Le Projet collaboratif Gutenberg

Le projet Gutenberg, créé en 1971, part d’une belle idée: de même que Gutenberg qui, au XVIe siècle avait permis, grâce à l’impression, un accès aux livres plus facile et moins onéreux, Michel Hart de l’université d’Illinois, fondateur du projet, voulait offrir à tous un accès à la littérature et ainsi combattre l’illettrisme et élargir le public des lecteurs [1].

Il s’agit d’un projet collaboratif: ce sont des bénévoles qui numérisent, convertissent, relisent et vérifient les livres [2]; certains enregistrent des livres audio.

L’utilisation du site ne requiert aucune inscription, aucun frais, aucune application personnalisée: il est possible par exemple de lire directement sur le site et d’ensuite redistribuer. C’est très proche de la philosophie de la Licence Libre GNU (GPLv1 de février 1989), que le projet précède de 18 ans.

Le format de départ, par souci de pérennité, était à l’origine l’ASCII-7 (sans lettres accentuées), suffisant pour l’anglais[3]. Les encodages du site et des textes HTML sont à présent en UTF-8 Unicode, format universel dans l’ambition et dans les faits.

Les livres proposés sur le site sont en accès libre aux États-Unis. Les lecteurs d’autres pays sont censés s’informer des droits de propriété intellectuelle de leur pays avant de télécharger.En France, le droit d’auteur court 70 années après la mort de l’auteur, sauf exception [4].

Il faut préciser qu’aux États-Unis, une loi de 1998, étendant le droit d’auteur (sous forme de copyright) de 75 à 95 années, a empêché le versement de «nouveaux ouvrages» pendant 20 ans (ils sont restés «bloqués» à l’année 1923)[5]. À partir de 2019, de nouveaux livres pourront donc rejoindre le projet Gutenberg.

Comment se présente le site?

La page d’accueil -par défaut en anglais- est aussi disponible en français, allemand ou portugais. On y remarque d’abord l’affichage des derniers livres mis en ligne et l’image QCode permettant d’accéder à une utilisation avec mobile. Ces deux éléments ne semblent pas s’adresser à des chercheurs.

Le menu en haut de la page propose plusieurs types de recherches. Il est à remarquer qu’il permet aussi d’accéder aux conditions d’utilisation ainsi qu’à une page permettant de signaler des erreurs, signe encore de l’esprit participatif du projet.

La Recherche de livres mène à une page proposant à première vue trois types de «recherches»- je dirais plutôt «trois méthodes d’affichages de livres disponibles»: l’affichage des livres les plus populaires, des dernières publications ou aléatoire; trois possibilités peu adaptées à une recherche un peu précise.

Cependant, moins visible, une ligne éditable située en haut à droite permet une recherche par mots. Il est même possible de préciser le champ du terme indiqué en ajoutant des petits codes dont l’utilisation est affichée lorsqu’on clique sur le bouton «aide».

La recherche par sujet mène à des rubriques très générales qui diffèrent selon la langue utilisée. Par exemple, il y a 22 sujets dans la version anglaise, 38 dans la version française. Il n’existe pas de sous-sujets; ce mode de recherche ne convient donc pas pour une recherche scientifique.

Le parcours du catalogue propose diverses options. Il permet de télécharger le catalogue afin de pouvoir le consulter hors ligne. Il permet aussi de parcourir la liste d’ouvrages par ordre alphabétique d’auteurs, de titres ou de langues.

Les langues sont d’ailleurs classées en deux rubriques: celles qui comportent plus de 50 livres et celles de moins de 50 livres comme l’afrikaans, l’occitan, le maori… La page du parcours catalogue renvoie par ailleurs aux pages déjà citées de recherche par livre, Top 100… Il est ausssi possible de mener sur cette page via Yahoo ou Google une recherche qui nous conduit directement aux ebooks du site Gutenberg.

Remarque

Sous la rubrique «Pages spéciales» du Plan du site de la page d’accueil, il est possible d’accéder à la rubrique self.gutenberg.org. Cette partie du site est consacrée à des ouvrages mis en ligne par des auteurs ou éditeurs qui mettent leur(s) oeuvre(s) à la disposition des lecteurs. Les eBooks sont téléchargeables en PDF. Les sujets sont très divers -biographies, littérature pour enfants, folklore, poésie, politique…- leur qualité aussi. Il est possible, sur la fiche de certains ouvrages d’obtenir des informations sur l’auteur ou éditeur; certaines universités ont déposé des ouvrages –Cambridge University, Oxford University, Air University[7]

On regrettera que cette partie du site soit financée par des bandeaux publicitaires.

Caractéristiques des documents

Les ouvrages proposés tiennent compte des nombreux systèmes de lecture qui existent: comme l’explique très bien Marianne dans son billet Project Gutenberg, il est possible de télécharger -ou lire en ligne- les fichiers désirés en texte simple UTF-8, HTML, EPUB (formats libres) et Kindle (format propriétaire) avec ou sans images; les fichiers des livres «audio» sont eux aussi disponibles sous divers formats.

Le téléchargement est explicitement disponible sous ces différents formats, et même encouragé par la possibilité de téléverser les versions EPUB et Kindle dans Google Drive, Dropbox ou OneDrive.

Commme le fait aussi remarquer Marianne, cliquer sur l’onglet «Bibrec» permet d’accéder aux données bibliographiques. Elles sont d’ailleurs enregistrables sous Zotero.

Public à qui s’adresse le Projet Gutenberg

Il a été noté à plusieurs reprises dans des billets précédents que le Projet Gutenberg n’était pas adapté à la recherche académique[6]; plusieurs détails relevés dans ce billet vont aussi dans ce sens. Est-il alors adapté aux amateurs? En matière de culture classique par exemple, un collégien pourrait-il y trouver facilement les informations qu’il cherche?

J’ai imaginé un jeune élève qui cherchait pour un travail scolaire des informations sur Jules César. Il se rend donc sur gutenberg.org et tape «Jules César». Voici ce qu’il obtient:

Jules César, William Shakespeare; My Private Menagerie, Théophile Gautier; Portraits et études; Lettres inédites de Georges Bizet, Bizet et Imbert; The Romance of a Mummy and Egypt,Théophile Gautier.

S’il a l’idée (ou si on lui souffle) de taper «Julius Caesar», il obtient 38 résultats dont trois sont des éditions exclusivement en langue latine de la Guerre des Gaules; une est une édition de la Guerre des Gaules avec commentaires et exercices en anglais; dans un ouvrage en anglais sur les grands hommes une page est consacrée à Jules César. Les autres résultats concernent des éditions du Julius Caesar de Shakespeare dans plusieurs langues, César et Cléopâtre de Bernard Shaw, et d’autres encore qui ne correspondront probablement pas à ce que cherche le jeune collégien. J’ai testé d’autres termes de recherches et tombe toujours sur des résultats similaires: beaucoup de réponses difficiles à trier pour celui qui a peu d’informations sur ce qu’il cherche. Une recherche si compliquée à mener pour un amateur peu informé ne risque-t-elle pas de l’éloigner des livres?

