Perseus Digital Library

Le site web Perseus Digital Library est rédigé en langue anglaise. Il s’agit d’un projet de bibliothèque numérique débuté en 1985, ayant pour objectif de rendre accessible le plus largement possible les ressources de l’Antiquité. Au départ ces ressources étaient disponibles sur CD-ROM, puis la création d’un site web a été lancée en 1995.

Les créateurs ont choisi de se focaliser sur le monde greco-romain, tout en rappelant l’importance de la civilisation arabe dans la transmission des textes antiques. D’ailleurs ce site propose également des textes arabes, anglais, germaniques et latins plus tardif.

La plupart des ressources sur Perseus sont libres de droit car elles appartiennent au domaine public.

L’interface est à mon avis assez peu pratique car l’on peut avoir du mal à trouver où faire la recherche. Esthétiquement, même si le design commence peut-être à dater un peu, cela n’en reste pas moins sobre et pas forcément gênant pour l’utilisation.

Toutes les rubriques sur la page d’accueil offrent des informations supplémentaires sur le projet de ce site. Pour faire une recherche il faut passer par la barre de recherche en haut à droite.

Ce site permet de trouver des textes, par recherche d’auteur, ou même de mots.

Lorsqu’un texte en grec où en latin s’affiche, il est possible de cliquer sur tous les mots, et ainsi d’accéder à l’interface “greek word study tool”, qui analyse grammaticalement le mot sélectionnée, c’est donc un outil intéressant.

A partir de là on peut aussi rechercher n’importe quel forme, et le site retrouvera le lemme correspondant et en proposera une analyse grammaticale.

Le site propose désormais une nouvelle interface, Scaife Viewer, qui est beaucoup plus récente et nettement plus agréable d’utilisation, plus fluide notamment. En effet la page d’accueil propose soit de parcourir le catalogue, soit de rechercher précisément dans un texte, grâce à des signes en guise de conventions, afin de faciliter la recherche.

 

Selon moi ce site est un outil très utile, notamment pour avoir accès à des textes, grammaticalement analysés qui plus est. Il a su se moderniser et proposer un accès plus aisé.

PHI Classical Latin Texts

Qu’est-ce que PHI Classical Latin Texts?

Phi Classical Latin Texts est une bibliothèque numérique créee par le Packard Humanities Institute, une association à but non lucratif. Cet institut a été crée en 1987 et travaille dans les domaines de l’archéologie, de la musique et des archives historiques. Cette bibliothèque numérique répertorie tous les textes latins écrits avant le IIème siècle après Jésus-Christ et quelques textes latins de l’antiquité tardive. Ces textes sont libres de droit.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Tout d’abord, il faut accepter une licence ” fair use ” qui garantit un usage privé de ce site. Dans la section authors, on a la liste de tous les auteurs classés par ordre alphabétique. On peut également rechercher un auteur en tapant son nom latin dans la barre de recherche. Lorsqu’on clique sur le nom d’un auteur, on a accès à tous les textes de cet auteur. On choisit alors le titre du texte qu’on souhaite examiner et on a accès au texte latin complet. On peut également connaître l’édition du texte en passant la souris sur le titre du texte. La section word search permet de trouver tous les textes qui contiennent le mot recherché mais aussi les mots qui contiennent ce mot. Par exemple, si on cherche le mot arma, le site va également chercher les mots ” armarium ” et ” pharmacopolam “.

 

Par ailleurs, en cliquant sur les petites barres bleues, il est possible de visualiser des statistiques sur la fréquence du mot recherché chez les différents auteurs.

 

 

La section concordance permet également de rechercher des mots mais les résultats son présentés de manière différente.

 

 

Quel est le format des textes ?

Les textes latins peuvent être affichés en unicode ou en betacode.

Ergonomie et esthétique de la plateforme

L’esthétique est simple et classique. Les noms d’auteurs sont écrits en bleu, les textes en noir et le mot recherché en rouge.  Le site est écrit uniquement en anglais.

