ANAYSE DE PROJET

The Packard Humanities Institute (PHI)

PHI Latin Texts

  • Association à but non lucratif crée en 1987 et basée à Los Altos (Californie).
  • Création de bases de données d’abord sous forme de CD puis en ligne :
    • La littérature latine (Le PHI Latin Corpus ou « PHI #5 » – le cinquième CD-Rom réalisé) : corpus de textes des origines jusqu’à l’époque impériale (200 ap. J.-C.) et une sélection de textes de l’Antiquité tardive ;
    • L’épigraphie grecque antique ;
    • Le fonds Benjamin Franklin dédié aux « Pères fondateurs de la démocratie américaine ».
  • Activités élargies à l’archéologie, à la préservation de films, restauration de théâtres et à la musicologie.
  • Faire une recherche sur la base de données (PHI Latin Texts)
    • Par défaut, le moteur de recherche engage l’ensemble ;
    • Utiliser des opérateurs de recherche (#rosa# par exemple), des opérateurs logiques (&, etc.) et des filtres (Auteur et titre : [Ov:Met] arma)

Compte-rendu critique

À la découverte du PHI – Latin Texts

 

TLG : découverte et commentaires

Bonjour à tous,

Parmi les différentes bibliothèques numériques proposées, j’ai choisi le TLG à cause de la récurrence de son utilisation dans le milieu universitaire des lettres classiques. Et je n’ai pas été déçue. Voici les quelques remarques que j’ai pu faire.

Tout d’abord, j’ai été impressionnée de constater le parti que le TLG prend des outils numériques. Chaque helléniste sait qu’il peut être parfois long de consulter dictionnaires, grammaires, textes et j’en passe. Le TLG propose de multiples outils réunis sur une seule plateforme, ce qui fait non seulement gagner du temps mais permet aussi l’accès à des outils divers. Ceux proposés sur la page d’accueil lorsque n’importe qui y accède sont : le corpus des textes, un version abrégée de ce corpus, un canon qui contient toutes les références des textes contenus dans le corpus, et un lexique.

Voici la page d’accueil du TLG.

Mais un premier bémol apparaît immédiatement aux yeux d’un utilisateur novice de la plateforme, bémol qui en réalité n’en est pas un. Pour accéder à tout le corpus de textes que le TLG propose, il faut y être autorisé en étant dépendant d’une institution qui permet cet accès. Mais si l’on suit le vieil adage d’Internet selon lequel si quelque chose est gratuit, c’est que nous en sommes le produit, un accès restreint est peut-être le signe rassurant d’une plateforme plus sécurisée sur le plan de la collecte des données ? Cependant, mon vieux rêve d’un accès gratuit et illimité à des connaissances si enrichissantes pour tous n’en est pas moins quelque peu frustré.

Mais une fois cet obstacle dépassé, on découvre que le TLG offre les outils habituels de l’helléniste, mais en offre aussi certains qui sont inédits et qui ouvrent de nouveaux horizons à la recherche. En effet, on peut chercher à retrouver un texte à partir d’une citation grâce à l’outil “brower”, ou même trouver une sélection de textes à partir d’un mot. Cela permet une approche nouvelle du texte : celui-ci devient un support utilisable bien plus “rapidement” si l’on peut dire, puisqu’il ne contraint plus à une lecture purement linéaire.
 On peut aussi utiliser l’outil “N-Gram” qui calcule la récurrence de certaines associations de mots, dans un texte ou dans un corpus de texte, et peut comparer l’utilisation de ces combinaisons entre plusieurs textes.

Un exemple d’utilisation du “N-Gram” : j’ai comparé l’Iliade d’Homère et les œuvres de Plutarque.

Finalement, il devient vite évident que le TLG est très intéressant d’un point de vue des Humanités numériques. C’est d’autant plus le cas lorsqu’on utilise l’outil “Statistics” qui permet de calculer la fréquence d’utilisation de certains mots selon les siècles et les auteurs par exemple. Ainsi, le TLG permet la “distant reading”, donc une autre manière d’aborder les textes qui m’enthousiasme tout particulièrement puisqu’elle apporte un renouveau dans une série de réflexions entamée il y a plusieurs millénaires.

Exemple de statistiques accomplies par le TLG

Pour finir, j’ai une dernière remarque à faire sur les quelques failles que peut présenter le TLG d’un point de vue extérieur et abstraction faite de tout le travail déjà fourni par ses créateurs au fil du temps. Par exemple, l’ergonomie peut laisser à désirer, et le site manque parfois de clarté : on ne peut pas toujours choisir exactement les modalités de comparaison entre les textes par exemple, ou on nous dit que le TLG est “worldwide” avec une carte sans légende qui nous laisse perplexe. Mais ce ne sont que de menus défauts qui mettent en valeur, selon moi, le renouveau continuel du TLG : en attendant de pouvoir offrir de meilleures informations, le site redirige vers d’autres plateformes spécialisées dans d’autres domaines (comme l’iconographie avec le site Diotima par exemple).

Voici comment y accéder à partir de la page d’accueil

En outre, un onglet “news” annonce très régulièrement les innovations faites par les administrateurs de la plateforme, comme les agrandissements de corpus par exemple.

En somme, ce site pourtant connu fut un plaisir à explorer.

Perseus Digital Library

Présentation

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique de langue anglaise qui a comme but d’enregistrer toutes les humanités. Quoique la plupart de ses ressources concerne les humanités grecques et latines, elle propose aussi des collections de textes arabes, germaniques (vieux norrois et vieil anglais), anglais (d’Amérique et de Grande Bretagne), ainsi que de textes latins de la Renaissance italienne.

