De l’inflexibilité du stoïcien face à réforme du bac

Des étudiants romains, leur précepteur et… un retardataire ! Ier siècle av. J.C.


Contexte : Sénèque est en vacances en Gaule romaine et profite du désarroi du jeune Licinius face à la nouvelle réforme du baccalauréat afin de lui rappeler, dans ce traité, la nécessité de s’adonner au stoïcisme. Par cette invitation à la sagesse, l’auteur souhaite éviter que ce dernier ne soit déprimé à la moindre nouvelle décision politique
.

 

Mon cher Licinius, je crois te savoir grandement affecté par les récents événements qui eurent lieu ici même en Gaule romaine. L’âme des hommes les plus courageux a toujours su manifester sa résistance dans l’adversité. Quant aux âmes les plus lâches, elles se distinguent dans des actes aussi frêles que leurs auteurs. Plus fous encore sont ceux qui sont persuadés qu’une mauvaise fortune s’acharne sur eux. De ceux-là, Licinius, tu ne dois pas en faire partie.

Tu prétends que, étant grandement porté à l’étude, cette réforme du baccalauréat te contraint et constitue un obstacle pour tes ambitions futures. Ainsi, tu qualifies d’absurde et d’insensée la décision sénatoriale, car elle te semble aller à l’encontre du but qu’elle s’est elle-même donnée. Vous tenant sur la place publique, hurlant à en perdre l’usage de la parole et jetant quelques fruits pourrissants à ceux qui avaient eu le malheur de porter une tenue semblable à celle des sénateurs, tes camarades et toi vous êtes épuisés à faire entendre votre désaccord, mais n’avez obtenu que l’adoption plus rapide encore de cette nouvelle loi. Comparant cette réforme à un cadeau empoisonné, tu dis qu’à ton jeune âge la vie est déjà si injuste et tu te complais dans ce nouveau malheur.

Voici ce que moi-même je te répondrai : en effet, la vertu appartient non seulement aux hommes dont l’âme est grande, mais aussi à ceux qui savent en faire bon usage. Ton esprit que je sais vif, ne tardera pas à me rétorquer ceci : « A la bonne heure ! Faudrait-il encore vivre dans un monde d’insensés pour que celui dont la nature est d’être sage ne fasse pas preuve de sagesse ! ». Mais il n’en est rien. En effet, diras-tu d’un homme qui a commis trois injustices et dont les injustices sont les seuls actes que nous soyons tenus de connaitre à son sujet, qu’il n’est bon qu’à générer le vice ?

Certes, l’âme humaine s’illustre dans les actes, mais aussi dans la persévérance. N’est sage que celui qui met sa sagesse à l’épreuve. Aussi, celui qui aspire à ce titre ne saurait l’espérer avant qu’il ne soit étendu ici même sous nos pieds. Comment ? me diras-tu. En effet, si quelqu’un a accompli vingt bonnes actions durant sa vie, et que, gagnant en âge et en orgueil, il la termine avec deux actes injustes, alors celui-ci ne pourra acquérir le titre de sage. Bien au contraire, croyant l’avoir acquis de son vivant, cet homme-là a relâché sa garde en dirigeant son âme vers la même convoitise que les hommes vulgaires. C’est pourquoi la sagesse se lit dans la persévérance.

Toi, Licinius, qui malgré ton jeune âge, a déjà fait montre de tant de courage, tu accuses la fortune d’être la cause de tes nouveaux maux. Tu t’indigneras : « Eh quoi ! La fortune, dis-tu ? Est-ce ainsi que tu surnommes J. M. Blanquerus et l’ensemble des sénateurs ayant approuvé un projet si déplaisant ? Ce même homme qui prétend répartir plus équitablement les arts libéraux, supprimant ainsi leur tripartition initiale, mais qui ne s’inquiète pas de l’incompatibilité d’une telle structure avec la poursuite des études universitaires. Cet homme-là lui-même qui, à la manière d’un tyran, désarme nos précepteurs en leur assignant de force ce nouveau modèle. Que faire des plus jeunes qui, dès leur treizième année, devront se prononcer quant à leur future profession ? Me diras-tu ensuite que ce modèle accorde davantage de place au mérite car les nouvelles difficultés qu’il impose ne laissent aucune place pour l’oisiveté et la nonchalance, à des jeunes qui sont encore accrochés au jupon de leur mère ? Estimes-tu aussi que nous autres aurions dû accepter passivement notre sort, sans même riposter ? Alors soit, si c’est cela même que tu nommes fortune, je veux bien t’accorder ce fait : en effet, c’est elle qui est l’auteure de mon malheur, c’est elle qui m’afflige aujourd’hui et me fait avancer à reculons. »

Mais avant que tu n’assèches ta langue et ta gorge par de si longs discours à la manière des orateurs de notre époque, permets-moi de dire ceci : tu accuses le sénateur J. M. Blanquerus d’être à l’origine de cette réforme, tu prétends alors que celle-ci, sans celui-là, n’aurait su voir le jour. Or, n’est-ce pas l’empereur lui-même qui a permis qu’une telle décision soit adoptée, de sorte que si elle avait été proposée par un autre sénateur, la même histoire se serait déroulée sous nos yeux ? Mais toutes ces choses sont fortuites. La vie est un bienfait quand on sait comment la consacrer paisiblement mais elle est un malheur quand on l’épuise par la convoitise de ce qui est hors de sa portée. L’obstination irraisonnée est le fait des âmes pauvres, car n’ayant guère de substance sur laquelle se reposer, elles s’accrochent vainement à ce qui est en dehors d’elles, voyant là un moyen de combler le vide dont elles sont immanquablement victimes. Si de la lutte contre l’adoption de cette réforme, Licinius, tu en ressors vaincu, il te faut dès à présent sortir de l’affliction dans laquelle elle t’a plongé et préparer dignement ton âme pour les conséquences qui en découleront nécessairement. Car l’abattement ne servira qu’à t’éloigner davantage du but que tu t’étais fixé. Enrichie ton âme, renforce sa nature par les épreuves auxquelles désormais tu es confronté et ne permets pas à la consternation d’emporter le courage dont tu as déjà tant fait preuve.

 

 

Dans les coulisses du pastiche…

Afin de m’aider à rédiger mon pastiche, je me suis aidée de quelques fonctionnalités de Voyant Tools et d’un corpus regroupant l’ensemble des traités philosophiques de Sénèque. 

Le premier outil que j’ai utilisé est l’outil “Termes”, qui, une fois les stopwords activés, s’est révélé très utile pour voir quels étaient les mots qui revenaient le plus souvent dans le corpus. Sans surprise (pour ma part), il s’agit bien souvent de termes relevant du champ lexical de la morale. Ainsi, trouve-t-on les dérivés de beneficium (environ 700), animus (un peu moins de 700), ira (environ 500), vita (environ 300) et natura (environ 250). 

L’outil “Tendances” m’a permis de voir la répartition de ces termes au sein du corpus et de nuancer ainsi l’importance des termes “beneficium” et “ira” qui ne sont très largement employés respectivement que dans les traités éponymes : De Beneficiis et De Ira. Ainsi, il nous reste vita, animus et natura qui, bien qu’étant des sujets assez généraux, sont très régulièrement employés dans l’ensemble du corpus. J’en ai donc déduis que la vie, la nature et l’âme sont les principaux thèmes abordés dans les traités philosophiques de Sénèque, auxquels viendront se greffer des problèmes moraux plus spécifiques. En effet, en observant les 30 premiers termes de l’outil “Termes”, j’ai pu voir des termes comme iniuria, virtus, ingratus, malum, bonum, relevant du champ lexical de la morale 

L’outil “Liens” m’as permis de voir que l’un des thèmes les plus fréquemment employés, en l’occurrence ici, “animus” (et ses dérivés), était souvent employé à proximité de “hominem”; “malum”; “magnum”; “bonum”; “natura”.

L’outil “Arbre de mots” semblait assez pertinent dans une démarche d’imitation. Malheureusement, les branches étant souvent trop précises, je n’ai pas réussi à l’exploiter comme je le souhaitais. Néanmoins, j’ai pu y voir que le verbe être à la troisième personne du singulier est fréquemment employé avec bonum, malum, animus, et autres substantifs relatifs à la morale. J’en ai donc conclu que c’est une forme qui permet à Sénèque de formuler des assertions philosophiques. 

En enlevant l’option stopwords, l’outil “Cirrus” permet d’observer l’emploi massif de non, nec, sed, est et des pronoms relatifs. On observe également l’utilisation de nombreux connecteurs logiques.

 

En ce qui concerne le choix d’un destinataire, en l’occurrence ici Licinius, cela vient de mes lectures des différents traités philosophiques de Sénèque, qui s’adressent tous à un destinataire auquel il écrit pour enseigner une nouvelle leçon de vie philosophique, fortement empreinte de morale stoïcienne. Au cours de mes lectures, j’ai pu constater que Sénèque aime faire intervenir des objections fictives, que pourrait lui adresser son interlocuteur. De plus, j’ai supposé que Sénèque aimait beaucoup utiliser l’exemple comme forme argumentative, si l’on puit dire, permettant l’illustration concrète d’une assertion philosophique. Ici, la réaction de Licinius face à la nouvelle réforme du baccalauréat est l’occasion pour Sénèque de rappeler à ce jeune aspirant à la sagesse l’importance vitale de la pratique du stoïcisme. 

De plus, si l’on cherche la fréquence des dérivés de exemplum, on trouve 100 occurrences. Voilà qui légitimait ma démarche ! Enfin, je crois…

J’ai aussi effectué une recherche pour savoir si les exemples choisis par Sénèque touchaient plus à la sphère privée ou à la sphère publique. Effectuant une recherche par termes, j’ai trouvé 208 termes pour les dérivés de publicus et seulement 39 termes pour les dérivés de privatus. Néanmoins, même si ce constat montre que le propos de Sénèque concerne plus les affaires politiques que privées, il ne semble pas très pertinent pour confirmer l’hypothèse que j’avais conjecturée, à savoir que les exemples relèveraient plus de la sphère publique.  

L’outil “Syntagmes”, ne proposant pas d’associations de plus de 2 termes pour l’ensemble du corpus, a quand même montré que les groupes de mots “vita est“; “est quod“, “etiam si“, “quid ergo” étaient souvent employés. 