Conclusion

Ce site est utile pour réaliser des études comparatives entre les textes en faisant des statistiques sur les occurrences des mots. Il permet également de trouver les passages précis d’un texte en cherchant plusieurs mots dans la barre de recherche. Cependant, ce site est écrit uniquement en anglais et il ne contient pas beaucoup de textes latins de l’antiquité tardive.

Perseus Digital Library

Analyse de projet

Perseus – celui qui cherche même dans l’obscurité- Digital Library constitue un projet de bibliothèque numérique américaine initié et développé par l’Université Tufts de Somerville depuis 1985. Il est consacré à l’origine à la collecte et à la diffusion de ressources relatives à la Grèce antique.

 Le choix d’une spécialisation 

Un parcours rapide par trois interfaces de la Perseus Library, depuis la création de son CD ROM en 1996 jusqu’à la version 4.0 établie en 2005, fait apparaître un certain nombre d’évolutions.

Perseus 2.0 CD ROM

Perseus 2.0 CD ROM

Perseus Digital Library 3.0, 1999.


 

Perseus Digital Library 4.0

On peut apprécier le degré de spécialisation progressif de la page d’accueil : le caractère presque ludique dont témoigne la présentation épurée et pédagogique – avec un icône associé à chaque onglet- des versions 2.0 et 3.0 a progressivement été modifié au profit d’une page d’accueil scientifique : la têtière comporte à gauche le titre du site accompagné du nom de son éditeur et de son université de rattachement.  À droite, une zone « search » rappelle la fonction principalement dévolue au site : la recherche.  Le centre de la page met en évidence la fonction « News and Updates » qui témoigne à la fois d’une réactualisation des ressources -sous la forme d’un lien vers un blog – et d’appels à contribution pour élargir la recherche à un niveau international. Il propose, en outre, deux liens, l’un vers Facebook, l’autre vers Twitter, pour accroître sa visibilité. On peut, enfin, remarquer que l’onglet « Art and Archaeology » de la version 3.0 occupe une plus large place dans la version 4.0 : le recours aux images offre comme un souffle esthétique.   

Si le site s’est considérablement étoffé, son utilisation peut s’avérer complexe : la version 4.0 se voit, tout d’abord, supplantée par la version 5.0, Scaife Viewer. Le site multiplie les liens internes et externes au risque parfois de perdre l’utilisateur.

Le choix d’un genre numérique protéiforme

 Dévolu dès sa création à la diffusion gratuite de textes et d’autres documents iconographique, numismatique et archéologique, Perseus a figuré à la fois comme bibliothèque numérique et comme collection muséale unifiées autour de l’antiquité grecque. Il s’est même étendu progressivement à d’autres domaines d’étude, arabe, anglaise, entre autres.  

En tant que bibliothèque numérique -collection organisée de documents électroniques en accès libres associée à une interface permettant la recherche et la consultation, Perseus offre des œuvres pour la plupart tombées dans le domaine public sous la forme de sources XML : à ce titre, elles peuvent être réutilisées, copiées ou imprimées. Lorsque la totalité d’une œuvre est téléchargeable, elle est régie par une Licence Creative Commons.

Perseus comporte également une collection muséale de plus de quatre mille objets et artefacts gréco-romains disponibles sous forme de module open source, code conçu pour être accessible au public : n’importe qui peut voir, modifier et distribuer le code à sa convenance. Ces images, soumises au droit d’auteur, proviennent pour l’essentiel du site Art Resource.

Le site fournit, par ailleurs, des services de lemmatisation automatique, d’analyse morphologique – dont les critères, évaluateur de fréquence de mots, de formes, des votes des utilisateurs…, ne permettent pas toujours d’atteindre l’exactitude- et, à un niveau plus large, permet de générer la recherche de corpus selon différents critères, auteur, année de publication, traduction, langue d’édition, sujets, entre autres.

Enfin, Perseus offre un nouvel environnement de lecture numérique dans le cadre d’un URN CTS. Les URN CTS sont des identifiants uniques qui permettent de récupérer un passage de texte spécifique à partir d’une base de données. Cette procédure facilite, entre autres, une analyse textuelle de grande échelle en permettant de découvrir facilement la fréquence des mots, les structures syntaxiques variant dans et entre les textes.

