Pour François Fillon

Suite à sa mise en examen pour le 14 mars 2017 pour « détournement de fonds publics », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de bien sociaux », et « manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », personne n’a déploré l’échec de l’avocat de l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2017. Mais s’il y a un bien un homme qui l’eût sauvé, c’est Cicéron. Voici sa plaidoirie en exclusivité.

Par Julien DJIBA et Kévin FRAIR.

Je remarque, juges, que sont réunis pour la cause qui nous retient aujourd’hui des hommes et des femmes qui ont su user de leur raison par le passé. Mais, cette cause est ardue, non par le crime lui-même, qui à vrai dire n’ébranle pas la justice mais par son retentissement, qui a suscité des craintes démesurées pour l’État. Je ne vous ferai pas, juges, l’affront d’un rappel de l’importance de la République ni sur les hommes et femmes qui l’ont fondée et affermie, et parmi lesquels l’on peut certainement vous compter. Mais je vous dirai que son unique salut ne se trouve que dans la vérité, et en ce lieu, qu’elle ne peut que surgir, loin du peuple séduit par les chants mensongers et funestes quand vient le temps de se rendre aux urnes. Il convient donc de se mesurer dans le jugement, ce qui, je n’en doute pas, sera votre priorité dans l’affaire qui met en cause M. François Fillon aujourd’hui. Il est vrai que je sens que le jugement a déjà été fait par la caste médiatique, mais je suis certain que le bon sens se trouve ici plutôt qu’ailleurs.

Il convient d’abord de revenir sur l’infortune d’un homme que tout destinait à présider la France. François Fillon, dit-on, a permis que sa femme et compagne de toujours, Pénélope reçoive entre 1998 et 2007, près de 4 talents (900 000 euros) en tant qu’assistante parlementaire de la part de l’État. Cependant, on lui reproche un gain indu de cette somme parce qu’elle n’aurait pas effectué ce travail. Or, citoyens, je montrerai que les passions politiques ont troublé ce qui n’était qu’une collaboration conjugale et familiale, et somme tout légale, qu’il faudrait au contraire saluer pour sa modernité !
Imaginez, juges, vos enfants ! Oui, les vôtres ! Se rencontrant et s’aimant alors qu’ils apprennent comme vous le droit. C’est donc ainsi qu’un fils de notable manceau et une barbare de Bretagne se rencontrèrent et ne se quittèrent plus. Elle fut donc présente à chaque étape de son cursus honorum, s’occupant de la famille qui se construisait comme toute matrone qui se respecte. Mais vous savez mieux que tous les bouleversements qui ont permis l’arrivée des femmes dans la vie publique et vous comprendrez d’autant plus l’envie de Madame Fillon de s’impliquer davantage dans la carrière de son époux.

Monsieur Fillon, lui, recevait les honneurs jusqu’à devenir le Premier Ministre du Président de la République Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. Remarqué par un visage qui inspirait la sévérité et par une constance rare à son poste, il fut naturellement envisagé comme un prétendant viable à la tête de l’Etat en 2017, lors d’une période de troubles d’où ne sommes toujours pas sortis. C’est alors que la délation et la calomnie ont surgi pour contraindre le pauvre homme à abandonner purement et simplement la politique.

Citoyens, la vérité est que le crime n’a pas été commis par François Fillon mais bien commis à son encontre. Je tiens à rappeler le caractère prompt de l’enquête avec la nomination d’un juge dont la très grande sévérité n’est plus à prouver. Mais plus accablantes encore sont les déclarations formulées par un certain Robert Bourgi, « ami » de longue date de M. Fillon qui a prononcé sur le Forum : « J’ai décidé de tuer François Fillon pour diverses raisons ». Il est vrai, juges, qu’il s’agit là d’un meurtre et que cet homme prononce cette phrase avec le nom de notre homme ne fait plus aucun doute sur l’innocence de M. Fillon. Doit-on rappeler le parcours du sinistre Bourgi ou simplement évoquer son commerce dans les terres au-delà de l’Afrique ?

Je récuse donc, juges, cette accusation de « détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits ». On raconte que Mme Fillon et ses enfants, Marie et Charles Fillon, eux aussi jetés à la foule, auraient volé le bien public guidés par un homme avare. La vérité est que François Fillon est avant tout un paterfamilias. Et son destin lui donne raison. En effet, tous l’ont abandonné, tous oui ! Sauf sa famille. La partie adverse présente Madame Fillon comme une profiteuse là où je ne vois qu’une épouse qui n’oublie pas sa place selon la coutume des Anciens tout en accordant son rôle à la vie moderne. Rappelez-vous, juges, d’une épouse loyale qui attendit des années le retour de son mari à Ithaque! Il convient plutôt de reconnaître le courage d’une femme aux multiples qualités. Il serait donc injuste de lui retirer son salaire et d’ainsi la traiter pire qu’une esclave et ce, malgré ses origines. Je récuse aussi les prétendus multiples témoignages d’élus contestant son rôle effectif auprès de son mari, car il ne s’agit là que d’ennemis ou d’incompétents.

Il serait facile pour tout homme ou toute femme de se laisser guider par la passion et les fausses preuves surtout quand l’avenir de l’État est en jeu. Mais, juges, la cause qui nous retient aujourd’hui mérite que le bon sens l’emporte. Le crime n’est pas celui que vous jugerez mais celui qui vous y a poussé. L’argent est invoqué quand bien pire menace la République. En vérité, d’honnêtes citoyens sont traînés devant les juges car ils ont essayé de concilier la tradition et la modernité. Des ennemis déclarent publiquement qu’ils sont la cause du méfait et ne sont pas inquiétés quand la justice se fait prompte et sévère contre la gens Fillon. Une matrone, une épouse courageuse est calomniée pour le plaisir de la multitude ignorante. Mais je sens qu’au milieu du trouble qui envahit notre époque, vous, juges, saurez faire preuve de bon sens.

Utilisation de Voyant Tools

Nous avions d’abord décidé de faire le pastiche du Pro Cluentio, plaidoyer le plus long et le plus fameux dans l’Antiquité, connu surtout pour la difficulté du cas jugé.

Cependant, un seul texte ne suffisait pas à établir un « style », c’est-à-dire dans notre cas, faire apparaître assez de syntagmes intéressants chez Cicéron. Nous avons donc décidé sur les conseils de M. Berra de choisir d’analyser tous les plaidoyers de Cicéron disponibles sur Mnémosyne, au nombre de 13 :

Malheureusement, la déception fut grande de ne découvrir parmi les 30 syntagmes par terme proposés par Voyant Tools qu’une majorité de syntagmes composés de deux mots seulement. Il a donc fallu passer par d’autres outils.

D’abord, le cirrus (ici, un nuage des termes les plus utilisés) a été très utile mais seulement après qu’on a étoffé la liste des stopwords ou mots-vides avec des éléments d’apparat critique ou des lettres grecques. Mais nous n’avons pas pu tout retirer tant ils étaient présents. On s’est donc contentés des 100 premiers  termes de la liste.

Le vocabulaire est très simple et général. Il est donc intéressant pour tout aborder.

On a remarqué les nombreuses apostrophes aux juges ou aux citoyens, l’usage régulier du nom des protagonistes, l’adjectif au féminin singulier à plusieurs cas publica qualifiant le substantif res,rei,f faisant partie des mots-vides, ce qui souligne l’importance de l’État dans les plaidoiries de Cicéron.

Ensuite, l’outil arbre de mots nous a permis de former quelques syntagmes et précise merveilleusement l’analyse présentée avec l’outil grappe de termes.

Nous n’avons utilisé que les termes qui semblaient adaptés au contexte.

 

 

La grappe est interactive et permet de voir les mots qui sont liés.

 

Les phrases chez Cicéron sont longues avec des moyennes de mots par phrase selon les textes du corpus entre une vingtaine et une quarantaine. Cependant, nous avons préféré avoir une moyenne plus basse car le texte devenait incompréhensible (n’est pas Proust qui veut !).

Concernant la structure, si le Pro Cluentio est trop court pour déceler assez d’éléments intéressants dans Voyant Tools, il est trop long pour être pastiché dans sa totalité sur le blog. Nous avons décidé de suivre la structure rhétorique classique composée de cinq parties :l’exorde, la narration, la division, la confirmation et la réfutation.

Enfin concernant l’affaire Fillon, que nous n’avons fait qu’esquisser, nous avons utilisé des articles de presse (comme celui-ci , celui-là ou encore cet article) et des articles de Wikipédia (la page de l’affaire, celle de M. Fillon et celle de son épouse Penelope (d’origine britannique) au cœur de l’affaire).

 

De la nature de l’e-commerce de livres

Pastiche du De rerum natura de Lucrèce

Sandrine et Nadine

Hymne au Père Noël

Ami de tous les hommes, des enfants, des parents,
bonheur dans leur hiver depuis la nuit des temps,
généreux Père Noël qui au clair de la lune
toi qui une fois l’an en traversant la brume
toi qui pour le bonheur de ceux qui pensent à toi
en une seule nuit par dessus tous les toits
des modestes cabanes aux bâtiments géants
des cadeaux tous de formes et tailles différents,
tu apportes une fois l’an, risquant de te brûler
lorsque l’on a laissé la cheminée chauffer.
Ô, toi Père Noël, durant toute une année,
qu’elle soit pleine de joies ou de contrariétés,
les enfants rêvent à toi, et au jour de Noël
où arriveront chez eux des cadeaux, nés du ciel,
car tu es leur ami, leur confident aimé,
je me répète encore et encore je sais.
Les cadeaux qui arrivent tout seuls dans les maisons
sont un événement seulement d’une saison
que dis-je d’un seul jour, mais un autre moyen
existe cependant, et Pierre de Lancien,
je veux l’entretenir des possibilités
qui existent aujourd’hui lorsqu’on veut acheter
à n’importe quel moment des essais, des romans,
des encyclopédies sans perdre trop de temps.

Montage d’images en CCO issues du site Pixabay,sur les thèmes principaux du pastiche (e-commerce, livres et PèreNoël)

Adresse à Pierre de Lancien

Tu ne sais mon cher Pierre, à quel point il est bon
de vivre à notre époque, même si certains diront
que nous foulons aux pieds les valeurs des aïeux,
que la technologie nous rend tous paresseux.
Mais vois-tu, de tous temps, des hommes ont toujours cru
que les temps les meilleurs étaient bien révolus,
car leurs enfants hélas, n’avaient rien conservé
de ces belles valeurs datant de leur passé,
et leurs petits-enfants croient tout pareillement
lorsqu’à leur tour ils parlent de leurs descendants.
Et c’est ainsi, vois-tu, que sont nées toutes choses:
nulle n’est née de rien, chacune a une cause,
chaque fois une chose à la suite d’une autre
toutes se succédant dans ce monde qui est nôtre.
Mais il faut revenir à notre discussion
si l’on veut aujourd’hui tirer des conclusions,
car quand je parle causes et aboutissements
je peux passer la nuit et tout le jour suivant
à répéter cela, et encore et encore,
c’est tout au fond de moi, au dedans de mon corps.
J’en voudrais disserter mais hélas maintenant
il me faut m’arrêter car il est important
que tu sois informé et puisses ainsi choisir
de te tourner enfin vers un progrès d’avenir.

éloge de Charles Stack[1]

Des ténèbres un jour tu sortis lumineux,
c’était on s’en souvient l’année nonante-deux,
comme disent les Belges, traduisons en français :
l’année quatre-vingt-douze ta grande idée naissait.
Charles Stack, on te nomme aussi le Magellan
de l’e-commerce car tu l’exploras, mêlant
ce qui est en-dedans de ton corps, ta passion
à savoir la lecture. Car c’est ta frustration
à toi, toi le génie, qui t’amena un jour
à trouver solution pour venir au secours
de ceux qui comme toi souhaitaient lire tout
sur un sujet précis mais ne savaient pas où
trouver au même endroit, un libraire assez grand
proposant sur le thème un nombre suffisant
de titres car souvent sur un même sujet
dans un seul magasin de livres l’on pouvait
trouver au maximum deux livres en rayons.
Charles Stack, donc, ainsi te vint la réflexion
que pour pouvoir nourrir un tel besoin de livres,
le train de ton époque, il te fallait le suivre.
c’est ainsi que d’idées en cogitations,
l’autre remplaçant l’une, vint l’illumination :
Book Stack Unlimited allait être créée,
première librairie en ligne, mais l’on sait
qu’un géant imposant quelque deux ans après
éclipserait hélas la mémoire du premier
c’est-à-dire toi, oui toi, le réel inventeur
de vente en ligne de livres proposée avant l’heure
du World Wide Web c’est dire que tu es pionnier
et qu’il bien dommage que l’on t’ait oublié !
Mais il reste l’idée qui a fait des petits
et qui nous offre un monde tout autre aujourd’hui.

arguments pour l’achat de livres en ligne

Il faut être conscient que l’on n’a qu’une vie,
et que le temps qu’on passe auprès de ses amis
est bien plus important à vivre que celui
que nous perdons en vain à courir sous la pluie,
sous la neige, dans le froid, ou par forte chaleur,
gelant ou transpirant, souffrant pendant des heures
au-dedans de son corps, risquant à tout moment
soit une insolation, soit un refroidissement,
quand il est nécessaire de chérir sa santé
lorsque l’on peut en ligne ses livres commander.
Il arrive parfois, au milieu de la nuit
que l’on soit éveillé et qu’un besoin subit
encombre notre esprit quand tout le monde dort,
ce besoin, c’est un livre, une idée fixe, alors
on pense et on repense, et encore et encore,
et tout à coup, voilà, la solution prend corps :
une commande en ligne à toute heure de la nuit
peut libérer un homme de ses insomnies,
car il a l’assurance, il peut être certain
qu’il recevra le livre déjà en chemin.

