Thesaurus Linguae Graecae ou tout simplement TLG

Il s’agit de une base de données conçue et mise à jour par le University of California, à Irvine.

Le TLG a été fondé en 1972 par Marianne McDonald dans le but de créer une collection numérique complète de tous les textes survivants écrits en grec de l’Antiquité à l’époque actuelle. Depuis ce moment-là, le TLG a rassemblé et numérisé la plupart des textes littéraires survivants écrits en grec d’Homère à la chute de Constantinople en 1453, et au-delà !

Il est un Work in progress depuis mis en ligne en 2001 et le effort continu encore pour compléter les corpus byzantin et médiéval. Maintenant les corpus sont en phase de lemmatisation, pour prendre en compte la complexité des flexions grecques, sur une période de 2000 ans.

Que peut-on consulter?

Il est possible de faire trois types de recherches.

Consultation des auteurs: Toutes les œuvres disponibles d’un auteur peuvent être consultées.


Consultation de œuvres spécifiques:
Vous pouvez consulter un livre spécifique.

Consultez des mots ou des phrases grecs: Vous pouvez rechercher un mot ou une expression donné parmi tous les auteurs représentés dans TLG ou limités de différentes manières, par exemple les auteurs du 1er siècle.

Autoritas

L’accès à la base se fait via le site internet de la BU de l’Université de Nanterre.

* L’accès à la base est payant : pensez à renseigner vos identifiants de Nanterre, en cliquant sur « s’identifier » en haut à droite de l’écran.

* Renseignez dans la barre de recherche le nom de la base de données « Thesaurus linguae graecae ».

Renseignez le champ de recherche. Le paramètre de recherche par défaut est « auteur » mais vous pouvez aussi utiliser le menu déroulant pour faire une recherche dans tous les champs, par éditeur, titre de l’oeuvre, titre de la publication, série, date de publication.

Analyse lexicologique

Une fois l’auteur sélectionné un auteur (Platon), une fenêtre contextuelle apparait, fournissant une liste des oeuvres de l’auteur. Sélectionnez l’oeuvre que vous souhaitez parcourir (Cratyle).

 

Et cliquer sur quelque mot du texte : vous obtenez le lemme, une proposition d’analyse grammaticale, et un lien vers les entrée du lemme dans plusieurs dictionnaires, le Liddell-Scott (LSJ).



Lexique et dictionnaires

* Le module « lexica » vous permet d’obtenir des informations sur un mot.
*
Une traduction générale vous est proposée.

* Des lemmes associés vous sont suggérés.

*Le module « Vocabulary Tools » vous propose, par auteur, et par oeuvres des listes des mots qui y sont présents.

Grâce à Thesaurus Linguae Graecae je viens de trouver une réponse à une question qui me hantait depuis plus d’un an: comment dit-on «papillon» en grec ancien ?

En grec moderne, « papillon » est dit « πεταλούδα », « papilio, -onis” en latin. Mais en grec ancien, à cause des mythes d’Apulée, il y a une association de papillon avec l’âme (ψυχή).

Cependant, le vieux mot pour papillon est φάλλαινα. Mais, j’avais trouvé dans certains dictionnaires le sens de baleine et dans d’autres celui de papillon de nuit. Elle peut avoir les deux significations !



 

 

Projet Gutenberg

Le projet Gutenberg date du début des Années 1970 lorsqu’un informaticien américain, Michael Hart, reçut des opérateurs du système informatique d’un laboratoire de l’université d’Illinois, la possibilité de dépenser l’équivalent de 100 millions de dollars en heures-machine.

Il eut l’idée d’utiliser cette manne en faisant de l’ordinateur un lieu de stockage et de possibilité de recherche de ce qui figure dans nos bibliothèques, ouvrant ainsi la voie aux grandes bases de données littéraires que nous connaissons.

L’un des points essentiels de ce projet est de s’appuyer sur un langage que peuvent lire 99% des hardwares et softwares existant ; c’est le langage « Plain Vanilla ASCII » de l’American Standard Code for Information Interchange.

Il ne s’agit pas avec ce projet de créer des éditions savantes mais de donner un large (très large) accès à des éditions susceptibles de satisfaire le lecteur ordinaire.

Selon Wikipédia, le nombre de livres contenus dans le projet était de 53000 en 2017

L’accès aux livres étant gratuit est de fait restreint aux ouvrages qui ne sont plus soumis à droits d’auteur, ce qui veut dire des ouvrages publiés il y a un nombre respectable d’années en France.

Outre cette limite, il faut souligner que l’on n’y trouve pas forcément tous les textes que vous recherchez (rien de Ménandre par exemple) et que s’agissant d’un projet US, il faut être « fluent in english ».

Enfin, je soulignerai que cette Base est très facile d’accès-plus facile en tout cas que le TLG dont la dimension pédagogique laisse à désirer.

Scaife Viewer

Scaife Viewer est la nouvelle version de Perseus Digital Library.