 

Ainsi, le voyage dans Perseus peut apparaître semé d’embûches. Si le site opère pour l’antiquisant une sorte de fascination pour les ressources qu’il concentre, il est complexe car touffu et son maniement requiert une pratique patiente.

Le TLG : la bible du grec ancien ?

TLG

Page d’accueil de la plateforme TLG

Présentation générale

Le TLG est une plateforme en ligne qui dispose de plusieurs degrés d’accès, les usages avancés étant réservés aux utilisateurs enregistrés. Il s’agit globalement d’une base de données de textes lemmatisés en grec, allant du grec archaïque à la patristique.

Communiquer avec TLG

On peut y lire les textes du corpus, effectuer des recherches lexicales et syntaxiques ou bien faire des études lexicométriques sur les textes. Ces ressources sont accessibles par le menu horizontal :
* CANON et BROWSE pour l’exploration de corpus
* TEXT SEARCH pour la recherche lexicales
* NGRAM et STATISTICS pour la recherche lexicométrique ou la comparaison de textes
* LEXICA et VOCAB TOOLS pour les outils connexes (dictionnaire, recueil d’occurrences)
Les requêtes pour les auteurs, titres, etc. se font selon la norme latine (ex: Homère = Homerus), et les requêtes en grec peuvent se faire à partir du clavier grec de l’ordinateur, via un clavier visuel disponible sur la plateforme, ou par du grec translittéré (avec ou sans prise en compte des signes diacritiques)

Les possibilités du TLG

Recherche dans le CANON du TLG

Dans l’onglet “CANON”, on peut avoir accès au corpus de textes de la base TLG, soit par auteur, par titre, ou même par éditeur. Sur un auteur, on peut ensuite filtrer et sélectionner les oeuvres intéressantes. Pour les études patristiques, il est également possible de distinguer les oeuvres apocryphes, hagiographiques, etc., ou bien de discriminer les “pseudo-auteurs”, aux attributions incertaines.

La plateforme du TLG indique également un certain nombre de liens qui permettraient de compléter la recherche (par exemple une notice biographique sur Brill). Une fois le texte ouvert, la navigation se fait par un menu déroulant, ce qui implique de savoir où l’on va (cela pose parfois problème car cela dépend de l’édition de référence choisie). Si besoin, un lien direct vers une traduction en anglais est indiqué.

Outils de recherche

Recherche lexicale et morphosyntaxique

Recherche lexicale et/ou lemmatisée

Dans le corpus, plusieurs options sont disponibles : recherche lexicale (avec sensibilité à la casse et aux signes diacritiques), recherche par lemme (avec possibilité d’écrire en expressions régulières). On peut également faire des recherches de cooccurrences, plus ou moins avancées avec des opérateurs (AND/OR/NOT), et faire des recherches sur des critères morpho-syntaxiques (cas, genre, nombre, personne, mode, temps, etc.), tout en variant les critères de proximité. La recherche peut être restreinte à un corpus déterminé par la variable “author”. Une fois la recherche lancée, un système de coche/décoche permet de filtrer davantage la recherche en sélectionnant des lemmes, ou en réduisant le corpus.

Lexicométrie

Comparaison de texte N-GRAMS

TLG donne également accès à un outil de comparaison de texte (par exemple, si vous voulez comparer l’Odyssée et l’Iliade, la section N GRAM va vous permettre de repérer quels sont les expressions reprises). Cela peut être très utile notamment si l’on travaille sur un rapport d’intertextualité entre deux oeuvres, ou sur la parenté de plusieurs textes.

Statistiques lexicales

Statistiques lexicales 

Un outil de statistique permet enfin de générer des nuages de mots sur une oeuvre ou un auteur, de mettre en avant des spécificité, de visualiser les lemmes ou les mots les plus présents dans le texte, et de mettre ces calculs en relations avec ce les valeurs attendues (calcul de probabilité par rapport à la taille du corpus)

*On peut ensuite assez facilement retourner aux contextes des occurrences des mots, puisque toutes les données sont des URI qui renvoient au corpus et à la recherche textuelle.