En ce qui concerne le lieu de déroulement de l’intrigue, j’ai imaginé que la réforme du bac avait été adoptée en Gaule Romaine -pour des raisons de concordance- tout en prenant grand soin de ne pas donner d’indications temporelles, afin de ne pas troubler davantage le lecteur ! 

Enfin, pourquoi la réforme du bac ? Parce qu’elle terroriste plus d’un lycéen en ce qui concerne la poursuite des études ainsi que la plus grande charge de travail. J’ai donc jugé qu’une intervention de Sénèque serait cruciale pour remettre de l’ordre dans les âmes. 

Par C. Gamiette

Boris, ou la Tragédie du Brexit

Pastiche savant (inspiré du style de Lucien) :

PEUPLE ANGLAIS : Seigneur, une apparition des hommes politiques ! Les uns les appellent sophistes, les autres les considèrent comme des dieux. Dans tous les cas, ils parlent bien et mon sort dépend d’eux, dans cet état démocratique. Qu’est-ce que ces êtres tout-puissants ont à me dire, je ne le sais pas. Écoutons !

BORIS JOHNSON : Peuple, nous ne pouvons rester plus longtemps sous l’égide de l’Union européenne.

DAVID CAMERON : Que dis-tu, ô Boris ? C’est bien le contraire qu’il faut faire ! Peuple, écoute mes bons conseils.

PA : Je ne sais que faire, et je crains qu’un grand malheur d’une part, le courroux des politiciens d’autre part, s’abattent sur nous si nous ne prenons la bonne décision. Ô Premier Ministre, ô Chef du Parti conservateur, exposez donc votre point de vue. Nous choisirons alors lequel fut le plus convaincant, et certainement alors nous serons préservés.

BJ : Tout d’abord, l’Union Européenne n’est qu’une structure totalitaire de plus. Napoléon et Hitler ont eux aussi tenté de faire une superstructure européenne, l’Union européenne a le même but mais utilise des moyens différents. Napoléon, Hitler, c’est absolument la même situation qui se reproduit dans cette UE dictatoriale. Peuple, ne souhaites-tu donc pas être libre et démocratique, ainsi que le seul souverain du Commonwealth ? As-tu réellement besoin que d’autres décident à ta place ?

PA : En effet, à cause de cela, j’ai le sentiment que l’on ne me respecte pas. Qui a été le rempart infaillible de l’Europe face aux nazis ? Qui a été le grand décolonisateur une fois la guerre terminée, et ainsi le symbole de la liberté, quoiqu’en disent nos anciennes colonies ingrates ? D’abord nous leur apportons la civilisation, puis la liberté, et ils se permettent encore de critiquer le maigre profit que nous en avons tiré. Hélas, malheureux que je suis ! Je suis le seul qui peut prétendre légitimement à la souveraineté, car j’ai toujours offert ce droit inaliénable aux autres.

BJ : Ce n’est pas tout, mon cher peuple. Car, certes, non seulement tu retrouverais ta puissance, mais en plus tu économiserais de l’argent, je le sais. Tu serais ainsi le maître de la taxe sur l’essence. Te faut-il donc encore d’autres arguments ? Oui ? Ne comprends-tu donc pas que l’UE cherche seulement à te faire peur pour continuer à profiter de tes ressources et de ta grandeur ? Voilà pourquoi tu dois t’affranchir pour retrouver toute ta puissance.

PA : Oh oui pardieu, sans aucun doute, il a raison et les arguments qu’il brandit sont bien convaincants ! Je n’ai plus peur, nous avons de la chance que Boris nous guide dans nos vies. Mais voyons quels arguments lui sont opposés.

DC : Ô Peuple, Boris a en effet des arguments convaincants, que je salue. Mais moi-même je n’ai jamais perdu la souveraineté de la Grande-Bretagne de vue. J’ai bien montré, je crois, mon combat permanent pour garder la politique anglaise indépendante par rapport à l’Union Européenne. Peuple, tu restes libre et souverain. Cependant, non seulement nous n’économiserions pas en quittant l’UE, mais en plus nous perdrions notre principal partenaire commercial avec qui nous avons des accords bien avantageux. Si nous quittons l’Europe, la misère nous guette, ainsi qu’une flambée des prix et une humiliation internationale, tu le sais. Peuple anglais, tu ne souhaites donc pas perdre ta prédominance acquise par ta puissance et ton passé glorieux au sein de ce monde ? Crains-tu réellement que quiconque fasse de l’ombre à une nation aussi glorifiée que la nôtre ?

PA : Certes non ! Tu parles bien, ô David. Mais que faire, je ne le sais ! L’un sait bien m’exalter, l’autre dit des paroles bien agréables. Cependant, je dois bien me décider… Je choisis donc Boris comme vainqueur ! Ô cher Boris, mènes nous donc vers cette souveraineté si bien vantée.

BJ : Comment ? Je n’ai jamais dit que je serai votre guide hors de l’Union Européenne. D’ailleurs, je démissionne. Ainsi, ma victoire sera parfaite et sans tache.

DC : Quant à moi, ô Peuple, je me sens rejeté. Je démissionne donc aussi, pour voir le malheur que je t’ai prédit s’abattre sur toi puisque tu l’as voulu. Je boude.

PA : Quoi ? Hélas, malheureux que je suis ! Que vais-je faire maintenant que tout le monde s’est détourné de moi ?

Explication :

      Mon exploration de Voyant Tools a été graduelle, et cela s’est ressenti dans mon utilisation des outils. Je les ai utilisés différemment au fur et à mesure que mon projet se précisait. Pour commencer, la première chose qui m’a frappée fut que les mots les plus utilisés dans le corpus de Lucien sont des noms, ce que j’ai pu constater grâce à l’outil Cirrus. Une première conclusion a donc été tirée : je devais mettre en scène plusieurs personnages, et développer leur caractère.

Hermès, Zeus, Ménippe, Lukinos, Agorastès… Tous sont des personnages, et ils occupent une place majeure de façon évidente.

En effet, la seconde catégorie de mots les plus utilisés était formée par des verbes, comme οἰμαι, οἰδα ou ὁράω. Comme l’importance des points de vue se faisait sentir, je me suis dit que je devais mettre en scène plusieurs points de vue qui chacun à leur tour s’exposeraient et s’opposeraient. De Lucien je n’avais lu que les Voyages Extraordinaires, donc j’avais d’abord l’idée de faire une fiction, mais avec ces différentes conclusions je me tournai plutôt vers un dialogue. Toujours en utilisant l’outil Cirrus, j’ai pu aussi constater qu’une bonne moitié, sinon plus, des noms étaient des noms de dieux, en particulier Zeus et Hermès. Lucien aimait donc avoir des dieux pour personnages, qu’il aimait tourner en dérision à travers des discours très ironiques et diffusant subtilement une critique acérée (ce qui est la dimension stylistique la plus connue de Lucien). Je me suis donc demandé comment rendre cette dimension satirique dans mon pastiche : la réponse s’est vite dévoilée, je devais mettre en scène les nouvelles figures d’autorité de notre époque, à savoir les politiciens. Tourner les politiciens au ridicule est certes devenu un topos littéraire, mais le faire avec le style de Lucien tout en imitant le grec atticiste s’avérait être potentiellement une grande source d’amusement.

      Cependant, la caractéristique de Lucien qui m’a fait choisir son corpus étant l’inventivité de sa prose, je me trouvai cependant vite mise à mal par un problème : la diversification de ses registres. Il était difficile de trouver réellement un style. J’ai essayé de continuer à utiliser Cirrus en filtrant de plus en plus de mots : d’abord les stopwords usuels, dans la liste spécifique du grec ancien, puis j’ai filtré les noms, et enfin les verbes. Mais les mots qui apparaissaient étaient juste des verbes ou des noms impossibles à filtrer car étant trop accentués (du moins c’est ce que je crois, il s’agissait de génitifs ou de deuxièmes personnes du singulier en particulier). Cet outil trouvait ses limites.

      J’ai donc décidé, pour trouver un style spécifique au dialogue de Lucien, d’utiliser Voyant Tools avec un seul texte cette fois : Prométhée, qui met en scène des dieux se disputant de façon quelque peu ridicule, avec des arguments contradictoires. À partir de là, j’ai utilisé l’arbre de mots pour trouver des expressions ou des liens entre des termes plus intéressants et que je pouvais mieux choisir. Par exemple, j’ai choisi le terme βιος qui s’est révélé être très lié au registre des émotions, puisqu’il avait des liens très forts avec des termes comme αθυμησας par exemple. Ainsi, je prenais connaissance de deux informations différentes. La première était que la vie était un enjeu important, et que mon dialogue devait mettre en scène un tournant dans la vie de mes personnages.

βιος est un terme très fréquemment utilisé car présent dans le Cirrus, et les principaux termes attachés à son syntagme (article et nom) désignent le fait de mourir, avec le verbe τελευτάω notamment, qui signifie “finir”.

La deuxième information était que l’importance du champ lexical des émotions, ce qui suggérait, dans la perspective d’un dialogue satirique, une tendance à l’hyperbole et à l’exagération des émotions. J’ai décidé de donner un côté dramatique et un peu ridicule à mon pastiche, qui était accentué par le lien de οἰμαι avec le verbe επισεισαι (« brandir »), lien assez faible puisqu’il y avait moins d’une dizaine d’occurrences, mais qui me permettait de donner une tonalité faussement épique et donc d’autant plus comique à mon pastiche.

      Peu à peu, mon projet se précisait. Je devais mettre en scène des politiciens, dans un dialogue satirique, avec pour cadre un grand tournant dans la vie politique, tout en choisissant une situation qui prêtait au rire par ses rebondissements inattendus, comme on peut parfois le voir dans le monde politique. C’est pourquoi j’ai choisi le contexte du Brexit. Pour peu que l’on aime se divertir sur Internet, le florilège de caricatures, d’images drôles et de blagues sur le thème du Brexit m’ont encouragée à me tourner vers ce sujet.

