Ne jamais juger un livre à sa couverture

Bonjour ! Je suis Paul Beaumarchais, étudiant en première année du Master Humanités Classiques et Numériques. Et j’ai failli ne pas en être.

Revenons l’année dernière, en L3, lorsqu’il était temps pour moi de trouver un master qui me correspondrait. Venant d’une licence Humanités qui m’avait plu, je me dirigeai du coté des master humanités où un master en particulier retenu mon attention: le Master Humanités Classiques et Numériques. je ne pu au départ m’empêcher d’être sceptique: “Humanités classiques, je veux bien, mais c’est quoi des humanités numériques? Sûrement un gimmick qu’ils ont ajouté au master et qui n’aura aucune importance au final”, et je repris ma recherche. Puis je me suis arrêté, et j’ai réfléchi. j’ai réfléchi à mon cursus qui avait commencé en seconde où bien que bon en science j’ai choisi une filière littéraire. Quelle horreur pour certains de mes professeurs lorsque j’ai choisi la filière des cancres, la filières sans avenir (vous savez, les cartons, tout ça). Trois ans plus tard ,j’intégrai une khâgne cinéma affectueusement surnommée par d’autres membres de la prépa la “khâgne vacance” (des bisous Leconte de Lisle, on vous en veut presque pas). Pour finalement arriver en L3 Humanités mentions arts du spectacle. Et ce fut le festival. On commence par la question très trop récurrente “et du coup tu vas donner à manger aux enfants en Afrique et tout ?” pour suivre avec le toujours très apprécié “ha ben bravo! ça fait des études pour finir à l’école du cirque” (et je ne peux que présumer que pour eux les humanités arts du spectacle consistaient à jongler avec des enfants affamés en Afrique). Alors, me dis-je, peut-être qu’avant de faire une grosse bêtise je devrais vraiment me renseigner sur ce master. Et ce que j’y ai vu m’a beaucoup plu.
Tout d’abord, vouloir re-dynamiser et réactualiser l’étude de l’antiquité me semble être un projet formidable pour un domaine qui n’a pas vraiment le vent en poupe. Ensuite, en me penchant sur mon cursus en latin je réalise que le numérique fait déjà partie intégrante de ma manière d’étudier: je tape toutes mes versions à l’ordinateur pour que ma copie soit le plus lisible possible et parce que cela facilite énormément le juxtalinéaire; mes professeurs ont recours depuis longtemps à des banques de textes comme The Latin Library car acheter des oeuvres intégrales pour n’en utiliser qu’une page reviendrait bien trop cher; et enfin, en tant que latiniste le Gaffiot numérique de Lexilogos m’est indispensable (le charme du Grand Gaffiot n’a d’égal que son poids).

En conclusion je suis très heureux de ne pas m’être arrêté à des a priori infondés et d’avoir donné sa chance à ce master qui je l’espère me permettra de porter un regard nouveau sur l’antiquité et le numérique.

péliké attique à figure rouge naissance d Athéna


5 réflexions sur « Ne jamais juger un livre à sa couverture »

  1. Les clichés ont la vie dure! Il est difficile pour certain-es parfois d’accepter qu’on choisisse des filières parce qu’elles nous plaisent tout simplement. Tu m’as bien fais rire en tous cas! Et je partage ton avis : l’étude des lettres classiques gagnera forcément à être réactualisée

  2. Joli exposé des critiques, clichés, phrases ridicules et trop entendues (mais plus écoutées !), j’approuve. Comme mes camarades, je suis heureuse que tu aies quand même choisi la filière littéraire, et surtout ce master qui va très surement enrichir nos connaissances.

  3. Heureuse que tu te sois finalement laissé tenter, et que tu aies suivi ton instinct, comme tu as pu le faire en choisissant une filière littéraire dans un monde où tout le monde veut te pousser à faire des sciences.

  4. On voit bien que tes études t’ont donné le sens de la narration, et que tu as fréquenté des ignorants (je reste poli ou que Némésis me châtie!). J’espère que tu trouveras ici satisfaction dans tes études, déjà très variées et enrichissantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search