Ces recherches peuvent être lemmatisées ou non, la plateforme propose les deux possibilités.

Outils lexicaux

Le TLG est connecté au LSJ (Dictionnaire Liddell Scott, qui fait autorité sur le grec ancien), et permet donc de consulter ce dictionnaire pour éclairer nos recherches lexicales. De plus, à partir du texte corpus, cliquer sur un mot ouvre un encart à droite avec son analyse morphosyntaxique et nous invite éventuellement à ouvrir l’entrée dans un dictionnaire.

Utilisation

Contrairement à certaines plateformes en ligne, les textes du corpus sont repris d’éditions papiers qui font autorité aujourd’hui, donc elles ne sont pour la plupart pas libres de droit. C’est pourquoi on ne peut pas télécharger les textes, ni faire de copier coller (un copier coller abusif de passage d’une texte bloque tout simplement l’accès au TLG).

Les documents mis à disposition par TLG ont vocation à être des outils de la recherche et de l’enseignement mais leur réutilisation est sous licence et les textes édités sont sous droits d’auteur. Donc si l’on veut citer le texte tel qu’il est présenté sur la plateforme, il faut citer l’édition originale papier qui sert de source au corpus en ligne.

Accès et maniabilité

Bien qu’il soit très utile et incontournable quand on fait de la recherche sur des corpus grec, le TLG nécessite un peu d’habitude et un temps d’initiation avant de se laisser maîtriser. Les subtilités des requêtes à effectuer peuvent parfois être un obstacle. C’est un outil assez puissant, assez lisible quand on y est un peu habitué. De plus, il faut quand même noter que le corpus est assez lacunaire sur la période alexandrine (il manque Callimaque ou Apollonios de Rhodes par exemple)

Alea victis est !

 

Je m’appelle Caroline, Je suis doctorante en Etudes Latines à Sorbonne Université, actuellement en 2ème année de thèse. Je suis tombée dans le latin depuis plus de 10ans, le grec depuis 9ans, et je n’en suis jamais sortie depuis (et n’en ai pas franchement envie, pour être honnête !) 

J’ai toujours été convaincue que le numérique était une clef pour revaloriser les langues anciennes, dans leur diffusion, leur enseignement, ou leur étude. J’ai appris des bribes dans ce domaine, en autodidacte, depuis quelques temps, mais j’ai décidé qu’il était temps de mettre de l’ordre dans tout cela et de suivre une vraie formation sur le sujet… Alors, allons-y, Alonso! ** 

Je crois que les langues anciennes sont définitivement vivantes, et qu’elles ont encore beaucoup à nous apprendre, mais je n’ai pas de baguette magique, ni de tournevis** , alors je suis ici, pour apprendre de nouvelles choses et avancer ! Réussir ses rêves et ses ambitions ne laisse rien au hasard. Quelque chose me dit que je suis au bon endroit… 

Bref ! Les lettres classiques sont un domaine bien plus vaste qu’elles n’en ont l’air de l’extérieur**. J’espère pouvoir continuer à les explorer dans ce master!  

Je suis à distance et la plupart du temps derrière un écran, mais j’essaierai d’avoir une existence plus que digitale d’ici peu ! 
Valete ! 

 

** PS : quelqu’un peut-il élucider le mystère des 3 références (**) ? 

>> Voici un petit aperçu de l’univers dans lequel je passe mes journées : le périple des Argonautes, au coeur du sujet de ma thèse sur les Argonautiques de Valerius Flaccus !  

PHI CLASSICAL LATIN TEXTS

Analyse de projet

Ci-dessus, la page d’accueil.
  • Le style

On découvre une page d’accueil, épurée ce qui donne l’impression de se retrouver devant un faire part !  

Néanmoins, cette simplicité et cette élégance ne désorientent pas le tout jeune navigateur car elles le guident aisément vers la seconde page où se trouve la base des données. 

  • Comment l’utiliser ? À quoi peut-il bien nous servir ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-decran-phi-latin-base-de-donnees-2-1-500x333.png.