      Finalement, il me fallait encore choisir quelques syntagmes à utiliser. J’ai choisi trois expressions qui revenaient régulièrement : καὶ νὴ τὸν Δία (« oui, par Zeus », que j’ai remplacé par « oui pardieu »), οὐ μόνον ἀλλὰ καὶ (« non seulement… mais en outre »), et οὐκ οἶδ ὅπως (« je ne sais comment »). Cette dernière expression démontre une certaine incompréhension, ce qui m’a poussée à donner un rôle secondaire au peuple anglais dans le cadre du Brexit, qui, comme le reste du monde, reste parfois abasourdi devant la tournure de la situation sans avoir l’impression d’avoir le contrôle sur elle.

      Pour conclure, mon utilisation de Voyant Tools s’est précisée au fur et à mesure que mon projet prenait forme, ce qui m’a permis de modéliser ce dernier à mon gré grâce à une bonne connaissance des termes récurrents, des liens entre eux et de leurs occurrences. J’espère qu’il vous aura autant amusé que sa création m’a amusée moi-même.

Et pour finir…

Voici un exemple de “meme”, qui montre que le peuple anglais a perdu son contrôle mais n’a pas perdu son humour.

Pastiche savant

Winston Leonard Spencer Churchill

Commentaires sur la Guerre de Bretagne

(Vinstonis Leonardis Dispensatoris Ecclivii de bello britannico)

Texte établi et traduit par Filippo Giovannini

Dans les jours qui suivirent l’attaque d’Hitler contre les Bataves, les Belges et les Gaulois, après laquelle il se rendit maître de l’Europe centrale, en Bretagne, Churchill est nommé Premier ministre et Seigneur de l’Amirauté, après huit mois de guerre sous la direction de Chamberlain.

Nos soldats envoyés en Gaule pour protéger notre dernier allié d’Europe sont contraints de replier, une grande partie de notre armée ayant été massacrée.  Ils se rendent dans le seul port libre restant de la Manche, Dunkerque, et parviennent à rentrer en Bretagne.

En Europe la Germanie semble imbattable, surtout à cause de leurs divisions blindées mobiles qui détruisent tout sur leur passage. Elle bénéficie aussi du support de sa flotte et de son armée aérienne, la Lutwaffe, avec ses aéroplanes de combat Stukas : quand ils attaquent, ils plongent en piqué toutes sirènes hurlantes semant la panique et le désordre. Nous restions seuls face à cette puissance.

Hitler admire depuis longtemps notre pays et hésite à l’envahir, mais Churchill continuant la guerre dans les cieux en bombardant les villes allemandes, le contraint, ce nous semble, à tenter de s’en emparer. Tandis que certains membres de la suite de Churchill voulaient conclure un accord avec lui, Churchill lui-même ne cède pas et refuse tout colloque avec l’ennemi, mais, voyant ce dernier persévérer dans son projet, il prend le temps pour se remettre de la défaite en Gaule, sachant que cette bataille-ci terminée, la bataille de Bretagne allait bientôt commencer.

La Gaule étant sous le contrôle de la Germanie, craignant que les Germains n’utilisassent les navires gaulois, Churchill ordonna à la Marine Royale de couler le gros de leur flotte ancrée sur la côte d’Afrique : mille trois cents soldats gaulois sont tués. 

Ayant appris ces choses, Hitler ne se décourage pas. Il se croit capable de vaincre le peuple breton avec ses seules forces, mais pour ce faire, il fallait que notre Force Aérienne Royale fût détruite, ainsi la population britannique céderait et le débarquement ne serait que le dernier acte d’une bataille déjà remportée dans les airs et sur les mers. En effet, notre marine contrôlaient les mers, mais l’armée de l’air germaine contrôlait les airs. Elle était la plus forte armée aérienne de l’époque, deux fois plus nombreuse que la notre sur le front. Des aérodromes sont construits à la hâte en Gaule pour pouvoir lancer des bombardiers qui seront protégés pas des chasseurs. En même temps, le commandant en chef de la Lutwaffe, Hermann Goring, fait fermer l’accès à la Manche aux navires britanniques. Ayant appris ces choses, Churchill ne doute pas que les Germains pensaient que la seule puissance de leur flotte aérienne pût suffire à nous anéantir. 

Voyant que la guerre se préparait de toutes parts, Churcill persuade par ses discours que tout le peuple Breton doit être prêt pour le combat. La Bretagne était alors un lieu admirablement fortifié par la nature et par l’art car nous avions mis au point un système de défense nouveau, appelé « Systeme Dowding » du nom du commandant en chef du Commandement des chasseurs, Hugh Caswall Tremenheere Dowding : un grand nombre de tours radar de cent dix metres de haut situées sur les côtes du sud et de l’est qui pouvaient détecter des aéroplanes volant à cent trente-cinq milles. Si les appareils volaient bas, c’était alors des tours plus petites qui les repéraient. Cependant, tout cela n’était qu’un petit avantage si ensuite trente mille volontaires ne se relayaient aux postes d’observation, placés sur les côtes et dans les terres, jours et nuits, scrutant les cieux et passant l’information au quartier général de Bentley Priort en moins de quarante secondes, le radar ne pouvant detecter ni l’altitude ni la taille des aéroplanes repérés. Hitler était fort de ses remarquables victoires en Pologne et en Gaule, où il avait pris le dessus sur l’aviation ennemie sans réelles difficultés. Mais la Luftwaffe ignorait que nous pouvions connaître leur arrivée dès qu’il survolaient le Nord de la Gaule.

C’était une manière inusitée et toute nouvelle de faire la guerre, tant pour ce système général de défense, que pour celui d’attaque, les aéroplanes n’ayant jamais eu autant d’importance dans un conflit entre nations.

Six jours avant les Ides de Juillet, soixante bombardiers germains attaquent nos convois sur la Manche, mais ils sont pris par surprise par cinq escadrilles qui les attendaient. L’attaque frontale, c’est la seule que craignent les pilotes de la Luftwaffe. Nos chasseurs Spitfire pouvaient en effet rivaliser avec leurs Messerschmitt, qui n’étaient efficaces que s’ils étaient seuls dans les cieux, mais plus difficiles à conduire que nos chasseurs, ils étaient exposés à nos traits. Les bombardiers germains coulent un navire isolé, mais perdent dix aéroplanes.

Malgré l’échec, les préparatifs pour une invasion de la Bretagne continuent. Churchill ayant appris qu’Hitler insiste pour que son armée aérienne écrase la nôtre, ce qu’il appelle l’opération « Jour de l’Aigle », alors qu’il avait nommé son projet d’invasion par mer, toujours retardé, opération « Otarie »,  ordonne aux pilotes de se tenir toujours prêts.

Dans la Manche, des barges converties en navire de débarquement, se massent sur la côte gauloise, afin de transporter environ un demi-million d’hommes en Bretagne. Quatorze jours avant les calendes d’Aout, Hitler fait savoir que si Churchill ne demande pas la paix il en paiera le prix. Churchill refuse l’offre. Ayant appris ces choses, Hitler afin de rendre plus credible la menace de l’operation Otarie intensifie les incursions aériennes.

La Luftwaffe peut aligner quelques trois mille aéroplanes, nous ne pouvons disposer que de quatre cent cinquante chasseurs, mais Churchill ordonne aux lieutenants de construire le plus d’appareils qu’il serait possible et de réparer les anciens et dès la deuxième moitié du mois d’août, nous pouvions opposer à notre ennemi plus de sept cent chasseurs opérationnels et un peu moins de trois cent en réserve.

Les Ides d’Août, le Kent et l’estuaire de la Tamise sont attaqués, puis le Hampshire, le Dorset et le Wiltshire. Trois de nos aérodromes sont gravement touchés, mais aucun n’abritait de chasseurs. Dans l’operation « Jour de l’aigle », les bombardiers d’Hitler devaient se succéder pour empêcher nos chasseurs de décoller, le but étant de nous faire reculer dans les terres et de prendre le contrôle de la mer. Mais l’attaque est reportée à cause des conditions atmosphériques : à ce qu’il nous semble, certains reçoivent l’annonce, d’autres la reçoivent trop tard pour rentrer et atteignent nos côtes. Notre réaction est très rapide et meurtrière : quarante-sept aéroplanes germains sont abattus. Quatre-vingt-six pilotes sont tués, portés disparus ou capturés. Nous perdîmes treize chasseurs. Cependant Hitler, assez mal informé, voit un succès dans cette attaque : on lui rapporte avoir détruit soixante-dix de nos appareils.

De plus, l’ennemi sous-estimait la vitesse à laquelle nous étions capables de réparer nos aéroplanes et nos pistes. La plupart des bases redeviennent opérationnelles le jour suivant. Notre production aéronautique est accélérée. Une levée de fonds est organisée dans la Communauté des Nations pour construire de nouveaux aéroplanes : en juillet quatre cent quatre-vingt-seize nouveaux appareils sont produits, les Germains, eux, n’en produisent que deux cent quarante.

Churchill avait certes perdu maints appareils, mais pas autant d’hommes et les batailles aériennes ayant lieu sur notre territoire, nous avions un grande avantage sur notre ennemi : nos pilotes étaient prêts à monter sur un nouvel appareil dès le lendemain, tandis que les equipages d’Hitler ne lui reviendraient jamais. Les prisonnier étant interrogés et leurs aéroplanes inspectés de fond en comble, Churchill pouvait mieux connaître les desseins de son ennemi. 

Ayant compris que le sud-est de la Bretagne est bien défendu, Hitler change encore de tactique et décide d’attaquer au nord du Yorkshire. Dix-huit jours avant les calendes de Septembre, son armée aérienne effectue plus de cinq cents sorties de bombardiers et mille deux cent soixante-dix de chasseurs, mais nos radars faisaient le tour de l’île : elle se retrouve entourée de toutes parts et perd soixante-quinze appareils, alors que nous en perdons trente-quatre. Ce fut un des plus beaux jours de l’histoire. Le lendemain, l’ennemi s’en prit aux aérodromes, avec un certain succès, mais toujours en subissant plus de pertes que nous.