Ce site a été créé par l’Université américaine Tufts University, université privée située dans le Massachusetts et dont le président actuel est Anthony P. Monaco. Il s’agit d’une librairie en ligne qui donne accès à des textes latins et grecs dans leur langue d’origine et en traduction. Ce site est rattaché à un blog permettant un accès aux nouveautés. C’est ainsi que l’on peut découvrir un lien vers le projet Open Greek & Latin dont Perseus fait partie et qui regroupe des textes en libre accès, téléchargeables et modifiables, ressource très précieuse pour l’enseignement et la diffusion de la culture antique. Ce site permet de visualiser les institutions qui ont contribué au projet.

Perseus est récemment devenu le site Scaife Viewer, du nom de Ross Scaife, professeur d’université et pionnier des humanités numériques. Ce site d’adresse à toute personne s’intéressant aux langues anciennes, étudiants, enseignants et chercheurs. Le design est attrayant: il met en avant la figure de Persée en train de se déplacer vers la droite, ce qui évoque le voyage, à l’image de la recherche que l’internaute s’apprête à effectuer. Le dessin sur fond rouge n’est pas sans rappeler les vases grecs antiques. On peut penser par exemple à celui-ci, même s’il s’agit d’une céramique à figure noire (Paris, BNF, 530 av JC).

Le moteur de recherche « Browse Library » permet d’avoir accès au texte choisi. Le mode « highlight » permet également d’obtenir une analyse morphologique du mot sélectionné. Comme les différents choix possibles sont mentionnés (cas, temps verbal), on peur en faire une exploitation pédagogique (par exemple, un étudiant doit faire lui-même la sélection après avoir vérifié qu’il aurait su identifier la forme). Le moteur  » Text search » opère une recherche par mot: on peut ainsi visualiser les auteurs qui emploient le plus ce mot et consulter le contexte d’utilisation. En ajoutant le signe * après le mot, le moteur de recherche peut prendre en compte la déclinaison du mot, ce qui peut être utile pour l’analyse lexicale.

On peut sauvegarder ses recherches en créant un compte personnel. Bon voyage avec Perseus!

 

 

Scaife Viewer : une nouvelle interface pour Perseus

En guise de petite introduction, je vais répondre à la question que vous vous posez peut-être : « Scaife », mais qu’est-ce que cela veut dire ? C’est en fait le nom d’un pionnier des digital classics, Ross Scaife, décédé en 2008 et qui enseignait à l’Université du Kentucky (États-Unis). Il a notamment contribué à la digitalisation en haute définition du manuscrit Venetus A de l’Iliade (celui sur lequel nous avons peiné à déchiffrer les premiers vers du chant 2 pour le cours d’édition de textes grecs !).

Scaife Viewer, comme l’indique l’URL si vous la regardez bien, est en réalité la nouvelle version (plus précisément : une étape) de la Perseus Digital Library, qui existe actuellement en version 4.0, et dont il prépare la version 5.0. Si vous voulez lire une description de Perseus sur ce blog, c’est ici ou , par des étudiants des années précédentes.

Si vous allez voir Perseus, le chemin parcouru vous sautera tout de suite aux yeux (Zacharie, surtout, n’y va pas, tu ne t’en remettrais pas !).
Mais entrons donc dans Scaife Viewer !

Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate

page d’accueil

Si le vers de Dante peut s’appliquer à certains sites quelque peu datés, ici on reprend justement confiance ! Interface claire et épurée, c’est le premier point, qui ne sera jamais démenti par la suite, je trouve.

Précision utile : tout est en accès libre sur Scaife Viewer. Vous aurez vu en haut à droite de l’image une option de connexion, mais elle n’apporte rien pour le moment (ou alors je n’ai pas trouvé) : c’est encore un projet, j’imagine qu’à terme on pourra avoir un tableau de bord, des textes en favoris, ou autre. Mais pour l’instant, c’est inutile.

Que contient Scaife Viewer ?

Comme vous l’aurez vu sur la page d’accueil : principalement du latin, du grec (deux fois plus environ) et des traductions (je n’en ai vu qu’en anglais, mais il y a peut-être d’autres langues).
Il y a en réalité également quelques textes dans d’autres langues (hébreu biblique et farsi, principalement), mais je n’ai pas l’impression que cela soit la vocation première du site.

Donc, deux options s’offrent à nous (et resteront toujours clairement accessibles en haut de la page) : « Browse library » (par auteur) et « Text search » (par mot).

Commençons par les auteurs :

arrivée sur « Browse library »

Quelques remarques à ce stade.
Déjà, malgré ce que l’invite de connexion en haut peut faire croire, tout le site est en anglais, donc il faut connaître les noms (des textes et des auteurs) en anglais pour les chercher.
Ensuite, vous aurez noté une sorte de code barbare sur le côté, détaillons un peu sur Eschyle, par exemple :

corpus d’Eschyle

On lit, pour les Sept contre Thèbes par exemple, le code suivant :

urn:cts:greekLit:tlg0085.tlg004

Un peu d’internet ici pour comprendre.
URN veut dire Uniform Resource Name. C’est en fait la même chose qu’une URL (Uniform Resource Location) qui, elle, renvoie littéralement à un site (location), et est donc une adresse, qui a l’inconvénient d’être parfois obsolète. L’URN est en revanche une sorte d’identifiant unique (j’ai envie d’ajouter : « et éternel ») pour désigner rapidement un texte, une image, bref, un contenu (resource).
CTS veut dire Canonical Text Services qui un protocole, une méthode, pour citer les textes « canoniques » (le C voulait même initialement dire Classical).
Ce sont donc deux informations utiles pour savoir un peu mieux sur quoi reposent le site et ses sources.