Voici la page d’accueil :

Le site présente une série de menus, mais seulement les onglets Collections/Texts et l’encadré Search en haut à droite permettent d’accéder aux textes. Les autres onglets donnent des informations sur la mission de la bibliothèque, sur comment contribuer au project (avec des donations, en tant que chercheur, etc.) et sur l’histoire du site. L’onglet Persus Catalog ouvre un autre site qui permet de remonter aux éditions originales en papier qui ont été numérisées.

Les textes sont proposés en langue originale et en traduction (anglaise). Pour y accéder, on peut naviguer le catalogue à partir de l’onglet Collections/Texts déjà évoqué ou faire une recherche utilisant la barre de recherche, en insérant le titre de l’œuvre, le nom de l’auteur ou même n’importe quel mot dans n’importe laquelle des langues supportées. Ainsi faisant, Perseus nous propose une liste de résultats en rapport avec la recherche.

Exemple de recherche

Par exemple, en rentrant le mot « Poenulus » on obtient les deux versions du texte, latine et anglaise :

En rentrant « Plautus » on obtient toutes les œuvres de Plaute numérisées par le site (en l’occurrence toutes les pièces qu’on a conservées intégralement ) ainsi qu’une étude sur la syntaxe plautinienne.

Mais on peut aussi rechercher n’importe quel mot : l’outil nous fait alors une recherche de toutes les occurrences de ce mot dans tous les textes numérisés. Par exemple, en rentrant le mot  latin « mihi », que l’on retrouve au premier vers du Prologue du Poenulus, on se retrouve avec une longue liste comptant plusieurs pages :


Cependant, il ne s’agit que de résultas en anglais, et en effet on ne peut pas y retrouver le texte du Poenulus, et ce parce que lorsque la recherche comporte un nombre très élevé de résultats, le site effectue un premier tri par langue, comme on peut le voir dans le cadre en haut à droit. En changeant la langue de « English » à « Latin », on n’aura que des résultats en langue latine et, par conséquent, aussi le Poenulus, parmi plein d’autres :

En revanche, le corpus n’a pas dû être entièrement indexé , car en rentrant le mot « Achillem », premier mot du Poenulus, on n’a qu’un résultat, en latin (mais d’ailleurs on n’a même pas la possibilité de changer la langue) :

Les textes

Une fois qu’on a trouvé l’œuvre qui nous intéresse, le site offre une fonctionnalité très intéressante, qui a l’air de bien fonctionner pour tous les mots et dans tous les textes : la possibilité de cliquer sur n’importe quel mot du texte, qui devient alors un lien ouvrant une autre page où le mot est analysé : sa traduction (en anglais), sa classe grammaticale et, selon le type de mot, on en donne le genre, le cas, la personne, le mode, le temps verbal, etc., et, bien entendu, sa forme de base s’il s’agit d’une forme fléchie.

Par exemple en cliquant sur le premier mot « Achillem », on se retrouve dans la page suivante :

Le site nous indique bien qu’il s’agit d’une forme fléchie (en l’occurrence l’accusatif masculin singulier : sg masc acc) du nom (noun) Achilles. Mais on peut aller plus loin, car en dessous du lemme on retrouve des  hyperlien qui nous donnent la possibilité d’ouvrir le lemme dans un dictionnaire (le Lewis & Short’s Latin Dictionary et le Lewis Elementary Latin Dictionary pour le latin ; plusieurs pour le grec, parmi lesquels le Liddell-Scott-Jones Greek-English Lexicon et le Autenrieth’s Homer Dictionary). Par exemple :

D’ailleurs, on peut utiliser cette page comme un véritable dictionnaire, mais avec en plus la possibilité de rentrer (presque) n’importe quelle forme fléchie de n’importe quel mot. Le moteur de recherche se chargera de retrouver le lemme correspondant. Cet outil est disponible dans  toutes les langues susmentionnées. Voici à titre d’exemple la page pour le grec.

Conclusion

La Perseus Digital Library est une bibliothèque numérique qui offre plusieurs possibilités à qui travaille dans les humanités, soit qu’il s’agisse de quelqu’un d’expérimenté (on y retrouve presque n’importe quel texte de la littérature antique avec la possibilité de faire des recherches par titre, par auteur ou par mots) soit qu’il s’agisse de grands débutants ou même de novices (notamment la fonction de pouvoir rechercher n’importe quelle forme fléchie pourrait s’avérer très utile lorsqu’on se retrouve dans une impasse).

Le seul inconvenient est, peut-être, l’interface, austère et un peu vieillie, et qui pourrait s’avérer de difficile utilisation au premier abord, notamment à cause des plusieurs liens dont seulement deux permettent d’accéder aux textes. Il n’y a pas non plus (ou du moins je ne l’ai pas trouvé) un accès direct aux dictionnaires. Peut-être que tout cela va être résolu dans la mise à jour du site qu’ils sont en train de préparer : Scaife Viewer (qu’on peut déjà utiliser), la première phase de la nouvelle version de la bibliothèque. Scaife Viewer offre une experience de navigation plus claire et fluide, ainsi qu’une experience de lecture plus agréable, grâce à une interface plus aérée et plus ordonnée. Par exemple, depuis la page accueil, on comprend tout de suite où pouvoir effectuer une recherche. Pour l’instant Scaife Viewer ne propose que des textes latins et grecs.

Présentation de la bibliothèque numérique : PHI Classical Latin Texts

La bibliothèque numérique PHI Clasical Latin Texts se présente sous la forme d’une liste d’auteurs latins, classés par ordre alphabétique de leur cognomen (soit leur surnom, pour les non latinistes). Le site est entièrement en anglais.

Mais avant de pouvoir accéder à la liste d’auteurs latins, il faut d’abord cocher la case “cliquez ici si vous acceptez cette licence” sur la page d’accueil.