À cause du mauvais temps, suivit une période de calme plat qui nous permit de réorganiser nos forces et nous préparer à qui suivrait. Pendant ce temps, l’ennemi change de stratégie : il abandonne l’utilisation des Stuka, dominés par nos aéroplanes, et se concentre sur des objectifs plus à l’intérieur des terres. Quelques jours après, persuadé que nous avions perdu près de trois cents appareils et que les aéroplanes basés dans le nord avaient été déplacés plus au sud, Hitler lance dans la bataille la cinquième division aérienne, basée en Norvège et au Danemark, qui devait viser des objectifs en Scotie et dans les Terres du Milieu. Ayant appris de leur arrivée grâce à nos radars, nos chasseurs étaient prêts et l’ennemi est battu de nouveau. Les Germains appelèrent ce jour le « Jeudi noir ».

Ayant appris que la production de chasseurs ne compensait pas les pertes et qu’il n’arriverait pas à former assez de pilotes, Churchill comprend qu’à ce rythme, même s’il arrivait à causer des pertes toujours supérieures à la Luftwaffe, la victoire ne serait pas assurée :  jusque-là nous avions perdu deux cent quatre-vingt-six aéroplanes, l’ennemi trois cent quatre-vingts.

Le début de septembre nous fut difficile. Nos pilotes doivent affronter toujours plus de bombardiers, escortés par toujours plus de Messerschmitt. Ce fut alors que les Germains décidèrent d’attaquer une nouvelle cible : notre capitale. Les bombardiers lâchèrent une bombe sur Londres et tuèrent neuf civils. Instruit des événements, Churchill  se détermina, par beaucoup de motifs, d’attaquer Berlin. Il voulait principalement, voyant les Germains toujours prêts à passer en Bretagne, leur inspirer des craintes pour leur propre pays, en leur montrant que les aéroplanes bretons pouvaient et osaient bombarder leur capitale. De plus il décida aussi d’intensifier les attaques à leurs ports.

Le bombardement de Londres continue san relâche les jours et les nuits suivants, retenus quelquefois par le mauvais temps ou par la réaction de nos chasseurs. Jamais tant de gens n’ont dû autant à si peu.

Dix-sept jours avant les calendes d’octobre, plusieurs de nos villes sont attaquées en même temps : Londres, Liverpool, Manchester, Bristol. Ils tenaient pour assuré qu’en triomphant de notre armée aérienne ils traverseraient la mer avec leur armée de terre pour porter la guerre en Bretagne. Toutes nos escadrilles étaient engagées, et quelques-unes rentraient déjà pour faire leur plein d’essence. Ce fut pour nous une bien rude journée, mais elle eut cependant pour résultat que ceux qui se croyaient maîtres du ciel perdirent enfin un grand nombre d’aéroplanes, ne pouvant soutenir plus longtemps l’attaque de nos as. À la fin de la journée, nous avions perdu près de quarante appareils, les Germains cinquante-six.

Les incursions de l’ennemi continuèrent les semaines suivantes, avec toujours Londres comme cible privilégiée. Dans les mois qui suivirent il y eut toujours moins d’attaques, jusqu’à ce que la Fortune, qui a tant de pouvoir en toutes choses, et principalement à la guerre, joua en notre faveur : Hitler avait violé son pacte avec la Russie en l’envahissant. Par conséquent, la guerre se déroulait aussi sur le front est. Pour ne pas être entouré de toutes parts, il préféra d’abandonner ses desseins et mit fin à la Bataille de Bretagne. Ayant appris ces choses, Churchill vit la Bretagne un peu plus tranquille.

Utilisation de Voyant Tools

Choix du corpus

Ce pastiche se base sur le style de César. Dans un premier temps, j’avais choisi le Bellum civile, mais j’ai ensuite élargi l’analyse au Bellum gallicum, non seulement pour avoir un cadre plus complet, mais aussi, et surtout, parce que j’avais finalement décidé de raconter un épisode particulier de la seconde guerre mondiale, la guerre aérienne entre les Anglais et les Allemands. Or, d’un coté le Bellum gallicum, narrant de la guerre entre deux peuples différents se prêtait mieux au pastiche, de l’autre côté, dans le livre V de ce même ouvrage, César nous parle justement de la Britannia et de son expédition dans ce pays.

En ce qui concerne les textes utilisés, j’avais d’abord téléchargé le fichier .xml du Bellum civile proposé par Perseus, mais j’ai tout de suite remarqué que, d’un côté, la longueur moyenne des phrases, d’après Voyant Tools, était de 61,3 mots, ce qui me semblait excessif pour César :

De l’autre côté, il n’y avait pas de véritables expressions (il n’y avait que des syntagmes de deux mots :

J’ai fait part à M. Berra de mes perplexités, notamment me demandant si le fait d’avoir des phrases aussi longues était dû à une ponctuation particulière de cette édition. Il m’a confirmé le diagnostic et m’a fait remarquer que dans l’édition du Bellum civile utilisée par Perseus les phrases ne commencent par des majuscules qu’en début de section (contrairement, par exemple, à l’édition du Bellum Gallicum de la même bibliothèque) et que les abréviations posaient un problème à Voyant Tools. Ne sachant pas exactement comment le logiciel procède pour définir ce qu’est une phrase (qui est d’ailleurs une définition théorique moderne, de même que la ponctuation), M. Berra m’a proposé d’utiliser un autre fichier prétraité, sans abréviations où les majuscules au début des phrases avaient été rétablies.

Quant au Bellum gallicum j’ai utilisé l’édition proposé par Perseus qui, comme dit précédemment, ne présentait pas les mêmes inconvénients.

Le Vocabulaire

Pour pouvoir disposer d’une liste significative des mots les plus utilisés par César, j’ai dû supprimer les stopwords ou « mots vides », c’est-à-dire les mots qui ne permettent pas de définir le style d’un auteur : il s’agit généralement des mots les plus fréquents, tels que, pour le Bellum gallicum : « in » (1248), « et » (989), « ad » (793),  « cum » (643),  « ex » (496), « atque » (469), « quod » (449), « se » (440), « ut » (442) et « qui » (386), pour ne citer que les dix premiers mots. La situation est à peu près la même dans le Bellum civile : « et » (669) « in » (664), « ad » (523),  « ex » (367), « atque » (358), « cum » (323), « ut » (322), « se » (255), « quod » (214), « ab » (210)

Sous conseil de M. Berra, j’ai utilisé la liste de stopwords que l’on trouve dans la Dropbox du Master. Voici les vingt mots les plus utilisés dans les deux textes, après avoir éliminé les mots vides   :

Bellum gallicum

Bellum civile

Ce qui saute aux yeux est, sans surprise, la similarité du lexique entre les deux œuvres : le champ lexicale de la guerre. Au moins une dizaine de mots sont communs aux deux textes. Par ailleurs, il ne surprend pas que l’on retrouve des termes comme « hostes » dans un texte qui raconte la guerre contre un peuple ennemi et pas dans la Guerre civile ou, vice-versa, que l’on retrouve parmi les mots les plus utilisés « Pompeius » dans le récit d’une guerre contre les armées de Pompée.

La fréquence du nom « César » sous différentes formes, ne surprend pas non plus, vu l’habitude du général de parler de lui-même à la troisième personne. Mais justement, j’ai pensé que si ces formes du même nom étaient regroupées sous un même lemme, le résultat aurait été different, et cela pas seulement pour « César », mais pour n’importe quel mot, vu la structure de la langue latine.

Cela m’a donné à réfléchir sur l’utilisation de Voyant Tools pour ce qui concerne les langues à déclinaisons et les langues anciennes en particulier : l’absence de lemmatisation est un obstacle selon les objectifs que l’on se propose. Certes, il est possible d’effectuer des recherches plus complexes à l’intérieur des différents panneaux (par exemple en tapant « Caesar* », mais la morphologie de la langue latine, et encore plus celle du grec ancien, ne permettent pas toujours d’atteindre le résultat espéré.

Heureusement, grâce au tutoriel sur Voyant Tools de M. Berra, j’ai pu télécharger une version déjà lemmatisée du Bellum gallicum, où tous les mots sont reconduits à leur forme base. Voici le début du fichier pour comprendre de quoi il s’agit :

Gallia sum omnis divido in pars tres qui unus incolo Belgae alius Aquitani tertius qui ipse lingua Celtae noster gallus appello.

De même qu’ils se présenteraient dans un dictionnaire en tant que lemmes, tous les noms  sont au nominatif singulier, tous les adjectifs au nominatif singulier masculin et tous les verbes à la première personne du singulier du présent de l’indicatif. Voici donc les vingt lemmes les plus utilisés dans le Bellum Gallicum :

Ne disposant pas du texte lemmatisé pour le Bellum civile et étant donné, comme je l’ai dit plus haut, la grande similarité du lexique pour les deux textes, je me suis fié à cette liste pour mon pastiche. Liste que je repropose sous la forme Cirrus (ici de 55 mots) qui permet d’apprécier les mots les plus fréquents sous un autre aspect :

Les expressions les plus fréquentes

Grâce à l’onglet « Phrases », Voyant Tools nous montre quels sont les syntagmes les plus utilisés par l’auteur. J’ai modifié les critères de recherche pour n’afficher que les expressions d’au moins trois mots (bien entendu, pour ce faire, j’ai utilisé le texte non lemmatisé du Bellum gallicum ! ).

Bellum gallicum

Bellum civile

Les deux textes présentent des résultats assez variés, néanmoins la tournure de quatre mots la plus utilisée dans les deux textes est pratiquement la même : « his rebus cognitis caesar », utilisée quatre fois dans le Bellum gallicum et « quibus rebus cognitis caesar », trois fois dans le Bellum civile. De même on retrouve cinq fois « qua re cognita » dans le Bellum gallicum et  deux fois « cognitis iis rebus » dans le Bellum civile. C’est pourquoi l’expression « Ayant appris ces choses » revient autant de fois dans mon pastiche. 

Les autres tournures n’étaient pas directement utilisables dans mon pastiche, d’autant plus qu’il s’agit de syntagmes qui sont répétés maximum deux fois dans l’ensemble d’un ouvrage ou de l’autre. Pas assez pour être caractéristiques. 