Si l’on continue, on déchiffre trois séquences additionnelles :

  • greekLit, pour indiquer qu’on parle de littérature grecque ancienne (on a aussi latinLit, du coup) ;
  • puis tlg0085, qui désigne en réalité le corpus dont Eschyle est l’auteur ;
  • et enfin tlg004 qui, au sein du corpus d’Eschyle, désigne le texte des Sept contre Thèbes.

On peut donc imaginer que le texte (numérique) en question est à l’origine celui du TLG présenté par Maria ici.

Vous voyez aussi sur le côté de petites étiquettes, qui indiquent que pour cet URN là, trois versions existent : deux en grec et une en anglais (pratique pour savoir immédiatement si le site dispose ou non d’une traduction).

Autre exemple avec Cicéron :

début du corpus de Cicéron

On voit ici que l’URN renvoie probablement au PHI qui a déjà été présenté ici.

Avant d’entrer dans les textes eux-mêmes, explorons rapidement l’autre option d’entrée sur le site, la « Text search ».

arrivée sur la « Text search »

Vous voyez qu’elle offre un petit guide, bien utile quand on ne sait pas trop s’y prendre. A titre d’exemple, j’ai voulu chercher un vers d’Horace, qui dans mon souvenir commençait par : « ne quaesiris » (quem mihi, quem tibi, …).
Rien, vide, aucun résultat.
Je cherche alors en ajoutant un tilde : « ne quaesiris~ » (pour indiquer que l’expression est approximative), et là, miracle :

résultat de recherche

Ma mémoire m’avait donc joué des tours (tant sur Horace que la conjugaison latine) : le verbe est quaesieris, et non *quaesiris

J’ai voulu également faire la même recherche que Chloé sur le terme humanitas, pour voir quels résultats sortaient.
Ce ne sont pas 85, mais 167 occurrences du terme qui apparaissent alors sur une grande quantité d’auteurs. On s’y perdrait presque.

Enfin, le moteur de recherche offre une option « Lemma (Greek only) », mais j’avoue ne pas avoir compris comment s’en servir.

En bref, le module de recherche m’a l’air performant mais assez basique : il renvoie des occurrences, mais pas d’analyses de texte ou autre.

Les textes et l’analyse

Entrons donc dans les textes, par exemple en cliquant justement sur le résultat de cette recherche d’Horace :

lecture de l’extrait d’Horace

Mon premier sentiment est alors : c’est clair, c’est beau, c’est propre. Et c’est dynamique !
En effet, on voit en jaune les mots qui nous ont menés ici, et deux panneaux latéraux, à gauche sur « l’origine » du texte, à droite avec des options de présentation et d’analyse.
Mais à côté du vers lui-même, on voit les chiffres 1 (livre) / 11 (poème) / 1 (vers). On peut cliquer dessus pour afficher tout ce qui correspond à un niveau donné ! Exemple :

Ode complète : carpe diem

C’est fluide et c’est beau, je suis déjà conquis.
Je ne développe pas ici, mais vous voyez que vous pouvez ajouter une version parallèle, pour afficher par exemple le texte original et sa traduction (si elle existe) sur deux colonnes ; pratique.

Regardons un peu le panneau latéral droit.
Au-delà des options de présentation (taille, etc.), on voit que l’on peut passer en mode « Highlight », qui permet de sélectionner directement les mots pour afficher des informations (grammaticales, …) dessus ; mais surtout, le panneau donne :

  • l’URN précis, selon le protocole CTS, si l’on veut citer le texte (qu’il s’agise d’un vers ou d’un recueil entier) ;
  • la possibilité d’exporter le texte, aux formats .txt ou .xml.

C’est intrigant, essayons !

Exporter du texte de Scaife Viewer

L’export en .txt est très simple et permet d’ouvrir un page où le texte figure en format brut.
Quid du .xml ?

export XML d’Horace

Voilà qui permet donc d’insérer directement du code XML bien balisé, avec ses métadonnées utiles, dans les documents / éditeurs / logiciels que l’on veut.

Retour aux sources

Revenons néanmoins sur les sources utilisées, car l’URN du texte d’Horace a beau contenir « phi », elle termine par « perseus ».
En réalité, Scaife Viewer indique clairement ses sources sur cette page :

extrait détaillant les sources

Un clic sur le premier lien vous mènera ici, où l’on comprend qu’on entre alors dans l’arrière-boutique de la bibliothèque qu’est Scaife Viewer (ou les autres sites analysés) : on voit alors tous les repertoires contenant tous les textes (numériques, dans un format XML très détaillé) que les sites permettent d’afficher et analyser « plus proprement ». On aperçoit notamment la liste des contributeurs professionnels à ce grand répertoire, où figure M. Berra.

J’imagine donc que ces sources font autorité, même s’il n’est pas encore clair pour moi comment tout cela s’articule : avec les textes édités sur papier, on connaît, pour les antiquisants, où chercher (la C.U.F., Loeb, etc.) et voir de quand date l’édition, etc. ; avec ces versions numériques, je pense que c’est précisément l’objectif du cours d’apprendre à nous orienter dans cette grande bibliothèque qu’est l’internet.