Ainsi, d’emblée le site pose ses conditions d’utilisation: seul un usage privé peut être fait de l’ensemble de ses ressources.

Revenons donc à la page des auteurs. On observe que seuls les auteurs les plus connus sont présents sur la page d’accueil, mais il suffit de cocher la case “show all authors“, pour que le reste des auteurs s’affiche. 

En cliquant sur le nom du premier auteur (Lucius Accius), s’ouvre une page qui présente un classement numéroté de ses œuvres, classées à leur tour par ordre alphabétique. En posant le curseur sur l’une d’elle, on peut alors connaitre le titre, l’édition et l’année de l’oeuvre.

En cliquant sur Carmina (une pièce de théâtre en vers), le texte latin s’affiche. Il est numéroté et présente de manière claire les changements de personnages. 

Grâce au lien situé en haut à droite de la page on comprend que le texte qui s’affiche devant nos yeux est édité en Betacode. Pour passer à une édition en Unicode, il suffit de cliquer sur ce lien (et vice versa, si l’on souhaite revenir au Betacode). 

En définitive, le site présente une utilisation simple et intuitive. Il semble très utile si l’on souhaite retrouver certaines œuvres en langue latine. Toutefois, je n’ai pas l’impression que l’on puisse y trouver l’intégralité des œuvres des auteurs cités, et la présentation du site ne permet pas de le savoir. 

Mes salutations

un café

La captatio benevolentiae étant faite grâce à ce café, je me présente.

Je m’appelle Yohann BRAKHA, j’ai étudié la philosophie jusqu’en licence, j’étudie les lettres classiques en master, après une licence de lettres classiques, grâce à ce M1 humanités classiques et humanités numériques.

Je suis heureux d’être dans cette formation mais je dois encore gérer mon temps, je suis suppléant dans un collège lycée-privé de l’Essonne, mais dès que j’ai un peu d’avance, j’en profite pour rattraper les cours intéressants.

L’école est mon lieu du loisir quand je suis étudiant et mon lieu de travail quand je suis enseignant, une amante riche et difficile à satisfaire!

Je suis venu en lettres classiques pour l’étude des langues anciennes, le latin et le grec ancien, et je suis très intéressé par la linguistique et les nouvelles technologies. Ce master est formidable, j’ai hâte de pouvoir m’organiser assez pour pouvoir en profiter pleinement!

Aussi, si des camarades veulent discuter sur un groupe messenger ou discord, je suis ouvert à cela!

Merci de m’avoir lu.

Ad maiora

Bonjour, je m’appelle Beatrice Richetti et je suis une étudiante Erasmus ici à Nanterre pour le prèmiere semestre. Je suis italienne et j’ai étudié le grec et le latin au lycée et au l’Université de Turin. Je n’ai jamais étudié le français, mais je suis en train de l’apprendre à l’aide de le grec et le latin. Je sais que ça peut paraître fou, mais j’adore les défis! Et quel meilleur défis que suivre un cours qui mélange humanités classiques et informatique  en français?

 

 

 

Dum spiro spero…

Pour me présenter, il va falloir que je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre … 

Je suis née à Nancy et y ai fait toutes mes études, jusqu’à la maîtrise (le dinosaure du M1 !). Je voulais faire mon mémoire sur un étude comparée d’Eschyle et de Claudel, mais mon directeur de mémoire ne devait pas m’aimer et m’a dit : ” Il y a déjà trop de parutions dessus, vous ferez plutôt une étude linéaire d’une des Cinq Grandes Odes de Claudel !”. Si vous avez un problème d’insomnie, n’hésitez pas, je vous la prêterai volontiers !

Après l’obtention du  CAPES de Lettres Classiques, l’Education Nationale m’a envoyée au milieu des champs de betteraves dans l’Aisne. Puis j’ai demandé ma mutation à Senlis, très jolie ville médiévale de l’Oise. 

15 ans de collège, 3 enfants, l’agrégation, 4 ans de lycée plus tard, j’assiste à une formation sur le grec vivant. Au détour d’une conversation avec le formateur, j’apprends que Nanterre propose un Master à distance. Et voilà mon coeur d’éternelle étudiante qui se réveille. J’hésite (un peu !), et je m’inscris. 

“Humanités classiques et humanités numériques” ? …. ben oui, un Master de Lettres Classiques dans lequel on va m’apprendre à manipuler l’outil informatique !… eh bien non ! Lettres Classiques, oui, mais plutôt programmation informatique ! Tu vas devoir apprendre une nouvelle langue, un nouvel alphabet, une nouvelle syntaxe ! Tu croyais faire des versions, mais tu passes tes soirées à essayer de faire les exercices sur Eschyle ou Démosthène, tu places dans chaque conversation le mot “Markdown”, comme pour t’assurer que tu n’es pas la seule à en ignorer les règles ! Pour te rassurer aussi… Et cette “boîte à moustache” qui n’en est pas une !

Dali moustacheCette matière m’interpelle, m’amuse, me résiste, et sans aucun doute me surprend ! Mais Dum spiro spero… Je ne désespère pas de ma sentir plus à l’aise dans cette matière ! J’y travaille, j’y travaille ! 

Valete ! 

 

 

 

Présentation

Bonjour chers collègues,

Je m’appelle Patrick, je suis enseignant de Lettres et étudiant en première année de master Humanités classiques et numériques. Je rejoins le groupe avec quelque retard et j’espère grandement réussir à vous rattraper parce que je compte beaucoup sur cette U.E. pour développer mes compétences en  pédagogie TICE.

TIC, TICE, NTIC…pour enfin aboutir au “numérique”, et plus précisément aux Humanités numériques. L’enseignement des Lettres classiques (des Humanités classiques) est peut-être le lieu le plus adéquat pour réfléchir et mettre en place des outils pédagogiques novateurs en vue de l’apprentissage d’une culture humaniste et d’une technique de l’apprentissage. 

