Quand Flavius-Josèphe rencontre une grande Dame…

Flavius-Josèphe arrive en vue d’une ville inconnue qui l’émerveille par sa grandeur. Son regard est particulièrement attiré par un monument à l’aspect singulier…

La cité tout autour était aussi étendue et profonde que le monument en son centre était haut et pointu. Le roi qui avait érigé cette grande merveille avait sûrement été le plus riche et le plus ambitieux des monarques. Autant la cité que son monument étaient disproportionnés, on ne voyait la fin ni de l’une ni de l’autre. Il eût été aisé de se perdre si ce grand édifice en plein cœur de la cité ne servait de phare aux voyageurs égarés. Il suffisait de le suivre des yeux pour se retrouver en face de lui, comme attiré par quelque force divine.

Ce grand et haut monument que l’on pourrait nommer tour n’était entouré d’aucun bâtiment mais d’un vaste champ d’herbe verte et de sentiers blancs aux lignes géométriques. Le monarque de cette cité avait dû exigé un écrin de verdure digne de cette tour singulière. Afin de donner toute sa prestance à cet édifice, la vaste place verdoyante portait le nom du dieu romain de la guerre, équivalent du Arès grec, et semblait vouloir se mesurer au champ du même nom que l’on trouvait dans la magnifique cité de Rome. Les dimensions de cet espace étaient aussi disproportionnées que la tour et la cité. Sa largeur était certainement de quatre cent coudées et sa longueur, de trois fois plus. Tous les sentiers blancs de cet immense champ menaient tous au nord-ouest, au pied de la grandiose tour.

Ce monument semblait encore plus gigantesque de près. Il tenait sur quatre pieds carrés de cinquante coudées de largeur et de longueur et de cent coudées de hauteur. Ceux-ci soutenaient une base ouverte en son centre qui permettait d’admirer l’allure profilée du reste de la tour qui s’affinait au fur et à mesure qu’elle montait vers le ciel. L’architecte de cet incroyable édifice avait certainement dû faire preuve de vanité en pensant qu’il eût pu ainsi atteindre le royaume de Dieu tant il était impossible d’apercevoir la flèche de cette tour. Sa hauteur était certainement de plus de six cent coudées. Le plus singulier n’était pas tant les dimensions extraordinaires de cette tour que son aspect. Elle n’était pas construite en pierre mais en fer. Elle n’était certainement pas destinée à être habitée puisqu’il était possible de voir à travers elle. En effet, la charpente de ce monument était si fine qu’elle ne pouvait tenir debout que par la grâce divine.

Son aspect intérieur ne différait en rien de son apparence extérieure. Toute la tour était habilement ouvragée par un entrelacs de fer droit ou courbé qui servait à la fois de décoration et de support. Les escaliers, les murs et les sols étaient du même ouvrage. La construction de cette tour avait dû nécessiter cent ans pour parvenir à un telle magnificence.

Une salle en son sommet, difficile à atteindre pour un simple mortel, rendait hommage à l’architecte et au mécène de ce splendide monument. On y trouvait leurs statues dans des postures peu héroïques mais avec des finesses de trait et de couleur si parfaites qu’on eût dit faire face aux hommes eux-mêmes. Afin de laisser sa trace dans l’histoire et dans le temps, le grand architecte avait donné son nom à sa superbe création. La renommée de cet homme et de sa tour dépassait même les limites de la cité et s’était étendue au-delà des frontières du pays. Des pèlerins du monde entier venaient admirer cette grande Dame de Fer aussi haute qu’une montagne.

J’ai choisi de décrire la Tour Eiffel à la manière de Flavius-Josèphe dans le livre V du Bellum Judaicum (la Guerre des Juifs) lorsqu’il décrit les tours de Jérusalem.