D’ailleurs, je me suis dit que puisque le pastiche serait en français, je devais analyser aussi les traductions françaises des deux textes, pour voir comment ces syntagmes avaient été rendus. J’ai donc téléchargé sur Voyant Tools les textes traduits en français de la Collection Nisard (fondus en un seul fichier .zip) et c’est sans grande surprise que j’ai constaté que les expressions les plus utilisées ne correspondaient presque en rien à celles latine :

Mis à part les deux « modifier 1 césar » et « modifier 1 les » (je n’ai pas nettoyé le texte avant de le télécharger), on constate tout de suite que l’expression la plus utilisée en latin « quibus rebus cognitis caesar » n’apparait pas, même si l’on modifie les critères de recherche.

Pour ma recette j’ai donc utilisé les deux ingrédients, latin et français.

Pour mieux me rendre compte des relations entre les mots, j’ai exploré d’autres outils. Je n’ai pas trouvé très utile le TermsBerry, qui permet de visualiser les mots les plus frequents en tant que « baies » et, en sélectionnant un mot donné, il montre quels sont les mots qui se trouvent proches de lui dans le texte :

En revanche j’ai trouvé très utile l’onglet Contexts qui, pour un mot donné, affiche les mots qui le précèdent et ceux qui le suivent.  C’est l’outil que j’ai utilisé le plus, à la fois pour les textes latins et français. Il s’agit, je pense, de la meilleur façon pour se rendre compte de comment l’auteur utilise tel ou tel mot et surtout dans quel contexte. Car en cliquant sur le terme choisi, la phrase en question est affichée dans le texte original. Cela m’a permis dans un premier temps d’avoir une idée générale de quand et comment les mots étaient utilisés et, ensuite, éventuellement, de lire le passage dans lequel le mot en question était utilisé, chose qui n’aurait pas été possible dans un simple logiciel de traitement de texte qui n’aurait proposé, à chaque fois, que le mot dans son contexte, sans vision globale :

Comment j’ai procédé

Bien que Voyant Tools offre des moyens très efficaces pour un certain type d’analyse, on ne saurait pas reproduire le style d’un auteur en n’utilisant que cet outil. La lecture du texte reste incontournable. Voyant Tools, peut confirmer ou démentir ce qui a été observé. 

J’ai procédé de la façon suivante : j’ai recueilli plusieurs information sur le sujet que je voulais aborder et j’ai fait un brouillon sans trop me préoccuper du style, l’important dans ce premier temps, était de construire un récit cohérent. Ensuite j’ai relu quelques passages de César pour m’imprégner du style de l’auteur et j’ai commencé à réécrire de mon texte, tout en sachant qu’il y avait des mots incontournables que je devrais utiliser : d’abord « Churchill » (qui correspondrait à « César »), ainsi que tous les mots faisant partie du champ lexical de la guerre, notamment « guerre », « bataille », « soldat », « ennemi », etc. Certes, vu la nature aérienne de la bataille d’Angleterre, j’ai utilisé  « aéroplanes » (et non « avions », pour utilisé un nom plus latin), « pilotes », etc. au lieu de « naves », « milites », etc. 

Ensuite, pour la plupart des mots et des tournures que j’avais utilisé, je vérifiais si César ou son traducteur avaient utilisé des mots ou des tournures similaire (c’est ici, surtout que j’ai utilisé l’outil Contexts).

Finalement, j’ai téléchargé mon propre texte sur Voyant Tools pour vérifier si j’avais respectés les tendances de César. Et je suis plutôt satisfait :

Mots les plus utilisés

Phrases les plus utilisées
De plus j’ai essayé d’éviter tout mot anglais pour garder une apparence plus ancienne. Pour la même raison, quoique bien conscient qu’il s’agit d’un anachronisme, j’ai utilisé autant que possible, les noms latins ou latinisés des nations et des peuples. Comme le fait César, Churchill dit « nous » quand il parle des Anglais et « l’ennemi » quand il parle des « Germains ». Toutes ces choses-là n’apparaissent pas dans Voyant Tools.

 

Billet Numéro 3 – pastiche savant – Harry Potter et l’Odyssée d’un mythe moderne 

Harry Potter et l’Odyssée d’un mythe moderne 

L’homme, je chante, sauveur d’Hogwarts l’anglaise demeure
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire
l’accompagnant dans ses aventures contre le Maître,
ténébreux seigneur que les ombres du mal attisent
sept longs années de lutte et exploits de magies merveilleuses
ont formé nos héros à combattre les forces du mal
Voldemort tua ses parents, le seigneur obscur
onz’longues années s’écoulèrent après le décès des parents
chez ses oncles méchantes créatures il vécut
ignorant la force qui coulait dans ses veines.
D’un inconnu il reçut mille et mille parchemins
Lettres écrites d’un encre émeraude, mystérieuses,
envoyées peut êtr’par un dieu, apparues du néant.
Et ses oncles, méchantes créatures, la rage
prit. D’une nef armés sur une île ils le prirent captif
lui, qui ce jour fêtait son tristë anniversaire
onz’longues années écoulées après le décès des parents
un grand géant sur l’îl’arrivé ainsi lui parla:
Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
t’es un sorcier, et ta terre patrie s’appelle Hogwarts
Grand château de magie, Hogwarts l’anglaise demeure
Dans son coeur Harry déjà le savait, il réalisa.
Le grand géant Hagrid lui donna une lettre d’Athéna,
Minerva McGonagall, headmistress d’Hogwarts l’anglaise
Accepté il était à Hogwarts l’anglaise demeure
des magiciens, des sorciers, Hagrid ainsi lui parla
Et à Hogwarts l’anglaise demeure Harry arriva
Ron et Hermione devinrent amis de notre Harry
Trolls, Quidditch, Draco Malfoy, et l’enn’mi Voldemort
Rencontrèrent nos amis à Hogwarts l’anglaise demeure
L’Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire,
là, l’année passèrent et contre le mal gagnèrent
En brisant la pierre du chimiste Flamel Nicolas
Mais, le mal toujours se cache, et revient à la surface
Et Ginny Wesley trouva un cal’pin maudit,
Tom Marvolo à Hogwart l’anglaise demeure retourna
L’Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire,
tuèrent le maître des ombres seigneur obscur Voldemort
À nouveau, au moyen d’une dent de basilic
Mais le prisonnier d’Azkaban s’enfuit, chien du Maître
Ou ainsi disaient les langues mauvaises des gens
Sir Sirius convainquit Harry en parlant ainsi
Pettigrew Peter est le chien du Maître obscur
Sir Sirius ils sauvent ainsi, et Buckbeak l’hippogriff!
Feu, rien que du feu dans la coupe de feu, triwizard le tournoi
Est présent cet année à Hogwarts l’anglaise demeure
mais attention, ce n’est qu’un appât du Maître obscur
Pour Harry, et voilà que comme un phénix il renaît.
Du phénix est l’ordre censé le protéger
Loin du prince au sang tâché, Severus le traître
qui, dans sa tour, tua Dumbledore le grand magicien
En offrant la voie à Hogwarts l’anglaise demeure
pour le maître des ombres seigneur obscur Voldemort
Une immense bataille à Hogwarts l’anglaise demeure
éclata, d’un rouge couleur du sang des morts.
L’Ingénieux Harry, fils de James et Lily la belle
lui et les grands guerriers, amis d’enfance scolaire,
tuèrent le maître des ombres seigneur obscur Voldemort
dans une grande bataille à Hogwarts l’anglaise demeure.
Et nous tous connaissons son nom : The boy who lived!