L’illustration que j’ai choisie est une photographie que j’ai réalisée lors d’une promenade. Le hasard de la rencontre et la capture de l’évènement – la photographie d’une “peinture” murale – font écho à notre pratique quotidienne du numérique qui oscille entre deux pôles opposés: l’un qui est raisonné, ordonné, l’autre aléatoire, dispersé, ludique.  Mais quel que soit son usage, la rencontre peut se faire, celle avec l’Autre. Le promeneur se perd d’abord, identifie un territoire, établit un chemin pour enfin découvrir un monde autre. Ce n’est pas un mythe – pas de promeneur solitaire ni de caverne – mais bien une réalité quotidienne. 

L’élève et l’apprenant, comme l’instituteur, l’enseignant ou le professeur sont des promeneurs 2.0.

 

 

Δαυίδ ὁ Ἑλβήτιος

Χαίρετε ὦ φίλοι !

Chaque fois que je rencontre quelqu’un de nouveau, je passe par la même scène, un rituel que j’ai appris par coeur malgré moi.
J’ouvre ma bouche, je prononce mon nom, mon prénom, et je vois une drôle d’expression se dessiner sur le visage de mon interlocuteur. Je peux presque entrevoir dans son crâne les rouages qui bloquent en essayant de comprendre le pourquoi d’un -e bizarre dans mon prénom. Ses lèvres se crispent pour essayer de prononcer mon nom de famille aux assonances germaniques. Et puis il prononce la fatidique question : « Tu viens d’où? ». Je fais mon petit sourire de circonstance et je réponds gentiment :
« De Suisse. »


Je sais, mon accent n’est pas celui de la pub Ovomaltine des années 2000 ni de celle des Ricola, et encore moins celui de Marie Thérèse Porchet. Je comprends bien le regard perdu de mon interlocuteur. Je ressens une espèce de gêne sous ses oeillades curieuses, et je me lance dans les explications.

Née au Tessin, le canton le plus méridional de la Confoederatio Helvetica, ma langue natale est le lombard occidental qui empreigne mon accent dans toutes les langues que je parle. Pour le malheur de ceux qui m’écoutent, oserais-je dire. 
J’ai obtenu ma maturità au Liceo Cantonale di Locarno avec une option spécifique grec ancien et une option secondaire psychologie.
Avec mon diplôme dans la poche, j’ai décidé de quitter les lacs du sud pour m’inscrire à l’université de Genève en grec ancien et études arabes. Si au début mon parcours se dirigeait plutôt vers le grec, et surtout l’époque byzantine avec l’étude de Saint Jean de Damas, ma voie a changé le jour où j’ai obtenu la possibilité de me rendre au Liban pour approfondir mes connaissances en arabe.

Arrivé à Berytos, pour les modernes Beyrouth, je suis tombé sous le charme du pays du cèdre et de son dialecte. Revenu en Europe après cette expérience presque mystique, j’étais tellement épris par ce pays que j’étais prêt à tout quitter pour m’inscrire à un master de littérature arabe là-bas. Malheureusement, la guerre en Syrie, et une voiture piégée à côté d’une pâtisserie où j’avais l’habitude d’aller, m’ont contraint à laisser de côté mon projet et à choisir une autre destination : Paris. Je me suis inscrit en linguistique arabe à l’Institut des Langues orientales de la capitale française et j’ai continué à travailler sur la diglossie au Liban, notamment dans les médias. Pendant ma deuxième année, j’ai eu la possibilité de m’inscrire dans un parcours de commerce international axé Moyen-Orient que j’ai effectué en même temps que mon M2 de linguistique. Ce deuxième diplôme m’a ouvert de nombreuses portes pour travailler dans le domaine de la formation continue. Avec mes différentes missions, j’ai donc pu me spécialiser en neurolinguistique et continuer à étudier la linguistique cognitive.
En même temps j’ai lancé mon activité de traducteur indépendant, comme bénévole pour les migrants dans différentes associations au début, et comme freelance ensuite.

Mais dans un coin au fond de mon esprit le grec me suppliait de le sortir du coffre où je l’avais abandonné. J’ai pris mes gants blancs et j’ai rouvert mes anciens textes de cours et petit à petit une idée a germé en moi. Je devais absolument continuer à arroser cette fleur que je ne pouvais pas faire périr. Malheureusement je n’étais pas en mesure de lui offrir le luxe de mon temps plein à cause de mes deux activités professionnelles, qui hélas ! sont très chronophages. J’ai donc décidé de construire un projet qui allait tout mélanger : grec, formation continue, traduction, linguistique… Et qui me serait utile professionnellement. L’étude des formations e-learning de grec ancien. Et quel meilleur Master que celui d’Humanités classiques et Humanités numériques à distance, axé justement sur le futur de notre passé?

Humanités numériques ?

Bonjour, je m’appelle Clarysse Gamiette et je suis actuellement en Master 1 Humanités Classiques et Humanités Numériques. Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique, je me suis dirigée vers la classe préparatoire littéraire A/L. J’ai fait deux khâgnes dans la spécialité lettres classiques, puis j’ai intégré ce master HCHN. J’avais bien remarqué son intitulé en deux parties, mais seule la partie “humanités classiques” attirait mon attention. 

Or, le premier cours de l’année est un cours d’humanités numériques, dans lequel il n’est question (pour l’instant) ni du latin ni du grec. Quel est donc ce cours hybride qui prétend (ré)concilier antiquité et numérique ? 

Comme cela, par exemple ?