Conclusion

J’ai trouvé le site particulièrement clair, épuré, aéré, dynamique, simple d’utilisation après quelques minutes de prise en main.
Je n’ai pas trouvé d’information précise sur ce que l’on avait le droit (ou non) de citer ou partager mais le site étant ouvert à tous, et les textes étant clairement référencés par leur URN selon CTS, je pense que l’on dispose donc de toutes les informations pour les citer ou partager « proprement » sans commettre plagiat ou autre délit intellectuel / informationnel.

Avancer vers la sagesse grâce au numérique

Accademia di Platone - mosaico

Mosaïque des philosophes, Ier s ap JC, Pompéi, Musée archéologique de Naples

http://www.museoarcheologiconapoli.it/en/room-and-sections-of-the-exhibition/mosaics/

Salvete!

Cette mosaïque représente mon état d’esprit: pour avancer vers la connaissance, il faut échanger, lire, parler, observer le monde (d’où la sphère terrestre montrée par le personnage que l’on a identifié à Platon), ce qui est une manière de bien utiliser son temps (notez la présence d’un cadran solaire au dessus de la colonne centrale). C’est ainsi que l’on progresse dans notre cheminement vers la sagesse dans la vie qui nous a été confiée: agissons avec intelligence et passion. Traversons ce théâtre du monde sans avoir peur de la mort (regardez les masques de théâtre et ce qu’on a identifié comme des urnes funéraires). J’ai vu cette mosaïque au Musée archéologique de Naples et elle représente tout ce que j’aime: la littérature, la philosophie, l’équilibre entre nature et culture, l’amitié, la curiosité et l’échange, la beauté. C’est dans cet état d’esprit que je rejoins ce carnet numérique. C’est aussi avec quelques craintes: vais-je réussir à bien maîtriser mon temps? Saurai-je affronter les obstacles rencontrés? La sagesse est un voyage dont on ignore parfois la destination exacte mais l’essentiel est de l’engager et de découvrir, car comme dit Montaigne dans les Essais, la chasse est tout aussi, voire plus importante, que la prise. 

une brève présentation

Bonjour,

je m’appelle Penda ,je viens du Sénégal précisément à Dakar où j’ai eu ma licence en lettres classiques. Je suis également nouvelle à Nanterre et naturellement  dans ce master humanité numériques et classiques aussi.

Je me suis inscrite dans ce master parce que j’ai été interpellés par les humanités numériques sans pour autant avoir une idée précise de ce qu’elles sont vraiment. Pour l’instant j’avoue que je ne suis pas encore dans le bain,  en espérant qu’ avec un plus de travail, j’arrive à cerner un  peu plus ;même si le cours dispensé en anglais ne simplifie pas les choses vu mon niveau « my broken english » comme on le dirait outre manche.

Cependant , toutes ces petites difficultés me motivent d’avantage et me permettront par ailleurs, de bonifier mon niveau d’anglais.Tout compte fait , tout n’est qu’apprentissage.

Thesaurus Linguae Graecae

Si cela s’appelle thesaurus, c’est qu’en effet, une fois arrivés sur le site du TLG, c’est de l’enthousiasme mêlé à la panique que l’on éprouve !

Voici la page d’accueil du TLG, base de données créée à l’Université de Californie à Irvine, rassemblant les textes grecs de l’antiquité à nos jours : 

Qu’est-ce qu’on y retrouve ?

  • Un corpus très complet de textes grecs, de l’antiquité jusqu’en 1453, organisés en trois collections : Full Corpus, TLG Canon et Abridged TLG
  • Une collection de cinq dictionnaires grecs numérisés dans la rubrique Lexica
  • Un excellent outil d’association entre les deux : en cliquant sur n’importe quel mot dans un texte du corpus, nous pouvons consulter directement les lemmes relatifs dans ces dictionnaires. 
En cliquant sur le mot κυανέας dans le texte à gauche, une analyse morphologique ainsi que les liens vers les dictionnaires apparaissent à gauche.

Comment peut-on y accéder ?

Même si tout utilisateur peut accéder librement à une partie importante des données du TLG, l’intégralité du corpus n’est pas ouverte à tous : il faut avoir un compte lié à une institution, par exemple la bibliothèque universitaire de Nanterre, afin de pouvoir consulter toutes les ressources du TLG. 

Quelles possibilités ?

Le TLG est impressionnant en tant qu’outil de recherche. Outre le fait que presque tous les textes grecs dont nous avons connaissance s’y trouvent, nous pouvons effectuer notre recherche de plusieurs manières : par auteur, par époque, par citation… à part les dictionnaires disponibles sur le site, nous pouvons également y trouver des liens vers des traductions des textes sur Perseus

Ce qui est très intéressant, c’est la place des outils numériques dans le TLG. Il suffit d’aller dans la rubrique Statistics pour découvrir les moyens pour une analyse amusante et très utile de la fréquence, entre autres, des termes chez un auteur, ou bien dans une œuvre ou dans une époque. Voici les résultats de ma recherche sur Lysistrata d’Aristophane :

Qu’est-ce qui nous manque ?