J’avais huit ans.
Collé à la vitrine d’une librairie de village je fixais, les yeux grands ouverts, une couverture aux couleurs brillantes. Les vagues de la mer tombaient sur un trirème. Lié au mat, un homme hurlait à une figure de sirène assise au bord d’une falaise des phrases rendues silencieuses par le papier.
« Je veux ce livre. » ce n’était pas un ordre, ni une demande. Seulement un fait. Un désir que même maintenant, adulte, je ne saurais décrire.
« L’Odyssée? » me demanda ma mère, interloquée. Mais finalement elle acquiesça.
Je me souviens encore que, sur le trajet vers la maison, j’essayais de comprendre les mots qui se présentaient à mes yeux. Paroles qui provenaient non seulement d’une lointaine contrée, mais aussi d’une époque dont j’avais seulement entendu parler indirectement.
Ma version était en vers, dans une langue presque archaïque, très poétique même à aux yeux d’un enfant.
Je ne sais pas si j’ai pu terminer le livre à ce moment-là ou si j’ai appris l’histoire d’Odysseus petit à petit, en grandissant. Je ne sais pas si à cet âge d’innocence la portée du récit homérique est chose facile à saisir. Tout ce que je sais c’est que j’ouvrais, de temps à autre, ces pages qui sentaient l’encre sec, pour lire et relire la rencontre avec Calypso, la descente dans les enfers, le tout dans une langue majestueuse, puissante. 
Et quand à 15 ans je pus me lancer dans la lecture du texte original, avec l’aide de mon professeur de grec, je m’aperçus que la traduction pourtant fidèle de Romagnoli n’était qu’une pâle imitation de la grandeur du texte grec.
C’était aussi un moment très important pour la littérature mondiale. De plus en plus d’enfants se lançaient dans la lecture pour suivre les aventures d’un autre héros. The boy who lived entra peu à peu dans nos maisons, changeant non seulement le marché du livre mais aussi la place de la littérature pop vis-à-vis de la littérature blanche. Des familles entières réunies devant le dernier volume de la saga du petit wizard, tout comme à l’époque les familles se réunissaient devant un aède. Hogwarts devint la nouvelle Ithaque. La mythologie réinventait ses codes. La littérature fantastique reprenait son souffle, et encore plus qu’avec le Seigneur des Anneaux, elle s’imposait comme digne héritière de l’épique antique.
C’était donc un choix évident, en prenant Homère comme exemple pour cet exercice, de raconter l’histoire de l’Odysseus moderne par excellence.
Mais je voulais lui donner toute la beauté de la poésie homérique. Comment, je ne le savais pas.
J’ai donné à la machine le texte lemmatisé d’abord, non lemmatisé ensuite pour en comprendre les différences. J’ai remarqué que dans les deux cas le mot le plus utilisé était le nom du héros de l’épopée, suivi des références aux dieux et… au θυμός. Dans le texte lemmatisé le premier verbe utilisé est ερχομαι, tandis que dans le texte non lemmatisé j’ai remarqué beaucoup de verbes liés à l’acte de la parole. J’ai essayé de reprendre ces thèmes dans mon texte.
Passionné comme je suis pas les techniques liées au rythme dans le langage, je me suis rendu compte – sans étonnement – que le logiciel ne prenait pas en compte la métrique. Je me suis fait la reflexion que cela pourrait être intéressant, non seulement pour des textes en poésie, où cet aspect est évident et explicité par le genre du texte lui même, mais également et surtout pour la prose. Un logiciel comme Voyant Tool pourrait nous aider à trouver des rythmes internes (avec la position des accents, la longueur des voyelles, etc.) pour repérer des structures *musicales* et faire une analyse prosodique sur des corpus très importants, où l’analyse d’un oeil humain demanderait du temps et un effort impossible. On pourrait ainsi montrer peut-être une évolution du « style poétique en prose» qui change avec l’évolution phonétique du grec (ou des autres langues). Pour ce qui est du français, dans un monde encore très marqué par l’alexandrin et l’octosyllabe, nous trouvons souvent des textes en prose qui ont une structure en mètre. Maupassant, Flaubert et Hugo en sont les exemples les plus éclatants.
Le choix d’écrire mon texte en poésie n’est donc pas juste un hommage à Homère – qui écrit en vers – mais relève d’une démarche de questionnement sur le rythme.
Là la question s’est posée : quel rythme utiliser ? Allais-je suivre l’alexandrin français, mètre maître (excusez-moi ce jeu de mots) de la littérature française? Ou bien l’octosyllabe du roman de la rose et de l’Ariosto ?
A peine la question posée, la réponse me parut claire dans ma tête. Le choix devait tomber sur l’hexamètre homérique. Je parlais d’un héros moderne avec le style de l’aède des héros anciens par antonomasie.
Le français est une bête sauvage, quand on parle de rythme et de métrique. Tout le monde a lu son Boileau à l’école, mais pour cet exercice j’ai dû mettre de côté tout ce que je savais de la poésie traditionnelle française pour écouter la langue. Et j’ai cherché. Baïf avait déjà essayé d’écrire en hexamètre, et anciennement une traduction de l’Iliade, hélas perdue, avait repris ce style. Mais ce fut le travail de Philippe Brunet, qui a récemment traduit l’Iliade en hexamètres, qui a su attirer mon attention. J’ai essayé de suivre ses consignes (que vous trouverez ici : https://journals.openedition.org/anabases/4953 ), bien que l’exercice ne soit pas simple, et j’ai sûrement commis beaucoup d’erreurs.
Cette structure m’a obligé aussi à rendre le texte moins orthodoxe vis-à-vis de la structure des phrases en français, notamment avec l’ordre des mots. J’ouvre en effet mon poème, tout comme Homère, avec un complément d’objet direct avant son verbe.
Je me suis donc retrouvé avec les grands thèmes à citer dans le poème – la vie de notre petit wizard préféré -, la structure qu’il fallait donner au texte – des vers en hexamètres-, et les champs sémantiques les plus cités dans le texte original (la parole, les dieux, le coeur, l’homme).
J’ai donc décidé de comparer l’original en grec avec les traduction existantes dans différentes langues. J’ai offert à notre Pythie textuelle le texte de Romagnoli que j’avais tant chéri pendant mon enfance, ainsi que la fameuse traduction de Leconte de Lisle. J’ai rajouté aussi une version en allemand et une en anglais pour comparer. Et là, le choc.
Le rendu était un peu différent qu’avec l’originel grec, mais les textes montraient des resultant étonnement cohérents entre eux.
J’ai donc cherché la traduction des syntagmes grecs dans les différentes traductions (κατά θυμόν, par exemple) et j’ai trouvé une chose très intéressante. Le mot « ainsi » ( ou « così » en italien) était omniprésent dans les textes traduits, et était souvent lié à l’acte de la parole.
J’ai en outre trouvé dans toutes les traduction un nombre étonnant d’occurrences pour la « demeure » (Casa dans le texte italien, Hause en allemand et House en anglais), mais les résultats de « termes » ne le citent pas parmi les termes les plus utilisés dans l’originel grec.
Un des traits le plus connu chez Homère est son usage des épithètes. En choisissant « Οδυσσεύς », j’ai trouvé plusieurs descriptions.
De divin à weise, notre héros est vraiment πολύμητις !
J’ai donc cherché à répliquer dans le texte ce trait.
Une autre caractéristique d’Homère est son usage des vers formulaires. J’ai cherché des syntagmes et – sans trop de surprises – j’ai trouvé plusieurs occurrences d’un même syntagme. J’ai repris ce même procédé dans mon texte et j’ai compris son intérêt d’un point de vue narratologique et métrique (une chose est de l’étudier passivement, une autre de l’utiliser !)
J’ai aussi utilisé d’autres fonctions qui ne m’ont pas servi pour cet exercice et que je devrais étudier plus en profondeur pour en comprendre l’intérêt.
Armé donc de toutes ces informations (les occurrences dans les traductions, les thèmes, les connaissances préalables que j’avais sur le texte, l’analyse métrique, l’analyse des épithètes en diagonal dans différentes langues, l’analyse des vers formulaires, et des expressions les plus courantes avec leur traductions dans les autres langues), je me suis lancé dans l’écriture jusqu’à l’aube au doigt de rose d’un texte qui, j’espère, vous inspirera un peu d’homéritude pour une histoire moderne. Parce qu’Eco le disait bien : toutes les époques ont besoin de leurs héros.

(p.s. désolé, j’ai laissé en anglais les référence et les termes liés à Harry Potter parce que c’est la seule version que j’ai lue). 

ANALYSE DE PROJET

The Packard Humanities Institute (PHI)

PHI Latin Texts

Présentation de l’association :

Le Packard Humanities Institute est une association américaine à but non lucratif crée vers la fin des années 90. Elle est basée à Los Altos, en Californie.

L’association a édité des bases de données d’abord sous forme de CD puis en ligne. Le corpus PHI porte sur la littérature latine (Le PHI Latin Corpus ou « PHI #5 » – en référence au cinquième CD réalisé) composée des oeuvres complètes et des fragments couvrant une période allant du 3e siècle avant J.-C. jusqu’à l’époque impériale (vers 200 ap. J.-C.: limite chronologique arbitraire). Ce corpus intègre également une sélection de textes datant de l’Antiquité tardive. Selon Daniel Kozakthe virtually complete coverage of literary texts for the selected period is remarkable, and makes PHI (to my knowledge) the only FREELY available database (je souligne) allowing representative and reliable corpus-wide searches for that much of surviving Roman literature.

PHI héberge aussi un corpus d’épigraphie grecque antique, et , dans un tout autre registre, le fonds Benjamin Franklin, dédié aux  « Pères fondateurs de la démocratie américaine ». 

PHI a élargi ses activités d’édition numérique au mécénat en accompagnant des projets de restauration archéologique, cinématographique et patrimoniale. L’association finance également des résidences d’artistes-musiciens.

Faire une recherche sur la base de données (PHI Latin Texts) :

Le site de PHI propose une mise en forme minimaliste ; le texte latin est proposé “brut”, sans introduction ni appareil critique. Par défaut, le moteur de recherche engage l’ensemble des éléments inscrits dans la barre de recherche; il faut alors utiliser des opérateurs de recherche (#rosa# par exemple), des opérateurs logiques (&, etc.) ainsi que des filtres (Auteur et titre : [Ov:Met] arma) pour voir apprécier les résultats de sa recherche.

La rubrique “Concordance” est particulièrement utile pour rechercher les occurrences d’un terme dans l’ensemble de la base de données de PHI. Elle peut faciliter l’élaboration d’un corpus d’extraits littéraires autour d’une thématique précise.

L’accès au texte latin brut :

Avant d’accéder à la lecture et l’exploitation des textes latins, il faut accepter la licence proposée par PHI…mais sans la lire… Il est possible de visualiser les textes latins en betacode ; est-ce vraiment utile pour l’alphabet latin ? Par ailleurs en contrepoint du betacode apparaît l’unicode dont la syntaxe est exactement similaire à notre grammaire de la langue… ?!

Le référencement “canonique” des auteurs, comme des oeuvres, par PHI fonctionne comme suit : chaque auteur est nommé par un numéro et voit son nom abrégé. Ces informations synthétiques possèdent une balise et un attribut HTML : la balise <span>  pour les auteurs et un attribut (<span class=”wnam”>) pour les oeuvres (Source: DLL).

Selon le site digital classicist : “This is probably the standard research tool as it is readily available in libraries and departments. Like TLG it also needs search software to make it work, like Musaios or Diogenes (the latter is free of charge and open source)”. Avec Diogenestexts can be exported as TEI-compliant XML for use with other text-analysis software.

 

TLG : découverte et commentaires

Bonjour à tous,

Parmi les différentes bibliothèques numériques proposées, j’ai choisi le TLG à cause de la récurrence de son utilisation dans le milieu universitaire des lettres classiques. Et je n’ai pas été déçue. Voici les quelques remarques que j’ai pu faire.

Tout d’abord, j’ai été impressionnée de constater le parti que le TLG prend des outils numériques. Chaque helléniste sait qu’il peut être parfois long de consulter dictionnaires, grammaires, textes et j’en passe. Le TLG propose de multiples outils réunis sur une seule plateforme, ce qui fait non seulement gagner du temps mais permet aussi l’accès à des outils divers. Ceux proposés sur la page d’accueil lorsque n’importe qui y accède sont : le corpus des textes, un version abrégée de ce corpus, un canon qui contient toutes les références des textes contenus dans le corpus, et un lexique.

Voici la page d’accueil du TLG.

Mais un premier bémol apparaît immédiatement aux yeux d’un utilisateur novice de la plateforme, bémol qui en réalité n’en est pas un. Pour accéder à tout le corpus de textes que le TLG propose, il faut y être autorisé en étant dépendant d’une institution qui permet cet accès. Mais si l’on suit le vieil adage d’Internet selon lequel si quelque chose est gratuit, c’est que nous en sommes le produit, un accès restreint est peut-être le signe rassurant d’une plateforme plus sécurisée sur le plan de la collecte des données ? Cependant, mon vieux rêve d’un accès gratuit et illimité à des connaissances si enrichissantes pour tous n’en est pas moins quelque peu frustré.