La mise en évidence d’une distinction entre close et distant reading par M. Berra m’a permis de voir un premier intérêt des humanités numériques pour les humanités classiques. J’ai hâte de découvrir la suite…

Petite présentation

Bonjour, cher lecteur!

je m’appelle Julien Djiba , et c’est ma deuxième année dans ce master .En ce qui concerne les humanités numériques j’étais très curieux de découvrir de quoi il était question.J’avoue que j’ai eu des débuts difficiles dû certainement à l’appréhension que c’était un exercice compliqué, et j’ai pu me rendre compte hélas assez tardivement qu’il suffisait d’un peu de curiosité et d’exercices pour ne pas se perdre dans cet environnement de balises et de codes …

Découverte des Humanités classiques et numériques

Après avoir fait le choix en Première de me diriger vers la filière littéraire, choix déjà risqué à l’époque, j’ai fait le choix en prépa littéraire de me spécialiser en lettres classiques, et plus particulièrement en grec. Après trois ans de prépa à Fustel de Coulanges (Strasbourg), je suis venue ici car on m’avait dit que le département de philologie de Nanterre est le plus dynamique, selon mes anciens professeurs. Le terme d’humanités “numérique” m’est donc d’abord resté indifférent. Lorsque j’ai compris qu’il recouvrait l’apprentissage d’outils aussi obscurs au premier abord que le code, j’ai perdu mon assurance pour me demander si j’avais fait le bon choix. Après tout, mes seules connaissances dans le domaine provenaient d’articles sordides sur le hack, ou de la série excellente mais néanmoins angoissante Mr Robot. A présent, je suis non seulement heureuse à l’idée d’apprendre à utiliser des outils inconnus de beaucoup de chercheurs dans le domaine des lettres classiques, mais je suis aussi soulagée de pouvoir continuer à apprendre quelque chose de fondamentalement nouveau, même au niveau du master qui suppose une spécialisation approfondie dans un domaine déjà un peu connu.

 

 

Hic et nunc

Bonjour à tous,

Je m’appelle Filippo Giovannini et je viens d’intégrer le Master Humanités Classiques et Numériques, après un parcours un peu particulier : j’ai obtenu un baccalauréat professionnel en Art Graphique publicitaire, vu ma grande passion pour les arts visuels et le cinéma en particulier, en effet j’ai toujours aimé écrire et réaliser des films, spécialement des films historiques avec une attention toute particulière à la langue utilisée ; c’est pourquoi au lieu de m’inscrire à une Université de cinéma, j’ai opté pour une faculté littéraire pour combler mes lacunes quant à l’histoire et la littérature. J’ai choisi la faculté de Lettres Modernes à l’Université de Bologne, où j’ai commencé l’étude du latin, matière qui m’a tellement plu que j’ai décidé de faire mon mémoire en littérature latine. Pendant mes études j’ai aussi commencé, en autodidacte, l’étude du grec ancien, sans pour autant passer aucun examen.
Après mon Master 2 en Lettres Modernes, afin de ne pas négliger mon deuxième intérêt, j’ai suivi plusieurs cours de cinéma en Italie et surtout en Angleterre, auprès de la London Film Academy et de la London Film School. J’ai ensuite travaillé plusieurs années dans ce domaine sans jamais négliger la lecture et l’écriture.

En 2011 j’ai décidé de perfectionner mon français (puisque je voulais pouvoir lire les grands chefs-d’œuvre de la littérature française y compris les romans médiévaux en langue ancienne), j’ai donc déménagé en France et dès que j’ai pu, je me suis inscrit à un Master MEEF pour préparer le concours du CAPES de lettres Modernes, que j’ai obtenu en 2014 et grace auquel j’enseigne depuis au collège comme professeur certifié.
Dès l’obtention du concours, je me suis mis sérieusement à l’étude du grec ancien, notamment en suivant des formations auprès des établissements suivants : l’Institut universitaire Saint-Pie-X, à Paris, l’Académie des Langues Anciennes, à Digne-les-Bains, et à l’Accademia Vivarium Novum de Frascati (Italie) dans lesquels j’ai perfectionné ma connaissance de cette langue.
C’est dans cette logique que j’ai décidé de m’inscrire à ce Master, afin de poursuivre et d’approfondir mon apprentissage des langues grecque et latine autant que leurs cultures.
Mon projet est me préparer à l’agrégation de Grammaire et ensuite da faire un doctorat.

Résumés des projets personnels

Les projets personnels de cette année n’ont pas donné lieu à des billets, car les étudiants ont réalisé des diaporamas en HTML (issus d’un fichier en Markdown transformé avec Pandoc ou dans RStudio), sur le mode du Pecha Kucha, pour présenter leurs corpus, objectifs, méthode, outils et résultats durant la dernière séance du séminaire.

Voici cependant, pour la mémoire du master, un résumé des projets. Leurs résultats ont ensuite été intégrés aux mémoires de recherche.

Christophe Chassanite, « Recherches sur le vocabulaire du procès de canonisation d’Yves Hélori de Kermartin ». Le projet portait sur un corpus de 18 témoignages en latin recueillis lors d’un procès qui a eu lieu en Bretagne en 1330 ; un éclairage comparatif a été apporté par l’étude d’un procès postérieur, celui de Charles de Blois. Les textes ont été obtenus par OCR (avec Tesseract, en R) d’une édition disponible sur Gallica, puis traités dans Voyant Tools et dans Excel sous un angle statistique. Divers aspects ont été observés : les termes caractérisant les personnages sujets des enquêtes, le style formulaire et répétitif des témoignages et les différences sociales perceptibles entre deux groupes de témoins, certains pouvant être des locuteurs du breton dont l’idiome était susceptible de transparaître dans la traduction latine.