Peut-être que Gutenberg s’adresse à des personnes qui cherchent à acquérir une culture générale, à lire sans idée préconçue plutôt qu’à des personnes qui cherchent des informations précises sur un sujet qu’elles veulent approfondir

À mon avis, le projet Gutenberg ne convient ni pour une reccherche scientifique, ni pour une recherche d’informations de base -du genre de Wikipedia- , mais se rendre sur ce site, c’est un peu comme aller chez un bouquiniste. L’homme est passionné; dans son magasin, les livres ne sont pas toujours bien classés. Et quand on sort de chez lui -souvent à contrecoeur-, on a rarement trouvé ce qu’on cherchait, mais on est chargé de ce qu’on ne s’attendait pas trouver et si on ne s’était pas obligé à se limiter, on serait encore occupé à fouiller… Un peu comme moi qui dois me résigner à fermer mes fenêtres Gutenberg malgré tout ce qu’il reste à y découvrir et à terminer -provisoirement- ce billet.

Notes

1. LEBERT Marie, Le Projet Gutenberg (1971-2008), oct. 2008, disponible sur le site Gutenberg, n° d’ebook 27046.
2. LEBERT Marie, Ibid., chap 3
3. fr.wikipedia.org/wiki/UTF-8.
4. En France, le Petit Prince par exemple, n’est toujours pas dans le domaine public.
5. law.duke.edu/cspd/publicdomainday/ et wikipedia.org/wiki/Copyright_Term_Extension_Act
6. Lire par exemple la conclusion de Tsilla Meyer dans son billet Étude du fonctionnement du projet Gutenberg
7. Aucun filtre ne permet de vérifier le caractère universitaire d’un établissement qui se déclare comme tel. Si l’établissement n’est pas connu, il faut donc être vigilant.

PHI Classical Latin Texts

PHI Classical Latin Texts (pour Packard Humanities Institute Latin Texts) est une banque de texte latins en ligne. Le site présente une interface dépouillée. La recherche d’oeuvres se fait par nom d’auteur depuis une liste classée par ordre alphabétique qui présente le nom complet des auteurs sous leur forme anglophone.

capture d'écran PHI 1

Le choix d’un auteur amène à son oeuvre complet où on peut choisir l’ouvrage qui nous intéresse. en survolant une oeuvre avec la souris on peut voir l’édition utilisée pour l’encodage du texte ce qui permet de le citer et d’en vérifier la version (si en 2017 la cours d’appel de Paris n’a pas reconnu le droit d’auteur aux transcriptions de manuscrits du moyen-âge et de la Renaissance il convient de rappeler que les transcriptions que nous avons à disposition sont le fruit du travail de chercheurs qui ont sélectionné des passages de divers manuscrits et de les citer).

capture d'écran PHI 2

Le texte se présente sous forme de colonne dans laquelle on navigue grâce à une barre ou grâce aux boutons next et previous ce qui permet d’éviter des blocs de texte trop longs ainsi que de devoir charger les pages à chaque changement les vers sont indiqués au dessus du texte et le numéro de la page est visible dans la barre d’adresse ce qui permet de retrouver rapidement une page. On peut également passer facilement du Betacode à l’Unicode.

capture d'écran PHI 3

À cela s’ajoute la recherche par mot « Word search » et par concordance qui permettent de rechercher les occurrences. La recherche par mot donne des passages, regroupés lorsque plusieurs occurrences sont proches avec au dessus la localisation du passage dans l’oeuvre.

capture d'écran PHI 4

La recherche par concordance permet la même chose mais avec une seule ligne par passage ce qui permet d’afficher beaucoup plus d’occurrences à la fois et permet donc de faire des ratissages plus large. Il faut cependant garder à l’esprit que la recherche par concordance a une limite de 500 occurrences au delà de quoi elle sélectionne et affiche des occurrences du mot recherché au hasard ce qui peut fausser les recherches.

capture d'écran PHI 5

Dans ces deux types de recherche également, on fait le choix de la simplicité: une simple barre de recherche dans laquelle on peut ajouter des filtres par des signes ou des codes (il faudra cependant retenir ou du moins aller chercher les codes qui permettent de restreindre la recherche à un auteur et à une oeuvre).

capture d'écran PHI 6

attention cependant: le site recherchera le mot tel qu’il est écrit. Veillez donc a essayer toute les déclinaisons du mot pour une recherche complète

Là où le TLG peut intimider les néophytes avec ses nombreuses interfaces, PHI Classical Latin Text a pour lui une grande simplicité visuelle et une interface uniforme. Idéal pour la recherche de texte latins ou la comparaison de corpus grâce à la recherche par occurrence et concordance on peut cependant regretter l’absence de tout lien vers une traduction ou un dictionnaire.

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®)

Le Thesaurus Linguae Graecae (TLG®) possède un titre doublement « trompeur ». En effet, il est en latin mais le TLG® est constitué d’un corpus de textes en grec ancien. De plus, il s’appelle Thesaurus mais ce n’est pas un trésor au sens de dictionnaire comme le Trésor de la Langue Française informatisé.

Avant d’être un site internet, le TLG® est un programme de recherche de l’Université de Californie à Irvine fondé en 1972 par la chercheuse antiquisante Marianne McDonald dont l’objectif était de produire un vaste corpus numérique de textes littéraires en grec ancien. Son inspiration se trouve dans le Thesaurus Graecae Linguae, un dictionnaire de la langue grecque du philologue et helléniste français du XVI° siècle, Henri II Estienne dit Stephanus (cf Url du site). Le projet a connu deux directeurs : Theodore F. Brunner entre 1972 et 1998 et Maria Pantelia de 1998 à nos jours.

Les supports des textes ont évolué en parallèle de l’informatique. Ainsi, au moment de sa création, les textes se trouvaient sur des bandes magnétiques à lire avec le système Ibycus, créé par David Woodley Packard pour relire et corriger les textes numérisés, puis sur des CD-ROM A, C et D entre 1985 et 1992 avec l’aide technique de l’association à but non lucratif Packard Humanities Institute (PHI) connue pour son site PHI Latin Texts. En 2000, sort le TLG® E, le premier CD-ROM à être produit par l’équipe interne du projet. Il suit le transfert du corpus du système Ibycus à l’environnement Unix. C’est enfin depuis 2001 que le corpus est accessible en ligne.