Mais une fois cet obstacle dépassé, on découvre que le TLG offre les outils habituels de l’helléniste, mais en offre aussi certains qui sont inédits et qui ouvrent de nouveaux horizons à la recherche. En effet, on peut chercher à retrouver un texte à partir d’une citation grâce à l’outil “brower”, ou même trouver une sélection de textes à partir d’un mot. Cela permet une approche nouvelle du texte : celui-ci devient un support utilisable bien plus “rapidement” si l’on peut dire, puisqu’il ne contraint plus à une lecture purement linéaire.
 On peut aussi utiliser l’outil “N-Gram” qui calcule la récurrence de certaines associations de mots, dans un texte ou dans un corpus de texte, et peut comparer l’utilisation de ces combinaisons entre plusieurs textes.

Un exemple d’utilisation du “N-Gram” : j’ai comparé l’Iliade d’Homère et les œuvres de Plutarque.

Finalement, il devient vite évident que le TLG est très intéressant d’un point de vue des Humanités numériques. C’est d’autant plus le cas lorsqu’on utilise l’outil “Statistics” qui permet de calculer la fréquence d’utilisation de certains mots selon les siècles et les auteurs par exemple. Ainsi, le TLG permet la “distant reading”, donc une autre manière d’aborder les textes qui m’enthousiasme tout particulièrement puisqu’elle apporte un renouveau dans une série de réflexions entamée il y a plusieurs millénaires.

Exemple de statistiques accomplies par le TLG

Pour finir, j’ai une dernière remarque à faire sur les quelques failles que peut présenter le TLG d’un point de vue extérieur et abstraction faite de tout le travail déjà fourni par ses créateurs au fil du temps. Par exemple, l’ergonomie peut laisser à désirer, et le site manque parfois de clarté : on ne peut pas toujours choisir exactement les modalités de comparaison entre les textes par exemple, ou on nous dit que le TLG est “worldwide” avec une carte sans légende qui nous laisse perplexe. Mais ce ne sont que de menus défauts qui mettent en valeur, selon moi, le renouveau continuel du TLG : en attendant de pouvoir offrir de meilleures informations, le site redirige vers d’autres plateformes spécialisées dans d’autres domaines (comme l’iconographie avec le site Diotima par exemple).

Voici comment y accéder à partir de la page d’accueil

En outre, un onglet “news” annonce très régulièrement les innovations faites par les administrateurs de la plateforme, comme les agrandissements de corpus par exemple.

En somme, ce site pourtant connu fut un plaisir à explorer.

Perseus Digital Library

Présentation

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique de langue anglaise qui a comme but d’enregistrer toutes les humanités. Quoique la plupart de ses ressources concerne les humanités grecques et latines, elle propose aussi des collections de textes arabes, germaniques (vieux norrois et vieil anglais), anglais (d’Amérique et de Grande Bretagne), ainsi que de textes latins de la Renaissance italienne.

Voici la page d’accueil :

Le site présente une série de menus, mais seulement les onglets Collections/Texts et l’encadré Search en haut à droite permettent d’accéder aux textes. Les autres onglets donnent des informations sur la mission de la bibliothèque, sur comment contribuer au project (avec des donations, en tant que chercheur, etc.) et sur l’histoire du site. L’onglet Persus Catalog ouvre un autre site qui permet de remonter aux éditions originales en papier qui ont été numérisées.

Les textes sont proposés en langue originale et en traduction (anglaise). Pour y accéder, on peut naviguer le catalogue à partir de l’onglet Collections/Texts déjà évoqué ou faire une recherche utilisant la barre de recherche, en insérant le titre de l’œuvre, le nom de l’auteur ou même n’importe quel mot dans n’importe laquelle des langues supportées. Ainsi faisant, Perseus nous propose une liste de résultats en rapport avec la recherche.

Exemple de recherche

Par exemple, en rentrant le mot « Poenulus » on obtient les deux versions du texte, latine et anglaise :

En rentrant « Plautus » on obtient toutes les œuvres de Plaute numérisées par le site (en l’occurrence toutes les pièces qu’on a conservées intégralement ) ainsi qu’une étude sur la syntaxe plautinienne.

Mais on peut aussi rechercher n’importe quel mot : l’outil nous fait alors une recherche de toutes les occurrences de ce mot dans tous les textes numérisés. Par exemple, en rentrant le mot  latin « mihi », que l’on retrouve au premier vers du Prologue du Poenulus, on se retrouve avec une longue liste comptant plusieurs pages :


Cependant, il ne s’agit que de résultas en anglais, et en effet on ne peut pas y retrouver le texte du Poenulus, et ce parce que lorsque la recherche comporte un nombre très élevé de résultats, le site effectue un premier tri par langue, comme on peut le voir dans le cadre en haut à droit. En changeant la langue de « English » à « Latin », on n’aura que des résultats en langue latine et, par conséquent, aussi le Poenulus, parmi plein d’autres :

En revanche, le corpus n’a pas dû être entièrement indexé , car en rentrant le mot « Achillem », premier mot du Poenulus, on n’a qu’un résultat, en latin (mais d’ailleurs on n’a même pas la possibilité de changer la langue) :

Les textes

Une fois qu’on a trouvé l’œuvre qui nous intéresse, le site offre une fonctionnalité très intéressante, qui a l’air de bien fonctionner pour tous les mots et dans tous les textes : la possibilité de cliquer sur n’importe quel mot du texte, qui devient alors un lien ouvrant une autre page où le mot est analysé : sa traduction (en anglais), sa classe grammaticale et, selon le type de mot, on en donne le genre, le cas, la personne, le mode, le temps verbal, etc., et, bien entendu, sa forme de base s’il s’agit d’une forme fléchie.

Par exemple en cliquant sur le premier mot « Achillem », on se retrouve dans la page suivante :

Le site nous indique bien qu’il s’agit d’une forme fléchie (en l’occurrence l’accusatif masculin singulier : sg masc acc) du nom (noun) Achilles. Mais on peut aller plus loin, car en dessous du lemme on retrouve des  hyperlien qui nous donnent la possibilité d’ouvrir le lemme dans un dictionnaire (le Lewis & Short’s Latin Dictionary et le Lewis Elementary Latin Dictionary pour le latin ; plusieurs pour le grec, parmi lesquels le Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon et le Autenrieth’s Homer Dictionary). Par exemple :

D’ailleurs, on peut utiliser cette page comme un véritable dictionnaire, mais avec en plus la possibilité de rentrer (presque) n’importe quelle forme fléchie de n’importe quel mot. Le moteur de recherche se chargera de retrouver le lemme correspondant. Cet outil est disponible dans  toutes les langues susmentionnées. Voici à titre d’exemple la page pour le grec.

Conclusion

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique qui offre plusieurs possibilités à qui travaille dans les humanités, soit qu’il s’agisse de quelqu’un d’expérimenté (on y retrouve presque n’importe quel texte de la littérature antique avec la possibilité de faire des recherches par titre, par auteur ou par mots) soit qu’il s’agisse de grands débutants ou même de novices (notamment la fonction de pouvoir rechercher n’importe quelle forme fléchie pourrait s’avérer très utile lorsqu’on se retrouve dans une impasse).

Le seul inconvenient est, peut-être, l’interface, austère et un peu vieillie, et qui pourrait s’avérer de difficile utilisation au premier abord, notamment à cause des plusieurs liens dont seulement deux permettent d’accéder aux textes. Il n’y a pas non plus (ou du moins je ne l’ai pas trouvé) un accès direct aux dictionnaires. Peut-être que tout cela va être résolu dans la mise à jour du site qu’ils sont en train de préparer : Scaife Viewer (qu’on peut déjà utiliser), la première phase de la nouvelle version de la bibliothèque. Scaife Viewer offre une experience de navigation plus claire et fluide, ainsi qu’une experience de lecture plus agréable, grâce à une interface plus aérée et plus ordonnée. Par exemple, depuis la page accueil, on comprend tout de suite où pouvoir effectuer une recherche. Pour l’instant Scaife Viewer ne propose que des textes latins et grecs.

Présentation de la bibliothèque numérique : PHI Classical Latin Texts

La bibliothèque numérique PHI Clasical Latin Texts se présente sous la forme d’une liste d’auteurs latins, classés par ordre alphabétique de leur cognomen (soit leur surnom, pour les non latinistes). Le site est entièrement en anglais.

Mais avant de pouvoir accéder à la liste d’auteurs latins, il faut d’abord cocher la case “cliquez ici si vous acceptez cette licence” sur la page d’accueil.

Ainsi, d’emblée le site pose ses conditions d’utilisation: seul un usage privé peut être fait de l’ensemble de ses ressources.

Revenons donc à la page des auteurs. On observe que seuls les auteurs les plus connus sont présents sur la page d’accueil, mais il suffit de cocher la case “show all authors“, pour que le reste des auteurs s’affiche. 

En cliquant sur le nom du premier auteur (Lucius Accius), s’ouvre une page qui présente un classement numéroté de ses œuvres, classées à leur tour par ordre alphabétique. En posant le curseur sur l’une d’elle, on peut alors connaitre le titre, l’édition et l’année de l’oeuvre.

En cliquant sur Carmina (une pièce de théâtre en vers), le texte latin s’affiche. Il est numéroté et présente de manière claire les changements de personnages. 

Grâce au lien situé en haut à droite de la page on comprend que le texte qui s’affiche devant nos yeux est édité en Betacode. Pour passer à une édition en Unicode, il suffit de cliquer sur ce lien (et vice versa, si l’on souhaite revenir au Betacode). 

En définitive, le site présente une utilisation simple et intuitive. Il semble très utile si l’on souhaite retrouver certaines œuvres en langue latine. Toutefois, je n’ai pas l’impression que l’on puisse y trouver l’intégralité des œuvres des auteurs cités, et la présentation du site ne permet pas de le savoir. 

Mes salutations

un café

La captatio benevolentiae étant faite grâce à ce café, je me présente.

Je m’appelle Yohann BRAKHA, j’ai étudié la philosophie jusqu’en licence, j’étudie les lettres classiques en master, après une licence de lettres classiques, grâce à ce M1 humanités classiques et humanités numériques.