Youssouph Diockou, « La figure de l’empereur Claude dans les Vies des douze Césars de Suétone ». Il s’agissait de relever les qualités, positives et négatives, prêtées à cet empereur, pour observer ensuite la distribution des termes dans les différentes vies, grâce à Voyant Tools.

Ioanna Faita, « Les questions génériques dans Les Métamorphoses d’Ovide ». Ce projet utilisait le texte latin non lemmatisé du PHI et un texte lemmatisé avec le CLTK. Il a consisté en une sélection de termes relatifs aux genres et aux sexes à l’aide de Voyant Tools, la réalisation d’une concordance en R et un essai de topic modelling.

Sarah Krauss, « Cataloguer les citations d’Aristophane dans Les Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis ». L’objectif du projet était de répertorier et d’identifier les citations, de les aligner avec des sources librement accessibles en produisant des URN suivant le protocole CTS, pour étudier ensuite avec R, dans le mémoire de master, la répartition des citations d’Aristophane sur l’ensemble de l’œuvre. Le catalogue lui-même a été réalisé dans un tableur, en lien avec un encodage plus approfondi d’un texte en XML-TEI dans Oxygen et des extractions en XQuery.

Tsilla Meyer, « Comparaison entre des textes de manuels et leurs sources latines ». La méthode a été de constituer un corpus comprenant les textes de quatre manuels d’initiation au latin assez différents et leurs sources latines, puis d’étudier le rapport entre les originaux et leurs adaptations. L’analyse linguistique en R, à partir des textes bruts et de données recueillies dans un tableau, a mis en valeur la comparaison des nombres de mots et de phrases, ainsi que la fréquence des phrases complexes, ce qui a supposé un encodage ad hoc des propositions et un emploi fin d’expressions rationnelles. Une lemmatisation contrôlée manuellement a commencé à être exploitée.

Dimitra-Melina Tzamtzi, « Le vocabulaire de la cognition dans l’Odyssée ». En se fondant sur des textes non lemmatisés et lemmatisés, puis sur une sélection de termes pertinents – avant tout les verbes γιγνώσκω, νοέω et οἶδα –, ce projet a recouru à Voyant Tools et à un script en R pour réaliser une étude statistique et des visualisations de la distribution des termes dans le poème.

Elsa Vinet, « Orpheus und Eurydike : la matière antique comme source d’inspiration pour la danse moderne », ou : Virgile, Ovide et Gluck comme sources de l’adaptation d’Orphée et Eurydice par Pina Bausch. Après avoir esquissé une analyse des textes latins et des livrets d’opéra en allemand, français et italien, ce projet s’est concentré sur l’étude, sous Excel et en R, de la captation vidéo du spectacle, à travers un relevé de la durée des scènes, de la présence des personnages sur scène et de la participation des personnages à l’action. Il a permis d’étayer l’intuition selon laquelle le personnage d’Eurydice fait l’objet d’une amplification dans la chorégraphie.

C’était un plaisir d’accompagner ces explorations de corpus, toujours formatrices.

Analyse de l’ombre et la lumière dans l’Hercule furieux de Sénèque

Analyse de l’ombre et la lumière
Sénèque, l’Hercule Furieux

Sénèque auteur et philosophe du Ier siècle de notre ère est connu pour ses traités philosophiques et les Lettres à Lucilius, mais il a également écrit des pièces de théâtre comme l’Hercule Furieux qui compte en tout
1344 vers et 10698 signes en prenant en compte la numération des vers.

Cette pièce de Sénèque s’ouvre sur un long monologue de la déesse Junon. Cette dernière y maudit Hercule, né de l’une des nombreuses infidélités du roi des dieux Zeus époux de Junon avec la mortelle Alcmène. Au cours de ce monologue, Junon fait
part de sa haine envers Hercule et explique les desseins qu’elle lui réserve. Sa tirade prend fin lorsqu’elle se retire avec l’apparition de l’aube pour laisser place au chœur. La pièce commence de nuit et la nuit ne réapparaît qu’avec la folie
d’hercule pour se dissiper devant Phaeton.

À travers cette alternance jour/nuit qui traverse la pièce, il est possible de s’interroger sur la place et le rôle de l’ombre et de la lumière. La textométrie avec le logiciel TXM1,
développé par l’ENS de Lyon et l’Université de Franche Comté, et Hyperbase, diffusé par le CNRS et l’Université Nice Sophia Antipolis permettent dans un premier temps de faire une comparaison quantitative en ce qui concerne les termes se
rapportant aussi bien à la lumière qu’a l’ombre. Ensuite, le rapport entre l’ombre et les émotions relatives à la fureur et la haine sont aussi un aspect à étudier. Il semble nécessaire de prendre en compte le lien entre les enfers et l’ombres ce
qui amène enfin à analyser l’idée de rupture de l’ordre cosmique avec la rencontre entre l’ombre et la lumière.

L’ombre et la lumière sont présentes dans le texte de Sénèque dès le début mais sont-elles aussi fréquentes dans dans toute la pièce ? Il faut donc étudier la fréquence de certains lemmes définis sous les différentes formes déclinées ou
conjugués. En ce qui concerne la lumière les noms astra (les étoiles) dies (jour), lux et lumen (lumière), fulgor (la lueur), ignis (flamme), ainsi que le verbe mico (briller) sont
comptabilisés et pour l’ombre ce sont les lemmes nox, tenebra, umbra et obscurus qui sont pris en compte dans cette étude.

L’étude montre une prédominance du champs sémantique lumineux avec 45 occurrences pour 18 items dans l’ensemble du texte contre 36 occurrences avec 15 items pour ce qui est de l’ombre, comme le montre les deux tableaux ci-dessous, dans lesquels
on peut voir les lemmes, les formes déclinées et le cas.