À première vue, le site peut paraître difficile à manier, étant donné le grand nombre d’informations toujours présentes sur l’écran. On n’est pas toujours sûrs sur lequel des nombreux liens cliquer, ou quelle barre de recherche est la plus appropriée pour ce qu’on veut faire. À cet égard, les articles des étudiants des années précédentes sur le carnet Classiques et Numériques m’ont été d’une grande utilité ! J’ai été surprise, toutefois, de ne pas trouver un manuel d’utilisation du TLG sur le site même. 

En conclusion…

Le TLG est un site extrêmement intéressant pour les hellénistes, non seulement en raison de son corpus très riche, mais aussi parce qu’il rassemble de nombreux outils et données au même endroit. Assurez-vous de lui accorder quelque temps et il saura vite vous livrer ses secrets !

PHI Latin Texts

Présentation de la plateforme

PHI Latin Texts est un outil en ligne qui permet de faire des recherches lexicales dans un corpus de texte latin datant du IIIe siècle av. J.C. jusqu-à 200 ap. J.C. Je ne présenterai pas ici l’association américaine Packard Humanities Institute à l’origine de ce projet puisque cela a déjà été fait dans de précédents billets.

La plateforme est accessible en ligne gratuitement après avoir accepté de ne pas copier les informations présentes sur le site et de n’utiliser ces dernières que pour des recherches personnelles.

Utilité du site

PHI Latin Texts s’adresse à un public de latinistes avérés, comme les étudiants, les chercheurs, ou les linguistes, puisque la plateforme ne propose pas de traduction des textes.

La plateforme permet de faire des recherches plus ou moins ciblées sur un mot particulier ou un groupe de mots. Cette recherche peut s’effectuer sur le corpus entier, ou chez des auteurs particuliers voire dans une œuvre précise.

Pour cela , à travers la rebrique about, le site nous donne des indications pour pouvoir filtrer nos recherches à l’aide de différentes balises correspondant chacune à un type d’information demandée.

Etude de cas

Les autres articles sur le PHI Texts Latin vous explique déjà les balises qu’il faut mettre pour affiner votre recherche. Je développerai ici un autre aspect à travers l’exmple du terme humanitas.

Dans la rubrique WordSearch je note donc le terme humanitas. J’obtiens 91 résultats, mais pour m’assurer que ma recherche ne concerne réellement que le terme voulu, j’encadre ce dernier avec des balises comme suit : #humanitas#. J’obtiens donc 85 résultats et si je clique sur le diagramme j’ai une liste des résultats par auteurs. (cf. photo ci-dessous).

Ainsi on sait que les 85 occurrences d’humanitas sont réparties chez 15 auteurs. L’outil statistique permet de visualiser facilement quel auteur utilise tel terme, et nous indique les usages significatifs en vert et ceux qui ne le sont pas en rouge. Un calcul proportionnel par rapport au nombre de mot total du corpus est réalisé. C’est pour cela que Cicéron, bien qu’il ait le plus d’occurrences du terme humanitas, n’est pas l’auteur dont l’usage de ce terme est le plus significatifEn effet c’est Valerius qui avec 7 occurrences fait l’usage le plus significatif du terme humanitas. On peut ensuite cliquer sur chaque auteur pour voir où s’inscrit le mot de notre recherche.

Limites du site

La plateforme est très sommaire et ne comporte que très peu d’item, voir l’image ci-dessous; cela facilite l’utilisation du site tout en montrant rapidement les limites de celui-ci.

Page d’acceuil de PHI Latin Texts

En effet, le site ne permet pas l’analyse des formes recherchées, contrairement à Perseus par exemple qui fournit à la fois le corpus du texte et l’analyse de toutes les formes de celui-ci. Pour compléter les ressources du PHI Latin Texts, je vous propose donc d’utiliser le logiciel libre de droit Collatinus qui se concentre sur l’analyse et la sémantique des formes.

Pour Conclure

PHI Latin Texts est un outil de recherche lexicale précieux pour les spécialistes de la langue latine. Il est très facilement utilisable grâce à sa sobriété, mais pour moi il n’est pas encore arrivé au bout de ses possibilités et peut encore être améliorer. Le site nous invite d’ailleurs à lui envoyer nos remarques à l’adresse suivante latin@packhum.org.

PHI Classical Latin Texts

Le site PHI Classical Latin Text permet d’accéder à de nombreux textes latins littéraires écrits avant l’an 200 de notre ère, lesquels étaient auparavant mis à disposition sur CDrom.

Mais qui a fait ça ?

Eh bien il s’agit du Packard Humanities Institute, un institut américain fondé en 1987 qui se présente comme une association à but non lucratif dans l’objectif d’aider à l’amélioration des recherches en sciences humaines (musique, archéologie, littérature, histoire…) via différent types d’outils numériques actuellement et sur CDrom dans le temps (c’est dire à quel point c’est vieux). 

Qu’est-ce que ce corpus ?

Ce corpus est donc constitué essentiellement (tel qu’indiqué sur la page « about » du site) d’à peu près tous les textes littéraires latins jusques à 200 de notre ère ainsi que de certains plus tardifs. Au vu du nombre important de textes et d’auteurs présents je vous renvoie vers la liste complète, ça vaut mieux que de les énumérer ici (je n’aurais pas la place…).
Il s’agit donc uniquement des textes latins, pas de commentaires ou d’analyses, rien que les textes, ce qui permet une grande lisibilité de ces derniers.

