble absurde. Et pourtant …

On attribue souvent à l’Antiquité les origines d’une part importante de ce qui fonde nos sociétés alors pourquoi ne pas aller plus loin? Après tout, les anciens écrivaient bien sur des tablettes de cire ; l’ordinateur ne pourrait-il pas s’en inspirer?

De surcroit, nous vivons aujourd’hui dans une ère où tout (ou presque) passe par le numérique. Il n’y a alors aucune raison pour faire des enseignements classiques une exception. Surtout si cela peut rendre la matière plus accessible. Dans une époque où l’on veut tout, tout de suite, où on a un accès instantané à d’énormes bases de données, ça permet de se rapprocher de cultures, de textes, de traditions éloignées. Ca permet de donner un accès constant à une période non négligeable de l’Histoire, de ce qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

Pour moi, choisir le master Humanités classiques et numériques, c’est faire le choix de ne pas choisir entre un passé qui nous définit et un futur que l’on écrit. C’est choisir de partager ce qui nous plaît, ce qui nous touche. C’est choisir de transmettre à échelle mondiale les recherches d’un petit nombre.

1540-0

Humanités numériques

humanites-numeriquesNumérique. Un mot qui me rebute et m’intrigue. Dans une société de plus en plus tournée vers les nouvelles technologies je désespère du désintérêt porté aux livres, surtout chez la jeune génération. Aussi j’ai toujours été heureuse de me casser le dos en restant plusieurs heures penchée sur mon Gaffiot ou mon Bailly plutôt que de m’abîmer les yeux devant un ordinateur. Et voilà qu’on m’impose d’abandonner stylo et papier au profit de celui-ci pour un cours intitulé Humanités numériques.

Trahie par mon master d’Humanités Classiques ? Non. Je n’avais tout simplement pas songé au moment de mon inscription au nom complet du diplôme. Que puis-je donc attendre d’une matière qui n’avait auparavant pas suscitée mon attention ? Pas grand-chose, si ce n’est que j’ai tout de même l’espoir de parvenir un jour à mieux comprendre les supports et outils que nous utilisons chaque mardi en salle 420.

Le miracle se produira-t-il ? Affaire à suivre…