La plateforme dispose d’une liste plutôt bien fournie de plusieurs auteurs Latins (et ceux-là enregistrés sous leur orthographe latin). On pourrait noter que le nombre d’auteurs répertoriés n’est pas indiqué au navigateur et se présente sous la forme d’une longue liste. Etant donné qu’il n’y a pas beaucoup d’auteurs, cela ne représente pas un problème majeur pour la recherche. De plus une barre de recherche est mis à disposition pour toute recherche ciblée, mais on pourrait regretter un lexique par ordre alphabétique ce qui optimiserait de l’espace sur la page et éviterait que l’on ne se retrouve avec une longue liste à faire défiler. 

Il faut donc connaître les noms des auteurs en latin pour toute recherche. Et cela nous paraît maintenant plus claire, le “CLASSICAL LATIN TEXTS” permet  de retrouver des oeuvres entières mais également de les comparer entres elle grâce à la fenêtre “CORCORDANCE”, ici on peut écrire un mot ou plusieurs et la plateforme cherchera à comparer les sources entre elles dans sa base de fichiers. C’est une aide précieuses pour celui qui ne possède pas tous ces ouvrages et qui souhaite entrer dans le monde de la recherche, et procéder à des analyses globales entre les textes. Nous pourrions noter que contrairement au TLG, le plateforme LATIN TEXTS, ne propose que peu de moyen d’analyser les textes. Nous n’avons pas la possibilité de mettre deux textes en tensions par exemples, et l’on se retrouve vite envahi par la longue liste des textes et auteurs. 

 

Concluons,

Mon expérience sur le PHI, me laissa trois  impressions, style agréable, simplicité, mais trop peu d’outils d’analyses. 

 

 

Analyse du projet Gutenberg

Sur le site du Project Gutenberg, on peut trouver des livres appartenant au domaine public. Ces livres peuvent être de la “light literature” ou de l'”heavy literature“, comme le créateur du site lui-même les appelle, c’est-à-dire des livres plus ou moins longs, au style plus ou moins élaboré, répondant à des besoins différents. On y trouve aussi des “references“, ou ce qu’on appellerait en français des classiques.

Le site propose de télécharger ces livres d’une part en format TXT ou ZIP (avec un .txt à l’intérieur), d’autre part en format HTML, EPUB ou en format adapté aux tablettes Kindle. Quel que soit le format, celui-ci ne contient pas d’image, mais simplement du texte et une mise en page sommaire.

Ce site se destine à un usage non académique. Son créateur voulait entre autres qu’on l’utilise pour “retrouver des citations entendues” au quotidien et ainsi mettre les classiques de la littérature (de langue anglaise surtout) à la portée du plus grand nombre.

En théorie, différentes éditions sont mises à disposition afin de pouvoir les comparer entre elles. Le site ne prétend pas fournir d’édition unique qui ferait autorité. En pratique, peu de versions sont disponibles, on peut ne trouver qu’une seule version par langue, et le choix de langues  est pauvre (anglais, grec moderne, finnois…)

Etant donné que toutes les ressources appartiennent au domaine public, elles devraient être légalement réutilisables. On peut alors profiter du fait que les ressources sont constituées de texte brut pour copier aisément les passages qui nous intéresse. Selon le créateur du site, il est également possible de “rechercher” les matériaux disponibles. Peut-être en utilisant la fonction Ctrl + F ou bien en utilisant les fonctions intégrés à un logiciel conçu pour la lecture de livres numériques donné, ou encore en passant par des logiciels tiers spécialisés dans l’analyse de corpus. En tout cas, l’analyse n’est pas “nativement” permise par la publication en elle-même.

Pour ce qui est de l’esthétique, l’interface du site est plutôt austère et donne l’impression d’avoir affaire à un très vieux site qui n’aurait pas été mis à jour depuis longtemps. En revanche, le site est très simple d’utilisation : il suffit d’entrer le nom d’une œuvre ou d’un auteur pour trouver ce qu’on cherche.

Je conclurai en disant que si je devais chercher des éditions de textes antiques en ligne, ce n’est probablement pas sur ce site que je choisirai d’aller.