Et nous dans tout ça ?

Nous sont mis à disposition pleine et entière, gratuite et libre, tous ces textes.
CEPENDANT il nous est précisé par un disclaimer que nous ne devons utiliser ces ressources que dans le cadre d’études personnelles : on ne peut copier son contenu que pour son propre compte d’après le « Fair Use » des lois sur le Copyright.

Quant à nos interactions possibles avec l’amélioration du site, la possibilité de faire des remarques ou des commentaires, il est possible de les adresser directement à l’institut par mail.

A quoi ça ressemble ?

Le site PHI
Parce qu’une image vaut mieux que mille mots…

 

La présentation est très très très très vieillotte… On aura vu mieux ! Entre le fond en faux papyrus, l’encadrement totalement rectangulaire, sans arrondi, et la police d’écriture avec empattements, le site est doté d’un aspect « internet des années 90 » rappelant les heures les plus sombres du numérique, comme si l’élégance avait été mise à la trappe pour euh… pour quoi au juste ?

En dépassant mes critiques esthétiques lamentables on peut noter toutefois une interface épurée et parfaitement claire : 4 sections explicites (et explicitées) dont une page about qui sert aussi d’aide à la recherche. Le site est donc très facile d’utilisation et il est aisé de s’y repérer seul.

Comment ça marche ?

Eh bien comme on peut le voir sur le screenshot plus haut il y a une barre de recherches avec laquelle on peut trouver et filtrer les textes de 3 façons différentes à travers 3 onglets :

  • Le premier, author permet tout d’abord de chercher par auteur (page affichée par défaut) afin de voir tous leurs textes présents sur le site.

  • On peut également chercher par mot(s) avec le deuxième, Word Search. Techniquement, il suffit de rentrer un mot et tous les textes contenant ce mot seront trouvés par l’outil de recherches. L’exemple donné est que si je tape ros je trouverai aussi bien des mots comme rosa que comme libros ou prospere. Il existe de nombreuses façon de rechercher des textes à partir des mots, via un genre de « langage » plus avancé, je vous renvoie avec ce lien à la page permettant de voir les différentes façons de faire (on peut ainsi rechercher l’emploi d’un mot chez un auteur précis par exemple).

  • Enfin on peut chercher par concordance avec l’onglet du même nom, ce qui fonctionne comme la recherche par mots mais qui affiche le tout de façon plus ordonnée et plus concise avec la possibilité d’appliquer les mêmes filtres à sa recherche.

En conclusion…

Ce site internet est donc un outil de recherche des textes latins facile d’utilisation et épuré (bien que laid). Il peut être utile pour la recherche dans l’optique où tous les textes littéraires classiques y sont référencés. Pas d’ornements, pas de fioritures, juste le texte.

A condition de travailler sur la littérature latine, ce site est une vraie mine d’or !

PHI ou l’éloge de la simplicité

φ Présentation

Classical Latin Texts ou PHI Latin Texts est une bibliothèque de lecture et de recherche incluant presque tous les textes latins antérieurs à l’an 200 de notre ère et quelques uns après.

Cette bibliothèque numérique a été créée par l’association Packard Humanities Institute dont l’archéologie et les archives historiques sont les principales activités.

D’accès libre et basé sur un contrat moral de non exploitation, les textes bruts sont en BETACODE et UNICODE. Le site très épuré se compose de quatre rubriques.

φ Les rubriques

Authors

Aux nombres de 350 1, on les retrouve par ordre alphabétique sur une liste déroulante, un simple clic sur le nom Marcus Valerius Martialis2 nous amène sur une page recensant ses œuvres disponibles, un clic sur une oeuvre Epigrammata3 et le texte apparaît.

1. Authors menu déroulant
2. Liste des œuvres par auteur

Une fois sur la page, les commandes droite et gauche des touches multidirectionnelles du clavier sont utiles.

3. Le texte

Word search

Un procédé très simple pour rechercher un terme ou plusieurs à l’intérieur des textes; quelques commandes de recherches très appréciables suffisent:

  • le signe -#- qui fixe la première lettre du ou (des) mot(s) de la recherche.
  • le signe – | – c’est à dire « ou »: permet de chercher deux racines, deux termes en même temps : acutus | acuto.
  • le signe – ~ – c’est à dire « près » permet de rechercher l’association de deux mots dans un même passage.
  • les crochets -[]- permet d’entrer l’abréviation d’un nom d’auteur pour effectuer une recherche par auteur [Mart] puella et par oeuvre [Mart:Ep] puella4.
4. Exemple de recherche [auteur, oeuvre] terme

Six signes que l’on peut cumuler et croiser pour une recherche complexe : [mart] (puella|femina) ~ bella & laeta.

Concordance

La concordance donne des séquences contextualisées, le procédé de recherche reste le même.

Exemple de recherche de concordance [auteur] terme

About

C’est la dernière rubrique proposée, là encore en peu de mots l’essentiel est dit.

