Doutes métaphysiques et numériques

J’ai pris la voie des sages et des classiques pour ralentir le temps, suivre le chemin de ceux qui savaient s’en saisir pour m’en saisir à mon tour, dans une fuite en arrière, vers ceux dont les tablettes n’étaient pas tactiles. J’ai pris la voie des classiques pour échapper au mal du siècle et voici que mon siècle me rattrape, sous la forme hybride de ce Master Humanités Classiques et Humanités Numériques. « Lire des livres sur un écran ? Moi ? Jamais !! », peut-on régulièrement m’entendre dire, invoquant l’odeur de l’objet, le plaisir de tourner la page (la page en papier), et celui de voir le marque-page progresser dans le livre au fur et à mesure de la lecture.ralentir-le-temps

Alors oui, j’ai sciemment choisi ce Master, mais je crois que j’avais malgré tout un peu éludé la partie numérique, son langage codé et son monde parallèle, auquel je ne comprends pour l’instant pas grand chose. J’ai toujours entendu dire que le numérique peut effrayer ceux qui appartiennent aux générations précédentes et qui ne sont pas habitués à ces outils, et, en bonne utilisatrice de Word, je ne voyais pas très bien le côté effrayant (quoique j’aie souvent le sentiment d’être tombée dans la mauvaise génération). C’est maintenant chose faite, entre pads, forums, markdown et autres trésors de l’informatique ! Mais, le vent de panique passé, j’ai bien l’intention de m’accrocher, car c’est avec curiosité et intérêt que j’aborde ces Humanités Numériques.


4 réflexions sur « Doutes métaphysiques et numériques »

  1. J’aime vraiment beaucoup ton style Elsa, fluide et agréable à lire !
    Je te comprends quand tu dis que tu ne liras jamais sur tablette, je n’en pense pas moins… pourquoi apprécier un texte sur un petit écran plat sans personnalité quand on peut profiter du réconfort apporté par le bruissement des pages que l’on tourne ?
    Je crois avoir désormais compris que nous avons tous choisi ce master pour la partie humanités classiques, mais je me rends compte aussi que la partie humanités numériques n’est pas nécessairement obligée de la supplanter. Il faudrait alors la voir comme un prolongement, une opportunité grâce à laquelle nous pourrions faire perdurer nos chères humanités classiques.

  2. Bonjour Elsa! Ton article est très beau (et ton image est trop cool) ! Je te comprends car j’ai ressentis la même chose lorsque je me suis inscrite à ce master. La partie numérique peut faire peur au premier abord, on se demande ce que cela vient faire dans ce master. Mais après réflexions, c’est vrai que tout s’éclaire et que l’on comprend l’intérêt des nouvelles technologies. Mais rien ne vaut un bon gros livre bien odorant plutôt qu’une tablette entre les mains 😉

  3. Je suis d’accord avec toi sur toute la ligne.
    Je partage ton opinion au sujet des livres( et que celui qui ne le partage pas vienne me le dire en face !) et comme toi j’avais mis de côté une partie de l’intitulé du master jusqu’à ce que les cours de Numériques me mettent devant le fait accomplit…
    Heureuse d’apprendre que nous serons nombreux à nous accrocher, et j’espère à nous entraider, dans cet apprentissage du numérique.

  4. Je crois que nous partageons tous – ou moi du moins – ce plaisir de revenir dans le passé, de s’extraire d’un présent qui va trop vite et de se poser tranquillement dans une époque suffisamment lointaine pour nous paraître merveilleuse. Et tout comme toi, j’aime le caractère sensuel du livre en papier : son toucher si caractéristique, son odeur si agréable, le bruit des pages qu’on tourne… et qu’est-ce que c’est beau, une bibliothèque ! Il n’empêche, on peut aussi aimer le confort que nous apporte le numérique, on ne trahit aucunement le livre lorsqu’on utilise un ordinateur. Je lis aussi sur tablette et je ne me considère pas comme une renégate. Tu l’as bien dit, le numérique n’a rien d’effrayant et ne nous force à rien. Alors, viens te jeter avec nous dans le HTML ! 😉

Répondre à mariesalmeron Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search