Et même s’il habite dans un coin isolé,
dans un petit village ou près d’une forêt,
ou bien dans la montagne, même s’il vit très haut,
pour commander un livre, il suffit du réseau.
Et puis, c’est plus facile et beaucoup moins stressant
de le choisir à l’aise en prenant tout son temps,
si précieux, il est vrai, car du matin au soir,
nous courons constamment après notre retard,
or pour le rattraper, un autre nous créons
qui lui-même en crée un qu’alors nous poursuivons,
et encore et encore jamais nous n’arrêtons.
Pourtant pour commander en ligne nous pouvons
installés bien au chaud avec un thé fumant
ou au frais en été, tout dépend du moment,
l’œil tourné vers l’écran, et le sourire tranquille,
et sans aucune crainte de perdre le fil
des idées que l’on a pour un travail écrit
qu’avec un camarade on doit rendre fini
On a le temps aussi de comparer les prix,
de lire les critiques et de voir les avis.
Mais avant de parler librairie de l’avenir,
sur un autre sujet, je voudrais revenir:
celui de la paresse que l’on blâme si fort ;
qui donc oserait dire qu’elle n’est dedans son corps ?
Qui donc aime bien plus devoir se lever tôt
pour travailler plutôt qu’écouter les oiseaux
qui chantent le matin ? Qui donc tard dans la nuit
apprécie d’encoder un fichier TEI ?
Et encore et encore, des exemples à foison,
je pourrais te donner si j’avais l’occasion
Je ne pense vraiment pas, après cet exposé,
qu’il soit bien justifiable d’encore hésiter !

L’horreur des magasins en période des fêtes

Tu te demandes sans doute quelle est la raison,
pour que j’insiste tant et tant avec passion,
alors qu’il est des choses beaucoup moins futiles
comme le sort des migrants les suites de Tchernobyl,
les gaz à effet de serre, les religions, l’argent,
les superstitions, le réveil des volcans,
le CETA, le cancer, les inégalités,
les prisons, le viol, la liberté de parler,
les jeunes et la culture, et encore et encore,
mais pour quelle raison, te demandes-tu alors,
ai-je donc décidé de prendre ce sujet ?
C’est qu’il est de saison et que nous sommes près
de l’enfer que l’on vit un peu avant Noël :
je veux parler ici des achats annuels
qu’il peut être important parfois d’effectuer
lorsqu’on veut témoigner de son lien d’amitié,
c’est ainsi que souvent on se trouve entouré
d’une foule de gens tous venus acheter
des cadeaux pour les fêtes, déjà dans le métro,
enfants, père et mère te poussent dans le dos,
puis dans le magasin, les enfants pleins d’ardeur
jouent à cache-cache et bousculent les acheteurs,
la haine monte en toi, au dedans de ton corps
tu voudrais les frapper ou les jeter dehors,
heureusement pour toi, la mère a la main leste
et elle stoppe l’ardeur de sa fille d’un seul geste,
la bousculade cesse mais les cris la remplacent,
les enfants braillent, gémissent, et les parents se fâchent ;
il arrive parfois que les cris des parents
dépassent en décibels ceux que poussent les enfants,
mais tu n’es pas encore parvenu à la fin
des ennuis qui te guettent dans ce magasin,
car comme chacun le sait, d’un ennui un ennui
car une chose vient d’une autre, et elle se reproduit,
c’est comme ça que lorsque tu trouves ton rayon
les hauts parleurs te hurlent les dernières promotions,
sur un fond de musique hivernale habituelle,
comme l’épouvantable chanson Jingle Bells,
donc, il te faut acheter vite pour t’échapper
or, malheureusement, ton livre est épuisé,
tu veux alors sortir pour le chercher ailleurs,
mais la foule te presse et tu sens la sueur
froide dégouliner tout le long de ton dos
tu étouffes, ta tête est comme dans un étau

Analyse du De rerum natura de Lucrèce

Stopwords

Il a été expliqué en cours que pour pouvoir réellement mettre à profit les outils de Voyant Tools, il fallait commencer par supprimer les « mots vides ». Cela semble d’autant plus utile qu’ils sont les mots les plus fréquents : « in (912); ut (448); quae (431); quod (428); cum (409); est (402); nec (396); atque (390); non (288) ».
Fixer la liste des stopwords s’avère n’être pas aussi simple que l’on aurait pu le croire. Celle disponible par défaut était beaucoup trop importante, supprimant des mots porteurs de sens comme notamment des adverbes ou, par exemple, toutes les formes de verbes certes courants mais signifiants tels que « dare » (ainsi que le nom « datum »), « ferre » ou « videre », ce qui aurait pu fausser le sens global du texte. Une liste plus réduite disponible dans la dropbox du master s’est révélée plus raisonnable. Il a fallu y ajouter « cumque » présent 123 fois dans le corpus.

La question de leur suppression se pose pour d’autres mots dont certains très fréquents dans le corpus, à commencer par le plus présent : « omnia ». On le trouve décliné 470 fois au total chez Lucrèce.

Nuage de mots

Mots les plus fréquents

Analysons à présent les mots qui ne peuvent incontestablement pas faire partie de la liste des « mots vides ». Les deux formes les plus fréquentes sont « corpore » (198) et « corpora » (155), c’est-à-dire le même mot, « corpus », qui apparaît toutes formes confondues 546 fois. Que le « corps » soit le principal terme utilisé dans l’exposition d’une doctrine matérialiste n’est guère étonnant. Un graphique de l’évolution de l’emploi de « corp* », c’est-à-dire des formes commençant par « corp », dans l’ensemble du De rerum natura indique que c’est plus utilisé au chant III sur l’âme et la mort : l’âme est mortelle et corporelle.

On trouve aussi, sous leurs différentes flexions, les mots « res » (695 fois), « natura » (228 fois), « vis » (156 fois), « tempus » (144 fois)…

Agencement des phrases

Les phrases sont très longues : 86,5 mots en moyenne. On sait que les latins n’utilisaient pas la ponctuation dans l’Antiquité ; elle a donc été ajoutée ultérieurement. Toutefois, on peut supposer que les signes de ponctuation ont été décidés en fonction de segments de textes plus ou moins indivisibles. Comparer dans Voyant Toools la longueur des phrases de Lucrèce avec celle d’autres auteurs peut donner une indication : elle est de 24,4 dans la Guerre des Gaules de César et de 25,2 dans le De Republica de Cicéron.

Pour savoir comment Lucrèce articule ses segments de phrases, il peut être utile de se pencher sur les mots d’habitude présents dans la liste des stopwords.

  • Plusieurs adverbes et une conjonction indiquent la conséquence : « nam » (191 occurrences), « enim » (182), « igitur » et « quia » (114). Ils ne sont peut-être en fait pas anodins, indiquant une forte structuration du poème, ce qui n’est guère étonnant pour une œuvre qui expose une pensée philosophique. Dans le pastiche, il a fallu penser à mettre des liens logiques.
  • Des verbes impersonnels sont utilisés, comme « neccessest » (82) et « videtur » (81).
  • « qui, quae, quod » est fréquemment employé, soit comme relatif de liaison, soit comme pronom relatif (1623 fois). « quod » peut aussi être utilisé dans le sens de « parce que ».
  • L’utilisation probablement fréquente de subordonnées peut se déduire des points suivants :
    • on rencontre « ut » 448 fois, il introduit souvent un subjonctif
    • « ne » apparaît 80 fois.

Syntagmes

On peut relever les syntagmes suivants :

  • « corpore in ipso » : dans l’intérieur même du corps
  • « etiam atque etiam » : littéralement « encore et encore », c’est-à-dire « je le répète »
  • « alid ex alio » (« alid » = « aliud ») : littéralement « autre chose d’autre chose », donc « une chose à la suite d’une autre », « une chose engendrée par une autre », selon le contexte, c’est souvent traduit par « se succcèdent… »

Garder pour notre pastiche la traduction littérale des expressions de Lucrèce n’était pas toujours possible; quand c’était nécessaire nous les avons donc transformées, mais en tentant d’en conserver l’esprit. Il est à remarquer que Lucrèce utilise souvent les expressions « fit uti » (il arrive que) et «necessest».

Le choix de l’alexandrin pour le pastiche

Le De Rerum Natura de Lucrèce est rédigé en hexamètre dactylique[2], mètre par excellence de l’épopée et de la physique (Lucrèce rejoint d’ailleurs un peu les deux, puisque Quintilien le range parmi les poètes épiques). C’est l’alternance des voyelles longues et brèves composant le vers latin qui lui donnent sa forme poétique et musicale. Comme le français ne fait pas de distinction entre voyelles courtes et voyelles longues il nous a semblé que l’alexandrin était la forme la mieux adaptée pour notre pastiche puisqu’il est rythmé, musical et qu’il répond lui aussi à des règles métriques. Comme Lucrèce, nous avons veillé à «casser» de temps à autre les segments de phrases de notre pastiche par des enjambements (ex : dans l’éloge de Charles Stack, L 5-6 : (…)on te nomme aussi le Magellan//de l’e-commerce car tu l’exploras (…); L6-7: (…)mêlant //ce qui est en-dedans de ton corps(…)

Différentes parties et différents styles

Le De rerum natura est un poème philosophique qui a la particularité de comporter des passages que l’on pourrait qualifier de lyriques, en tout cas plus poétiques, et d’autres qui exposent le système philosophique épicurien, à la fois scientifique et philosophique car les Anciens ne distinguaient pas les disciplines comme nous. Pour réaliser un pastiche sur l’ensemble de l’œuvre, il était donc utile de savoir si le style était identique partout ou bien s’il fallait distinguer des passages et faire plusieurs parties avec des différences dans l’écriture. Après l’analyse globale, nous avons donc travaillé sur différents ensembles, en modifiant le fichier par Atom. Nous avons analysé séparément les sous-corpus suivants que, par commodité dans l’exposé, nous nommerons par des lettres :

  • A = l’hymne à Vénus qui ouvre l’œuvre : I, 1-43 ;
  • B = les éloges d’Épicure : I, 62-79 ; III, 1-30 ; V, 1-54 et VI, 1-42 ;
  • C = le passage sur la sagesse au début du livre II (commençant par le célèbre « Suave, mari magno ») : II, 1-61 ;
  • D = l’apologie du poème au début du livre IV, 1-25 ;
  • E = tout le reste du texte (c’est-à-dire que nous avons pris le fichier du texte complet auquel nous avons retiré tous les vers indiqués ci-dessus).

La densité du vocabulaire est différente. Elle est nettement moindre pour E, qui contient l’exposé de la doctrine : 0,224 contre au moins 0,690, soit presque le triple, pour les autres passages (A : 0,816, B : 0,690, C : 0,792, D : 0,910). Quant à la moyenne de mots par phrase (en sachant, comme cela a déjà été indiqué au début de l’« agencement des phrases » que la ponctuation est moderne), elle est supérieure dans l’hymne à Vénus (A : 277), où les phrases sont très longues, ce qui correspond à un mouvement lyrique très ample. Dans l’édition Perseus analysée (http://www.perseus.tufts.edu/hopper/text?doc=Perseus:text:1999.02.0130), les 43 vers ne comptent que 8 phrases dont la première et la septième font 9 vers. Ce nombre de mots par phrase est plus de 5,5 fois inférieur dans les éloges d’Épicure (B : 48,9), marquant un style que l’on pourrait qualifier de plus nerveux. La louange comporte des phrases sur le modèle : « Il fit ceci » (ou bien au livre III : « Toi qui… »). Au livre V, on trouve aussi des interrogatives, à commencer par la première qui compte deux vers (« Qui peut d’un souffle assez puissant chanter ces découvertes, / accorder son poème à la majesté du sujet ? » dans la traduction de José Kany-Turpin). Dans un contexte de lutte entre les écoles philosophiques à Rome, en particulier stoïcisme et épicurisme, il s’agit aussi pour Lucrèce de vanter son maître en étant incisif. Pour pouvoir faire ces remarques, il faut évidemment sortir de Voyant Tools. Cet outil confirme ce que l’on pouvait ressentir lors d’une simple lecture : le pastiche devait comprendre au moins un passage plus ample avec des phrases longues et un autre plus offensif.