Je suis heureux d’être dans cette formation mais je dois encore gérer mon temps, je suis suppléant dans un collège lycée-privé de l’Essonne, mais dès que j’ai un peu d’avance, j’en profite pour rattraper les cours intéressants.

L’école est mon lieu du loisir quand je suis étudiant et mon lieu de travail quand je suis enseignant, une amante riche et difficile à satisfaire!

Je suis venu en lettres classiques pour l’étude des langues anciennes, le latin et le grec ancien, et je suis très intéressé par la linguistique et les nouvelles technologies. Ce master est formidable, j’ai hâte de pouvoir m’organiser assez pour pouvoir en profiter pleinement!

Aussi, si des camarades veulent discuter sur un groupe messenger ou discord, je suis ouvert à cela!

Merci de m’avoir lu.

Ad maiora

Bonjour, je m’appelle Beatrice Richetti et je suis une étudiante Erasmus ici à Nanterre pour le prèmiere semestre. Je suis italienne et j’ai étudié le grec et le latin au lycée et au l’Université de Turin. Je n’ai jamais étudié le français, mais je suis en train de l’apprendre à l’aide de le grec et le latin. Je sais que ça peut paraître fou, mais j’adore les défis! Et quel meilleur défis que suivre un cours qui mélange humanités classiques et informatique  en français?

 

 

 

Dum spiro spero…

Pour me présenter, il va falloir que je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre … 

Je suis née à Nancy et y ai fait toutes mes études, jusqu’à la maîtrise (le dinosaure du M1 !). Je voulais faire mon mémoire sur un étude comparée d’Eschyle et de Claudel, mais mon directeur de mémoire ne devait pas m’aimer et m’a dit : ” Il y a déjà trop de parutions dessus, vous ferez plutôt une étude linéaire d’une des Cinq Grandes Odes de Claudel !”. Si vous avez un problème d’insomnie, n’hésitez pas, je vous la prêterai volontiers !

Après l’obtention du  CAPES de Lettres Classiques, l’Education Nationale m’a envoyée au milieu des champs de betteraves dans l’Aisne. Puis j’ai demandé ma mutation à Senlis, très jolie ville médiévale de l’Oise. 

15 ans de collège, 3 enfants, l’agrégation, 4 ans de lycée plus tard, j’assiste à une formation sur le grec vivant. Au détour d’une conversation avec le formateur, j’apprends que Nanterre propose un Master à distance. Et voilà mon coeur d’éternelle étudiante qui se réveille. J’hésite (un peu !), et je m’inscris. 

“Humanités classiques et humanités numériques” ? …. ben oui, un Master de Lettres Classiques dans lequel on va m’apprendre à manipuler l’outil informatique !… eh bien non ! Lettres Classiques, oui, mais plutôt programmation informatique ! Tu vas devoir apprendre une nouvelle langue, un nouvel alphabet, une nouvelle syntaxe ! Tu croyais faire des versions, mais tu passes tes soirées à essayer de faire les exercices sur Eschyle ou Démosthène, tu places dans chaque conversation le mot “Markdown”, comme pour t’assurer que tu n’es pas la seule à en ignorer les règles ! Pour te rassurer aussi… Et cette “boîte à moustache” qui n’en est pas une !

Dali moustacheCette matière m’interpelle, m’amuse, me résiste, et sans aucun doute me surprend ! Mais Dum spiro spero… Je ne désespère pas de ma sentir plus à l’aise dans cette matière ! J’y travaille, j’y travaille ! 

Valete ! 

 

 

 

Présentation

Bonjour chers collègues,

Je m’appelle Patrick, je suis enseignant de Lettres et étudiant en première année de master Humanités classiques et numériques. Je rejoins le groupe avec quelque retard et j’espère grandement réussir à vous rattraper parce que je compte beaucoup sur cette U.E. pour développer mes compétences en  pédagogie TICE.

TIC, TICE, NTIC…pour enfin aboutir au “numérique”, et plus précisément aux Humanités numériques. L’enseignement des Lettres classiques (des Humanités classiques) est peut-être le lieu le plus adéquat pour réfléchir et mettre en place des outils pédagogiques novateurs en vue de l’apprentissage d’une culture humaniste et d’une technique de l’apprentissage. 

L’illustration que j’ai choisie est une photographie que j’ai réalisée lors d’une promenade. Le hasard de la rencontre et la capture de l’évènement – la photographie d’une “peinture” murale – font écho à notre pratique quotidienne du numérique qui oscille entre deux pôles opposés: l’un qui est raisonné, ordonné, l’autre aléatoire, dispersé, ludique.  Mais quel que soit son usage, la rencontre peut se faire, celle avec l’Autre. Le promeneur se perd d’abord, identifie un territoire, établit un chemin pour enfin découvrir un monde autre. Ce n’est pas un mythe – pas de promeneur solitaire ni de caverne – mais bien une réalité quotidienne. 

L’élève et l’apprenant, comme l’instituteur, l’enseignant ou le professeur sont des promeneurs 2.0.

 

 

Δαυίδ ὁ Ἑλβήτιος

Χαίρετε ὦ φίλοι !

Chaque fois que je rencontre quelqu’un de nouveau, je passe par la même scène, un rituel que j’ai appris par coeur malgré moi.
J’ouvre ma bouche, je prononce mon nom, mon prénom, et je vois une drôle d’expression se dessiner sur le visage de mon interlocuteur. Je peux presque entrevoir dans son crâne les rouages qui bloquent en essayant de comprendre le pourquoi d’un -e bizarre dans mon prénom. Ses lèvres se crispent pour essayer de prononcer mon nom de famille aux assonances germaniques. Et puis il prononce la fatidique question : « Tu viens d’où? ». Je fais mon petit sourire de circonstance et je réponds gentiment :
« De Suisse. »


Je sais, mon accent n’est pas celui de la pub Ovomaltine des années 2000 ni de celle des Ricola, et encore moins celui de Marie Thérèse Porchet. Je comprends bien le regard perdu de mon interlocuteur. Je ressens une espèce de gêne sous ses oeillades curieuses, et je me lance dans les explications.

Née au Tessin, le canton le plus méridional de la Confoederatio Helvetica, ma langue natale est le lombard occidental qui empreigne mon accent dans toutes les langues que je parle. Pour le malheur de ceux qui m’écoutent, oserais-je dire. 
J’ai obtenu ma maturità au Liceo Cantonale di Locarno avec une option spécifique grec ancien et une option secondaire psychologie.
Avec mon diplôme dans la poche, j’ai décidé de quitter les lacs du sud pour m’inscrire à l’université de Genève en grec ancien et études arabes. Si au début mon parcours se dirigeait plutôt vers le grec, et surtout l’époque byzantine avec l’étude de Saint Jean de Damas, ma voie a changé le jour où j’ai obtenu la possibilité de me rendre au Liban pour approfondir mes connaissances en arabe.

Arrivé à Berytos, pour les modernes Beyrouth, je suis tombé sous le charme du pays du cèdre et de son dialecte. Revenu en Europe après cette expérience presque mystique, j’étais tellement épris par ce pays que j’étais prêt à tout quitter pour m’inscrire à un master de littérature arabe là-bas. Malheureusement, la guerre en Syrie, et une voiture piégée à côté d’une pâtisserie où j’avais l’habitude d’aller, m’ont contraint à laisser de côté mon projet et à choisir une autre destination : Paris. Je me suis inscrit en linguistique arabe à l’Institut des Langues orientales de la capitale française et j’ai continué à travailler sur la diglossie au Liban, notamment dans les médias. Pendant ma deuxième année, j’ai eu la possibilité de m’inscrire dans un parcours de commerce international axé Moyen-Orient que j’ai effectué en même temps que mon M2 de linguistique. Ce deuxième diplôme m’a ouvert de nombreuses portes pour travailler dans le domaine de la formation continue. Avec mes différentes missions, j’ai donc pu me spécialiser en neurolinguistique et continuer à étudier la linguistique cognitive.
En même temps j’ai lancé mon activité de traducteur indépendant, comme bénévole pour les migrants dans différentes associations au début, et comme freelance ensuite.

Mais dans un coin au fond de mon esprit le grec me suppliait de le sortir du coffre où je l’avais abandonné. J’ai pris mes gants blancs et j’ai rouvert mes anciens textes de cours et petit à petit une idée a germé en moi. Je devais absolument continuer à arroser cette fleur que je ne pouvais pas faire périr. Malheureusement je n’étais pas en mesure de lui offrir le luxe de mon temps plein à cause de mes deux activités professionnelles, qui hélas ! sont très chronophages. J’ai donc décidé de construire un projet qui allait tout mélanger : grec, formation continue, traduction, linguistique… Et qui me serait utile professionnellement. L’étude des formations e-learning de grec ancien. Et quel meilleur Master que celui d’Humanités classiques et Humanités numériques à distance, axé justement sur le futur de notre passé?

Humanités numériques ?

Bonjour, je m’appelle Clarysse Gamiette et je suis actuellement en Master 1 Humanités Classiques et Humanités Numériques. Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique, je me suis dirigée vers la classe préparatoire littéraire A/L. J’ai fait deux khâgnes dans la spécialité lettres classiques, puis j’ai intégré ce master HCHN. J’avais bien remarqué son intitulé en deux parties, mais seule la partie “humanités classiques” attirait mon attention. 

Or, le premier cours de l’année est un cours d’humanités numériques, dans lequel il n’est question (pour l’instant) ni du latin ni du grec. Quel est donc ce cours hybride qui prétend (ré)concilier antiquité et numérique ? 

Comme cela, par exemple ?

La mise en évidence d’une distinction entre close et distant reading par M. Berra m’a permis de voir un premier intérêt des humanités numériques pour les humanités classiques. J’ai hâte de découvrir la suite…

Petite présentation

Bonjour, cher lecteur!

je m’appelle Julien Djiba , et c’est ma deuxième année dans ce master .En ce qui concerne les humanités numériques j’étais très curieux de découvrir de quoi il était question.J’avoue que j’ai eu des débuts difficiles dû certainement à l’appréhension que c’était un exercice compliqué, et j’ai pu me rendre compte hélas assez tardivement qu’il suffisait d’un peu de curiosité et d’exercices pour ne pas se perdre dans cet environnement de balises et de codes …