Tout d’abord, j’ai importé l’ensemble du livre V dans l’outil Voyant Tools pour pouvoir observer les mouvements du texte. Ce corpus contient pas moins de 17353 mots, ce qui est énorme. Les mots les plus fréquents sont : καὶ (845); δὲ (423); τῶν (376); τὸ (336); τοῦ (264), c’est-à-dire rien de pertinent à part de me dire que mon texte est un récit, ce que je savais déjà. J’utilise alors le cirrus, c’est-à-dire le nuage de mots, où j’insère des stopwords grecs pour éviter de retrouver les mots de la liste ci-dessus. Seule la vue à 500 mots me permet d’observer quelque chose d’intéressant : je trouve les mots “remparts”, “romains”, “cité”, “juifs”, ce qui correspond vaguement au sujet du livre mais sans plus. Je fais ensuite une recherche par syntagmes (groupes de mots) : je trouve toujours les mêmes expressions avec le même vocabulaire (ville, remparts, juifs).

Il est clair que le corpus que j’ai choisi est beaucoup trop grand et me donne des données beaucoup trops vagues pour être exploitées. Je prends alors un extrait plus petit qui correspond à ce que je veux faire, c’est-à-dire une description : les paragraphes 136 à 227 comprennent la description de la ville de Jérusalem, ses enceintes, ses tours, le palais d’Hérode et le Temple à l’extérieur et à l’intérieur. Ce corpus est beaucoup plus abordable car Voyant Tools ne voit plus que 2881 mots. Les mots les plus fréquents sont toujours les mêmes : καὶ (140); δὲ (92); τὸ (86); μὲν (53); τοῦ (48). Je mets à nouveau des stopwords dans le cirrus et là, miracle ! Je trouve enfin du vocabulaire pertinent pour mon travail : tous les verbes sont à l’imparfait et les plus fréquents sont les auxiliaires être et avoir, ce qui est logique pour une description ; on trouve l’expression “être nommé”, “être appelé” ; beaucoup de nombres souvent par dizaine (30, 40, 20, etc.) ; beaucoup d’adverbes et de prépositions de lieu ; des termes de comparaison (comme, semblable à) ; des mots très récurrents comme roi, coudées (38 occurrences), hauteur (27 occurrences). La recherche par syntagme corroborent ces faits : “toute la hauteur”, “d’argent et d’or”, “vingt-cinq coudées”, “largeur et longueur”, “la même longueur”, “quarante coudées”, “la grandeur était de”, “le roi”, etc.

J’essaie une nouvelle fois avec un corpus encore plus petit : les paragraphes 136 à 175 qui correspondent seulement à la description des tours de Jérusalem. Il n’y a plus que 618 mots, ce qui n’est vraiment pas beaucoup. Je trouve exactement les mêmes syntagmes et les mêmes mots que précédemment. Seule particularité : le terme de “tour” ressort énormément, ce qui est évident, mais également les jugements de valeur (beau, ancien, etc.).

Tout cela est bien beau mais reste très superficiel à mon goût. Le vocabulaire et les expressions que j’ai trouvé me parlent et sont pertinentes parce que j’ai déjà lu ce corpus et sais où trouver les informations qui m’intéressent. Je reviens donc au texte grec et à sa traduction en français des paragraphes 136 à 175 pour m’imprégner davantage du style de Flavius-Josèphe et observer une sorte de schéma. Ses descriptions sont souvent binaires : il commence par décrire factuellement les tours puis donne un jugement de valeur, parle de l’esthétique, fait une remarque sur sa dénomination, propose une anecdote ou fait référence au roi qui les a construites. On remarque l’utilisation prononcée des superlatifs lorsque Flavius-Josèphe profère un jugement. Sa description évolue, passant du général au particulier, du macro au micro, de l’extérieur à l’intérieur. Il fait également quelques fois référence aux points cardinaux (est, ouest, nord, sud) pour situer ce qu’il décrit.


2 réflexions sur « Quand Flavius-Josèphe rencontre une grande Dame… »

  1. Je ne suis pas vraiment au fait du style de Flavius Josèphe, mais je te fais entière confiance de ce côté-là ! Une description efficace, qui se lit très facilement, et donne envie d’en voir plus 😉

  2. Chère Mariane,
    Etant donné que tu parviens si aisément à sublimer le style de Flavius Josèphe aurais-tu l’amabilité de pasticher l’ensemble du livre V ?
    Cordialement.
    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.