Les adverbes de conséquence que l’on a repérés pour l’ensemble du De rerum natura se retrouvent dans tous les sous-corpus sauf en C. Les passages comparés étant d’étendues diverses, on a transformé les indications fournies par Voyant Tools en pourcentages, de façon à pouvoir vraiment comparer. Comme l’on pouvait s’y attendre, c’est en E, c’est-à-dire là où est exposée une doctrine qui s’affirme comme logique et cohérente, que l’on retrouve le plus ces liens logiques : « nam » est en dix-huitième position (sans stopwords) représentant 1,69 % du vocabulaire (180 occurrences sur 47390 mots, ce sous-corpus étant de loin le plus conséquent) et « enim » juste après, à 1,67 % (178 occurrences). Mais, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, l’hymne à Vénus contient aussi des liens logiques, sans doute à mettre en rapport avec la longueur de la majorité des phrases : 1,08 % de « nam » et de « quoniam ». La brièveté du passage analysé, seulement 277 mots, fait que c’est la troisième position ex aequo avec 3 occurrences pour chacun d’eux, le mot le plus employé ne l’étant que 9 fois (contre 887 en E : la différence de longueur des sous-corpus rend leur comparaison délicate). L’analyse de détail conforte donc l’analyse générale : des mots comme « en effet », « car » ou « donc » devaient figurer dans le pastiche.

Remarque sur la fin du livre VI de Lucrèce

Le dernier livre du De Natura Rerum de Lucrèce est très noir; il parle de catastrophes et se termine de manière très abrupte sur une description de la peste à Athènes. Les spécialistes ne sont pas d’accord sur le fait que Lucrèce ait pu ou non finir son oeuvre. Comme nous avions décidé de coller le plus possible à son style et à son plan, il nous a semblé plus cohérent de garder notre méthode jusqu’à la fin et de terminer note pastiche comme lui, abruptement

Conclusion

Voyant Tools effectue une analyse pointue du vocabulaire, y compris des rapports entre les mots, ce qui permet d’aborder l’analyse du style, mais ne peut permettre de dégager le plan d’un texte et, surtout, ne saurait remplacer la réflexion et le recul critique humains. L’analyse automatisée peut s’avérer très utile, notamment en exécutant des opérations de comptage très longues et fastidieuses manuellement, mais elle reste un outil à employer avec discernement.

Notes

1. créateur de la première librairie en ligne, la Book Stack Unlimited
2. L’hexamètre dactylique se compose de 6 pieds dont les 4 premiers sont des dactyles ou des spondées, le 5e est un dactyle et le 6e est un spondée ou un trochée.

Lettre à Clementius

Paul et Julien saluent leur cher Clementius

 

Nous nous réjouissons de voir et d’apprendre tes progrès et nous t’engageons vivement à poursuivre ton cheminement. Ne cesse jamais de t’instruire car l’âme est plus valeureux mais aussi inconstant que tous les membres du corps humain et la paresse de l’âme est plus nocive à l’homme de bien que ne l’est le refus de l’entraînement pour tout athlète. Aussi, nous t’en prions, ne te laisse pas aller à l’oisiveté et, ainsi que le fait la nature qui chaque instant remet chacune de ses parties en mouvement par son souffle qui la parcourt de part en part, fait que le monde autour de toi sois toujours source d’instruction et nourrisse sans cesse ton esprit.

Tu nous a entretenu récemment des propos d’un orateur dont le discours précédait cette été la Marche des Fiertés et qui se trouver indisposé d’être qualifié d’homme. Ce rhéteur qui avait pour nom Arnaud Gauthier-Fawas et représentait l’école philosophique inter-LGBT s’était présenté comme étant « non binaire », « ni masculin ni féminin » et sitôt ces mots parvinrent aux oreilles de la foule, elle couvrit le couvrit de ridicule. Aussi tu nous demandais si l’hilarité générale était justifiée et si cette formule méritait ou non le mépris du peuple. Nous t’enjoindrons nous même à ne pas te soucier de trop de ce que la foule aime à porter en dérision. Qu’il est grand le bonheur de celui qui vit libéré du regard d’autrui et quelle malheur à l’inverse que de vivre sous le joug de l’opinion. Aussi ne cherche pas le ridicule mais jamais ne te parjure ou deviens vaniteux par peur de la renommée. Il convient au sage de vivre selon la nature et non selon l’opinion. « Mais alors, Nous dis-tu, n’est-il pas dans l’erreur celui qui, s’opposant à la nature, refuse le titre d’homme ou de femme ? » C’est là une crainte qui semble légitime et que beaucoup partage. Penses, cependant à ce que fait la nature. Fait-elle seulement le corps humain ou n’est-elle pas aussi autrice de son esprit ? Et cet esprit notre cher Clementius, lui qui est doué de raison, n’est-il pas plus analogue à la raison de la nature que le corps changeant et fragile de l’être humain ? Aussi, si l’esprit ne se sent pas homme, quelle folie ce serait que de vouloir en convaincre le corps ! C’est le propre des animaux que de pouvoir vivre en suivant la nature mais c’est le privilège de l’homme que de pouvoir s’y accorder. Il n’y a donc rien de ridicule à accorder la manière dont on perçoit et présente le corps à ce que la nature dicte à l’âme. Les titres affublés à l’être humain par la foule n’ont aucune valeur face à la volonté de l’âme. « Mais peut-être, penses-tu alors, aurait-il dû choisir un moment plus opportun pour exprimer son embarras. » Mais nous te le demandons, mon ami, quel moment plus opportun pour s’affirmer soi même qu’en ouverture à un évènement célébrant cette affirmation. Je citerais ici un homme au combien plus sage que moi-même, l’ancien esclave Épictète qui refusait, au risque voir brisées ses deux jambes, de se parjurer en confessant une faute qu’il n’avait pas commise. De même, comment cette personne qui le lendemain devait porter les revendications de miliers d’autres confrontés au même traitement aurait-elle pu souffrir un tel parjure ? Comment accepter de face à la honte aux yeux de tous pour ensuite prétendre aller la combattre ?

Aussi, très cher Clementius, ne blâme pas ceux qui, pour avoir défendu leur intégrité, s’attirèrent les rires de la foule mais écoute plutôt la diatribe de Daniel Schleiderman envers ce qui veulent les tourner en ridicule « « Qu’est-ce qu’ils vous ont donc fait, tous ceux qui doutent de leur sexe de naissance? ». Enfin, nous te prions d’éviter à tout prix ceux qui, alors qu’on leur reproche leur ignorance et leurs préjugés décide d’ignorer ce reproche et qui non content d’avoir fauté vont, comme des enfants capricieux, répéter la faute à outrance.

Porte toi bien

 

Analyse
Ce pastiche est basé sur les lettres à Lucilius de Sénèque. Pour réaliser ce pastiche, la forme de la lettre est bien sûr une évidence mais reste à voir à quel type de lettre nous avons affaire.
La première chose que l’on remarque est que conformément à son titre latin epistulae morales ad lucilium, les lettres sont très portées sur les leçons de morales, ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire aussi le mot le plus commun une fois les stopwords ajoutés est « bonum » qui sous cette forme seule totalise 401 occurrences.

Visualisation du texte avec cirrus après utilisation des stopwords

Quand on recherche toutes les formes du mots (avec la recherche « bon* ») on se retrouve face à 851 occurrences sur 124 lettres. De même si on additionne les occurrences de toutes les formes de malus on se retrouve avec 411 occurrences.


Virtus est également le 8ème terme le plus utilisé si l’on enlève les différentes formes de bonum, vita, et animus. On a donc des lettres traitant de leçons de morales ou en tout cas des lettres traitant des bonnes et mauvaises façons de vivre sa vie et pour donner ces leçons Sénèque va avoir recours à l’exemple. On peut le voir grâce la forte récurrence de noms de philosophes comme Épicure (73 occurrences). C’est pourquoi nous avons nous même utilisé un exemple et une citation. Mais ce que Sénèque pratique encore plus que l’exemple, c’est le contre-exemple ou la contre-indication. En effet si l’on n’indique pas de stopwords on remarque que « non » est le second terme le plus fréquent et que le cinquième terme le plus fréquent est « sed ».

visualisation avec cirrus sans utilisation des stopwords

Les epistualae morales sont aussi une œuvre intime, témoin d’échanges entre Sénèque et son ami Lucilius. Aussi, en enlevant le terme « Lucilio » qui n’apparait que dans la formule d’appel de chaque lettre « Seneca Lucilio suo salutem », le nom de Lucilius apparaît 92 fois le plus souvent précédé de « mi » qui témoigne de l’affection que porte Sénèque à Lucilius

recherche de lucili dans l'outil contexte

et si l’on se sert de l’outil « lien » avec les stopwords on constate que les termes les plus associés à « lucili » sont « carissime » (7 occurences), « intelleges » (3 occurences) et « optime » (7 occurences).

recherche de lucili dans l'outil lien

Bien sûr les lettres à lucilius ne sont pas une correspondance banales, elles sont vouées à la postérité, Sénèque lui-même le dit mais il faut garder à l’esprit le fait que ces lettres sont une correspondance, dont on n’a qu’une moitié, entre deux amis et dont on ne devine la deuxième partie dans le texte qu’au travers de l’usage de verbes de paroles à la deuxième personne comme « inquis » (76 occurrences), « dicis » (20 occurrences) ou « putas » (53 occurrences).

Nous nous sommes ainsi proposé de faire acte de cette absence en répondant dans notre pastiche à un correspondant fantôme à qui nous nous adressons tout au long de la lettre et dont nous rapportons des paroles. Nous avons également décidé de restituer l’importance du mot « natura » chez Sénèque (8ème occurrence avec les doublons de « bonum » et « animus », 5ème sans ces doublons) et nous avons repris sa conception d’une raison inhérente à la nature et omniprésente en elle dont l’esprit humain est une partie, et de l’animal qui vit selon la nature tandis que l’homme s’accorde avec elle (par sa raison). Pour retranscrire le terme « animus » nous avons alternés entre les termes français « âme » qui sémantiquement plus proche et « esprit » qui retranscrit mieux l’idée de souffle, importante chez Sénèque.

recherche des termes du document en utilisant les stopwords

Campagne publicitaire

Le concepteur de la startup Clother, sur le point d’être lancée sur le marché, prononce pour cette occasion un discours en interne.

« Le marché du prêt à porter est divisé en plusieurs groupes de consommateurs : les habitués des magasins qui renouvellent leur garde robe en permanence et ceux qui consomment modérément, en fonction de leurs besoins. Parmi ce deuxième groupe on observe deux sous-catégories, les premiers, ceux qui suivent la tendance et qui savent où aller chercher les produits qui les intéressent, et les seconds, qui n’achètent que des produits qui correspondent parfaitement à leurs attentes, mais qui sont parfois déstabilisés par l’ampleur de l’offre existante. Ces trois groupes diffèrent par leurs pratiques de consommation et leurs attentes vis-à-vis du marché, cependant Clother peut être utile à chacun d’entre eux. Nous pourrons, grâce à elle, répondre leurs envies vestimentaires encore plus rapidement. Les consommateurs les plus difficiles à satisfaire et qui ont peu l’habitude de faire les magasins ont tendance à ne pas savoir où aller chercher les vêtements qu’ils repèrent en croisant des gens dans la rue. Clother les aide à retrouver précisément ce qu’ils cherchent, avec rapidité et efficacité.

Clother est le nom de notre startup et de l’application gratuite que je lance aujourd’hui. Elle a pour but de combler la distance entre le consommateur et ses désirs immédiats.

Clother est une application qui propose à son utilisateur de repérer dans sa vie quotidienne des vêtements et des accessoires, de les prendre en photo et de les lui soumettre. Clother identifie l’article dont il s’agit, indique à l’utilisateur où il peut leretrouver, en lui proposant l’adresse de la boutique la plus proche ainsi qu’un lien vers son site internet.