La navigation dépend de l’autorisation donnée. Ainsi, The Abridged TLG® est une version restreinte du TLG® accessible au public sans abonnement mais avec une inscription (identifiant et mot de passe à fournir). Le corpus est limité aux auteurs classiques comme Homère, Hésiode, Platon, Aristote ou encore des tragédiens et orateurs étudiés habituellement durant le cursus universitaire mais aussi à des textes patristiques, des Pères de l’Église pour un total d’environ 1000 textes de 70 auteurs. Les textes de la période byzantine (330-1453 après J-C) par exemple ne sont donc pas inclus. Ce choix se défend. En effet, seuls les chercheurs ont intérêt à consulter ces textes, moins les étudiants et encore moins les élèves et les non antiquisants. Pour avoir accès au corpus complet, il faut souscrire un abonnement payant d’un ou trois ans pour les personnes et une licence pour les institutions (Universités, bibliothèques, etc.) dont le prix varie en fonction de la demande (taille de l’institution, largeur estimée de l’audience, etc.). Les textes sont consultables en ligne mais pas téléchargeables car ils ne sont pas dans le domaine public, étant des versions numériques d’éditions papier. On ne peut pas les copier en théorie mais rien n’empêche d’utiliser le classique CTRL + C / CTRL + V, contrairement à d’autres sites où sélectionner le texte avec la souris est impossible. On peut cependant modifier la police de caractères des textes

La page d’accueil est une présentation du projet dans sa globalité avec des liens vers des informations d’utilisation, d’extension du corpus, sur l’équipe en fonction, sur l’histoire du TLG®. On peut aussi les contacter. Il mentionne aussi l’existence de pages Facebook et Twitter, qui donnent des informations sur les ajouts récents de textes. Aux couleurs des céramiques grecques, cette page est composée de sept rubriques.

La recherche d’un texte ou d’un corpus se fait dans les rubriques TLG Canon, Full Corpus et Abridged TLG qui renvoie toutes à la même page mais avec des autorisations différentes : Full Corpus et Abridged TLG en accès ouvert et Full Corpus avec un abonnement. On peut faire une recherche par domaine : Author (Auteur), Editor (Éditeur), Work Title (Titre de l’œuvre), Publication Title/Year (Année ou titre de publication) ou Series. En complément, on peut inclure ou exclure des termes vernaculaires et/ou diplomatiques. On peut préciser le(s) siècle(s) voulu(s) (Date) en cochant les propositions du VIII° siècle av. J-C au XX° siècle de notre ère, le genre (Generic Epithet), le lieu (Geographic Epithet) ou encore des expressions particulières (Non-Standard Gen. Epith.).

Quand on cherche un auteur, c’est avec son nom latin. Par exemple, il faut écrire Lucianus pour trouver le rhéteur et satirique du II ap. J-C, Lucien (absent de la version gratuite). Des informations chronologique et géographique sont données avec en rubriques annexes, une carte et une frise qui situent l’auteur. Des liens vers des ressources externes (Wikipédia, Jstor, l’Année philologique, etc), la traduction sur Perseus et des références croisées le concernant sont juxtaposés.  En cliquant sur un petit livre rouge à côté du nom de l’auteur, la liste de ses œuvres apparaît. Une petite icône nous mène vers le texte désiré. Si on ne le sait pas, on risque de ne pas pouvoir trouver tout de suite, surtout si on est habitué à cliquer sur du texte et non sur des icônes comme aux premier jours du Web. L’édition papier d’origine est indiquée, ce qui souligne un travail de numérisation. Les textes sont ainsi disposés par « pages » comme dans l’édition papier d’origine. Ils sont affichables en Unicode mais aussi en Beta Code, son système de représentation des caractères et de la ponctuation développé par David W. Packard.

J’ai décidé de flouter le texte pour être conforme au copyright.

Il existe une large palette d’outils d’analyse des textes qui fonctionnent à la fois à l’intérieur d’un texte donné ou du canon entier du TLG. D’abord le moteur de recherche lexicologique dans la rubrique Lexica où l’on peut taper une chaîne de caractères ou des mots pour trouver leur occurrences dans les passages des textes du Canon. Dans un texte, on peut sélectionner la rubrique Lexica pour faire une recherche lexicale ou trouver la ou les occurrences d’une expression dans le canon du TLG.. Les lemmes rares sont surlignés en vert clair tandis que les plus courants sont en vert foncé.  Ensuite, ce montre un effort de classement. Le modèle de langage probabiliste N.gram est un outil de recherche intertextuelle, c’est-à-dire, qu’il permet comparer les similitudes stylistiques, la présence de citations ou d’hommage entre deux auteurs.  Enfin, il y a une rubrique de statistiques diverses sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus utilisés, les moins utilisés, des auteurs les plus productifs, etc.

On peut choisir d’écrire le mot recherché en sélectionnant un mode d’entrée de données (Input) qui est l’Unicode, le Betacode ou la translittération qui est une manière d’écrire le grec ancien avec des lettres latines.

Quatre dictionnaires de langue grecque sont intégrés au projet :

_ Le Cunliffe, un dictionnaire anglo-saxon de du vocabulaire homérique ;

_ Le Powell, spécialisé dans le vocabulaire d’Hérodote ;

_ Le LSJ (Liddell-Scott-Jones) , dictionnaire grec ancien-anglais ;

_ Enfin le LBG (Lexikon zur byzantinischen Gräzität), dictionnaire du vocabulaire grec de l’époque byzantine.

Cette diversité des dictionnaires utilisés qu’ils soient généraux ou spécialisés renforce l’efficacité de l’analyse. Mais ce corpus est majoritairement anglophone ce qui exclut les non-anglophones.

Enfin, il y a une rubrique de statistiques de lemmes sur un texte donné ou sur tout le canon avec des listes de lemmes les plus ou les moins fréquents, etc.

Comme nous l’avons vu, le Thesaurus Linguae Graecae est un outil de recherche précieux pour les chercheurs avec son large corpus et ses diverses fonctionnalités d’analyse. Cependant, on pourrait lui reprocher une certaine forme d’exclusion avec l’anglais comme langue et sa technicité qui peut sembler opaque pour un néophyte. Sans parler de l’accès financier. L’esthétique peut aussi paraître vieillotte mais c’est relatif à l’ancienneté du site et aux habitudes de l’utilisateur.

Perseus, bibliothèque numérique

Perseus est une bibliothèque numérique de langue anglaise qui recense un grand nombre de textes anciens, avec des collections de thèmes multiples, centrées sur le domaine des humanités. Le projet Perseus fait partie du projet Open Greek and Latin Project, qui réunit de manière collaborative libraires et chercheurs pour créer une bibliothèque en ligne accessible à tous. 

Page d’accueil de Perseus

Une petite histoire du projet Perseus 

Le projet Perseus remonte à 1985. L’idée était de réussir à convertir, à l’heure où les humanités numériques prennent leur essor, une bibliothèque papier en une bibliothèque numérique. À l’heure d’aujourd’hui, où de plus en plus d’ouvrages apparaissent en version numérique, c’est une question qui semble essentielle. En outre, la numérisation d’une bibliothèque ancienne permet de constituer une bibliothèque plus grande que jamais, avec de nombreuses fonctionnalités qui simplifient la vie du chercheur. Le but essentiel de cette librairie numérique est de donner un accès le plus large possible aux ressources entrant dans le champ des humanités (linguistique, objets d’art, histoire…) pour les rendre aussi accessibles que possible à qui veut.