φ Impressions

A quelques mots près nous nous trouvons avec une banque de données complètement en langue latine. Comme son nom l’indique, le texte rien que le texte, pas de linguistique, pas d’analyse morphologique, pas de terminologie, pas de traduction. Un lieu manifestement de recherche pure, pas d’influence, pas de distraction, la simplicité et la sobriété sont de mise sur cette interface destinée à des latinistes confirmés. L’ergonomie qui comme le reste se veut simple, confère une prise en main facile et rapide. La qualité typographique du palatino linotype est irréprochable.

φ Conclusion

PHI Latin Texts est un radar de texte qui permet de balayer la surface d’un océan d’écrits à la recherche de barques égarées mais aussi de sonder les profondeurs pour en découvrir les vestiges. Un site permettant l’immersion dont le chercheur à besoin.

Humanités numériques

Salvete!

Je m’appelle Shubert, Je viens d’Uruguay, un pays avec une tradition de football très importante mais pas dans les études classiques.

J’ai fait une licence en littérature, le seul endroit où l’on peut apprendre le grec et le latin à Montevideo.

Le latin et le grec sont à l’origine de nos langues, mais également sont en lien avec la philosophie, la littérature, l’histoire, les mathématiques, les sciences, une langue vivante et même l’éducation physique et sportive avec les jeux olympiques, ainsi que dans la religion.

Ce que j’aime vraiment de ce master, c’est la possibilité d’étudier la philologie en savoir plus sur des outils numériques afin de contribuer à la diffusion de ces connaissances grâce aux nouveaux outils technologiques.

Aussi, je crois qu’apprendre une langue et une culture sert à comprendre de nouvelles blagues: c’est pourquoi j’aime les mèmes classiques !

Digital

Bonjour à toutes et à tous,

Je m’appelle Thierry et je poursuis en Master Humanités Classiques & Humanités Numériques (eàd) des études de lettres classiques, commencées il  y a trois ans et effectuées à distance également.

Il va sans dire que c’est la première mention de l’intitulé du master et le large éventail d’enseignement proposé qui m’a incité à m’inscrire, car je souhaite me séparer le plus tard possible de matières qui me tiennent à cœur et que j’aurais du abandonner dans d’autres offres à distance.

Quant à la seconde partie de l‘intitulé que j’avais un peu occultée avant de commencer les cours, elle m’intéresse fortement, d’un coté elle me rappelle mes cours de logique propositionnelle que j’avais particulièrement appréciés, et d’un autre elle aiguise ma curiosité d’apprendre un nouveau langage.

En tout cas je trouve cette association pertinente, ainsi d’une part les étudiants, les chercheurs, enfin toutes les personnes intéressées vont pouvoir bénéficier de cette modernisation de l’accès aux sources, aux connaissances et aux différentes bases de données souvent indispensables dans cette discipline et d’autre part les lettres classiques évoluent avec leur temps dans le futur monde digital déjà promis.

Je finirai avec :

« l’homme du futur est incompréhensible si l’on n’a pas compris l’homme du passé […] tout ce qu’il y a de possibilités, de virtualité dynamique dans l’espèce humaine demande à être saisi depuis sa base et suivi paisiblement jusqu’à son développement final » 

Leroi-Gourhan

c’est à dire, un doigt ‘outil’, la folle réduction de la main,  pour taper sur un clavier.

Au début de l’odyssée…

Quand tu prendras le chemin d’Ithaque,
souhaite que la route soit longue,
pleine d’aventures, pleine d’enseignements.

— C. Cavafis, extrait de Ithaque (traduction D. Grandmont)


Χαῖρε

Le poème cité est le premier qui m’a touché parmi ceux de l’Alexandrin Cavafis, probablement parce que le message somme toute classique (le chemin importe plus que la destination) se pare ici des atours de l’Antiquité et de ses mythes, et qu’il intime en plus à son lecteur, devenu Ulysse intemporel, de ne pas avoir peur.

Alors tâchons d’être comme Ulysse, ce héros imparfait, mais tellement humain !

Les moins jeunes d’entre vous auront reconnu ici une image tirée de la série d’animation des années 80 Ulysse 31, censée se dérouler au XXXIème siècle ; cet Ulysse spatial n’est peut-être pas un si mauvais guide pour des humanités classiques et numériques !

Mais trêve de plaisanteries. J’arrive dans ce master en ayant déjà (bien) entamé mon long voyage vers Ithaque : après des études d’ingénieur et quelques expériences professionnelles, j’ai décidé en 2016 de reprendre des études de philosophie à distance à Nanterre, puis lors de l’inscription, voyant des options latin et grec ancien, je me suis dit : « Oh ! Mais j’ai toujours voulu reprendre le latin et découvrir le grec, c’est l’occasion ! ».

Ni une, ni deux, je prends les options, lâche à regret l’allemand que je voulais reprendre également (Ulysse n’est qu’humain, il aurait fallu être Achille demi-dieu pour tout mener de front !), et m’embarque donc vers des pages de philosophie, d’ablatifs absolus et de verbes en -μι.

Quatre ans plus tard…

… j’ai avancé dans mon odyssée, mais compris qu’elle serait bien plus longue que prévu, alors autant prendre le temps et savourer le voyage.