Le numérique est devenu omniprésent dans le marché du prêt à porter. C’est en effet en ligne que se fait désormais la plus grande partie de la publicité et une part croissante des transactions. Les grandes enseignes de distribution tentent de prendre l’avantage sur leurs concurrents, en proposant à leurs clients des plateformes au design sophistiqué et des modes de livraison de plus en plus rapides et performants. Cette raison explique que les entreprises luttent sur tous les fronts pour être de plus en plus présentes dans le quotidien de leurs clients et pour leur proposer une offre personnalisée.

Les entreprises de prêt à porter sont à la fois les alliés et les adversaires de Clother, car cette dernière occupe un terrain jusque là négligé : la reconnaissance instantanée des produits aperçus au quotidien. Ces entreprises de prêt à porter veulent sortir de leurs boutiques pour pénétrer dans le quotidien de leurs consommateurs, et mettre en place des stratégies de plus en plus ciblées.

Apprenant que trois géants de la distribution se concertaient pour lancer une plateforme de repérage en ligne, Clother a avancé son lancement de trois mois, afin de ne pas perdre son avantage sur le terrain. Clother était encore en cours d’élaboration lorsque ce groupe l’a contactée pour la racheter et l’utiliser afin d’y faire sa publicité. En plus du fonctionnement basique de Clother, il voulait proposer systématiquement aux utilisateurs leurs propres produits. Pour mener à bien cette entreprise, ce groupe a envoyé des représentants négocier avec Clother à plusieurs reprises, chaque fois avec une offre plus avantageuse. Mais Clother, qui savait que ce genre de rachat ne tourne presque jamais au bénéfice du concepteur, a jugé qu’elle ne devait pas céder. Cependant, pour avoir le temps de mettre au point l’application, elle ne leur a pas donné sa réponse tout de suite, mais elle a avancé son lancement de trois mois. Une fois le lancement annoncé, elle a dissuadé les entreprises de poursuivre leur tentative d’annexion, leur montrant que l’application, qu’elle leur appartienne ou non, serait un vrai bénéfice pour elles, et qu’il vaudrait mieux désormais passer un accord publicitaire avec Clother, et lui permettre d’identifier les articles issus de leurs catalogues en échange d’une rémunération fixe. Les négociations ont été engagées d’un commun accord pour rendre ce contrat officiel.

La rumeur courut alors qu’une application concurrente de Clother était sur le point d’être créée en Belgique. Clother étant à vocation européenne, même internationale, son développement était menacé. En poursuivant l’enquête, Clother découvrit que cette application concurrente, Vêtemaintenant, avait fait une offre de fusion aux entreprises avec lesquelles elle négociait alors, et que celles-ci se concertaient poursavoir s’il fallait l’accepter. Clother a donc réuni toutes les informations disponibles sur Vêtemaintenant afin de se préparer à lutter pour conserver sa part du marché.

Pour mener à bien cette entreprise, Clother a mobilisé ses effectifs, et a mené une campagne publicitaire auprès des entreprises qui semblaient prêtes à se tourner vers la startup belge.

Une fois les préparatifs terminés, Clother a réuni celles dont elle voulait s’assurer le soutien. Elle a entreprit de leur exposer les avantages d’une alliance avec elle, mettant en avant ses atouts pour mieux supplanter son concurrent. Elle avait apprit que Vêtemaintenant se consacrait presque exclusivement au repérage d’articles fournis par la grande distribution, réduisant par là même son offre par rapport à celle de Clother. Elle a donc insisté sur la variété de son catalogue, puisqu’elle regroupe également des marques de luxe et des vêtements produits en séries limitées. Elle propose même des articles qui ne sont plus produits : l’utilisateur est alors redirigé vers les boutiques de vêtements d’occasion susceptibles de proposer ces articles, ou vers les boutiques qui vendent des collections comparables.

Cette présentation a provoqué un changement considérable chez les entreprises présentes. Elles ont alors manifesté un grand enthousiasme et le contrat entre les deux parties a été signé d’un commun accord. Moins d’un mois plus tard, Clother était prête à être lancée sur le marché.

Clother s’est assuré le soutient de quatre des plus grandes entreprises de prêt à porter au monde, avant le lancement de son application. Ce qui n’était encore jamais arrivé à aucune startup. »

C’est d’abord par la simple relecture de l’oeuvre que nous avons commencé notre travail. Nous avons essayé de dégager les différents mouvements du texte, les différentes formes du discours. Il s’agit d’une part de commentaires militaires, d’explications et de récit des campagnes de César en Gaule, autrement dit de notes d’un général romain sur ses décisions, ses succès comme ses échecs. Nous avons donc choisi de reprendre cette rapidité et cette clarté du discours, en transposant la guerre en Gaule en guerre commerciale. D’autre part, il s’agit de descriptions géographiques (la Gaule, les itinéraires empruntés par les troupes, les lieux de bataille…), de remarques ethnologiques (description des peuples, autant par leurs caractéristiques physiques que par leurs coutumes) mais aussi d’explications des raisons qui poussent les peuples à entreprendre telle ou telle action belliqueuse. C’est donc également cet aspect méthodique et rigoureux que nous avons voulu retranscrire.

De manière plus précise, nous avons examiné le texte de la Guerre des Gaules dans Voyant Tools, ce qui nous a permis d’affiner notre étude du texte.

Les phrases sont majoritairement longues (en moyenne 24,4 mots par phrase), très construites, avec des conjonctions de subordinations en cascade, tout en restant claires et efficaces. Le vocabulaire est peu varié, d’une densité assez faible (0,214), etles mots les plus fréquents sont des conjonctions (« sed », « tamen »,…), de pronoms («eorum », « eius », « sibi », « ipse »…), des compléments circonstanciels (« in », « ad », «ex »,…) et ensuite un vocabulaire militaire (« hostes », « bellum », « castris »…).

La fréquence élevée (plus de 500 occurrences dans le texte) du nom de César nous a également frappées : César écrit sur lui-même à la troisième personne du singulier, ce qui est difficile à adapter dans un discours contemporain. C’est pour cela que nous avons choisi de placer l’entreprise Clother comme sujet et objet du discours, pour tenter de rendre au mieux ce trait caractéristique du style du fameux général romain.

Nous avons également noté une alternance des temps utilisés. Ce sont principalementdes temps narratifs : il y a une alternance entre le présent de narration et le passé simple. Il y a en outre quelques occurrences du présent utilisé dans les descriptions.

Nous avons par ailleurs utilisé l’outil « Phrases » dans Voyant Tools pour trouver des expressions récurrentes. Nous avons ainsi pu trouver des syntagmes de deux, trois, quatre ou même cinq mots qui revenaient fréquemment. Nous les avons traduit à l’aide des différentes traductions proposées par les éditions variées que nous avons consultées et nous les avons insérés dans notre pastiche. A titre d’exemple, nous avons remarqué la récurrence de l’expression « ad unum omnes » (traduit par « d’un commun accord ») ; « quod satis esse uisum est » (traduit par « qui semblent suffisantes ») ; « ad eas res conficiendas » (traduit par « pour mener à bien cette entreprise »). Nous avons inséré plusieurs fois ces expressions tout au long de notre essai.

Et de manière plus significative nous avons repris la dernière phrase du livre II de La Guerre des Gaules qui nous paraissant véritablement caractéristique de l’oeuvre: «quod ante id tempus accidit nulli ». Cela nous semblait également parfaitement adaptéà la conclusion du discours de lancement de notre start-up.

Pasticher César, en le plaçant dans un contexte moderne, en transposant ses guerrescontre les peuples Gaulois par une guerre commerciale entre start-ups et entreprises n’a pas été une mince affaire mais une façon d’approfondir notre découverte de La Guerre des Gaules de manière instructive et surtout… ludique !

Kassandre Fradelin et Nina Guérif

Scaife Viewer, l’avenir de Perseus Digital Library

Préambule

Je vous renvoie au billet de Constance, « Perseus, bibliothèque numérique », pour une chronologie du projet Perseus et une approche détaillée de ses principales fonctionnalités. Je vais donc exposer les principales nouveautés que le site Scaife Viewer présente par rapport àPerseus, puisque le projet Scaife Viewer a vocation à remplacer Perseus dans un avenir proche.

Perseus

Perseus est une bibliothèque numérique en libre accès. Elle regroupe différents types de documents, textes et images. L’utilisateur peut chercher un texte précis dans sa bibliothèque, et évoluer d’un corpus à l’autre grâce à des mots clefs.

Si l’accès aux textes est à la portée de tous, l’un des principaux défauts de Perseus est la quantité d’outils qu’il propose, et le manque de clarté dans la hiérarchisation de ces outils au niveau visuel.

Perseus Digital Library, page d’accueil

L’utilisateur peut vite se sentir submergé par la multiplicité d’options proposées par le site.

C’est l’une des principales améliorations que présente Scaife Viewer, la nouvelle plateforme destinée à prendre le relai de Perseus, et lancée le 15 mars 2018.

Scaife Viewer

Scaife Viewer est déjà mise en service, mais tous les textes auxquels Perseus donne accès n’ont pas encore été transférés sur cette plateforme et il y a encore quelques erreurs de redirection. Elle a pour vocation de donner accès à tous les textes auparavant accessibles sur Perseus, mais aussi à de nombreux autres textes et documents, compte tenu du fait que la question du stockage et de la limite de support est l’une des raisons pour lesquelles Perseus devait à terme être remplacée.

Scaife Viewer, page d’accueil

Visuellement, la nouvelle plateforme est plus épurée, et ce dès la page d’accueil (voir la photo ci-dessous) et les commandes sont par là même plus accessibles, notamment parce qu’elles sont hiérarchisées, et que, contrairementà ce qu’il en était sur Perseus, tout n’apparaît pas en même temps.

Heracles d’Euripide sur Scaife Viewer

On le voit sur l’image ci-dessus. Le texte n’est plus automatiquement interactif comme sur Perseus, on peut voir en bas à droite le lexique correspondant au texte affiché, et la fréquence d’apparition des mots dans le texte. Pour obtenir plus d’informations sur une forme, il faut passer en « highlight text mode ». Le texte devient interactif, on peut alors trouver la description morphologique d’un mot, comme ci-dessous. La recherche morphologique est d’ailleurs étendue au grec sur Scaife Viewer.

Texte passé en Highlight mode

Des commentaires pourront à terme se greffer sur les fragments de texte, mais il semblent qu’ils n’aient pas encore été insérés.

Comme Perseus, le site est codé en JavaScript et les textes en XLM.

Le site est encore en construction, certains liens ne mènent nulle part (mais surtout parmi les textes arabes, car en ce qui nous concerne la plupart des textes ont l’air de bien être accessibles). L’utilisateur a accès aux textes en grec, latin, arabe… et aux traductions en anglais, allemand ou français. Les concepteurs du site proposent à n’importe quel utilisateur bénévole de les contacter afin d’agrandir le corpus, mais surtout afin d’améliorer les fonctionnalités du site, que ce soit pour rendre les recherches plus performantes ou le site plus agréable à parcourir et à utiliser.

Conclusion

A terme Scaife Viewer pourra devenir un outil pratique et indispensablepour les latinistes et les hellénistes, et dès maintenant, si vous cherchez un texte sur Perseus, vous pouvez vérifier s’il n’a pas déjà été mis sur Scaife Viewer.

Iliade, Chant MMXVIII.