Les collections

Perseus donne accès :
– aux textes latins et grecs, en version originale et en traduction
– à des objets d’art, sites et monuments (histoire de l’art)
– à certains pans de la littérature arabe
– à des études sur les peuples germaniques
– à des sources historiques sur les Etats-Unis du XIXe
– à certains textes de littérature anglaise
– à des poèmes latins de la Renaissance

Les différentes fonctionnalités du site

La bibliothèque Perseus permet tout d’abord un accès direct et rapide aux textes anciens, que ce soit en langue originale ou en traduction, anglaise bien-sûr. 
Une fois que l’on a accès à un texte en particulier, on peut l’étudier très précisément car chaque mot du texte renvoie vers une page qui donne son analyse morphologique précise et sa traduction.
Par ailleurs, le texte est édité scientifiquement, selon des éditions anglaises déjà existantes. Les lieux cités dans le texte et les références croisées sont également recensées et accessibles dans des encadrés en marge du texte.
Il faut savoir que Perseus permet aussi des recherches par mot.  Cette fonctionnalité est assez pratique pour chercher des textes en lien avec certains thèmes ou pour chercher dans les textes latins. Malheureusement, cette fonction n’est pas très compatible avec une recherche en langue grecque. 
Finalement, il est intéressant de savoir Perseus met en accès libre les textes, qui peuvent être téléchargés en version XML.

Une recherche type dans Perseus, pas à pas

Tout d’abord, il s’agit d’entrer l’objet de sa recherche dans la petite barre de recherche située en haut à droite de la page d’accueil. Admettons que nous voulions explorer l’Iliade d’Homère. Nous rentrons donc dans l’encadré de recherche le mot clé « Iliad ». 

Perseus nous propose ensuite une liste de résultats en rapport avec la recherche : 

Si nous cliquons sur le deuxième résultat (Homer, Iliad (Greek)), nous tombons sur la page suivante, qui nous affiche le texte en grec, comme voulu, et nous propose également, dans les encarts situés sur les côtés du textes, toutes les fonctionnalités que nous avons cité précédemment : 

On nous propose, donc, en dehors de la traduction, une édition scientifique du texte, avec des notes présentées comme ci-dessous : 

Mais comme dit précédemment, le texte est dynamique. À chaque fois que l’on clique sur un terme, un lien nous renvoie vers une page où ce terme est analysé. Cette nouvelle page propose même un article de dictionnaire, à choisir entre le LSJ, le Middle Liddell et l’Autenrieth. 

Le site permet aussi une recherche par mot. Si l’on cherche le terme latin animus, le site nous propose les résultats suivants :

Dans ce cadre de recherche, il est important de préciser le langage dans lequel vous voulez chercher. Malheureusement, la recherche en langue grecque n’est pas très pertinente, ce que corrige la nouvelle version en construction du site : Scaife Viewer. 

Le site d’un point de vue numérique

Tout le site est codé en JavaScript. Le code est en open source, c’est à dire qu’il est accessible à tout le monde, pour peu qu’on ait la curiosité d’aller jeter un oeil. Les textes, quant à eux, sont codés en XML et peuvent être affichés en Unicode.

Remarques générales : usages et accessibilité

Le site est très complexe, et n’est pas forcément évident à manipuler et ses défauts de présentation ne le rendent pas plus accessible. Par ailleurs, Perseus propose tellement de fonctionnalités que le novice pourrait se sentir un peu perdu face à tant d’informations. Par contre, d’un point de vue scientifique, le site est un outil merveilleux qui permet une approche rigoureuse et précise du texte, avec un gain de temps non négligeable. Je pense qu’il est davantage adapté à quelqu’un ayant déjà un peu la pratique de l’informatique mais aussi de l’approche des textes classiques, mais aussi et surtout, car c’est un point majeur, de la langue anglaise ! Il est vrai que cet aspect pourrait en éloigner certains… Ce site n’est donc pas des plus accessibles pour un locuteur français qui chercherait juste à avoir un accès facile à certaines oeuvres grecques ou latines.

Vers une mise à jour et une amélioration

Du point de vue esthétique, le site n’est pas très moderne et manque d’efficacité dans sa présentation. Un site mieux présenté, plus beau, est plus facile d’accès serait beaucoup plus agréable et facile à parcourir. Cependant, une version plus moderne de Perseus est en train d’être créée, Scaife Viewer, qui corrige ce problème esthétique et qui permet une recherche par lemme, mais en grec seulement, ce qui n’était pas le cas de Perseus.

Ce pendant de Perseus classique corrige les défauts de l’ancien Perseus avec un site plus beau, plus aéré, plus facile à explorer avec de nouvelles fonctionnalités qui sont rendues plus abordable et faciles à utiliser.


Finalement, Scaife Viewer, comme Perseus, sert essentiellement pour la lecture de texte ancien, que ce soit en version originale, ou en traduction.

Thesaurus Linguae Grecae

Le site Thesaureus Linguae Grecae fait partie de ces outils qui sont si complets qu’on a toujours l’impression de pouvoir en découvrir d’autres aspects.
Son corpus ne cesse d’être enrichi; on peut avoir un aperçu du rythme de numérisation en cliquant sur « News and Updates » à partir de la page d’accueil du site. Le projet, mené par l’Université de Californie à Irvine, vise à numériser toute oeuvre en grec ancien, depuis Homère jusqu’à la chute de Constantinople.
Mais le site n’est pas uniquement une compilation de texte auxquels on nous donnerait accès (par exemple par une liste alphabétique des auteur). Il permet d’accéder aux textes par différents moyens.

L’onglet Canon:
On peut choisir d’écrire le nom de l’auteur, de l’oeuvre, de l’éditeur, de la date de publication… ou délimiter par siècle, genre, géographie etc. Le résultat s’affiche sous forme de liste alphabétique, de carte ou de graphique chronologique. Dans la colonne de droite, à côté des résultats, on nous offre même des références croisées à d’autres auteurs et oeuvres.