Ce master est je l’espère une étape, d’une part pour approfondir mes connaissances en latin et en grec ancien (et poursuivre l’étude de la philosophie), mais également découvrir les secrets de la technologie des Phéaciens pour naviguer nos océans numériques !

Premier cours

J’ai pu aujourd’hui assister à mon premier cours d’Humanités numériques à distance, et si je reconnais que le format des captations vidéo m’effraie un peu (au-delà des éventuels problèmes techniques, il n’est pas forcément évident de rester devant son écran), le contenu promet de répondre à mes attentes : apprendre à se servir des outils numériques (veille informationnelle, édition, etc.) est fondamental aujourd’hui.

J’espère donc, à l’issue de mon voyage, pouvoir acquiescer aux mots de Cavafis à la fin de son poème :

Sage comme tu l’es, avec une expérience pareille,
tu as sûrement déjà compris ce que les Ithaques signifient.

Alors pour clore en latin un billet commencé en grec :

Valete !

Une visite sur le site

Pourquoi ces larmes ?

Χαίρετε !

Pardon… J’espère ne pas vous avoir fait peur. Qui l’aurait dit, que je finirais avec un aspect tel ! Cela va certainement vous surprendre quand je vous dis mon nom… Je suis Aphrodite.

Oui, c’est moi, Aphrodite, déesse grecque de la beauté et de l’amour… Vous voulez peut-être savoir mon âge, mais vous hésitez à poser la question… alors je vous le dirai : J’ai 1800 ans. Une carrière de statue vénérable, puis un long séjour souterrain, enfin un nouveau logement plutôt sympathique au Musée de l’Acropole d’Athènes, où j’habite actuellement. Les millions de regards qui se sont croisés avec le mien depuis que je suis ici ! Des yeux venus des quatre coins du monde. Des yeux de tout âge, des visages de toute forme… Mais toujours, toujours la même question. Pourquoi ces larmes ?

« Maman, pourquoi elle pleure ? » Et là, je ne vous dis pas combien je m’amuse avec tout ce que j’entends comme explication. « Parce qu’on lui a coupé son nez, mon chou! » « Parce qu’elle a perdu son corps ! » « Parce qu’elle a peur la nuit dans le musée ! ». Il y en a qui soupçonnent, douteux, un modernisme précoce chez mon créateur. Non, je vous assure, je ne suis pas une œuvre avant-gardiste du IIè siècle ! Les déçus et les pessimistes sont convaincus de leur interprétation : « Mais oui, il ne faut pas s’étonner qu’elle pleure, regarde un peu comment était la Grèce à son époque et comment va le pays maintenant ! » Les plus romantiques se tiennent longtemps immobiles devant moi et ont toujours beaucoup à dire : que je déplore un monde perdu, une gloire passée, que je suis émue de retrouver enfin la lumière du jour après des siècles d’enterrement, que le monde d’aujourd’hui est un spectacle bien triste…

Enfin, j’avoue que cela fait plaisir d’entendre tellement de poésie autour de ma personne ! Gardez donc l’interprétation qui vous plaise, ou créez la votre… ou bien lisez la suite pour savoir ce qu’il en est !

Mais qui l’a ramenée ici, cette Aphrodite ?

Bonjour, je m’appelle Maria Constantinou, je viens de Chypre (comme Aphrodite oui, mais moi je suis de notre siècle!) et je commence cette année le Master Humanités Classiques et Numériques à l’université Paris-Nanterre.

C’est moi qui la ramène sur ce site, sur une carte postale achetée au musée d’Acropole. Je suis l’une de ces millions de visiteurs qui sont passés devant cette Aphrodite et qui se sont arrêtés, interpellés par ses larmes. Je retourne la carte-postale et je trouve enfin l’explication que voici :

The colour that has leaked below her eyes is a product of the oxidation of the statue’s bronze eyelashes.

Je ne l’avais pas imaginé, et vous ? Quoi qu’il en soit, ce qui compte le plus pour moi, c’est la beauté de l’accident, qui fait que tellement de personnes s’arrêtent et s’interrogent… Et je pense que je viens de vous dire les mots-clés de cette petite présentation…

Ce n’est pas toujours facile de répondre quand on me demande pourquoi je fais lettres classiques, ce que je compte faire par la suite avec ça… C’est beau, voilà ma première réponse, ou au moins la plus honnête. Me voilà donc en études de Lettres Classiques, cherchant à connaître et à comprendre ces textes, ces mythes, ce monde avec ses mystères, souvent intriguée par la distance qui nous en sépare.

« On est un peu coupés du monde, nous les classicistes ». On peut ne pas être d’accord, on ne peut pas ignorer l’observation… Quel rapport donc entre les mondes antiques et notre époque immergé dans la technologie ? Quelle interaction entre les lettres et le numérique ? Quand je me pose la question, je ne peux pas imaginer de formation plus pertinente que le Master Humanités Classiques et Numériques pour répondre à ce questionnement ! Les premières séances m’ont immédiatement intéressée : de nombreux outils à découvrir, le choix de faire le cours en anglais que je trouve très utile, de nouvelles perspectives de travail sur le corpus antique déjà visibles,

Je commence cette année déjà très satisfaite de me trouver ici, et très curieuse pour la suite…