À partir de là s’avançait la foule des Vieux
Dirigée en nombre par l’Ancien au coeur vaillant.
Ils arrivaient de la mer aux flots agités,
Montés sur de hautes proues, dans leurs vaisseaux fins
Et rapides, après avoir quitté leur patrie
Suite au clair levé de l’Aurore aux doigts de rose.
Les Vieux étaient partis, après que la colère
Noire, en tous points semblable au grand feu indomptable, 
Ait enveloppé leur tendre coeur et leurs pensées.
Ils voulaient écraser la troupe des Impétueux, 
Les plus jeunes descendants de la fertile terre noire
Qui et les anciens usages et les très veilles moeurs
Repoussaient. Mais le Très Ancien au coeur vaillant,
Fils du premier roi, s’avança et dit alors
ces paroles ailées : « Vieux, le Dieu Conservateur
Fils de la Parole Obsolète, m’est apparu
En songes. Il nous exhorte à aller au combat
Et à résister face à ces bien jeunes enfants
Dévoués à Folie et à Progrès, déesses 
Tirées des profondeurs et des sombres entrailles
Infernales. Ils nous ont confisqué nos usages,
Se sont envolés avec eux, loin de nous autres
Les Vieux, fils de la plus haute et belle Tradition
Qui trouvait jadis son siège dans notre cité,
Louée entre toutes par ceux qui peuplent cette 
Terre. Aujourd’hui, une fois de plus, ils sont venus,
Et ont bafoué sans honte nos moeurs les plus anciennes.
Ils se permettent l’outrage d’ériger un nouveau 
Temple au dieu inconnu de l’Ordinateur, fils
De Science, la plus terrible des divinités 
Qui vivent loin de la terre noire, monde impitoyable
Des hommes qui, là, souffrent leur force magnifique, 
Et de Numérique, le très puissant dieu des nombres. 
Ainsi, j’ai besoin aujourd’hui que, guidés par 
Les meilleurs des guerriers et les meilleurs des hommes,
Montés sur vos grands chevaux rapides à la course,
Vous, Vieux, armés de piques, vous vous dirigiez vers
Le combat, appuyés par la grande Tradition
Aux paroles rouillées qui toujours restent les mêmes
Malgré les trop nombreuses exactions commises 
Par nos ennemis. » Il dit. La grande foule des Vieux
Fut immédiatement prise d’un grand enthousiasme. 
Tradition, la déesse qui tient la lance rigide,
Répandit dans leur coeur et leur tendre esprit 
Le feu rouge indomptable du combat fracassant. 
Les vieux hommes au coeur courageux saisirent leur casque
De bronze éclatant, désireux de se jeter 
Dans le combat où cingle le bruit du métal 
Brillant. Agités et pourtant placés en ligne
Ils se préparaient peut-être pour la dernière fois
À l’affrontement. Leurs lances noires désiraient
Se planter avec force dans les fines gorges adverses
Mais leurs très vieilles mains tremblaient et perdaient de leur
Force et de leur vigueur. Pourtant ils étaient là,
Les plus téméraires et courageux des chefs 
Vieux au grand coeur. Le grand Robert aux mains ridées 
Menait les Grands séniles, alors que Adelbert 
Aux pieds gonflés guidait les Grincheux marmonneurs,
Et que Lucien au dentier se faisait le chef 
Des Touffes blanches, parmi les plus valeureux des hommes.
Contre l’Armée des Vieux, impitoyable et fière,
Les Jeunes préparaient leurs âmes vigoureuses
Au noir combat. Et par le nombre et par la force
Ils étaient les meilleurs des jeunes, réunis.
Les Réseaux Sociaux, divins enfants du Web
Qui connectent les foules, les avaient rassemblés. 
Parcourant les pays, dans tous les coins du monde
Ils avaient connecté les plus rebelles des Jeunes
Loin des bras des parents afin qu’ils se révoltent.
Hors des campagnes, hors des banlieues,
Hors des grandes mégapoles, ils avaient fuit
Dans leurs vaisseaux ailés qui fendent les nuages
Pour établir la troupe des Impétueux, 
Terrible à voir, mue par la rage, émeutière
Ils étaient des milliers rassemblés dans la plaine
Armés comme ils pouvaient, révoltés et fiers.
Mais devant les Vieillards leurs corps tremblent soudain.
Comme la feuille d’un arbre au printemps, tremblant
Agacée par le vent, prête à tomber peut-être
Pourtant si verte encore, ainsi tremblent les Jeunes.
Et les voyant trembler le divin Numérique,
Puissant maitre des nombres envoie parmi les Jeunes
Folie qui soulève les âmes des adolescents.
Elle excite le coeur d’Enzo le Youtuber
Et dit : « Comment ? Toi qui lançais l’appel terrible
À la sombre révolte en te filmant chez toi, 
Vas-tu fuir à présent ? Que diront tes amis ?
Tu leur avais promis un monde différent,
Tes followers sont là pour la révolution.
Loin des bras des parents ils risqueront leur vie
Mais toi tu veux partir ? Quelle honte. » Dit-elle,
Et sa parole ailée gonfle le coeur d’Enzo.
Il se place au milieu des jeunes Youtuber
Et il leur dit : « Certes, vos followers riraient
En vous voyant ainsi perdre tous vos moyens
Face aux Vieillards séniles ! Êtes-vous des bébés ?
Vos followers sont là pour la révolution.
Loin des bras des parents ils risqueront leur vie.
Pensiez-vous les Vieillards prêts à abandonner
Leur vieux monde chéri? Allons, combattons-les,
Progrès est devant nous, qui guide la jeunesse.
Et nous éclaterons ce modèle pourri
Qu’ils nous imposent, injuste et inégal modèle
qui ruine notre monde. » Ainsi parla Enzo.
Ses paroles ailées ne furent pas pour rien. 
Mais parmi la foule apeurée des jeunes, Folie
Encourageait les plus vaillants à s’avancer.
Sofia qui brûle le vieux Monde était présente
Les yeux brillant de feu, conduisant ses amis
Et son cri guerrier écarte ses camarades,
Qui dans un frisson d’armes d’acier se divisent,
La laissent traverser l’armée, si menaçante.
Numérique en effet a insufflé la force
Dans sa jeune âme. Et en courant ils l’accompagnent,
Les jeunes révoltés, qui veulent se jeter
Dans le combat où cingle le bruit du métal
Brillant. Ils prolongent son cri, horrible son.
Sofia devant eux guide les chars terribles
Qui tueront tant de vieux, dans la mêlée cruelle.
Et Progrès et Folie dressent l’armée des Jeunes
Face aux vieux valeureux. Vraiment terrible image !
Les Youtubers, les Millenials, les Sales Gosses,
Tous sont présents et ont soif de combat, 
Eux qui tremblaient pourtant quelques secondes avant, 
Inspirés par leurs chefs, enragés et brûlants
De colère, et leur jeunesse a l’éclat du feu.

Pour rédiger ce pastiche, le thème du conflit nous est apparu comme évident. En effet, non seulement le thème général de l’Iliade est une guerre entre deux peuples archaïques, mais il se trouve que, en utilisant Voyant Tools, des chevilles d’opposition telles que αὐτὸς δὲ et ἀλλὰ σύ apparaissaient très fréquemment : ce sont les deux premières syntagmes à apparaitre le plus fréquemment dans l’oeuvre. Ensuite, dans les termes les plus fréquents apparaissaient ἀχαιῶν et τρώων. Nous avons donc pensé à un conflit intergénérationnel pour transposer ce conflit à notre époque contemporaine. Nous avons également choisi, dans le cadre de cette opposition, de rédiger chacune une partie du pastiche correspondant à un des camps.

Outils « Syntagmes »

Une des plus grandes caractéristiques du texte, avant de retirer les stop words de la liste, est la fréquence des coordinations. Nous avons choisi de conserver cette information en raison du caractère poétique du texte et de nous en inspirer pour la rédaction.

Outils « Nuage de mots »

Sans les stop words, le « Nuage de mots » ressemble à ça : 

Nous avons également noté que les prises de paroles étaient fréquentes, au vue de la fréquence des verbes de paroles : προσέφη apparaît 117 fois dans l’oeuvre et est le 14e mot le plus fréquent, ce qui nous a amené a retranscrire des passages de discours.
Il se trouve également qu’il y a un grand vocabulaire lié aux liens de parentés ; on note tout particulièrement l’utilisation du mot υἱος. Cette caractéristique va de pair avec l’usage fréquent du génitif qui indique fréquemment la parenté, mais qui rappelle aussi l’appartenance aux différents groupes.

Outils « Termes »

Sans surprise, l’outil « syntagmes », nous a permis de relever que de nombreux syntagmes se répètent, tout particulièrement des épithètes homériques. Il y a aussi des expressions fréquentes telles que ἤματα πάντα. Nous avons donc choisi à la fois de reprendre des expressions mais aussi de créer de nouvelles épithètes homériques. Le choix de l’écriture en vers nous a aussi permis de valoriser cet emploi des épithètes.

Outils « Syntagmes »

La fonction « arbre de mots », qui fait suivre un terme sélectionné de ceux qui lui sont associés le plus fréquemment, nous a été également très utile car elle nous a permis de constituer des phrases type.

project Gutenberg

Le project Gutenberg est une bibliothèque électronique dont le corpus est de 54.000 livres(e-books ) .Il est essentiellement constitué de textes dont les droits d’auteurs ont expiré ou quasiment inexistants, ou encore de textes publiés avec l’autorisations de l’auteur.

En effet, Michael Hart fut l’initiateur de ce projet en 1971 et le nomme Gutenberg en hommage  à l’imprimeur Allemand.La perspective de cette bibliothèque est non seulement de faciliter l’accès à certains ouvrages aux passionnés de lettres , mais aussi de laisser à la postérité un héritage littéraire.C’est pourquoi la bibliothèque électronique  est libre d’accès et gratuite.Aussi , pour un usage personnel il est autorisé de télécharger sous réserve d’être en phase avec la politique des droits d’auteurs du pays de résidence.

Les textes sont numérisés sous différents formats html,kindle…Vu le format simple de la plateforme , facile d’usage , le projet Gutenberg  convient aux élèves et ne requiert pas un considérable en informatique.

A mon sens le project laisse à désirer par rapport à d’autres bibliothèques numériques  et sert exclusivement qu’à la lecture d’ ouvrages .

Le Projet collaboratif Gutenberg

Le projet Gutenberg, créé en 1971, part d’une belle idée: de même que Gutenberg qui, au XVIe siècle avait permis, grâce à l’impression, un accès aux livres plus facile et moins onéreux, Michel Hart de l’université d’Illinois, fondateur du projet, voulait offrir à tous un accès à la littérature et ainsi combattre l’illettrisme et élargir le public des lecteurs [1].

Il s’agit d’un projet collaboratif: ce sont des bénévoles qui numérisent, convertissent, relisent et vérifient les livres [2]; certains enregistrent des livres audio.

L’utilisation du site ne requiert aucune inscription, aucun frais, aucune application personnalisée: il est possible par exemple de lire directement sur le site et d’ensuite redistribuer. C’est très proche de la philosophie de la Licence Libre GNU (GPLv1 de février 1989), que le projet précède de 18 ans.

Le format de départ, par souci de pérennité, était à l’origine l’ASCII-7 (sans lettres accentuées), suffisant pour l’anglais[3]. Les encodages du site et des textes HTML sont à présent en UTF-8 Unicode, format universel dans l’ambition et dans les faits.

Les livres proposés sur le site sont en accès libre aux États-Unis. Les lecteurs d’autres pays sont censés s’informer des droits de propriété intellectuelle de leur pays avant de télécharger.En France, le droit d’auteur court 70 années après la mort de l’auteur, sauf exception [4].

Il faut préciser qu’aux États-Unis, une loi de 1998, étendant le droit d’auteur (sous forme de copyright) de 75 à 95 années, a empêché le versement de «nouveaux ouvrages» pendant 20 ans (ils sont restés «bloqués» à l’année 1923)[5]. À partir de 2019, de nouveaux livres pourront donc rejoindre le projet Gutenberg.

Comment se présente le site?

La page d’accueil -par défaut en anglais- est aussi disponible en français, allemand ou portugais. On y remarque d’abord l’affichage des derniers livres mis en ligne et l’image QCode permettant d’accéder à une utilisation avec mobile. Ces deux éléments ne semblent pas s’adresser à des chercheurs.

Le menu en haut de la page propose plusieurs types de recherches. Il est à remarquer qu’il permet aussi d’accéder aux conditions d’utilisation ainsi qu’à une page permettant de signaler des erreurs, signe encore de l’esprit participatif du projet.

La Recherche de livres mène à une page proposant à première vue trois types de «recherches»- je dirais plutôt «trois méthodes d’affichages de livres disponibles»: l’affichage des livres les plus populaires, des dernières publications ou aléatoire; trois possibilités peu adaptées à une recherche un peu précise.

Cependant, moins visible, une ligne éditable située en haut à droite permet une recherche par mots. Il est même possible de préciser le champ du terme indiqué en ajoutant des petits codes dont l’utilisation est affichée lorsqu’on clique sur le bouton «aide».

La recherche par sujet mène à des rubriques très générales qui diffèrent selon la langue utilisée. Par exemple, il y a 22 sujets dans la version anglaise, 38 dans la version française. Il n’existe pas de sous-sujets; ce mode de recherche ne convient donc pas pour une recherche scientifique.

Le parcours du catalogue propose diverses options. Il permet de télécharger le catalogue afin de pouvoir le consulter hors ligne. Il permet aussi de parcourir la liste d’ouvrages par ordre alphabétique d’auteurs, de titres ou de langues.