L’onglet Browse:
C’est l’accès au texte le plus naturel pour nous: on entre dans la barre de recherche le nom de l’auteur-ice, puis on clique sur une de ces oeuvres dans la liste qui s’affiche. On a alors accès au texte, mais pas seulement! Chaque mot du texte est un lien sur lequel on peut cliquer et qui renvoie dans la colonne de droite à une analyse morphologique du mot, avec des liens vers de très nombreux dictionnaires numérisés (LSJ, Cunlife, Powell…).
À noter aussi, la possibilité d’accéder à la structure du texte, de citer la source… 

L’onglet Text search:
On peut très bien aussi vouloir faire une recherche par le texte lui-même. Cet onglet permet de trouver dans le corpus les textes contenant un mot donné, un groupe de mot donné ou même un lemme. On peut choisir également l’option proximity, pour chercher un ou plusieurs mots à proximité dans le texte.
Il existe de multiples options, que nous nous garderons peut-être de toutes détailler ici pour ne pas noyer les lecteur-ices de ce billet, mais qui sont détaillées de façon claire par le TLG
( à noter que tous les onglets sont très bien expliqués en cliquant sur la petite ampoule à droite de leur titre)

Outre l’accès au texte, le TLG nous donne également accès à de nombreux dictionnaires (avec encore cette possibilité de faire ses recherches par lemmes), aux statistiques (de tout le corpus, d’un auteur précis, d’un lemme, du corpus délimité chronologiquement…).

Ce qui frappe l’utilisateur-ice du Thesaurus Linguae Grecae c’est la volonté de précision de la base de donnée. Prenons l’outil Browse par exemple: l’utilisateur-ice a accès en cliquant sur un mot au plus de dictionnaires possibles, là où on aurait pu choisir un dictionnaire et le citer directement dans la colonne de droite.

Bien sûr, le site peut paraître un peu surchargé et il faut le connaitre pour en faire la meilleure utilisation. Ceci dit, tout est expliqué, il faut juste y prendre un peu de temps au début. Il est plus adapté à l’étude qu’à la lecture qui pourrait être perturbée par toutes les informations qui entourent le texte.

Cette technologie permet d’effectuer en quelques secondes ce qui aurait été il y a peu de décennies des démarches incroyablement complexes et de pouvoir consacrer plus de temps à la réflexion sur le texte qu’à la recherche d’un terme, d’une citation…

Le Thesaurus Linguae Grecae n’est malheureusement pas en libre accès, mais un abrégé est mis à disposition des utilisateur-rices non rattaché-es à une université, qui peuvent tout de même en s’inscrivant accéder aux textes les plus connus.

C’est donc une bibliothèque numérique de qualité regroupant de très nombreux textes mais permettant de les classer en différentes catégories, le rêve!
Ce qui m’a plu, ce sont surtout les différents moyens d’accéder au texte, par l’outil canon par exemple, cela permet de découvrir des auteurs et des textes et pas seulement de retrouver un texte qu’on avait déjà en tête.

PHI Latin texts

Le nom PHI Latin Text est une abréviation de Packard Humanities Institute, une société à but non lucratif dédiée à l’archéologie, la musique, la préservation des films et aux archives historiques » (selon sa propre définition sur son site)

Cette bibliothèque numérique, gratuite, permet d’avoir accès à des textes latins, libres de droits. 

1-La page d’accueil
A l’ouverture du site se trouve une page d’accueil, placée là comme un véritable Cerbère : impossible d’accéder aux données de cette bibliothèque numérique sans accepter la politique du site. Mais comme il s’agit d’accepter de n’utiliser ces textes que pour un usage personnel et de respecter les droits des oeuvres, nous nous empressons d’accepter et de cliquer sur le lien.

Petite précision : il est également possible de poser des questions et faire des remarques grâce au lien placés juste en dessous, qui ouvre directement notre boîte mail.

La page d’accueil

2-Les différentes rubriques
Il a trois quatre rubriques majeures sur cette bibliothèque en ligne : « Authors », « Word Search », « Concordance », « About ».

Il est possible de faire une recherche par auteur, dont les noms sont écrits en latin, ce qui suppose une bonne connaissance de leurs noms complets. En effet, le site présente les tria nomina, le praenomen et cognomen étant présentés en bleu simple, et le nomen en gras pour éviter les confusions.

Nous pouvons également chercher un mot spécial, un groupe de mots, ou encore une phrase, dans tous les textes regroupés sur cette banque de données.
J’ai fait deux tentatives, la première avec le mot « agmen ». Cela m’a donné plus de 845 résultats très peu fructueux : le moteur de recherche ne considère pas le mot « agmen » comme un mot en lui-même et m’a donc donné de nombreux textes ou il est question de « fragmenta ».

Cependant, grâce aux statistiques (indiquées par une sorte de minuscule schéma bleu en haut), j’ai pu observer les récurrences de ce mot dans les textes, en pourcentage et nombre de fois, par auteur. C’est ainsi que le mot « agmen » est utilisé 41 fois dans le corpus de Gaius Iulius Caesar et 37 fois chez Marcus Tulius Cicero (ce qui nous étonne à moitié finalement…

Le plus intéressant, et à mon avis très utile reste la possibilité de faire des concordances : le site permet de retrouver toutes les occurrences d’un mot, d’une phrase, parfois même d’un paragraphe dans plusieurs textes différents. Cela facilite beaucoup les études comparatives entre autres.
Il est même possible d’obtenir des résultats en grec (bien qu’ici ce ne soit pas du tout concluant…)

3-Utilisation des données
Le site est exclusivement en anglais. Il n’est pas possible de sélectionner une autre langue, ni d’obtenir une traduction. Il seul seulement possible d’obtenir des définitions (en anglais toujours), une fois la page de texte ouverte, en cliquant sur PHI Latin Text en haut à droite.

Petit bémol : la plupart des textes recensées dans cette bibliothèque numérique datent d’avant 200av JC, ce qui exclut une part importante de la production littéraire latine en restant toutefois extrêmement riche.

4-L’esthétique et l’ergonomie
Simplifié à l’extrême, c’est un site efficace et direct, qui présente la plupart de ses données sous forme de listes.
Les couleurs sont très simples : jaune papyrus pour le fond, bleu clair pour la bibliothèque numérique en elle-même, écriture bleue plus foncée ou grise. Pas de fioritures, pas d’images, le texte s’offre au regard à l’état brut. 

Les textes sont mis en ligne, directement sur le site, et ne sont pas téléchargeables. Ils peuvent être copiés, mais sous forme de tableau, ce qui est très peu pratique.

Assez étonnement, il est possible de lire les textes en Betacode ou en Unicode, et passer facilement de l’un à l’autre en cliquant sur le petit lien en bleu en haut à droite.




Présentation de PHI Classical Latin Texts

Sommaire
1. Présentation générale
2. Accès et droits
3. Origine et financement
4. Langues
5. Design et ergonomie
6. Formats des textes
7. Description du site : le corpus
8. Description du site : les recherches
9. Conclusion : public et usages

1. Présentation générale

PHI Classical Latin Texts est une banque en ligne gratuite de textes latins, libres de droits parce qu’issus d’éditions tombées dans le domaine public.

2. Accès et droits

La page d’accueil, http://latin.packhum.org/index, uniquement en anglais, demande d’accepter une licence « Fair Use » pour un usage privé uniquement.

3. Origine et financement

On aura déjà compris que le site est américain.