VER(S)TIGES

Premières impressions

Professeur dans l’enseignement secondaire, j’ai repris des études parce que pour donner il faut aussi recevoir.

Passionné par les langues anciennes, j’en ai traversé l’épaisseur : non sans étourdissement mais toujours avec bonheur.

Inscrit en M1 Humanités numériques et classiques,

je découvre de nouveaux précipices :

Markdown

Zotero

                                                                           Atom

                                                                               …

                                                                               ..

                                                                              .

Vertige ou ivresse numérique ?

 

Project Gutenberg

DEFINITION/FONCTIONNEMENT

 

C’ est un projet bénévole de numérisation des œuvres culturelles et de promotion de la création et la distribution de e –books Cette bibliothèque privilégie le texte brut mais inclut aussi des formats traditionnels, tels PDF, HTML… et d’autres moins connus comme MOBIet ou Plucker. Les données trouvées sont majoritairement les textes complets de livres tombés dans le domaine public. L’ autorité des sources, est contrôlée( validation du statut des e-books). Elles ne sont intégrées à la collection qu’après approbation par le droit d’auteur .

 

 

CONTRIBUTIONS

On peut contribuer à l’enrichissement de la collection par le téléchargement de e-books issus de la littérature, et provenant du domaine public. Le téléchargement s’opère  par un navigateur, ou bien  grâce à un client ftp /wget . 

ERGONOMIE

 Les e-books sont classés par auteurs, thématiques…..il existe des indicateurs permettant d’observer,  par exemple, le nombre de livres téléchargés dans la collection dans des délais précis et prédéfinis.

 

 

 

DISPONIBILITE

Les métadonnées sont disponibles au format XML/rdf. Cependant certains formats, comme le format  de catalogage, MARC, ne fonctionnent plus. Une copie locale, Kiwix,  de  la collection est disponible  sur ordinateur, tablette et mobile. La collection Project Gutenberg est disponible à partir de dizaines de sites d’hébergement offrant un accès via http/ https, ftp, rsync.

 

DIFFUSION

Le projet possède d’autres canaux de diffusion de ses actualités tels les flux Rss et les réseaux sociaux Facebook et Twitter.

https://www.facebook.com/gutenberg.new

Project Gutenberg (@gutenberg_org) / Twitter

 

 

 

CRITIQUE

Quant à la plateforme, elle est d’apparence fade et constitue un bloc informe simpliste, notamment    concernant les fonctionnalités. Gros avantage : Une liste annuelle GUT Index est mise à jour très régulièrement

HumaNum……



Myriam DEUBRAS, Master Humanités classiques et Humanités numériques 1ère année, aliis discipulis   magistroque salutem dat,

« Salvete amici mei, χαίρετε φίλοι μου !/ Bonjour à tous ! »

Je m’appelle Myriam DEUBRAS. Passionnée depuis  fort longtemps par les lettres classiques, j’ai décidé d’intégrer  cette année le Master Humanités classiques et  Humanités numériques 1ère année, afin de poursuivre l’étude du latin et du grec ancien, et tout ce qui y a trait, mais aussi , et surtout pour en saisir les  applications concrètes : installation d’un clavier grec polytonique, découverte de différents outils d’édition de texte……Dans la suite de mon billet, tout en expliquant pourquoi j’ai choisi l’entête qui  l’accompagne (Une peinture issue d’un vase grec, représentant Démêter et Hadès à la manière d’un diptyque), je donne mon avis sur les  Digital Humanities/ Humanités numériques. 

Ante diem XV Kalendas Octobribus MMDCCLXXIV Ab Urbe Condita, Myriam DEUBRAS, scripsit :

« -Démêter, la Terre -Mère, terre nourricière et Hadès dieu infernal de personnification des Enfers, dont la demeure renferme tant d’âmes de vaillants héros . …………Le commencement et la fin du monde…….

