Pelagios : géolocaliser les textes antiques

Texte rédigé par les étudiants à l’issue du projet collaboratif (master 1, second semestre).

Dans le cadre de notre master « Humanités classiques et humanités numériques », nous nous sommes proposé de contribuer au projet Pelagios (Pelagios: Enable Linked Ancient Geodata In Open Systems). L’interdisciplinarité et le caractère contributif de cette base de données intelligente de lieux anciens en faisaient un objet idéal pour des étudiants en humanités numériques. Littéraires de formation, nous nous sommes immédiatement intéressés au traitement que Pelagios réservait aux textes littéraires : l’idée était de marquer les noms de lieux d’un texte de notre choix via l’outil Recogito. Cela devait nous permettre d’avoir une expérience concrète des problèmes que pouvait poser le balisage d’un texte littéraire, activité élémentaire et essentielle des humanités numériques. Au cours de notre balisage, puis de notre vérification, du De reditu suo de Rutilius Namatianus (voir la carte), nous nous sommes aperçus qu’il n’était pas si simple, dans certains cas, de déterminer s’il s’agissait ou non d’un nom de lieu et, le cas échéant, s’il fallait le marquer. Les textes anciens ont cela de particulier qu’ils évoquent fréquemment des lieux mythologiques : un lieu mythologique est-il un lieu ? Faut-il marquer l’Olympe quand il s’agit du séjour des dieux ? Lorsqu’un lieu est désigné par le peuple qui l’occupe, des cas se présentent où l’on ne peut pas dire clairement si le narrateur désigne le pays ou s’il désigne le peuple. Baliser un texte s’est donc révélé être une activité passionnante, tout à fait philosophique, et ceux qui la disent fastidieuse ne sont sans aucun doute que des mauvaises langues.