La page d’accueil indique que la ressource est proposée par « The Packard Humanities Institute » auquel il est possible d’écrire. Mais, aucune explication sur cette organisation n’est fournie, ni dans cette page, ni dans le reste du site.
A l’intérieur du site, « About » explique que les textes étaient auparavant disponibles sur un CD-ROM.

Le site de The Packard Humanities Institute explique qu’il s’agit d’une association à but non lucratif américaine, qui mène des actions dans les domaines de l’archéologie, de la musique, de la conservation des films et des archives historiques. La page d’accueil indique également que la majorité de ses fonds vient de la société HP, tout en revendiquant son indépendance1.

4. Langues

Outre le latin pour les textes, la seule langue est l’anglais (américain). Je n’ai trouvé aucune possibilité d’avoir les explications dans une quelconque autre langue.

5. Design et ergonomie

Le site est caractérisé graphiquement par une très grande sobriété.
Il ne comporte aucune illustration.
Les textes sont en gris foncé avec les noms des auteurs et les titres en bleu, sur un fond bleu pâle, entouré d’un fond jaune paille2.
Aucune surcharge ne peut perturber la lecture. Outre son contenu particulier, la page ne comprend qu’un bandeau de liens en haut.

Concernant le texte, on peut noter que la page web ne correspond pas à celle du livre imprimé. Par exemple, pour De rerum natura de Lucrèce, l’ensemble du texte est découpé par livre, c’est-à-dire que s’affiche sur une même page web (avec l’ascenseur, évidemment) tout un livre, soit plus de mille vers (jusqu’à 1457 pour le livre V).
Par contre, les repères de vers de l’édition imprimée sont reportés avec le texte.
Il n’existe aucun outil de recherche à l’intérieur de la page web. Mais, il est bien sûr possible d’utiliser ctrl+F.
Il existe tout de même un glossaire (latin-anglais), accessible par le lien « PHI Latin Texts » en haut à droite, mais uniquement sur les pages de textes. Sur les autres pages, le même lien renvoie à l’accueil. Cet outil n’est pas indiqué dans « About » et je ne l’ai trouvé présenté nulle part dans le site. Son fond est gris clair et le texte écrit dans le même gris foncé ou noir que les textes des auteurs.

6. Formats des textes

Chaque texte peut être affiché en Unicode ou Betacode.
Pour passer de l’un à l’autre, il suffit de cliquer sur un lien explicite en haut à droite de la page de texte.

7. Description du site : le corpus

Il est écrit sur « About » :
« This website contains essentially all Latin literary texts written before A.D. 200, as well as some texts selected from later antiquity. »


La première page, lorsque l’on a cliqué pour accepter la licence, est intitulée « Authors » et affiche, comme son nom l’indique, la liste des auteurs.

L’ordre est alphabétique, mais selon le nom dans lequel l’auteur est connu de nos jours, le nomen ou le cognomen. Par exemple, Cicéron est classé à Cicero (Marcus Tullius Cicero) mais Lucrèce à Lucretius (Titus Lucretius Carus).
La liste comporte également des œuvres anonymes.

En cliquant sur un nom, on obtient la liste de ses écrits disponibles dans le site, avec l’abréviation du nom de l’auteur et de chacun de ses ouvrages (utile pour la recherche, voir le point 8).

Exemple de Lucrèce.

En passant la souris sur un titre, on peut connaître l’édition d’où est tiré le texte.

Pour accéder à l’un des textes, il suffit de cliquer sur son titre.

En cliquant sur le nom de l’auteur, s’ouvre le canon, liste complète avec les références précises.

Lucrèce et les auteurs qui le suivent immédiatement dans le « Canon of Classical Latin Authors and Works » (URL : http://latin.packhum.org/canon#a550).

8. Description du site : les recherches

Les abréviations et références sous forme de nombres indiquées dans ce canon sont utiles pour la recherche.
Par exemple, pour chercher dans le De rerum natura de Lucrèce, il suffit d’écrire « [Lucr:DRN] ».

La particularité de l’outil est de chercher sur des ensembles de lettres et non des mots complets, ce qui permet de connaître les occurrences de plusieurs mots comportant une racine commune.

Le premier onglet de recherche est intitulé « Word Search » et sa présentation détaillée est accessible à partir de About. Un rappel des opérateurs et de l’utilisation des abréviations est disponible directement à partir de la page de recherche.

La recherche (http://latin.packhum.org/search).
Exemple de recherche : « Venus » dans De rerum natura de Lucrèce.

En cliquant sur les petites barres bleues à droite du nombre de résultats, entourées en vert dans l’image ci-dessus, on peut visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.
Il est possible de classer les résultats par auteur ou bien par nombre d’occurrences ou par pourcentage.

Exemple de statistique : « Venus ».

Le second onglet de recherche est appelé « Concordance » et est également expliqué à partir de About. La différence tient dans la présentation des résultats, qui permet de situer le(s) mot(s) dans son(leur) contexte.

Exemple de liste de concordance : « Venus » dans De rerum natura de Lucrèce.

9. Conclusion : public et usages

Un site qui, d’une part, ne propose que le texte antique, sans aucune traduction ni aide de lecture (à l’exemption du glossaire latin-anglais, même pas signalé dans la présentation et dont je n’ai pas trouvé l’auteur), et, d’autre part, permet des recherches lexicales pointues, s’adresse évidemment aux chercheurs et étudiants et non au grand public, même à des personnes qui étudieraient le latin.
Rien n’étant prévu pour exporter ni imprimer le texte (qu’il est évidemment possible de copier-coller), l’intérêt3 du site ne me semble pas résider dans l’accès aux textes, disponibles dans d’autres banques, mais dans les outils de recherche lexicale.
Ceux-ci semblent performants et utiles pour ceux qui, comme nous en master, ont un mémoire à préparer sur des textes antiques. Existe-t-il l’équivalent pour le grec ancien et le latin médiéval (dont le site Classical Latin Texts ne contient que quelques auteurs) ?

Notes

1. Une étudiante du master des années précédentes a développé ce point dans un billet au style très différent du mien : A la découverte du PHI – Latin Texts publié le 4 novembre 2015.

2. Je m’étendrai pas plus sur le visuel car il semble que les couleurs puissent différer d’un écran à l’autre : l’un de mes prédécesseurs a vu le fond rose (Commentaires sur la bibliothèque « PHI latin classical texts » publié le 13 novembre 2017) tandis que pour un autre « l’aspect des textes […] évoque le papyrus », ce qui me laisse supposer qu’il a vu comme moi le fond jaune clair (Commentaires sur le site PHI Classical Latin Texts publié le 23 novembre 2015).