Les langues sont d’ailleurs classées en deux rubriques: celles qui comportent plus de 50 livres et celles de moins de 50 livres comme l’afrikaans, l’occitan, le maori… La page du parcours catalogue renvoie par ailleurs aux pages déjà citées de recherche par livre, Top 100… Il est ausssi possible de mener sur cette page via Yahoo ou Google une recherche qui nous conduit directement aux ebooks du site Gutenberg.

Remarque

Sous la rubrique «Pages spéciales» du Plan du site de la page d’accueil, il est possible d’accéder à la rubrique self.gutenberg.org. Cette partie du site est consacrée à des ouvrages mis en ligne par des auteurs ou éditeurs qui mettent leur(s) oeuvre(s) à la disposition des lecteurs. Les eBooks sont téléchargeables en PDF. Les sujets sont très divers -biographies, littérature pour enfants, folklore, poésie, politique…- leur qualité aussi. Il est possible, sur la fiche de certains ouvrages d’obtenir des informations sur l’auteur ou éditeur; certaines universités ont déposé des ouvrages –Cambridge University, Oxford University, Air University[7]

On regrettera que cette partie du site soit financée par des bandeaux publicitaires.

Caractéristiques des documents

Les ouvrages proposés tiennent compte des nombreux systèmes de lecture qui existent: comme l’explique très bien Marianne dans son billet Project Gutenberg, il est possible de télécharger -ou lire en ligne- les fichiers désirés en texte simple UTF-8, HTML, EPUB (formats libres) et Kindle (format propriétaire) avec ou sans images; les fichiers des livres «audio» sont eux aussi disponibles sous divers formats.

Le téléchargement est explicitement disponible sous ces différents formats, et même encouragé par la possibilité de téléverser les versions EPUB et Kindle dans Google Drive, Dropbox ou OneDrive.

Commme le fait aussi remarquer Marianne, cliquer sur l’onglet «Bibrec» permet d’accéder aux données bibliographiques. Elles sont d’ailleurs enregistrables sous Zotero.

Public à qui s’adresse le Projet Gutenberg

Il a été noté à plusieurs reprises dans des billets précédents que le Projet Gutenberg n’était pas adapté à la recherche académique[6]; plusieurs détails relevés dans ce billet vont aussi dans ce sens. Est-il alors adapté aux amateurs? En matière de culture classique par exemple, un collégien pourrait-il y trouver facilement les informations qu’il cherche?

J’ai imaginé un jeune élève qui cherchait pour un travail scolaire des informations sur Jules César. Il se rend donc sur gutenberg.org et tape «Jules César». Voici ce qu’il obtient:

Jules César, William Shakespeare; My Private Menagerie, Théophile Gautier; Portraits et études; Lettres inédites de Georges Bizet, Bizet et Imbert; The Romance of a Mummy and Egypt,Théophile Gautier.

S’il a l’idée (ou si on lui souffle) de taper «Julius Caesar», il obtient 38 résultats dont trois sont des éditions exclusivement en langue latine de la Guerre des Gaules; une est une édition de la Guerre des Gaules avec commentaires et exercices en anglais; dans un ouvrage en anglais sur les grands hommes une page est consacrée à Jules César. Les autres résultats concernent des éditions du Julius Caesar de Shakespeare dans plusieurs langues, César et Cléopâtre de Bernard Shaw, et d’autres encore qui ne correspondront probablement pas à ce que cherche le jeune collégien. J’ai testé d’autres termes de recherches et tombe toujours sur des résultats similaires: beaucoup de réponses difficiles à trier pour celui qui a peu d’informations sur ce qu’il cherche. Une recherche si compliquée à mener pour un amateur peu informé ne risque-t-elle pas de l’éloigner des livres?

Peut-être que Gutenberg s’adresse à des personnes qui cherchent à acquérir une culture générale, à lire sans idée préconçue plutôt qu’à des personnes qui cherchent des informations précises sur un sujet qu’elles veulent approfondir

À mon avis, le projet Gutenberg ne convient ni pour une reccherche scientifique, ni pour une recherche d’informations de base -du genre de Wikipedia- , mais se rendre sur ce site, c’est un peu comme aller chez un bouquiniste. L’homme est passionné; dans son magasin, les livres ne sont pas toujours bien classés. Et quand on sort de chez lui -souvent à contrecoeur-, on a rarement trouvé ce qu’on cherchait, mais on est chargé de ce qu’on ne s’attendait pas trouver et si on ne s’était pas obligé à se limiter, on serait encore occupé à fouiller… Un peu comme moi qui dois me résigner à fermer mes fenêtres Gutenberg malgré tout ce qu’il reste à y découvrir et à terminer -provisoirement- ce billet.

Notes

1. LEBERT Marie, Le Projet Gutenberg (1971-2008), oct. 2008, disponible sur le site Gutenberg, n° d’ebook 27046.
2. LEBERT Marie, Ibid., chap 3
3. fr.wikipedia.org/wiki/UTF-8.
4. En France, le Petit Prince par exemple, n’est toujours pas dans le domaine public.
5. law.duke.edu/cspd/publicdomainday/ et wikipedia.org/wiki/Copyright_Term_Extension_Act
6. Lire par exemple la conclusion de Tsilla Meyer dans son billet Étude du fonctionnement du projet Gutenberg
7. Aucun filtre ne permet de vérifier le caractère universitaire d’un établissement qui se déclare comme tel. Si l’établissement n’est pas connu, il faut donc être vigilant.

PHI Classical Latin Texts

PHI Classical Latin Texts (pour Packard Humanities Institute Latin Texts) est une banque de texte latins en ligne. Le site présente une interface dépouillée. La recherche d’oeuvres se fait par nom d’auteur depuis une liste classée par ordre alphabétique qui présente le nom complet des auteurs sous leur forme anglophone.

capture d'écran PHI 1

Le choix d’un auteur amène à son oeuvre complet où on peut choisir l’ouvrage qui nous intéresse. en survolant une oeuvre avec la souris on peut voir l’édition utilisée pour l’encodage du texte ce qui permet de le citer et d’en vérifier la version (si en 2017 la cours d’appel de Paris n’a pas reconnu le droit d’auteur aux transcriptions de manuscrits du moyen-âge et de la Renaissance il convient de rappeler que les transcriptions que nous avons à disposition sont le fruit du travail de chercheurs qui ont sélectionné des passages de divers manuscrits et de les citer).

capture d'écran PHI 2

Le texte se présente sous forme de colonne dans laquelle on navigue grâce à une barre ou grâce aux boutons next et previous ce qui permet d’éviter des blocs de texte trop longs ainsi que de devoir charger les pages à chaque changement les vers sont indiqués au dessus du texte et le numéro de la page est visible dans la barre d’adresse ce qui permet de retrouver rapidement une page. On peut également passer facilement du Betacode à l’Unicode.

capture d'écran PHI 3

À cela s’ajoute la recherche par mot « Word search » et par concordance qui permettent de rechercher les occurrences. La recherche par mot donne des passages, regroupés lorsque plusieurs occurrences sont proches avec au dessus la localisation du passage dans l’oeuvre.

capture d'écran PHI 4

La recherche par concordance permet la même chose mais avec une seule ligne par passage ce qui permet d’afficher beaucoup plus d’occurrences à la fois et permet donc de faire des ratissages plus large. Il faut cependant garder à l’esprit que la recherche par concordance a une limite de 500 occurrences au delà de quoi elle sélectionne et affiche des occurrences du mot recherché au hasard ce qui peut fausser les recherches.

capture d'écran PHI 5

Dans ces deux types de recherche également, on fait le choix de la simplicité: une simple barre de recherche dans laquelle on peut ajouter des filtres par des signes ou des codes (il faudra cependant retenir ou du moins aller chercher les codes qui permettent de restreindre la recherche à un auteur et à une oeuvre).

capture d'écran PHI 6

attention cependant: le site recherchera le mot tel qu’il est écrit. Veillez donc a essayer toute les déclinaisons du mot pour une recherche complète

Là où le TLG peut intimider les néophytes avec ses nombreuses interfaces, PHI Classical Latin Text a pour lui une grande simplicité visuelle et une interface uniforme. Idéal pour la recherche de texte latins ou la comparaison de corpus grâce à la recherche par occurrence et concordance on peut cependant regretter l’absence de tout lien vers une traduction ou un dictionnaire.

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®)

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®) possède un titre doublement « trompeur ». En effet, il est en latin mais le TLG® est constitué d’un corpus de textes en grec ancien. De plus, il s’appelle Thesaurus mais ce n’est pas un trésor au sens de dictionnaire comme le Trésor de la Langue Française informatisé.

Avant d’être un site internet, le TLG® est un programme de recherche de l’Université de Californie à Irvine fondé en 1972 par la chercheuse antiquisante Marianne McDonald dont l’objectif était de produire un vaste corpus numérique de textes littéraires en grec ancien. Son inspiration se trouve dans le Thesaurus Graecae Linguae, un dictionnaire de la langue grecque du philologue et helléniste français du XVI° siècle, Henri II Estienne dit Stephanus (cf Url du site). Le projet a connu deux directeurs : Theodore F. Brunner entre 1972 et 1998 et Maria Pantelia de 1998 à nos jours.

Les supports des textes ont évolué en parallèle de l’informatique. Ainsi, au moment de sa création, les textes se trouvaient sur des bandes magnétiques à lire avec le système Ibycus, créé par David Woodley Packard pour relire et corriger les textes numérisés, puis sur des CD-ROM A, C et D entre 1985 et 1992 avec l’aide technique de l’association à but non lucratif Packard Humanities Institute (PHI) connue pour son site PHI Latin Texts. En 2000, sort le TLG® E, le premier CD-ROM à être produit par l’équipe interne du projet. Il suit le transfert du corpus du système Ibycus à l’environnement Unix. C’est enfin depuis 2001 que le corpus est accessible en ligne.

La navigation dépend de l’autorisation donnée. Ainsi, The Abridged TLG® est une version restreinte du TLG® accessible au public sans abonnement mais avec une inscription (identifiant et mot de passe à fournir). Le corpus est limité aux auteurs classiques comme Homère, Hésiode, Platon, Aristote ou encore des tragédiens et orateurs étudiés habituellement durant le cursus universitaire mais aussi à des textes patristiques, des Pères de l’Église pour un total d’environ 1000 textes de 70 auteurs. Les textes de la période byzantine (330-1453 après J-C) par exemple ne sont donc pas inclus. Ce choix se défend. En effet, seuls les chercheurs ont intérêt à consulter ces textes, moins les étudiants et encore moins les élèves et les non antiquisants. Pour avoir accès au corpus complet, il faut souscrire un abonnement payant d’un ou trois ans pour les personnes et une licence pour les institutions (Universités, bibliothèques, etc.) dont le prix varie en fonction de la demande (taille de l’institution, largeur estimée de l’audience, etc.). Les textes sont consultables en ligne mais pas téléchargeables car ils ne sont pas dans le domaine public, étant des versions numériques d’éditions papier. On ne peut pas les copier en théorie mais rien n’empêche d’utiliser le classique CTRL + C / CTRL + V, contrairement à d’autres sites où sélectionner le texte avec la souris est impossible. On peut cependant modifier la police de caractères des textes

La page d’accueil est une présentation du projet dans sa globalité avec des liens vers des informations d’utilisation, d’extension du corpus, sur l’équipe en fonction, sur l’histoire du TLG®. On peut aussi les contacter. Il mentionne aussi l’existence de pages Facebook et Twitter, qui donnent des informations sur les ajouts récents de textes. Aux couleurs des céramiques grecques, cette page est composée de sept rubriques.

La recherche d’un texte ou d’un corpus se fait dans les rubriques TLG Canon, Full Corpus et Abridged TLG qui renvoie toutes à la même page mais avec des autorisations différentes : Full Corpus et Abridged TLG en accès ouvert et Full Corpus avec un abonnement. On peut faire une recherche par domaine : Author (Auteur), Editor (Éditeur), Work Title (Titre de l’œuvre), Publication Title/Year (Année ou titre de publication) ou Series. En complément, on peut inclure ou exclure des termes vernaculaires et/ou diplomatiques. On peut préciser le(s) siècle(s) voulu(s) (Date) en cochant les propositions du VIII° siècle av. J-C au XX° siècle de notre ère, le genre (Generic Epithet), le lieu (Geographic Epithet) ou encore des expressions particulières (Non-Standard Gen. Epith.).