On remarque d’emblée
que le lemme dies, avec 23 occurrences, est majoritaire
dans le champs sémantique de la lumière alors que les termes astra et fulgor sont complètement absents dans l’œuvre. De même, pour ce qui est de l’ombre les lemme nox et umbra appraissent tout deux 16 fois
contre 4 fois pour tenebra et la fréquence d’apparition d’obscurus est nulle. Ces résultats montrent que le jour (dies) et la nuit (nox) et leur alternance font office de rythme dans la pièce.

En plaçant ces termes dans un tableur en séparant les vers de 15 en 15. À partir de ce tableau on peut générer automatiquement un graphique (divisé, lui de 30 en 30)

graphique représentant les occurrences des différents termes du champ lexical de la lumière et de l'ombre dans l'Hercule furieux de Sénèque chaque terme est représenté par une ligne les termes sont lux tenebra nox astra dies fulgor mico ignis flamma lumen umbra obscurus

ce graphique étant très peu lisible, il est nécessaire regrouper les termes en deux courbes représentant respectivement le champ lexical de la
lumière (en rouge) et de l’ombre (en bleu), comme dans le graphique suivant.

graphique représentant les occurences champ lexical de la lumière et de l'ombre regroupés en une ligne lumière et une ligne ombre dans l'hercule furieux de Sénèque

Dans ce graphique l’intérêt se porte sur trois pics : les vers 30 à 135, les vers 540 à 780 et les vers 930 à 1080. Ces vers correspondent
respectivement au monologue de Junon et à la première intervention du chœur, à la description des enfers par le chœur et Énée et à la montée de Cerbère vers le jour, et à la folie d’Hercule selon le plan établit par Nadine.

Le rythme jour/nuit et alternance ombre/lumière sont un point essentiel dans cette pièce de Sénèque comme le montre l’analyse textométrique, elle donne une temporalité mais on remarque que certaines émotions éprouvées par les personnages
apparaissent avec l’ombre.

Les émotions négatives comme la haine et la fureur sont présentes dans le texte avec Junon au début de la pièce qui maudit Hercules et ce dernier qui entre dans une fureur incontrôlable plus loin dans la pièce. Il est intéressant de voir si les
termes de furor (la fureur), odium et invidia (la haine), et les verbes odio et detesteo (haïr) se retrouvent dans le texte et s’ils sont en rapport avec le monologue de Junon et la folie d’Hercule qui se passent de nuit.

En cherchant le nombre d’occurence de ces termes avec TXM, l’idée de haine et de fureur se distingue peu sur l’ensemble de la pièce pusique l’on dénombre seulement 20 occurrences pour 10 items comme le montre le tableau ci-dessous :

comme pour les tableaux précédents, on retrouve le lemme, sa forme décliné et le cas. Ici sur les 20 occurrences la fureur est
dominante avec 10 occurrences alors que
la haine avec deux items différents compte 10 occurrences (7 occurrences pour odium et 3 pour invidia). Les retrouve-t-on dans les passages du texte en lien avec la nuit donc l’ombre.

Le monologue de Junon qui se passe de nuit du vers 1 au vers 124, on retrouve odia trois fois :aux vers 27, 35 et 77 et le nom commun furor n’est présent qu’une seule fois au vers 108. Avec le peu d’occurences de ces termes, on
ne peut déduire que le sentiment de haine majoritaire. Par contre du vers 930 au vers 1080 qui évoque la folie d’Hercule, les termes en rapport avec la haine sont absents mais on note deux évocation de furor aux vers 991 et 1049 qui se
retrouvent dans des tirades d’Amphitryon. Ces résultats, même pauvre, mettent avant que la fureur est en rapport avec Hercule alors que la haine est en lien avec Junon. Par contre le lien entre l’ombre et les émotions négatives ne sont pas à
rapprocher.

Le deuxième pic, sur le graphique 2 plus haut, est intéressant car si on s’intéresse à l’utilisation du champ lexical de l’ombre et des termes infernus et inferi, on remarque que chaque utilisation des termes infernus (en jaune) et inferi (en vert) sont accompagnés d’une augmentation de l’utilisation du chant lexical de l’ombre (en rouge).

graphique représentant les occurences du champ lexical de l'ombre et des enfers dans l'hercule furieux de Sénèque il y a une courbe pour l'ombre une courbe pour le terme inferi et une courbe pour le terme infernus des cercles indiquent les endroits où les lignes se recoupent

Cela s’explique par le fait que le champ lexical de l’ombre sert non seulement à qualifier les enfers par exemple au vers
436

« tenebrae […] Tartareae premunt » (les ténèbres du Tartare l’écrasent)

graphique en colonne représentant la répartition du sens de umbra

mais aussi à le désigner. C’est particulièrement vrai pour le terme umbra :

sur ce graphique on voit que sur les 18 occurrences de umbra 5 de ces occurrences désignent directement les enfers et 9 de ces occurrence désignent les morts. En tout cela fait prêt de 78 % des utilisations d’umbra qui servent à
désigner le monde des morts. Les enfers sont donc fortement caractérisés par l’ombre. Cela explique pourquoi cette pièce qui présente plusieurs descriptions détaillées des enfers a l’utilisation d’umbra la plus forte de toutes les pièces
de Sénèque.

graphique en colonne représentant la distribution du terme umbra à travers l'oeuvre de Sénèque

Par opposition, le jour semble désigner le monde des vivants. C’est le jour qui fait fuir Junon au début de la pièce et marque le
début du
travail et des activités humaines chantées par le chœur.