3. L’intérêt du site a même été mis en doute par une étudiante d’une année antérieure (De l’utilité du PHI publié le 9 décembre 2014). Je partage ses analyses mais pas sa conclusion : il me semble que les sites sont complémentaires et non « concurrents ».

brève présentation

Bonjour , je suis Julien DJIBA , je viens de Strasbourg  et j’étais inscrit en Philologie Classique.Passionné de Lettres classiques et spécialement de Rhétoriques antiques ,fan de prosateurs antiques et de rhéteurs aux verbes pénétrants , j’ai été interpellé par le terme numérique  .En effet,j’étais curieux de voir  ce que donnerait le panache humanités numériques et monde classique : l’une et l’autre d’époques bien différentes mais dont la mixité serait certainement intéressante .J’avoue que jusque là j’y comprend pas grand chose et mon inscription tardive n’a pas arrangé les choses(j’ose espérer que par les dieux les choses s’arrangent ).

Je finirai par cette citation de Ciceron,De oratore «l’histoire est le témoin des temps ,la lumière de la vérité,la vie de la mémoire,l’institutrice de la vie , la messagère de l’antiquité.»

Beati pauperes numeris

Bonjour, je commence à suivre les cours numériques, et je ne comprends rien, de rien. Je pique des crises de colère, heureusement je n’ai pas encore détruit, ni même frapper,  l’ordinateur. Il faut dire qu’à mon âge, 58 ans, j’ai vraiment l’impression d’entrer dans un autre monde. Je sens que je vais être pitoyable, lamentable, exécrable, impardonnable, bref une honte.

Jusqu’à ce carnet auquel je n’arrive pas à m’habituer, car je travaille ordinairement avec blogger. 

En tout cas, félicitations et admiration pour tous ceux et toutes celles dont je lis, depuis l’année dernière, les efforts et les travaux sur ce carnet. Félicitations parce qu’ils sont dégourdis, et je n’ai parfois rien compris à ce qu’ils écrivaient, admiration pour le courage qu’il faut avoir pour aborder les études anciennes. Après quelques années de découragement devant l’évolution de  la remise en cause du savoir dans l’enseignement, un  nouveau voyage à Rome m’a fait comprendre que j’étais définitivement un « Lettres Classiques » indécrottable, attaché à la langue latine  (regina linguarum) et à son incroyable aventure intellectuelle.  Pour le reste, je suis loin de Nanterre, je travaille à distance depuis la Bretagne, et je travaille sur un texte latin médiéval : le procès de canonisation d’Yves Hélori. Présenté ainsi, mon travail peut paraître austère : en fait je suis à la recherche d’un homme, et des réactions du peuple breton face à lui. 

Version moderne du célèbre tableau de Poussin

Premier billet

Bonjour à tous,

Je m’appelle Sandrine Rieu et je viens du même monde que la personne qui se prénomme Nadine et a publié son billet le 25 septembre.

J’ai utilisé pour la première fois un traitement de texte sur ordinateur pour mon mémoire de maîtrise, en philosophie, voilà plus de 20 ans.  Je garde encore au fond d’un placard, comme un précieux souvenir, ma machine à écrire… électronique, tout de même ! Si j’arrive à trouver des cartouches, elle fonctionne encore.

Les étudiants que j’ai vus de dos dans les vidéos de cours semblent en âge d’avoir été mes élèves, car je travaille à l’Education nationale. Je suis professeur documentaliste. Je m’occupe du CDI (bibliothèque, pour ceux qui ne connaîtraient pas le système éducatif français) d’un lycée, où je suis en poste pour la quatorzième année. J’aurai peut-être l’occasion de faire bénéficier mes élèves d’une partie des connaissances que je vais acquérir dans ce master.

Rassurez-vous : les livres de mon CDI sont moins antiques !
(Image de https://pixabay.com, CC0, libre de droits et sans attribution requise.)

Passionnée par la civilisation antique, en particulier romaine, je cherchais depuis longtemps un moyen de développer mes connaissances dans ce domaine. Mais, je n’ai malheureusement pas le niveau en grec ancien pour des études de lettres classiques. La souplesse de la structure du master « Humanités classiques et humanités numériques » m’a permis de ne choisir que des enseignements en latin. J’ai, surtout, été séduite par l’alliance de l’Antiquité et de la modernité dans une perspective historique à long terme. Dans un monde qui semble souvent axé sur la rapidité et l’innovation sans recul réflexif, l‘esprit critique (constructif, évidemment) me semble essentiel. En tout cas, ce master, à la pointe de la technologie mais ancré dans la tradition, prouve que les langues anciennes ne sont pas mortes et que ceux qui les pratiquent ne sont pas des dinosaures poussiéreux !

Je sais qu’il me sera difficile de trouver le temps de concilier études et travail à temps plein (et j’ai déjà du retard !). Mais, si je parviens simplement à visionner les vidéos de cours, j’aurai atteint mon objectif principal : m’enrichir intellectuellement. Les examens (pour lesquels je ne suis même pas certaine de pouvoir me libérer) constitueront juste un challenge supplémentaire… et me donneront l’illusion d’avoir 20 ans ! Mais, telle que je me connais, je vais stresser quand même… par habitude.

Premier billet: tentative


Chères lectrices, chers lecteurs,
Je viens d’un monde où ordinateurs et téléphones portables n’exis-
taient -presque- pas, où les photos étaient argentiques, les travaux
scolaires étaient « tapés» à la machine, les fautes effacées avec du
«Tipp-Ex» («Blanco» dans le parler de l'Île-de-France), les disques
vinyles copiés sur des cassettes audio à bande lisse, les recherches
en bibliothèques effectuées sur fiches cartonnées. J'aurais aimé vous
offrir un texte sur un fond blanc mais je n'ai pas trouvé mieux pour
obtenir l'effet «machine à écrire».

…Je poursuis donc dans une écriture plus lisible

J’habite à Bruxelles, dans un pays jeune -il n’a pas deux siècles-, réputé surréaliste, où cohabitent tant bien que mal trois communautés: celle des Flamands, néerlandophones appartenant autrefois au Royaume de France, et celle des Wallons, francophones et germanophones  ayant été partiellement rattachés à l’Empire Germanique.

Je suis conteuse et je m’intéresse particulièrement aux mythes et à l’Antiquité ainsi qu’aux traces qu’ils ont laissées dans les contes traditionnels. Je mêle dans mes spectacles contes populaires et mythes, textes antiques et rebetiko -style de chants grecs du début du XXe siècle, issus de la diaspora grecque de Turquie.

C’est pour cela qu’il y a trois ans, je me suis inscrite aux cours du DUCLA langues anciennes à Nanterre. En juin dernier,  je n’avais pas envie d’arrêter l’étude du latin et du grec; j’ai donc décidé de poursuivre en Humanités Classiques et Numériques à distance.

Je trouve les matières passionnantes, je découvre des domaines tout nouveaux pour moi, des domaines dont j’ignorais l’existence. Toutefois, je me sens un peu « dépassée » par la matière, le travail à fournir, les consignes à comprendre, les délais, c’est pourquoi vous recevez ce billet un peu tard.