Quand on cherche un auteur, c’est avec son nom latin. Par exemple, il faut écrire Lucianus pour trouver le rhéteur et satirique du II ap. J-C, Lucien (absent de la version gratuite). Des informations chronologique et géographique sont données avec en rubriques annexes, une carte et une frise qui situent l’auteur. Des liens vers des ressources externes (Wikipédia, Jstor, l’Année philologique, etc), la traduction sur Perseus et des références croisées le concernant sont juxtaposés.  En cliquant sur un petit livre rouge à côté du nom de l’auteur, la liste de ses œuvres apparaît. Une petite icône nous mène vers le texte désiré. Si on ne le sait pas, on risque de ne pas pouvoir trouver tout de suite, surtout si on est habitué à cliquer sur du texte et non sur des icônes comme aux premier jours du Web. L’édition papier d’origine est indiquée, ce qui souligne un travail de numérisation. Les textes sont ainsi disposés par « pages » comme dans l’édition papier d’origine. Ils sont affichables en Unicode mais aussi en Beta Code, son système de représentation des caractères et de la ponctuation développé par David W. Packard.

J’ai décidé de flouter le texte pour être conforme au copyright.

Il existe une large palette d’outils d’analyse des textes qui fonctionnent à la fois à l’intérieur d’un texte donné ou du canon entier du TLG. D’abord le moteur de recherche lexicologique dans la rubrique Lexica où l’on peut taper une chaîne de caractères ou des mots pour trouver leur occurrences dans les passages des textes du Canon. Dans un texte, on peut sélectionner la rubrique Lexica pour faire une recherche lexicale ou trouver la ou les occurrences d’une expression dans le canon du TLG.. Les lemmes rares sont surlignés en vert clair tandis que les plus courants sont en vert foncé.  Ensuite, ce montre un effort de classement. Le modèle de langage probabiliste N.gram est un outil de recherche intertextuelle, c’est-à-dire, qu’il permet comparer les similitudes stylistiques, la présence de citations ou d’hommage entre deux auteurs.  Enfin, il y a une rubrique de statistiques diverses sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus utilisés, les moins utilisés, des auteurs les plus productifs, etc.

On peut choisir d’écrire le mot recherché en sélectionnant un mode d’entrée de données (Input) qui est l’Unicode, le Betacode ou la translittération qui est une manière d’écrire le grec ancien avec des lettres latines.

Quatre dictionnaires de langue grecque sont intégrés au projet :

_ Le Cunliffe, un dictionnaire anglo-saxon de du vocabulaire homérique ;

_ Le Powell, spécialisé dans le vocabulaire d’Hérodote ;

_ Le LSJ (Liddell-Scott-Jones) , dictionnaire grec ancien-anglais ;

_ Enfin le LBG (Lexikon zur byzantinischen Gräzität), dictionnaire du vocabulaire grec de l’époque byzantine.

Cette diversité des dictionnaires utilisés qu’ils soient généraux ou spécialisés renforce l’efficacité de l’analyse. Mais ce corpus est majoritairement anglophone ce qui exclut les non-anglophones.

Enfin, il y a une rubrique de statistiques de lemmes sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus ou les moins fréquents, etc.

Comme nous l’avons vu, le Thesaurus Linguae Graecae est un outil de recherche précieux pour les chercheurs avec son large corpus et ses diverses fonctionnalités d’analyse. Cependant, on pourrait lui reprocher une certaine forme d’exclusion avec l’anglais comme langue et sa technicité qui peut sembler opaque pour un néophyte. Sans parler de l’accès financier. L’esthétique peut aussi paraître vieillotte mais c’est relatif à l’ancienneté du site et aux habitudes de l’utilisateur.

Perseus, bibliothèque numérique

Perseus est une bibliothèque numérique de langue anglaise qui recense un grand nombre de textes anciens, avec des collections de thèmes multiples, centrées sur le domaine des humanités. Le projet Perseus fait partie du projet Open Greek and Latin Project, qui réunit de manière collaborative libraires et chercheurs pour créer une bibliothèque en ligne accessible à tous. 

Page d’accueil de Perseus

Une petite histoire du projet Perseus 

Le projet Perseus remonte à 1985. L’idée était de réussir à convertir, à l’heure où les humanités numériques prennent leur essor, une bibliothèque papier en une bibliothèque numérique. À l’heure d’aujourd’hui, où de plus en plus d’ouvrages apparaissent en version numérique, c’est une question qui semble essentielle. En outre, la numérisation d’une bibliothèque ancienne permet de constituer une bibliothèque plus grande que jamais, avec de nombreuses fonctionnalités qui simplifient la vie du chercheur. Le but essentiel de cette librairie numérique est de donner un accès le plus large possible aux ressources entrant dans le champ des humanités (linguistique, objets d’art, histoire…) pour les rendre aussi accessibles que possible à qui veut.

Les collections

Perseus donne accès :
– aux textes latins et grecs, en version originale et en traduction
– à des objets d’art, sites et monuments (histoire de l’art)
– à certains pans de la littérature arabe
– à des études sur les peuples germaniques
– à des sources historiques sur les Etats-Unis du XIXe
– à certains textes de littérature anglaise
– à des poèmes latins de la Renaissance

Les différentes fonctionnalités du site

La bibliothèque Perseus permet tout d’abord un accès direct et rapide aux textes anciens, que ce soit en langue originale ou en traduction, anglaise bien-sûr. 
Une fois que l’on a accès à un texte en particulier, on peut l’étudier très précisément car chaque mot du texte renvoie vers une page qui donne son analyse morphologique précise et sa traduction.
Par ailleurs, le texte est édité scientifiquement, selon des éditions anglaises déjà existantes. Les lieux cités dans le texte et les références croisées sont également recensées et accessibles dans des encadrés en marge du texte.
Il faut savoir que Perseus permet aussi des recherches par mot.  Cette fonctionnalité est assez pratique pour chercher des textes en lien avec certains thèmes ou pour chercher dans les textes latins. Malheureusement, cette fonction n’est pas très compatible avec une recherche en langue grecque. 
Finalement, il est intéressant de savoir Perseus met en accès libre les textes, qui peuvent être téléchargés en version XML.

Une recherche type dans Perseus, pas à pas

Tout d’abord, il s’agit d’entrer l’objet de sa recherche dans la petite barre de recherche située en haut à droite de la page d’accueil. Admettons que nous voulions explorer l’Iliade d’Homère. Nous rentrons donc dans l’encadré de recherche le mot clé « Iliad ». 

Perseus nous propose ensuite une liste de résultats en rapport avec la recherche : 

Si nous cliquons sur le deuxième résultat (Homer, Iliad (Greek)), nous tombons sur la page suivante, qui nous affiche le texte en grec, comme voulu, et nous propose également, dans les encarts situés sur les côtés du textes, toutes les fonctionnalités que nous avons cité précédemment : 

On nous propose, donc, en dehors de la traduction, une édition scientifique du texte, avec des notes présentées comme ci-dessous : 

Mais comme dit précédemment, le texte est dynamique. À chaque fois que l’on clique sur un terme, un lien nous renvoie vers une page où ce terme est analysé. Cette nouvelle page propose même un article de dictionnaire, à choisir entre le LSJ, le Middle Liddell et l’Autenrieth. 

Le site permet aussi une recherche par mot. Si l’on cherche le terme latin animus, le site nous propose les résultats suivants :

Dans ce cadre de recherche, il est important de préciser le langage dans lequel vous voulez chercher. Malheureusement, la recherche en langue grecque n’est pas très pertinente, ce que corrige la nouvelle version en construction du site : Scaife Viewer. 

Le site d’un point de vue numérique

Tout le site est codé en JavaScript. Le code est en open source, c’est à dire qu’il est accessible à tout le monde, pour peu qu’on ait la curiosité d’aller jeter un oeil. Les textes, quant à eux, sont codés en XML et peuvent être affichés en Unicode.

Remarques générales : usages et accessibilité

Le site est très complexe, et n’est pas forcément évident à manipuler et ses défauts de présentation ne le rendent pas plus accessible. Par ailleurs, Perseus propose tellement de fonctionnalités que le novice pourrait se sentir un peu perdu face à tant d’informations. Par contre, d’un point de vue scientifique, le site est un outil merveilleux qui permet une approche rigoureuse et précise du texte, avec un gain de temps non négligeable. Je pense qu’il est davantage adapté à quelqu’un ayant déjà un peu la pratique de l’informatique mais aussi de l’approche des textes classiques, mais aussi et surtout, car c’est un point majeur, de la langue anglaise ! Il est vrai que cet aspect pourrait en éloigner certains… Ce site n’est donc pas des plus accessibles pour un locuteur français qui chercherait juste à avoir un accès facile à certaines oeuvres grecques ou latines.

Vers une mise à jour et une amélioration

Du point de vue esthétique, le site n’est pas très moderne et manque d’efficacité dans sa présentation. Un site mieux présenté, plus beau, est plus facile d’accès serait beaucoup plus agréable et facile à parcourir. Cependant, une version plus moderne de Perseus est en train d’être créée, Scaife Viewer, qui corrige ce problème esthétique et qui permet une recherche par lemme, mais en grec seulement, ce qui n’était pas le cas de Perseus.

Ce pendant de Perseus classique corrige les défauts de l’ancien Perseus avec un site plus beau, plus aéré, plus facile à explorer avec de nouvelles fonctionnalités qui sont rendues plus abordable et faciles à utiliser.


Finalement, Scaife Viewer, comme Perseus, sert essentiellement pour la lecture de texte ancien, que ce soit en version originale, ou en traduction.

Thesaurus Linguae Grecae

Le site Thesaureus Linguae Grecae fait partie de ces outils qui sont si complets qu’on a toujours l’impression de pouvoir en découvrir d’autres aspects.
Son corpus ne cesse d’être enrichi; on peut avoir un aperçu du rythme de numérisation en cliquant sur « News and Updates » à partir de la page d’accueil du site. Le projet, mené par l’Université de Californie à Irvine, vise à numériser toute oeuvre en grec ancien, depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople.
Mais le site n’est pas uniquement une compilation de texte auxquels on nous donnerait accès (par exemple par une liste alphabétique des auteur). Il permet d’accéder aux textes par différents moyens.

L’onglet Canon:
On peut choisir d’écrire le nom de l’auteur, de l’oeuvre, de l’éditeur, de la date de publication… ou délimiter par siècle, genre, géographie etc. Le résultat s’affiche sous forme de liste alphabétique, de carte ou de graphique chronologique. Dans la colonne de droite, à côté des résultats, on nous offre même des références croisées à d’autres auteurs et oeuvres.

L’onglet Browse:
C’est l’accès au texte le plus naturel pour nous: on entre dans la barre de recherche le nom de l’auteur-ice, puis on clique sur une de ces oeuvres dans la liste qui s’affiche. On a alors accès au texte, mais pas seulement! Chaque mot du texte est un lien sur lequel on peut cliquer et qui renvoie dans la colonne de droite à une analyse morphologique du mot, avec des liens vers de très nombreux dictionnaires numérisés (LSJ, Cunlife, Powell…).
À noter aussi, la possibilité d’accéder à la structure du texte, de citer la source… 

L’onglet Text search:
On peut très bien aussi vouloir faire une recherche par le texte lui-même. Cet onglet permet de trouver dans le corpus les textes contenant un mot donné, un groupe de mot donné ou même un lemme. On peut choisir également l’option proximity, pour chercher un ou plusieurs mots à proximité dans le texte.
Il existe de multiples options, que nous nous garderons peut-être de toutes détailler ici pour ne pas noyer les lecteur-ices de ce billet, mais qui sont détaillées de façon claire par le TLG
( à noter que tous les onglets sont très bien expliqués en cliquant sur la petite ampoule à droite de leur titre)

Outre l’accès au texte, le TLG nous donne également accès à de nombreux dictionnaires (avec encore cette possibilité de faire ses recherches par lemmes), aux statistiques (de tout le corpus, d’un auteur précis, d’un lemme, du corpus délimité chronologiquement…).

Ce qui frappe l’utilisateur-ice du Thesaurus Linguae Grecae c’est la volonté de précision de la base de donnée. Prenons l’outil Browse par exemple: l’utilisateur-ice a accès en cliquant sur un mot au plus de dictionnaires possibles, là où on aurait pu choisir un dictionnaire et le citer directement dans la colonne de droite.

Bien sûr, le site peut paraître un peu surchargé et il faut le connaitre pour en faire la meilleure utilisation. Ceci dit, tout est expliqué, il faut juste y prendre un peu de temps au début. Il est plus adapté à l’étude qu’à la lecture qui pourrait être perturbée par toutes les informations qui entourent le texte.

Cette technologie permet d’effectuer en quelques secondes ce qui aurait été il y a peu de décennies des démarches incroyablement complexes et de pouvoir consacrer plus de temps à la réflexion sur le texte qu’à la recherche d’un terme, d’une citation…

Le Thesaurus Linguae Grecae n’est malheureusement pas en libre accès, mais un abrégé est mis à disposition des utilisateur-rices non rattaché-es à une université, qui peuvent tout de même en s’inscrivant accéder aux textes les plus connus.