D et H deux lettres hautement porteuses de sens,  ce sont comme l’alpha et l’oméga du κόσμος / mundus  qui nous entoure. Et lorsque nous semblons atteindre la fin du monde, autrement dit les Inferi, Démêter / Cérès vient à notre rescousse, du fait de son rôle nourricier, Alma Mater. Ainsi par ses soins, la nature/ φύσις évolue de natura naturata en natura semper naturans, éternellement féconde, nous invitant à un perpétuel mouvement, à un cycle permanent. Elle neutralise la rupture dans et par une dynamique de continuité. De ce fait, elle abolit les querelles, en scellant une union solide entre tradition et modernité.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ENTETE.mdeubras5.jpg-500x117.png.

D et H deux lettres très sibyllines, acronyme usité pour Digital Humanities/ Humanités numériques ! Ce périple initiatique au cœur de l’univers légendaire de la Grèce et de la Rome antiques, m’ont rendu la significations de ces deux symboles de longévité, plus aisément accessible. A l’instar de la Terre -Mère, les humanités (classiques) sont nourricières de la culture  européenne occidentale. De même que,  Démêter  a nourri  les êtres vivants, notamment par la mise en place de l’agriculture et des moissons, les humanités classiques une source d’inspiration   universelle au sein de laquelle les grandes figures occidentales, dans les domaines du savoir, sont venues, viennent  et viendront encore et toujours s’abreuver.  « Et le numérique, dans tout ça ? » me direz- vous….  Eh bien, il garantit, telle la Terre-Mère, une poursuite, pouvant aller jusqu’à la transposition des humanités classiques traditionnelles, dans un monde contemporain qui meut et qui mue sans cesse.

Voilà, selon moi, le sens profond des Digital Humanities/ Humanités numériques. »

Valete.

Mari.net

Chouette d'Athènes Petite Statue – grec ancien Art Cycladique – Déesse  Athéna Symbole : Amazon.fr: Cuisine et Maison

Marinette est mon prénom
Volte est mon nom
Marinette rime avec chouette
Petite, libre et aventureuse, je suis comme cette statuette

J'aime Corinthe et l'Attique
Je vais maintenant vous parler des humanités numériques

J'espère découvrir de nouveaux outils et de nouvelles méthodes
Pour pouvoir éditer de la meilleure façon possible une ode
J'espère approfondir mes connaissances en informatique
Pour pouvoir sublimer les lettres classiques

Les humanités numériques m'aideront pour mon mémoire
Elles seront mon plus fidèle et utile accessoire
Les mythes et le théâtre sont ma passion
Je vais maintenant vous livrer mes premières impressions

Les humanités numériques ouvrent de très nombreuses possibilités
Que je n'avais même pas soupçonnées
Le markdown est un langage puissant de balisage
Dont j'essaye encore de comprendre l'usage

Atom est un grand éditeur de texte
Qui est à la fois simple et complexe
Maintenant s'achève ce poème
Je verrai jusqu'où les humanités numériques me mènent

Pour lire les beaux textes et comprendre les beaux arts

Gian Lorenzo Bernini dit Le Bernin, L’enlèvement de Proserpine par Pluton

paene simul uisa est dilectaque raptaque Diti 

Ovide, 5,395

Je me prénomme Lorine et je suis cette année en Master d’Humanités classiques et numériques. C’est en hypokhâgne que j’ai pris conscience de mon inclination pour les langues anciennes. Aux premiers abords les trouvant peu séduisantes et accessibles elles devinrent très vite à mes yeux pour celui qui les maitrisait, le symbole d’un esprit concis et synthétique et le reflet de l’agitation et du désordre dans le mien. Eh bien oui, à défaut de pouvoir formuler des pensées savantes il était mieux déjà de savoir me rendre intelligible à moi-même et puis aux autres. Et le travail qui m’était jusqu’alors pénible me devint agréable, et ce fut dans la joie et la solitude de ma chambre monacale, à la lumière de la grammaire que j’ai pu cueillir les cadeaux des immortels. Et tout ceci avec l’aide sans relâche de professeurs passionnés. Aussi aujourd’hui, j’aimerais à travers ce cursus, me former au métier de la recherche et essayer de trouver les clés pour savoir transmettre avec amour et intelligence le monde antique comme ils l’ont fait pour moi.