J’utilise régulièrement l’ordinateur, non seulement pour des activités basiques comme le traitement de texte et internet, mais aussi dans le cadre de mes activités professionnelles, puisqu’il m’arrive souvent d’effectuer des montages et mixages sonores.

Mon système d’exploitation est Linux; c’est agréable pour moi de ne pas devoir, dans le cadre de ce cours, « patauger » durant des jours pour adapter mon système aux exigences de logiciels fonctionnant avec des systèmes d’exploitation plus courants.

Numériques, Classiques… Deux termes qui sembleraient ne pouvoir se marier?

Dans  quel univers le cours nous plongera-t-il? Je sais que le mariage de techniques et d’univers différents engendre toujours créations et découvertes.

Des chiffres pour sauver les Lettres ?

Bonjour,
Je m’appelle Kévin FRAIR et cette année j’ai décidé de faire un Master Humanités classiques et Humanités numériques après trois années de CPGE AL en option Lettres classiques au Lycée Gerville Réache de Basse-Terre, en Guadeloupe.
Je ne suis donc habitué qu’à une seule partie de ce cursus et si j’utilise mon ordinateur portable et mon smartphone quotidiennement, mes connaissances de la culture numérique sont au mieux… superficielles.
Cependant, je ne trouve pas ces deux éléments opposés. Au contraire, je pense que ces deux disciplines s’enrichissent. En effet, les papyri ne seraient-il pas en train de pourrir loin des philologues du monde entier si on ne les avait pas numérisés ? Et comme le dit Properce :

Quantum oculis, animo tum procul ibit amor

(Elégies, III, 21)

Curieusement, c’est donc un amour des Lettres qui pousse les chercheurs vers les moyens de communication contemporains, car, quels que soient l’époque ou le support, ce que nous, les humains, cherchons à faire, c’est communiquer, trouver un moyen de nous lier pour exister. Ainsi, plutôt que de se méfier derrière des volumes poussiéreux, ne vaudrait-il pas mieux s’y intéresser pour permettre la sauvegarde, l’étude de ces textes voire, leur transmission au plus grand nombre ? Je trouve que cet usage des nombres ne déplairait pas aux Pythagoriciens. En tout cas, je suis intéressé de savoir ce que j’apprendrai cette année.

Le Tetrakys, symbole important dans la philosophie pythagoricienne.

Une brève présentation

Le premier billet,
c’est donc le moment de se présenter. Que dire sur moi, je ne sais pas vraiment. Que ce soit ici ou à l’oral, la gêne est toujours présente alors je vais essayer de faire simple et rapide.
Je m’appelle Julien, je suis inscrit à la fois en Master Humanités classiques et numériques et en Master Histoire, avec une spécialisation en latin et en histoire romaine.
Le numérique est omniprésent de nos jours, et j’espère le redécouvrir à travers ce séminaire pour développer des compétences en lien avec la recherche.

Le hasard fait bien les choses

Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Nina et je suis arrivée ici par hasard, en quelque sorte. J’ai fait un bac ES par curiosité, sachant pourtant que je souhaitais faire des études de lettres, puis, en deuxième année de classe préparatoire, j’ai choisi de me spécialiser en lettres classiques, encore une fois par curiosité, et parce que je pensais que ce serait là la dernière occasion pour moi de faire du latin et du grec (je ne savais pas encore à quel point je me trompais!). 

J’ai choisi ce master en partie à cause de son intitulé, à cause du mot « humanités » qui a de si belles résonances, et de l’ouverture qu’il promet. J’avoue que l’adjectif « numériques » n’a pas attiré mon attention au premier abord, et que je me suis satisfaite dans un premier temps du descriptif de la formation. Je commence seulement à comprendre l’importance du numérique dans ces études classiques, et la pratique que nous allons en avoir se précise peu à peu. 

Enfin en ce début d’année je suis à la fois intriguée, motivée, et curieuse de la suite.

Ne jamais juger un livre à sa couverture

Bonjour ! Je suis Paul Beaumarchais, étudiant en première année du Master Humanités Classiques et Numériques. Et j’ai failli ne pas en être.

Revenons l’année dernière, en L3, lorsqu’il était temps pour moi de trouver un master qui me correspondrait. Venant d’une licence Humanités qui m’avait plu, je me dirigeai du coté des master humanités où un master en particulier retenu mon attention: le Master Humanités Classiques et Numériques. je ne pu au départ m’empêcher d’être sceptique: « Humanités classiques, je veux bien, mais c’est quoi des humanités numériques? Sûrement un gimmick qu’ils ont ajouté au master et qui n’aura aucune importance au final », et je repris ma recherche. Puis je me suis arrêté, et j’ai réfléchi. j’ai réfléchi à mon cursus qui avait commencé en seconde où bien que bon en science j’ai choisi une filière littéraire. Quelle horreur pour certains de mes professeurs lorsque j’ai choisi la filière des cancres, la filières sans avenir (vous savez, les cartons, tout ça). Trois ans plus tard ,j’intégrai une khâgne cinéma affectueusement surnommée par d’autres membres de la prépa la « khâgne vacance » (des bisous Leconte de Lisle, on vous en veut presque pas). Pour finalement arriver en L3 Humanités mentions arts du spectacle. Et ce fut le festival. On commence par la question très trop récurrente « et du coup tu vas donner à manger aux enfants en Afrique et tout ? » pour suivre avec le toujours très apprécié « ha ben bravo! ça fait des études pour finir à l’école du cirque » (et je ne peux que présumer que pour eux les humanités arts du spectacle consistaient à jongler avec des enfants affamés en Afrique). Alors, me dis-je, peut-être qu’avant de faire une grosse bêtise je devrais vraiment me renseigner sur ce master. Et ce que j’y ai vu m’a beaucoup plu.
Tout d’abord, vouloir re-dynamiser et réactualiser l’étude de l’antiquité me semble être un projet formidable pour un domaine qui n’a pas vraiment le vent en poupe. Ensuite, en me penchant sur mon cursus en latin je réalise que le numérique fait déjà partie intégrante de ma manière d’étudier: je tape toutes mes versions à l’ordinateur pour que ma copie soit le plus lisible possible et parce que cela facilite énormément le juxtalinéaire; mes professeurs ont recours depuis longtemps à des banques de textes comme The Latin Library car acheter des oeuvres intégrales pour n’en utiliser qu’une page reviendrait bien trop cher; et enfin, en tant que latiniste le Gaffiot numérique de Lexilogos m’est indispensable (le charme du Grand Gaffiot n’a d’égal que son poids).

En conclusion je suis très heureux de ne pas m’être arrêté à des a priori infondés et d’avoir donné sa chance à ce master qui je l’espère me permettra de porter un regard nouveau sur l’antiquité et le numérique.

péliké attique à figure rouge naissance d Athéna