C’est donc une bibliothèque numérique de qualité regroupant de très nombreux textes mais permettant de les classer en différentes catégories, le rêve!
Ce qui m’a plu, ce sont surtout les différents moyens d’accéder au texte, par l’outil canon par exemple, cela permet de découvrir des auteurs et des textes et pas seulement de retrouver un texte qu’on avait déjà en tête.

PHI Latin texts

Le nom PHI Latin Text est une abréviation de Packard Humanities Institute, une société à but non lucratif dédiée à l’archéologie, la musique, la préservation des films et aux archives historiques » (selon sa propre définition sur son site)

Cette bibliothèque numérique, gratuite, permet d’avoir accès à des textes latins, libres de droits. 

1-La page d’accueil
A l’ouverture du site se trouve une page d’accueil, placée là comme un véritable Cerbère : impossible d’accéder aux données de cette bibliothèque numérique sans accepter la politique du site. Mais comme il s’agit d’accepter de n’utiliser ces textes que pour un usage personnel et de respecter les droits des oeuvres, nous nous empressons d’accepter et de cliquer sur le lien.

Petite précision : il est également possible de poser des questions et faire des remarques grâce au lien placés juste en dessous, qui ouvre directement notre boîte mail.

La page d’accueil

2-Les différentes rubriques
Il a trois quatre rubriques majeures sur cette bibliothèque en ligne : « Authors », « Word Search », « Concordance », « About ».

Il est possible de faire une recherche par auteur, dont les noms sont écrits en latin, ce qui suppose une bonne connaissance de leurs noms complets. En effet, le site présente les tria nomina, le praenomen et cognomen étant présentés en bleu simple, et le nomen en gras pour éviter les confusions.

Nous pouvons également chercher un mot spécial, un groupe de mots, ou encore une phrase, dans tous les textes regroupés sur cette banque de données.
J’ai fait deux tentatives, la première avec le mot « agmen ». Cela m’a donné plus de 845 résultats très peu fructueux : le moteur de recherche ne considère pas le mot « agmen » comme un mot en lui-même et m’a donc donné de nombreux textes ou il est question de « fragmenta ».

Cependant, grâce aux statistiques (indiquées par une sorte de minuscule schéma bleu en haut), j’ai pu observer les récurrences de ce mot dans les textes, en pourcentage et nombre de fois, par auteur. C’est ainsi que le mot « agmen » est utilisé 41 fois dans le corpus de Gaius Iulius Caesar et 37 fois chez Marcus Tulius Cicero (ce qui nous étonne à moitié finalement…

Le plus intéressant, et à mon avis très utile reste la possibilité de faire des concordances : le site permet de retrouver toutes les occurrences d’un mot, d’une phrase, parfois même d’un paragraphe dans plusieurs textes différents. Cela facilite beaucoup les études comparatives entre autres.
Il est même possible d’obtenir des résultats en grec (bien qu’ici ce ne soit pas du tout concluant…)

3-Utilisation des données
Le site est exclusivement en anglais. Il n’est pas possible de sélectionner une autre langue, ni d’obtenir une traduction. Il seul seulement possible d’obtenir des définitions (en anglais toujours), une fois la page de texte ouverte, en cliquant sur PHI Latin Text en haut à droite.

Petit bémol : la plupart des textes recensées dans cette bibliothèque numérique datent d’avant 200av JC, ce qui exclut une part importante de la production littéraire latine en restant toutefois extrêmement riche.

4-L’esthétique et l’ergonomie
Simplifié à l’extrême, c’est un site efficace et direct, qui présente la plupart de ses données sous forme de listes.
Les couleurs sont très simples : jaune papyrus pour le fond, bleu clair pour la bibliothèque numérique en elle-même, écriture bleue plus foncée ou grise. Pas de fioritures, pas d’images, le texte s’offre au regard à l’état brut. 

Les textes sont mis en ligne, directement sur le site, et ne sont pas téléchargeables. Ils peuvent être copiés, mais sous forme de tableau, ce qui est très peu pratique.

Assez étonnement, il est possible de lire les textes en Betacode ou en Unicode, et passer facilement de l’un à l’autre en cliquant sur le petit lien en bleu en haut à droite.




Présentation de PHI Classical Latin Texts

Sommaire
1. Présentation générale
2. Accès et droits
3. Origine et financement
4. Langues
5. Design et ergonomie
6. Formats des textes
7. Description du site : le corpus
8. Description du site : les recherches
9. Conclusion : public et usages

1. Présentation générale

PHI Classical Latin Texts est une banque en ligne gratuite de textes latins, libres de droits parce qu’issus d’éditions tombées dans le domaine public.

2. Accès et droits

La page d’accueil, http://latin.packhum.org/index, uniquement en anglais, demande d’accepter une licence « Fair Use » pour un usage privé uniquement.

3. Origine et financement

On aura déjà compris que le site est américain.

La page d’accueil indique que la ressource est proposée par « The Packard Humanities Institute » auquel il est possible d’écrire. Mais, aucune explication sur cette organisation n’est fournie, ni dans cette page, ni dans le reste du site.
A l’intérieur du site, « About » explique que les textes étaient auparavant disponibles sur un CD-ROM.

Le site de The Packard Humanities Institute explique qu’il s’agit d’une association à but non lucratif américaine, qui mène des actions dans les domaines de l’archéologie, de la musique, de la conservation des films et des archives historiques. La page d’accueil indique également que la majorité de ses fonds vient de la société HP, tout en revendiquant son indépendance1.

4. Langues

Outre le latin pour les textes, la seule langue est l’anglais (américain). Je n’ai trouvé aucune possibilité d’avoir les explications dans une quelconque autre langue.

5. Design et ergonomie

Le site est caractérisé graphiquement par une très grande sobriété.
Il ne comporte aucune illustration.
Les textes sont en gris foncé avec les noms des auteurs et les titres en bleu, sur un fond bleu pâle, entouré d’un fond jaune paille2.
Aucune surcharge ne peut perturber la lecture. Outre son contenu particulier, la page ne comprend qu’un bandeau de liens en haut.

Concernant le texte, on peut noter que la page web ne correspond pas à celle du livre imprimé. Par exemple, pour De rerum natura de Lucrèce, l’ensemble du texte est découpé par livre, c’est-à-dire que s’affiche sur une même page web (avec l’ascenseur, évidemment) tout un livre, soit plus de mille vers (jusqu’à 1457 pour le livre V).
Par contre, les repères de vers de l’édition imprimée sont reportés avec le texte.
Il n’existe aucun outil de recherche à l’intérieur de la page web. Mais, il est bien sûr possible d’utiliser ctrl+F.
Il existe tout de même un glossaire (latin-anglais), accessible par le lien « PHI Latin Texts » en haut à droite, mais uniquement sur les pages de textes. Sur les autres pages, le même lien renvoie à l’accueil. Cet outil n’est pas indiqué dans « About » et je ne l’ai trouvé présenté nulle part dans le site. Son fond est gris clair et le texte écrit dans le même gris foncé ou noir que les textes des auteurs.

6. Formats des textes

Chaque texte peut être affiché en Unicode ou Betacode.
Pour passer de l’un à l’autre, il suffit de cliquer sur un lien explicite en haut à droite de la page de texte.

7. Description du site : le corpus

Il est écrit sur « About » :
« This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity. »


La première page, lorsque l’on a cliqué pour accepter la licence, est intitulée « Authors » et affiche, comme son nom l’indique, la liste des auteurs.

L’ordre est alphabétique, mais selon le nom dans lequel l’auteur est connu de nos jours, le nomen ou le cognomen. Par exemple, Cicéron est classé à Cicero (Marcus Tullius Cicero) mais Lucrèce à Lucretius (Titus Lucretius Carus).
La liste comporte également des œuvres anonymes.

En cliquant sur un nom, on obtient la liste de ses écrits disponibles dans le site, avec l’abréviation du nom de l’auteur et de chacun de ses ouvrages (utile pour la recherche, voir le point 8).

Exemple de Lucrèce.

En passant la souris sur un titre, on peut connaître l’édition d’où est tiré le texte.

Pour accéder à l’un des textes, il suffit de cliquer sur son titre.

En cliquant sur le nom de l’auteur, s’ouvre le canon, liste complète avec les références précises.

Lucrèce et les auteurs qui le suivent immédiatement dans le « Canon of Classical Latin Authors and Works » (URL : http://latin.packhum.org/canon#a550).

8. Description du site : les recherches

Les abréviations et références sous forme de nombres indiquées dans ce canon sont utiles pour la recherche.
Par exemple, pour chercher dans le De rerum natura de Lucrèce, il suffit d’écrire « [Lucr:DRN] ».

La particularité de l’outil est de chercher sur des ensembles de lettres et non des mots complets, ce qui permet de connaître les occurrences de plusieurs mots comportant une racine commune.

Le premier onglet de recherche est intitulé « Word Search » et sa présentation détaillée est accessible à partir de About. Un rappel des opérateurs et de l’utilisation des abréviations est disponible directement à partir de la page de recherche.

La recherche (http://latin.packhum.org/search).
Exemple de recherche : « Venus » dans De rerum natura de Lucrèce.

En cliquant sur les petites barres bleues à droite du nombre de résultats, entourées en vert dans l’image ci-dessus, on peut visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.
Il est possible de classer les résultats par auteur ou bien par nombre d’occurrences ou par pourcentage.

Exemple de statistique : « Venus ».

Le second onglet de recherche est appelé « Concordance » et est également expliqué à partir de About. La différence tient dans la présentation des résultats, qui permet de situer le(s) mot(s) dans son(leur) contexte.

Exemple de liste de concordance : « Venus » dans De rerum natura de Lucrèce.

9. Conclusion : public et usages

Un site qui, d’une part, ne propose que le texte antique, sans aucune traduction ni aide de lecture (à l’exemption du glossaire latin-anglais, même pas signalé dans la présentation et dont je n’ai pas trouvé l’auteur), et, d’autre part, permet des recherches lexicales pointues, s’adresse évidemment aux chercheurs et étudiants et non au grand public, même à des personnes qui étudieraient le latin.
Rien n’étant prévu pour exporter ni imprimer le texte (qu’il est évidemment possible de copier-coller), l’intérêt3 du site ne me semble pas résider dans l’accès aux textes, disponibles dans d’autres banques, mais dans les outils de recherche lexicale.
Ceux-ci semblent performants et utiles pour ceux qui, comme nous en master, ont un mémoire à préparer sur des textes antiques. Existe-t-il l’équivalent pour le grec ancien et le latin médiéval (dont le site Classical Latin Texts ne contient que quelques auteurs) ?

Notes

1. Une étudiante du master des années précédentes a développé ce point dans un billet au style très différent du mien : A la découverte du PHI – Latin Texts publié le 4 novembre 2015.

2. Je m’étendrai pas plus sur le visuel car il semble que les couleurs puissent différer d’un écran à l’autre : l’un de mes prédécesseurs a vu le fond rose (Commentaires sur la bibliothèque « PHI latin classical texts » publié le 13 novembre 2017) tandis que pour un autre « l’aspect des textes […] évoque le papyrus », ce qui me laisse supposer qu’il a vu comme moi le fond jaune clair (Commentaires sur le site PHI Classical Latin Texts publié le 23 novembre 2015).

3. L’intérêt du site a même été mis en doute par une étudiante d’une année antérieure (De l’utilité du PHI publié le 9 décembre 2014). Je partage ses analyses mais pas sa conclusion : il me semble que les sites sont complémentaires et non « concurrents ».

brève présentation

Bonjour , je suis Julien DJIBA , je viens de Strasbourg  et j’étais inscrit en Philologie Classique.Passionné de Lettres classiques et spécialement de Rhétoriques antiques ,fan de prosateurs antiques et de rhéteurs aux verbes pénétrants , j’ai été interpellé par le terme numérique  .En effet,j’étais curieux de voir  ce que donnerait le panache humanités numériques et monde classique : l’une et l’autre d’époques bien différentes mais dont la mixité serait certainement intéressante .J’avoue que jusque là j’y comprend pas grand chose et mon inscription tardive n’a pas arrangé les choses(j’ose espérer que par les dieux les choses s’arrangent ).

Je finirai par cette citation de Ciceron,De oratore «l’histoire est le témoin des temps ,la lumière de la vérité,la vie de la mémoire,l’institutrice de la vie , la messagère de l’antiquité.»