Ainsi comme on peut le voir, j’ai choisi d’illustrer mon premier billet avec la statue représentant, le rapt de Proserpine (Perséphone) par Pluton. En effet, J’apprécie par dessus tout dans les arts retrouver des références antiques. On peut y voir la douceur avec laquelle Pluton saisit les flancs de Proserpine, horrifiée cherchant partout du secours. En effet, il m’est toujours amusant de voir comment une oeuvre a pu être interprétée dans le temps.

j’aime à croire que ce monde souterrain est toujours présent parmi nous et que risquer d’y descendre peut parfois apporter un gain de temps considérable pour le travail de l’esprit.

Saut dans l’inconnu

Bonjour à toutes et à tous !

Je m’appelle Elise Leprince. Me voilà donc en M1 Humanités classiques et Humanités numériques, après trois très (trop) longues années en classe préparatoire où j’ai découvert le latin et le grec ancien. En première année, il était impératif de choisir une langue ancienne. N’en ayant jamais étudié aucune, et étant absolument incapable de  faire des choix dans n’importe quel domaine dans ma vie, j’ai décidé de prendre les deux, et ces deux langues m’ont bien plu, puisque j’ai continué en spé lettres classiques les deux années suivantes. Il s’agissait d’une pratique plutôt concentrée sur la version, et il me tardait de découvrir d’autres aspects des Humanités classiques, que je suis heureuse de commencer à étudier dans les cours qui nous sont proposés dans ce master.

Pour ce qui est de la partie Humanités numériques j’avoue que je n’en avais qu’une très vague idée en choisissant ce master, mais l’intitulé m’a intriguée et je pense qu’il est intéressant d’intégrer cet aspect à une formation de lettres classiques. Je pense y apprendre des choses utiles dans notre domaine, et également pour l’usage quotidien du numérique, même si cela me fait un peu peur étant donné que je maîtrise assez mal ces outils. Par ailleurs le fait que le cours se déroule en anglais me permettra aussi de maintenir une pratique de cette langue vivante, ce que j’apprécie.

Quoi qu’il en soit j’ai déjà réussi à installer un clavier grec sur mon ordinateur, ce qui me sauve la vie. Je vous souhaite à toutes et tous Ἀγαθῇ τύχῃ (ce qui signifie « bonne chance » a priori) et je vous propose ci-dessous une statue d’Athéna, déesse de la sagesse, de l’intelligence et de l’habileté. Puisse-t-elle veiller sur nous cette année comme elle a jadis veillé sur Athènes.

Statue d'Athéna

Exploration

Après plus d’un an, c’est donc avec ce master, que je retourne sur les bancs de l’université. Je m’appelle Ombeline Caillaud, je suis donc en première année du master humanités classiques et humanités numériques. Cela fait maintenant plusieurs années que j’étudie l’antiquité et ce master était pour moi un moyen d’approfondir mes connaissances sur l’antiquité. De plus, la mention du numérique dans notre master apporte un nouveau regard liant le moderne informatisé et notre domaine d’étude, l’antiquité. 

Mon intérêt pour ce master est illustré par cette photo prise lors d’un voyage à Corinthe. Une jeune artiste s’est réattribuée les figures mythologiques et a illustré leur histoire. Sur cette statue de Créüse du mythe de Médée, la mousse est présente là où il n’y a plus de tissus, illustrant donc la robe empoissonnée offerte par Médée. Cette statue est magnifique car elle illustre de manière simple la fin tragique de Créüse avec l’illusion de la robe qui se consume, consumant ainsi Créüse. Voici ce que le master représente, l’exploration de l’antiquité et l’héritage qu’on en a.

Πρεμιερες ιμπρεσσιονς

Salvete.

Primum, si in hoc masterum Humanitatum classicarum numericarumque ii, id non verum electione mea esse dicam.

Ergo, invitus hic itus, nullam expectationem attinentem ad hoc masterum et ad hoc seminarium habere solum poteram.

Linguis igitur latinis graecisque ad amplificandas facultates eo anno uti in animo habeo, dum ad humanitas numericas, quae unum locorum me verum delectantium, instituor.

Perincommode accidit quod duae horae in septimana solum sunt.

Tiberus
Imago idolae meae Tiberi