Le troisième pic, sur le graphique 2 plus haut, est particulièrement intéressant car il présente un mouvement analogue des termes de l’ombre et de la lumière :

Ces vers correspondent à la folie d’Hercule dont le début est signalé par la phrase d’Hercule

medium diem cinxere tenebrae. les ténèbres ont recouvert [le ciel] au milieu du jour

soit une confusion de la lumière et des Ténèbres. Cette confusion, on la retrouve lorsqu’Hercule ramène Cerbère des enfers et où la lumière fait paniquer la bête

vidit ut clarum diem et pura nitidi spatia conspexit poli, oborta nox est, lumina in terram dedit compressit oculos et diem invisum expulit aciemque retro flexit atque omni petit cervice terram; tum sub Herculeas caput abscondit umbras lorsqu’il vit le jour éclatant et aperçu les espaces purs du ciel lumineux, la nuit se fit pour lui, il porta ses yeux à la terre, ferma les yeux et en expulsa le jour transperçant qu’il ne pouvait voir, retourna son corps et portat tous
ses cous à la terre ; il cacha alors sa tête sous les ombres herculéennes

Or cerbère s’était jusque là laissé mener par Hercule et n’a alors d’autre choix que de se cacher dans l’ombre d’Alcide. C’est également le plus grand forfait que lui reproche Junon dans son monologue vers 60 « viso labantem Cerbero vidi
diem
 » (Cerbère étant vu j’ai vu le jour chanceler) . Ce tabou de la conjonction du monde des morts, des ténèbres, et du monde des vivants est exprimé par Thésée vers 658-661

« Fas omne mundi teque dominantem precor regno capaci teque quam toto inrita quaesiuit orbe mater, ut iura abdita et operta terris liceat impune eloqui. ».

Cette formule est analogue à celle utilisée par le narrateur de l’Énéïde aux vers 264 à 267 du livre VI

« Di, quibus imperium est animarum, umbraeque silentes et Chaos et Phlegethon, loca nocte tacentia late, sit mihi fas audita loqui, sit numine vestro pandere res alta terra et caligine mersas. »

graphique représentant les occurences des termes de l'ombre et de la lumière durant la folie d'hercule

Outre la référence à Virgile, Sénèque montre par cette formule que ce qui appartient au monde des morts,
plongé dans l’obscurité ne doit pas
être révélé. La folie serait donc la conséquence de ce tabou brisé, de la rupture de la séparation entre l’ombre et la lumière. La rutpure de l’ordre naturelle et notamment du cycle jour nuit et ses conséquences peut également se retrouver dans la
Médée de Sénèque où la magicienne menace

sternam et evertam omnia

v.414

je renverserai et boulerserai tout

traduction Leon Herrman

et affirme, au moment de faire appel aux forces infernales pour préparer la tunique destinée à Créuse

lege confusa aetheris et solem et astra vidit

v. 757-758

Les lois du ciel étant troublées a vu simultanément le soleil et les étoiles

Junon elle-même remarque que c’est la valeur d’Hercule qui causerait sa perte

inveni diem, invisa quo nos Herculis virtus juvet. me vicit? et se vincat Je trouve le jour, inédit, où la bravoure d’Hercule nous sert. Il m’a vincu ? qu’il se vainque aussi

montrant un renversement de la vertu en un défaut, celui qui la perte d’Hercule. Un autre lien entre ombre, lumière et folie peut être établit. On remarque, au début de la pièce, que Junon ne cesse d’exposer sa colère (pourrait-on dire sa
furie ?) envers Héraclès qu’au point du jour qui correspond au plus grand pic que l’on voit dans le graphique. Or, après l’épisode de furie d’Hercule, on remarque que le chœur fait appel à Phœbus en tant que Dieu solaire en lui demandant

tuque ante omnis, qui per terras tractusque maris fundis radios noctemque fugas ore decoro, fervide Titan […] solvite tantis animum monstris, solvite superi, caecam in melius flectite mentem Et toi plus que tous, qui à travers les terres et les espaces des fonds marins fait briller tes rayons et mets la nuit en fuite de ton visage orné, Titan ardent […] Délivrez [son] âme de tels monstres, délivrez le dieux, rétablissez son
esprit obscurci

On remarque également que dans la pièce d’Euripide, la folie est liée à la nuit. Dans la lettre 122 à Lucilius Sénèque disait aussi « gravis malae conscientiae lux est » (la lumière pèse à la mauvais conscience). Ainsi pourrait-on supposer que
la folie dans Hercule furieux aurait un lien particulier avec les ténèbres ? Cela pourrait corroborer avec le fait qu’avant l’épisode furieux d’Hercule, c’est le vocabulaire de la lumière qui domine alors que suite à cela, c’est le champ lexical
de l’ombre.

L’ombre et la lumière ont une place et un rôle dans cette pièce de Sénèque, l’analyse comparative quantitative avec le logiciel TXM a permis de démontrer la prédominance de la lumière dans le texte par rapport à l’ombre avec la recherche de
lemmes liés aussi bien à l’ombre qu’à la lumière. Puis, à partir du plan mis en place par Nadine de la pièce, on a remarqué que la nuit était en lien avec le monologue de Junon au début de la pièce et qu’elle correspondait aussi avec la folie
d’Hercule ; une étude des lemmes furor et odia ont permis de constater que le rapport ombre et émotions négatives n’étaient pas en lien mais que ces émotions étaient en correspondance avec les personnages. L’ombre est aussi le
domaine de la mort et la séparation entre l’ombre et la lumière sert à signifier la séparation, tout aussi essentielle, entre la vie et la mort, une séparation qu’il faut préserver sous peine de recevoir un châtiment proportionnel à la faute
commise. La dichotomie ombre et lumière permet donc de replacer les dichotomies morales dans un ordre universel en les rattachant à principes naturels comme le jour et la nuit, la vie et la mort.

 

Paul Beaumarchais

Julien Matteï


  1. Logiciel libre et téléchargeable en ligne :https://www.http://textometrie.ens-lyon.fr